Archives par étiquette : réception

Parution : réception du Moyen Âge germanique dans la France contemporaine

 

Actualité du médiévalisme. La réception du Moyen Âge germanique dans la France contemporaine, sous la direction de Florent Gabaude, Aline Le Berre, Andrea Schindler, Limoges, PULIM « Espaces Humains », 2020.

Porté par la vogue du fantastique, en particulier dans les créations pour la jeunesse, mais aussi par des études savantes d’universitaires, le Moyen Âge germanique jouit d’un regain de prédilection en France de nos jours, et fait l’objet de relectures, remaniements et réappropriations de toute nature.

Le présent volume étudie sa réception dans le domaine de la littérature qu’elle soit classique ou populaire mais aussi dans celui de l’iconographie et de la BD. Il s’intéresse entre autres aux nombreuses traductions de La Chanson des Nibelungen par des universitaires français, comme à la réception scientifique du Minnesang dans les anthologies françaises modernes, ou encore à la place de Walther von der Vogelweide dans la culture francophone du xixe siècle. Il se penche également sur la présence de l’ordre Teutonique dans les Belles-Lettres françaises et sur la réception de Till l’Espiègle de nos jours. Cependant, l’univers très riche de la bande dessinée contemporaine n’est pas non plus négligé, avec une étude des œuvres d’Alex Alice, d’Hugo Pratt, de Nicolas Jarry et Jeanine Rahir.

Ainsi, ce volume aborde des sujets variés et originaux et, à travers une série de chapitres complémentaires, s’efforce de dégager les raisons de l’attrait actuel pour l’héritage médiéval germanique dont il trace un tableau foisonnant et contrasté.

 

Sommaire

I – Réception du Moyen Âge et du médiévalisme

– Le Moyen Âge va-t-il continuer longtemps à nous hanter ? (Gérard Chandès)

– Réception du Moyen Âge et médiévalisme. Quelques considérations méthodo­logiques (Andrea Schindler)

II – Médiévalisme et historiographie au xixe siècle

– Deux comtes de l’ancienne noblesse contre un archiviste et un roturier : La fortune de Walther von der Vogelweide, « chevalier-poëte », en France au XIXe siècle (Charles Montalembert, Octave d’Assailly,Louis Spach, Albert Lange) (Earl Jeffrey Richards)

– Présence de l’ordre Teutonique dans l’historiographie et les belles-lettres en France au xixe siècle ( Mathieu Olivier)

– La réception du Moyen Âge allemand en France au XIXe siècle. Un exemple : la vie de Sainte Élisabeth de Hongrie de Charles de Montalembert (Danielle Buschinger)

III – Réécritures contemporaines de la littérature médiévale

– La figure de Brunhilde dans La Fin d’une Walkyrie, roman rose de Delly (1916) (Aline Le Berre)

– Lecture légendo-wagnérienne dans l’œuvre romanesque de Julien Gracq (Tagrid Abood)

– La réception de la légende médiévale de Till l’Espiègle dans la littérature de jeunesse en France (Florent Gabaude)

IV – Réception savante de la littérature médiévale

– La réception scientifique du Minnesang dans les anthologies françaises moder­nes (Ronny Frédéric Schulz)

– Les traductions françaises du Nibelungenlied (1826-2001) (Peter Hvilshøj Andersen-Vinilandicus)

– Le royaume des Burgondes et la Gaule méridionale : un éclairage neuf sur La Chanson des Nibelungen (Max Siller)

V – Médiévalisme et iconographie

– Comment le Paradiesgärtlein conquit  le cœur des Français (Nicole Chambon)

– Le personnage de Brunhilde : de la Chanson des Nibelungen (1200-1205) aux BD du genre Heroic Fantasy (xxie siècle) (Marie-Barbara Vieuxtemps)

– L’enseignement postmoderne de Klingsor Divagations comparatistes autour d’une âventiure de Corto Maltese (Till R. Kuhnle)

– Entre fascination et dégoût : Walder von Stein, un chevalier Teutonique comme modèle pour la jeunesse francophone du xxie siècle ? (Christophe Thierry)

Parution : histoire de la réception du Moyen Âge

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Alphil, « Focus. Rayons littéraires », 2019.

Le Moyen Âge à travers les âges

Le premier vade-mecum pratique et maniable en français sur l’histoire de la réception du Moyen Âge, par Alain Corbellari, professeur à l’Université de Lausanne.

De Kaamelott à Game of Thrones, des jeux de rôles aux fêtes médiévales qui fleurissent dans les moindres bourgs du Vieux (et même du Nouveau) Monde, l’imaginaire médiéval est omniprésent dans l’Occident contemporain. Mais on se doute que cela n’a pas toujours été le cas. Oscillant sans cesse entre sa légende « rose » (les troubadours, l’amour courtois, le preux chevalier) et sa légende « noire » (les guerres féodales, la peste, les culs de basse-fosse), le Moyen Age a connu à travers le temps des éclipses et des renouveaux spectaculaires dont ce livre dresse le tableau, envisageant tout aussi bien la réception érudite que la réception profane d’une période qui s’est elle-même pensée en termes de « renaissances » successives. À se demander si cette appellation même de Moyen Âge n’est pas un fantôme après lequel on court toujours en vain.

Appel : Réception de Tolkien

Appel pour la 15e conférence de la Deutsche Tolkien Gesellschaft

Du 5 au 7 octobre à Aix la Chapelle

 « 80 YEARS OF TOLKIEN CRITICISM AND RECEPTION »

 

2017 saw the 80th anniversary of the publication of The Hobbit. It was this book that introduced Tolkien the author to a wider public and brought him popular critical acclaim. As a consequence, he received several prizes, such as the 1938 New York Herald Tribune award for the best children’s book. It is thus arguably the publication of The Hobbit and the first critical reactions to it some eight decades ago that constitute the starting point for the scholarly and critical reception of Tolkien and his literary work. The 15th Tolkien Seminar would like to use this anniversary as an opportunity to discuss the influence of Tolkien’s work, the different readings and interpretations it received, and to try a provisional assessment of the critical status of his published works. The seminar inscribes itself into the tradition of the aesthetics of reception. It focuses on the different points of view (and their socio-cultural backgrounds) from which Tolkien’s work has been approached, and analyses the function of the individual reader in the process of constructing the private and public ‘meanings’ of a work. The subject of the seminar is thus the stratification of Tolkien’s audience according to nationality, class, gender, profession etc. and the effect this had on the reception of Tolkien’s work. Possible topics for papers would be thus the reception of Tolkien’s work by  literary critics ; literary scholars ; philologists/linguists ; historians ; natural scientists ; different nationalities ;  different social classes ;  different gender groups ; etc.

A discussion of any of these approaches would profit from taking into account the historical perspective that looks at the development of how the view on Tolkien’s work has changed (within the group) over time. The 15th Seminar of the German Tolkien Society is supported by Walking Tree Publishers and takes place at the Department of English at the RWTH Aachen from 5 to 7 October 2018. Potential participants are kindly invited to send a brief abstract (no longer than one page) together with a short biographical sketch (five to ten lines) no later than 30 May 2018 to Thomas Fornet-Ponse: hither-shore@tolkiengesellschaft.de

 

Suite de l’appel et annonce d’un soutien financier destiné aux doctorants et étudiants : https://www.tolkiengesellschaft.de/26677/tolkien-seminar-2018-call-for-papers-en-conference-scholarship/

 

Journée « Com’en Histoire »

2e journée scientifique « Com’en Histoire » : « Médiation et mémoire »

23 mars, IUT Paul Sabatier de Toulouse

Affiche23mars2016

Soutenue par l’équipe MICS du LERASS, l’organisation et la responsabilité scientifique seront assurées par Patrick Fraysse, MCF HDR en SIC à l’IUT de Toulouse, Jessica de Bideran, post doctorante en Humanités numériques à l’Université Bordeaux Montaigne et Julie Deramond Avignon, MCF en SIC à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

Plusieurs interventions portent sur le Moyen Age, dont celle de Florence Plet, « Par-delà le pont » : écriture et réécriture du Bel inconnu de Renaud de Beaujeu. (André Mary, Nathalie Ferlut) ».

Programme : http://cehistoire.hypotheses.org/648#more-648

Parution : « Perspectives médiévales » n°37

Perspectives Médiévales n°36, 2016, « Le Moyen Age en Amérique du Nord »

avec un dossier sur « Le thème médiéval aux États-Unis : entre fascination et répulsion » dirigé par Delphine Louis-Dimitrov.

Accessible à l’adresse  https://peme.revues.org/9390

Mark_Twain's_Joan_of_Arc

Présentation du numéro par Sébastien Douchet

En 1945, Gustave Cohen écrivait que le « De translatione studii […] se prolonge vers l’Ouest dans le sens de la marche apparente du soleil », faisant référence à l’épanouissement des Mediaeval Studies outre-atlantique[1]. La fondation de la Mediaeval Academy of America à Harvard  et de sa revue Speculum en 1925, ainsi que le don de John D. Rockfeller, la même année, qui permit l’acquisition de la collection et du bâtiment des Cloisters par le Metropolitan Museum, ont donné une impulsion à l’étude du Moyen Âge en Amérique du Nord qui n’est jamais retombée, et dont témoigne la création d’institutions qui ont joué un rôle majeur dans la diffusion de la médiévistique (le Pontifical Institute of Mediaeval Studies à Toronto ouvert en 1929 sous la houlette d’Étienne Gilson, l’Institut d’Études Médiévales d’Ottawa en 1930, l’Institut d’Études Médiévales de l’université de Notre Dame en 1946). Aujourd’hui, une grande partie de la recherche sur le Moyen Âge s’effectue au Canada et aux États-Unis. Universités, instituts, bibliothèques et musées contribuent largement à la production et à la diffusion des discours et des savoirs. Continuer la lecture

Appel: « Réception de Jean de Meun »

Appel à communication « La réception et l’influence de Jean de Meun en France du XVe au début du XVIIe siècle », pour un colloque à l’Université d’Orléans – fin octobre 2016

Réponses attendues pour le 01/01/2016

 

Dans la continuité du colloque « Jean de Meun et la culture médiévale » organisé à Orléans en mai 2014, le présent colloque voudrait rassembler les réflexions autour de la réception, de l’édition, du commentaire et plus généralement de l’influence, dans la littérature française des XVe et XVIe/début XVIIe siècles, du Roman de la Rose et plus largement de Jean de Meun, de l’œuvre comme de l’homme, ou de l’idée que l’on pouvait s’en faire. Continuer la lecture