Archives par étiquette : poésie

Colloque : La diffusion de la matière affective de la France médiévale par l’imprimé (XVIe-XVIIe s.)

Le colloque “La diffusion de la matière affective de la France médiévale par l’imprimé, XVIe-XVIIe siècles“, organisé par le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, aura lieu du 10 au 12 juillet 2024 à l’Université de Tours, sur le site CESR (salle Rapin).

Programme

15h30 Accueil.

15h45 Bienvenue de la part du CESR et du STUDIUM.

16h00 Alessandro Turbil (LeStudium/CESR)Une matière affective française, une littérature affective en France ? Communautés émotionnelles, lecteurs d’artefacts culturels écrits, consommateurs d’impressions.

Présidence : Pascale Mounier

16h30 Sergio Cappello (Università di Udine)La réception de Floire et Blanchefleur en France au XVIe siècle.

17h00 Pauline Saccol (Université Grenoble Alpes). Richard sans Peur et Brundemort : les états affectifs du chevalier face à l’esprit persécuteur.

17h30 Discussion.

***

Jeudi 11 Juillet 2024

9h45 Accueil.

Présidence : Stéphanie Rambaud

10h00 Lucien Dugaz (Université de Lausanne). Fruit de la passion : cueillir l’amour dans Le Vergier d’honneur.

10h30 Marco Veneziale (Universität Zürich). Affectés par la prison. Charles d’Orléans et François Ier entre manuscrit et imprimé.

11h00 Discussion et pause.

11h40 Adeline Desbois-Ientile (Sorbonne Université)Reconfigurations poétiques : autour du Triumphe de l’amant vert (1535).

12h10 Alice Tacaille (Sorbonne Université-IReMus). Images courtoises dans les vers à chanter de la première Renaissance (1512-1530) à Paris : du chevalier au soudard, les nouvelles tribulations de l’amour, des regrets et du deuil.

12h40 Discussion.

Présidence : Richard Trachsler

15h00 Sandra Provini (Université de Rouen Normandie). Les XXI Epistres d’Ovide d’Octovien de Saint-Gelais (1497) : du manuscrit à l’imprimé, la fabrique d’un succès éditorial durable.

15h30 Pascale Mounier (Université Grenoble Alpes). Une « loyalle amye » en héroïne ovidienne : l’amour féminin dans l’Epistre de maguelonne de Marot.

16h00 Discussion et pause.

16h40 Violaine Chaudoreille (Université de Rouen Normandie). La publication des traductions médiévales du corpus érotique d’Ovide au XVIe siècle, entre succès d’édition et contournements de censure.

17h10 Fanny Maillet (Universität Zürich)La formation du recueil de Ovide arte amandi, des incunables à l’édition de Thomas Mallard (1581). 

17h40 Discussion.

***

Vendredi 12 Juillet 2024

9h45 Accueil.

Présidence : Sergio Cappello

10h00 Richard Trachsler (Universität Zürich). L’affectivité calculée. Comment les imprimeurs choisissent leurs textes.

10h30 Stéphanie Rambaud (Bibliothèque nationale de France). Les pages de titre des romans idylliques et autres textes affectifs, des Trepperel à Denis Janot (Paris, 1500-1540) : associer l’image et les caractères gothiques.

11h00 Discussion et pause.

11h40 Luca Degl’Innocenti (Università di Firenze). Mourning for Roland’s death : notes on the art of arousing emotions in Italian Renaissance chivalric performances and texts.

12h10 Cristina Cassia (Università di Torino). Amadis de Gaule en musique : l’Amadis de Jean-Baptiste Lully (1684) et le roman de chevalerie à la cour de Louis XIV.

12h40 Discussion et Conclusion des travaux.

Retrouvez tous les détails sur le site du laboratoire.

Parution : “Le Fou d’Elsa” de Louis Aragon

Élodie Burle-Errecade, « Le Fou d’Elsa » de Louis Aragon : Le sujet médiéval réinventé, Paris, Honoré Champion, 2023.

Avec Le Fou d’Elsa, Louis Aragon confirme que le Moyen Âge est pour lui une source de fascination et d’inspiration. La Grenade médiévale de Boabdil, Colomb ou le Medjnoûn sont des espaces rêvés, théâtres de rencontres entre l’Orient et l’Occident. Si la référence à la période et les réflexions qu’elle porte ne sont pas nouvelles, elles trouvent une place signifiante dans le poème, produisant un « effet » médiéval. En 1963, comme en 1942, le chant d’amour traditionnel, transcendant les genres littéraires et envisagé comme une solution, continue de répondre aux préoccupations contemporaines du poète. Les expériences amoureuses et poétiques se disent encore et toujours dans la mélancolie du conflit. La rumination lyrique et sa perpétuelle interrogation s’inscrivent dans une tapisserie médiévale et remettent le sujet au centre d’un dispositif de réinvention.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: La Défense de Guenièvre

William Morris, La Défense de Guenièvre [1857], trad. Philippe Mortimer, présentation William Blanc, Montreuil, Libertalia, coll. “La petite littéraire”, 2021.

Edition bilingue et première traduction française du poème pionnier de Morris.

 

« Lancelot est entré ; ses lèvres j’ai goûtées,
C’est pure vérité, en ce printemps mutin…
Je ne puis vous décrire tant de félicité. »

 

 

 

En 1857, dans l’Angleterre victorienne patriarcale, William Morris, jeune poète de 23 ans, s’empare de la légende arthurienne. Au lieu de célébrer les exploits des chevaliers, l’auteur donne pour la première fois la parole à la reine Guenièvre. Reprenant l’un des épisodes les plus célèbres du mythe du Camelot durant lequel la souveraine est accusée d’adultère avec Lancelot, il place Guenièvre au centre de son récit et lui laisse le champ libre pour qu’elle présente seule sa défense devant un parterre de juges : tous des chevaliers, tous des hommes. La reine développe ses arguments et défend son amour. À travers elle, William Morris critique les mœurs de son temps, à une époque où les femmes n’ont pas la parole dans l’espace public, tout en célébrant la passion des amants, la sexualité féminine et l’union libre. Ce texte essentiel, particulièrement original dans toute la production arthurienne du XIXe siècle, est pour la première fois traduit en français et publié en édition bilingue.

Retrouvez tous les détails sur le site de l’éditeur.

Francesca MANZARI (Université d’Aix-Marseille)

Professeur de Littérature Générale et Comparée à l’Université d’Aix-Marseille

Membre du CIELAM

Courriel : francesca.manzari@univ-amu.fr

Page personnelle de l’Université : https://cielam.univ-amu.fr/membres/francesca-manzari

Spécialiste de poésie médiévale et contemporaine, notamment dans les domaines italien, français et américain, Francesca Manzari s’intéresse plus particulièrement aux relations entre littérature et philosophie, telles qu’elles se sont nouées en Toscane au XIIIe siècle, et renouées dans la poésie moderniste du XXe siècle.

Elle a édité, avec Michèle Gally et Élodie Burle, un volume intitulé Modernités des Troubadours (Presses de l’Université de Provence, 2018).

 

Parmi ses publications les plus récentes :

  • « On the Haunting of Hospitality: Derrida and Benjamin, with reference to some medieval examples », in Pázmány Papers Journal of Languages & Cultures, Budapest, 2023, p. 113-127.

  • « Enjeux du lyrisme critique : lectures d’Agamben, de Benjamin et de Cavalcanti », Études littéraires, vol. 52, n° 1 « Lyrisme critique », Université Laval, 2023, p. 19-33, DOI https://doi.org/10.7202/1102651ar 

  • « “Then must the [translator] be merciful“. Dante Gabriel Rossetti e Ezra Pound lettori-scrittori di Dante », dans Traduzioni, tradizioni e rivisitazioni dell’opera di Dante. In memoria di Marco Sirtori, Luca Bani, Raul Calzoni et Thomas Persico éds., Napoli, La scuola di Pitagora, 2023, p. 155-171.
  • Entrée de dictionnaire “Poésie”, in Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme hier et aujourd’hui, éds. Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré, Paris, Vendémiaire, 2022, p. 346-350. 
  • Chapitre d’ouvrage (actes de colloque)Liberté de l’inappropriable : déborder et accueillir, pour Caroline Bergvall et Lello Voce, dans DébordementsLittérature, arts, politique, Isabelle Poulin, Jean-Paul Engelibert et Apostolos Lampropoulos, dir., Presses de l’Université de Bordeaux, 2021, collection « Modernités » n°46, pp. 119-128, ISBN 979-10-300-0732-9.

  • « “La plus noble peinture est un poème peint” : traduire pour peindre. Dante Gabriel Rossetti lecteur de Dante », (Intermedial Dante: Reception, Appropriation, Metamorphosis, Eds. C. Fischer and M. Petricola, Between, X.20 2020, p. 222-243, betweenjournal.it);

  • « Ezra Pound traducteur des ballades de Guido Cavalcanti », dans La Ballade histoire et avatars d’une forme poétique ( Mireille Demaule et Brigitte Buffard-Moret, Paris, Honoré Champion, 2020, p. 279-298) ;
  • « “The Man with Three Staves Is the Fisher King himself” : Graal et tarot dans The Waste Land, pour une éco-lecture », dans Figures de Parceval : du Conte du Graal au XXIe siècle (dir. María Pilar Suárez et Michèle Gally, Madrid, UÁM Ediciones, 2019, p. 237-244) ;
  • « Traduire Dante, traduire une forme », dans André Pézard, Pour un profil intellectuel (Classiques Garnier, 2017, p. 209-220) ;
  • Les Cantos et le plurilinguisme : ce que la poésie médiévale donne à la modernité, in The Poetics of Multilingualism/La poétique du plurilinguisme (Cambridge Scholars Publishing, 2017, pp. 175-184).

Claire PASCOLINI-CAMPBELL

Claire Pascolini-Campbell est Directrice de Recherche au National Trust, une organisation qui préserve et protège le patrimoine du royaume-uni. Ancienne élève de l’Université St Andrews, elle a un doctorat en littérature comparée.

Ses travaux de recherches portent sur le médiévalisme, et notamment sur la réception de François Villon dans la poésie anglaise. En 2018, elle a publié Francois Villon in English Poetry: Translation and Influence (Boydell & Brewer). 

https://nationaltrust.academia.edu/ClairePascoliniCampbell  

 

Colloque : La Ballade

Colloque « La ballade : métamorphoses d’un genre du Moyen Âge à nos jours »

organisé par Mireille Demaules et Brigitte Buffard-Moret

30 novembre-2 décembre 2016

Université d’Artois (Arras).

ballade-pendus

Programme

Mercredi 30 novembre après-midi

14h : accueil des participants  par Olivier Chovaux, 1er vice-président de l’Université d’Artois

14h15 : Ouverture du colloque par Anne-Gaëlle Weber, directrice de l’unité de recherche « Textes et Cultures »

14h15-14h30 : Brigitte Buffard-Moret et Mireille Demaules

Président de séance : François Raviez (Université d’Artois)

14h30-15h : Sylvie Lefèvre (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : Le couple « chançons et balades » : de retours en détours

15h-15h30 : Yolanda Plumley (University of Exeter) : The 14th century ballade at the princely court: Guillaume de Machaut and his contemporaries

Discussion et pause 15h30-16h

16h-16h30 : Mireille Demaules (Université d’Artois) : À propos des ballades oniriques d’Eustache Deschamps

16h30-17h : Cédric Pérolini (Université d’Avignon) : Brassens, le baladin Moyenâgeux

Jeudi 01 Décembre 2016

Matin

Présidente de séance : Sylvie Lefèvre (Université de Paris-Sorbonne Paris IV)

 

9h30-10h : Clotilde Dauphant (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : La marque du poète dans la ballade de la fin du Moyen Âge : l’exemple de Jean Froissart, face au Méliador et au Trésor amoureux

 

10h-10h30 : Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne) : Forme du sens et sens de la forme: variations sur la ballade dans La Chasse et le Depart d’Amour publié par Antoine Vérard en 1509

Discussion et Pause 10h30-11h

11h-11h30 : Nadia Cernogora (Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense) : La ballade dans les arts poétiques de la Renaissance : du rejet de La Pléiade aux résurgences de la fin du siècle 

11h30-12h : Carine Luccioni-Sauvage (Université de Paris-Sorbonne, Paris IV) : Survivance de la ballade au premier xviie siècle. L’exemple de Jacques Loys (1585-1611)

Discussion et pause déjeuner

Après-midi

Président de séance : Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne)

14h-14h30 : Claudine Nédelec (Université d’Artois) : Le devenir paradoxal du genre de la ballade au xviie siècle

14h30-15h : Gaëlle Loisel (Université Clermont Auvergne, Université Blaise Pascal) : Le renouveau du genre de la ballade à l’époque romantique : théories et pratiques

Discussion et pause 15h-15h30

15h30-16h : Évelyne Jacquelin (Université d’Artois) : Renaissance de la ballade et émergence du fantastique allemand à la fin du xviiie siècle

16h-16h30 : Aleksandra Wojda (Université de Lorraine) : Poétique de la ballade musico-littéraire à l’époque romantique : les ballades de Carl Loewe sur les paroles de Goethe et de Schiller

 

Visite du centre historique d’Arras et dîner convivial

 

Vendredi 02 Décembre 2016

 

Matin

 

Présidente de séance : Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

 

9h30-10h : Pierre Loubier (Université de Poitiers) : Ballade et Élégie, de Charles-Hubert Millevoye à Alphonse Le Flaguais

 

10h-10h30 : François Raviez (Université d’Artois) : Fantômes et fantasmes : Victor Hugo en ses Ballades

Discussion et pause 10h30-11h

11h-11h30 : Bertrand Degott (Université de Franche-Comté) : La ballade satirique entre vers et prose

11h30-12h : Michèle Gally (Université d’Aix-Marseille) : Faire renaître la ballade ancienne dans une ‘fille vivante qui lui ressemble’. Banville admirateur de Villon

Discussion et Pause Déjeuner

Après-midi

Président de séance : Jan Goes (Université d’Artois, directeur de l’unité de recherche « Grammatica »)

14h-14h30 : Francesca Manzari (Université d’Aix-Marseille) : Des ballades dans les Cantos

14h30-15h : Olivier Szerwiniack (Université de Picardie Jules Verne) : Métamorphoses de la ballade du Roi des aulnes de Goethe à Michel Tournier

Discussion et conclusions 15h-15h30