Archives par étiquette : politique

Studies in Medievalism : Moyen Âge et politique

Parution du n°XXIX et appel à contribution pour le vol. XXX

Politics and Medievalism (Studies): Studies in Medievalism XXIX, 2020, Karl Fugelso (ed.)

I: Essays on Politics and Medievalism (Studies)

·      Esther Liberman Cuenca: Historical Malapropism and the Medieval Blood Libel in American Politics

·      Sean Griffin: Putin’s Medieval Weapons in the War against Ukraine                   

·      Daniel Wollenberg: The Battle of Tours and the US Southern Border                 

·      Andrew B. R. Elliott: Medievalism, Brexit, and the Myth of Nations                 

·      Christopher Jensen: An Arthur for the Brexit Era: Joe Cornish’s The Kid Who Would be King

II: Other Responses to Medievalism

·      Mary Behrman: Angle-ing for Arthur: Erasing the Welsh in Guy Ritchie’s King Arthur: Legend of the Sword

·      Ali Frauman: Chasing Freyja: Rape, Immigration, and the Medieval in Alt-Right Discourse

·      Laura E. Cochrane: “Things painted on the coarse canvas”: Political Polemic in Jean-Paul Laurens’s Portrait of the Child Emperor Honorius

·      M. J. Toswell: The Capacious Medievalisms of Henry Wadsworth Longfellow           

·      Victoria Yuskaitis: Archaeology and Medievalism at Julian of Norwich’s Anchorite Cell

·      Laura Varnam: A Revelation of Love: Christianity, Julian of Norwich, and Medieval Pity in the Harry Potter Series

·      Anna Fore Waymack & John Wyatt Greenlee: In the Beginning Was the Word: How Medieval Text Became Fantasy Maps                                                      

·      Usha Vishnuvajjala: Objectivity, Impossibility, and Laughter in Doctor Who’s “Robot of Sherwood”

·      James Cook: Sonic Medievalism, World Building, and Cultural Identity in Fantasy Video Games

Appel annuel de la revue Studies in Medievalism, pour le XXXe volume, et second volet du diptyque Political Medievalism:

From Hitler’s“Third Reich”to Bush’s “crusade”against terrorism, professional politicians have often invoked the Middle Ages to justify their actions. But they are far from alone, for many of their constituents have also deployed medievalism for political purposes, as in condemning impoverished countries for “failing to escape”the Middle Ages. Indeed, much of medievalism, not to mention the study of it, has revolved around politics of one kind or another, as became evident from the unprecedented number of submissions to our previous volume (XXIX) on this theme. 

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is therefore once again seeking not only feature articles of 6,000-12,000 words (including notes) on any postmedieval responses to the Middle Ages, but also essays of approximately 3,000 words (including notes) on the intersection of medievalism (studies) and politics.

How exactly have professional and amateur politicians misconstrued, mangled, and manipulated the Middle Ages and to what end? How have politics influenced the development of medievalism and/or study of it? In what sense, if any, is it possible to have medievalism (studies) without politics? How might medievalism otherwise be deployed in professional or amateur politics? In responding to these and related questions, contributors are invited to give particular examples, but their submissions, which should be sent to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) in English and Word by August 1, 2020 (note that priority will be given to papers in the order they are received), should also address the implications of those examples for the discipline as a whole.

Aude Mairey (CNRS, Paris 1)

Aude MAIREY

Directeur de recherche

Directrice-adjointe du LaMOP  (UMR 8589 -Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris)

Page personnelle de l’université
http://cnrs.academia.edu/AudeMairey

Thèmes de recherche :Angleterre médiévale, culture politique, langages politiques, anglais, littérature

Mes travaux sont centrés sur la formation d’une culture anglaise à la fin du Moyen Âge. Un des indices principaux en est le foisonnement d’une production textuelle en anglais à partir du milieu du XIVe siècle dans tous les domaines de la connaissance. Si l’analyse de l’évolution des contenus des textes est essentielle pour comprendre la formation de cette culture anglaise, celle de l’emploi d’une langue écrite en cours de constitution, l’anglais, l’est tout autant. L’étude de la diffusion et la réception des textes est également indispensable pour cerner les interactions entre histoires culturelle, politique et sociale. Mais celle des représentations sociales et des conceptions politiques est également nécessaire, en tant que point nodal de ces interactions. Mes deux axes de recherche, « Littératures, langues et société » et « Langages politiques » sont donc étroitement liés. L’étude des sources littéraires comme sources historiques et celle de la langue comme un « fait d’histoire » exigent enfin de faire preuve d’une véritable interdisciplinarité (histoire, littérature, anthropologie…), ainsi que la multiplication des approches méthodologiques, telles que la textométrie. J’ai par ailleurs développé une appétence pour le médiévalisme et plus généralement les usages contemporains du Moyen Âge, ainsi que pour la transmission et la visibilité des études médiévales, concrétisée, par exemple, par ma participation toujours croissante au réseau Ménestrel (www.menestrel.fr).

Thematics: Medieval England, Political Culture, Political Languages, Middle English, Literature

My researches are centred on the formation of an English culture at the end of the Middle Ages. Continuer la lecture

Soutenance : Joanna Pavlevski-Malingre

Joanna Pavlevski-Malingre soutiendra le 6 décembre 2017 à l’université de Rennes 2 une thèse intitulée « Melusigne, Merlusine, Melusina : Fortunes politiques d’une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle » devant un jury composé d’Emmanuel Bouju (Rennes 2), Edoardo Costadura (Université Friedrich Schiller de Jena), Vincent Ferré (Université Paris Est-Créteil), Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Laurence Harf-Lancner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) et Christine Ferlampin-Acher (Rennes 2, Directrice de thèse)

Résumé

« Il peut sembler étonnant de consacrer une étude d’ampleur aux fortunes politiques d’une fée médiévale, d’une part parce qu’il est habituel de distinguer merveilleux et politique – alors que le recours au merveilleux est courant pour légitimer un pouvoir ou pour fonder une communauté politique -, et d’autre part parce que la branche maîtresse de la lignée des Lusignan, dont Mélusine est l’ancêtre mythique, est éteinte depuis 1308. Pourtant, étonnamment, Mélusine, merveille suscitant des interprétations et représentations contrastées, entre dans des dynamiques politiques multiples. Dès le Moyen Âge, elle incarne des fortunes diverses, l’essor et le déclin de la lignée des Lusignan, qu’elle justifie.

Instrumentalisée à des fins de domination, de légitimation et pour célébrer une mémoire lignagère dans les romans médiévaux de Jean d’Arras (1393) et Coudrette (c.1401), Mélusine s’impose au fil des siècles comme la Merlusine, la mère des Lusignan, mais aussi d’autres lignées aristocratiques, par le biais de textes littéraires, paralittéraires et d’armoiries. Parallèlement, dès le Moyen Âge, mais de façon accrue depuis le XXe siècle, cette figure lignagère est défigurée, ses enjeux sont déplacés, et Mélusine peut ainsi informer des questionnements identitaires divers, relatifs à une classe sociale ou à un individu, à la Nation ou à l’affirmation d’idées féministes. »

Image : la Mélusine qui a inspiré le logo Starbucks

Séminaire « Nords médiévaux »

Séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux »

Année 3, « Pratiques et politiques »

Les séances auront lieu :

– vendredi 20 janvier à Villeneuve-d’Ascq (Lille SHS)

– vendredi 17 mars à Boulogne-sur-Mer (ULCO)

– vendredi 12 mai à Bruxelles (ULB)

Le séminaire, dans le cadre du programme « Représentations, Identités, Mémoires des Nords européens », a été conçu pour les doctorants de l’école doctorale SHS Lille Nord de France, mais il est largement ouvert aux étudiants de master et de 3e année de licence, ainsi qu’à toute personne intéressée. Les résumés des communications du séminaire pour les deux années précédentes sont toujours disponibles sur le site RIM-Nor (http://rim-nor.hypotheses.org).

Appel : Politique et Moyen Âge

Appel à contribution

Perspectives médiévales n°39

« Politique et Moyen Âge aujourd’hui »

réponses attendues avant le 31 décembre 2016

« On est revenu au Moyen Âge[1] » ; « ces actes sont médiévaux, moyenâgeux, barbares » : douloureusement réactivées par les attentats récents, ces formules ont été largement utilisées par les médias ces derniers mois. Or, elles posent problème à maints égards, car tout en désignant le « Moyen Âge » comme « barbare » et « archaïque », elles associent des événements difficilement pensables et rejetés dans la sphère de l’altérité à une période qui appartient pourtant à une histoire et à un patrimoine hérités. De ce point de vue, le Moyen Âge semble servir d’écran pour dire un impensé qui est celui de la violence de notre propre société. À l’inverse, « revenir au Moyen Âge », entre séries et jeux de rôles, c’est parfois jouer ou rejouer celui-ci, le plus souvent pour l’encenser, dans une démarche où la nostalgie prend le pas sur la connaissance.

Le Moyen Âge : modèle ou repoussoir ? Au plan idéologique, ce sont parfois les mêmes discours qui utilisent le Moyen Âge comme référence pour désigner une altérité honnie, et qui par ailleurs l’invoquent pour justifier une identité (les « racines chrétiennes de l’Europe ») ou une unité culturelle (l’Occident chrétien), face à une Europe qui serait fragmentée, et dangereusement multi-culturelle.  Au plan économique, le Moyen Âge sert parfois aussi de paradigme à une pensée de l’autarcie, sur la base d’un modèle pré-industriel adossé sans précaution à l’omniprésence de l’ordre et du pouvoir. Le Moyen Âge apparaît donc comme le porte-étendard d’une protestation qui s’élève contre la crise actuelle du politique et du modèle européen.

Telle est l’ambiguïté de la manipulation des mots « Moyen Âge », « médiéval », « moyenâgeux » dans les discours actuels, manipulation qui est peut-être aussi instrumentalisation du passé. C’est une définition de la politique mais aussi du politique qui est en jeu, dans la détermination de cette notion par le passé médiéval et dans son articulation au présent.

Quelle peut être la position de la recherche, du monde académique mais aussi plus largement des intellectuels et des artistes vis-à-vis de ces représentations du Moyen Âge, de sa pensée politique et de son fonctionnement ? À partir d’un travail épistémologique sur les notions les plus fréquemment rattachées ou opposées au Moyen Age, et qui permettent sa mise en accusation ou son idéalisation,  ce numéro de Perspectives médiévales invite à s’interroger sur les usages politiques actuels du Moyen Âge. Le Moyen Âge peut-il être aujourd’hui autre chose qu’un fantasme, un prétexte pour justifier toutes sortes de discours, en dehors de toute connaissance réelle et profonde de cette période ? Peut-il encore servir de référence positive pour penser le présent ? La définition de l’homme mise au point et cultivée par les pensées et pratiques du Moyen Âge est-elle d’un quelconque secours pour éclairer un monde qui se réfère et se compare sans cesse à lui, au prix de nombreux malentendus, intentionnels ou non ?

 

Nous proposons ici quelques pistes de réflexion, non limitatives :

 

  • Face à l’image d’une période repliée sur elle-même et théocentrique, existe-t-il ou non un universalisme hérité du Moyen Âge, et qui se prolongerait jusqu’à nous, parallèlement à l’universalisme hérité de la Révolution française ? L’idée d’un progrès perpétuel hérité des Lumières, largement contestée et battue en brèche, peut-elle être refondée ou réélaborée à partir d’une pensée qui a été largement bannie par ces mêmes Lumières ?
  • Le Moyen Âge est-il porteur d’un humanisme ? Si oui, quel rôle a joué l’historiographie postérieure (renaissante, classique, romantique, moderne) pour occulter cet humanisme médiéval ?
  • Le Moyen Âge a-t-il été barbare – rejetant dans la violence, hors de sa langue et de son monde, ses ennemis ? Peut-il servir d’exemple ou d’épouvantail à ce qui aujourd’hui est parfois annoncé comme le début d’un naufrage de la civilisation ?
  • Comment s’expliquent les mises en fiction actuelles du Moyen Âge et la nostalgie sous-jacente qui les accompagnent ? Et la recherche elle-même, médiéviste ou médiévaliste, par effet de retour, ne contribue-t-elle pas à la création d’un Moyen Âge édulcoré et fantasmé, voire du renouveau d’un folklore médiéval ?

 

C’est donc à une réflexion sur les usages politiques contemporains du Moyen Âge et de leurs impensés qu’invite le prochain numéro de Perspectives médiévales.

Chercheurs, intellectuels, artistes et autres acteurs que la présence du Moyen Âge dans la société actuelle intéresse sont donc conviés à contribuer au numéro de 2018 de notre revue.

 

 

Les propositions d’article (avant-projet d’une page avec bibliographie) sont à adresser conjointement à Sébastien Douchet (sebastien.douchet@univ-amu.fr) et à Véronique Dominguez (veronique.dominguez@u-picardie.fr) avant le 31 décembre 2016.

 

Le calendrier est le suivant :

 

  • Jusqu’au 31 décembre 2016 : remise du projet.
  • 15 février 2016 : avis du comité scientifique de la revue.
  • 1er juillet 2017 : remise de l’article qui sera soumis au comité scientifique pour correction.
  • 1er décembre 2017 : remise de la version définitive de l’article.
  • 15 janvier 2018 : publication du numéro en ligne (peme.revues.org).

[1] Par exemple : « La Grèce est revenue au Moyen Age ! », article de Dominique Alberti, du 16 février 2012 dans Libération (http://www.liberation.fr/futurs/2012/02/16/la-grece-est-revenue-au-moyen-age_796547) ou bien « L’Europe d’aujourd’hui est revenue au Moyen Âge », article du 16 janvier 2016 paru dans sputniknws.com (https://fr.sputniknews.com/international/201601161020991076-europe-retour-moyen-age).

Domitilla CAMPANILE (Université de Pise)

Prof.ssa Domitilla Campanile

Seminario di storia antica

Dpt. di civiltà e forme del sapere

Domitilla Campanile, laureata in Lettere Classiche (1987) e dottore di ricerca in Storia Antica (1992), è dal 2001 professore associato di Storia Romana.
Fa parte di gruppi di ricerca nazionali e internazionali; ha tenuto lezioni e seminari in Atenei italiani e stranieri. È membro della redazione della rivista «Studi Classici e Orientali»; è stata rappresentante del Dipartimento di scienze storiche del mondo antico nel Centro per la didattica della storia (2001-2013) e Vicepresidente della Scuola di Dottorato in Storia (2008-2010).
I suoi principali interessi di ricerca includono:
– la storia politica della media e tarda repubblica romana
– la storia economica, sociale, culturale e religiosa delle province dell’Asia Minore
– il culto imperiale nelle province orientali
– la storia letteraria nei primi due secoli dell’impero
– la Seconda Sofistica
– la storiografia romana dell’età repubblicana
– le relazioni tra élites cittadine e governanti romani tra le fine della Repubblica e i primi secoli dell’Impero
– i film storici ambientati nel mondo classico
– la rappresentazione di Roma nel cinema storico
– l’impero romano nella cultura popolare contemporanea.

CV: http://unimap.unipi.it/cercapersone/dettaglio.php?ri=5014&template=dettaglio3.tpl

et  publications: http://unimap.unipi.it/cercapersone/prodottiricerca.php?iddoc=009568

Florian BESSON (Paris Sorbonne)

Florian Besson

Florian Besson

Normalien, agrégé d’histoire, je fais une thèse à l’Université Paris-Sorbonne, sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan. Je travaille sur la féodalité dans les États latins d’Orient, en m’intéressant principalement aux pratiques du pouvoir et à la culture politique de la noblesse. Je travaille également sur les réécritures du Moyen Âge dans la littérature contemporaine, notamment dans la fantasy – j’ai co-écrit un article sur Game of Thrones. Enfin, je m’intéresse à l’uchronie et j’ai codirigé un ouvrage sur ce thème, Écrire l’histoire avec des si, paru il y a quelques mois aux Presses de la Rue d’Ulm.

Voir le CV