Archives par étiquette : XIXe siècle

Journée d’études : Construire, s’approprier, contester. L’usage du passé dans la communication politique de l’Antiquité à nos jours

La 7 journée d’études des doctorants du CRHEC, portant sur le sujet “Construire, s’approprier, contester. L’usage du passé dans la communication politique de l’Antiquité à nos jours“, aura lieu le 10 juin 2024 au Campus Centre de l’Université Paris Est-Créteil (salle des thèses P2 019) ainsi qu’à distance, par Zoom.

Pour suivre la journée d’étude à distance: https://u-pec-fr.zoom.us/j/92026561621

 

Programme

9h: Rdv et petit-déjeuner

9h30: Introduction – Marc-Antone Quignodon (Université Paris Est-Créteil – CRHEC)

  • 10h: L’utilisation de la figure de Charlemagne dans la politique religieuse napoléonienne – Maxime Patissier (Université Lumière-Lyon 2 – LARHRA)
  • 10h30: Créer l’histoire médiévale des femmes anglaises au XIXe siècle : s’identifier, s’éduquer et se récrier – Marine Ollivary (Université Caen-Normandie – ERIBIA)

11h: Discussion

  • 11h30: The Bourbon Empire and the Cities of Pompei, Herculaneaum and Stabiae – Carolina Palumbo (Université de Salerno – DiSPaC) (en anglais et à distance)
  • 12h: Véiovis à Bovillae : culte gentilice des Iulii ou manipulation discursive ? – Axelle Lamour (Université de Bretagne Occidentale – CBBC)

12h30: Discussion

13h-15h: Déjeuner

  • 15h: La construction de la mémoire des Penn Sardin et de leur grève dans des perspectives communales et féministes à Douarnenez entre 1975 et 1995 – Camille Courgeon (UPEC – CRHEC)
  • 15h30: Il Falso Teodosiano: Usages polysémiques et réflexions sur le faux médiéval – Emmanuel Jud (UPEC – CRHEC et Université de Bologne)

16h: Discussion

  • 16h30: De la torture en Algérie au « détail » : deux batailles de communication politique aux effets contrastés pour Jean-Marie Le Pen – Martin Lefranc (Université d’Orléans – POLEN)
  • 17h: L’instrumentalisation de l’engagement historique et politique par le mouvement contestataire allemand Coronarebellen (Querdenken) lors de la crise sanitaire de la Covid-19. La distorsion de l’héritage de la mémoire collective de la Résistance allemande (1942/43): “La Rose blanche”– Selma N. Repp (Université Toulouse Jean Jaurès 2 – CREG) (à distance)

17h30: Discussion

18h: Conclusion

Comité d’organisation

  • Margherita Acciaro, Université Paris Est-Créteil (CRHEC).
  • Emmanuel Jud, Université Paris Est-Créteil (CRHEC) et Université de Bologne.
  • Francesco Olivo, Université Paris Est-Créteil (CRHEC) et Sciences Po Grenoble (Cerdap²).
  • Marc-Antoine Quignodon, Université Paris Est-Créteil (CRHEC).
  • Solène Teron, Université Paris Est-Créteil (CRHEC).

 

 

Conférences : L’invention du Moyen Âge

La bibliothèque de l’Arsenal (Paris, BnF) organise un cycle de trois conférences sur  L’invention du Moyen Âge : du marquis de Paulmy à Game of Thrones du 18 décembre 2023 au 5 février 2024.


Le médiévalisme est un phénomène omniprésent dans la culture occidentale contemporaine, en particulier dans le genre de la fantasy qui est devenu un objet de consommation de masse. Mais le médiévalisme a une histoire que les conférenciers, spécialistes des représentations littéraires du Moyen âge, se proposent de raconter à la bibliothèque de l’Arsenal qui a été un des creusets de la formation de ce Moyen Âge imaginaire, en trois temps, de la fin du XVIIIe siècle à ses multiples déclinaisons actuelles.  
*lundi 18 décembre à 18h30 : “Le Moyen Âge des Lumières. Le marquis de Paulmy entre érudition et littérature” par Fanny Maillet (université de Zurich).
*lundi 15 janvier à 18h30 : “L’invention du Moyen Âge par les écrivains romantiques” par Isabelle Durand (université de Bretagne Sud).
*lundi 5 février à 18h30 : “Le Moyen Âge fait des vagues (XVIe-XIXe siècle)” par Vincent Ferré (université Paris 3 Sorbonne Nouvelle).


Chaque conférence sera accompagnée d’une présentation (sous vitrine) de manuscrits et d’imprimés tirés des collections.

Plus d’informations sur le site de la BnF.

Appel à communications : Médiévalismes et Orientalismes dans les ouvrages de vulgarisation

La journée d’études “Médiévalismes et Orientalismes dans les ouvrages de vulgarisation : érudition et pédagogie dans les textes et les images au XIXe siècle“,organisée par Patricia Victorin, se déroulera le 10 octobre 2023 à l’Université de Bretagne Sud.

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2023.

L’Orient et le Moyen Âge constituent pour l’Europe du XIX e siècle un réservoir de merveilles encore enfouies, à redécouvrir, à restaurer, alliant goût du collectionneur qui confine parfois au bric-à-brac kitsch et recherches érudites et philologiques. Le goût pour les études orientales va de pair avec celui pour les études médiévales qui se développent en parallèle. Au même titre que ce Moyen Âge lointain, cet autrefois, image d’une altérité désormais inaccessible, l’Orient, autre miroir tendu à l’Occident, serait capable de réveiller « ce siècle d’eau sucrée[i]», selon la formule de Flaubert. Il incarne cet espace libre pour l’imagination, cet ailleurs disponible à parcourir, gros de toutes les projections à venir, une terra incognita, entre profusion et désert. Le Moyen Âge n’est pas en reste, lui qui offre aussi « un espace de dépaysement culturel quasiment infini ouvert sur le grand large de l’imaginaire…. », écrit Christian Amalvi.

Si l’on peut établir une comparaison entre Moyen Âge et Orient, cela tient certes aux objets mêmes, à leur part d’altérité et d’exotisme, mais pas uniquement, cela tient aussi aux discours, aux recherches, aux fictions sur ces « objets ». « L’orientalisme s’affirme ainsi comme un retour aux sources, aux origines, comme le cheminement d’une renaissance, d’une quête de soi-même à travers l’image antinomique et mythique de l’Autre », écrit justement David Vinson. Cette phrase vaudrait aussi pour le Moyen Âge appréhendé au XIX e siècle. L’Orient (les Orients) au même titre que le Moyen Âge pluriel sont des constructions qui se fabriquent[ii] et doivent peut-être se comprendre, s’interpréter l’une par rapport à l’autre. Les deux constructions imaginaires et érudites témoignent d’une nostalgie profonde de ce XIX e siècle occidental qui rompt avec la curiosité du XVIII e siècle. Outre le fait qu’orientalisme et médiév(al)isme désignent tous deux une érudition et une spécialité savante mais aussi un goût et une fiction littéraire, l’autre point commun entre ces deux disciplines serait l’appétence pour l’exotisme, le voyage dans le temps et l’espace, le goût pour le pittoresque mais aussi le désir de découverte, de conquête et d’appropriation et de conservation patrimoniale.

Nous souhaiterions interroger les représentations conjointes du Moyen Âge et de l’Orient au XIX e siècle[iii] dans les foyers à travers les ouvrages de vulgarisation comme le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton[iv], le Musée des Familles, fondé par Emile de Girardin qui avait pour ambition d’en faire un « Louvre populaire » (publié de 1833 à 1900), ou le magazine hebdomadaire L’Illustration (publié de 1843 à 1944) ou bien encore le Journal des Demoiselles afin de voir comment se constituent des clichés orientalisants et moyenâgeux et/ou médiévalisants, comment ils se fabriquent et évoluent au cours du siècle.

Ainsi par exemple le Musée des Familles fait découvrir « Histoire et mœurs de l’Orient : Gazzi-Hassan-Pacha »« les mœurs de l’Orient » à travers « les Bayadères de Perse et leurs chants » ou « Les barbiers turcs et leurs boutiques »[v] , ces rubriques voisinant avec « Le Renard, roman du treizième siècle[vi] » sans oublier le « Voyage dans l’Inde. Monuments[vii] », tant du point de vue des textes que des illustrations d’ouvrages.

À titre indicatif, le numéro du 1er janvier 1833 du Musée des Familles fait alterner ou entrelace Moyen Âge et Orient dans une esthétique de la variété ; il contient un article sur la « religion des Indous » (p. 321-325), un récit adapté des Chroniques de saint Denis « les trois advisions de Childeric » ( p. 330-331), « Curiosités historiques » consacrées aux Fous au Moyen Âge (p. 342-345), Afrique pittoresque : Alger (p. 347-349), curiosités et monuments historiques sur l’Hôtel de Cluny p. 349-350), Une adaptation de Robert le Diable….

Dans son article consacré au Moyen Âge dans le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton qui entend « servir la cause de l’instruction et de l’éducation », Chantal Kerrand a souligné la place essentielle qu’occupe le Moyen Âge. Avec son encyclopédie illustrée, Charton fait appel à des spécialistes pour rédiger des articles et des peintres célèbres pour illustrer richement ses numéros. L’illustration se veut outil pédagogique et « source d’évasion », une manière de faire découvrir le patrimoine médiéval et l’Orient. Rappelons que les années 1830-40 correspondent à la nomination d’inspecteur des Monuments historiques, d’abord Ludovic Vitet puis Prosper Mérimée et la création de la première chaire d’archéologie médiévale qu’occupe Jules Quicherat (1847). A cet égard, le Magasin Pittoresque joue un rôle de premier plan dans la sensibilisation à la sauvegarde du patrimoine et la vulgarisation des savoirs. Chantal Kerrand note que si l’on assiste à un très fort engouement pour le Moyen Âge, cet engouement va s’estompant au cours des décennies. « Entre 1833, année de création du journal, et 1890, date à laquelle Édouard Charton décède, (…) le nombre d’articles sur le « médiéval » accuse une baisse de 75% ». Toutefois cette évolution n’est pas continue car elle observe deux pics davantage tournés vers le MA : 1865-66 et 1871-72 à relier au réveil des nationalités[viii]. La redécouverte du Moyen Age irait de pair avec la hausse des « aspirations nationales ». Dans ce travail passionnant, Chantal Kerrand montre encore que la musique est le parent pauvre par rapport à la littérature et l’architecture qui occupent l’essentiel des feuillets.

Si l’on compare avec ce qui se joue pour la place de l’Orient, il apparaît que : « Dans le Magasin pittoresque, de 1833, date de sa création, à 1870, date de la chute du Second Empire, le nombre des articles portant sur le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Liban, Israël, l’Irak et l’Iran (pour s’en tenir à la terminologie actuelle) varie d’une année à l’autre de 15 à 45 : c’est dire que 10 % des articles du recueil traitent de l’Orient, avec des pointes de 16 % et de 18 % lors de la seconde guerre de Syrie (1838-1840), et de 18 % à 15 % lors de la guerre de Crimée (1853-1856). » souligne pour sa part Marie-Laure Aurenche.

« Dans le Magasin dit pittoresque, c’est-à-dire illustré, l’évocation de l’Orient se fait par les images autant que par les textes. », explique-t-elle encore. De grands peintres participent à l’aventure parmi lesquels Delacroix, et elle ajoute :

« Après 1870, la peinture orientaliste n’est plus guère de saison : les rédacteurs se préoccuperont de sensibiliser les lecteurs à l’avènement de la République ! Mais la littérature des voyages dans les contrées lointaines et en particulier en Orient, a occupé jusqu’à 1860 dans le Magasin pittoresque une place de plus en plus grande au point d’entraîner, comme on le verra, la création du Tour du monde. »

Il s’agira de proposer des études soit des Orients, ou du Moyen Âge pluriel dans une série de plusieurs numéros ou un seul ouvrage afin de dégager des tendances pour voir ce qui se joue en termes de représentativité, d’actualité ou d’histoire, d’usages esthétiques et idéologiques[ix]. Qui en sont les collaborateurs ? Quelle place est donnée à la littérature, la musique, la peinture, l’architecture ? Comment s’effectue la translatio de la peinture vers la gravure, de l’érudition vers la vulgarisation ? Quel rapport le texte entretient-il avec l’image ? Autant de questions qui ne sont pas fermées et qui ne sont que des suggestions.

Les propositions de contribution sont attendues pour le 15 mars 2023.

Elles comporteront une proposition incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), et un document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à Patricia Victorin à l’adresse suivante : patricia.victorin [at] univ-ubs.fr

Une réponse sera donnée avant le 15 avril.

La journée d’étude se tiendra le mardi 10 octobre 2023 à l’Université Bretagne Sud et les contributions retenues seront publiées dans la revue électronique Motifs du laboratoire HCTI.

 

[i] [i] «Versons de l’eau-de-vie sur ce siècle d’eau sucrée. Noyons le bourgeois dans un grog à 11 mille degrés et que la gueule lui en brûle, qu’il en rugisse de douleur !» (à E. Feydeau, 19 juin 1861).

[ii] Simone Bernard-Griffiths, Pierre Glaudes, Bertrand Vibert (éd.), La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du XIXe siècle, Paris, Champion, « Romantisme et Modernités » n° 94, 2006.

[iii] Voir l’important ouvrage de Daniel Lançon (dir.), L’Orient des revues (XIX e et XX e siècles), Grenoble, UGA editions, ELLUG, 2017.

[iv] Cf. Marie-Laure Aurenche, « Du Magasin pittoresque au Tour du Monde : l’orientalisme d’Edouard Charton ( 1833-1870), in Daniel Lançon (dir.), L’Orient des revues (XIX e et XX e siècles), Grenoble, UGA, 2017, p. 53-71. Voir aussi Voir Marie-Laure Aurenche, « La presse de vulgarisation ou la médiatisation des savoirs » in La Civilisation du journal, Daniel Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty (dir.), Paris, Nouveau monde éditions, 2011, p. 383-416. Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Paris, Champion, 2002 ; Marie-Laure Aurenche, « L’Égypte contemporaine dans le Magasin pittoresque (1833-1870) : les silences d’Édouard Charton, saint-simonien républicain », in Études saintsimoniennes, Philippe Régnier (dir.), Presses universitaires de Lyon, 2002, p. 271-303 et « Découvrir l’Égypte sans quitter Paris : l’itinéraire du Magasin pittoresque à deux sous (1833-1870) », Romantisme, n° 120, 2003-2, p. 47-55.

Chantal Kerrand, « Le Magasin pittoresque. Le Moyen Âge vu au travers de ce périodique illustré du XIX e s (1833-1890), Miscel.lània, I, 1, 1993, p. 281-294.

[v] Musée des Familles, 1849, volume 7, p. 206-210.

[vi] Ibid. p. 163-167.

[vii] Ibid. p. 25-27.

[viii] Cf. Philippe Gourdin, « Les mérovingiens vus par le XIX e siècle : l’exemple de Viollet le Duc », Archéologie aujourd’hui, Moyen Âge, 2.

[ix] Voir Bacot, Jean-Pierre. « Le rôle des magazines illustres dans la construction du nationalisme au XIXe siecle et au début du XXe siècle », Réseaux, vol. 107, no. 3, 2001, pp. 265-293.

Voir  Lise Andriès, « Vulgarisation scientifique et naissance de la culture générale », La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle (1800-1914) Ouvrage collectif publié sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde Editions, 2011, pp.1467-1475.

Journée d’études: Historiographie et nationalisme

La 9e journée d’études du groupe de contact FRS-FRNS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles) se tiendra le 11 juin 2021 au Musée royal de Mariemont (Belgique), sur le sujet “Historiographie et nationalisme, XIXe-XXe siècles. Des maîtres, des thèmes, des artéfacts“.

Il s’agit d’une journée d’études organisée en lien avec l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” (accessible jusqu’au 4 juillet 2021).

 

 

 

 

Matinée
Présidence : Sophie Glansdorff (Centre national d’histoire des sciences – CNHS, ULB) et Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
09:30 – Accueil – café
09:45 – Introduction à la journée – Agnès Graceffa et Sophie Glansdorff
10:00 – Mahomet et Charlemagne, un livre ouvert. La postérité historiographique de la thèse de Pirenne – Romain André (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
10:45 – « Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs ». Retour
sur le quatrième Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Charleroi, 1888) – Alain Dierkens (SociaMM, ULB)
11:15 – Discussion et café
11:45 – Les Considérations sur l’histoire de France d’Augustin Thierry : un
texte nationaliste ?, Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
11:45 – Louis le Germanique et les Carolingiens dans la mémoire
allemande: le cas de la Bavière et de la Prusse (1806-1871) – Sophie Glansdorff (CNHS, ULB)
12:45 – Discussion

Après-midi
Présidence : Laurent Verslype (Centre de recherches d’archéologie nationale – CRAN/INCAL UCLouvain)
13:00-15:00 : Lunch, café

Visites guidées et présentation du catalogue de l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” – Marie Demelenne (Conservatrice de la Section d’Archéologie régionale et domaniale du Musée royal de Mariemont – FWB)
15:15 – Présentation de l’ouvrage Clovis. Les grands dans l’Europe du haut
Moyen Âge. Histoire et archéologie (Mémoires de l’AFAM, XXXI) – Laurent Verslype (CRAN UCLouvain, AFAM)
15:30 – À propos d’une paire de boucles d’oreilles « franques » mises au
jour à Irles (Somme, France) au XIXe siècle, et intégrée à la collection Belgique ancienne des MRAH – Britt Claes (MRAH-KMKG) et Walter Leclercq (Crea-Patrimoine, ULB)
16:00 – Discussion et table ronde : Les enjeux actuels des (més)usages du passé mérovingien ?
16:30 – Clôture et visite libre du musée et de l’exposition

Inscription obligatoire auprès de Sophie Glansdorff: sglansdorff[at]gmail.com

Tous les détails sur le site du Musée royal de Mariemont.

Aliénor VAUTHEY

Aliénor Vauthey est assistante diplômée et doctorante en littérature française moderne à l’Université de Lausanne, en Suisse romande. Elle rédige une thèse intitulée « La fabrique des mondes : pratiques démiurgiques en littérature de fantasy française (XIXe) », sous la co-direction de Dominique Kunz Westerhoff (Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Université d’Artois). Ses domaines de recherche sont la littérature de fantasy, les mondes imaginaires et les pratiques de world-building. 

 Sa page académique est accessible ici.

Parution : Châteaux royaux

Après le temps des rois. Les châteaux du Val de Loire et leurs visiteurs, sous la direction d’Aurore Montesi, Florence Fix et Pierre Wat, éditions Orizons, 2019.

Angers, Saumur, Chinon, Langeais, Loches, Plessis-lèz-Tours, le Clos-Lucé, Chenonceau, Amboise, Chaumont-sur-Loire, Blois, et bien sûr Chambord… les châteaux royaux en Val de Loire ont été des lieux de pouvoir avant de s’inscrire dans l’espace commun en tant que lieux publics. Symboles de la majesté des souverains durant deux siècles, ils sont ensuite délaissés pour Paris puis Versailles, menacés de destructions ou de dispersion, restructurés et réemployés. Ce vide fait rêver : leur architecture composite et stratifiée, rappelant les multiples constructions et rénovations qu’ils ont connues, mais aussi les divers emplois et fonctions qu’ils ont pu occuper, interroge l’historien de l’art comme le professionnel de la conservation et du patrimoine. Que présenter au visiteur soucieux d’apprendre, de comprendre ces demeures qui sont une condensation d’histoire de l’art et d’histoire politico-culturelle ?

Une dizaine de conservateurs et d’historiens de l’art, avec la coordination d’Aurore Montesi (doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; page personnelle ici), Florence Fix (Professeur en littératures comparées à l’Université de Rouen-Normandie) et Pierre Wat (Professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’HiCSA), partagent ici leurs expériences et leur savoir afin d’interroger l’identité et le devenir du château « après le temps des rois », suite à la journée d’étude organisée à l’INHA en septembre 2015 ayant pour thématique la représentation des châteaux en Val de Loire du XIXe au XXIe siècle.

SOMMAIRE

Introduction

Aurore Montesi

Imaginer un château. Les romantiques et les châteaux de la Loire : préservation et créations théâtrales

Stéphane Arthur

Châteaux, palais et prisons : la vision symbolique du Cinq-Mars de Vigny

Lise Sabourin

Les châteaux de la Loire dans l’œuvre d’Alexandre Dumas : un exemple de paradigme romanesque

Sylvain Ledda

Un château fond de scène d’un parc : Le garde-chasse de Chambord (1821)

Florence Fix

Le Chambord de Flaubert

Éric Le Calvez

Le Soldat et la Sorcière d’Armand Salacrou, ou les deux défaites du « Roi de Chambord »

Yannick Hoffert

(Dés)enchantement et réinvention du patrimoine. Le château de Chambord dans Peau d’âne de Jacques Demy (1970)

Aurore Montesi

Visiter un château. Avant-propos

Luc Forlivesi

Le château de Chambord au XIXe siècle : étude critique des travaux voulus par le comte de Chambord (1830-1883)

Timothée Bartkowiac-Bouvet

L’évolution du statut et de la destination du château d’Amboise, de la fin du XVIIIsiècle à nos jours

Jean-Louis Sureau

Le château royal de Blois, entre culture et tourisme

Élisabeth Latrémolière

Le château de Saumur au XIXe siècle : genèse d’un monument historique

Claire Giraud-Labalte

Conclusion

Christian Amalvi

Bibliographie indicative

Les auteurs

Table des matières

Appel : Jeanne d’Arc en littérature

Appel à communication pour un colloque international

L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXesiècles : de la sainte nationale à la figure européenne

Université de Lorraine, site de Nancy.

16-17 octobre 2018.

Colloque organisé par les laboratoires de recherche CERCLE (EA 4372) et ECRITURES (EA 3943) de l’Université de Lorraine, en partenariat avec Le Porche (Association des Amis de Jeanne d’Arc et de Charles Péguy) et le Centre Jeanne d’Arc-Charles Péguyde l’Université d’État de Saint-Pétersbourg

Responsables scientifiques : Lioudmila Chvedova & Jean-Michel Wittmann.

 

Argumentaire :

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, mais aussi personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir fasciné les écrivains européens autant que les écrivains français. L’intérêt pour cette héroïne française a en effet largement dépassé les frontières nationales. L’anthologie de textes poétiques Jeanne d’Arc, la voix des poètes. De Christine de Pizan à Léonard Cohen (textes réunis par Yves Avril et Romain Vaissermann, Orléans, Paradigme, 2008) composée de plus d’une centaine de poèmes consacrés à Jeanne d’Arc, du XVe au XXIe siècle, témoigne bien du rayonnement de cette figure dans plusieurs pays, Continuer la lecture