Archives par étiquette : politique

Appel à communications : Le médiévalisme au Québec

Le colloque international “Le médiévalisme au Québec : études, représentations et usages du Moyen Âge dans la société québécoise“, organisé par Raphaëlle Décloître, François-Olivier Dorais et Arnaud Montreuil, se déroulera du 6 au 8 février 2025 au Monastère des Augustines (Québec).

Date limite d’envoi des propositions : 21 avril 2024.

Au premier abord, tout semble séparer la culture québécoise de celle du Moyen Âge, essentiellement dans la mesure où le Québec, «société neuve» (Bouchard, 2000), apparaît par définition comme un espace géographique exclu de la période médiévale, que la fragmentation conventionnelle de l’histoire fait habituellement se terminer avec la « découverte » des Amériques. Or ce découpage – par ailleurs contesté de plusieurs façons (Le Goff, 2004; Baschet, 2006) – tend à dissimuler certaines réalités pourtant incontestables : la basilique Notre-Dame de Montréal arbore un vocabulaire architectural inspiré du gothique français, les principales bibliothèques universitaires du Québec conservent des dizaines de livres d’heures et autres manuscrits médiévaux, et l’imaginaire médiéval imprègne autant la vie intellectuelle et religieuse que les productions littéraires québécoises, à un point tel qu’on en trouve des traces dans des œuvres aussi diverses que celles de Réjean Ducharme et de Bryan Perro. Contre toute attente, le Québec se présente comme une terre fertile de médiévalisme, que l’on peut définir comme «la réception du Moyen Âge aux siècles ultérieurs» (Ferré, 2010), sa persistance dans la culture occidentale.
Le colloque «Le médiévalisme au Québec : études, représentations et usages du Moyen Âge dans la société québécoise» sera l’occasion d’explorer cette persistance, à travers l’étude des manifestations, matérielles et idéelles, du Moyen Âge dans la société et la culture québécoises. Le cas québécois est à cet égard particulièrement intéressant, en raison du positionnement distinctif du Québec, analogue à celui du Canada anglais (Brush, 2010), dont le double héritage médiéval, anglais et français (Toswell et Czarnowus, 2020), a alimenté un médiévalisme riche et multiple, déployé dans un nombre considérable de domaines (architectural, politique, littéraire, audiovisuel, idéologique, religieux, etc.). Pourtant, en dépit de travaux pionniers (Gingras, 2016; Moran, 2016; Guyot, 2015; Livernois, 2012; Dunn-Lardeau, 1999; Angers, 1995) et d’un colloque tenu en 2015 (Université de Montréal, “Le Moyen Âge au Québec: entre héritage direct et imaginaire collectif”), prometteur d’un chantier à ouvrir, le médiévalisme québécois reste un objet à penser dans toute sa complexité, et dans une perspective qui transcende les spécialités académiques. Cet événement se veut ainsi un espace de discussion interdisciplinaire, pour appréhender les manifestations du Moyen Âge au Québec dans toute leur diversité d’expression. Il s’agira plus spécifiquement de repérer ces manifestations et d’identifier les caractères originaux du médiévalisme québécois, mais aussi d’interroger les logiques sociales qui président à leur existence et qui gouvernent leur modalité d’incarnation. L’objectif général est d’aller au-delà des conclusions généralement formulées à propos de la récupération du Moyen Âge (à savoir que celuici nourrit une vision ambivalente, tantôt positive, tantôt négative), pour potentiellement
révéler, par le médiévalisme, des mouvements de fond de la culture et de la société québécoises.
Pour ce faire, il conviendra de s’intéresser tant aux manifestations matérielles
qu’idéelles du Moyen Âge au Québec. Les «manifestations matérielles» renvoient ici à l’héritage direct du Moyen Âge, ce qui recoupe les présences effectives du Moyen Âge au Québec (dans les archives, les collections muséales et l’architecture, par exemple), mais également les continuités structurelles (la permanence, sur le territoire québécois, de certaines des structures politiques, culturelles et religieuses de la période médiévales).
Les « manifestations idéelles » renvoient quant à elles à l’imaginaire médiéval (la manière dont les fictions du Moyen Âge nourrissent nos productions culturelles et artistiques), mais aussi au Moyen Âge imaginaire (à savoir la façon dont la vision plurielle que l’on se fait de cette période investit les discours politiques, les récits littéraires et l’histoire intellectuelle). À partir de ces deux grands axes, les interventions pourront s’ancrer dans différentes
disciplines (histoire, littérature, histoire de l’art, philosophie, architecture, etc.) et pourront porter sur les thèmes suivants, sans s’y restreindre :

*L’importance de la période médiévale dans l’imaginaire, à la fois intellectuel et artistique, du catholicisme;
*La fondation des instituts d’études médiévales au Québec;
*L’enseignement de l’histoire, de la littérature, de la philosophie et de la théologie du Moyen Âge dans les collèges classiques;
*Les références au Moyen Âge dans la critique des villes de compagnies;
*Les persistances seigneuriales au Québec;
*La féodalité et le féodalisme dans l’interprétation du passé canadien-français;
*La citation architecturale des formes gothiques dans les bâtiments (églises,
universités, gares, etc.);
*Le recours à la symbolique médiévale;
*Les usages idéologiques du Moyen Âge;
*L’histoire intellectuelle du médiévalisme au Québec;
*Les intertextes médiévaux et les renvois au Moyen Âge dans la littérature;
*L’imaginaire médiéval à l’ère de «fondation» de la littérature québécoise;
*L’importance du médiévalisme dans le processus d’autodéfinition propre aux petites nations;
*Les persistances de la langue médiévale dans le français parlé au Québec;
*La création du mythe de la grande noirceur comme analogon de l’époque médiévale;

*Le recours à l’iconographie médiévale dans les mouvements sociaux;
*Les convocations du Moyen Âge dans les prises de position sur la société et l’histoire québécoises;
*Les usages du Moyen Âge dans la rhétorique des nouveaux mouvements d’extrême droite;
*Le Moyen Âge des musées et des collections;
*Les Scandinaves dans le golfe du Saint-Laurent : une spécificité du médiévalisme québécois ?;
*Le Moyen Âge des films et des jeux vidéo;
*L’imaginaire médiéval dans les œuvres jeunesses;
*Le duché de Bicolline et autres grandeurs natures;
*L’organisation des fêtes médiévales de Québec;
*Le médiévalisme québécois en regard des médiévalismes d’autres nations;
*Le cas québécois comme possible mise à l’épreuve de la théorie sur le médiévalisme.

Nous invitons celles et ceux qui souhaitent participer à ce colloque à soumettre des propositions portant sur les thèmes ci-haut ou sur d’autres objets qui leur sembleraient pertinents au regard de la problématique. La soumission doit comprendre les éléments suivants :

  1. le titre de la communication
  2. un résumé de l’exposé d’environ 200 mots
  3. les coordonnées du présentateur ou de la présentatrice (nom, prénom, statut, établissement, adresse électronique)
  4. une courte notice biobibliographique (5 lignes maximum)

Merci de faire parvenir votre proposition de communication avant le 21 avril 2024 à l’adresse suivante : medievalisme.quebecois [at] gmail.com. Les propositions de sessions sont aussi les bienvenues.

Une demande de subvention pour ce projet est en cours d’élaboration. Nous espérons pouvoir défrayer, en partie ou en totalité, les frais de déplacement et d’hébergement des conférenciers et conférencières.
À la suite de leur présentation, les participant.e.s seront invité.e.s à soumettre une version bonifiée de leur communication afin de constituer un ouvrage collectif sur la question. 

Parution : Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle

Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin (dir.), “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle”, Frontière.s, 9, 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment Reconquête ou Renaissance, dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême. Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous avons invité les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines.

Sujet désormais récurrent des spécialistes de la réception de l’Antiquité, les réécritures de l’histoire de Sparte, de part et d’autre de l’Atlantique nord, ouvrent le volume : Vivien Barrière et Jean Hedin notent l’importance du comics 300 de Frank Miller (1998) puis de son adaptation cinématographique par Zack Snyder (2007) dans la mise en place d’un discours politique étatsunien faisant de la cité grecque le modèle d’une société guerrière et eugéniste, seul rempart d’un Occident menacé par l’ennemi oriental ; Stéphane François et Adrien Nonjon en détaillent les déclinaisons en France d’une part et en Ukraine d’autre part en se focalisant sur les mouvements d’extrême droite identitaire. En attirant l’attention sur un usage précis de l’histoire, depuis des fouilles mises en œuvre par un maire d’extrême droite en Roumanie (Mathieu Mokhtari) à la diffusion d’une série syrienne sur la chute de Palmyre et Zénobie (Thomas Richard) en passant par un livre édité à Marseille (Pierre Vey), les contributions suivantes mettent en avant la plasticité et la diversité des situations. L’histoire est instrumentalisée par des acteurs et actrices situés aux deux bords de l’échiquier politique ; elle peut se faire vecteur d’un discours réactionnaire qui cherche dans un hier imaginaire un modèle idéal à reproduire (Enki Baptiste), nourrir une appropriation nationaliste d’espaces frontaliers (Lorette Hehn) ou au contraire servir à la survalorisation d’une identité locale perçue comme menacée (Florentin Briffaz).

 

Table des matières

 

Le numéro est entièrement disponible en ligne, sur le site de la revue.

Parution : Les médiévistes face aux médiévalismes

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (dir.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023.

Des fêtes estivales aux dessins animés japonais, des séries de fantasy aux manifestations de l’extrême-droite étatsunienne, le Moyen Âge est partout, sans cesse réinventé, transformé, mobilisé pour des usages variés. Il s’agit ici d’étudier cette présence du Moyen Âge dans notre imaginaire que l’on nomme le médiévalisme, en mobilisant de nouvelles méthodes d’analyse et en explorant de nouveaux terrains. Quels sont les rapports entre ces Moyen Âge fantasmés et le Moyen Âge historique étudié par les médiévistes ? Comment les spécialistes de la période médiévale doivent-ils se positionner face à des réinventions contemporaines ? Telles sont les deux principales questions de cet ouvrage collectif tentant un état des lieux de la recherche médiévaliste ainsi qu’une réflexion globale, à la fois méthodologique et heuristique, sur ses défis, ses limites et ses enjeux.

 

Table des matières

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos : Introduction

Première partie : Approche diachronique des médiévalismes

Introduction

Alain Corbellari : L’éternel retour du Moyen Âge

William Blanc : Donjons et Moutons. Une réflexion sur les objets médiévalistes

Marion Bertholet : Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi. Un anti-médiévalisme ?

Joanna Pavleski-Malingre : Etudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours. Enjeux d’un médiévalisme au long cours

 

Deuxième partie : Création et recréation du Moyen Âge

Introduction

Yohann Chanoir : Le médiévalisme à l’écran. Panorama et enjeux historiographiques

Clément de Vasselot de Régné et Louis de Vasselot de Régné : La fascination pour le Moyen Âge européen dans l’animation japonaise

Florian Besson et Pauline Ducret : “Je ne joue jamais si ce n’est à l’an mil.” Le Moyen Âge dans la culture ludique contemporaine

Martin Bostal : La reconstitution historique du Moyen Âge. Un “loisir sérieux” entre médiévalisme et recherche d’historicité

 

Troisième partie : Enseigner (par) le Moyen Âge

Introduction

Isabelle Olivier : Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement

Romain Vincent : Médiévalisme et jeux vidéo. Jouer au Moyen Âge à l’école

Tristan Martine : Des bulles médiévales en cases. Les enjeux du médiévalisme en bande dessinée

Atelier 1 : Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? – Isabelle Catteddu, Fanny Cohen-Moreau, Fanny Madeline et Fabien Paquet

 

Quatrième partie : Médiévalismes et médiévistique

Introduction

Anne Besson : Fantasy médiévale et médiévistique. Une relation à sens unique ?

Atelier 2 : Les médiévistes face aux non-médiévistes : tensions et attentions – Florian Besson, Paul Sturtevant, Clovis Maillet et Cécile Voyer

Tommaso di Carpegna Falconieri : Médiévistique et médiévalisme. Un château des destins croisés

Vincent Ferré : “Plus médiév(al)iste, tu meurs”. Divisions disciplinaires, culturelles, linguistiques depuis 1979, et perspectives collectives

 

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos : Conclusion

Bibliographie

Les auteurs

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Parution : Une brève histoire politique de la fantasy, 2e édition

William Blanc, Une brève histoire politique de la fantasy, édition actualisée et augmentée, Paris, Libertalia, 2023.

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thrones est l’une des séries les plus célèbres au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine.

G.R.R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J.R.R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E.Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à contributions : Les larmes de Jeanne d’Arc

La revue K, revue trans-européenne de philosophie et arts, créée par l’Université de Lille SHS et le Département de Philosophie de l’Université de Messine, prépare un numéro sur le sujet “Les larmes de Jeanne d’Arc“.

Date limite d’envoi des propositions : 5 mars 2023.

Date limite d’envoi des articles retenus : 17 septembre 2023.

Des lettres gigantesques, lumineuses, hypnotisantes : JEANNE D’ARC. Filmées d’en bas, pour leur conférer encore plus de poids, elles apparaisent sur l’écran en diagonale, comme si elles se projetaient ailleurs. Un autre écrit lumineux, vertical, au second plan, précise le lieu où nous sommes : CINE. C’est clairement une invitation à entrer dans la salle obscure. Ici apparaît tout de suite au premier plan le visage souffrant de Jeanne d’Arc/Renée Falconetti. Le film projeté est La passion de Jeanne d’Arc de Dreyer (1928). Mais maintenant il est dans un autre film. Nous accompagnons en effet dans cette salle de cinéma une autre bouleversante, fragile, superbe fille, la Nana/Anna Karina de Godard (Vivre sa vie, 1962). Quelqu’un (Antonin Artaud) est en train d’annoncer à Jeanne d’Arc qu’elle sera bientôt amenée sur le bûcher. La fille pleure. Changement de plan montrant Nana qui commence à s’émouvoir. Nous voyons tout à travers ses yeux. Jeanne d’Arc pleure, mais pense aussi que la mort pourra finalement la libérer. Nana pleure, assise à sa place. 


Une communauté de destin se dessine entre les deux personnages. Godard tente également de tracer un parallélisme existentiel entre une jeune fille accusée d’être (aussi) une prostituée et une prostituée qui a toute la pureté d’une jeune fille. Mais l’opération de Godard par rapport au film de Dreyer, et peut-être par rapport au mythe même de Jeanne d’Arc, revêt pour nous un sens plus large, presque vertigineux : la fragilité, l’impuissance – le pathos de Jeanne d’Arc –, incarnées dans ses larmes, trouvent leur force, apparemment paradoxale, dans leur capacité à être partagées. Dans cette transmission, elles révèlent aussi une formidable puissance politique destituante. 


Le numéro de K consacré à Jeanne d’Arc voudrait, avant tout, sonder cette transformation de l’expression d’une douleur intime en une émotion collective, et, peut-être, en une politique de l’émancipation. 


Le film de Dreyer se termine avec les images d’une révolte. Les larmes de la fille tandis qu’elle est transportée vers le bûcher parlent, elles s’adressent à ceux qui sont en train de la regarder, lesquels, justement grâce à ces pleurs, sortent de leur rôle de spectateurs en liesse, participent à sa douleur, qui devient la leur. Le notaire Boisguillaume témoigne : « Presque tous les assistants pleuraient ». C’est la sym-pathie de Nana, c’est la sym-pathie des femmes qui voient pleurer la fille conduite au bûcher qui rend possible une politique des larmes. 


Comment est-il possible qu’une manifestation d’impuissance devienne une politique ? Ce sont surtout les femmes qui pleurent quand se matérialisent des crises historiques : Jeanne d’Arc pleure face à l’injustice de ses juges, Antigone pleure face à Créon, Haidi Giuliani pleure, les mères de Plaza de Majo pleurent, etc., etc. Toutes ces femmes n’ont pas le pouvoir, et surtout n’en veulent pas. Leurs larmes sont, en ce sens, le signe de leur fatigue, de leur exclusion, mais les femmes qui pleurent, précisément en vertu de cette impuissance, de leur altérité (politique, sociale, symbolique), parviennent à remettre en question le pouvoir, parfois elles arrivent même à le destituer. 


La Révolution russe commence avec des larmes de femmes (pour les deuils de la guerre, pour la faim et le froid à la maison) qui deviennent petit à petit indignation, soulèvements, émancipation. Que s’est-il passé ? En reprenant certains éléments des textes que Derrida consacre à la question de la vision et du regard, nous pouvons dire que les yeux larmoyants de ces femmes ont touché d’autres yeux, les yeux des autres. Il y a eu rencontre, une communauté s’est créée, et donc une possibilité d’agir ensemble, précisément à partir de ces yeux qui, emplis de larmes, ne voient pas, mais touchent. D’après Derrida, en effet, afin que des regards se croisent, il faut qu’ils se touchent en aveugles : pour regarder le regard d’un autre il faut cesser de voir seulement ses yeux – il ne faut tout simplement pas les voir –, il est nécessaire, au contraire, qu’ils se touchent. 


La cécité nous conduit vers une autre question décisive chez Jeanne d’Arc, que nous voudrions ré-élaborer. Vierge, guerrière, sorcière, enfant, putain, sainte… diverses et contradictoires sont les images que l’hitoire nous a laissées d’elle, mais il y en a une qui les parcourt toute, et c’est aussi, d’un point de vue historique, la plus certifiée, car sur cette image se focalisera le procès contre elle : Jeanne d’Arc est une voyante. Elle voit des anges, des saintes, des saints qui l’incitent, à travers des « voix » qu’elle seule comprend (dans quelle langue parlent-elles ?, lui demanderont les juges), à accomplir des actions militaires et politiques voulues par Dieu. Elle est envoyée par Dieu et à ce titre s’arroge même le droit de se soustraire à l’autorité du Tribunal, au point d’en arriver à menacer ses juges : « Vous dites que vous êtes mon juge, mais prenez garde à ce que vous faites, parce qu’en vérité je suis envoyée par Dieu et vous vous mettez vous-mêmes en grand danger ». C’est plus qu’une contestation du pouvoir religieux et politique : Jeanne d’Arc ne le reconnaît pas du tout. Et elle décide de l’esquiver, ou essaie de l’esquiver, justement parce qu’elle pense être et se comporte comme une prophétesse. 


D’après la poétesse-philosophe Christine de Pizan (1364-1430), Jeanne d’Arc appartient à la tradition des grandes prophétesses bibliques, comme Judith, Esther, Débora. Mais, comme le montre Claude Gauvard, dans le contexte historique de Jeanne d’Arc le phénomène du prophétisme féminin est également très diffus dans le règne de France. Entre 1350 et 1450 une vingtaine de femmes au moins sont reconnues pour avoir des dons de prophétie. Ces femmes parviennent, dans des moments de crise, autorisées par une parole qui vient d’en-haut, à sortir du silence, et même à imposer leur voix, à indiquer à tous un chemin à accomplir – les révoltes nécessaires. Beaucoup d’entre elles viennent des frontières du règne, de ses bords extrêmes, et sont d’origine modeste. C’est précisément cette condition marginale – comme celle de Jeanne d’Arc, qui vient de Lorraine, humble bergère, analphabète – qui confère davantage de force à leur parole divine. 


Charles Péguy définit Jeanne d’Arc la « jeune fille espérance ». C’est une synthèse efficace que nous entendons problématiser dans ce numéro pour tenter de comprendre comment la parole, les gestes d’une jeune fille ont réussi à cristalliser, quelques longs mois durant, les aspirations de tout un peuple. La prophétie de Jeanne d’Arc déchire la monotonie et l’inévitabilité du présent principalement parce qu’elle est capable d’allumer en lui une lueur d’espoir. En s’insérant dans la conjoncture historique, à partir des « voix » qu’elle entend, Jeanne d’Arc réussit à faire bifurquer l’histoire. 


Il apparaît évident que la guerre, à laquelle la femme est appelée et à laquelle elle-même appelle, est quelque chose de bien plus élevé et profond qu’une simple défense des frontières de la patrie. S’il n’en était pas ainsi, Jeanne resterait dans la continuité de l’histoire. Au contraire, elle essaie de suspendre le cours normal de l’histoire (la prophétie bouleverse le temps historique). Peut-être que, comme le dit Bensaid, sa guerre s’étend sur une frontière plus universelle, une frontière immense. Celle qui sépare, injustement, le monde des riches de celui des pauvres. La guerre de Jeanne d’Arc est un épisode de l’interminable et interminée « guerre des pauvres », de Spartacus à Müntzer, pour arriver jusqu’à la résistance des paysannes mexicaines qui, après l’échec de leur révolution, constituent des « Brigades féminines Sainte Jeanne d’Arc » pour continuer la lutte. Jeanne Dark revient aussi dans les usines du vingtième siècle, chez Brecht, avec une organisation religieuse qui se bat pour les droits des ouvriers. 


Les larmes de Jeanne d’Arc creusent des empreintes, des sillons, des parcours. Révélatrices d’une fragilité de fond, intrinsèquement solitaires, elles s’avèrent être, au contraire, puissamment politiques, brisant l’homogénéité même de l’histoire. Les yeux embués de larmes entrevoient un autre horizon des événements. En suivant ces lignes, nous pouvons proposer quelques points sur lesquels les contributions devraient se concentrer : 


– Jeanne d’Arc est une image. Les multiples modalités selon lesquelles Jeanne est “faite image” dans l’histoire du cinéma et, plus généralement, dans l’histoire des arts, imposent une réflexion sur le rapport entre les images et une politique à venir. Aucune image qui atteste les traits réels de Jeanne d’Arc n’est parvenue jusqu’à nous, et son corps a été réduit en cendres. Comme si l’impossibilité de traduire en images ses visions inimaginables, et pour lesquelles personne ne peut témoigner, s’incarnait dans l’inimaginabilité même de son corps, et que de son existence et de ses visions ne restaient que des voix. Même si le cinéma et les arts n’ont jamais cessé de la représenter, elle continue à échapper à toute tentative d’identification (comme cela advient de façon exemplaire chez Godard, pas seulement dans Vivre sa vie, mais aussi dans Notre musique, 2004). À partir de là, il est peut-être possible de penser que dans les multiple représentations, incarnations de Jeanne, dans ses inimaginables visions de voix, soit en question une tentative de soustraire sa figure dans l’image – tentative qui semble faire allusion à un statut paradoxal, sans image, d’une image (de la) politique à venir. 


– Jeanne d’Arc est mille nuances, souvent contradictoires. C’est une sainte, mais aussi une putain. C’est une enfant qui ne cesse de pleurer, mais aussi une belle femme (une des premières images de Jeanne d’Arc est esquissée en marge d’un registre civil du Parlement de Paris par le greffier Clément de Fauquembergue, qui retranscrit les comptes rendus des séances et rapporte également les événements principaux, comme la nouvelle de la victoire de la « Pucelle » à Orléans, et l’imagine alors dans un dessin rapide en femme à moitié dévetue, au large décolleté…). C’est une sorcière et une prophétesse… De très grandes actrices l’ont incarnée au cinéma et sur les scènes des théâtres pour souligner ou renforcer l’un des différents aspects de son image caléidoscopique. Est-il possible de reconstruire ces images à partir d’un point de vue féminin ? Les actrices qui ont incarné Jeanne d’Arc ont-elles eu ce rôle ? 


– Jeanne d’Arc est une femme. La question du genre se révèle être décisive pour affronter notre problème du pouvoir destituant, qui est précisément ce geste, johannique aussi, de défier le pouvoir sans vouloir le renverser, sans vouloir en prendre la place. Il s’agit d’une mise à nu du pouvoir : c’est ce que nous dit la hardiesse de Jeanne d’Arc durant le procès. Esquiver le pouvoir en vigueur, ne pas le reconnaître signifie ouvrir un espace nouveau pour la politique. 


– Jeanne d’Arc est une pauvre. Elle agit à partir d’une position sociale et culturelle (et géographique) absolument autre par rapport aux centres de pouvoir de son temps. Il s’agit de voir si, dans cette action si décidée et surprenante, Jeanne d’Arc n’a voulu que défendre le sol de la patrie contre les envahisseurs et les traîtres, selon l’image qu’a produit d’elle le persistant « mythe national », ou bien si elle a aussi cristallisé des aspirations populaires, en une ennième « guerre des pauvres », comme ses résurgences, contre ce mythe national, justement, l’ont laissé entrevoir. – Jeanne d’Arc est une prophétesse. Elle se met en chemin depuis la Lorraine lointaine parce qu’elle entend des « voix ». Ces « voix », et ses succès militaires, lui donnent une légitimité vis-à-vis du peuple qui croit vraiment en elle. En ce sens, sa figure suscite un espoir. Il faudra élaborer, à partir de figures féminines, à partir des lamentations, des pleurs, le rôle que la prophétie joue dans les crises de l’histoire pour imposer une autre direction aux événements. 


 

Les propositions sont à envoyer avant le 5 mars 2023 (max. 2.500 caractères), à l’adresse : krevuecontact [at] gmail.com


Si la proposition est acceptée, la contribution devra être remise avant le 17 septembre 2023.

 : Melinda Palombi

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2

Le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques” est organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il est mené par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy.

Après une première journée organisée en visioconférence le 18 février 2022, la deuxième et dernière partie du colloque se déroulera à Arras le samedi 18 février 2023, à l’occasion du Festival Atrebatia, dans la salle du beffroi.

 

Programme: Samedi 18 février 2023, Festival Atrebatia, salle du beffroi

 10h00 : Accueil

10h15 : Introduction, Romain Plichon, Président du Festival

Session 2 : Créatures et communautés de pratiquesPrésidence : Audrey Tuaillon-Demesy

10h30 : « Incarner le Metal. La mise en scène des groupes lors du festival Hellfest », Corentin Charbonnier, Université de Tours

11h : « Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation », Paul Chiozzotto, Argémie, Lyon

11h30 : « “On est des orcs !” Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine. », William Blanc, Université Paris 3

12h : Discussions

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 : Expérimenter l’altérité fantastiquePrésidence : Anne Besson

14h : « Se costumer pour réenchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages », Aurélien Rossanino, Université Aix-Marseille

14h30 : « It’s not for nerds at all !: le cosplay médiévaliste dans les séries US », Justine Breton, Université de Reims

15h : Discussions

15h30 : Pause

16h-17h : Table ronde avec La Compagnie du Dragon Vert, association de reconstitution de la Terre du Milieu, animée par Laura Martin-Gomez, Université d’Artois

17h : Conclusion, Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

17h30 : Fin du colloque

 

Parution: Medievalism in Finland and Russia

Reima Välimäki (dir.), Medievalism in Finland and Russia. Twentieth- and Twenty-First Century Aspects, Bloomsbury, 2022.

Since the end of the Cold War, the Middle Ages has returned to debates about history, culture, and politics in Northern and Eastern Europe. This volume explores political medievalism in two language areas that are crucial to understanding global medievalism but are, due to language barriers, often inaccessible to the majority of Western scholars and students.

The importance of Russian medievalism has been acknowledged, but little analysed until now. Medievalism in Finland and Russia offers a selection of chapters by Russian, Finnish and American scholars covering historiography, presidential speeches, participatory online discussions and the neo-pagan revival in Russia. Finland is currently even more poorly understood than Russia in the discussions about global medievalism. It is usually mentioned only as of the birthplace of the Soldiers of Odin. The street patrol is, however, a marginal phenomenon in Finnish medievalism as this volume demonstrates. Instead of merely adopting the medievalist interpretation of the international alt-right, even the right-wing populists in Finland refer more to the nationalistic medievalist tradition, where crusades do not mark a Western Christian victory over the Muslim East, but a Swedish occupation of Finnish lands. In addition to presenting particular cases of medievalism, the chapters here on Finland challenge and diversify today’s prevailing interpretation of shared online medievalism of European and American right-wing populists.

This book reveals that while medievalisms in Finland and Russia share many features with the contemporary Anglo-American medievalist imaginations, they also display many original characteristics due to particular political situations and indigenous medievalist traditions. They have their own meta-medievalisms, cumulative core ideas and interpretations about the medieval past that are thoroughly examined here in English for the very first time.

 

Table des matières

List of Illustrations
Preface
1. Introduction: Historical Authority in Political Medievalism. Andrew B. R Elliott (University of Lincoln, UK)
2. Middle Ages on the Map of the Memory of Russian Society. Evgenii Rostovtsev (Saint Petersburg State University, Russia)
3. References to Medieval History in the Speeches and Addresses of the President of Russia, 2000-2019. Kati Parppei (University of Eastern Finland, Finland)
4. Circulation of Pseudo-Information: Medievalist Internet Discussions in Contemporary Russia. Mila Oiva (University of Turku, Finland)
5. Pseudo-Medievalist Histories and Contemporary Russian Identity Construction. Evan Wallace (University of Central Florida, USA)
6. Memorials dedicated to the Middle Ages in Finland. Sirpa Aalto & Timo Ylimaunu (University of Oulu, Finland)
7. The Missing Finnish Runestones. Kendra Wilson (University of Turku, Finland)
8. Icelandic Sagas and the Viking Age in Finnish Pseudohistory. Harri Hihnala (University of Turku, Finland)
9. Masculine Online Medievalism in 21st-century Finland. Heta Aali (University of Turku, Finland)
10. Particularizing the Universal: Medievalist Constructions of Cultural and Religious Difference in the Crusader Kings IIJere Kyyrö (University of Turku, Finland)
Index

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à textes: Passés politisés

Pour son prochain numéro, la revue en ligne Frontière.s lance un appel à textes sur le sujet “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle“, coordonné par Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin.

Date limite d’envoi des propositions (facultatives): 20 janvier 2023.

Date limite d’envoi des articles: 20 juin 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment « Reconquête » ou « Renaissance », dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême.

Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous invitons les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines. Tous les acteurs et actrices de cette construc­tion peuvent être pris en compte, que leur rôle soit conscient ou inconscient, directement politique ou non : politicien·ne·s, membres de la société civile, journalistes, artistes, institutions (étatiques, culturelles, sportives…), etc. Ces acteurs et actrices s’inspirent d’imaginaires collectifs, qu’ils nourrissent en retour, au sein desquels l’Antiquité et le Moyen Âge jouent des rôles dont la diversité et les contradictions peuvent également être analysées.

Les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les usages poli­tiques récents du passé antique et médiéval, depuis le début du xxie siècle jusqu’à l’actualité la plus immédiate. Tous les domaines pourront être abordés, ainsi que tous les médias : les campagnes politiques (affiches, discours, propagande électorale, usages des réseaux sociaux), les discours internationalistes, nationalistes ou séparatistes (par exemple, le choc des civilisations illustré par la bataille des Thermopyles ou un roman national puisant dans des fantasmes historiques ses motifs ou ses combats), la propagande terroriste (comme Daesh à Palmyre, l’invasion du Capitole par les partisans de D. Trump ou les attentats de Christchurch), les réflexions sur la société et ses valeurs (écologie, usages par des minorités, conservatisme, féminisme, afrocentrisme, etc.). Les articles écrits à plusieurs mains, notamment dans des perspectives qui croiseraient les périodes et/ou les disciplines, seront favorablement accueillis.

Calendrier

20 janvier 2023 : proposition facultative de résumés

20 juin 2023 : date limite de soumission des articles complets

Décembre 2023 : parution du numéro

 

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution par e-mail à frontiere-s [at] msh‑lse.fr en précisant leur statut et leur organisme de rattachement. Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1 200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les auteur·rice·s qui le souhaitent peuvent soumettre dans un pre­mier temps un résumé accompagné de références bibliographiques 5 mois avant la date limite de soumission

Modalités de soumission détaillées sur le site de la revue.

Appel: Medievalism in Russia and Ukrainian Political Discourses

Conférence en ligne organisée à l’occasion du 58e International Congress on Medieval Studies, du 11 au 13 mai 2023.

Date limite d’envoi des propositions: 15 septembre 2022.

Medievalism has been a common, and hardly innocent practice, in both Russian and Ukrainian political discourse ever since the dissolution of the USSR in the 1990s. Both Russia and Ukraine have laid claims to the prominent historical figures of the Kievan/Kyivan Rus’, and the recent military conflict has led to renewed interest in the history of medieval Rus’. Our aim is to establish fruitful and respectful critical dialogue of this sensitive issue among scholars coming from various cultural backgrounds with an interest in Slavic studies, medievalism and the use of medieval history in public discourse, working in all relevant disciplines.

All proposals should be submitted via Confex proposal portal (icms.confex.com/icms/2023/cfp.cgi).

The deadline for submission is Thursday, Sept. 15, 2022.

In the meantime, please feel free to get in touch with the session organizer Dr Anastasija Ropa (Anastasija.ropa [at] lspa.lv) if you would like to propose a paper or moderate the round table.

William Blanc

William Blanc est historien. Après ses études de médiévistique à l’université Paris 1 puis à l’EHESS, ses recherches portent aujourd’hui principalement sur les représentations contemporaines du Moyen âge, que ce soit dans les usages politiques et sociaux ou bien dans la culture populaire (BD, cinéma, jeux, séries télévisées, arts graphiques). Il travaille également dans la vulgarisation historique à travers plusieurs ouvrages, mais aussi des publications et des médias audiovisuels. Il participe ainsi au site Retronews mais aussi à l’écriture de scripts pour le YouTubeur Nota Bene. Il a donné des TD à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Pour plus d’information, voir sa page sur le site Academia.

 

Principales publications :

Livres :

– En collaboration avec Christophe Naudin, Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire, Paris, Libertalia, 2015, (préface de Philippe Joutard). Édition de poche avec postface inédite, Montreuil, Libertalia, 2022.

Le Roi Arthur, un mythe contemporain. D’Hollywood à Kaamelott en passant par les Monty Python, Paris, Libertalia, 2016 (préface de Jean-Clément Martin). Édition de poche avec postface inédite, Montreuil, Libertalia, 2020.

Super-héros : une histoire politique, Paris, Libertalia, 2018 (Préface de Xavier Fournier). Édition de poche avec postface inédite, Montreuil, Libertalia, 2021.

Winter is coming : une brève histoire politique de la fantasy, Montreuil, Libertalia, 2019.

 

Chapitres d’ouvrages :

–  « Game of Thrones. Au-delà du réel. » dans Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Game of Thrones, série noire, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2015, p. 57-71.

– Introduction : « Arts et culture de masse », entrées : « Barbarian (jeu vidéo) », « Chute de l’Empire Romain, La (film) », « Conan le barbare », « Game of Thrones », « Gladiator (film) », « Péplum », « Prince Valiant », « Star Trek », « World of Warcraft », dans Bruno Dumézil (dir.), Les Barbares, Paris, PUF, 2016, respectivement p. 112-116, 270-271, 398-399, 464-468, 598-599, 642-643, 1030- 1033, 1070-1072, 1232-1233, 1387-1388.

– « “Le gras c’est la vie !” Festins à la cour du roi Arthur » dans Florian Besson (dir.), Justine Breton (dir.), Kaamelott. Un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018, p. 207-220.

– Entrées : « Bande dessinée », « Cinéma », « Comics », « Cosplay », « Guerre », « Illustration », « Modernité », « Monstre », « Nain », « Politique », «Tourisme», dans Anne Besson (dir.), Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2018, respectivement p. 31-34, 60-67, 67-73, 77-78, 162-165, 183- 189, 252-254, 254-258, 283-289, 320-325, 385-387.

– « Progressisme ou barbarie ? Les orques dans l’histoire des univers de fantasy », dans Anne Besson (dir.), Fantasy & Histoire(s), Actes du colloque des Imaginales 2018, ActuSF, Chambéry, p. 297-316.

– « Danse avec les loups-garous : généalogie du barbare et de la Frontière dans Game of Thrones », dans Anne Besson (dir.), Game of Thrones, Actes du colloque des Imaginales 2020,  ActuSF, Chambéry, p. 193-213.

 

Préface :

– « Défendre Guenièvre : la plaidoirie de William Morris », dans William Morris, Philippe Mortimer (trad.), La défense de Guenièvre, Montreuil, Libertalia, 2021, p. 7-34.

Actualité: En défense des métiers de l’histoire

Suite à la table ronde organisée par la SHMESP le 13 novembre 2021, intitulée “Libertés académiques et médiation scientifique. Quelle place pour les chercheurs, entre débats historiques et débats de société?“, les historiens William Blanc et Christophe Naudin ont publié le texte de leur intervention.

Dans ce bilan s’appuyant sur leur expérience personnelle et sur la situation plus générale des acteurs de l’histoire aujourd’hui, les auteurs proposent également des pistes de solutions face aux défis que doivent désormais relever les historien.ne.s et enseignant.e.s, notamment médiévistes et médiévalistes. Extrait:

Notre cas, s’il constitue pour l’instant un hapax, s’inscrit dans un contexte plus large que nous avions déjà largement évoqué voilà presque dix ans avec notre collègue moderniste Aurore Chéry dans notre ouvrage Les Historiens de Garde paru en 2013.

Depuis le début de présidence de Nicolas Sarkozy en 2007, les disciplines scientifiques ayant trait au passé (histoire, mais aussi archéologie, histoire de l’art et littérature) sont en proie à une attaque sans précédent, constat que faisait déjà le CVUH lors de la publication du livre Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire (2008) co-dirigé par Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt et Sophie Wahnich. Cette attaque à notre avis prend deux formes :

La première est l’usage du passé à des fins politiques et mémorielles. Si celui-ci n’est pas l’apanage d’un groupe et que tous les courants idéologiques abusent de l’histoire, il est clair que l’extrême droite est de loin la plus active sur ce créneau afin de promouvoir une vision essentialiste et excluante de la nation en s’appuyant notamment sur une vision fantasmée du Moyen Âge. Nous assistons ici, ni plus ni moins, à un retour sur le devant de la scène des poncifs de « l’École capétienne » proche de l’Action française animés au début du XXe siècle par des figures comme Charles Maurras et Jacques Bainville, deux auteurs dont se réclame aujourd’hui ouvertement Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle de 2022. Comme eux, celui-ci prend l’histoire universitaire et scolaire pour cible, évoquant dans l’introduction de son ouvrage Destin français (2018) « la grande machinerie universitaire historiographique [qui] euthanasie la France », accusant ainsi notre métier d’être le meurtrier d’une nation dont il prétend incarner la pureté. Une idée hélas largement reprise aux plus hautes sphères du pouvoir où l’on a affirmé l’existence d’une tendance « islamo-gauchiste » au sein de l’université, terme par ailleurs tiré de la rhétorique complotiste d’extrême-droite.

Comme les propagandistes de l’Action française, le discours d’Éric Zemmour s’inscrit aussi dans une économie privatisée. En proposant à un public angoissé par un futur synonyme de bouleversements écologiques et sociaux profonds, des images d’Épinal d’une France glorieuse, nombre d’entrepreneurs du mythe national réalisent de juteuses affaires et construisent de véritables empires commerciaux s’appuyant sur une vision erronée, mais rassurante, du passé. Les tenants de la logique libérale, même s’ils ne partagent pas toujours le fond de leur discours, ont souvent tendance à favoriser ce type d’entreprises qui génère de la croissance et du profit au détriment d’un service public de l’histoire, scolaire, muséal et universitaire, qui lui, se conçoit comme une forme d’accès à moindre coût des citoyen.ne.s au savoir sur une base égalitaire financée par les impôts.

Voilà entre autres pourquoi depuis une vingtaine d’années l’Éducation nationale, la Culture et l’Université font les frais de coupes massives de budget et d’une précarisation accrue de leurs personnels. Nous connaissons hélas bien l’équation. Trop occupé.e à chercher un poste puis à se plonger dans les affres du publish or perish, quel.le (post-)doctorant.e ou maitre.sse de conférence osera se lancer dans un combat public contre tel ou tel entrepreneur identitaire ? Le ferait-il qu’il risquerait d’être confronté à de rudes agressions. Si des attentats, comme celui dont a été victime Samuel Patty de la part d’un djihadiste, ne semblent pas pour l’instant être au programme de l’extrême droite en France, il n’en demeure pas moins que l’objectif est peu à peu de nous empêcher de prendre la parole dans le débat public. Cela passe par des méthodes qui ont déjà été employées avec succès dans d’autres pays européens où l’extrême-droite triomphe, comme la Pologne.”

Le texte complet est à retrouver sur le site de la SHMESP.

Parution: The United States of Medievalism

Tison Pugh et Susan Aronstein (dir.), The United States of Medievalism, University of Toronto Press, 2021.

The United States of Medievalism contemplates the desires, dreams, and contradictions inherent in experiencing the Middle Ages in a nation that is so temporally, spatially, and at times politically removed from them. The European Middle Ages have long influenced the national landscape of the United States through the medieval sites that permeate its self-announced republican landscapes and cities. Today, American-built medievalisms continue to shape the nation’s communities, collapsing the binaries between past and present, medieval and modern, European and American.
The volume’s chapters visit the nation’s many medieval-inspired spaces, from Sherwood Forest in Texas to California’s San Andreas Fault. Stops are made in New York City’s churches, Boston’s gardens, Philadelphia’s Bryn Athyn Cathedral, Orlando’s Magic Kingdom, Appalachian highways, Minnesota’s Viking Villages, New Orleans’s Mardi Gras, and the Las Vegas Strip. As the editors and their fellow essayists take the reader on this cross-country trip across the United States, they ponder the cultural work done by the nation’s medievalized spaces.

Tous les détails et les commandes sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Appel: Vie, mort et destin du château (1792-1871)

La journée d’étude “De pierre et de larmes: vie, mort et destin du château de 1792 à 1871“, organisée par Guillaume Cousin (Textes et Cultures, Université d’Artois) et Florence Fix (CEREdI, Université de Rouen-Normandie), se déroulera à Rouen le 4 février 2022.

Date limite: 15 septembre 2021.

Symboles de l’Ancien Régime, décriés et parfois détruits ou dispersés dans la période postrévolutionnaire, nombre de châteaux du territoire français passent de mains en mains, d’un usage privé à une intégration dans le patrimoine national, de l’aristocratique au public, ce dernier n’étant pas toujours muséal. De la mise sous séquestre des biens des émigrés en 1792, qui entraîne parfois leur vente ou leur démolition, à l’incendie des Tuileries lors de la Commune de Paris en 1871, il s’agit d’interroger les représentations des châteaux français en art et en littérature à l’aune de leur réutilisation, rénovation, destruction, dispersion.

En effet, les réfections, l’entretien des châteaux sont des enjeux importants de la réflexion comme de l’imaginaire qui les entoure au xixe siècle : gouffre financier, ruine coûteuse parfois nimbée de mélancolie, caprice inutile, énormité splendide ou énormité dispendieuse, le château fait rêver, penser mais aussi calculer.

On s’intéressera ainsi aux réemplois, usages et réaffectations des châteaux :

– comme lieux d’exil et d’emprisonnement (Abd El-Kader à Amboise), parfois condamnation d’hommes de pouvoir qui auraient pu prétendre à la propriété de tels lieux ; ces usages géopolitiques et leur réemploi fictionnel nourriront une réflexion sur les valeurs liées au château. 

– comme lieux symboliques d’une société en (re)construction : usages révolutionnaires et postrévolutionnaires des habitats nobiliaires par l’État ; représentations de la possession et du logis redistribuant des rôles entre aristocratie/bourgeoisie, maîtres/paysans ; le « parvenu », capitaine d’industrie, grand financier ou commerçant, demi-mondaine fortunée faisant l’acquisition d’un château est une réalité que l’on pourra articuler avec des mises en scène fictionnelles (Isidore Lechat dans Les affaires sont les affaires est le propriétaire du trop vaste château de Vauperdu par exemple.)

– comme lieux symboliques d’une identité fondée sur l’Histoire : départ ou retour d’émigration, perpétuation ou fin de l’ancrage local d’une maison aristocratique ; la mélancolie qu’un Balzac ou un Vigny attache au château connaît des variantes dans le roman populaire (Paul Féval) et l’on pourra être sensible également aux représentations liées à une région (l’imaginaire du château breton n’est pas le même que celui du château tourangeau).

– comme lieux d’une conversion à l’usage collectif : caserne, école, mairie etc. ;

– comme lieux à détruire, recomposer : lotissements, ventes des matériaux et des biens, redistribution des terres : la déploration par Hugo des agissements de la « bande noire » peut être croisée avec des représentations très enthousiastes de la destruction comme aube d’un jour nouveau.

Les communications croisant l’histoire de l’art et de l’architecture et la littérature, ainsi que l’étude de la presse et du discours politique sont particulièrement bienvenues. De même, l’articulation de textes fictionnels et non-fictionnels retiendra notre intérêt.

Les propositions de communications accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser pour le 15 septembre 2021 à jechateauxrouen [at] gmail [dot] com

La journée d’étude qui se tiendra à l’Université de Rouen-Normandie le 4 février 2022 sera suivie d’une publication en ligne.

Studies in Medievalism : Moyen Âge et politique

Parution du n°XXIX et appel à contribution pour le vol. XXX

Politics and Medievalism (Studies): Studies in Medievalism XXIX, 2020, Karl Fugelso (ed.)

I: Essays on Politics and Medievalism (Studies)

·      Esther Liberman Cuenca: Historical Malapropism and the Medieval Blood Libel in American Politics

·      Sean Griffin: Putin’s Medieval Weapons in the War against Ukraine                   

·      Daniel Wollenberg: The Battle of Tours and the US Southern Border                 

·      Andrew B. R. Elliott: Medievalism, Brexit, and the Myth of Nations                 

·      Christopher Jensen: An Arthur for the Brexit Era: Joe Cornish’s The Kid Who Would be King

II: Other Responses to Medievalism

·      Mary Behrman: Angle-ing for Arthur: Erasing the Welsh in Guy Ritchie’s King Arthur: Legend of the Sword

·      Ali Frauman: Chasing Freyja: Rape, Immigration, and the Medieval in Alt-Right Discourse

·      Laura E. Cochrane: “Things painted on the coarse canvas”: Political Polemic in Jean-Paul Laurens’s Portrait of the Child Emperor Honorius

·      M. J. Toswell: The Capacious Medievalisms of Henry Wadsworth Longfellow           

·      Victoria Yuskaitis: Archaeology and Medievalism at Julian of Norwich’s Anchorite Cell

·      Laura Varnam: A Revelation of Love: Christianity, Julian of Norwich, and Medieval Pity in the Harry Potter Series

·      Anna Fore Waymack & John Wyatt Greenlee: In the Beginning Was the Word: How Medieval Text Became Fantasy Maps                                                      

·      Usha Vishnuvajjala: Objectivity, Impossibility, and Laughter in Doctor Who’s “Robot of Sherwood”

·      James Cook: Sonic Medievalism, World Building, and Cultural Identity in Fantasy Video Games

Appel annuel de la revue Studies in Medievalism, pour le XXXe volume, et second volet du diptyque Political Medievalism:

From Hitler’s“Third Reich”to Bush’s “crusade”against terrorism, professional politicians have often invoked the Middle Ages to justify their actions. But they are far from alone, for many of their constituents have also deployed medievalism for political purposes, as in condemning impoverished countries for “failing to escape”the Middle Ages. Indeed, much of medievalism, not to mention the study of it, has revolved around politics of one kind or another, as became evident from the unprecedented number of submissions to our previous volume (XXIX) on this theme. 

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is therefore once again seeking not only feature articles of 6,000-12,000 words (including notes) on any postmedieval responses to the Middle Ages, but also essays of approximately 3,000 words (including notes) on the intersection of medievalism (studies) and politics.

How exactly have professional and amateur politicians misconstrued, mangled, and manipulated the Middle Ages and to what end? How have politics influenced the development of medievalism and/or study of it? In what sense, if any, is it possible to have medievalism (studies) without politics? How might medievalism otherwise be deployed in professional or amateur politics? In responding to these and related questions, contributors are invited to give particular examples, but their submissions, which should be sent to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) in English and Word by August 1, 2020 (note that priority will be given to papers in the order they are received), should also address the implications of those examples for the discipline as a whole.

Aude Mairey (CNRS, Paris 1)

Aude MAIREY

Directeur de recherche

Directrice-adjointe du LaMOP  (UMR 8589 -Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris)

Page personnelle de l’université
http://cnrs.academia.edu/AudeMairey

Thèmes de recherche :Angleterre médiévale, culture politique, langages politiques, anglais, littérature

Mes travaux sont centrés sur la formation d’une culture anglaise à la fin du Moyen Âge. Un des indices principaux en est le foisonnement d’une production textuelle en anglais à partir du milieu du XIVe siècle dans tous les domaines de la connaissance. Si l’analyse de l’évolution des contenus des textes est essentielle pour comprendre la formation de cette culture anglaise, celle de l’emploi d’une langue écrite en cours de constitution, l’anglais, l’est tout autant. L’étude de la diffusion et la réception des textes est également indispensable pour cerner les interactions entre histoires culturelle, politique et sociale. Mais celle des représentations sociales et des conceptions politiques est également nécessaire, en tant que point nodal de ces interactions. Mes deux axes de recherche, « Littératures, langues et société » et « Langages politiques » sont donc étroitement liés. L’étude des sources littéraires comme sources historiques et celle de la langue comme un « fait d’histoire » exigent enfin de faire preuve d’une véritable interdisciplinarité (histoire, littérature, anthropologie…), ainsi que la multiplication des approches méthodologiques, telles que la textométrie. J’ai par ailleurs développé une appétence pour le médiévalisme et plus généralement les usages contemporains du Moyen Âge, ainsi que pour la transmission et la visibilité des études médiévales, concrétisée, par exemple, par ma participation toujours croissante au réseau Ménestrel (www.menestrel.fr).

Thematics: Medieval England, Political Culture, Political Languages, Middle English, Literature

My researches are centred on the formation of an English culture at the end of the Middle Ages. Continuer la lecture