Archives par étiquette : traduction

Parution: Traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité

Claudio Galderisi, La rumeur des distances traverses. Transferts culturels, traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité, Brepols, 2021.

Les vingt-cinq chapitres de cet ouvrage offrent une vue d’ensemble de la pratique de la translation, de la traduction et des transferts culturels, de leur portée quantitative et typologique, de leurs enjeux épistémologiques et historiques, de leurs impasses, de leurs silences, de leurs faux-semblants et de leurs faux-amis, mais également de leur charge vivifiante, du profit que les lettrés et les indocti peuvent en retirer.

Cet ouvrage ne s’interroge pas seulement sur l’utilitas, le plaisir, les buts éthiques, politiques et moraux de la traduction. La traduction n’est que l’un des vecteurs de la translatio studii, qui alimente à travers la circulation culturelle et universitaire, le choc des mythologies, la confrontation de la pensée sauvage et de la pensée cléricale, tous les transferts qui s’opèrent du passé vers le présent, de l’Est vers l’Ouest, et parfois de l’Ouest vers l’Est. Ce livre propose alors des études d’autres modalités de transfert culturel, d’autres types de mutations qui dessinent des fractales culturelles dans l’espace-temps qui sépare et réunit l’Antiquité et le monde médiéval, l’Orient et l’Occident, les mondes médiévaux et les mondes modernes. L’observation de ces transferts culturels nous offre une image vivante et vivifiante de la civilisation médiévale et nous oriente dans les chemins et parfois les impasses qu’elle a empruntés au Moyen Âge, et au-delà jusqu’à nous.

Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM), a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe -XVe s.) (Brepols, 2011) et a codirigé une dizaine de volumes sur la traduction et les transferts culturels.

Table des matières

Avant-propos : perspectives et prospectives

Partie I : L’invention du Moyen Âge
Le Moyen Âge des pertes, des gains et une capitalisation majeure
Une civilisation juchée sur les épaules des lettres

Partie II. 1 : Des géants sur les épaules des nains…
Le translateur : Pont et planche du nouveau monde
La langue d’oïl (et la langue d’oc) au miroir des traductions
Le silence des siècles et la traduction empêchée
La traduction manipulée

Partie II. 2 : Mythologie antique et horizons chrétiens : trois exemples de concurrence culturelle
Alcide, le héros oublié de la translatio studii
Alexandre : Bâtisseur et ‘fossoyeur’ d’Alexandrie
Paris au Moyen Âge entre mythisation et représentation littéraire in absentia

Partie III : Les lettres françaises à l’école des traducteurs
Des translateurs-nains aux créateurs de la prose savante
Liste des traducteurs des XIVe et XVe
Des nains devenus des maîtres à penser: Les traductions des miroirs des princes
L’âge de la traduction : Moyen Âge vs Renaissance

Partie IV : Les deux sœurs de la Romania : France et Italie
La France et l’Italie : Faux-amis et vrais transferts culturels au Moyen Âge
Un cas emblématique du bilinguisme roman : Brunetto Latini entre création, compilation et… autotraduction
Une auctoritas problématique : Bonaventure de Demena et l’autotraduction

Partie V. 1 : L’héritage de la translatio studii : de la francophonie au médiévalisme
Du même au même ? La vieille langue était une langue jeune
Lingua Gallica ad Europam

Partie V. 2 : Quatre modalités de la mutation littéraire 
La fée envolée vers la Modernité
Entre réécriture et traduction : Stendhal et les Chroniques italiennes
L’anachronisme sublimé ou La Pisanelle de D’Annunzio
Réécritures vivifiantes : Le Jongleur de Notre-Dame
Le médiévalisme en trompe-l’œil

Conclusion : Pour une nouvelle translatio studii

Apostille anachronique

Index des auteurs
Index des titres
Index des manuscrits

 

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Parution: La Défense de Guenièvre

William Morris, La Défense de Guenièvre [1857], trad. Philippe Mortimer, présentation William Blanc, Montreuil, Libertalia, coll. « La petite littéraire », 2021.

Edition bilingue et première traduction française du poème pionnier de Morris.

 

« Lancelot est entré ; ses lèvres j’ai goûtées,
C’est pure vérité, en ce printemps mutin…
Je ne puis vous décrire tant de félicité. »

 

 

 

En 1857, dans l’Angleterre victorienne patriarcale, William Morris, jeune poète de 23 ans, s’empare de la légende arthurienne. Au lieu de célébrer les exploits des chevaliers, l’auteur donne pour la première fois la parole à la reine Guenièvre. Reprenant l’un des épisodes les plus célèbres du mythe du Camelot durant lequel la souveraine est accusée d’adultère avec Lancelot, il place Guenièvre au centre de son récit et lui laisse le champ libre pour qu’elle présente seule sa défense devant un parterre de juges : tous des chevaliers, tous des hommes. La reine développe ses arguments et défend son amour. À travers elle, William Morris critique les mœurs de son temps, à une époque où les femmes n’ont pas la parole dans l’espace public, tout en célébrant la passion des amants, la sexualité féminine et l’union libre. Ce texte essentiel, particulièrement original dans toute la production arthurienne du XIXe siècle, est pour la première fois traduit en français et publié en édition bilingue.

Retrouvez tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution : La Dame à la Licorne et le Beau Chevalier

La Dame à la Licorne et le Beau Chevalier

Roman, trad. de Nathalie Koble, Editions Phébus, 2021

Rédigé sur commande vers 1350 à l’occasion d’une promesse de mariage, ce roman chevaleresque destiné à une princesse est un témoin ambitieux de la littérature de la fin du Moyen Age.

Nourri d’un idéal courtois mis en danger par la guerre, les rivalités politiques et les épidémies, le livre ne se contente pas de raconter une histoire d’amour, modelée sur tant d’autres : la poésie, la musique, la danse et la qualité des images y célèbrent une culture complète des sens, bien avant le très célèbre cycle de six tapisseries de La Dame à la Licorne, auquel il a sans doute servi d’inspiration. Il avance, autour de la figure rêvée de la licorne, devenue féminine, une image renouvelée de la féminité, en récit, en poésie et en images. Pour une jeune femme, ce livre-coffret se présentait autant comme un manuel de conduite éthique et érotique, que comme une promesse de divertissements secrets, pour égayer les heures passées dans les chambres aux tentures multicolores – non loin des rumeurs, et momentanément à l’abri des catastrophes du monde. Seule, ou avec un amant parfait, et pour le meilleur face au pire.

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Francesca MANZARI

Maître de Conférences en Littérature Générale et Comparée à l’Université d’Aix-Marseille

Membre du CIELAM

Courriel : francesca.manzari@univ-amu.fr

Page personnelle de l’Université : https://cielam.univ-amu.fr/membres/francesca-manzari

Spécialiste de poésie médiévale et contemporaine, notamment dans les domaines italien, français et américain, Francesca Manzari s’intéresse plus particulièrement aux relations entre littérature et philosophie, telles qu’elles se sont nouées en Toscane au XIIIe siècle, et renouées dans la poésie moderniste du XXe siècle.

Elle a édité, avec Michèle Gally et Élodie Burle, un volume intitulé Modernités des Troubadours (Presses de l’Université de Provence, 2018).

 

Parmi ses publications les plus récentes :

  • « “La plus noble peinture est un poème peint” : traduire pour peindre. Dante Gabriel Rossetti lecteur de Dante », (Intermedial Dante: Reception, Appropriation, Metamorphosis, Eds. C. Fischer and M. Petricola, Between, X.20 2020, p. 222-243, betweenjournal.it);
  • « Ezra Pound traducteur des ballades de Guido Cavalcanti », dans La Ballade histoire et avatars d’une forme poétique ( Mireille Demaule et Brigitte Buffard-Moret, Paris, Honoré Champion, 2020, p. 279-298) ;
  • « “The Man with Three Staves Is the Fisher King himself” : Graal et tarot dans The Waste Land, pour une éco-lecture », dans Figures de Parceval : du Conte du Graal au XXIe siècle (dir. María Pilar Suárez et Michèle Gally, Madrid, UÁM Ediciones, 2019, p. 237-244) ;
  • « Traduire Dante, traduire une forme », dans André Pézard, Pour un profil intellectuel (Classiques Garnier, 2017, p. 209-220) ;
  • Les Cantos et le plurilinguisme : ce que la poésie médiévale donne à la modernité, in The Poetics of Multilingualism/La poétique du plurilinguisme (Cambridge Scholars Publishing, 2017, pp. 175-184).

Appel à article : Palimpsestes 36

Pour un volume collectif Le Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines (Palimpsestes 36), dir. Jessica Stephens et  Isabelle Genin (Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Réponses attendues pour le 15 novembre 2020

 (https://journals.openedition.org/palimpsestes/)

 

Le Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines

 
 

Depuis une vingtaine d’années, on constate un regain d’intérêt pour les poèmes, pièces de théâtre et contes du Moyen Âge issus du canon littéraire européen et traduits en anglais moderne : Sir Gawain and the Green Knight, par exemple, a fait l’objet d’au moins quatre retraductions : par W. S. Merwin en 2002, Bernard O’Donoghue en 2006, Simon Armitage en 2007, puis John Ridland en 2016. Ted Hughes, lui aussi, en a traduit quelques extraits.  Les grands textes rédigés en vieil et moyen anglais, irlandais et gallois font l’objet de traductions et de retraductions, tout comme les poèmes et gestes du Moyen Âge français par des poètes-traducteurs s’inscrivant dans le sillage du travail de Ezra Pound, Robert Lowell, ou encore de Norman Shapiro et ses traductions des poèmes de Marie de France, Christine de Pizan et Marguerite de Navarre (French Women Poets of Nine centuries, 2008). D’autres encore, comme W. S. Merwin, Ciaran Carson ou, plus récemment, Clive James, se sont penchés avec succès sur La Divine comédie de Dante.

Comment expliquer cet engouement pour une époque, longue, aux facettes variées, qui s’étend de la chute de l’Empire romain jusqu’au XVe siècle ? Comment les traducteurs contemporains instaurent-ils un dialogue avec ces maîtres du temps passé ? Certains écrivains-traducteurs, au-delà d’une simple traduction, proposent une version plus proche de l’adaptation et de la réécriture, fidèles à l’esprit de l’œuvre source mais non à sa littéralité. Ainsi le Gawain de Simon Armitage est parfois délibérément anachronique. Parfois l’adaptation relève de la transmutation comme lorsque Ezra Pound adapte « Le testament » de François Villon à l’opéra ou encore lorsque la dramaturge, Ufuoma Overo-Tarimo, crée une pièce de théâtre à partir du Conte du meunier de Chaucer. D’autres poètes encore s’approprient le texte source : Caroline Bergvall construit une composition poétique, Drift, autour de « The Seafarer », Maureen Duffy dans Environmental Studies rédige des « gloses » en venant s’appuyer sur des poèmes médiévaux. Lavinia Greenlaw fait-elle autre chose quand, dans A Double Sorrow–Troilus and Criseyde,elle réécrit les amours contrariées des deux jeunes gens ? Parfois, un travail de traduction vient enrichir la production poétique d’un auteur : les poèmes s’inscrivent dans le sillage d’une traduction qu’ils parachèvent comme un sequel : ainsi, le cycle de poèmes Sweeney Redivivus, par Seamus Heaney, est enchâssé dans le recueil Station Island, et fait suite à sa traduction de Buile Shuibhne. Enfin, il arrive souvent qu’un poète insère quelques traductions au sein d’un recueil comme pour rehausser une thématique particulière. 
 
Plusieurs pistes d’étude peuvent être explorées : le dialogue qui s’établit entre les auteurs du Moyen Âge et leurs traducteurs-écrivains contemporains ; l’interaction féconde entre texte source et texte cible ; comment la traduction agit-elle comme un pont, comme une charnière entre le Moyen Âge et le présent ? Nous permet-elle de (re)penser notre présent littéraire ? En quoi la traduction des grands textes médiévaux repousse-t-elle les limites de la traductologie ? Comment la traduction des poèmes, pièces et contes du Moyen Âge décuple-t-elle les ressources créatives des traducteurs-auteurs contemporains ? 

 

Les articles pourront aborder les sujets suivants :

 – la retraduction

– la traduction/ l’adaptation

– la traduction comme source d’écriture, comme point d’appui aux « gloses » – ces poèmes qui sont des réécritures de l’œuvre source

 – les « gloses » comme forme de commentaire(s) du texte source

– l’analyse contrastive de plusieurs traductions

– la traduction de genre à genre (comme forme de transmutation)

– pourquoi retraduire le Moyen Âge ?

– le concept du néo-médiévalisme

– les écrivains-traducteurs français manifestent-ils un même engouement pour  la poésie médiévale européenne ?

– la place de traductions au sein de recueils de poésie

– les manuscrits des traducteurs

 

Les articles doivent avoir une longueur comprise entre 30 000 et 40 000 caractères, espaces incluses (4800 et 6800 mots). Ils doivent nous parvenir avant le 15 novembre 2020, délai de rigueur.

Comme nous aimerions avoir rapidement une idée du nombre d’articles qui nous serons adressés, pouvez-vous nous envoyer un titre et un court résumé d’ici le 31 mai 2020 ?

Jessica Stephens : jessica.stephens@sorbonne-nouvelle.fr

Isabelle Génin : isabelle.genin@sorbonne-nouvelle.fr

 

Palimpsestes est une revue de traductologie de renommée internationale qui respecte un processus d’évaluation à l’aveugle par les pairs. Les engagements de la revue peuvent être consultés dans la Charte éthique : https://journals.openedition.org/palimpsestes/4842

 

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.


Références bibliographiques
 
Ouvrages généraux
A Companion to Medieval Poetry, (ed.) Saunders, Corinne, Oxford, Wiley-Blackwell, 2010.
The Cambridge History of Medieval Verse, Wallace, David (ed.), Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Translating Early Medieval Poetry, Transformation, Reception, Interpretation, (eds. Birkett, Tom, Marsh-Lyons, Kirsty), Cambridge, Cambridge University Press 2018.

Online: The Anglo-Saxon Narrative Poetry Project de Aaron Hostetter, en ligne.

Anthologies 
A Choice of Anglo-Saxon Verse, Richard Hamer (ed.), London, Faber and Faber, 2015.
The Finest Music : An Anthology of Early Irish Lyrics, O’Riordain Maurice (ed.),  London, Faber and Faber, 2014.
The Word Exchange – Anglo Saxon Poems in Translation, Delanty, Greg and  Matto, Michael (eds.), New York, W.W. Norton and Co., 2011.
 
Articles
Alexander,  Michael, « Old English Poetry into Modern English Verse », Translation and Literature 3, 1994.
Berman, Antoine, « La retraduction comme espace de la traduction », Palimpsestes 4, Paris, Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 1990.
Gambier, Yves, « La retraduction, retour et détour », Métavol. 39, septembre 1994.
Jakobson, Roman, « On Linguistic Aspects of Translation », On Translation, Brower, Reuben (ed.), Cambridge, Harvard University Press, 1959
 
Ouvrages sur la traduction
Bassnett, Susan, Bush, Peter, The Translator as Writer, Continuum, London, New York, 2006.
Eco, Umberto, Écrits sur la pensée au Moyen Age, Bouzaher, Myriem, Javion, Maurice J, Rosso, François, Sauvage, Hélène (trads.), Grasset, Paris, 2016.
Eco, Umberto, Art et Beauté dans l’esthétique médiévale,  Javion Maurice (trad.),  Paris , Grasset,  Le livre de poche, 2002.
Eco, Umberto, Dire Presque la même chose,  Bouzahier, Myriem (trad.), Paris, Grasset, 2007.
La retraduction, Kahn, Robert, Seth, Catriona (dir.), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen, 2010.

 

Parution : André Pézard

André Pézard, autobiographe, italianiste, romaniste et médiéviste (1893-1984) – Pour un profil intellectuel, sous la direction de Michèle Gally et Elsa Marguin-Hamon
Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2017

Ce volume éclaire les multiples faces autant que l’unité d’une œuvre et d’un homme. Un écrivain, philologue et traducteur que ses archives, pour beaucoup inédites et aujourd’hui conservées aux Archives nationales, permettent de redécouvrir.
Table des matières Continuer la lecture

Journée « Alibis médiévaux »

Journée d’étude « Alibis médiévaux »

Université Grenoble-Alpes, vendredi 29 janvier 2016

MSH – Salle de réunion (2e étage)

UFR de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères
Université Grenoble Alpes
Équipe d’accueil LUHCIE

decameron

Programme

10h – 10h30 : Accueil des participants

10h30 -12h00 :

Table ronde

Le débat sera animé par Debora Barattin, Francesco Bonelli et Filippo Fonio, avec la Continuer la lecture

Jennifer Rushworth (Oxford)

JenniferRushworth_web

Jennifer Rushworth est chercheuse post-doctorale à l’Université d’Oxford. Elle a fait son doctorat à Worcester College, Oxford, sur les discours du deuil chez Dante, Pétrarque, et Proust (ayant fini la thèse en 2013, elle développe actuellement ce manuscrit en vue de la publier). Son nouveau projet porte sur la réception de Pétrarque en France au dix-neuvième siècle. Elle s’intéresse aux liens entre les auteurs médiévaux et modernes, et des relations franco-italiennes, notamment dans le cadre de la littérature comparée et des études sur la traduction.

https://oxford.academia.edu/JenniferRushworth