Archives par étiquette : séries télévisées

Séminaire: Médiévalisme en séries

Alors que les superproductions de séries réinventant le Moyen Âge se multiplient, et que les travaux universitaires proposent d’établir un premier bilan du médiévalisme en 2022[1], Florian Besson (Actuel Moyen Âge) et Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, Modernités médiévales) organisent un séminaire en ligne consacré à la représentation du Moyen Âge dans les séries, intitulé « Médiévalisme en séries ».

Chaque session abordera une ou plusieurs séries ultracontemporaines mettant en scène certaines facettes de la période médiévale, et s’intéressera de façon plus large aux articulations entre histoire et imaginaire dans ces productions sérielles à destination du grand public.

Date et horaires des sessions : samedi 19 novembre 2022 (9h-12h30), samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30), samedi 18 mars 2023 (9h-12h30).

 

Session 1, samedi 19 novembre 2022 : Imaginaires historiques dans House of the Dragon

Suite à la diffusion de la première saison de House of the Dragon (HBO, 2022- ), série dérivée de Game of Thrones (HBO, 2011-2019) et qui s’inscrit à première vue dans une dynamique similaire d’appropriation et de détournement de l’histoire, la première session du séminaire s’intéressera à la façon dont la série utilise et construit des imaginaires historiques. La première saison, diffusée entre août et octobre 2022, met en place une narration complexe servie par un grand spectacle esthétique. Dans la continuité de Game of Thrones, un soin particulier est accordé à la photographie de la série, aux costumes et aux décors, qui puisent dans des imaginaires historiques variés pour créer une impression de familière étrangeté : l’époque mise en scène dans cette série de fantasy ne correspond à aucun réalisme historique, mais s’inspire pourtant d’éléments aisément reconnaissables issus des – ou attribués aux – périodes antique, médiévale et moderne. Les inspirations historiques de Game of Thrones et la façon dont la série traite l’histoire ont été largement étudiées[2], et il convient d’analyser désormais les processus de continuité, de rupture et de renversement opérés dans son héritière, House of the Dragon.

Ce temps de travail collectif regroupera des spécialistes de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la période moderne et de la représentation audiovisuelle de ces différentes périodes. Il s’agira d’interroger collectivement la place de l’histoire dans la première saison de la série ainsi que dans les discours publicitaires et de production qui ont entouré sa diffusion et sa réception dans la seconde moitié de l’année 2022. Ce séminaire est pensé dans la continuité des recherches des groupes Modernités médiévales, La Garde de Nuit, Actuel Moyen Âge et les Geekstoriens.

 

Programme :

Samedi 19 novembre (9h-12h30), en ligne (Zoom) : 

9h-9h45 : « Âge d’Or et décadence : la tragédie de la Maison du Dragon », Aurélie Paci (La Garde de Nuit). Enregistrement vidéo disponible ici.

9h45-10h30 : « The crown and the realm. Pensée politique et gouvernement d’un royaume médiévaliste », Florian Besson (Actuel Moyen Âge). Enregistrement vidéo disponible ici.

10h30-11h15 : « Corporalités médiévalistes : corps, vêtements, armements, le Moyen Âge à l’épreuve de la modernité », Soline Anthore-Baptiste et Nicolas Baptiste (Les Geekstoriens). Enregistrement vidéo disponible ici.

11h15-12h30 : « Découvrir House of the Dragon et sa relation à l’histoire antique, médiévale et moderne », table ronde modérée par Justine Breton (Modernités médiévales), avec Aurélie Paci, Soline Anthore-Baptiste, Florian Besson et Nicolas Baptiste. Enregistrement vidéo disponible ici.

Chaque intervention sera suivie d’un temps de questions et d’échanges.

***

Session 2, samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30) : Postérités de J.R.R. Tolkien

14h-14h45: Laura Martin-Gomez, « Du texte à l’écran : The Rings of Power, métamorphose d’une fiction »

14h45-15h30: William Blanc, « Les Anneaux de Pouvoir : entre médiévalisme et péplum »

15h30-16h15: Emma Save, « L’Elfe de Tolkien à la série The Rings of Power : création d’un être imaginaire issu d’un passé fantasmé »

16h15-17h30: Table ronde présidée par Vincent Ferré, « Le Moyen Âge de Tolkien, des romans au petit écran », avec Laura Martin-Gomez, Emma Save et William Blanc.

***

Session 3, samedi 18 mars 2023 (9h-12h30) : Un autre Moyen Âge pour d’autres séries? Programme à venir.

***

Pour toute question, veuillez contacter Justine Breton : justine.breton [at] univ-reims.fr ou Florian Besson : florient.latin [at] gmail.com

 

 

[1] Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire, Paris, Vendémiaire, 2022 ; Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (dir.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023, à paraître.

[2] Parmi une longue bibliographie, citons au moins quelques références françaises : Stéphane Rolet, Le Trône de fer, ou le pouvoir dans le sang, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2014 ; Florian Besson et Justine Breton, Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones, Paris, Presses universitaires de France, 2020 ; et Aurélie Paci et Thierry Soulard, Les Mystères du Trône de fer, II : la clarté de l’histoire, la brume des légendes, Paris, Pygmalion, 2021.

Natalia Mitov Antón (Universidad Autónoma de Madrid)

Natalia Mitov est diplômée en Langues Modernes, Culture et Communication. Elle est aussi titulaire d’un master en Enseignement et Apprentissage du Français comme Langue Étrangère à l’Université Autonome de Madrid, en Espagne. Actuellement, elle est doctorante en Études Artistiques, Littéraires et de la Culture, sous la direction de Pilar Suárez (Université Autonome de Madrid).

Sa thèse porte sur les réminiscences de la quête de Perceval.

Dans le cadre du médiévalisme, elle s’intéresse à la représentation et à l’adaptation des schémas narratifs médiévaux dans des séries du XXIe siècle ainsi qu’à leur réception chez le jeune public notamment.

Appel: Sérialités narratives

Colloque international “Sérialités narratives: pour une approche décloisonnée des fictions au long cours“, organisé à l’Université de Genève les 26, 27 et 28 janvier 2023.

Date limite d’envoi des propositions: 31 mars 2022.

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 


Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Les axes de réflexion du colloque pourront être les suivants :

Conditions de production et matérialité : qu’il s’agisse des mécanismes de production des séries contemporaines, de ceux des sommes romanesques manuscrites, ou de la publication de feuilletons au XIXe s., la création fictionnelle au long cours nécessite des moyens financiers souvent conséquents et/ou doit se plier aux impératifs matériels de sa mise à disposition du public. L’étude de ce type de production culturelle ne peut se passer de la prise en compte de ces paramètres de production et de diffusion. Comment en rendre compte ? Par quels mécanismes affectent-ils la forme même du récit dans les fictions sérielles ? La prise en compte de ces critères est-elle de nature à affecter l’analyse narratologique des œuvres ? Ces questions ne sauraient se passer d’une réflexion sur les modes d’autorialité qui régissent la mise en œuvre des fictions sérielles. Pour ce qui est des créations cinématographiques et télévisuelles, la protection de la marque détermine la question de l’unité d’ensemble des produits. Mais on pourra aussi s’interroger sur les fonctions d’autorité narrative et sur leur productivité dans le cas des œuvres plus anciennes.

Approches socio-historiques : l’imaginaire social de la culture est traversé par des représentations opposant les goûts et les préférences esthétiques en fonction de catégories binaires (genres nobles ou populaires, culture de masse ou élitaire, œuvres classiques ou « tout public », etc.). Les formes sérielles sont souvent assimilées à des produits d’accès facile, adressés à un public large. Ce lieu commun résiste cependant difficilement à un examen, même superficiel. Les sommes romanesques médiévales ou l’Astrée visent un public de cour, et nombre de séries qui font l’objet de recherches académiques s’adressent à un public averti ou cultivé. Cependant, on constate aussi que la forme sérielle engendre des modes d’expertise qui se forgent en dehors des canaux reconnus de la critique. Les citations ou les allusions (intertextuelles ou autres) présupposent leur reconnaissance de la part des destinataires, mais cette compétence n’est pas réservée à une élite. De nombreux genres connaissent des formes d’art allusives. On le voit avec les bestsellers ou les blockbusters à forte vocation parodique. Comment les phénomènes citationnels, intertextuels ou transfictionnels interagissent-ils avec les pratiques de consommation et de création (réécritures, traductions, adaptations, continuations), « savantes » ou non, de la fiction sérielle ?

Questions formelles : Faut-il distinguer des catégories formelles dans la pratique de la sérialité (cycle, somme, feuilleton, série, etc.) ? Ces choix mobilisent-ils des poétiques différentiées ? Sont-ils déterminés par les modèles de temporalités (finies, infinies, référées à une eschatologie) qui gouvernent leur principe fictionnel (chronique ou saga, quête, conquête, enquête, etc.). Le rythme et la vitesse du récit, le séquençage, la distinction entre différentes « branches » du récit, les supports, la gestion de la temporalité sont-ils des critères pertinents pour opérer des délimitations et des définitions formelles ? En outre, ces questions de forme ne sont pas indépendantes des contraintes imposées par l’économie propre aux différents médias, ce qui oblige à multiplier le nombre de paramètres à prendre en compte au moment d’établir des catégories ou des distinctions entre différents modes narratifs.
Mondes virtuels et stéréotypes héroïques : La création sérielle est, du fait de son ampleur, confrontée à la question de la création de mondes virtuels et à celle du respect de critères de cohérence. Quel rapport la fiction institue-t-elle à la réalité ? Comment mobilise-t-elle les imaginaires disponibles ? Sur quel ensemble de références éthiques, politiques, religieuses fonde-t-elle son propre univers ? Comment en assume-t-elle les éventuelles contradictions ? De plus, la loi de l’amplification qui régit les narrations sérielles influe sur l’élaboration du personnel narratif, faisant souvent émerger des modèles héroïques inédits, suscités par la labilité des personnages, leurs dédoublements ou redoublements, la création de liens de filiation ou d’inimitié, etc. Dans le même temps, elles sont traversées par des phénomènes de répétition, de réduplication, de refoulement ou de ressassement qui questionnent le façonnage des personnages. Comment et avec quels outils appréhender la fabrique des figures d’autorité et la représentation des rapports sociaux de sexe, de classe et de race de ces économies virtuelles ? 

Les propositions de communication (20 minutes), d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques sont à envoyer au format PDF avant le 31 mars 2022 à l’adresse suivante : camille.carnaille [at] unige.ch. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications.

Comité d’organisation (équipe de recherche C7S)

Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), Simone Ventura (Université libre de Bruxelles), Camille Carnaille (Université libre de Bruxelles) et Prunelle Deleville (Université de Genève).

Comité scientifique :

E. Delanoë-Brun (Université de Paris), A. Hudelet (Université de Paris), N. Koble (ENS Paris), M. Letourneux (Université de Paris-Nanterre) ; M. Séguy (Université Paris 8) et J.-R. Valette (Sorbonne Université).

 

Parution: Fake Moyen Âge!

Laurent Gervereau, FAKE MOYEN ÂGE! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Dans le cadre d’une exposition sur le médiévalisme organisée à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne à partir du 5 février 2022, découvrez la publication de 26 articles synthétiques et destinés au grand public sur l’utilisation du Moyen Âge dans différentes sphères médiatiques et culturelles. Cet ouvrage est à paraître le 15 janvier 2022 avec, en prime, la contribution de plusieurs de nos membres.

 

Table des matières

Rêver hier, Laurent Gervereau 7

Préface, Jean-Claude Schmitt 15

 

La construction d’un imaginaire medieval

Un Moyen Âge « walterscotté », Patricia Victorin 22

La place du Moyen Âge dans l’espace public de l’époque romantique à nos jours (1820-2020), Christian Amalvi 56

Le château de Versailles, vitrine paradoxale des représentations du Moyen Âge, Christian Amalvi 89

Les sources médiévales de l’art modern et contemporain, Thomas Golsenne 97

Au cinéma, un Moyen Âge condamné à être « faux » ?, François Amy de la Bretèque 113

Le Moyen Âge dans la BD : un être culturel iconique et plastique, Alain Chante 140

Moyen Âge et séries télévisées, Justine Breton 160

Stronghold Legends : exemple d’un jeu vidéo entre Moyen Âge et humour, Raphaël Bourdot 172

Les fêtes médiévales, Florian Besson 185

Jeux vidéo et bardcore: les nouveaux usages du médiévalisme en musique ? Matthias Lakits 193

Une brève histoire des médiévistes : de l’époque classique à nos jours, Christian Amalvi 202

Moyen Âge et nationalisme, Richard Utz et Anne-Françoise Le Lostec 245

Le médiévalisme, Yohann Chanoir 262

 

Sujets de fascination

L’invention de Jeanne d’Arc par les Romantiques, Gerd Krumeich 272

Robin des Bois, objet de fascination du cinema, François Amy de la Bretèque 286

Un roi, une table, un plat, des chevaliers, des dames et des romans, Patricia Victorin 301

Le château fort et les idées reçues dès l’enfance, Marie Périn 321

Le castrum de Merle, un château pas comme les autres ?, Christian Remy 335

Ma sorcière mal-aimée ? Les sorcières dans la BD et le cinéma, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir 354

Ils se refilent la précieuse carcasse du goupil, Aurélie Barre 368

Les serfs, Yohann Chanoir 381

Imaginaire ou idéologique : la cathédrale, Danièle Alexandre-Bidon 391

Représentations de la forêt médiévale dans l’histoire et dans la littérature, Sylvie Bépoix, Hervé Richard et Hélène Gallé 405

Sales ? Non : propres ! Hygiène publique et hygiène privée, histoire d’un découplage Danièle Alexandre-Bidon 435

Manger médiéval ?, Denis Saillard 451

L’imaginaire des croisades, Florian Besson 465

Journées d’étude et séminaire: Médiévalisme(s)

Hélène Cordier et Martine Ostero organisent avec le CEMEP et l’Université de Lausanne un riche programme intitulé “Médiévalisme(s)“, qui s’étendra d’octobre 2021 à avril 2022. Vous y retrouverez quatre ateliers et un cours public (les jeudis de 18h à 19h, du 3 mars au 7 avril 2022), ainsi qu’une annonce d’école d’été à Lausanne.

À la fois source de fantasmes, réservoir de stéréotypes et puissant moteur créatif, le Moyen Âge et son imaginaire exercent un tel pouvoir de fascination qu’ils se voient déployés aujourd’hui au sein de nombreux domaines, activités et supports. Ce développement fécond attise l’intérêt à la fois des artistes, des passionnés, du grand public, mais aussi des chercheurs. De fait, le phénomène de réception du Moyen Âge et de sa culture est devenu un champ d’études à part entière. Le médiévalisme (ou modernités médiévales) vise à éclairer le Moyen Âge dans ses relations avec les époques qui le suivent et vice-versa. Les axes de réflexion entendent explorer les diverses pratiques
actuelles médiévalisantes ou touchant au médiévalisme : processus de réécritures et de créations artistiques, médiation culturelle, enseignement et approches pédagogiques de la discipline, pratiques ludiques comme les reconstitutions historiques ou les jeux de rôle constituent, sans s’y limiter, un terrain fertile d’exploration. De cette manière, le programme envisage divers pôles qui mettent en lumière la portée tant populaire qu’érudite du médiévalisme, tout en considérant les enjeux épistémologiques de ce champ de recherche.
Médiévalisme(s) propose d’examiner ces axes de réflexion au fil de 4 journées d’étude, de 6 cours publics et d’un séminaire de recherche. Les étudiant·e·s inscrit·e·s à la spécialisation de Master « Culture, civilisation et résurgences du
Moyen Âge » auront également la possibilité d’obtenir 4 crédits ECTS en participant à une école d’été qui aura lieu en août 2022 à Lausanne, co-organisée par l’Université de Lausanne et par l’Université de Grenoble-Alpes : « Moyen Âges d’en haut et d’en bas : perméabilités, interactions
et débats de la recherche académique et des cultures populaires ».
Une possibilité de stage est également prévue dans le cadre du projet de recherche « ARAROEM ». Les Archives Rhône-Alpes Romandie des objets éphémères médiévalisants sont un programme de recherche international qui propose la première étude des produits inspirés par le Moyen Âge créés, diffusés et consommés depuis 2000 dans la région transfrontalière du sillon
alpin. Certains enseignements, notamment les ateliers, sont pensés pour créer des synergies et des espaces communs de réflexion avec la spécialisation de Master « Pédagogie et médiation culturelle en
sciences humaines » et sont donc accessibles aux étudiant·e·s inscrit·e·s à ce programme.


Contacts : helene.cordier [at] unil.ch ; martine.ostorero [at] unil.ch ; et sur le site de l’université.

 

Atelier 1 – 29 octobre 2021: Reconfigurer: la petite fabrique du Moyen Âge aujourd’hui

Christophe Imperiali (Université de Neuchâtel), En quel temps notre Moyen-Âge nous entraîne-t-il ?
William Blanc (EHESS), Le médiévalisme à l’écran : comment se construisent les stéréotypes visuels associés au Moyen Âge ?
Jonathan Fruoco (Chercheur indépendant), Réimaginer la légende : Robin des Bois, du texte à l’écran
Clément Pélissier (Université Grenoble-Alpes), Tristes chevaliers, exceptionnels humains : les détournements merveilleux de Kaamelott
Etienne Anheim et Valérie Theis, (EHESS, ENS Paris), Représenter le Moyen Âge en bandes dessinées aujourd’hui

 

Atelier 2 – 26 novembre 2021: Pratiquer: le Moyen Âge interactif

Audrey Tuaillon Demésy (Université Franche-Comté), « On a le temps de vivre à son rythme ». Créations collectives et temporalités en reconstitution historique
Vincent Deluz (Université de Genève), Étude et pratique des arts martiaux médiévaux

Grégory Thonney (Université de Lausanne), Jeu de rôle médiévalisant : à quel Moyen Âge joue-t-on?
Hélène Cordier, Leticia Ding et Chloé Gumy (Université de Lausanne), Du trouvère au créateur de mèmes : actualiser les pratiques d’écriture médiévale sur internet

 

Atelier 3 – 4 mars 2022: Médier: un accès au Moyen Âge

Collectif « Actuel Moyen Âge », « Actuel Moyen Âge » : enjeux et limites d’une démarche de médiation
Estelle Doudet (Université de Lausanne), Jouer avec les possibles : Moyen Âge, théâtre et réalité virtuelle
Nathalie Roman (Université de Lausanne), Vie de princesses ? Dans les coulisses d’une exposition sur les femmes au Moyen Âge
Sabine Utz et Aude Souillac (MCAH), Boucle de ceinture et pince à épiler : expositions et médiation culturelle des collections cantonales médiévales

 

Atelier 4 – 8 avril 2022: Enseigner: les modernités médiévales en classe

Francesca Roversi Monaco (Université de Bologne), Moyen Âge, histoire médiévale et médiévalisme(s): sources et méthodologies
Filippo Fonio (Université Grenoble-Alpes), Enseigner la littérature médiévale à travers le médiévalisme : enjeux théoriques et pratiques
Rory Critten (Université de Lausanne), Female Impersonation Across Time : Modern Drag and the Medieval Woman’s Song
Barbara Wahlen (Université de Lausanne), Lire à rebours

 

Cours public – du 3 mars au 7 avril 2022 (jeudis de 18h à 19h)

3 mars : Anne Besson (Université d’Artois), Moyen Âge et Fantasy : liaisons dangereuses ?
10 mars : Karina Queijo (Université de Lausanne), Inventer le Moyen Âge vers 1900. Les premières restaurations de peintures murales médiévales dans le canton de Vaud
17 mars : Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel), Des savoirs à partager, ou le Moyen Âge à portée de main. Le cas du patrimoine de Saint-Maurice d’Agaune
24 mars : Alain Corbellari (Université de Lausanne), Le Moyen Âge a-t-il inventé la BD ? La réponse des dessinateurs médiévalisants
31 mars : Juliette Vuille (Université de Lausanne), La femme guerrière germanique : une invention populaire contemporaine ? (En collaboration avec le Festival Histoire et Cité)
7 avril : Francesca Roversi Monaco (Université de Bologne), Damsel in distress? L’évolution des princesses médiévales de Blanche-Neige à Arya Stark 

Tous les détails concernant le cours public sont accessibles sur le site de l’université.

Journées d’étude: Fiction et nouveaux discours historiques

Les journées d’étude “Fiction et nouveaux discours historiques“, organisées par Laurence Cros (Université de Paris, LARCA) et Marie-Jeanne Rossignol (Université de Paris, LARCA), se dérouleront les 28 et 29 juin 2021 à l’Université de Paris (bâtiment Sophie Germain, 1 place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021). L’événement sera en présentiel, mais il est possible d’y assister en visio, sur inscription via ce lien.

Lundi 28 juin 2021: L’Histoire dans d’autres types de fiction

9h30 Accueil et ouverture

Atelier 1 : Fiction policière

Animé par Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris

  • 9h45 Isabelle Boof Vermesse, Université de Lille : Los Angeles, années 50 : endiguement v. camouflage,
    une lecture croisée de James Ellroy et de Walter Mosley.
  • 10h Maria Pia de Paulis Dalembert, Université Sorbonne Nouvelle : Le « giallo-noir » italien (1990-2020) :
    renouveau littéraire et lecture critique de l’Histoire du XXe siècle
  • 10h15 Dominique Manotti, historienne, auteure de policiers historiques. Choisir d’écrire des romans noirs
    pour faire l’histoire de ma génération. Défense et illustration.
  • 10h30 Débat et pause

Atelier 2 : BD historique

Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie

  • 11h30 Soazig Villerbu, Université de Limoges : Le Blueberry de Charlier et Giraud (1963-1986) : un western
    exemplaire ?
  • 11h45 Ladan Niayesh, Université de Paris. Les « Mangas Shakespeare » : King Lear, de Geoffrey de
    Monmouth au Dernier des Mohicans.
  • 12h Théo Touret-Dengreville, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les super-héros et l’histoire :
    Captain America, une uchronie identitaire (1939-2018)
  • 12h15 Jul, agrégé d’histoire, auteur de Silex and the City, Dargaud ; 50 nuances de Grecs, Dargaud ; Lucky
    Luke, Lucky Comics Editions. Entretien avec un dessinateur-historien
  • 12h30 Débat
  • 13h-14h30 pause déjeuner

Atelier 3 : Le vampire et l’histoire

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 14h30 Marjolaine Boutet, Université de Picardie. Le vampire et l’imaginaire du XVIIIe siècle.
  • 14h45 Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris. Abraham Lincoln, chasseur de vampires, à la recherche
    d’un avenir meilleur : histoire fiction, et vérité
  • 15h Table ronde : Changer de paradigme historique par le choc du fantastique (Marjolaine Boutet,
    Université de Picardie ; Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris ; Allan Potosky, Université de Paris ;
    Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris).
  • 15h45 Débat et pause
  • Table ronde : Regard rétrospectif sur le phénomène Game of Thrones
    Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie
  • 16h45 Maureen Attali, Université de Rennes 2 ; Florian Besson, Université Paris-Sorbonne ; Justine Breton,
    Université de Reims Champagne-Ardenne
  • 17h45 Débat

 

Mardi 29 juin 2021: Fiction historique et politique

Atelier 5 : Histoire et mémoire africaine américaine

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 9h30 Michel Imbert, Université de Paris. La représentation des esclaves insurgés (Amistad de Steven
    Spielberg, The Heroic Slave de Frederick Douglass et « Benito Cereno » d’Herman Melville)
  • 9h45 Table ronde : La fiction historique sur l’histoire africaine-américaine et le combat politique (Marie-
    Jeanne Rossignol, Université de Paris ; Michel Imbert, Université de Paris ; Claire Parfait, Université Paris
    13)
  • 10h45 Débat et pause

Atelier 6 : Féminisme et romance historique

Animé par Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

  • 11h30 Alison Offe-Gorlier, Université Catholique de Lille – Liverpool Hope University. Anne Boleyn:
    Actrice de son histoire.
  • 11h45 Laurence Cros, Université de Paris. Angélique, héroïne populaire, héroïne féministe ?
  • 12h00 Débat
  • 12h30-14h pause déjeuner

Atelier 7 : Guerres et dictatures dans l’aire hispanophone

Animé par Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris

  • 14h00 Véronique Eleftériou-Perrin, Université de Paris. L’impossible transgression : Hollywood face à la
    Guerre civile espagnole (1936-1939).
  • 14h15 José García-Romeu, Université de Toulon. Violence politique, Histoire et fiction en Argentine (1976-
    2020)
  • 14h30 Sergio Letelier, auteur de Una Historia sin importancia (2019). Autobiographie, fiction et mémoire
    des dictatures au Chili et en Argentine.
  • 14h45 Débat et pause
    Atelier 8 L’hégémonie économique et culturelle anglo-américaine
    Animé par Laurence Cros
  • 15h45 Denise Sutton, City Tech-CUNY. Harlequin Mills & Boon’s International Expansion: Innovative
    Marketing to Romance Readers.
  • 16h Ludovic Tournès, Université de Genève. La diplomatie culturelle états-unienne : une perspective de
    long terme
  • 16h15 Débat

Toutes les informations sont sur le site du laboratoire LARCA.

Parution : Séries télévisées et Moyen Âge

Le Moyen Âge en séries” Médiévales, 78, , dir.  Alban Gautier et Laurent Vissières, Presses Universitaires de Vincennes, 2020.

Merlin, Chasseurs de dragons, Kaamelott, Game of Thrones Médiévales montre comment les séries réinventent par l’image et le son, un Moyen Âge immédiatement reconnu comme tel par les téléspectateurs.

Médiévales aborde la présence du Moyen Âge dans les séries télévisées à travers neuf panoramas thématiques ou études de cas. Les contributions se fondent sur l’étude de séries à visée historique qui ont parfois la prétention de restituer un Moyen Âge réel (Thierry la Fronde, Vikings, The Last Kingdom, Knightfall, Marco Polo, ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb, The Bastard Executioner, etc.), de séries inspirées d’œuvres ou de motifs littéraires médiévaux (Merlin, Chasseurs de dragons, Kaamelott, etc.), mais aussi de séries de fantasy dont l’univers est perçu par leurs concepteurs et par le public comme moyenâgeux, ou du moins relié à une forme de Moyen Âge (Game of Thrones, Xena : Warrior Princess, etc.). Les auteurs montrent ainsi comment, par l’usage de signes et de thèmes récurrents (violence, dragons, châteaux, guerriers, cartes, etc.) les séries réinventent par l’image et le son un Moyen Âge immédiatement reconnu comme tel par les téléspectateurs.

Ce dossier est complété par un Point de vue consacré au « médiévalisme » (“Le médiévalisme a quarante ans, ou : ‘L’ouverture qu’il faudra bien pratiquer un jour'”) et par deux études consacrées à la prosopographie.

Coordinateur(s) du numéro : Alban Gautier | Laurent Vissière |
Auteur(s) : Enki Baptiste | Florian Besson | Hassan Bouali | Yohann Chanoir | Riccardo Facchini | Vincent Ferré | Simon Hasdenteufel | Lucie Herbreteau | Davide Iacono | Aude Mairey | Isabelle Mathieu | Maryvonne Miquel | Bernard Papin | Thierry Pécout | Pierre-Brice Stahl | Anne Tchounikine | Marie-Emmanuelle Torres.

Lire l’introduction

Parution : Arthur à l’écran

Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Classiques Garnier

En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens – royal, chevaleresque, féminin et même populaire – de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne)

 

Justine Breton est maître de conférences en littérature française à l’INSPE de Troyes (Université de Reims Champagne-Ardenne), membre du CEREP et webmestre de Modernités médiévales.

Sujet de thèse: “Image du pouvoir et pouvoir de l’image: la représentation des pouvoirs dans la légende arthurienne, de l’écrit à l’écran”. Sous la co-direction de M. Martin Aurell (Poitiers) et de M. Gérard Gros (Amiens).

Domaines de recherche: Médiévalisme; séries télévisées; cinéma; jeux vidéo; fantasy; légende arthurienne; représentation du pouvoir; représentation de l’éducation; T.H. White.

Principales publications:

Monty Python: Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, 2021.

L’Education chez T.H. White: J’ai appris et été heureux, Paris, L’Harmattan, 2020.

Une histoire de feu et de sang: Le Moyen Âge de Game of Thrones, coécrit avec Florian Besson, Paris, PUF, 2020.

Le Roi qui fut et qui sera: Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Paris, Classiques Garnier, 2019.

Kaamelott, un livre d’histoire, codirigé avec Florian Besson, Paris, Vendémiaire, 2018.