Archives par étiquette : mythes

Appel à communications : Samouraïs et chevaliers à l’écrit et à l’écran

La conférence internationale “Samouraïs et chevaliers à l’écrit et l’écran, cultures des mondes médiévaux et de la première modernité : regards croisés sur les enjeux historiques, mythologiques et artistiques“, organisée par l’Université de Poitiers, l’Université de Paris Sorbonne-Nouvelle et les laboratoires de rechercher CESCM (UMR 7302) et PRISMES (EA 4398), se déroulera à l’Université de Poitiers les 16-17 octobre 2025.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2024.

Ce colloque international propose d’explorer les points de jonction ou passerelles culturelles, les différences et/ou les similitudes essentielles dans le monde oriental et occidental de la période médiévale et de la première modernité tels que représentés dans les productions artistiques, littéraires, picturales et cinématographiques. Si les aires d’exploration sont larges, une place prépondérante est accordée au Japon pour l’Orient, sans pour autant exclure la Perse ou l’Asie (Inde et Chine), ainsi qu’à l’Europe anglaise, septentrionale et méditerranéenne pour l’Ouest.

Le premier volet, consacré aux définitions et aux repérages chronologiques, s’attachera à cerner l’étude des grandes valeurs sociales, politiques et culturelles prévalant à ces périodes. Si les termes « médiéval » et « de la première modernité » s’appliquent tout autant au monde oriental qu’à l’occident, ils peuvent néanmoins être à géométrie variable selon les approches adoptées par les historiens et les pays ou les parties du monde concernées.

Comment définir le « Japon médiéval » ? On peut parler d’une période globalement inscrite entre l’ère Heian ou ère impériale (710-1185) et celle de l’unification du Japon opérée par la dynastie des Tokugawa à l’ère Edo (1603-1868), du Japon des samouraïs (1336-1573) ou encore de Japon féodal, et envisager l’organisation sociale hiérarchisée selon laquelle les chefs de clan, les daimyos et leurs guerriers samouraï imposent leur loi sur le territoire avant celle imposée par les shoguns.

On pourra donc s’interroger sur la notion même de « médiéval » (ou de « médiévalité »), se demander comment elle est liée à une série d’événements historiques et culturels marquant les grandes étapes de l’évolution humaine des collectivités concernées. Il s’agira de voir comment cette notion peut s’envisager comme une question d’état d’esprit, de valeurs ou d’éthique(s) plus que de simple chronologie. Si les samouraïs sont de grands guerriers, ils représentent également l’élite sociale, prônent des valeurs élevées (honneur, bravoure, loyauté, sens du sacrifice de soi) et sont adeptes d’arts dramatiques nobles (le théâtre Nô). La période plus largement qualifiée de période de la première modernité (1600-1800), puis le bakufu (fin de la période Edo, à la limite extrême de notre période d’analyse) voit le déclin progressif de la caste jusqu’à sa disparition à l’ère Meiji également marquée par l’émergence de nouvelles organisations sociales et culturelles.

Les productions artistiques locales, écrits, peintures ou films (films historiques, films de chambara, de samouraï ou jidaigeki), offrent de très nombreux échos de ces périodes, notamment le sengoku jidai ou Âge du pays en guerre (1467-1573) et la période pré-Edo (1573-1600), ainsi au cinéma les chefs d’œuvre d’Akira Kurosawa (Les Sept Samouraïs, Kumonosu jo / Le Château de l’Araignée, La Forteresse cachée, Kagemusha, Ran) ou de Kenji Mizoguchi (Les Amants crucifiés, Ugetsu / Contes de la lune vague après la pluie), ou encore son Chûshingura / Les Quarante-sept ronins pour la période Edo plus tardive, également souvent représentée dans les estampes du 18e siècle.

On pourra également s’intéresser à l’occident médiéval et de la première modernité selon une perspective historique, à aborder les questions relatives à la chevalerie, ce que l’on en connaît, les mythes et les légendes qui lui sont attachées, leurs représentations dans les textes, peintures ou films (Excalibur, John Boorman), ou les valeurs éthiques qu’elle glorifie et qui définissent l’esprit de la chevalerie, en fait proche de l’esprit samouraï malgré les différences immédiates.

Le deuxième volet sera consacré à l’artiste et à son sens de l’histoire via une approche biographique et esthétique. Il s’agira de voir comment l’artiste-auteur d’hier et d’aujourd’hui — qu’il soit poète (haiku), romancier ou conteur de légendes, homme de théâtre, peintre, graveur d’estampes ou cinéaste — rend manifeste sa propre conscience de l’histoire, ce qu’il sait ou pressent de son époque ou du passé historique et légendaire, et comment il parvient à représenter son expérience et sa vision du monde par le biais d’un mode de représentation artistique propre. La représentation artistique permet également toutes variantes éthiques. On distinguera les perspectives résolument topiques et locales (Seppuku / Harakiri, Masaki Kobayashi) de celles qui se veulent plus générales et « universalisantes » (Kurosawa, Shakespeare et les adaptations occidentales).

Le troisième volet portera sur le rôle des mythologies en tant que marqueurs culturels fort(s des deux mondes, marqueurs locaux, ou plus larges, tendant vers l’universel : les bestiaires et les grandes figures mythologiques transversales (araignée, renard, loup), les sorciers et les sorcières, les grandes notions spirituelles,comme le bouddhisme et le sens de l’éphémère ou de la transcendance pour l’humain et la nature (mujô), ou les approches artistiques variées liées à la représentation de la nature. On pourra envisager ce qui pourrait relier les grands mythes humains, le Fatum grec, l’animisme shinto et le transcendantalisme occidental, la Roue de la Fortune de la Renaissance et la Roue de la Vie ou Roue de l’Être bouddhiste. Peut-on dès lors parler de choc des cultures ? Au-delà des différences immédiates, peut- on tisser la trame de schémas éthiques et philosophiques communs, d’une « trans-éthique », et de formes d’humanisme universelles ?

On pourra donc s’interroger sur :

–   Les aspects matériels des cultures médiévale et de la première modernité, est et ouest : artefacts, armes et armures, objets de culte réels et/ou représentés.

–    Les rites et pratiques quotidiennes, religieuses et culturelles des classes sociales et groupes concernés.

–  Les valeurs spirituelles ou ambiguïtés éthiques, notamment concernant le samouraï ou le ronin, le samouraï sans maître ; les différences et les équivalences avec les croyances et les valeurs des chevaliers.

–   Le film historique et légendaire dans les contextes médiévaux et post-médiévaux asiatiques (Inde et Chine).

–   Les apports esthétiques et éthiques spécifiques à la représentation picturale et cinématographique pour la construction du légendaire ou la reconstitution réaliste, ou les deux simultanément.

Les communications de vingt-cinq minutes maximum, en anglais ou en français, seront suivies d’une discussion d’une dizaine de minutes avec le public.

Une sélection de ces communications pourra donner lieu à une publication.

Une présentation bio-bibliographique (250 mots maximum) et un abstract (de 500 mots maximum), en anglais et en français, sont à envoyer avant fin mars 2024 à :

Anne-Marie Costantini-Cornède :  amccde [at] gmail.com

& Pascale Drouet : pascale.drouet [at] univ-poitiers.fr

 

Renseignements et détails sur le site du CESCM.

Exposition : John Howe, sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition “Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval. Peintures et dessins de John Howe” se tiendra du 25 juin 2023 au 28 janvier 2024 à Landerneau, au Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la Culture.

« Cette exposition montre comment à partir de l’œuvre littéraire de Tolkien, un univers pictural est inventé. C’est celui du dessinateur et peintre John Howe. Puisant dans les mythes médiévaux, il crée un imaginaire inédit source de multiples représentations artistiques, jusqu’au cinéma. Landerneau défend l’importance de l’héritage de Tolkien dans l’ensemble de la création artistique et ludique. C’est un fait culturel majeur ! »Michel-Édouard Leclerc

Conçue comme une exploration picturale et commentée de l’œuvre de Tolkien et de l’origine des légendes médiévales, qui de nos jours s’imposent dans la bande dessinée, les jeux vidéo, ainsi que sur les petits et grands écrans, l’exposition présente plus de 250 dessins et peintures de John Howe.

Artiste de renommée internationale, John Howe a d’abord illustré les romans de Tolkien, avant de participer à la direction artistique des deux trilogies cinématographiques Le Seigneur des Anneaux, et Le Hobbit aux côtés du réalisateur Peter Jackson, s’installant plusieurs années en Nouvelle-Zélande durant le tournage des films. Plus récemment, il a également pris part à la création artistique de la série Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir.

L’évocation des influences poétiques et mythologiques ancestrales telles que Les EddasLe KalevalaLa Chanson des NibelungenBeowulf, ou les légendes arthuriennes, permet de percevoir à quel point la richesse de l’œuvre romanesque de Tolkien et de l’imaginaire médiéval puisent leurs sources dans la résonance de ces temps lointains, parfois écrite à l’aide de runes, ou racontée par un barde dans une langue méconnue.

Tolkien participe ainsi à la transmission de ce patrimoine en composant avec génie une mythologie unique et novatrice, devenue pour le monde entier la référence iconique de l’imaginaire médiéval.

L’exposition est complétée par d’authentiques objets d’époque médiévale (armure, épées…).

Le parcours est également ponctué d’œuvres contemporaines de Tolkien, notamment issues du mouvement préraphaélite – opposé au conformisme académique britannique, et majoritairement inspiré par l’imaginaire médiéval – ou encore du mouvement Arts and Crafts.

Commissariat Diane et Jean-Jacques Launier,
fondateurs du musée Art Ludique

© John Howe’s poster art used with permission of Middle-earth Enterprises LLC & Sophisticated Games Ltd. All rights reserved © Rodhamine © FHEL 2023

 

Détails et réservations sur le site du Fonds Culturel Leclerc.

Parution: Vikings!

Laurent Di Filippo (dir.), Vikings!, Paris, Les Moutons électriques, 2022.

Vikings ! explore cette thématique passionnante sous la plume de dix spécialistes. Les auteurs révèlent la réalité historique des Vikings, des mythes nordiques et des sagas islandaises avant d’analyser comment les industries culturelles et créatives contemporaines se sont emparées des récits en vieux norrois.

Des dieux aux monstres, sans oublier le quotidien des peuples du Nord, les runes, les neuf mondes, la musique et le fameux Ragnarök, la fin des temps, y sont étudiés à travers de nombreux exemples. Rejoignez les divinités Thor, Loki, Odin et Freyja mais aussi des figures majeures comme Ragnarr Loðbrók, des créatures mythiques comme les géants et le serpent de Midgard, Jörmungand, dans leurs multiples formes et itérations qui vous emporteront de la Scandinavie aux confins de l’espace.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Colloque: Les mythes au XXIe siècle

Le colloque “Les mythes au XXIe siècle” se tiendra à Besançon (UFR STAPS) les 12 et 13 mai 2022. Elle est pilotée conjointement par Laurent Di Filippo (CREM, Université de Lorraine) et Audrey Tuaillon Demésy (C3S, Université de Franche-Comté).

Jeudi 12 mai
13h30 : accueil
14h00 : Introduction du colloque – Laurent Di Filippo, Université de Lorraine, et Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté


Session 1 : Mythes, pouvoirs et questions socio-politiques
Modérateur Sébastien Haissat
14h15 : « Développement de la mémoire patriotique et du mythe du petit-patriote en Russie et en Biélorussie à travers les jeux Opération Bagration et World of Tanks » – Vitaly Buduchev, Université de Lorraine
15h00 : « Réinterpréter les mythes antiques grâce à la voix des oubliées » – Cassandre Martigny, Sorbonne Université
15h45 : pause
Modérateur Laurent Sébastien Fournier
16h00 : « Renversement de la morale patriarcale par la réécriture mythologique contemporaine » – Emmanuelle Lescouet, Université de Montréal
16h45 : « Récit de vie en Haïti et mythologie » – Ethson Otilien, Université Laval
17h30 : fin de journée

Vendredi 13 mai

Session 2
Modérateur Alban Gautier
9h30 : « Les Moires de Velen et le syncrétisme mythologique en fantasy » – Marie Kergoat, Université de Rennes
10h15 : « #ChatNoir : persistance et métamorphose des mythes, superstitions et croyances à l’heure du web participatif » – Magali Bigey et Justine Simon, Université de Franche-Comté
11h : Pause


Session 3 : Fondation des mythes contemporains
Modératrice Audrey Tuaillon Demésy
11h15 : « Mythes fondateurs et mythes des fondateurs d’un monde numérique et de son éthos. Approche herméneutique des représentations cinématographiques de Mark Zuckerberg et Steve Jobs sur des scénarios d’Aaron Sorkin » – Camille Roelens, Université de Lausanne
12h00 : « Les AOP et leurs mythes fondateurs, comment les produits sous signe de qualité s’ancrent et utilisent l’imaginaire. Le cas des AOP fromagères du Massif Jurassien. » – Raphaël Salvi, Université de Franche-Comté
12h45 : pause déjeuner


Session 4 : Les mythes vécus
Modérateur Laurent Di Filippo
14h00 : « Fragments de mythologies », session de contes – Matthieu Epp
14h30 : « Le sens du mythe dans les nouveaux événements festifs urbains » – Laurent Sébastien Fournier, Université Côte d’Azur


Session 5 : Mythes et mise en scène de soi
Modératrice Clémentine Hougue
15h15 : « Figures du double, spécularité et lieux de passage : représentations persistantes du miroir dans le cinéma contemporain » – Clémence Mesnier, Université de Lorraine
16h00 : « Le passage aux enfers, motif d’une expérience immersive de la psychose dans Hellblade, Senua’s Sacrifice » – Aurore Noury, EHESS Paris
16h45 : Conclusion
17h : fin du colloque

Tous les détails sur le site du projet AION.

Appel à contributions: Les mythes au XXIe siècle

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo, pour la revue ¿ Interrogations ?.

Date limite d’envoi des articles: 30 juin 2022.

Thor et Loki, personnages bien connus des mythes nordiques, sont devenus des super héros du grand comme du petit écran et illustrent les références actuelles des industries culturelles à d’anciens récits. À leurs côtés, de nouveaux héros et de nouvelles histoires, comme celles de la franchise Matrix, se voient attribuer des valeurs symboliques et collectives, ainsi qu’une place de choix dans nos cultures. Qu’il s’agisse d’emprunts ponctuels ou plus larges à des textes anciens, ou d’une mise en valeur d’un imaginaire actuel, les mythes sont aujourd’hui bien présents dans nos sociétés contemporaines et circulent sous diverses formes.

Suivant cette observation, ce numéro de la revue ¿Interrogations ? propose de questionner les mythes et mythologies, dans les multiples significations de ces termes et dans leur actualité contemporaine. Cet appel à contributions invite les chercheurs à s’interroger selon différents angles sur cette présence des mythes et mythologies aujourd’hui et ce qui permet de les définir de la sorte. C’est pourquoi, il est notamment attendu que chaque contribution précise la ou les définitions retenues pour les notions de mythe ou de mythologie qui seront utilisées et discutées.

 Axe 1 : Des mythes anciens adaptés au temps présent

Les productions des industries culturelles regorgent de références à différents mythes, qu’il s’agisse de réécritures comme l’ouvrage Norse Mythology de Neil Gaiman (2017), qui reprend le contenu de l’Edda en Prose de Snorri Sturluson dans une version modernisée, des adaptations très grand public comme les œuvres de Disney, parmi lesquelles apparaît l’Atlantide, ou des transformations plus importantes de la matière des sources comme les aventures du roi Arthur dans Kaamelott et de Thor dans les films du Marvel Cinematic Universe. Les emprunts des œuvres actuelles aux matières mythiques passées peuvent consister en des réécritures complètes ou partielles, voire ne conserver que certains éléments ponctuels. Un premier axe d’interrogation portera donc sur la présence de références mythiques et mythologiques dans les productions contemporaines, ainsi que sur leurs réécritures et leurs adaptations sur différents supports, qu’il s’agisse de littératures, de films, de séries télévisées, jusqu’aux jeux vidéo ou aux mangas. Ces références amènent les chercheurs à s’interroger à la fois sur les composantes qui sont toujours présentes et celles qui sont oubliées, renvoyant à des questionnements sur des notions comme la « mémoire », qui comporte toujours une part d’« oubli » (Ricoeur, 2000). Dans les grandes franchises médiatiques, les produits dérivés, tels que des jouets et déguisements, pouvant également faire référence à d’anciens mythes, questionnent aussi les modes d’appropriations actuels de ces récits anciens et de leur renouveau. De fait, outre la consommation via les industries culturelles, les mythes et leurs expressions contemporaines peuvent aussi être envisagés dans leurs dimensions corporelle et sociale. Il peut s’agir d’un style (Hebdige, 2008) arboré, tel que des tatouages ou des vêtements évoquant les récits mythiques retravaillés, mais aussi de pratiques d’incarnation de personnages issus de différentes mythologies, comme le cosplay.

Tout comme ces récits ont pu servir à définir une culture mondaine durant la période des Lumières (Borgeaud, 2013 : 107) ou contribuer à fonder des discours nationalistes notamment depuis le XIXe siècle (Meylan, Rösli, 2020), il sera nécessaire de s’interroger sur le rôle, la place et les fonctions de ces références dans nos mondes contemporains et tout particulièrement au XXIe siècle. D’un point de vue théorique, il sera ainsi possible de questionner le processus que Hans Blumenberg (1979) appelle le « travail sur le mythe [Arbeit am Mythos] » ou de mettre à jour les propositions méthodologiques de Abraham Moles (1990) sur les « fiches mythographiques » et la « mythogénèse ». Cet axe pourra également intégrer l’étude des éditions contemporaines de textes anciens comme l’Illiade et l’Odyssée, les Eddas, le Mahabharata et bien d’autres œuvres considérées comme des sources mythologiques.

 Axe 2 : Les nouveaux mythes

Aux côtés de ces reprises de mythes anciens, il faut également se questionner sur la présence et la production de ce que nous pourrions appeler des mythes modernes ou contemporains. Ce type de représentation est notamment mis en scène dans American Gods, le roman de Neil Gaiman adapté en série télévisée : les anciens dieux font face aux nouveaux que sont les médias, l’informatique, les conspirations, la main invisible du marché, ou encore, la mondialisation. Cette lutte illustre alors l’opposition entre tradition et modernité et renvoie de manière explicite à l’opposition entre le passé et le présent.

Des objets tout comme des concepts deviendraient les symboles de leur époque, dans la lignée des mythologies de Roland Barthes (1957), auteur qui évoque la Citroën DS ou le catch, ainsi que d’Edgar Morin (1961) qui cite, pour sa part, le bonheur et l’amour de la jeunesse promus dans les industries culturelles. Suivant l’idée d’un «  Esprit du temps  » proposée par cet auteur, les mythes modernes renverraient alors à un « imaginaire » (Godelier, 2015) marquant une période donnée, comme le mythe de la réussite sociale et du self made man.

Selon des principes similaires, nous pouvons nous interroger sur les mythes qui, au XXIe siècle, participent à former notre imaginaire contemporain et se retrouvent dans nos loisirs quotidiens. Par exemple, ils apparaissent dans les discours technologiques qui parlent de l’intelligence artificielle et des ’téléphones intelligents [smartphones]’, ou encore les voitures électriques censées être plus écologiques. Des marques, comme Apple, peuvent aussi devenir de puissants marqueurs sociaux et engager fortement leurs consommateurs.. Des monstres comme le Grand Cthulhu, issu des écrits de H. P. Lovecraft, prennent une place grandissante dans les cultures populaires. S’ajoutent à cela le poids des influenceurs notamment via les réseaux sociaux et les super-héros très régulièrement présents au cinéma. Sous cet angle, il sera aussi nécessaire de s’intéresser aux relations que ces discours mythifiés entretiennent avec les discours politiques, ou encore d’interroger l’idée du « règne de la fable » qu’Yves Citton (2010) nomme la «  Mythocratie  ». Il s’agira donc d’étudier les nombreuses représentations symboliques de notre temps sous différents angles, aussi bien sémiotique que socio-anthropologique, en questionnant les significations et les valeurs que les acteurs et les communautés leurs attribuent et les manières par lesquelles elles acquièrent un statut mythique.

 Axe 3 : De nouvelles épistémologies

Les discours sur les mythes se développent notamment dans les sphères académiques et celles-ci évoluent. Par conséquent, un dernier axe vise à questionner les avancées scientifiques récentes dans le domaine de l’étude des mythes. Dans la seconde moitié du siècle dernier, en histoire des religions, Jean-Pierre Vernant et Marcel Détienne, entre autres, ont contribué à renouveler l’étude des mythes en rapprochant l’histoire des religions et l’anthropologie, intégrant une dimension sociale plus importante face aux approches de mythologie comparée se limitant souvent à des analyses de contenu. Nous pouvons à présent nous interroger sur les approches théoriques et méthodologiques récentes concernant ces objets de recherche et ce, dans différentes disciplines, en mettant en avant leurs apports et le contexte dans lesquelles elles se développent. L’historien des religions Philippe Borgeaud (2010, 2013) a souligné l’importance du regard christiano-centré sous-jacent à l’usage de la catégorie de «  mythes  » et a également mis en garde contre l’uniformisation d’interprétation à laquelle elle peut conduire. Il rappelle que « ce que nous appelons mythe correspond en effet à différentes catégories de récits indigènes » (Borgeaud, 2010 : 779). L’apport de l’étude des langues étrangères s’avère donc primordial, comme l’a aussi montré l’ethnologie. Les nouvelles approches ont également donné une place plus importante à la contextualisation et aux situations de communication (Calame, 2015). Dans cette lignée, nous avons également assisté à une meilleure prise en compte des contextes politiques dans lesquels les sources des mythes émergent, ainsi que les discours politiques que les mythes eux-mêmes peuvent porter (Lincoln, 1999 ; Meylan, 2020). Récemment, l’approche narratologique et la question des constructions de mondes ont nourri l’approche des mythes (Johnston, 2018). Cet axe invite alors également à interroger les croisements disciplinaires et les façons dont différents champs de recherches se fécondent autour de ces objets d’étude. Notons également qu’en histoire des religions, les travaux sur les mythes ont essentiellement bénéficié de recherche sur les récits traditionnels de la Grèce antique. Dans quelle mesure les études d’autres aires culturelles et d’autres périodes historiques viennent-elles encore relativiser les notions de mythes et de mythologies aujourd’hui, ainsi que d’autres notions associées à elles ?

Les trois axes proposés ci-dessus ne sont, bien entendu, pas exhaustifs, ni en termes d’objets, ni de problématiques. Il ouvrent aussi à des approches variées. Ainsi, les propositions pourront-elles également interroger la fonction des récits mythiques aujourd’hui, au niveau individuel comme au niveau collectif, ou encore la question des catégories d’usage et la qualification de phénomènes comme étant des mythes, des mythologies ou ayant une portée mythique voire mythologique.

Pour ce numéro, toutes les formes d’expression contemporaines pourront être interrogées. Les propositions attendues pourront relever des sciences humaines et sociales au sens large (histoire, sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, littérature, études cinématographiques, linguistique, philosophie, psychosociologie, etc.).

Cet appel à article s’ajoute au colloque « Les mythes au XXIe siècle », organisé dans le cadre de l’axe 3 du programme ANR Aiôn, socio-anthropologie de l’imaginaire du temps (https://aion-project.org), qui se tiendra à Besançon les 12 et 13 mai 2022.

 Bibliographie indicative

Barthes Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil,.

Blumenberg Hans (2005 [1971]), La Raison du mythe, trad. fr. Stéphane Dirschauer, Paris, Gallimard.

Blumenberg Hans (2001 [1979]), Arbeit am Mythos, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Borgeaud Philippe (2010), « Mythes », dans Dictionnaire des faits religieux, Régine Azria, Danièle Hervieu-Léger (dirs), Paris, Presses universitaires de France, pp. 779-785.

Borgeaud Philippe (2013), L’Histoire des religions, Gollion, Infolio.

Calame Claude (2015), Qu’est-ce que la mythologie grecque ?, Paris, Gallimard.

Citton Yves (2010), Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam.

Detienne Marcel (1981), L’Invention de la mythologie, Paris, Gallimard.

Godelier Maurice (2015), L’imaginé, l’imaginaire et le symbolique, Paris, CNRS éditions.

Hebdige Dick (2008 [1979]), Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones.

Johnston Sarah Iles (2018), The Story of Myth, Londres/Cambridge, Harvard University Press.

Lincoln Bruce (1999), Theorizing Myth : Narrative, Ideology, and Scholarship, Chicago, University of Chicago Press.

Meylan Nicolas (2020), Religion, mythe et politique en Islande médiévale, Liège, Presses universitaires de Liège.

Meylan Nicolas, Rösli Lukas (eds) (2020), Old Norse Myths as political Ideologies. Critical Studies in the Appropriation of medieval Narratives, Turnhout, Brepols.

Moles Abraham (1990), « La fonction des mythes dynamiques dans la construction de l’imaginaire social », Cahiers de l’imaginaire, n° 5/6, p. 9-33.

Morin Edgar (2008 [1962]), L’Esprit du temps : essai sur la culture de masse, Paris, Armand Colin/INA.

Ricœur Paul (2000), La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

Vernant Jean-Pierre (1974), Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, François Maspero.

Modalités de soumission des articles

Les propositions d’articles sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, à l’adresse électronique suivante : laurent [at] di-filippo.fr

Ils ne devront pas dépasser 50 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et devront être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés en français et d’un résumé (abstract) et de cinq mots-clés (keywords) en anglais.

Les articles répondront impérativement aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Publication prévue du numéro : juin 2023.

 Appel à contributions permanent

La revue accueille également des articles pour ses différentes rubriques, hors appel à contributions thématique :

♦ La rubrique« Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquels l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche, davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude. Ces articles ne doivent pas dépasser 30 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et être adressés à Mireille Dietschy : mireille.dietschy@gmail.com

♦ La rubrique « Fiches pédagogiques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologique (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théorique (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique. Ces articles ne doivent pas non plus dépasser 30 000 signes (notes et espaces compris) et être adressés à Agnès Vandevelde-Rougale : a-vandevelde@orange.fr

♦ La rubrique« Varia », accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions ni aux rubriques précédentes. Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et être adressés à Audrey Tuaillon Demésy (audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr) ET Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr).

♦ Enfin, la dernière partie de la revue recueille des« Notes de lecture » dans lesquelles un ouvrage peut être présenté de manière synthétique mais aussi critiqué, la note pouvant ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Elle peut aller jusqu’à 12 000 signes (notes et espaces compris) et être adressée à Nicolas Peirot : nicolas.peirot@gmail.com. Par ailleurs, les auteurs peuvent contacter Nicolas Peirot pour nous adresser leur ouvrage, s’ils souhaitent les proposer pour la rédaction d’une note de lecture dans la revue. Cette proposition ne peut être prise comme un engagement contractuel de la part de la revue. Les ouvrages, qu’ils fassent ou non l’objet d’une note de lecture, ne seront pas retournés à leurs auteurs ou éditeurs.

Séminaire: Grandes et petites mythologies

Le séminaire “Grandes et petites mythologies“, organisé par Karin Ueltschi-Courchinoux, est renouvelé pour l’année 2021-2022, à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Les séances se dérouleront le premier jeudi du mois, de 17h à 19h, à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge, Reims) et en visioconférence. Le lien de connexion sera publié quelques jours avant chaque manifestation sur le site du laboratoire CRIMEL.

Programme

Jeudi 7 octore 2021: Jean-Michel Doulet, Université de Paris VII : « Les changelins »

Jeudi 4 novembre 2021: Anna Loba, Institut de Philologie romane, Université Adam Mickiewicz, Poznan, Pologne : « Peau d’Âne ».

Jeudi 2 décembre 2021: Alain Trouvé, Université de Reims : « Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui »

Jeudi 3 février 2022: Valérie Wampfler, Université de Reims : « Autour des Saturnales »

Jeudi 17 mars 2022: Journée d’étude “La Faune et la Flore” (découvrez le programme ici)

Jeudi 7 avril 2022: Miren Lacassagne, Université de Bordeaux : « La roue de Fortune et le rouet »

Conférences : mythes médiévaux

LES MYTHES MÉDIEVAUX REVISITÉS AU XXème SIÈCLE
Trois rencontres des Amis du Musée de Cluny avec William Blanc
Mardi 5 février, jeudi 21 février, mardi 19 mars 2019 à 18h

Le Bloc, espace de Coworking, 10 bis, rue du Sommerard Paris 5ème

Jamais le Moyen Âge n’a autant été présent dans le paysage culturel. Romans, films, bandes dessinées, jeux, publicités, la fascination pour l’époque médiévale prend des tours et des détours parfois déroutants, souvent originaux, mais toujours fascinants. Pour en savoir plus, la Société des Amis du musée de Cluny, avec la complicité de William Blanc, vous propose ce cycle de conférences pour découvrir en trois temps le Moyen Âge dans la culture populaire d’aujourd’hui. 

Mardi 5 février – 18h : Le mythe arthurien, du cinéma à la BD

Jeudi 21 février – 18h : Games of thrones, une histoire de la Fantasy

Mardi 19 mars- 18h : Robin des bois en Amérique

Intervenant : Historien et passionné du Moyen Âge et de ses représentations dans les arts populaires (BD, cinéma, jeux, séries télévisées, arts graphiques), William Blanc participe depuis 2012 à l’aventure de la revue Histoire et Images médiévales. Il est aussi coauteur ou auteur de plusieurs livres : « Le Roi Arthur. Un mythe contemporain » (Libertalia, 2016), « Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l’Histoire au mythe identitaire» (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin). Outre plusieurs articles dans des revues scientifiques, il organise également le podcast Fréquence médiévale.

Accès gratuit dans la limite des places disponibles.

Réservation indispensable au plus tard 8 jours avant chaque conférence auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

Laurent Di Filippo

 

 

Laurent Di Filippo est docteur en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves. Il a effectué sa thèse en co-tutelle sous la direction du Professeur Jacques Walter à l’université de Lorraine, et du Professeur Jürg Glauser à l’université de Bâle. Il est actuellement Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine.

Ses recherches portent sur les phénomènes culturels et leurs dynamiques à travers l’étude des processus de transmission, de manifestation et d’appropriation des récits médiévaux scandinaves, qu’on appelle couramment les « mythes nordiques », jusqu’à leur usages dans les médias contemporains. À ce titre, il a étudié principalement les jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs, mais mes recherches s’intéressent plus globalement aux jeux vidéo et aux jeux de rôle, aux séries télévisées, aux films, aux comics et aux mangas. Il s’intéresse également aux questions relatives aux manières de penser les relations entre média et particulièrement à la transmédialité, ainsi qu’à l’interdisciplinarité, à l’épistémologie des sciences de l’homme et de la société.

Mots-clés : culture, communication, anthropologie, mythes, jeux, Nord, transmédia, religions

Sélection de travaux :

  • Di Filippo, L (dir.), 2021, Sciences du jeu n° 15 – Jeux et faits religieux. Accès en ligne: https://journals.openedition.org/sdj/3099
  • Di Filippo, L., Schmoll, P. (2016). La ville après l’apocalypse: entre formalisation projective et réalisation locale. Revues des sciences sociales, 56, 126-133.
  • Di Filippo, L. (2016). Conan entre personnage transmédia, monde transmédial et réalisations locales. RFSIC – Revue française des sciences de l’information et de la communication, 10, [En ligne].
  • Di Filippo L. (2016). Des récits médiévaux scandinaves aux mythes nordiques : catégorisations et processus d’universalisation. In : C. Delaporte, L. Graser, J. Péquignot (dirs). Penser les catégories de pensée. Arts, cultures et médiations. Paris : L’Harmattan, 115-133.
  • Di Filippo, L. (2014). Contextualiser les théories du jeu de Johan Huizinga et Roger Caillois. Questions de communication, 25, 281-308.

Claire Caland (Montréal)

 

Docteure ès Lettres ; Chercheure en mythologie et en art ; Écrivaine et chargée de mission

Contact : calandfc@yahoo.fr

Parcours et champs de recherche

Franco-canadienne, Claire Caland est mythologue et critique d’art.  Après voir enseigné onze ans en université française la littérature et la mythologie comparées, elle a choisi la voie de chercheure autonome. Elle a ainsi travaillé six ans à la Chaire de recherche en esthétique et poétique (UQAM, Montréal) avant de rejoindre l’Université de Montréal. Depuis 2011, elle est chargée de mission dans les secteurs littéraire et universitaire (UdM) et collabore régulièrement à Vie des arts.

Claire Caland a publié une centaine d’articles scientifiques. Son premier livre d’art, Miroirs, métamorphose et temps inversé, a été édité en 2020 : il s’agit d’une monographie sur l’artiste Véronique La Perrière M. qu’elle a écrit à quatre mains avec la sémioticienne canadienne Émilie Granjon. C’est son 9e livre consacré à l’imaginaire occidental, qui complète un essai sur le ré-enchantement du monde en art actuel (2017), Zoofolies, une somme mythologique de 15 ans de recherches (2015) sur l’évolution des représentations de créatures mythiques au fil du temps et des cultures, en droite ligne de l’essai En diabolie. Les fondements imaginaires de la barbarie contemporaine (2008).

Pour les années 2023-2024, Claire Caland scénarise une BD de plus de deux cents pages pour Les Humanoïdes associés, préside le Festival international Vins noirs sur le roman policier, est toujours missionnée au Département de littératures et de langues du monde de l’UdM. En plus d’une vie associative remplie, elle poursuit ses recherches sur la mythologie et l’art actuel en élaborant des cycles de conférences en France et des dossiers thématiques.

Liste choisie de ses contributions à la recherche (depuis 2007)

  1. Livres
  •  (avec Émilie Granjon), Miroirs, métamorphose et temps inversé (sur l’artiste Véronique La Perrière M., 2007-2017), ouvrage bilingue, Sagamie, Québec, 2020, 124 p.
  • Élie Berthet, La bête du Gévaudan (préface de Fabienne Claire Caland, «  À la croisée de la légende et du mythe »), Limoges, Les Ardents Éditeurs, 2018, 461 p.
  • (avec Émilie Granjon), Les fabricants d’univers dans l’art actuel. David Altmejd, Shary Boyle, Rosalie D. Gagné, Laurent Lamarche et Véronique La Perrière M., Montréal, Varia, 2017, 198 p.
  • Zoofolies. Avec une suite de dessins originaux de Véronique La Perrière M., Montréal, Varia, 2015, 394 p. Étude qui comprend des fictions de Guillaume Asselin (sur Campé), Hugues Corriveau (Béhémoth), Claire Caland (Cerbère), Jean-Marc Desgent (Polyphème), Jean-Simon Desrochers (Mandragore), Manuela Draeger (Golem), Catherine Mavrikakis (l’Érinye Alecto), Bertrand Rouby (Talos), Pierre Senges (la Sphinge), Jean-Christophe Valtat (Empuse), Jean-Pierre Vidal (Méduse), Élisabeth Vonarburg (Ladon) et Stéphane Zagdanski (le Centaure Nessos).
  •  (avec Bertrand Rouby et Paul Bleton), L’amour au temps du roman (de la période antique à nos jours), 243 p., publication électronique de la Téluq disponible en E.Book et version PDF, en accès libre (http://benhur.teluq.ca/SPIP/lit4005/spip.php?article24, 2015.
  • En Diabolie. Les fondements imaginaires de la barbarie contemporaine, Montréal, VLB Éditeur, 2008, 221 p.
  • (avec Denise Brassard), Horizons du mythe, Montréal, Cahiers du CÉLAT, 2007, 290 p.

 

  1. Collaboration, direction et co-direction récentes
  • Codirection du dossier « Cronos et autres cannibales », dans le 11e numéro de la revue électronique Muse-Médusa – revue de littérature et d’arts modernes – avec Marie-Hélène Larochelle, professeure de l’université de York, Ontario, 2023.
  • Direction et élaboration du cycle « Histoires des mythes » en sept conférences, Université du Temps libre, Bordeaux, 2022-2023 : « Les couleurs du mythe » ; 2021-2022 : « Drôles de remèdes et poisons mortels dans les mythes » ; 2020-2021 : « À table ! Cuisine et festins dans les mythes » ; 2019-2020 : « À l’amour, à la guerre »; 2018-2019 : «  Voyager avec les mythes : de la terre mésopotamienne à l’Islande ».
  • Direction et élaboration d’un cycle de conférences, UTA, Limoges, 2020-2023 : « La médecine des mythes » ; « La mer et ses périls. Mythes et art ».
  • Collaboration à Le seigneur des anneaux, mythes et origines, dossier hors-série de Le Point pop (dir. Phalène de la Valette, illustré par John Howe), avril-mai 2018.

 

  1. Conférences et communications récentes
  • « Des amulettes : se protéger au fil des siècles » et « Divines mosaïques à Rome  aux premiers siècles », dans le cadre du cycle « Les couleurs du mythe / Histoire des mythes » (conçu par Claire Caland), Université du temps libre, Bordeaux, 2022-2023.
  • « Porcelaine de Saxe et parole féministe », dans le cadre du colloque international Céramique et politique de la Société des Amis du musée national de céramique Sèvres, la manufacture et le musée de Sèvres et le musée des Arts décoratifs de Paris, INHA, 23 juin 2022.
  • « Faux drakkar et vrai dragon (sur les Vikings, entre réel et mythe) » et « De Charybde en Scylla, les dessous d’une expression » dans le cadre du cycle « La mer et ses périls. Mythes et art » (conçu par Claire Caland), UTA, Limoges, 2022.
  • « Au secours ! Le non-sens dans Alice au pays des merveilles », Médiathèque de Nexon, 21 mai 2022.
  • « Guérir en Mésopotamie (médecine et magie) » ; « L’extraordinaire savoir des Centaures » et « Lucrèce Borgia, l’empoisonneuse : de la légende au mythe », dans le cadre du cycle « Drôles de remèdes et poisons mortels / Histoire des mythes » (conçu par Claire Caland), Université du temps libre, Bordeaux, 2021-2022.
  • « Oiseau ou poisson ? L’énigme de la sirène », conférence publique, UTA, Limoges, 14 décembre 2021.
  • « Décor mythologique sur vases grecs : l’exemple de Dionysos (collections de Limoges/Sèvres/Florence) », conférence zoom dans le cadre des Conversations céramiques de Sèvres, 15 février 2021.
  • « Mythes cannibales et sacrifices dans l’Antiquité » ; « Bas les pattes ! Fruits défendus, fruits interdits en Occident » et « Le Festin de Tantale, de la tragédie grecque au château de Versailles », dans le cadre du cycle « À table ! Cuisine et festins dans les mythes / Histoire des mythes » (conçu par Claire Caland), Bordeaux, 2020- 2021.
  • « L’art céramique de Shary Boyle, entre contes européens et sagesse inuite », dans le cadre des conférences des Amis du Musée national Adrien Dubouché, 28 septembre 2021.
  • « Palissade, ô palissade ! Le dernier secret révélé de l’Épopée de Gilgamesh», conférence publique, UTA, Limoges, 16 janvier 2020.
  • « Secrets et découverte de l’Épopée de Gilgamesh. De Ninive au British Museum », conférence publique, UTA, Limoges, 21 novembre 2019.
  • « Le Festin de Tantale. Anthropophagie et sacrifices dans la Grèce antique », conférence publique, dans le cadre de Autour de la table. Un réseau de recherche sur l’imaginaire gastronomique contemporain, sous la direction de Marie-Christine Lambert-Perrault et Geneviève Sicotte, Université de Concordia, Montréal, 12 novembre 2019.
  • « La véritable histoire de La Belle et la Bête », conférence publique, Château de Bonneval, 17 juillet 2019.
  • « La méchante jubilation (sur La dévoration des fées de Catherine Lalonde) », communication dans le cadre du colloque international Mesures de la cruauté et de la méchanceté dans le discours littéraire (dir. Marie-Hélène Larochelle, Catherine Mavrikakis et Philippe Theophandis), Toronto, 19 mai 2019.
  • « Par-delà l’océan, à la poursuite de la vie-sans-fin (L’Épopée de Gilgamesh) » ; « Neuf mondes, un arbre et beaucoup d’eau : la genèse nordique » et « Prendre la barque de Charon pour y trouver quoi ? (L’enfer de Dante, en textes et en images) », dans le cadre du cycle « Voyager avec les mythes : de la terre mésopotamienne à l’Islande / Histoire des mythes » (conçu par Claire Caland), Bordeaux, 2018- 2019.
  • « Parlons monstres ! D’Élie Berthet à J.K. Rowling », conférence-lecture avec Simon Mauclair, metteur en scène et comédien, Librairie Page et Plume, Limoges, 17 novembre 2018.
  • « La Belle et la bête, un couple improbable (de madame de Villeneuve à Jean Cocteau et Shary Boyle) », conférence publique, Fondation Brébeuf, Montréal, 15 octobre 2018.
  • « Être bête, dans l’art actuel. Au masculin, au féminin », communication dans le cadre du colloque L’animal et l’humain. Représenter et interroger les rapports interespèces, Université de Montréal, 12 avril 2018.
  • « La Bête. Histoire de poils de peurs (de la mythologie grecque à la culture judéo-chrétienne) », conférence publique dans le cadre du cycle « Histoire des mythes », Université du temps libre, Bordeaux, 16 janvier 2018.
  • « Face à Méduse. Histoire d’une reconnaissance inquiète », conférence publique, Université de York, Toronto, octobre 2017.
  1. Articles et comptes-rendus sur les arts (courte sélection)
  • « Le théâtre du monde, l’art de se mettre en scène (sur l’exposition Devant le palais du Moi de Shary Boyle) », Vie des arts,  no 269, hiver 2023.
  • (avec Bertrand Rouby), « Les fantasmes à l’œuvre en histoire de l’art : retour sur Le devenir-femme des historiens de l’art – Michaël Fried et Georges Didi-Huberman de Katrie Chagnon »,  Vie des arts,  no 269, hiver 2023.
  • Recension sur Zanele Muholi, Somnyama Ngonyama. Salut à toi, Lionne noire !, Vie des arts,  no 263, été 2021.
  • « L’art, le vivant et le territoire « : la 5e Biennale d’art contemporain autochtone » (avec Émilie Granjon), Vie des arts, no 259, été 2020.
  • « De l’effet au kairos : Edward Hopper à la Fondation Beyeler », Vie des arts, n no 259, été 2020.
  • « Récits mythiques dans l’art : entre spectacle et devoir de mémoire », dans dossier « Récits mythologiques et temps confondus », Vie des arts, no 258, printemps 2020, p. 36-39.
  • « Féminin-animal-astral : Kiki Smith à la Monnaie de Paris », Vie des arts, n°257, hiver 2020, p. 58-60.
  •  « Une époque à écrire : la 58e Biennale de Venise », Vie des arts, n° 256, automne 2019, p. 52-55.
  • « Fernand Khnopff, l’art de l’absence », Vie des arts, n° 254, printemps 2019, p. 57-59.
  • « Du salon au musée. La revanche des fleurs » dans dossier « L’art et le végétal », Revue Quatre-Temps (Jardin botanique de Montréal), vol. 42, no 3, décembre 2018, p. 40-43.
  • « Kent Monkman. À la conquête de Paris », Vie des arts, n° 252, automne 2018, p. 57-59.
  • « La langue de l’intime (sur la 4e Biennale d’art contemporain autochtone) », Vie des arts, n° 251, été 2018.
  1. Chapitres de livres et articles en littérature (récents)
  • « Entre conte et poème : la verte malédiction dans La dévoration des fées de Catherine Lalonde », dans Marie-Hélène Larochelle, Méchancetés. Ses expressions protéiformes dans la littérature du XVIIe siècle à aujourd’hui, Québec, Presses universitaires de Laval, coll. « Littérature et imaginaire contemporain », p. 129-145, 2021.
  • « Des morts qui marchent parmi les ruines du temps (mythe et philosophie) » dans Jérôme-Olivier Allard, Marie-Christine Lambert-Perreault et Simon Harel (dir.), La mort intranquille. Autopsie du zombie, Québec, Presses universitaires de Laval, p. 23-42, 2020.
  • « À la croisée de la légende et du mythe : La bête du Gévaudan d’Élie Berthet » (préface) dans Élie Berthet, La bête du Gévaudan, Limoges, Les ardents éditeurs, 2018, p. 9-30.
  • « Élémentaire, mon cher Jekyll. Quand Steven Moffat revisite deux mythes littéraires » dans Marie-Christine Lambert-Perreault, Jérôme-Olivier Allard, Elaine Després et Simon Harel, Télé en séries, XYZ éditeur, coll. « Théorie & littérature », 2017, p. 207-223.

 

  1. Articles de dictionnaire
  • « Calendriers » dans le Dictionnaire Tolkien (dir. Vincent Ferré), Paris, CNRS Éditions, 2012 p. 95-96 / réédité chez Bragelonne, 2019.
  • « Gollum » dans le Dictionnaire Tolkien (dir. Vincent Ferré), Paris, CNRS Éditions, 2012, p. 249-251/ réédité chez Bragelonne, 2019.
  • « La légende de Sigurd et Gudrún » dans le Dictionnaire Tolkien (dir. Vincent Ferré), Paris, CNRS Éditions, 2012, p. 358-360/ réédité chez Bragelonne, 2019.
  • « Monstres » dans le Dictionnaire Tolkien (dir. Vincent Ferré), Paris, CNRS Éditions, 2012, p. 513-415/ réédité chez Bragelonne, 2019.
  • « Les matins habitables (Gérald Leblanc) » dans Dictionnaire des œuvres littéraires de l’Acadie des Maritimes (dir. Janine Gallant et Maurice Raymond), Sudbury, Prise de parole, 2012, p. 179-180/ réédité chez Bragelonne, 2019.