Archives par étiquette : sorcière

Journée d’études : Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

Dans le cadre du séminaire “Grandes et petites mythologies”, organisé par Karin Ueltschi, aura lieu la journée d’études “Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie“, le jeudi 1e février 2024 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, salle de la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon).

Après l’espace et le temps, la faune et la flore, notre troisième Journée d’études sera consacrée aux objets comme confluents et vecteurs tout à la fois des grandes et petites mythologies. Bâtons ou chaudrons, bottes ou tuniques, ceintures…, de préférence humbles objets du quotidien, ont de tout temps offert une hospitalité généreuse à un surplus de sens et de vertus « magiques » afin de toucher, à travers l’épaisseur même de leur réalisme quasi trivial, des points sensibles des interrogations humaines et de proposer des grilles de signifiance.

Selon l’esprit de nos recherches, les contributions doivent s’ancrer au carrefour de l’Olympe et du foyer, et mettre en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires : l’objectif ultime de nos travaux en effet consiste à montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde : ainsi la clochette, qui passe de la robe du prêtre Aaron au cou du bétail chez Ovide et au Carnaval, aux enchantements de Noël et aux rires des étoiles du Petit Prince.

Dans les sociétés d’autrefois, « l’objet circule peu, il doit durer, il est rare, on s’y attache. De cette attitude découlent beaucoup de pratiques aujourd’hui considérées comme désuètes ; on rafistole, on ravaude et surtout on récupère tout ce qui peut encore servir. Rien ne se jette, tout peut servir » :  boue, clous, coquilles d’œuf, cuir de vieux souliers, tesson, bouts de bois et autres cheveux.  Ainsi, « l’objet se caractérise par sa forte présence, son poids de réalité. »

Les actes de cette Journée d’Études seront publiés, ensemble avec les conférences données dans le cadre du séminaire entre septembre 2022 et juin 2024, dans le troisième volume des « Grandes et Petites Mythologies », aux éditions de l’Université de Reims (EPURE).

Programme :

9h : Accueil

9h20 : Sophie Conte, directrice du Crimel : Ouverture de la Journée d’Études

Présidence de séance : Sophie Conte

9h30 : Laurence Helix (Université de Reims/CRIMEL) : Le Miroir.

10h : Alain Corbellari (Université de Lausanne) : Anneaux fabliesques.

10h30 :  Christine Ferlampin (Université de Rennes 2) : La chape de Zéphyr le luiton dans Perceforest : manteau d’invisibilité, capuchon d’un genius cucullatus ?

11h : Discussion et Pause

Présidence de séance : Karin Ueltschi

11h30 : Philippe Walter (Université de Grenoble) :  Un graal : du vaisselier au mythe.

12h : Dominique Ancelet-Netter (ICP) : Autour de la pièce de monnaie.

12h30 : Discussion & Repas

Présidence de séance : Laurence Helix

14h15 : Régine Borderie, (Université de Reims/CRIMEL) : La Peau de chagrin : un talisman  problématique.

14h45 : Yannick Bellenger-Morvan (Université de Reims/CIRLEP) : George MacDonald et « La Princesse légère » (1865) : Objets magiques et esthétique littéraire.

Présidence de séance : Amandine Haller

15h15 : Discussion & Pause

15h45 : Catalina Girbea (Université de Bucarest, par visio-conférence) : La matérialité du  bouclier dans l’imaginaire médiéval.

16h 15 : Karin Ueltschi (Université de Reims/CRIMEL) : Bâtons, balais, baguettes : transformations et (en)jeux métonymiques.

16h45 : Discussion et fin de journée

 

Retrouvez toutes les informations sur le site du laboratoire.

 

Appel à communications : La sorcière, entre objet historique et icône féministe

La journée d’études “La sorcière, entre objet historique et icône féministe“, organisée par l’UR 3400 ARCHE, se déroulera le vendredi 2 juin 2023 à l’Université de Strasbourg, dans la salle de conférence de la MISHA ainsi qu’en visioconférence.

Date limite d’envoi des propositions : 1e mars 2023.

La figure de la sorcière s’est construite à partir de croyances issues de l’imaginaire humain depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. En Occident, la « chasse aux sorcières », selon l’expression consacrée, est initiée au Moyen Âge. Mais c’est l’époque moderne qui a condamné judiciairement et massivement ces femmes pour crime de sorcellerie dans un phénomène historique de grande ampleur. Cette répression issue d’une criminalisation progressive a produit une image complexe de la sorcière, parfois présentée comme une figure militante d’un féminisme forgé à l’aune d’interprétations polémiques très contemporaines. Comme beaucoup de médias l’affichent aujourd’hui, la sorcière est-elle réellement pacifiée, réhabilitée, dûment ou indûment récupérée à des fins de revendications sociétales ou abusivement exploitée pour servir des desseins vengeurs exprimés comme tels ?

Cette figure est utilisée de façon récurrente dans de nombreux espaces géographiques et se décline sous des aspects très différents selon les époques et les cultures, exerçant une fascination qui attire souvent les regards de façon irrésistible, qui subjugue par ses aspects aguichants ou qui peut paralyser le recul et la critique nécessaires à une étude prudente et approfondie.

La question de la définition de la sorcière est essentielle pour recenser la diversité des cas présents dans le temps et l’espace. La sorcellerie ne se décline pas qu’au féminin, comme la présence d’hommes l’atteste dans des proportions variables selon les régions (80% en Normandie à l’époque moderne). Le nombre de cas est un sujet continuellement révisé au vu des archives nouvellement exploitées, et également débattu suivant les interprétations ou extrapolations parfois exagérées pour étayer des thèses allant jusqu’à la manipulation. La célèbre militante écoféministe américaine qui se revendique sorcière, Starhawk, avance le chiffre de 9 millions de condamnations.

Se pose alors la question de la légitimité à utiliser la figure de la sorcière. Les acteurs et actrices d’un militantisme contemporain s’affichant par exemple comme wicca ou éco-féministes, entre autres mouvements très nombreux, prônent la réhabilitation des cas historiques judiciaires, et présentent la chasse aux sorcières comme un modèle absolu de féminicide. L’Ecosse et la Catalogne ont officiellement réhabilité en 2022 des milliers d’accusées avec une forte publicité médiatique. Que signifient les demandes actuelles de réhabilitation d’accusées dont la mort remonte pour certains à un demi-millénaire ?

Ce sujet dans l’air du temps fait état d’une récupération par des non-experts (journalistes, écrivain(e)s, influenceuses, « magiciennes » professionnelles – tireuse de cartes, « witch » avec un don de voyance, d’ensorcellement…) qui peuvent être animés par des objectifs mercantiles ou par un gain de notoriété. Une certaine confusion des genres peut parfois même se rencontrer au sein de la recherche universitaire. L’exemple de Jules Michelet qui a forgé dès 1862 l’image fantasmée d’une sorcière rebelle qui lutterait avec des desseins féministes avant la lettre, montre la persistance de cette interprétation qui érige la sorcière en symbole de revendications parfois anachroniques. Les chercheurs faisant preuve d’expertise et de compétences méthodologiques pour étudier un fait historique sont-ils les seuls aptes à pouvoir produire une analyse et une interprétation du phénomène ? Quelles sont les conditions nécessaires pour faire autorité en la matière ?

Cette journée d’études propose d’interroger avec un regard universitaire multidirectionnel la validité des arguments présentés pour démontrer que la sorcière est une icone féministe. Les éclairages scientifiques et historiographiques pourront mettre en lumière un débat d’actualité grand public souvent très polarisé autour d’une figure qui fascine de façon quasi systématique. La sorcière interroge ainsi les chercheurs de disciplines aussi variées que l’histoire, l’histoire de l’art, la théologie, la philosophie, la psychologie, la sociologie, l’ethnologie, l’anthropologie, les sciences de l’information et de la communication ou la littérature, sans être exhaustif.

La réflexion interdisciplinaire portera sur un espace géographique étendu à l’aire d’influence de mouvements féministes actuels œuvrant à l’échelle local ou mondial, incluant l’ensemble des espaces européens, américains, africains, asiatiques et océaniens, et sur un temps large qui englobe les quatre périodes historiques.

La journée d’études est organisée par l’UR 3400 – ARCHE de l’Université de Strasbourg. Elle se déroulera le vendredi 2 juin à l’Université de Strasbourg dans la salle de conférence de la MISHA et en visioconférence.

Le format des communications est limité à 10-15 mn par intervenant pour permettre de plus longs moments de discussions qui pourront nourrir la future publication.

Les propositions de communication avec un résumé d’une page maximum et un CV biobibliographique de 5 lignes sont à envoyer à maryse.simon [at] unistra.fr pour le 1er mars 2023.

 

 

Parution: La représentation de la sorcière

Émilie Hamon-Lehours et Ana Condé (dir.), La Représentation de la sorcière et de la magicienne. Du XVIe à nos jours en Europe occidentale, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2021.

Si les magiciennes sont nommées, les femmes accusées de sorcellerie diabolique restent anonymes jusqu’à ce qu’elles soient dénoncées dans les procès pour sorcellerie où le corps devient motif d’accusation. Leur apparence change au fil des siècles et se révèle être liée à l’histoire du pouvoir.

 

 

 

Table des matières

Émilie Hamon-Lehours: Introduction     7

PREMIÈRE PARTIE: « LE DIABLE AU CORPS », DISCOURS FONDATEURS

Ana Condé: Le corps de la Sorcière dans les manuels de démonologie et les procès de sorcellerie aux xvixviie siècles. Une cristallisation du Mal    11

Tatiana Clavier: Les devisantes des Évangiles des quenouilles. « Sorcières-maquerelles » burlesques ou résistantes à lordre du genre mis en place à la Renaissance ?    27

DEUXIÈME PARTIE: « LES MÉTAMORPHOSES » ENJEUX ET ALTERNATIVES DE LIMAGE CORPORELLE DE LA SORCIÈRE ET DE LA MAGICIENNE

Émilie Hamon-Lehours: « Circé transtextuelle ». Représentations de la magicienne Circé dans la littérature et la peinture italiennes    49

Florent Libral: La sorcière, rivale du Roi daprès Pierre de Lancre (1612) et Pierre Corneille (1635)    71

TROISIÈME PARTIE: « LA DANSE ENCHANTÉE » REPRÉSENTATIONS VISUELLES DES SORCIÈRES ET DES MAGICIENNES

Isabelle Malmon: De la goyave au bâton. Maléfices et bénéfices de la femme indigène
dans deux écrits de Paul Gauguin   103

Maëlle Rousselot: Les Willis dans Giselle, de lidéalisation à la peur   123

QUATRIÈME PARTIE: « LA BELLE OU LA BÊTE » LE CORPS DÉFORMÉ SOUS LA PLUME
DES ROMANTIQUES

Bérangère Chaumont: Fille du feu, la belle dame des romantiques   139

Agathe Giraud: Guanhumara au xxe siècle (Les Burgraves, Victor Hugo). Sorcière grotesque ou « reine tragique » ?   155

CINQUIÈME PARTIE: « CECI EST MON CORPS » CONVICTION RELIGIEUSE OU PAÏENNE ET INFLUENCES CORPORELLES

Ghislain Tranié: Le diable au corps ou le christ au cœur ? Les symptômes corporels de la possession chez la sorcière et la religieuse en Lorraine (xviexviie siècles)   173

Leslie de Bont: « Si ce nest pas vrai de la dynamite, cest vrai des femmes ». Le corps révélateur dans Laura Willowes de Sylvia Townsend Warner   193

Marta Sábado Novau: Conclusion. Pouvoirs du corps et corps de pouvoir dans Les sorcières de la République de Chloé Delaume et The Power de Naomi Alderman   215

Index des noms cités   233

Résumés   235

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.