Archives par étiquette : orientalisme

Appel à communications : Voyages en Bretagne, voyages en Orient

Le colloque international “Voyages en Bretagne, voyages en Orient. L’un e(s)t l’autre ou la Bretagne substitut de l’Orient ?“, organisé par Patricia Victorin, se déroulera les 14 et 15 mars 2024 à l’Université Bretagne-Sud à Lorient.

Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2023.

On sait combien la passion du voyage anime les écrivains du XIXe siècle : Chateaubriand, Stendhal, Nerval, Flaubert, tous voyagent en Orient et rendent compte de leurs impressions… Le voyage est d’ailleurs un remède à la mode pour soigner des maladies. Les médecins le recommandent. Il faut découvrir les terres anciennes et mémorables, revenir sur les traces du passé. On voyage en Espagne, dont Hugo écrivait que « c’est encore l’Orient », au XIXe siècle à l’instar de Chateaubriand, Mérimée, Gautier, Stendhal, Dumas, Victor Hugo, George Sand [1] en quête de pittoresque et d’ « authenticité » empreinte de nostalgie.

Un seul Romantique n’a pas fait le voyage en Orient : Hugo. Comme le souligne Michel Butor, il remplace le voyage en Orient par le voyage en Allemagne. « L’Allemagne est l’Inde de l’Occident », écrit Hugo dans son livre sur le Rhin.

Et tous les écrivains voyagent en Bretagne. La Bretagne [2] fascine, par un exotisme spatial (ses paysages tourmentés, ses traces du passé médiéval) et temporel (le poids du passé légendaire et druidique). Au fond, la Bretagne incarne peut-être mieux qu’un autre lieu cette fascination pour le passé médiéval qui s’enrichit des légendes bretonnes et l’archaïsme remplace avantageusement l’exotisme.

Si l’Espagne figure une sorte de condensé ou de mise en abyme de l’Orient, que symbolise la Bretagne ? Un réservoir de trésors médiévaux, un conservatoire médiéval ? Peut-être mais pas uniquement. Mon hypothèse en forme de paradoxe peut se poser ainsi : Le voyage en Bretagne est-il un substitut et/ou miroir du voyage en Orient ? Bretagne et Orient fonctionnent-ils comme un matériau exotique ? Quel exotisme en ce cas ? Que vient-on chercher en Bretagne et en Orient ? Les écrivains y cherchent-ils des vestiges des temps anciens ?

Il s’agira de proposer une approche  sémiologique, historique et anthropologique de l’exotisme en distinguant couleur locale, pittoresque, exotisme et en revenant aux analyses que propose Pierre Halen. Ce dernier souligne que « le regard peut aussi se faire altérifiant en dehors de tout rapport à la géographie et au lointain. Le regard porté sur la paysannerie, sur le monde ouvrier ou sur l’aristocratie par la littérature bourgeoise du XIXe siècle peut apparaître ainsi comme un regard exotisant, aux yeux duquel seule la différence est relevante et, aussitôt, est supposée désigner l’être même de l’objet regardé. (…)

L’exotisme apparaît ainsi moins comme un « rêve de lointain » que comme un rêve de mise à distance » [3]. 

1- Regards croisés sur l’Orient et la Bretagne : entre exotisme[4] et stéréotype[5] : étude en diachronie

François Pouillon[6] , dans son ouvrage Anthropologie des petites choses[7], cite ce mot de Jacques Berque : 

« Le terme d’exotisme paraît injurieux même aux élèves de première année de notre Ecole de Langues orientales. Je le regrette pour vous jeunes gens, si vous mettez au rebut l’aventure et la couleur du monde. (…) Moi, je reste pour toute une part de ma vie un « exote » (…). C’est parce que les êtres et les lieux m’en ont donné la chance et que je ne l’ai pas refusée. »

On tentera de retracer l’histoire de l’exotisme depuis le Moyen Âge au XIXe siècle et d’envisager la fabrique de la Bretagne et de l’Orient, en lien avec l’exotisme. Pour ce faire on envisagera les mythes d’origine de la Bretagne depuis le Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle et l’apparition de la celtomnie.

Sans entrer dans l’historique des mythes d’origine de la Bretagne, depuis les origines troyennes (voir le Roman de Brut) aux Gaulois venus d’Orient [8], contentons-nous de rappeler ici que Bertrand d’Argentré (1519-1590) s’était employé à montrer dans son Histoire de Bretagne que seuls les Bretons pouvaient légitimement revendiquer une ascendance gauloise. Cette construction historiographique gauloise se développe encore au XVIIIe s sur fond de rivalité entre Boulainvilliers et l’abbé Du Bos concernant les origines de la nation française. Du cistercien Dom Pezron à Simon Pelloutier la doxa selon laquelle les Celtes-Gaulois sont issus d’Orient s’implante durablement au XVIIIe s. Auguste Brizeux compose une épopée des Bretons en XII chants et situe leur origine à Byzance. La celtomanie n’a plus qu’à s’emparer du patrimoine breton et proposer des explications plus ou moins fantasques. On opère des rapprochements entre le Carnac du Morbihan et le Karnac d’Egypte. La celtomanie devient un substitut de l’égyptologie [9].

Ainsi on voit fleurir des thèses diverses : on rapproche tantôt les Bretons des Egyptiens, des Phéniciens, des Ibères ou Ligures. A cet égard, les mégalithes de Carnac deviennent le haut lieu de  projections fantasmatiques : Ce sont les équivalents « informes » des pyramides d’Egypte, de lointains cousins bretons des splendeurs égyptiennes. Victor Hugo compare volontiers Carnac à Thèbes : « Il n’est pas prouvé que ce ne soit point la puissante navigation carthaginoise qui ait déposé sur la grève armoricaine cet autre hiéroglyphe monumental, Karnak, livre colossal et éternel dont les siècles ont perdu le sens et dont chaque lettre est un obélisque de granit. Comme Thèbes, la Bretagne a son palais de Karnak [10]. »  

Flaubert pour sa part ironise sur les prétendus rapprochements à opérer entre les deux Karnac :

« On a été ensuite chercher les Grecs, les Égyptiens et les Cochinchinois. Il y a un Karnak en Egypte, s’est-on dit, il y en a un en Basse-Bretagne, nous n’entendons ni le cophte, ni le breton. Or il est probable que le Carnac d’ici descend du Karnak de là-bas, cela est sûr, car là-bas, ce sont des sphinx alignés, ici ce sont des blocs, des deux côtés de la pierre. D’où il résulte que les Égyptiens (peuple qui ne voyageait pas) seront venus sur ces côtes (dont ils ignoraient l’existence), y auront fondé une colonie (car ils n’en fondaient nulle part) et qu’ils y auront laissé ces statues brutes (eux qui en faisaient de si belles), témoignage positif de leur passage (dont personne ne parle) [11]. »

2- Bretagne et Orient :  rêves de lointain ou de proximité ?

On voyage beaucoup en Bretagne aux XVIIIe et XIXe siècles que l’on songe aux Antiquités de Bretagne de Fréminville, Notes d’un voyage dans l’ouest de la France de Mérimée en 1835, en compagnie d’un guide breton ou bien encore aux voyages pittoresques et romantiques du baron Taylor et de Nodier [12].  Pour preuve du succès de ces Voyages du baron Taylor et de Nodier consacrés à la Bretagne en 1843, il suffit de regarder le nombre et le lustre des souscripteurs : on compte parmi eux des membres de la famille royale française, empereurs de Russie et d’Autriche, rois et reines de Prusse, d’Angleterre et d’Espagne sans oublier le sultan ottoman, précise Sophie Cassagne-Brouquet [13].

Il conviendra d’accorder une place importante au rôle joué par les antiquaires[14] dans cette découverte du patrimoine breton avant qu’ils ne soient détrônés par des philologues et historiens.

A propos de la Bretagne, après une description de la Joyeuse Garde, haut-lieu de l’arthurianisme, on trouve sous la plume du baron Taylor et de Nodier cette remarque qui tisse en un même fantasme  Bretagne et Orient :

Quand le vent aura emporté la dernière parcelle de ces pierres, devenues poussière, le château de Joyeuse Grade restera encore entier dans la mémoire du peuple, dans l’esprit de toutes les nations sensibles au récit de cette poésie délicieuse de la chevalerie qui a peut-être devancé celle de l’Orient au Moyen Âge, et qui, dans tous les cas, en est la soeur ; noble muse, alliée au Niebelungen et à Antar, aux traditions germaines et aux épopées arabes.

Il faudra interroger l’exotisme du regard, comparer les guides touristiques sur la Bretagne, sur les orients…

Analyser les récits de voyage (réel ou imaginaire) d’écrivains qui sont allés aussi bien en Bretagne qu’en Orient. Points de convergence au niveau du lexique, des motifs et topoï…et divergences. On s’intéressera au rôle du costume local et du travestissement du voyageur[15].

Enfin, à la suite de Sarga Moussa qui a travaillé sur « la médiation picturale dans les récits de voyage de Théophile Gautier [16]», on s’intéressa à la manière dont les écrivains convoquent peintres et tableaux pour décrire paysages et individus.

Quels glissements s’opèrent de l’élitisme littéraire vers sa vulgarisation ?

3- La Bretagne et l’Orient des peintres

Si les relations entre Bretagne et Japon en peinture sont largement analysées, il n’en va pas de même de la Bretagne avec le Proche ou Moyen-Orient.

Ici il s’agira d’une part d’appréhender la matière bretonne médiévale et ce qui relève du matériau arthurien dans la peinture préraphaélite et de comparer avec la peinture orientaliste. On verra que certains motifs, poncifs sont récurrents d’un mouvement à l’autre. D’autre part, on envisagera aussi comment portraits de Bretonnes et d’Orientales peuvent se répondre, idem pour les paysages maritimes et  les déserts notamment. Des conférences sur Maurice Denis, Charles Zacharie Landelle, Joseph Félix Bouchor, peintres de la Bretagne et de l’Orient, seraient les bienvenues. Enfin, il faudrait mener des recherches conjointes sur la peinture nazaréenne, la peinture orientaliste et le préraphaélisme [17]. On réinterrogera la notion de pittoresque breton et oriental [18].



Propositions de contribution accompagnées d’un titre et d’un bref résumé pour le 30 juin 2023 à adresser à : patricia.victorin [at] univ-ubs.fr

NOTES
 
[1] Cf. Bartolomé Bennassar, Lucile Bennassar, Le voyage en Espagne : anthologie des voyageurs français et francophones du XVIe au XIXe s., Paris, Laffont, 1998. Cf. Nikol Dziub, Voyages en Andalousie au XIXe siècle, Genève, Droz, 2018.

[2] La Bretagne fait partie de « ces lieux où souffle le Moyen Âge » selon Christian Amalvi, « avec  la Normandie, le Rhin, la Lorraine, et Strasbourg » (Le goût du Moyen Âge, 1996, p. 154). 
[3] Pierre Halen, « Pour en finir avec une phraséologie encombrante : la question de l’Autre et de l’exotisme dans l’approche critique des littératures coloniales et post-coloniales », dans Durand Jean-François, Regards sur les littératures coloniales, tome 1, Paris, Montréal, 1999, p. 21-39. Voir encore Segalen :  « L’Exotisme dans le Temps. En arrière : l’histoire. Fuite du présent méprisable et mesquin. Les ailleurs et les autrefois. », Essai sur l’Exotisme, éd. cit., p. 41.

[4] Cf. Victor Segalen : « Exotisme. Mot compromis et gonflé, abusé, prêt d’éclater, de crever, de se vider de tout. », p. 73.

[5] C. Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 35, novembre 1980, p. 45-62. Cf J.-Y. Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Mayenne, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987.
[6] François Pouillon, Exotisme et intelligibilité. Itinéraires d’Orient, Presses universitaires de Bordeaux, 2017.
[7] Anthropologie des petites choses, p. 77.
[8] cf Joseph Rio Joseph Rio, « Entre Orient et Occident : le mythe des origines dans les textes bretons », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-2, 2008, 21-36 ; Dominique Frère, « Les origines phéniciennes de la Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-2, 2008, 37-65.
[9] Je remercie Odile Parsis-Barubé de cette suggestion.
[10] Victor Hugo, Littérature et philosophie mêlées, tome II, 1834, p. 113.
[11] Gustave Flaubert, « Des pierres de Carnac et de l’archéologie celtique », L’Artiste, 1857 (pages 19-20 de la réédition : Lettres au conseil municipal de Rouen. Des pierres de Carnac et de l’archéologie celtique, Montpellier, 2002).
[12] Parsis-Barubé, Odile. « 2. En marge de Taylor et Nodier. Les petits voyages pittoresques et la réinvention romantique de la province », Philippe Antoine éd., La France en albums. (XIXe-XXIe siècles), Hermann, 2017, pp. 31-43.
[13] Sophie Cassagne-Brouquet, “La redécouverte du patrimoine médiéval breton”, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 107-4, 2000. p. 93-101.
[14] Odile Parsis-Barubé, La Province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2011.
[15] Voir Mercedes Volait, « Scènes de genre, choses vues ou attrait du travestissement. Les Européens dans la peinture orientaliste », in L’orientalisme après la Querelle, Paris, Karthala, 2016, p. 37-49
[16] Sarga Moussa, « La médiation picturale dans les récits de voyage de Théophile Gautier  », 2013.
[17] Je remercie Christian Amalvi de cette suggestion qui me paraît très fructueuse.
[18] Parsis-Barubé, Odile. « « Digne d’être peint » : l’invention d’un pittoresque nordique dans les récits de voyage de l’époque romantique », Revue du Nord, vol. 360-361, no 2-3, 2005, p. 529-543.

 

Retrouvez tous les détails sur le site de l’Université Bretagne-Sud.

Parution : Representing the Crusades

Sandra GorgievskiRepresenting the Crusades. From Medieval Imagination to Contemporary Popular Culture, McFarland, 2023.

How are the Crusades portrayed in popular culture today? Have the medieval images of chivalric and military heroes survived the eras of Orientalism and decolonization? The first of its kind, this comparative study examines representations of the Crusades in both European and Arab medieval texts and in 20th and 21st century transmedia recreations. Construction of memory is traced from cartography and illuminated manuscripts of the Middle Ages through modern, hybridized narratives in novels, film, comics and gaming. The shifting literary tastes, political agendas and cultural exchanges of audiences on both sides of the Mediterranean reflect their anxieties and ideals.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à communications : Médiévalismes et Orientalismes dans les ouvrages de vulgarisation

La journée d’études “Médiévalismes et Orientalismes dans les ouvrages de vulgarisation : érudition et pédagogie dans les textes et les images au XIXe siècle“,organisée par Patricia Victorin, se déroulera le 10 octobre 2023 à l’Université de Bretagne Sud.

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2023.

L’Orient et le Moyen Âge constituent pour l’Europe du XIX e siècle un réservoir de merveilles encore enfouies, à redécouvrir, à restaurer, alliant goût du collectionneur qui confine parfois au bric-à-brac kitsch et recherches érudites et philologiques. Le goût pour les études orientales va de pair avec celui pour les études médiévales qui se développent en parallèle. Au même titre que ce Moyen Âge lointain, cet autrefois, image d’une altérité désormais inaccessible, l’Orient, autre miroir tendu à l’Occident, serait capable de réveiller « ce siècle d’eau sucrée[i]», selon la formule de Flaubert. Il incarne cet espace libre pour l’imagination, cet ailleurs disponible à parcourir, gros de toutes les projections à venir, une terra incognita, entre profusion et désert. Le Moyen Âge n’est pas en reste, lui qui offre aussi « un espace de dépaysement culturel quasiment infini ouvert sur le grand large de l’imaginaire…. », écrit Christian Amalvi.

Si l’on peut établir une comparaison entre Moyen Âge et Orient, cela tient certes aux objets mêmes, à leur part d’altérité et d’exotisme, mais pas uniquement, cela tient aussi aux discours, aux recherches, aux fictions sur ces « objets ». « L’orientalisme s’affirme ainsi comme un retour aux sources, aux origines, comme le cheminement d’une renaissance, d’une quête de soi-même à travers l’image antinomique et mythique de l’Autre », écrit justement David Vinson. Cette phrase vaudrait aussi pour le Moyen Âge appréhendé au XIX e siècle. L’Orient (les Orients) au même titre que le Moyen Âge pluriel sont des constructions qui se fabriquent[ii] et doivent peut-être se comprendre, s’interpréter l’une par rapport à l’autre. Les deux constructions imaginaires et érudites témoignent d’une nostalgie profonde de ce XIX e siècle occidental qui rompt avec la curiosité du XVIII e siècle. Outre le fait qu’orientalisme et médiév(al)isme désignent tous deux une érudition et une spécialité savante mais aussi un goût et une fiction littéraire, l’autre point commun entre ces deux disciplines serait l’appétence pour l’exotisme, le voyage dans le temps et l’espace, le goût pour le pittoresque mais aussi le désir de découverte, de conquête et d’appropriation et de conservation patrimoniale.

Nous souhaiterions interroger les représentations conjointes du Moyen Âge et de l’Orient au XIX e siècle[iii] dans les foyers à travers les ouvrages de vulgarisation comme le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton[iv], le Musée des Familles, fondé par Emile de Girardin qui avait pour ambition d’en faire un « Louvre populaire » (publié de 1833 à 1900), ou le magazine hebdomadaire L’Illustration (publié de 1843 à 1944) ou bien encore le Journal des Demoiselles afin de voir comment se constituent des clichés orientalisants et moyenâgeux et/ou médiévalisants, comment ils se fabriquent et évoluent au cours du siècle.

Ainsi par exemple le Musée des Familles fait découvrir « Histoire et mœurs de l’Orient : Gazzi-Hassan-Pacha »« les mœurs de l’Orient » à travers « les Bayadères de Perse et leurs chants » ou « Les barbiers turcs et leurs boutiques »[v] , ces rubriques voisinant avec « Le Renard, roman du treizième siècle[vi] » sans oublier le « Voyage dans l’Inde. Monuments[vii] », tant du point de vue des textes que des illustrations d’ouvrages.

À titre indicatif, le numéro du 1er janvier 1833 du Musée des Familles fait alterner ou entrelace Moyen Âge et Orient dans une esthétique de la variété ; il contient un article sur la « religion des Indous » (p. 321-325), un récit adapté des Chroniques de saint Denis « les trois advisions de Childeric » ( p. 330-331), « Curiosités historiques » consacrées aux Fous au Moyen Âge (p. 342-345), Afrique pittoresque : Alger (p. 347-349), curiosités et monuments historiques sur l’Hôtel de Cluny p. 349-350), Une adaptation de Robert le Diable….

Dans son article consacré au Moyen Âge dans le Magasin Pittoresque d’Edouard Charton qui entend « servir la cause de l’instruction et de l’éducation », Chantal Kerrand a souligné la place essentielle qu’occupe le Moyen Âge. Avec son encyclopédie illustrée, Charton fait appel à des spécialistes pour rédiger des articles et des peintres célèbres pour illustrer richement ses numéros. L’illustration se veut outil pédagogique et « source d’évasion », une manière de faire découvrir le patrimoine médiéval et l’Orient. Rappelons que les années 1830-40 correspondent à la nomination d’inspecteur des Monuments historiques, d’abord Ludovic Vitet puis Prosper Mérimée et la création de la première chaire d’archéologie médiévale qu’occupe Jules Quicherat (1847). A cet égard, le Magasin Pittoresque joue un rôle de premier plan dans la sensibilisation à la sauvegarde du patrimoine et la vulgarisation des savoirs. Chantal Kerrand note que si l’on assiste à un très fort engouement pour le Moyen Âge, cet engouement va s’estompant au cours des décennies. « Entre 1833, année de création du journal, et 1890, date à laquelle Édouard Charton décède, (…) le nombre d’articles sur le « médiéval » accuse une baisse de 75% ». Toutefois cette évolution n’est pas continue car elle observe deux pics davantage tournés vers le MA : 1865-66 et 1871-72 à relier au réveil des nationalités[viii]. La redécouverte du Moyen Age irait de pair avec la hausse des « aspirations nationales ». Dans ce travail passionnant, Chantal Kerrand montre encore que la musique est le parent pauvre par rapport à la littérature et l’architecture qui occupent l’essentiel des feuillets.

Si l’on compare avec ce qui se joue pour la place de l’Orient, il apparaît que : « Dans le Magasin pittoresque, de 1833, date de sa création, à 1870, date de la chute du Second Empire, le nombre des articles portant sur le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Liban, Israël, l’Irak et l’Iran (pour s’en tenir à la terminologie actuelle) varie d’une année à l’autre de 15 à 45 : c’est dire que 10 % des articles du recueil traitent de l’Orient, avec des pointes de 16 % et de 18 % lors de la seconde guerre de Syrie (1838-1840), et de 18 % à 15 % lors de la guerre de Crimée (1853-1856). » souligne pour sa part Marie-Laure Aurenche.

« Dans le Magasin dit pittoresque, c’est-à-dire illustré, l’évocation de l’Orient se fait par les images autant que par les textes. », explique-t-elle encore. De grands peintres participent à l’aventure parmi lesquels Delacroix, et elle ajoute :

« Après 1870, la peinture orientaliste n’est plus guère de saison : les rédacteurs se préoccuperont de sensibiliser les lecteurs à l’avènement de la République ! Mais la littérature des voyages dans les contrées lointaines et en particulier en Orient, a occupé jusqu’à 1860 dans le Magasin pittoresque une place de plus en plus grande au point d’entraîner, comme on le verra, la création du Tour du monde. »

Il s’agira de proposer des études soit des Orients, ou du Moyen Âge pluriel dans une série de plusieurs numéros ou un seul ouvrage afin de dégager des tendances pour voir ce qui se joue en termes de représentativité, d’actualité ou d’histoire, d’usages esthétiques et idéologiques[ix]. Qui en sont les collaborateurs ? Quelle place est donnée à la littérature, la musique, la peinture, l’architecture ? Comment s’effectue la translatio de la peinture vers la gravure, de l’érudition vers la vulgarisation ? Quel rapport le texte entretient-il avec l’image ? Autant de questions qui ne sont pas fermées et qui ne sont que des suggestions.

Les propositions de contribution sont attendues pour le 15 mars 2023.

Elles comporteront une proposition incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), et un document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à Patricia Victorin à l’adresse suivante : patricia.victorin [at] univ-ubs.fr

Une réponse sera donnée avant le 15 avril.

La journée d’étude se tiendra le mardi 10 octobre 2023 à l’Université Bretagne Sud et les contributions retenues seront publiées dans la revue électronique Motifs du laboratoire HCTI.

 

[i] [i] «Versons de l’eau-de-vie sur ce siècle d’eau sucrée. Noyons le bourgeois dans un grog à 11 mille degrés et que la gueule lui en brûle, qu’il en rugisse de douleur !» (à E. Feydeau, 19 juin 1861).

[ii] Simone Bernard-Griffiths, Pierre Glaudes, Bertrand Vibert (éd.), La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du XIXe siècle, Paris, Champion, « Romantisme et Modernités » n° 94, 2006.

[iii] Voir l’important ouvrage de Daniel Lançon (dir.), L’Orient des revues (XIX e et XX e siècles), Grenoble, UGA editions, ELLUG, 2017.

[iv] Cf. Marie-Laure Aurenche, « Du Magasin pittoresque au Tour du Monde : l’orientalisme d’Edouard Charton ( 1833-1870), in Daniel Lançon (dir.), L’Orient des revues (XIX e et XX e siècles), Grenoble, UGA, 2017, p. 53-71. Voir aussi Voir Marie-Laure Aurenche, « La presse de vulgarisation ou la médiatisation des savoirs » in La Civilisation du journal, Daniel Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty (dir.), Paris, Nouveau monde éditions, 2011, p. 383-416. Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Paris, Champion, 2002 ; Marie-Laure Aurenche, « L’Égypte contemporaine dans le Magasin pittoresque (1833-1870) : les silences d’Édouard Charton, saint-simonien républicain », in Études saintsimoniennes, Philippe Régnier (dir.), Presses universitaires de Lyon, 2002, p. 271-303 et « Découvrir l’Égypte sans quitter Paris : l’itinéraire du Magasin pittoresque à deux sous (1833-1870) », Romantisme, n° 120, 2003-2, p. 47-55.

Chantal Kerrand, « Le Magasin pittoresque. Le Moyen Âge vu au travers de ce périodique illustré du XIX e s (1833-1890), Miscel.lània, I, 1, 1993, p. 281-294.

[v] Musée des Familles, 1849, volume 7, p. 206-210.

[vi] Ibid. p. 163-167.

[vii] Ibid. p. 25-27.

[viii] Cf. Philippe Gourdin, « Les mérovingiens vus par le XIX e siècle : l’exemple de Viollet le Duc », Archéologie aujourd’hui, Moyen Âge, 2.

[ix] Voir Bacot, Jean-Pierre. « Le rôle des magazines illustres dans la construction du nationalisme au XIXe siecle et au début du XXe siècle », Réseaux, vol. 107, no. 3, 2001, pp. 265-293.

Voir  Lise Andriès, « Vulgarisation scientifique et naissance de la culture générale », La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle (1800-1914) Ouvrage collectif publié sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde Editions, 2011, pp.1467-1475.

Sébastien Patacq

Sébastien Patacq est doctorant en anthropologie sociale, et professeur d’histoire-géographie en disponibilité.

Membre de l’EHESS, il travaille particulièrement sur l’orientalisme, les régimes d’historicité, le rapport au passé. Il étudie notamment l’Andalousie, la péninsule ibérique et, de façon générale, la Méditerranée.