Archives par étiquette : Tolkien

Rosine Huguet (Le Mans Université)

Rosine Huguet est doctorante en Littérature Comparée à Le Mans Université. Après des études universitaires sur la chanson de geste et les Miracles et Mystères, et une carrière dans l’enseignement, elle débute en octobre 2023 une thèse, « La construction du savoir dans les cycles d’apprentissage pour la jeunesse en regard d’un lectorat évolutif, dans The Hobbit, The Lord of the Rings, Les Chroniques des Crépusculaires, Harry Potter et Tara Duncan, sous la direction de Nathalie Prince et Justine Breton.

Axes de recherche :  littérature médiévale, histoire littéraire, littérature de jeunesse, cycles et séries fantasy, genres de l’imaginaire.

Autres implications :

Membre de l’association Tolkiendil

Modératrice et correctrice pour le Laboratoire des imaginaires

Appel à communications : Tolkien and His Editors

La 20e édition du DTG Tolkien Seminar aura pour sujet “Tolkien and His Editors / Tolkien und seine Herausgeber:innen” et se déroulera du 11 au 13 octobre 2024 à l’Université RWTH Aachen (Aix-la-Chapelle, Allemagne).

Date limite d’envoi des propositions : 31 mai 2024

Tolkien, in paratextual parts of his main work The Lord of the Rings, introduced himself as the editor and translator of the Red Book of Westmarch. A similar conjecture can be found in Farmer Giles of Ham, which comes with a scholarly preface and purports to be the translation of a medieval manuscript. These rather playful examples should be set alongside the real-world editors of Tolkien’s works. In his will, Tolkien made his youngest son Christopher (1924-2020) his ‘literary executor’ with “full power to publish edit alter rewrite or complete any work of mine which may be unpublished at my death or to destroy the whole or any part or parts of any such unpublished works as he in his absolute discretion may think fit and subject thereto” (official copy of Tolkien’s will, 23 July, 1973). Until his death (16 January 2020), Christopher actively fulfilled his role as ‘literary executor’ and edited and made available to a wide audience countless texts from Tolkien’s estate – and thus strongly influenced the perception and understanding of the works already published during Tolkien’s lifetime. Above all, The Silmarillion (1977), which he edited and, as was established in retrospect (Kane 2009), was heavily modified by him, had a major influence on Tolkien research.
In addition to the central figure of Christopher Tolkien, who could have celebrated his 100th birthday in 2024, the roles of the editors Stanley and Rayner Unwin, the biographer Humphrey Carpenter (Biography; Letters), the student and later colleague Alan Bliss (Hengest and Finn), the daughter-in-law Baillie Tolkien (The Father Christmas Letters) or the Elvish Linguistic Fellowship should also be examined.
The aim of this seminar is to bring together researchers from different disciplines to explore the various questions and problems posed by the publication of Tolkien’s work.
Possible starting points for presentations would be:
• Christopher Tolkien (1924-2020) as ‘co-author’ of Tolkien’s work
• Censorship and restriction: the search for the ‘true’ Tolkien biography
• Tolkien’s posthumous academic work
• The publication of the works on the Elvish (and other) languages
• Access to and handling of Tolkien’s manuscripts and notes in the Bodleian and the
Marquette
The 20th Seminar of the German Tolkien Society is supported by Walking Tree Publishers and will take place in a hybrid format at the RWTH Aachen from 11-13 October 2024.
Interested applicants are requested to send a short synopsis (no longer than one page) and a short biography as well as their preference (attendance in person or online presentation) to Thomas Fornet-Ponse by 31 May 2024:hither-shore [at] tolkiengesellschaft.de

——————–

Tolkien und seine Herausgeber:innen

Call for Papers für das 20. DTG Tolkien Seminar
(11.-13. Oktober 2024 an der RWTH Aachen)

Papervorgaben

Tolkien selbst hat sich in paratextlichen Teilen seines Hauptwerks Der Herr der Ringe als Herausgeber und Übersetzer des Roten Buchs der Westmark vorgestellt. Eine ähnliche Gedankenspielerei finden wir auch in Bauer Giles von Ham, das mit einem gelehrten Vorwort kommt und vorgibt, die Übersetzung eines mittelalterlichen Manuskripts zu sein. Diesen eher spielerischen Beispielen sind die realweltlichen Herausgeber:innen der Werke Tolkiens zur Seite zu stellen. So machte Tolkien in seinem Testament seinen jüngsten Sohn Christopher (1924-2020) zum ‚literary executor‘ mit “full power to publish edit alter rewrite or complete any work of mine which may be unpublished at my death or to destroy the whole or any part or parts of any such unpublished works as he in his absolute discretion may think fit and subject thereto” (official copy of Tolkien’s will, 23 July, 1973). Bis zu seinem Tod (16.01.2020) hat Christopher diese seine Rolle als ‚literary executor‘ aktiv wahrgenommen und einem breiten Publikum unzählige Texte aus Tolkiens Nachlass ediert und zugänglich gemacht – und damit die Wahrnehmung und das Verständnis der bereits zu Tolkiens Lebzeiten veröffentlichten Werke stark beeinflusst. Vor allem das durch ihn herausgegebene und, wie im Nachhinein festgestellt wurde (Kane 2009), stark von ihm bearbeitete Das Silmarillion (1977) hatte einen großen Einfluss auf die Tolkienforschung.

Nebst der zentralen Gestalt von Christopher Tolkien, der 2024 seinen 100. Geburtstag hätte feiern können, wären auch die Rollen der Herausgeber Stanley und Rayner Unwin, des Biographen Humphrey Carpenter (BiographyLetters), des Schülers und späteren Kollegen Alan Bliss (Hengest and Finn), der Schwiegertochter Baillie Tolkien (The Father Christmas Letters) oder des Elvish Linguistic Fellowship zu untersuchen.

Ziel dieses Seminars ist es, Forscher:innen aus verschiedenen Disziplinen und Fachgebieten zusammenzubringen, um die unterschiedlichsten Fragen und Probleme, die sich mit der Herausgabe von Tolkiens Werk stellen, zu erforschen.

Mögliche Ansatzpunkte für Vorträge wären:

  • Christopher Tolkien (1924-2020) als ‚Co-Autor’ von Tolkiens Werk
  • Zensur und Restriktion: die Suche nach der ‚wahren‘ Tolkien Biographie
  • Tolkiens postumes akademisches Werk
  • Die Herausgabe der Schriften zu den elbischen (und anderen) Sprachen
  • Der Zugang zu und Umgang mit Tolkiens Manuskripten und Aufzeichnungen in der Bodleian und der Marquette

Seminar- und Einsendedaten

Das 20. Seminar der Deutschen Tolkien Gesellschaft wird von Walking Tree Publishers unterstützt und findet in einem hybriden Format an der RWTH Aachen vom 11.-13. Oktober 2024 statt.

Interessenten werden darum gebeten, ein kurzes Exposé (nicht länger als eine Seite) und eine Kurzbiographie sowie ihre Präferenz (Präsenzteilnahme oder Online-Präsentation) bis zum 31. Mai 2024 an Thomas Fornet-Ponse zu senden: hither-shore@tolkiengesellschaft.de

Eine Auswahl von relevanten Publikationen zum Thema:

  • Carpenter, Humphrey. 1977. J.R.R. Tolkien. A Biography. Paperback edition 1995. London: HarperCollins.

  • Carpenter, Humphrey (in conversation with Lyndall Gordon). 1995. “Learning about Ourselves: Biography as Autobiography.” The Art of Literary Biography. Edited by John Batchelor. Oxford: Clarendon Press, 267-279.

  • Fliss, William M. and Sarah C. Schaefer et al. 2022. J.R.R. Tolkien: The Art of the Manuscript. Second edition. Milwaukee, WI: Haggerty Museum of Art.

  • Kane, Douglas Charles. 2009. Arda Reconstructed. The Creation of the Published Silmarillion. Bethlehem PA: Lehigh University Press.

  • McIlwaine, Catherine (ed.). 2018. Tolkien: Maker of Middle-earth. Oxford: Bodleian Library.

  • McIlwaine, Catherine (ed.). 2018. Tolkien Treasures. Oxford: Bodleian Library.

  • Tolkien, John Ronald Reuel. 1981. The Letters of J.R.R. Tolkien. Edited by Humphrey Carpenter, with the assistance of Christopher Tolkien. London: George Allen & Unwin. Reprinted by Houghton Mifflin (Boston), 2000. Revised edition 2023.

  • Unwin, Rayner. 1999. George Allen & Unwin. A Rememberancer. Ludlow: Merlin Unwin Books.

Seminar-Stipendium der DTG

Die DTG vergibt ein Stipendium für Tolkien-Nachwuchsforscher zur Teilnahme am 20. DTG Tolkien Seminar. Die Bedingungen für diese Stipendien sind:

Bewerben können sich Studierende, Promovierende, PostDocs oder Beitragende im Alter bis zu 35 Jahren, die in der akademischen Tolkien-Forschung bisher nur mit maximal einer Veröffentlichung in Erscheinung getreten sind. Die Bewerbung erfolgt formlos zusammen mit der Einreichung des Abstracts für den Seminarvortrag. Sie sollte kurze biographische Daten und Informationen zu eventuellen bisherigen Kontakten zur Tolkien-Forschung enthalten. Die Entscheidung über die Vergabe des Stipendiums fällt das Board of Editors von Hither Shore in Absprache mit dem Vorstand der DTG unabhängig von der Entscheidung für die Annahme der Vorträge zum Seminar, sodass ein Vortrag beim Seminar auch ohne Stipendium möglich ist. Das Stipendium umfasst eine Kostenerstattung aller Reise- und Unterkunftskosten für die Teilnahme am Tolkien Seminar sowie der Konferenzdinner bis zu einer Obergrenze von 500 Euro. Die Erstattung erfolgt gegen Nachweis der entstandenen Kosten nach dem Seminar. Der/die Stipendiat*in erhält auf dem Seminar eine Urkunde. Der/die Stipendiat*in verpflichtet sich, seinen/ihren Vortrag nach dem Seminar zur Veröffentlichung in Hither Shore einzureichen. Diese Einreichung wird von den Herausgebern genauso geprüft, wie alle anderen Einreichungen.

Bewerbungen für das Stipendium bitte bis zum 31. Mai 2024 an.

Compte rendu d’exposition : Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition « Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval – Peintures et dessins de John Howe » est présentée au Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau depuis le 25 juin 2023 et se prolongera jusqu’au 28 janvier 2024. L’équipe de Modernités médiévales a eu la chance de découvrir cette plongée médiévaliste.

L’objectif de l’exposition, accessible au grand public et à un public familial, est d’explorer en parallèle l’univers visuel de John Howe et ses sources d’inspiration picturales, littéraires et mythiques, en accordant un important volet à son travail sur l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Le Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc ne dispose pas de fonds artistique propre : les œuvres exposées sont toutes l’objet de prêts, issus en grande partie de la collection privée de John Howe lui-même, mais aussi de quelques musées français. L’artiste a ainsi été consulté et s’est même investi dans cette exposition, se prêtant au jeu d’interviews vidéo pour compléter les – assez rares – textes explicatifs du parcours.

Si John Howe illustre – et écrit – des livres pour enfants et divers univers de fantasy, il a surtout illustré des textes et des produits dérivés de Tolkien (calendriers…), avant de se faire connaître du grand public par son rôle de directeur artistique sur les adaptations cinématographiques de Peter Jackson – Le Seigneur des Anneaux (2001-2003) et Le Hobbit (2012-2014) – aux côtés notamment d’Alan Lee. Depuis, il participe également à la série de Prime Studios Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir, pour laquelle il a créé des milliers de « concept arts » et de dessins numériques. Certains sont d’ailleurs, pour la toute première fois, présentés au public lors de cette exposition, dans la salle qui boucle le parcours. L’exposition de Landerneau accorde ainsi une importante place à aux créations tolkieniennes de John Howe – même si d’autres dessins y trouvent également leur place, parmi lesquels des illustrations conçues pour les œuvres de George R.R. Martin ou Robin Hobb. La fantasy et le médiévalisme sont à l’honneur dans tout le parcours, depuis les présentations biographiques de J.R.R. Tolkien et de John Howe, jusqu’aux prolongements les plus contemporains.

De fait, une grande partie de l’inspiration graphique de Howe émane plus du médiévalisme que du médiéval à proprement parler : si l’artiste est bouleversé par sa vision de la cathédrale de Strasbourg, découverte durant ses études en France, son rapport aux sources médiévales est plutôt indirect, permis par l’intermédiaire des récits transmis et illustrés tardivement. L’exposition puise à son tour dans ces textes légendaires, surtout évoqués pour leur réception : Beowulf, La Légende des Nibelugen, l’Edda poétique, mais aussi quelques romans de Chrétien de Troyes sont mentionnés tout au long du parcours, apportant quelques touches de contexte littéraire médiéval.

Mais c’est surtout la réception médiévaliste qui joue un rôle décisif dans le développement de l’imaginaire de John Howe, témoins les (re)créations du XIXe et XXe siècles valorisées dans cette exposition. Le Kalevala, qui contribue à transmettre des récits mythologiques finnois, apparaît ainsi comme une source d’inspiration supplémentaire de l’artiste, de même que certaines œuvres de William Morris – dont quelques-unes ont été prêtées dans le cadre de l’exposition et sont présentées en regard des dessins de John Howe. Si l’influence des motifs de Morris paraît essentielle, l’exposition propose toutefois des présentations plus ténues sur l’ensemble du mouvement Arts & Crafts, et surtout sur l’impact des préraphaélites : leur influence sur les dessins de Howe est mentionnée mais peu montrée, et constitue un point plus léger du parcours. Il n’empêche que les décors naturels de John Howe sont bien mis en valeur, par des accrochages espacés, des agrandissements immenses de dessins numériques, et quelques panneaux rétroéclairés qui exploitent au mieux les jeux de lumière des créations de Howe.

Le médiévalisme, sous plusieurs de ses facettes, a ainsi une place de choix dans l’exposition, montrant la façon dont Howe utilise autant qu’il développe ces motifs. La salle consacrée au thème « Forger les légendes », qui présente quelques pièces d’équipement médiéval, dont une armure face aux dessins de l’artiste, apporte d’ailleurs des informations très intéressantes : lorsqu’il est engagé par Peter Jackson pour développer l’esthétique des adaptations du Seigneur des Anneaux, John Howe est alors reconstituteur depuis quelques années. Cherchant à concevoir des armes à la fois fidèles aux descriptions de Tolkien et à l’ambiance souhaitée dans les films, mais aussi efficaces et cohérentes du point de vue de la pratique martiale, l’artiste profite de son expérience personnelle de reconstituteur pour enrichir ses dessins et les rendre plus pertinents. Il manie lui-même les armes, certes pas de façon experte ni à des fins de reproduction historique, mais afin d’en concevoir la réalité physique et matérielle, et ainsi permettre de créer des visuels intéressants pour les films, ainsi que des objets véritablement maniables pour les acteurs.

Par sa disposition et sa grande place accordée aux visuels plutôt qu’aux textes explicatifs, l’exposition se veut immersive : l’agrandissement de certains dessins permet ponctuellement de donner l’impression d’entrer dans des paysages médiévalistes, des forêts hantées de créatures merveilleuses à la demeure tout en rondeurs de Bilbo. Une mention toute particulière doit être faite pour la salle « Dragons et créatures », qui complète les dessins par une sculpture de John Howe lui-même – l’une des rares qu’il a conçues –, et pour la salle « Dessiner les cités et les châteaux », qui met en lumière les élégantes conceptions architecturales de l’artiste. S’il se plaît à concevoir de nombreux visuels faits de courbes – des serpents de mers aux feuillages de pierre des décors de cathédrale –, il excelle aussi dans les formes rectilignes et géométriques, qui prennent corps dans des dessins de maisons à pan de bois et des colombages d’inspiration médiévale.

Enfin, le catalogue de l’exposition apporte des compléments ponctuels, courts mais très accessibles, sur le travail de John Howe, l’influence de Tolkien ou encore le médiévalisme, notamment dans le chapitre « Des légendes médiévales à la fantasy : une histoire sans fin ». La partie « L’imaginaire médiéval », surtout richement illustrée, reprend une belle part des quelques 250 peintures, dessins et créations numériques de John Howe présentées dans cette exposition. Le catalogue est accessible dans la boutique à l’issue de la visite, aux côtés d’une belle librairie médiévaliste.

L’exposition est à découvrir à Landerneau, au Fonds Hélène et Édouard Leclerc avant le 28 janvier 2024.

Colloque : Quelle épopée !

Les 40e Assises de la traduction littéraire, sur le thème “Quelle épopée !“, se dérouleront à Arles du 10 au 12 novembre 2023.

Au commencement du patrimoine écrit était Gilgamesh : la guerre, puis le voyage. L’Iliade et L’Odyssée, déjà. Sources inépuisables de récits oralement transmis et remodelés, infiniment revisités par la littérature, ces deux motifs constituent la trame et la chaîne de l’épopée, qui sera la toile de fond de ces 40es Assises de la traduction.
De l’anglais ou de l’espagnol, de l’estonien ou du turc, du tamoul ou même du sindarin, les Assises traduiront sans relâche les récits fondateurs de l’humanité du 10 au 12 novembre, à Arles, où se partage chaque année pendant trois jours une aventure intellectuelle et sensible ouverte à tous.

[pré programme en date du 22/09/2023]

VENDREDI 10 NOVEMBRE – CHAPELLE DU MÉJAN

15H00 – 15H15 • Ouverture des Assises 
✳︎
15H15 – 16H15 • Conférence inaugurale. Pourquoi traduire un truc comme l’Iliade ? par Pierre Judet de la Combe
✳︎
16H30 – 17H • Remise de prix. Grand Prix de Traduction de la Ville d’Arles
✳︎
17H – 17H45 • Concert Calendal, Frédéric Mistral / Henri Maquet, par Henri Maquet, Emmanuelle Aymes, Elsa Bonal, Audrey Peinado et Rachel Rouviere
✳︎
18H – 19H30 • Table ronde. Horcynus Orca, un Moby Dick moderne, avec Moshe Kahn, Stephen Sartarelli et Antonio Werli, animée par Élodie Karaki ; interprète : Valentine Leÿs
✳︎
POP ARLES
20H • Soirée des Assises. Soirée des 40 ans d’ATLAS
Bal électro-folk avec Le Mange Bal, suivi d’un DJ set par Rubin Steiner


SAMEDI 11 NOVEMBRE – MATIN

SALON DU CITL
9H00 – 10H15 • Lectures caféinées. Épique épique et colégram, animé par Margot Nguyen Béraud 
✳︎
GRAND AMPHITHÉÂTRE – ESPACE VAN GOGH
9H00 – 10H15 • Rencontre professionnelle. Archipelagos : un nouveau dispositif européen pour les traducteurs par Jörn Cambreleng, avec Laura Brignon
✳︎
ESPACE VAN GOGH
10H30 – 12H30 •  Ateliers
Ateliers de traduction et d’écriture allemand avec Stéphanie Lux ✳︎ espagnol (Chili) avec Stéphanie Decante ✳︎ hébreu ancien avec Gilles Rozier ✳︎ italien avec Antonio Werli ✳︎ tamoul avec Jean-Luc Chevillard ✳︎ turc avec Xavier Luffin
Atelier d’écriture avec Antoine Boute

✳︎
PARADE
10H30 – 12H30 • Atelier d’initiation à la traduction littéraire. Traducteur d’un jour : Dragon Ball, animé par Anthony Prezman

✳︎

APRÈS-MIDI

CHAPELLE DU MÉJAN
14H30 – 15H45 Entretien. Quelle épopée ?, par Florence Goyet et Roberte Hamayon ; animé par Salomé Kiner
✳︎
16H – 17H15 Conférence [titre à venir], par Emanuele Arioli et Arnaud Bikard ; animé par Salomé Kiner
✳︎
17H30 – 19H • Lecture. Un Mahabharata polyphonique : Le Cantique des Lionnes, par Karthika Naïr et Dominique Vitalyos
✳︎
THÉÂTRE D’ARLES
14H30 – 15H45 • Observatoire de la traduction – An 05. Qu’attend-on de la traduction, qu’attend-on de la littérature ?, avec Hervé Le Tellier et François Ottmann – modéré par Isis von Plato
✳︎
16H – 17H15 • Dialogue en musique. “Affamés hystériques nus”. Traduire Howl, d’Allen Ginsberg, par Nicolas Richard et Rubin Steiner
✳︎
17H30 – 19H Entretien. Kenda Mũiyũru, une épopée dont la langue est l’héroïne (Les Neuf parfaites, de Ngũgĩ wa Thiong’o), avec Guillaume Cingal et Laurent Vannini

✳︎
SOIR – CINÉMAS LE MÉJAN
20H30 Ciné-rencontre
Le chevalier au dragon, le roman disparu de la table ronde, un film de Marie Thiry, avec Emanuele Arioli. Projection suivie d’une rencontre avec Emanuele Arioli

 

DIMANCHE 12 NOVEMBRE

MATIN

CHAPELLE DU MÉJAN
9H00 – 10H15 Table ronde professionnelle. Quand le marché du livre s’emballe
animé par Sophie Aslanides (ATLF), avec Hélène Ling, Julie Sibony et Dominique Tourte (FEDEI)
✳︎
ESPACE VAN GOGH
10H30 – 12H30 Ateliers de traduction
Ateliers de traduction et d’écriture anglais avec Cécile Deniard ✳︎ anglais avec Laurent Vannini ✳︎ arabe avec Marcella Rubino ✳︎ chinois avec Gwennaël Gaffric ✳︎ estonien avec Antoine Chalvin ✳︎ portugais (São Tomé) avec Emanuele Arioli ✳︎ yiddish ancien avec Arnaud Bikard
✳︎
GRAND AMPHITHÉÂTRE – ESPACE VAN GOGH
Petites conférences dominicales
 10H30 – 11H30 Les Lusiades, un classique européen, par Aude Plagnard
11H30 – 12H30 Histoire efflorescente du poème épique italien, par Michel Orcel

✳︎

APRÈS-MIDI

MUSÉE DÉPARTEMENTAL ARLES ANTIQUE
14H – 14H45 Petite conférence (à partir de six ans). Pourquoi Achille court-il si vite ?, par Pierre Judet de la Combe
✳︎
CHAPELLE DU MÉJAN
14H15 – 14H45 Le temps des musiciens. Batalha de Oliveiros com Ferrabraz, une épopée chantée, par Raísa França Bastos et Augusto de Alencar
✳︎
15H – 16H30 Table ronde. Traduire Tolkien traducteur : des langues réelles aux langues imaginaires, avec Damien Bador et Vincent Ferré ; animée par Salomé Kiner
✳︎
16H30 – 16H45 Clôture et annonce du thème des prochaines Assises, par Margot Nguyen Béraud

INFORMATIONS PRATIQUES
Billetterie en ligne : billetweb.fr/assises-2023
Renseignements : 04 90 52 05 50 · atlas [at] atlas-citl.org

Retrouvez tous les détails sur le site des Assises.

Colloque : Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien

A l’occasion des 50 ans de la première traduction du Seigneur des Anneaux en français, l’association Tolkiendil organise des “Journées de Recherche et de Rencontre sur Tolkien“, qui se dérouleront les 6 et 7 octobre 2023 à l’Université Paris-Créteil (vendredi 6 octobre) et à la Bibliothèque Buffon à Paris (samedi 7 octobre).

Programme

Vendredi 6 octobre 2023

A l’amphithéâtre de la Maison de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Etudiant, rue Poète et Sellier, 94000 Créteil

8h30: Accueil

9h; Introduction

9h15: Guillaume Coissard, “Une ontologie des choses imaginaires à partir de Tolkien”

10h: Maxime Bremond, “‘The New Shadow’ de J.R.R. Tolkien: suite avortée du Seigneur des Anneaux ou dialogue théologique?”

10h45: Pause

11h: Adrien Bigue et Emma Serb, “La cape et la bannière. Ouvrages tissés et fils narratifs dans Le Seigneur des Anneaux

11h45: Elisa Bes, “Le désespoir comme le fardeau de ‘devoir faire seul(e)’: Eowyn et Turin”

12h30: Pause déjeuner

14h: Romain Plichon, “De Minas Tirith à Doullens, Tolkien l’homme des citadelles: pour la patrimonialisation d’un itinéraire militaire”

14h45: Simon Ayrinhac, “Cartes de la Terre du Milieu: qui en est le véritable auteur?”

15h30: Pause

15h45: Marie Bretagnolle, “Rendre visible l’invisible: présences du mal et personnages en voie de disparition dans les illustrations pour J.R.R. Tolkien”

16h30: Alberto Fleitas, “Echos du sublime dans l’adaptation cinématographique de la Bataille des Champs du Pelennor”

 

Samedi 7 octobre

Amphithéâtre de la Bibliothèque Buffon, 15bis rue Buffon, 75005 Paris

9h30: Accueil

9h45: Denis Bridoux, “L’Hymne à Elbereth et le Namarië”

10h30: Damien Bador, “Aperçu des langues construites de J.R.R. Tolkien au travers des révisions du Seigneur des Anneaux

11h15: Pause

11h30: Raphaël Vaubourdolle, “L’héraldique chez Tolkien: catalogue et usages des armoiries en Arda, de l’Ainulindalë à l’aube du Quatrième Âge”

12h15: Paolo Pizzimento, “Rings of Smoke: Pipe-weed, Pipes, and Smoking Imaginary in J.R.R. Tolkien’s Narrative”

13h: Pause déjeuner

14h: Antonin Segault, “Le fandom de Tolkien dans les encyclopédies en ligne francophones”

14h45: Enzo Le Guiriec, “Etat des lieux de la recherche japonaise autour de Tolkien depuis l’après-guerre”

15h30: Pause

15h45: Vivien Feasson, “La retraduction du Simarillion

16h30: Table ronde (détails à venir)

 

Une soirée à thème est également organisée, ainsi que des ateliers de calligraphie elfique et des jeux.

Retrouvez tous les détails sur le site des JRRT.

 

Parution : Le Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines (Palimpsestes)

La revue Palimpsestes consacre son numéro 36, dirigé par Isabelle Guénin et Jessica Stephens, au sujet du “Moyen Âge au prisme de la traduction et de la réécriture contemporaines”. Les articles sont intégralement disponibles en ligne, sur le site de la revue Palimpsestes.

Depuis 1999, date à laquelle paraît la traduction de Beowulf par Seamus  Heaney, un dialogue foisonnant s’établit entre traducteurs et poètes contemporains français, anglais et irlandais et les grands textes médiévaux issus du canon européen. Ce nouveau volume de la revue PALIMPSESTES, spécialisée en traductologie, explore les divers modes de ce transfert linguistique et culturel qui met en regard deux époques que de nombreux siècles séparent : traductions, réécritures, adaptations. Il interroge également les motivations de cet engouement : retour aux « sources » de notre littérature contemporaine, fascination pour une période mal connue que les traducteurs et poètes tentent de déchiffrer, ou terrain d’exploration suffisamment vierge et anonyme pour se prêter tout type de réappropriation et d’expérimentation de l’expression artistique personnelle. Ce volume donne la parole à des chercheurs d’horizons divers tout comme à des traducteurs et des philologues. Des références moins connues y côtoient d’autres, plus célèbres : Sir  Gawain, Tolkien, Rutebeuf, Chaucer, le Conte  du  Graal. En conclusion, ce numéro, qui mêle analyses textuelles détaillées, mises en perspective, outils critiques et témoignages, saura intéresser un large lectorat : étudiants, universitaires issus de divers champs disciplinaires (traductologie, études médiévales, linguistique, sociologie, philosophie…) et plus généralement tous ceux que les mots, leur histoire et leur traduction passionnent.

Exposition : John Howe, sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition “Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval. Peintures et dessins de John Howe” se tiendra du 25 juin 2023 au 28 janvier 2024 à Landerneau, au Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la Culture.

« Cette exposition montre comment à partir de l’œuvre littéraire de Tolkien, un univers pictural est inventé. C’est celui du dessinateur et peintre John Howe. Puisant dans les mythes médiévaux, il crée un imaginaire inédit source de multiples représentations artistiques, jusqu’au cinéma. Landerneau défend l’importance de l’héritage de Tolkien dans l’ensemble de la création artistique et ludique. C’est un fait culturel majeur ! »Michel-Édouard Leclerc

Conçue comme une exploration picturale et commentée de l’œuvre de Tolkien et de l’origine des légendes médiévales, qui de nos jours s’imposent dans la bande dessinée, les jeux vidéo, ainsi que sur les petits et grands écrans, l’exposition présente plus de 250 dessins et peintures de John Howe.

Artiste de renommée internationale, John Howe a d’abord illustré les romans de Tolkien, avant de participer à la direction artistique des deux trilogies cinématographiques Le Seigneur des Anneaux, et Le Hobbit aux côtés du réalisateur Peter Jackson, s’installant plusieurs années en Nouvelle-Zélande durant le tournage des films. Plus récemment, il a également pris part à la création artistique de la série Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir.

L’évocation des influences poétiques et mythologiques ancestrales telles que Les EddasLe KalevalaLa Chanson des NibelungenBeowulf, ou les légendes arthuriennes, permet de percevoir à quel point la richesse de l’œuvre romanesque de Tolkien et de l’imaginaire médiéval puisent leurs sources dans la résonance de ces temps lointains, parfois écrite à l’aide de runes, ou racontée par un barde dans une langue méconnue.

Tolkien participe ainsi à la transmission de ce patrimoine en composant avec génie une mythologie unique et novatrice, devenue pour le monde entier la référence iconique de l’imaginaire médiéval.

L’exposition est complétée par d’authentiques objets d’époque médiévale (armure, épées…).

Le parcours est également ponctué d’œuvres contemporaines de Tolkien, notamment issues du mouvement préraphaélite – opposé au conformisme académique britannique, et majoritairement inspiré par l’imaginaire médiéval – ou encore du mouvement Arts and Crafts.

Commissariat Diane et Jean-Jacques Launier,
fondateurs du musée Art Ludique

© John Howe’s poster art used with permission of Middle-earth Enterprises LLC & Sophisticated Games Ltd. All rights reserved © Rodhamine © FHEL 2023

 

Détails et réservations sur le site du Fonds Culturel Leclerc.

Parution : Une brève histoire politique de la fantasy, 2e édition

William Blanc, Une brève histoire politique de la fantasy, édition actualisée et augmentée, Paris, Libertalia, 2023.

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thrones est l’une des séries les plus célèbres au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine.

G.R.R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J.R.R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E.Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Journée d’études : Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui

La journée d’études “Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui”, organisée par Vincent Brejard et Adeline Duperray, se déroulera le mardi 14 mars 2023 à Aix-en-Provence, salle de colloque 1, Pôle multimédia, Maison de la Recherche.

Matinée : pérennités littéraires de l’imaginaire arthurien

8 h 30 Accueil

9 h 00 Le mot d’introduction des organisateurs

9 h 15 Michèle GALLY : « Le royaume arthurien ou l’échec des utopies »

10 h pause

10 h 15 Elodie BURLE : « Arturus next : d’un Arthur à l’autre »

11 h 00 Francesca MANZARI : “J.R.R. Tolkien et la légende arthurienne : des questions d’amour”

12 h pause déjeuner

Après-midi : les jeux de l’imaginaire arthurien

14 h 00 : Bernard JEANNOT-GUERIN : « La vivacité des clichés ou l’imaginaire arthurien en mouvements dans la comédie musicale française »

14 h 45 : Laurent-Sébastien FOURNIER : « Le tournoi, entre imaginaire littéraire et réalité ethnographique »

15 h 30 : Pause

15 h 45 : Audrey TUAILLON DEMESY : « De l’écrit au vécu : l’usage des légendes arthuriennes en reconstitution historique. »

 

Contact organisateurs : Adeline Duperra (adeline.duperray [at] univ-amu.fr) et Vincent Brejard (vincent.brejard [at] univ-amu.fr).

Appel à communications : Journées de recherche et rencontres sur Tolkien

Les Journées de Recherche et de Rencontre sur Tolkien, organisées par l’association Tolkiendil, se dérouleront les 6 et 7 octobre 2023 en région parisienne (détails à venir).

Date limite d’envoi des propositions : 31 mai 2023.

Dans une période où l’actualité autour de l’œuvre de Tolkien foisonne, entre publications accompagnées par les illustrations de l’auteur lui-même pour la première fois et sortie de la série des Anneaux de Pouvoir sur Amazon Prime en 2022 par exemple, les Journées de Recherche et de Rencontres sur Tolkien ont pour objectif de permettre un état des lieux des études universitaires sur l’œuvre de Tolkien.

Il y a de cela cinquante ans, le lectorat francophone découvrait en librairie l’œuvre majeure qu’est Le Seigneur des Anneaux, phénomène médiatique et littéraire aux États-Unis ainsi qu’au Royaume-Uni quoique de manière moins visible, et pourtant encore pratiquement inconnu en France. Traduit pour les éditions Christian Bourgois par Francis Ledoux et publié en trois tomes, sa parution était concomitante avec la disparition de l’auteur : 2023 est donc une année de double commémoration pour le public francophone.

Arrivée dans le paysage éditorial près de près de vingt ans après la sortie de l’ouvrage au Royaume-Uni (1954-1955), l’œuvre de Tolkien s’impose en France comme un incontournable, en particulier dans la culture populaire des amateurs de littératures de l’imaginaire, tout en étant cycliquement « redécouverte » dans les médias. Elle devient durablement et littéralement visible tout particulièrement à partir des années 2000 avec le succès médiatique des adaptations cinématographiques de Peter Jackson. Cette période permet aussi, avec l’impulsion éditoriale de Vincent Ferré, d’accélérer le rythme de traduction de nouveaux ouvrages, avec la suite des tomes de L’Histoire de la Terre du Milieu ou des textes non fictionnels comme les Lettres, et le lancement d’un long chantier de retraduction et harmonisation des œuvres déjà publiées. En parallèle, l’étude universitaire de l’œuvre de Tolkien en France acquiert, après des décennies peu prolifiques, plus de visibilité académique grâce aux colloques organisés en 2008 (Rambures) et 2012 (Cerisy) et plus récemment en 2022 (« Tolkien et l’Antiquité », Paris). À cela s’ajoutent de nombreuses publications comme Sur les rivages de la Terre du Milieu (2001), D’Asimov à Tolkien (2004), Tolkien et ses légendes (2009) ou Tolkien et la religion (2021), et de multiples travaux d’étudiants, de plus en plus nombreux depuis vingt ans. Œuvre à la réception protéiforme, entre objet assimilé à la culture populaire et fiction associée à la culture académique (en particulier à travers le statut universitaire de son auteur), la légitimité de cet objet d’étude ne fait plus de de doute entre la publication du Dictionnaire Tolkien aux éditions du CNRS en 2012 et l’organisation d’une exposition consacrée à l’auteur à la Bibliothèque nationale de France en 2019 – dont le succès sans précédent, 135 000 visiteurs en quatre mois, vient conforter la notion d’une popularité forte de l’œuvre.

Les thèmes abordés lors de ce colloque relèveront de problématiques multiples, dans la lignée des colloques généralistes précédents qui ont apporté au public francophone de nouveaux éclairages sur l’auteur et son œuvre.

Les questions de traduction pourront être mises à l’honneur, d’autant qu’une vague de nouvelles traductions ou de révisions de traductions a cours depuis 2012, avec le travail de Daniel Lauzon entre autres.

Ces questions pourront être associées à une approche éditoriale, avec le processus de multiplication et réédition constante des textes, que ce soit en français ou dans d’autres langues.

Des analyses du texte lui-même, à la lumière de prismes de lecture contemporains, seront appréciées, tout comme des éclaircissements sur la vie de l’auteur, les études biographiques ayant beaucoup évolué depuis quelques années, avec les travaux de Leo Carruthers sur la religion ou sur l’expérience de la guerre de John Garth.

Enfin, les questions de réception de l’œuvre, en France ou ailleurs, permettront d’ancrer notre propos dans un contexte historique ou contemporain et éventuellement d’aborder la transmédialité actuelle de l’œuvre, à la suite des travaux de Vincent Ferré, d’Anne Besson et de Laura Martin-Gomez.

Ce colloque a lieu en région parisienne les 6-7 octobre 2023, il est ouvert à tous et toutes. Une attention particulière sera portée aux propositions de jeunes chercheurs. Les communications pourront être en français ou en anglais.

Les propositions sont à envoyer à l’adresse colloque2023 [at] tolkiendil.com avant le 31 mai 2023.

Séminaire: Guerre et médiévalisme

Le séminaire “Guerre et médiévalisme” organisé par Aude Mairey abordera pour l’année 2023 diverses facettes de la guerre médiévale et de ses représentations et usages contemporains. Il aura lieu les vendredis de 14h à 16h, salle Perroy à la Sorbonne, et sera accessible en visio.

27 janvier 2023 – Aude Mairey, « Introduction ».

10 février 2023 – Benoît Bouzigues (Université de Montréal), « Les animaux dans les guerres des univers de Tolkien et Lewis ».

10 mars 2023 – Alban Gautier et Victor Barabino (Université de Caen), « De Saxo Grammaticus à Robert Eggers : figures d’Amleth le guerrier ».

17 mars 2023 – Florian Besson (agrégé et docteur en histoire), « Dieu le veut ! De la science-fiction à l’extrême-droite, retour sur les croisades imaginaires ».

31 mars 2023 – Enki Baptiste (Université Lumière Lyon 2 (CIHAM-UMR 5648) et Institut français d’islamologie), « Le médiévalisme de l’État islamique, ou le fantasme de la guerre des origines ».

14 avril 2023 – Bruno Dumézil (Sorbonne Université – Ecole polytechnique), « Conan et autres barbares : constantes et métamorphoses de l’altérité ».

 

Détails et inscriptions sur le site d’Aude Mairey.

Parution: Fantasy et imaginaire (Mundus Fabula)

Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat (dir.), “Fantasy et imaginaire”, Mundus Fabula, Dossier thématique, 2022.

Après trois éditions des ateliers-séminaires Loisirs et imaginaires, publiés sous forme de dossiers sur Mundus Fabula, le quatrième temps de réflexion autour de cette thématique globale a porté sur “Fantasy et imaginaire”. Inscrits dans le cadre de l’ANR Aiôn, ces rencontres se tiennent au laboratoire C3S. Elles permettent d’inviter des collègues à présenter leurs travaux puis à échanger collectivement, à l’aide d’une table ronde. 

Fantasy et imaginaire sont deux termes intimement liés, notamment en études littéraires. L’enjeu de l’atelier-séminaire 2021 était de faire dialoguer ces deux notions à l’aide de terrains de recherche aussi bien issus de la littérature que des sciences sociales. Plus spécifiquement, l’accent a été mis sur l’usage fait des fictions dans le champ des loisirs. Les imaginaires ainsi (re)produits au cours des temps ludiques et/ou festifs ont pu être étudiés par chacun des intervenants, dans des pratiques aussi diverses que les re-créations (d’univers fictionnels), la scénographie dans un festival metal ou les jeux vidéo. Avant leur publication, les textes ont tous fait l’objet d’une double expertise.

Sommaire

– Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Introduction : Fantasy et imaginaire. Mobiliser l’imaginaire pour expérimenter la fiction

– Sébastien Wit, L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise

– Laura Martin-Gomez, Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien

– Marie Kergoat, S’escrimer au sabre laser : une arme fictionnelle peut-elle devenir une réalité martiale ? 

– Corentin Charbonnier, Les fictions dans l’univers metal : de la musique à la scénographie du Hellfest

Séminaire: Médiévalisme en séries

Alors que les superproductions de séries réinventant le Moyen Âge se multiplient, et que les travaux universitaires proposent d’établir un premier bilan du médiévalisme en 2022[1], Florian Besson (Actuel Moyen Âge) et Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, Modernités médiévales) organisent un séminaire en ligne consacré à la représentation du Moyen Âge dans les séries, intitulé « Médiévalisme en séries ».

Chaque session abordera une ou plusieurs séries ultracontemporaines mettant en scène certaines facettes de la période médiévale, et s’intéressera de façon plus large aux articulations entre histoire et imaginaire dans ces productions sérielles à destination du grand public.

Date et horaires des sessions : samedi 19 novembre 2022 (9h-12h30), samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30), samedi 18 mars 2023 (9h-12h30).

 

Session 1, samedi 19 novembre 2022 : Imaginaires historiques dans House of the Dragon

Suite à la diffusion de la première saison de House of the Dragon (HBO, 2022- ), série dérivée de Game of Thrones (HBO, 2011-2019) et qui s’inscrit à première vue dans une dynamique similaire d’appropriation et de détournement de l’histoire, la première session du séminaire s’intéressera à la façon dont la série utilise et construit des imaginaires historiques. La première saison, diffusée entre août et octobre 2022, met en place une narration complexe servie par un grand spectacle esthétique. Dans la continuité de Game of Thrones, un soin particulier est accordé à la photographie de la série, aux costumes et aux décors, qui puisent dans des imaginaires historiques variés pour créer une impression de familière étrangeté : l’époque mise en scène dans cette série de fantasy ne correspond à aucun réalisme historique, mais s’inspire pourtant d’éléments aisément reconnaissables issus des – ou attribués aux – périodes antique, médiévale et moderne. Les inspirations historiques de Game of Thrones et la façon dont la série traite l’histoire ont été largement étudiées[2], et il convient d’analyser désormais les processus de continuité, de rupture et de renversement opérés dans son héritière, House of the Dragon.

Ce temps de travail collectif regroupera des spécialistes de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la période moderne et de la représentation audiovisuelle de ces différentes périodes. Il s’agira d’interroger collectivement la place de l’histoire dans la première saison de la série ainsi que dans les discours publicitaires et de production qui ont entouré sa diffusion et sa réception dans la seconde moitié de l’année 2022. Ce séminaire est pensé dans la continuité des recherches des groupes Modernités médiévales, La Garde de Nuit, Actuel Moyen Âge et les Geekstoriens.

 

Programme Samedi 19 novembre (9h-12h30), en ligne (Zoom) : 

9h-9h45 : « Âge d’Or et décadence : la tragédie de la Maison du Dragon », Aurélie Paci (La Garde de Nuit). Enregistrement vidéo disponible ici.

9h45-10h30 : « The crown and the realm. Pensée politique et gouvernement d’un royaume médiévaliste », Florian Besson (Actuel Moyen Âge). Enregistrement vidéo disponible ici.

10h30-11h15 : « Corporalités médiévalistes : corps, vêtements, armements, le Moyen Âge à l’épreuve de la modernité », Soline Anthore-Baptiste et Nicolas Baptiste (Les Geekstoriens). Enregistrement vidéo disponible ici.

11h15-12h30 : « Découvrir House of the Dragon et sa relation à l’histoire antique, médiévale et moderne », table ronde modérée par Justine Breton (Modernités médiévales), avec Aurélie Paci, Soline Anthore-Baptiste, Florian Besson et Nicolas Baptiste. Enregistrement vidéo disponible ici.

***

Session 2, samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30) : Postérités de J.R.R. Tolkien

14h-14h45: Laura Martin-Gomez, « Du texte à l’écran : The Rings of Power, métamorphose d’une fiction ». Enregistrement vidéo disponible ici.

14h45-15h30: William Blanc, « Les Anneaux de Pouvoir : entre médiévalisme et péplum ». Enregistrement vidéo disponible ici.

15h30-16h15: Emma Save, « L’Elfe de Tolkien à la série The Rings of Power : création d’un être imaginaire issu d’un passé fantasmé ». Enregistrement vidéo disponible ici.

16h15-17h30: Table ronde présidée par Vincent Ferré, « Le Moyen Âge de Tolkien, des romans au petit écran », avec Laura Martin-Gomez, Emma Save et William Blanc. Enregistrement vidéo disponible ici.

***

Session 3, samedi 18 mars 2023 (9h-12h30): Un autre Moyen Âge pour d’autres séries?

Lien de connexion : https://urlz.fr/kFfN 

ID de réunion : 912 0548 2327

Code secret : 21061948 

 

9h-9h45: Yohann Chanoir, « Les châteaux médiévaux dans les séries TV : entre imaginaire hérité et historicité progressive »

9h45-10h30: Julie Escurignan, « Fans de séries médiévalistes ou fans du Moyen Âge ? La réception médiatique des séries médiévalistes contemporaines »

10h30-11h15: Justine Breton, « 2022 ou le médiévalisme franchisé »

11h15-12h30: « Quel Moyen Âge pour quelles séries aujourd’hui ? », table ronde modérée par Florian Besson

Chaque intervention sera suivie d’un temps de discussion et d’échanges.

***

Pour toute question, veuillez contacter Justine Breton : justine.breton [at] univ-reims.fr ou Florian Besson : florient.latin [at] gmail.com

Ce séminaire a donné lieu à un dossier thématique publié sur la revue en ligne Mundus Fabula.

 

[1] Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire, Paris, Vendémiaire, 2022 ; Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (dir.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023, à paraître.

[2] Parmi une longue bibliographie, citons au moins quelques références françaises : Stéphane Rolet, Le Trône de fer, ou le pouvoir dans le sang, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2014 ; Florian Besson et Justine Breton, Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones, Paris, Presses universitaires de France, 2020 ; et Aurélie Paci et Thierry Soulard, Les Mystères du Trône de fer, II : la clarté de l’histoire, la brume des légendes, Paris, Pygmalion, 2021.

Appel: Myth and Middle Ages: Paradigms of Pictorial Fantasy Aethestics (1880-2020)

Prof. Dr. Hans Rudolf Velten (Universität Siegen) et Prof. Dr. Joseph Imorde (Weißensee Kunsthochschule Berlin) organisent du 13 au 15 mars 2023 un colloque à Berlin sur l’esthétique de fantasy de 1880 à 2020: “Myth and Middle Ages: Paradigms of Pictorial Fantasy Aesthetics (1880-2020)“.
Date limite d’envoi des propositions: 30 août 2022.
 
Today, fantasy is one of the most popular intermedia entertainment genres worldwide. Its growing attention in recent decades is not only reflected in charts and rankings, but also in the form of popular cultural events such as Peter Jackson’s film adaptation of Tolkien’s The Lord of the Rings or the highly successful HBO series Game of Thrones, based on the novel series by George R.R. Martin. 
 
Among the many reasons contributing to this popularity, the visualization of heroic and villainous characters, relevant spaces and locations, battles and fights in the visual media of fantasy (like book covers and illustrations, maps, posters and display material, films and serials, images on websites etc.) is highly significant. However, this visualization has hardly been seen by scholars of the genre so far, and it has also been studied only selectively (exceptions are the works of Tolkien, cf. Hammond/Scull 2018, Alexander 2016). Yet it is not only the intratextual heroes, settings, and motifs of individual novels that exhibit iconic quality; it is also mythic archetypes of characters, things, buildings, and landscapes that together constitute the imagery of fantasy.
 
This visual aesthetic, we assume, has iconographic antecedents in the 19th and early 20th centuries. It is part of the much larger and comprehensive fantastic art, which has been an important current in European iconography since Hieronymus Bosch and Pieter Bruegel (Holländer 1980). In this regard, fantasy imagery refers to literary motifs, materials, and sources from the mythologies of the Middle Ages and antiquity: the songs of the Old Norse Edda, the Celtic tales about King Arthur and his Round Table, the Germanic heroic epics, the Finnish Kalevala (Hammond/Scull 2018). Here we find patterns and models that have entered the genre (which, in sensu strictu, only begins with Tolkien) via various routes to their aesthetic absorption in Romanticism and 19th-century historicism: Dragons and monsters, dwarves and elves, wizards, demons and witches, fairies and mermaids, kings and princesses, chivalrously armed heroes and their dark antagonists, animate, also mysterious, often pseudo-religious objects and weapons, talking animals, giants, trolls, and other monstra (Kowalski 2020). They, together with neo-mediaeval spaces (steep cathedral walls, high towers, moats and city walls, ruins of castles, temples and monasteries, dark forests and battle panoramas), often garishly lit and featuring bold color combinations, form a large part of the reservoir of fantasy iconography. This strangeness of nature and environment, based on the invalidity of natural laws and a historical and cultural distance that makes the manifestations of images, figures, and spaces components of “other worlds,” can be seen as the basis for this iconography. Together with its topographical localization on maps, it is part of the “fantastic neomedievalism” that Eco had already described in 1986. Tolkien’s maps, for example, which were designed analogously to medieval maps of places and ways, show a complete mythopoetic fantasy world able to stimulate pictures and illustrations (Klinger 2011; Bunting/Currie 2020). In general, “significant elements of Tolkien’s mythology” appeared simultaneously with the texts also in pictorial form, as recent studies of his illustrations have revealed (Hammond/Scull 2018).
 
The aim of the conference is to expand and differentiate these observations, to relate them to the iconographic tradition of the fantastic, and thus to better explore and understand the visual aesthetics of fantasy. Hence, in turn, their part in the popularity of the genre – for example, through commercial strategies of image staging – should become more visible, as well as their influence on the respective text should be examined more closely. The conference is designed to be interdisciplinary in order to initiate exchange between approaches in literary studies, art history, and book studies. The subject of the conference will consist of the production of visualizations of global fantasy in its diverse media manifestations: Book illustrations and covers (novel and graphic novel), image design in comics, visual figurations in film and television series, the various visualizations in role-playing, video and computer games of fantasy. 
 
Proposals for papers may be submitted on the following topics: 
 
1. Images of fantasy literature: cover design, illustrations, book decorations and maps in fantasy novels and series of different epochs and authors. Tolkien himself had illustrated his novels and decorated them with “kaleidoscopic patterns”. The global reception of The Lord of the Rings called for renowned illustrators who worked out numerous editions: John Howe, Alan Lee, Frank Frazetta, Boris Vallejo are only some of the most important among them (Auger 2008, Alexander 2016). Proposals for contributions are invited on individual book editions and series as well as on illustrators and single elements such as maps or cover design. 
 
2. Fantastic iconography in the 19th and early 20th centuries: Victorian painting, for example, of the Pre-Raphaelites with their decidedly medieval references, the medieval book art of someone like William Morris, the works of the Arts & Crafts movement, the Ars Fantastica of Surrealism (cf. Lottes 1984, Biemer 2011, Goodwin 2015). Here, the focus is primarily on the archetypes of medieval reception in nineteenth-century medievalism, but also on other patterns of fantastic iconography (e.g., in W.R. Lethaby) constructing the visual aesthetics of fantasy. Contributions may demonstrate adaptations of such iconographic patterns in material design, coloration, and decoration in fantasy (such as the effect of Kelmscott Press medieval book decoration in fantasy).  Similarly, the inclusion of medieval archetypes in pulp magazines and dime novels of the early 20th century, such as the illustrations in magazines like Saturday Evening Post, Harper’s Bazaar, McClure’s, Argosy, Eerie, Prince Valiant, etc. (Earle 2009, Kowalski 2020) can be examined.
 
3. Fantasy imagery in graphic novels, movies, series, and games. Since the release of the major fantasy films and television series after 2000, which once again popularize Tolkien’s or Martin’s popular novels, fantasy iconography is inevitably changing as a result of the shift to the visual medium. The question what changes this intermedial expansion entails may be clarified on the basis of individual analyses of graphic novels, films, series, and games (such as Dungeons & Dragons) (see Dolle-Weinkauff 2010, Harvey 2013, and Bärtle 2017).
 
Please send a paper title and short exposé by August 30th, 2022 to: Prof. Dr. Hans Rudolf Velten: velten [at] germanistik.uni-siegen.de
 
Une version de l’appel en allemand est également disponible sur ce site.
A German version of the call for paper is available on this website.

Appel à communications: Les langues anciennes et leurs imaginaires

Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton organisent le colloque “Les langues anciennes et leurs imaginaires“, qui aura lieu du 23 au 25 mars 2023 à Autun. Ce colloque fait partie du programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) et il est à l’initiative de l’association Human-Hist, en partenariat avec le Centre d’histoire vivante et la ville d’Autun.

 

« Pour les Lancriens, une cérémonie religieuse qui ne se tient pas dans une langue aussi ancienne qu’inintelligible ne peut être que du chiqué »,

Terry Pratchett, Carpe Jugulum (1998, trad. Patrick Couton).

 

En avril 2021, l’enseignement des langues régionales est officiellement inscrit dans le programme des écoles primaires françaises, suscitant des réactions mitigées et des effets de recul au cours des mois suivants. De même, les débats réguliers autour de l’enseignement des langues anciennes cristallisent des enjeux souvent contradictoires, entre volonté de préservation voire de valorisation d’un patrimoine culturel, et projets de rentabilité et de construction vers l’avenir. Pourtant, cette question de la défense et de la réappropriation linguistique dépasse de loin le simple cadre de l’enseignement scolaire et universitaire. Les langues, qu’elles soient régionales, anciennes ou même fictionnelles, convoquent et concentrent en elles-mêmes de riches imaginaires, issus de longues traditions culturelles ou construites de toutes pièces. Une langue n’est jamais un simple ensemble de mots et de règles. Elle est associée à une ou plusieurs cultures et, par extension, possède une importante fonction symbolique : la langue contribue notamment à la construction des identités, des nations et des imaginaires (Thomas, 1998).

Pour cet appel, nous considérons les langues anciennes dans un sens large, qui regroupe toute une constellation de pratiques et d’usages de langues révolues, peu connues, ou même imaginées. Ainsi, les langues anciennes peuvent être celles d’un temps et d’un espace historique donnés (latin, grec) mais aussi des langues dites traditionnelles (régionales) ou fictionnelles (lorsqu’elles sont inventées, par exemple, à partir de langues existantes). Il s’agira de s’intéresser non seulement aux cadres d’expression de ces langues mais aussi (et surtout) à leurs imaginaires. Dans cette perspective, les langues anciennes peuvent faire l’objet de réappropriations ou de (ré)inventions dans de nombreux domaines. Les imaginaires qui les entourent, entendus comme des « systèmes de pensée cohérents créateurs de valeurs, jouant le rôle de justification de l’action sociale et se déposant dans la mémoire collective » (Charaudeau, 2007 : 54) permettent de saisir leur apparition, leur circulation et leurs transpositions. Afin de mieux cerner les langues anciennes et leurs imaginaires, trois grands axes semblent pouvoir se dégager.

Les langues anciennes dans les productions artistiques et littéraires

            En premier lieu, les productions contemporaines, qu’elles soient artistiques ou littéraires, s’emparent fréquemment des imaginaires associés aux différentes langues. En musique, par exemple, les projets se multiplient pour valoriser un patrimoine culturel et social local, comme dans l’album Renaud cante el’Nord (1993) interprété en picard, ou dans les œuvres du groupe « I Muvrini » célébrant la polyphonie corse depuis la fin des années 1970. Du côté des langues traditionnelles, apparaissent également des enjeux politiques de préservation, sauvegarde et défense, comme le revendiquent notamment « Les Ramoneurs de Menhirs » et leurs chansons en breton. D’autre part, toute une branche musicale, issue de genres variés, se consacre à la création de chansons originales en latin, avec des artistes spécialisés comme Enya ou le groupe « Ista Latina », ou des productions plus ponctuelles de chanteurs et de groupes du monde entier. Mais la symbolique des langues l’emporte parfois sur la signification linguistique : le projet musical « Era » propose plusieurs albums interprétés dans une langue inventée, librement inspirée du latin et de différentes langues celtes, afin de créer une atmosphère spirituelle et mystique.

Les musiciens ne sont pas les seuls à s’emparer des imaginaires linguistiques. De nombreux exemples récents mettent en évidence cet entremêlement des langues anciennes et des langages de fiction, et soulignent le potentiel créatif qui en résulte. Fréquemment, les langues anciennes sont détournées pour donner naissance à des productions linguistiques différentes, volontairement pensées comme étranges et faisant appel à un imaginaire souvent teinté de magie. Dans les jeux vidéo The Witcher (2007-2015), plusieurs langues celtes sont mélangées pour former le « Elder Speech » (Metzger, à paraître) ; dans Kaamelott (2005-2009), quelques vers d’ancien français sont présentés comme de l’« ancien celte » et deviennent incompréhensibles pour les personnages ; des mots de vieil irlandais acquièrent dans le film Excalibur (1981) un pouvoir surnaturel, formant une incantation si marquante qu’elle est de nouveau employée dans la série American Dad (depuis 2005) et le film Ready Player One (2018) ; etc. Chaque fois, la langue est réelle mais sa prononciation, sa grammaire et son usage sont détournés, délaissant le sens au profit de l’imaginaire. Dans d’autres cas, les langues sont entièrement fictionnelles, comme le R’lyehian ou le dothraki, mais leur utilisation dans différentes productions artistiques et culturelles forge autour d’elles un ensemble de valeurs et d’images qui tendent à se figer rapidement. C’est notamment le cas du klingon, créé en 1985 pour l’univers transmédiatique Star Trek, et qui connaît depuis une grande popularité dans les communautés de fans de science-fiction. Néanmoins, sa représentation dans des productions autres que Star Trek tend à réduire ses locuteurs à des clichés de « nerds » – le vendeur de BD dans Les Simpson (depuis 1989), Kevin dans How I Met Your Mother (2005-2014), ou encore tous les personnages principaux de The Big Bang Theory (2007-2019).

Les langues anciennes et la fabrique des mondes

            En second lieu, les langues anciennes et leurs imaginaires sont aussi mobilisés pour la fabrique d’univers, que ceux-ci soient sociaux ou fictionnels. D’abord, dans le cadre de la mise en vie du passé. Dans les jeux de rôle sur table ou grandeur nature, mais aussi dans les évocations du Moyen Âge lors d’événements festifs, par exemple, l’ancien français peut être abondamment mobilisé par les joueurs ou acteurs de ces pratiques pour signifier un décalage temporel d’avec le monde contemporain. En ce sens, la langue ancienne devient un marqueur d’altérité et favorise une forme de dépaysement. Du côté de l’histoire vivante et en particulier des Arts martiaux historiques européens (AMHE), les langues anciennes (latin, grec, ancien français, ancien italien, ancien allemand, entre autres) sont étudiées afin de conduire à la mise en vie de gestes martiaux, historiquement situés (qu’il s’agisse de l’époque médiévale, mais aussi antique ou moderne).

Les langues anciennes donnent également naissance à des formes langagières inédites, notamment lorsqu’elles sont réappropriées dans notre quotidien. Ainsi en est-il, par exemple, de différents détournements de mèmes médiévalisants sur la toile (Cordier, Ding et Gum, 2021). À cet égard, en quoi des manières de s’exprimer et de s’exposer, propres à une période donnée, traduisent-elles des imaginaires collectifs que l’on associe à l’histoire (en l’occurrence médiévale) ? En quoi le détournement d’une langue ancienne dans un cadre numérique traduit-il une réinvention du passé ?

Mais aussi, du point de vue de l’anthropologie ou de la sociologie, comment l’utilisation de langues anciennes ou traditionnelles participe-t-elle à produire des communautés ? Entre revendications identitaires et sauvegarde patrimoniale, le langage est l’un des fondements qui structure un groupe. Ainsi en est-il, par exemple, des communautés de fans de la Terre du Milieu qui donnent une réalité sociale aux langues inventées par Tolkien (Erat et Rabitsch, 2017), en échangeant en sindarin ou en quenya sur des blogs, en se donnant réciproquement des cours sur les plateformes linguistiques comme DuoLingo, ou en développant la poésie elfique créée par l’auteur. Cet usage des langues anciennes fictionnelles se retrouve aussi du côté des pratiques sportives. Par exemple, au quidditch, les termes issus d’une sémantique propre au monde sorcier (avec son histoire et parfois ses évolutions langagières) sont aujourd’hui mobilisés en l’état dans le cadre de l’activité recréée : « quaffle », « snitch » ou encore « bludger » sont les noms des balles en jeu sur le terrain (Tuaillon Demésy, 2017).

Cet axe vise à questionner l’usage fait de ces langues et la place qu’occupent ainsi les sources linguistiques, historiques ou fictionnelles, dans des pratiques de loisirs contemporaines. Les langues anciennes ont ainsi à voir avec le temps (long de l’Histoire ou de la tradition, ou plus proche, des pratiques culturelles contemporaines) mais aussi avec l’espace (lieux physiques d’expression privilégiés de certaines formes langagières, mais aussi territoires immatériels, tels les jeux vidéo, etc.). En creux, cette thématique des langues anciennes permet de questionner la notion d’imaginaire en l’illustrant par des études de cas.

Les langues anciennes et la symbolique d’époques révolues

            En troisième lieu, les langues fictionnelles, plus spécifiquement, sont régulièrement étudiées d’un point de vue linguistique, esthétique, social ou narratif. Ces travaux font suite aux réflexions de J.R.R. Tolkien dans sa conférence « A Secret Vice » (1931) et à la vision plus globale de l’auteur, qui place la création linguistique au fondement de son univers fictionnel. Les langues tolkieniennes, et tout particulièrement les différentes langues elfiques, sont aujourd’hui largement analysées, compilées voire employées par des communautés de chercheurs et d’amateurs de la Terre du Milieu, notamment grâce aux dictionnaires et méthodes linguistiques édités. Si rares sont les auteurs de fiction à placer la linguistique à l’origine de leur création (Peterson, 2015), cette importance accordée aux langues fictionnelles se maintient de façon constante dans les genres de l’imaginaire. En 2016, le film de science-fiction Premier Contact (Arrival) est même consacré à ce rôle central de compréhension linguistique et à l’incidence qu’une langue peut avoir sur la façon de concevoir les autres, le monde et même la notion de temporalité. Enfin, malgré leur diversité et les possibilités créatives qu’elles impliquent, ces langues sont fréquemment associées à des symboliques précises, et tendent parfois à être réduites à un imaginaire bien spécifique. Tout comme une image de chevalier en armure suffit à faire naître tout un faisceau d’idées associées au Moyen Âge, quelques mots de latin, de breton ou de klingon convoquent à leur tour des imaginaires affiliés à des univers précis. Si ces imaginaires semblent a priori largement partagés dans les cultures occidentales, ils n’ont toutefois que rarement fait l’objet d’études spécifiques, interrogeant l’articulation entre les langues et l’imaginaire qu’elles suscitent.

Dans cette continuité, comment expliquer le succès du médiévalisme, notamment à travers l’usage fait du détournement d’un langage qui « fait » médiéval, par opposition à d’autres époques ? Alors qu’il est question de médiévalisme, l’« antiquitalisme » ou « antiquialisme » est une notion qui n’est pas encore pleinement théorisée, peut-être par manque de réappropriation, notamment culturelle et linguistique, dans un cadre contemporain. Ainsi, à travers le prisme des langues, il pourra s’agir d’interroger la prédominance du Moyen Âge dans les productions artistiques, culturelles, sportives et ludiques contemporaines. Les liens qui existent entre fantasy et Moyen Âge ne sont plus à démontrer (Besson, à paraître) et, sans doute, les processus de world building (Wolf, 2012) y jouent un rôle déterminant.

Par ailleurs, l’archéologie, de son côté, révèle également des usages moins connus des langues anciennes mais qui témoignent pourtant de l’imaginaire d’une époque, voire qui renouvellent le regard contemporain porté sur certaines périodes. Ainsi en est-il, par exemple, de la découverte récente en Belgique d’une tablette de défixion en plomb, sur laquelle sont gravées des inscriptions en latin et en grec, accompagnées de dessins (Bélanger Sarrazin, Delattre et al., 2019). Cet objet, comme d’autres retrouvés ailleurs et notamment à Autun, témoignent de l’usage de la magie dans l’Antiquité, mise par écrit. Dès lors, comment les imaginaires d’un temps spécifique transparaissent-ils dans les traces écrites laissées par l’Histoire ? Comment nous informent-ils sur des modes de vie et croyances propres à une période donnée ? Mais aussi, comment sont construits des imaginaires contemporains sur ces époques, à travers les écrits qu’elles nous laissent ?

Enfin, une attention peut être portée à l’usage fait de termes issus des langues anciennes dans une perspective marketing ou de communication. Comment expliquer, par exemple, le surgissement dans notre quotidien de marques aux noms qui font écho aux langues romanes ou grecques (Nike, Veolia, Vivendi, Sanex, etc.) ? Quels sont les imaginaires mobilisés dans ces stratégies marketing et à quelles fins le sont-ils ? Des approches en sciences de gestion ou en sciences de l’information et de la communication seraient ici les bienvenues pour éclairer ces questionnements.

 

            L’enjeu de cet appel est de comprendre comment sont mobilisées les langues anciennes, mais aussi leurs dérivés, dans différentes productions. Plus encore, il s’agira d’analyser les usages artistique, littéraire et social des langues anciennes, traditionnelles et fictionnelles dans notre société contemporaine. À cet égard, plusieurs facettes du sujet pourront être envisagées, parmi lesquelles :

            – la construction de l’imaginaire autour des langues anciennes ;

            – la réappropriation ou le détournement des langues anciennes ;

            – la diffusion et l’évolution des imaginaires des langues anciennes ;

            – l’usage des langues anciennes dans les pratiques de mise en vie du passé ;

            – les temporalités des langues anciennes et leurs oscillations entre passé et présent ;

            – l’usage des imaginaires linguistiques pour la construction de mondes, sociaux ou fictionnels ;

            -etc.

Dans cette perspective, ce colloque se veut pluridisciplinaire. Les propositions pourront ainsi relever des domaines suivants, sans que cela ne soit exhaustif : sociologie, anthropologie, linguistique, histoire, archéologie, géographie, sciences de l’information et de la communication, sciences de gestion, études littéraires, études audiovisuelles.

 

            Les propositions de communication en format texte (.odt ou .doc), d’environ 2000 signes, présenteront clairement une question de recherche, un cadre théorique et méthodologique ainsi que les principaux axes d’analyse envisagés. Elles seront accompagnées de 5 mots-clés et d’une courte présentation biographique, et seront adressées conjointement à audrey.tuaillon-demesy [at] univ-fcomte.fr et justine.breton [at] univ-reims.fr pour le 30 mai 2022 au plus tard.

 

Bibliographie indicative

Barnes Laurie et van Heerden Chantelle, « Virtual Langues in Science-Fiction and Fantasy Literature », dans Language matters, vol.37 (1), 2006, pp. 102-117.

Bélanger Sarrazin Roxanne, Delattre Alain, Demaiffe David, De Winter Natasja, Martin Alain, Raepsaet Georges et Raepsaet-Charlier Marie-Thérèse, « Une tablette de défixion récemment découverte à Tongres », Latomus, n° 78, 2019, pp. 471-481.

Besson Anne, « Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ? », in Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (eds.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître en 2022.

Charaudeau Patrick, « Les stéréotypes, c’est bien, les imaginaires, c’est mieux », in Henri Boyer (ed.), Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, Paris, L’Harmattan, pp. 49-63, 2007.

Cordier Hélène, Ding Leticia et Gum Chloéy, « Du trouvère au créateur de mèmes : actualiser les pratiques d’écriture médiévale sur internet », Médiévalisme(s), Atelier du CEMEP, Université de Lausanne, 26 novembre 2021.

Destruel Mathieu, Reality in Fantasy : Linguistic Analysis of Ficitonal Languages, Boston, Boston College, 2016.

Erat Vanessa et Rabitsch Stefan, « “Croeso i Gymru” – where they speak Klingon and Sindain : An essay in appreciation of conlangs and the land of the red dragon », in Alexander Onysko, Eva-Maria Graf, Werner Delanoy, Guenther Sigott et Nikola Dobrić (eds.), The Polyphony of English Studies, Berlin, Narr Dr. Gunter, 2017, pp. 197-220.

Landragin Frédéric, Comment parler à un alien ? Langage et linguistique dans la science-fiction, Saint-Mammès, Le Bélial’, 2018.

Metzger Manon, « Médiévalisme et celticité : les langues et cultures celtiques à l’œuvre dans The Witcher », in Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton (eds.), S’évader au Moyen Âge, entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale, à paraître.

Peterson David J., The Art of Language Invention. From Horse-Lords to Dark Elves, The Words Behind World-Building, New York, Penguin Books, 2015.

Smith Ross et Honegger Thomas, Inside Language. Linguistic and Aesthetic Theory in Tolkien, 2e édition, Zurich, Walking Tress Publishers, 2011.

Thomas Paul-Louis, « Fonction communicative et fonction symbolique de la langue sur l’exemple du serbo-croate : bosniaque, croate, serbe », Revue des études slaves, vol. 70, n° 1, pp. 27-37, 1998.

Tolkien J.R.R., A Secret Vice : Tolkien on Invented Languages, éd. Dimitra Fimi et Andrew Higgins, Londres, Harper Collins Publishers, 2020.

Tuaillon Demésy Audrey, « Le quidditch moldu. De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, vol. 31, pp. 393-413, 2017.

Wolf Mark, Building Imaginary Worlds. The Theory and History of Subcreation, New-York & London, Routledge, 2012.

 

Comité scientifique

Carmen Alén Garabato, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Roxanne Bélanger Sarrazin, Université d’Oslo

Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

Laurent Di Filippo, Université de Lorraine

Pierre-Alexandre Chaize, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Vincent Ferré, Université Paris-Est Créteil

Jonathan Fruoco, Université Grenoble Alpes

Clémentine Hougue, Le Mans Université

Frédéric Landragin, CNRS

Sophie Laribi-Glaudel, Université de Lorraine

Karine Meylan, Musée romain de Lausanne-Vidy/Université de Lausanne

Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté

Karin Ueltschi-Courchinoux, Université de Reims Champagne-Ardenne

 

Comité d’organisation

Renaud Baujot-Julien, Centre d’histoire vivante d’Autun

Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

Bruno Galice, Centre d’histoire vivante d’Autun

Orlane Messey, Université de Franche-Comté

Sacha Thiebaud, Université de Franche-Comté

Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté