Archives par étiquette : Wagner

Appel : « Réception du Moyen-Âge allemand »

1008547-Richard_Wagner_la_Walkyrie

Appel à communications “La réception du Moyen Âge allemand dans la France d’aujourd’hui“

jusqu’au 30 juin, pour un colloque du 19 au 21 octobre 2016, Université de Limoges

Equipe d’accueil Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC)

Problématique

Dès le Moyen Âge, les deux aires linguistiques de la Romania et de la Teutonia ont représenté le fondement essentiel à partir duquel s’est élaborée et répandue la première littérature savante de rang et de format européens. La culture germanique antérieure aux humanistes allemands et à Luther est toutefois longtemps restée en France très largement une terra incognita. Seules quelques œuvres originales de la fin du Moyen Âge ont connu une réception durable – immédiate pour la Nef des fous de Sebastian Brant et différée d’un siècle pour le roman en prose Fortunatus ou l’Histoire de Till Ulespiegle dont le nom est devenu antonomase. La grande littérature médiévale allemande en revanche a plus intéressé les philologues que le grand public en ce qu’elle n’apparaissait que comme un miroir de la culture française du XIIe siècle. Quant aux mythes, contes et légendes germaniques du haut Moyen Âge, ou à l’art des maîtres chanteurs du Moyen Âge tardif, les Français n’en eurent qu’une réception médiatisée par le romantisme allemand des frères Grimm et de Wagner ou, dans une moindre mesure, de Hoffmann et de Heine.

On constate à partir XIXe siècle, à la faveur du romantisme, une influence mutuelle des réceptions nationales du Moyen Âge, comme en témoigne par exemple la lecture de Jeanne d’Arc par Schiller et Görres – notamment en réaction contre la parodie voltairienne –  qui a influencé en retour la réception de l’héroïne dans la France de la deuxième moitié du XIXe siècle. Aujourd’hui, on assiste à une véritable interpénétration des réceptions multiformes du Moyen Âge à l’échelle planétaire grâce aux médias audiovisuels et numériques. Comme le rappelle Jacques Le Goff, la perception populaire – et parfois savante – du Moyen Âge a été et est encore bipolaire, tantôt magnifiante, tantôt méprisante[1]. Cette attitude vaut aussi pour le Moyen Âge germanique.  Continuer la lecture