Archives par étiquette : pouvoir

Parution : Arthur à l’écran

Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Classiques Garnier

En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens – royal, chevaleresque, féminin et même populaire – de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

Tasnime AYED (Arras/Manouba)

Enseignante universitaire, Professeur agrégée de Langue, Littérature et Civilisation françaises à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba, Université de La Manouba, Tunisie

Doctorante en cotutelle aux Universités d’Artois et de La Manouba

Membre des laboratoires Textes et Cultures (Université d’Artois) et Analyse textuelle, Traduction et Communication (Université de La Manouba)

Ancienne élève de l’École Normale supérieure de Tunis

Vice-présidente du Martin Studies International Network

Domaines de recherche :

Sujet de thèse : « La Représentation du Pouvoir, du Roman courtois au Roman fantasy. Étude comparative des Œuvres de Chrétien de Troyes et de George R. R. Martin »

Littérature moderne – Littérature médiévale – Paralittérature – Fantasy – Médiévalisme – Univers secondaires  – Critique sérielle

Principaux travaux :

  • (à paraître) « GOT ou ASOIAF ? Le Trône de Fer… en bref », Patrick VOISIN (dir.), Réinventer la Brachylogie entre dialectique et rhétorique, éditions Classiques Garnier.
  • « Le Loup dans Game of Thrones, décryptage », Contes et Légendes magazine n°13, Le Loup Maître des bois et des peurs, Oracom, 2019.
  • « Esthétique du combat singulier dans Le Trône de Fer », Bien Dire et bien aprandre, Revue de Médiévistique n°33, Combattre (comme) au Moyen Âge, Centre d’études médiévales et dialectales de Lille 3, 2018.
  • « Figure de la Femme rouge dans Le Trône de Fer de George R. R. Martin », Actes du colloque international « Séduction et Magie », Université de Tunis – Faculté des Sciences humaines et Sociales de Tunis, Arabesques éditions, 2018.
  • « Daenerys Targaryen : figure de pouvoirs, archétype en mouvement », communication pour le colloque international «  The Middle Ages in the Modern World – MAMO 4 » ; John Cabot University – École française de Rome, Rome, 21, 22, 23, 24 novembre 2018.
  • « Éternel Moyen Âge. De Chrétien de Troyes à George R. R. Martin, médiévalisme et transmission littéraire », communication pour le colloque international «  Hommage et transmission dans l’œuvre littéraire » ; Université de La Manouba – Université de Tunis, La Manouba – Tunis, 03, 04, 05 mai 2018.
  •  « Dire le pouvoir : (dé)structuration des codes chromatiques dans Game of Thrones », communication pour le colloque international « La Couleur dans la littérature et les arts » ; Université de La Manouba, La Manouba, 06, 07 décembre 2017.
  • « Les Moineaux, une expression du Fanatisme dans Le Trône de Fer », communication pour le congrès international « Extrême(s) » ; Université de La Manouba, La Manouba ; 08, 09, 10 décembre 2016.
  • « La Mise en scène de l’Hiver dans Game of Thrones », communication pour le colloque « Winter is coming. De Jack London À George R. R. Martin » ; Université de Lorraine, Nancy ; 03, 04 novembre 2016.
  • « La Folie en Représentation dans Game of Thrones », communication pour le colloque international « Des Folies et des Arts » ; Université de Monastir, Moknine ; 12, 13, 14 avril 2016.

CV et contact :

https://tasnimeayed.wixsite.com/cerclesentriangle/cv

tasnime.ayed@gmail.com

Appel : Châteaux et justice

Châteaux et justice (Xe-XXIe siècles) 

Périgueux 28, 29 et 30 septembre 2018

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ?

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes[1]. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière[2]. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain[3].

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord[4] proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les Continuer la lecture

Appel : pouvoir royal en fantasy

Appel : “‘Reges quondam regesque futuri’: Various Aspects of Royal Power in Medieval and Modern Fantasy Literature”

Medieval Fantasy Symposium, Unieście, Poland, 1-4 June 2017

pour le 14 février

Medieval kingship is a complex, multi-layered cultural construct. On the one hand, in its primary sense, it lays emphasis upon the numerous royal duties (moral, political, military etc.) which arise from the very fact of being a king. Hence, despite being a sovereign, he is, at the same time, a person who is, first of all, subject to the law of his realm, one who should use his power solely for the benefit of its inhabitants. Indeed, a “king is he that can hold his own, or else his title is in vain”, claims the elvish prince Maedhros in J.R.R. Tolkien’s Silmarillion. On the other hand, though, there are numerous examples of medieval rulers who often transgress their royal duties to satisfy their exuberant egos. They are the reges horrendi of the biblical Book of Wisdom, the rois maudits from the historical novels of Maurice Druon.

The conference will focus exclusively upon various aspects (cultural, religious, political, intellectual etc.) traditionally associated with kingship. The thematic scope will cover all sorts of texts of undisputedly medieval origin (poems, sagas, chronicles etc.) as well as post-medieval fantasy (including historical fantasy) works written by, amongst others, William Shakespeare, J.R.R. Tolkien, Maurice Druon, George R.R. Martin and Elżbieta Cherezińska. The main themes will include:

  1. king-making and images of kingship.
  2. ideology and sacrality of kingship.
  3. warrior-kings and their knights.
  4. royal bynames, their significance and meaning.
  5. noble kings and their accursed counterparts.
  6. symbolism of crowns, swords and other royal insignia.

Voir http://essenglish.org/cfp/conf1706/#medieval-fantasy