Archives par étiquette : William Morris

Compte rendu d’exposition : Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition « Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval – Peintures et dessins de John Howe » est présentée au Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau depuis le 25 juin 2023 et se prolongera jusqu’au 28 janvier 2024. L’équipe de Modernités médiévales a eu la chance de découvrir cette plongée médiévaliste.

L’objectif de l’exposition, accessible au grand public et à un public familial, est d’explorer en parallèle l’univers visuel de John Howe et ses sources d’inspiration picturales, littéraires et mythiques, en accordant un important volet à son travail sur l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Le Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc ne dispose pas de fonds artistique propre : les œuvres exposées sont toutes l’objet de prêts, issus en grande partie de la collection privée de John Howe lui-même, mais aussi de quelques musées français. L’artiste a ainsi été consulté et s’est même investi dans cette exposition, se prêtant au jeu d’interviews vidéo pour compléter les – assez rares – textes explicatifs du parcours.

Si John Howe illustre – et écrit – des livres pour enfants et divers univers de fantasy, il a surtout illustré des textes et des produits dérivés de Tolkien (calendriers…), avant de se faire connaître du grand public par son rôle de directeur artistique sur les adaptations cinématographiques de Peter Jackson – Le Seigneur des Anneaux (2001-2003) et Le Hobbit (2012-2014) – aux côtés notamment d’Alan Lee. Depuis, il participe également à la série de Prime Studios Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir, pour laquelle il a créé des milliers de « concept arts » et de dessins numériques. Certains sont d’ailleurs, pour la toute première fois, présentés au public lors de cette exposition, dans la salle qui boucle le parcours. L’exposition de Landerneau accorde ainsi une importante place à aux créations tolkieniennes de John Howe – même si d’autres dessins y trouvent également leur place, parmi lesquels des illustrations conçues pour les œuvres de George R.R. Martin ou Robin Hobb. La fantasy et le médiévalisme sont à l’honneur dans tout le parcours, depuis les présentations biographiques de J.R.R. Tolkien et de John Howe, jusqu’aux prolongements les plus contemporains.

De fait, une grande partie de l’inspiration graphique de Howe émane plus du médiévalisme que du médiéval à proprement parler : si l’artiste est bouleversé par sa vision de la cathédrale de Strasbourg, découverte durant ses études en France, son rapport aux sources médiévales est plutôt indirect, permis par l’intermédiaire des récits transmis et illustrés tardivement. L’exposition puise à son tour dans ces textes légendaires, surtout évoqués pour leur réception : Beowulf, La Légende des Nibelugen, l’Edda poétique, mais aussi quelques romans de Chrétien de Troyes sont mentionnés tout au long du parcours, apportant quelques touches de contexte littéraire médiéval.

Mais c’est surtout la réception médiévaliste qui joue un rôle décisif dans le développement de l’imaginaire de John Howe, témoins les (re)créations du XIXe et XXe siècles valorisées dans cette exposition. Le Kalevala, qui contribue à transmettre des récits mythologiques finnois, apparaît ainsi comme une source d’inspiration supplémentaire de l’artiste, de même que certaines œuvres de William Morris – dont quelques-unes ont été prêtées dans le cadre de l’exposition et sont présentées en regard des dessins de John Howe. Si l’influence des motifs de Morris paraît essentielle, l’exposition propose toutefois des présentations plus ténues sur l’ensemble du mouvement Arts & Crafts, et surtout sur l’impact des préraphaélites : leur influence sur les dessins de Howe est mentionnée mais peu montrée, et constitue un point plus léger du parcours. Il n’empêche que les décors naturels de John Howe sont bien mis en valeur, par des accrochages espacés, des agrandissements immenses de dessins numériques, et quelques panneaux rétroéclairés qui exploitent au mieux les jeux de lumière des créations de Howe.

Le médiévalisme, sous plusieurs de ses facettes, a ainsi une place de choix dans l’exposition, montrant la façon dont Howe utilise autant qu’il développe ces motifs. La salle consacrée au thème « Forger les légendes », qui présente quelques pièces d’équipement médiéval, dont une armure face aux dessins de l’artiste, apporte d’ailleurs des informations très intéressantes : lorsqu’il est engagé par Peter Jackson pour développer l’esthétique des adaptations du Seigneur des Anneaux, John Howe est alors reconstituteur depuis quelques années. Cherchant à concevoir des armes à la fois fidèles aux descriptions de Tolkien et à l’ambiance souhaitée dans les films, mais aussi efficaces et cohérentes du point de vue de la pratique martiale, l’artiste profite de son expérience personnelle de reconstituteur pour enrichir ses dessins et les rendre plus pertinents. Il manie lui-même les armes, certes pas de façon experte ni à des fins de reproduction historique, mais afin d’en concevoir la réalité physique et matérielle, et ainsi permettre de créer des visuels intéressants pour les films, ainsi que des objets véritablement maniables pour les acteurs.

Par sa disposition et sa grande place accordée aux visuels plutôt qu’aux textes explicatifs, l’exposition se veut immersive : l’agrandissement de certains dessins permet ponctuellement de donner l’impression d’entrer dans des paysages médiévalistes, des forêts hantées de créatures merveilleuses à la demeure tout en rondeurs de Bilbo. Une mention toute particulière doit être faite pour la salle « Dragons et créatures », qui complète les dessins par une sculpture de John Howe lui-même – l’une des rares qu’il a conçues –, et pour la salle « Dessiner les cités et les châteaux », qui met en lumière les élégantes conceptions architecturales de l’artiste. S’il se plaît à concevoir de nombreux visuels faits de courbes – des serpents de mers aux feuillages de pierre des décors de cathédrale –, il excelle aussi dans les formes rectilignes et géométriques, qui prennent corps dans des dessins de maisons à pan de bois et des colombages d’inspiration médiévale.

Enfin, le catalogue de l’exposition apporte des compléments ponctuels, courts mais très accessibles, sur le travail de John Howe, l’influence de Tolkien ou encore le médiévalisme, notamment dans le chapitre « Des légendes médiévales à la fantasy : une histoire sans fin ». La partie « L’imaginaire médiéval », surtout richement illustrée, reprend une belle part des quelques 250 peintures, dessins et créations numériques de John Howe présentées dans cette exposition. Le catalogue est accessible dans la boutique à l’issue de la visite, aux côtés d’une belle librairie médiévaliste.

L’exposition est à découvrir à Landerneau, au Fonds Hélène et Édouard Leclerc avant le 28 janvier 2024.

Parution : Une brève histoire politique de la fantasy, 2e édition

William Blanc, Une brève histoire politique de la fantasy, édition actualisée et augmentée, Paris, Libertalia, 2023.

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thrones est l’une des séries les plus célèbres au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine.

G.R.R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J.R.R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E.Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Exposition: William Morris, l’art dans tout

Exposition “William Morris (1834-1896): l’Art dans tout“, à La Piscine, Roubaix, du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023. Un programme riche (visites guidées, conférences, etc.) est prévu en parallèle de l’exposition.

Après l’exposition Une conversation anglaise : le Groupe de Bloomsbury, présentée du 21 novembre 2009 au 28 février 2010 et qui avait rencontré un large public, La Piscine propose de continuer son exploration des liens étroits qui unissent artistes, artisans, intellectuels en Grande-Bretagne en mettant en lumière l’univers de William Morris et son apport fondamental dans la reconnaissance des arts appliqués.

L’exposition présente près d’une centaine d’œuvres – peinture, dessins, mobiliers et textiles – provenant de collections publiques anglaises, notamment la Tate Britain et le Victoria and Albert Museum mais aussi de collections publiques françaises et particulièrement de l’important fonds conservé au musée d’Orsay.

Jamais présenté en France, l’œuvre du visionnaire William Morris a fortement marqué son époque en théorisant une utopie sociale, politique, écologique et artistique et en posant les bases de ce qu’on nommera plus tard les Arts & Crafts, qui défendent l’art dans tout et pour tous en réaction à l’industrialisation des savoir-faire artisanaux.

Designer textile, écrivain, poète, peintre, dessinateur, architecte, fabricant, militant socialiste, écologiste et incroyable théoricien, William Morris a développé un œuvre complexe et a milité pour qu’on considère d’une nouvelle manière l’art et l’artisanat, mais aussi les artistes et les artisans de l’Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle, marquée par l’apparition d’une société industrielle. Il est célèbre à la fois pour ses œuvres littéraires, son engagement politique socialiste, son travail d’édition et ses créations dans le domaine des arts décoratifs.

En réaction à la révolution industrielle qui a marqué l’époque victorienne, William Morris affirme l’importance de toutes les formes d’art – peinture, architecture, graphisme, artisanat, littérature… Il œuvre ainsi à redonner des qualités esthétiques aux objets, même les plus usuels, en produisant, par le travail manuel, de la beauté à l’usage de toutes les couches de la société et en valorisant les savoir- faire les plus rares pour aller contre le prosaïsme du monde industriel. Ses recherches formelles et historiques sur la culture Celte et le Moyen-Age nourrissent son inspiration et celles de ses amis artistes dont beaucoup appartiennent au mouvement des préraphaélites – Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, John Everett Millais…- qui se crée autour de lui.

La nouvelle organisation éthique de l’art, théorisée par Ruskin et mise en place par William Morris, ajoute à son œuvre une dimension sociale et écologique, qui est aujourd’hui parfaitement d’actualité : expérience d’ateliers collectifs, retour à la campagne dans des colonies d’artisans, entreprises dont les profits sont reversés aux ouvriers, attention portée aux conditions de fabrication des objets manufacturés et le désir de prendre en compte la dignité de ceux qui les fabriquent, conviction que la « beauté » contribue à donner un sens à l’existence.

Avec cette exposition, La Piscine propose aux visiteurs de plonger dans l’univers de William Morris. Tapisseries, tentures, mobiliers, peintures, dessins seront présentés dans une scénographie volontairement immersive imaginée par Cédric Guerlus.

Commissariat Sylvette Botella-Gaudichon

Scénographie : Cédric Guerlus – Going Design

Catalogue édité à l’occasion de l’exposition

 

Cette exposition a reçu le soutien exceptionnel du Musée d’Orsay.

Cette exposition a reçu le soutien de la Direction régionale des Affaires Culturelles, de la Région Hauts-de-France et de la Métropole Européenne de Lille. Elle bénéficie d’un mécénat exceptionnel du CIC Nord Ouest, fidèle partenaire du musée La Piscine. La scénographie est réalisée grâce au généreux concours des peintures Tollens.

 

Légende :  William Morris (dessinateur), Jeffrey &Cie (fabricant), The Pimpernel, Vers 1876, Papier continu à pâte mécanique, fond vert brossé à la main, impression à la planche de bois en 6 couleurs., 70 x 56.6 cm, Paris, Musée des Arts Décoratifs. © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

LES ADULTES

Conférences

Conversation brodée autour de William Morris

 

LES JEUNES PUBLICS

En individuel

Les Ateliers du mercredi : Du 7 Septembre au 14 décembre 2022 de 13h45 à 17h

  • L’art dans tout – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans
  • Un terreau fertile – 7 à 13 ans

Ateliers des vacances : Du 20 au 23 décembre 2022 de 14h à 17h

  • Ma petite fabrique – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans

En groupe

WEEK-END FAMILIAL

Samedi 19 et dimanche 20 novembre 2022 – de 14h à 17h30