Archives par étiquette : représentations

Parution: Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe s.

Pierre Baudin et Edoardo D’Angelo (dir.), Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe siècle. Construction, influence, évolution, coll. “Symposia”, Caen, Presses universitaires de Caen, 2022.

L’ouvrage examine les modèles historiographiques élaborés pour l’étude des mondes normands médiévaux, c’est-à-dire les grilles d’interprétation du passé qui orientent durablement notre lecture et notre compréhension des faits historiques dans chacun des pays ou régions concernés par l’expansion des Normands. Il aborde les constructions historiographiques élaborées depuis le XVIIe siècle, en voyant la place des «Normands» dans le «roman national» de différents pays et leur influence sur notre connaissance de l’histoire des mondes normands. Le livre porte ainsi sur la construction de l’histoire des Normands, ainsi que sur les mythes et représentations qu’elle a suscités en ouvrant des comparaisons entre les pays concernés par l’expansion des Normands. L’historiographie juridique du XVIIIe siècle et l’œuvre, les méthodes de travail, les points de vue ou l’influence de quelques-uns des historiens qui ont marqué l’histoire des mondes normands depuis le XIXe siècle sont ainsi reconsidérés. L’ouvrage traite des différentes manières d’écrire l’histoire des Normands, en Normandie, en Angleterre, en Italie méridionale, en Norvège, de manière globale ou en partant de sources, d’objets, de figures, d’épisodes particuliers (la conquête de l’Angleterre, le recouvrement de la Normandie par Philippe Auguste, les croisades, la rencontre de Sigurðr Jórsalafari avec Roger II de Sicile). La transmission de l’histoire des Normands par le biais du cinéma ou de la bande dessinée est également abordée, ainsi que les interrogations relatives à la construction de l’Etat, aux discussions concernant les recherches toponymiques ou les études génétiques. L’ouvrage permet de relever les influences diverses des nationalismes ou des régionalismes, leur remise en question, les différents niveaux de lecture possibles, l’affirmation de questions récentes (diaspora, identités, transferts culturels, perspectives européennes).

 

Sommaire

Pierre BAUDUIN et Edoardo D’ANGELO, « Avant-propos »

Pierre BAUDUIN, « Introduction»

La construction de l’histoire des Normands

Gilduin DAVY, « Le passé recomposé des juristes normands : la naissance de la Normandie dans l’historiographie juridique des XVIIe et XVIIIe siècles »

Véronique GAZEAU, « 911-1911. La Normandie dans l’histoire : trois historiens au début du XXe siècle, Charles Homer Haskins, Gabriel Monod, Henri Prentout »

Agnès GRACEFFA, « Les Normands, des déprédateurs salutaires : l’analyse de Ferdinand Lot »

Fabien PAQUET, « Les deux visages du roi. Les historiens de la Normandie et Philippe Auguste (XIXe-XXIe siècles) »

Francesco D’ANGELO, « I Normanni visti dalla Norvegia. L’incontro tra Sigurðr Jórsalafari e Ruggero II nella storiografia norvegese moderna »

Mythes, représentations et historiographie

Damien JEANNE, « Puissance narrative et science historique. La représentation des Normands dans L’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands d’Augustin Thierry (1825-1846) »

Judith GREEN, « Writing the Normans into English History »

Danièle ALEXANDRE-BIDON, et Yohann CHANOIR, « « Le joug brutal des Normands ». La construction d’un roman national dans la bande dessinée et le cinéma »

Errico CUOZZO, « I Normanni nella storiografia napoletana dell’800 e del ‘900 »

Ortensio ZECCHINO, « I Normanni e la mitologia dello ‘Stato di potenza’ nella storiografia otto-novecentesca »

Historiographies comparées

Lesley ABRAMS, « The Study of Scandinavian Settlement in the Viking Age: Historiographical Perspectives on the Application of Place-Names in England and Normandy»

Richard JONES, « The Viking diaspora: historical genetics and the perpetuation of national historiographical traditions »

Rosanna ALAGGIO, « Evelyn Jamison e la storia dei Normanni del Sdel Mezzogiorno normanno»

Luigi RUSSO, « La storiografia sulla crociata degli inizi dell’età moderna. Il «problema» dei Normanni del Mezzogiorno »

Edoardo D’ANGELO (Università SOB Napoli, CESN) : « Conclusioni »

 

Détails sur le site du Comptoir des presses d’universités.

Parution: Le Puy du Faux

Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère, Le Puy du Faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire, Editions Les Arènes, 2022.

Le Puy du Fou séduit chaque année deux millions de personnes. Prenant ce succès au sérieux, quatre historiens et historiennes se sont immergés dans le parc, ont assisté à tous les spectacles et frissonné avec le public. Ils livrent ici une enquête minutieuse et pleine d’humour où apparaît, derrière les effets spéciaux et les décors somptueux, un univers rempli d’erreurs et de simplifications, le tout au service d’une propagande diffuse qu’il s’agit de repérer si on veut la combattre.

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Séminaire: Humour et Moyen Âge

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » s’intéressera en 2022-2023 aux usages humoristiques associés à la période médiévale et à son imaginaire au fil de l’histoire.

On voit se développer aujourd’hui un humour médiévaliste, et s’il a déjà été étudié sur son versant audiovisuel, c’est par exemple moins le cas pour ses déclinaisons sur les médias numériques ou sur les réseaux sociaux, qui se sont en particulier fait remarquer en France durant la période très incertaine des débuts du COVID. L’on y revisite aussi bien les enluminures (Simon de Thuillières) et la langue médiévale pour commenter l’actualité (compte Twitter @Jehan le Brave) que des tubes des années 80 dans le sillage du « bardcore », avec des exemples comme Hildegard Von Binglin ou Maître Frelon (« Elle a les yeux arquebuse »). Le jeu sur un faux ancien français, expérimental et potache, reposant surtout sur la réinvention lexicale, serait une sorte de retour aux sources fantasmé en même temps peut-être qu’une forme de parade (aux deux sens du terme : résistance et ostentation) au franglais, au globish… 

Cette nouvelle sociabilité et ces pratiques humoristiques contemporaines en lien avec le médiéval nous invitent à nous demander avec Michèle Gally, dans son dernier ouvrage, A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, « quelle représentation du passé (et ce qu’il contribue à en construire) et aussi quel souci le geste de remonter au Moyen Âge – et non à une autre époque – engagent chez nos contemporains » (CNRS Editions, 2022, p. 189). Rit-on du Moyen Âge ou des représentations et visages qu’on lui prête ? Les temps épidémiques sont-ils à l’origine de rapprochements ? Rit-on avec le Moyen Âge, contre lui ? A côté ou en opposition à lui ? Cette recréation témoignerait peut-être aussi de « l’attitude inquiète vis-à-vis du présent et de l’avenir », souligne ainsi Michèle Gally (p. 191). 

Parmi de nombreuses approches possibles, nous invitons à réfléchir sur les exemples précédents et les axes suivants : 

–          Rire contemporain et rire « médiéval » :

Que deviennent les formes de comique spécifiques au Moyen Âge – si tant que l’on sache ce qui faisait rire alors ? sur quels ressorts s’appuient les reprises contemporaines des farces ou fabliaux par exemple ? ou encore, que faire de la cruauté d’un Renart dans ses reprises pour la jeunesse ? Autrement dit, et plus largement, comment « traduire » le comique médiéval, « faire passer » le rire d’une langue/époque à une autre ?

Peut-on rire des œuvres/personnages/topoï médiévaux tout en n’en perdant pas les enjeux ? ou le décalage actuel par le rire peut-il finalement rejoindre certaines des problématiques médiévales par des voies détournées ?

–          Histoire culturelle de l’humour médiévaliste : rit-on du même Moyen Âge hier et aujourd’hui ? 

Les romans de chevalerie engendrent très rapidement leurs variantes distanciées ou parodiques, déjà chez Chaucer (Palamon dans « The Knight’s Tale »), puis d’Amadis à Don Quichotte. L’esthétique « troubadour », très appréciée sous le règne de Louis XVIII et déjà friande d’« archaïsmes affectés (omissions de pronoms sujets, inversions syntaxiques, formules désuètes telles que « ordonc », « moult », « icel », « varlets », etc.) » (Martine Lavaud) est largement moquée dans la suite du XIXe siècle. Le pittoresque du Trouvère de Verdi (1853) est encore au cœur du comique d’Une Nuit à l’opéra (1935) des Marx Brothers. Les premiers récits de fantasy médiévalistes, ceux de Lord Dunsany ou de James Branch Cabbel, adoptent à leur tour un ton ironique et plaisant. 

On peut aussi noter des cycles comiques qui se réalimentent régulièrement : ainsi pour le créateur contemporain Simon de Thuillières, il s’agit de sortir de « l’esthétique Jacquouille » qui a certes popularisé le MA mais en « a terni l’image ». Associé aux excès du vulgaire, au débordement « rabelaisien » de la chair et de la chère, dans quel mesure un certain Moyen Âge comique est-il encore compatible avec les publics contemporains ?

–          Humour médiévaliste et cultures contemporaines : médias, pratiques, cibles et enjeux : 

De la bande dessinée comique très développée autour du MedFan, au mouvement musical « bardcore », parodies des enluminures médiévales, memes, comme le proposent les sites MedievalMemes.org, Mesmes Moyenagescqves povr serfs et vassals… les médias sollicités produisent-ils un effet esthétique qui dépasserait le médiévalisme, un genre de rire spécifique (pour Youtube par exemple, ou TikTok : des effets de durée, de montage etc.) ? Comment ce dernier viendrait-il rejoindre le médiévalisme, autrement que par un intérêt « premier » pour le Moyen Age ?

Quelles sont les cibles privilégiées des parodies médiévalistes – quel héroïsme, quelles normes, quelles autorités ou quelles absurdités se trouvent-elles mises en cause ?

Quel sens (idéologique ? civilisationnel ? etc.) donner à ce rapport au passé et à ce passé-là ? Même « seulement » ludique, il ne serait ni simple ni sans signification « sérieuse ».

***



RDV sur Zoom – lien valide pour l’ensemble des séances

Participer à la réunion Zoom: https://univ-artois-fr.zoom.us/j/93265299623?pwd=UnVVNTlxcFQzOGIwRHJ0WlYrTWFYZz09

ID de réunion : 932 6529 9623 / Code secret : 251744

Programme

Lundi 10 octobre, 17h30-19h : Séminaire 1

Alain Corbellari, Professeur de littérature médiévale à l’Université de Lausanne : « Comment j’ai écrit ma Petite histoire de la littérature du Moyen Age à la manière de Pierre Desproges »

Mardi 15 novembre, 17h30-19h : Séminaire 2

Yuning Cheng, doctorante à l’ENS PSL : « Rire des « anti-chevaliers » : le cas de Keu, Dinadan et Daguenet dans les romans arthuriens en France »

Mercredi 14 décembre, 17h30-19h : Séminaire 3

Yohann Chanoir, docteur en histoire, chargé de conférences à Sciences Po Paris : « Faire rire du Moyen Âge pour faire vendre ! L’humour dans les publicités médiévalistes »

Lundi 16 janvier, 17h30-19h : Séminaire 4

Nicolas Lahaye, docteur en histoire moderne et contemporaine (UVSQ), et Gabriel Redon, doctorant en histoire médiévale (UPEC) : « Black Knight : les Américains savent-ils toujours rire du Moyen Âge au cinéma ? »

***

 
Indications bibliographiques

Besson Florian et Breton Justine, Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2019.

Breton Justine, Monty Python Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, 2021.

D’Arcens Louise, Comic Medievalism: Laughing at the Middle Ages, Cambridge, D.S. Brewer, 2014.

Lavaud Martine, notice « Troubadour » (avec Anne Besson), Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du médiévalisme, Paris, Vendémiaire, sept. 2022.

Letourneux Matthieu, Vaillant Alain, (dir.), L’empire du rire. XIXe – XXIe siècle, Paris, CNRS, 2021.

Mazdon, Lucy, France on Film. Reflections on Popular French cinema, Londres, Wallflower, 2001.

Minois Georges, Histoire du rire et de la dérision, Paris, Fayard, 2000.

Publications et activités du Réseau Interdisciplinaire de Recherches sur l’Humour (RIRH : https://rirh.hypotheses.org)

Tran-Gervat Yen-Maï, « Pour une définition opérationnelle de la parodie littéraire : parcours critique et enjeux d’un corpus spécifique », Cahiers de Narratologie [En ligne], 13, 2006. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/372 

Vaillant Alain, Esthétique du rire, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012.

La civilisation du rire, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Parution: La représentation de la sorcière

Émilie Hamon-Lehours et Ana Condé (dir.), La Représentation de la sorcière et de la magicienne. Du XVIe à nos jours en Europe occidentale, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2021.

Si les magiciennes sont nommées, les femmes accusées de sorcellerie diabolique restent anonymes jusqu’à ce qu’elles soient dénoncées dans les procès pour sorcellerie où le corps devient motif d’accusation. Leur apparence change au fil des siècles et se révèle être liée à l’histoire du pouvoir.

 

 

 

Table des matières

Émilie Hamon-Lehours: Introduction     7

PREMIÈRE PARTIE: « LE DIABLE AU CORPS », DISCOURS FONDATEURS

Ana Condé: Le corps de la Sorcière dans les manuels de démonologie et les procès de sorcellerie aux xvixviie siècles. Une cristallisation du Mal    11

Tatiana Clavier: Les devisantes des Évangiles des quenouilles. « Sorcières-maquerelles » burlesques ou résistantes à lordre du genre mis en place à la Renaissance ?    27

DEUXIÈME PARTIE: « LES MÉTAMORPHOSES » ENJEUX ET ALTERNATIVES DE LIMAGE CORPORELLE DE LA SORCIÈRE ET DE LA MAGICIENNE

Émilie Hamon-Lehours: « Circé transtextuelle ». Représentations de la magicienne Circé dans la littérature et la peinture italiennes    49

Florent Libral: La sorcière, rivale du Roi daprès Pierre de Lancre (1612) et Pierre Corneille (1635)    71

TROISIÈME PARTIE: « LA DANSE ENCHANTÉE » REPRÉSENTATIONS VISUELLES DES SORCIÈRES ET DES MAGICIENNES

Isabelle Malmon: De la goyave au bâton. Maléfices et bénéfices de la femme indigène
dans deux écrits de Paul Gauguin   103

Maëlle Rousselot: Les Willis dans Giselle, de lidéalisation à la peur   123

QUATRIÈME PARTIE: « LA BELLE OU LA BÊTE » LE CORPS DÉFORMÉ SOUS LA PLUME
DES ROMANTIQUES

Bérangère Chaumont: Fille du feu, la belle dame des romantiques   139

Agathe Giraud: Guanhumara au xxe siècle (Les Burgraves, Victor Hugo). Sorcière grotesque ou « reine tragique » ?   155

CINQUIÈME PARTIE: « CECI EST MON CORPS » CONVICTION RELIGIEUSE OU PAÏENNE ET INFLUENCES CORPORELLES

Ghislain Tranié: Le diable au corps ou le christ au cœur ? Les symptômes corporels de la possession chez la sorcière et la religieuse en Lorraine (xviexviie siècles)   173

Leslie de Bont: « Si ce nest pas vrai de la dynamite, cest vrai des femmes ». Le corps révélateur dans Laura Willowes de Sylvia Townsend Warner   193

Marta Sábado Novau: Conclusion. Pouvoirs du corps et corps de pouvoir dans Les sorcières de la République de Chloé Delaume et The Power de Naomi Alderman   215

Index des noms cités   233

Résumés   235

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel: The Green Knight

Dans le cadre du 57e International Congress on Medieval Studies organisé en ligne du 9 au 14 mai 2022, une table ronde sera consacrée au film de David Lowery The Green Knight, mobilisant les catégories et concepts étudiés dans le volume collectif dirigé par Elizabeth Emery et Richard Utz, Medievalism: Key Critical Terms (2014).

Les propositions sont attendues pour le 15 septembre 2021.

This roundtable seeks participants to identify and discuss an element of Lowery’s long-anticipated film, staring Dev Patel. In short presentations (10 minutes), panelists are invited to consider an element of the film in light of a focal keyword inspired by Medievalism: Key Critical Terms (E. Emery, R. Utz, eds., 2014), including: archive, authenticity, authority, Christianity, co-disciplinarity, continuity, feast, gender, genealogy, gesture, gothic, heresy, humor, lingua, love, memory, middle, modernity, monument, myth, play, power, presentism, primitive, purity, race, reenactment, resonance, simulacrum, spectacle, transfer, trauma, and troubadour. 

Submissions of 250-300 WORDS should be made via the Confex Online System no later than Wednesday 15 September 2021. This session is listed under “Session Selection: Roundtables.”

Queries about the session can be sent to Valerie Johnson (vjohnso6 [at] montevallo.edu) and/or Renée Ward (rward [at] lincoln.ac.uk).

Appel : Médiévalisme et discrimination

La revue Studies in Medievalism prépare un XXVIIIe volume sur la discrimination.

Though scholars have addressed many examples of medievalist discrimination, much work remains to be done on the treatment of systematically underrepresented and/or disenfranchised communities in postmedieval responses to the Middle Ages.

Moreover, the recent, highly public exchange between Rachel Fulton Brown and Dorothy Kim suggests we, as scholars of medievalism, need to examine discrimination among our own ranks.  What biases are suggested by our choice of topics, our approaches to them, and the fora in which we discuss them?  How are those conversations shaped by publishers, universities, and other institutions that represent the Establishment?  If we wish to expose, subvert, or avoid such prejudices, how can we best do so?

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is seeking 3,000-word (including notes) essays on these and related questions about medievalism and about the scholarship on it, as well as 6,000 to 12,000-word (including notes) articles on any postmedieval responses to the Middle Ages.  Please send all submissions in English and Word to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) by August 1, 2018.  For a style sheet, please visit the website http://www.medievalism.net/sim.html.

Image : Djimon Hounsou dans le film King Arthur: Legend of the Sword de Guy Ritchie, 2017