Archives par étiquette : perceval

Appel à articles : Perceval (CENA)

Perceval.

Ouvrage collectif à paraître en 2020 par le cercle d’études nouvelles d’anthropologie (CENA), sous la direction de Georges Bertin.

Perceval : perce val, Percheval, perche en val, Perlesvaus, par les vaux, les interprétations du nom ne manquent pas et ce d’autant plus que le personnage apparaît dans une trentaine de romans médiévaux entre le 12ème et le 15ème siècle.

Le plus célèbre est sans contredit le roman de Chrétien de Troyes écrit vers 1185 : Perceval ou le Conte du Graal. Inachevé, il a donné lieu à plusieurs continuations et romans en prose où se perpétuent ses aventures, tel le célèbre Lancelot Graal (vers 1225), en lequel l’antiquaire Guillaume Assolant voyait le père de tous nos romans, d’autres tels : l’Estoire dou Graal ou Joseph d’Arimathie de Robert de Boron,  (v 1190), et aussi le Parzival de Wolfram von Eschenbach (vers 1203) dont Wagner fera un opéra, Perlesvaus, le Haut Livre du Graal (1230-1240) etc.

Les érudits s’interrogent également sur la place que tient dans ce panorama le Peredur roman gallois du 12ème siècle.

La littérature, le théâtre, l’opéra, le cinéma, les séries télévisées, même les jeux-vidéo, n’ont cessé, depuis, d’en magnifier la figure.

Notre propos, pour cet ouvrage, ne consistera pas à refaire ce que nombre de savants historiographes et spécialistes de littérature médiévale ont déjà si bien fait notamment dans le cadre de la Société arthurienne internationale, mais plutôt d’interroger le sens de cette figure, telle que le Moyen-âge nous l’a léguée et telle qu’elle trouve écho en nos esprits, en quoi elle nous provoque.

En effet, comme l’a écrit Umberto Eco[3], « la culture médiévale possède un sens de l’innovation ; mais voilà, elle s’évertue à le dissimuler sous les oripeaux de la redite (à la différence de la culture moderne qui fait mine de renouveler alors qu’elle ne fait que répéter) ».

La figure de Perceval, le « nice » chevalier, s’impose en effet certes sur le plan d’une esthétique qui lui est propre et dépasse peut-être les intentions de ses auteurs, mais elle peut être interrogée comme porteuse d’une mythologie inhérente en ses sources et aussi, en tant que telle, comme production littéraire voire philosophique, ou encore l’utilisent replacée dans les contextes culturels de ses productions.

Elle doit encore être examinée telle qu’elle a été reçue et telle que nous la recevons car elle a affaire à l’humain en chacun de nous et à notre humanité, car elle  sollicite nos affects, nos représentations, nos imaginaires ?

D’un autre point de vue, en quoi le Perceval que nous connaissons a-t-il à voir avec les mythologies indo-européennes auxquelles certains ont pu le rattacher, aux thèmes de la Vengeance, à quel Appel à l’Autre Monde répond le fils de la Veuve Dame quand le monde qu’il découvre est frappé de stérilité et de mort ?

Les contributions sollicitées, on le voit, peuvent être celles de la littérature, de l’anthropologie culturelle, de l’histoire, de la mythologie et du folklore mais aussi de la psychologie, de la psychanalyse, et encore de l’iconographie et de l’héraldique.

René Bansard lui, autre piste possible, s’interrogeait sur les relations qu’il percevait entre le personnage de Perceval et la toponymie du Perche, le blason de l’abbaye de Perseigne, les œuvres de certains de ses abbés. Et ce grand érudit qu’est Gilles Susong n’hésitait pas à mettre en relation l’Estoire del Saint Graal avec divers toponymes normands, des épisodes historiques médiévaux de la province et certains modèles hagiographiques[4]. Chantier qui a encore été celui de CENA depuis tant d’années.

Notre projet est bien, pour cet ouvrage, de mettre en lumière, autant que faire se peut, une figure restée largement énigmatique et mystérieuse en ses productions, thèmes et variations.

Les articles seront à adresser, pour soumission au comité scientifique, avant le 1er août 2020, à Georges Bertin, georges.bertin49(at)gmail.com

Format : résumé, mots clefs, 30000 signes maximum.


[1] Siège social Mairie de Lassay les Châteaux (53)

[2] Tristan et Perceval, Herméneutiques sociales, édition CENA, 2003.

[3]  Ecrits sur la pensée au Moyen-âge, Grasset, 2016.

[4] Personnages et paysages normands dans les derniers romans de Chrétien de Troyes, in Les romans de la Table Ronde, la Normandie et au-delà, éditions Corlet, 1987, p.51 à 72.

Appel : « Figures de Perceval »

« Figures de Perceval, du Conte du Graal au XXIe siècle »

colloque organisé par María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) &  Michèle Gally (Université Aix-Marseille), Madrid, 1er -3 mars 2018.

Le personnage de Perceval dans Le Conte du Graal se révèle une sorte de carrefour polyphonique où viennent se rejoindre, voire même se repousser, des voix, des points de vue dont l´interaction détermine les prises de décision du héros dans une action plus verbale que physique. Façonné à partir de discours émanant de cultures différentes, le devenir du personnage est en rapport avec des images riches de sens –dont le graal, la lance, le roi pêcheur et mutilé, la terre gaste-, qui évoquent différentes étapes de son processus de construction, de ce qui deviendra sa quête. Des motifs et des actions qui, de même que Perceval lui-même, ont été repris dans bon nombre de textes postérieurs si bien qu´ils ont fini par s´intégrer au cours des siècles et des langues dans l´imaginaire culturel occidental. La  complexité  suggestive  du  personnage,    ainsi  que    la  condition  d´œuvre   inachevée du Conte du Graal ont été, en effet, à la base d´une abondante production littéraire (ainsi que  picturale,  cinématographique,  théâtrale…).  En  particulier  les  essais   d´écriture d´un dénouement au récit de Chrétien ont produit des reformulations du projet discursif initial, et par conséquent du personnage. Cette démarche, qui  s’inscrit   partiellement dans ce que Richard de Saint-Gelais appelle « transfictionnalité », n´a pas manqué de conditionner les interprétations postérieures dont celui-ci a fait l´objet. Dans la ligne ouverte par des études qui portent plus généralement sur la postérité et les transformations de la matière arthurienne, en raison de l´intérêt que Perceval    a  toujours  suscité,  des    œuvres    que  ce  personnage  et  les  images  qui  lui sont apparentées ont inspirées, nous proposons d´ouvrir un espace de réflexion sur les différents visages que le personnage a adoptés, sur ses modulations, sans perdre pour autant de vue sa première configuration créée par le maître champenois.

Des axes possibles de notre travail seraient :

  • Le personnage de Perceval, sa caractérisation, sa fonction dans le/s texte/s fondateurs et ses éventuelles modulations jusqu´aux XXe et XXIe siècles.
  • Les images symboliques qui lui sont apparentées – l´image complexe façonnée par le graal et la lance, le château disparu, le roi, la terre gaste,  …- et leurs éventuelles reprises dans des textes et d´autres productions culturelles du XXe siècle.
  •  Des procès, des dynamiques qui définissent le personnage de Perceval, nommément la quête, et des actualisations possibles dans des manifestations littéraires ou cinématographiques, même associées à d´autres objets, à d´autres situations.
  •  Nous pourrions également tenir compte de leurs reprises a sensu contrario :  la  quête  ratée  ou  interdite…

 

  • Certaines de ces considérations nous permettraient d´identifier les points d´inflexion qui déterminent les possibles mutations du personnage. Les variantes à partir desquelles ont eu lieu ses différentes recréations au sein du mythe du graal, dans la culture contemporaine mais aussi les siècles humanistes, classiques… -Nos champs de recherche sont le roman, la poésie, le théâtre, le cinéma, ainsi que d´autres médias. -Notre réflexion est susceptible de s´engager dans une perspective interculturelle, voire transversale, qui permettrait d´envisager ces récréations dans les différentes langues européennes : espagnol, anglais, allemand…  selon  des parcours possibles, qui n´excluent pas d´autres possibilités d´approche. -Des approches littéraires,  cinématographiques,  médiatiques…    Des  perspectives   thématiques, comparatistes, linguistiques, historiques, seront les bienvenues : elles contribueront à faire un peu plus de lumière sur une image évocatrice et dynamique, populaire mais en quelque sorte méconnue. À rapprocher les origines et les modulations de notre imaginaire culturel, à nous rendre sensibles aux fondements anthropologiques et discursifs de certaines des constructions – types, motifs, scénarios-, qui aménagent notre univers contemporain.

    Propositions de communication : •Les  propositions  de  communication  -titre  et  projet  d’une  dizaine  de  lignes  avec   le  nom  et  l’établissement  de  l’intervenant- sont à envoyer avant le 31 octobre 2017 –date butoir-, à  l’adresse  suivante : reecrituresperceval@uam.es
    •Les Langues du Colloque sont le Français et l´Espagnol.

Parution : « Perceval en question »

Christophe Imperiali, Perceval en question – Éloge de la curiosité, Classiques Garnier (« Etudes de littérature des XXe et XXIe siècles »)

Cet ouvrage cherche à mettre en lumière deux aspects du mythe de Perceval. D’une part, la question des structures relationnelles dans lesquelles est engagé cet Œdipe inversé, de Chrétien de Troyes à J. Gracq. D’autre part, sa propension à refléter la lecture ou l’écriture (Proust, Bonnefoy, Handke, Perec…)

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur :

http://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/CiiMS01_tabmat.pdf