Archives par étiquette : voyage

Prix de thèse 2022: Marion BERTHOLET

 

Après délibérations, l’équipe de Modernités médiévales est très heureuse d’annoncer que son Prix de thèse 2022 est décerné à Marion BERTHOLET.

Marion Bertholet a brillamment soutenu en septembre 2020 à l’Université Grenoble Alpes sa thèse en histoire, intitulée “Des Lumières à Sismondi: penseurs et voyageurs face au Moyen Âge italien“.

“Ma thèse en histoire médiévale et moderne s’inscrit dans le sillage des travaux interrogeant les représentations et les interprétations du Moyen Âge. Mon intérêt s’est porté sur la fabrication de l’époque médiévale de la seconde moitié du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, un moment charnière qui a contribué à forger l’imaginaire de l’Europe romantique. Les penseurs des Lumières ont en effet renforcé l’image d’un Moyen Âge européen sombre et rétrograde en fixant un certain nombre de clichés négatifs dont le monde contemporain demeure toujours empreint. Néanmoins, cette idée d’un XVIIIe siècle envisageant de manière monolithique les temps médiévaux a été battue en brèche et c’est pour souligner la complexité de la pensée historique des lettrés de cette époque que je me suis penchée sur leur appréhension de l’Italie.
Je me suis ainsi questionnée sur le processus qui, du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, a inventé le Moyen Âge italien comme une époque singulière : un temps de liberté urbaine et de progrès. Autant de caractéristiques qui tendent à distinguer l’Italie des autres pays occidentaux associés quant à eux à une féodalité rétrograde.
À partir de récits historiques, j’ai mis en exergue la manière dont les penseurs des
Lumières ont créé une exception italienne pour concevoir les évolutions de l’esprit humain, seule la liberté de l’Italie ayant contribué, selon eux, à sortir l’Europe de sa langueur pour entrer dans la modernité. C’est ensuite grâce à l’héritage de ces travaux que Sismondi, dans l’Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge (1807-1818), a définitivement ancré la vision d’une Italie médiévale urbaine, bourgeoise et républicaine, faisant de ce moment l’apogée de l’histoire de la Péninsule. Ces discours ont forgé l’imaginaire des lettrés et c’est pour mesurer ce phénomène que je me suis également penchée sur les pratiques du voyage en Italie : avec la naissance d’un intérêt nouveau pour le Moyen Âge italien, les voyageurs ont en effet tendu à modifier leurs perceptions de l’espace péninsulaire, cherchant les traces d’un passé démocratique dans le Centre-Nord et les restes d’une histoire héroïque et monarchique dans le Sud.
C’est donc à la suite d’un long processus d’interprétation de l’histoire, entamé au XVIIIe
siècle, que l’Italie médiévale s’invente au début du XIXe siècle comme un temps républicain et bourgeois, dominé par la raison, le progrès et la liberté. À cette même époque, les sociétés européennes s’enthousiasment pour un Moyen Âge fantasmé, gothique, féodal, obscur, symbolisé par les brumes, les châteaux, les chevaliers et les magiciens qui peut s’incarner dans des pays comme la France, l’Angleterre ou l’espace germanique. Mais l’Italie ne correspond pas à de telles caractéristiques, la vision de son passé est tout aussi fantasmée et artificielle, mais elle tend à faire appel à d’autres clichés et surtout cela a abouti à l’idée d’une Renaissance italienne qui par contraste avec les temps républicains médiévaux aurait sombré dans la dégénérescence, la violence effrénée, le crime, l’immoralité et les intrigues des cours princières.”

L’association Modernités médiévales accompagnera la diffusion de cette recherche dans le domaine du médiévalisme, sous la forme d’une aide à la publication d’un montant de 500 euros. Toute l’équipe transmet ses félicitations à Marion Bertholet!