Archives par étiquette : musique

Parution: Fantasy et imaginaire (Mundus Fabula)

Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat (dir.), “Fantasy et imaginaire”, Mundus Fabula, Dossier thématique, 2022.

Après trois éditions des ateliers-séminaires Loisirs et imaginaires, publiés sous forme de dossiers sur Mundus Fabula, le quatrième temps de réflexion autour de cette thématique globale a porté sur “Fantasy et imaginaire”. Inscrits dans le cadre de l’ANR Aiôn, ces rencontres se tiennent au laboratoire C3S. Elles permettent d’inviter des collègues à présenter leurs travaux puis à échanger collectivement, à l’aide d’une table ronde. 

Fantasy et imaginaire sont deux termes intimement liés, notamment en études littéraires. L’enjeu de l’atelier-séminaire 2021 était de faire dialoguer ces deux notions à l’aide de terrains de recherche aussi bien issus de la littérature que des sciences sociales. Plus spécifiquement, l’accent a été mis sur l’usage fait des fictions dans le champ des loisirs. Les imaginaires ainsi (re)produits au cours des temps ludiques et/ou festifs ont pu être étudiés par chacun des intervenants, dans des pratiques aussi diverses que les re-créations (d’univers fictionnels), la scénographie dans un festival metal ou les jeux vidéo. Avant leur publication, les textes ont tous fait l’objet d’une double expertise.

Sommaire

– Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Introduction : Fantasy et imaginaire. Mobiliser l’imaginaire pour expérimenter la fiction

– Sébastien Wit, L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise

– Laura Martin-Gomez, Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien

– Marie Kergoat, S’escrimer au sabre laser : une arme fictionnelle peut-elle devenir une réalité martiale ? 

– Corentin Charbonnier, Les fictions dans l’univers metal : de la musique à la scénographie du Hellfest

Séminaire: “Fantasy et imaginaire”

Le 4e volet du séminaire “Fantasy et imaginaire“, organisé par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, se tiendra à l’Université de Besançon le vendredi 24 septembre 2021.

Ancrés dans le champs littéraire, les écrits fantasystes contribuent à produire des imaginaires collectifs. « Surnaturel naturalisé »1, la fantasy induit, en premier lieu, un effort d’imagination de la part des auteurs, comme des récepteurs. Ces narrations s’appuient sur des mondes « primaires »2 et, plus encore, sur les façons dont les acteurs sociaux perçoivent la réalité sociale et la transforment (ou la réinventent).
L’imaginaire mobilisé dans la fantasy repose ainsi sur des processus de création et d’appropriation : le genre fantasyste devient un prétexte favorisant une dynamique de l’imaginaire à travers la production de « mondes » fictionnels. D’autre part, lorsque ces mondes ainsi narrés entrent dans la culture populaire (par exemple les fictions pensées par J. R. R. Tolkien, les mythes remis au goût du jour, etc.), les oeuvres de fantasy deviennent des supports structurants permettant de comprendre des pratiques culturelles (succès de films, pratiques ludiques ou sportives, etc.).
Afin d’interroger la dialectique du concept d’imaginaire qui oscille entre cadre structurant et dynamique créatrice3, l’analyse des usages de la fantasy dans le champ des loisirs (ludiques, sportifs, culturels, musicaux, etc.) semble se révéler pertinente. À travers des exemples de terrain et/ou de corpus, l’objectif de cet atelier-séminaire est de participer à la production d’une définition de l’imaginaire pour l’analyse de pratiques sociales prenant place dans le champ des loisirs.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Introduction : les loisirs, entre imaginaire et fantasy – Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Université de Franche-Comté

Session 1 : communications
9h45 : S’escrimer au sabre laser : quand un imaginaire de la pop- culture s’incarne dans la réalité martiale – Marie Kergoat, Université Rennes II, Laboratoire des imaginaires.
10h15 : Les fictions dans l’univers musical metal – Le cas du Hellfest Open Air Festival – Corentin Charbonnier, Université de Tours
10h45 : Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de Tolkien – Laura Martin-Gomez, Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures
11h15 : L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise – Sébastien Wit, Université Picardie Jules Verne
11h45 : Échanges et discussions
12h : pause déjeuner


Session 2 : table ronde
Fantasy, fiction, recréation et imaginaire
14h-16h : échanges, réflexions et débats – Corentin Charbonnier, Valérie Cruzin, Laurent Di Filippo, Sébastien Haissat, Marie Kergoat, Laura Martin-Gomez, Orlane Messey, Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Wit.
16h : conclusions de la journée

Détails: UFR STAPS, bâtiment 3, salle 1301, Besançon, Université de Franche-Comté – Laboratoire C3S (EA 4660) – Axe 2 « MIC », ANR Aiôn.

Comité scientifique de cette édition
Anne Besson, Pr. en littérature générale et comparée, U. d’Artois
Justine Breton, MCF en littérature française, U. de Reims Champagne-Ardenne
Noémie Budin, Dr. en littérature française, Aiôn
Laurent Di Filippo, MCF en Sciences de l’information et de la communication, U. de Lorraine
Sébastien Haissat, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté
Audrey Tuaillon Demésy, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté

Tous les détails sont sur le site de l’ANR Aiôn.

Appel: Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux“, ouvrage dirigé par Anne Chassagnol.

Date limite: 1e septembre 2021

Date prévue pour le rendu d’article: mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Les thématiques de chapitres pourront être en lien avec les aspects suivants :

1. Contes de fées et arts visuels

Féérie et mouvements artistiques (Romantisme, art nouveau, art déco, art brut…)

La fée dans la peinture XIXe (Victorian Fairy Painting, Préraphaélisme)

Contes de fées et art contemporain (P. Rego, K. Smith, Y. Kusama …)

Artistes féeriques (H. Füssli, W. Crane, G. Doré, Y’Dargent, A. Rackham, R. Dadd, R. Doyle, E. Dulac, V.F. Sterrett, K. Nielsen, T. Jansson, R. Dautremer, F. Ducassé)

Illustration de contes de fées (enluminures, livres illustrés, livres d’étrennes, couvertures, reliures)

La fée au cinéma (G. Méliès, W. Disney, T. Burton, Studio Ghibli)

Féerie et photographie (photomontage, spiritisme, réalisme)

Fées et publicité (affiches, spots, logos, marques)

Fées, bande dessinée, comics et roman graphique

Fées et animation (cartoonswebtoonsscanimationstopmotion)

Féerie et architecture (cabanes, châteaux, monuments, sculptures, bâtisseurs féeriques)

2. Féérie et arts vivants

Le conte de fées au théâtre (pantomimes, marionnettes, décors, accessoires)

Féérie et spectacle vivant (scénographie, tableaux vivants, décors)

La fée en musique (opéra, comédie musicale, livrets, pop musique, rap…)

Féerie et arts urbains (street art, graffiti, videomapping, illuminations)

Contes de fées et danse (comédies-ballets, ballets romantiques, chorégraphies)

Féérie et arts du cirque

Féerie et arts invisibles (performance sonore, olfactive ; effets spéciaux, trucages)

3. Féérie et arts décoratifs

Contes de fées et textiles (tapisserie, ameublement, quilt)

Féérie et joaillerie

Féérie, enluminure, miniature, vitraux

Féérie et typographie

Féérie et porcelaine (poupée, vases, vaisselle)

Le conte de fées et la mode : arts textiles, stylisme

4. Féérie et autres disciplines artistiques

Contes et botanique : jardin, horticulture, art topiaire, grotte, folies, land art

Féérie et arts corporels : tatouage, maquillage

Féérie et gastronomie

Taxidermie, objets et curiosités féeriques

Contes de fées et fan art

Féérie et arthérapie

 

Les propositions de chapitres (500 mots + titre) ainsi qu’une courte notice bio-bibliograhique sont attendues pour le 1e septembre 2021 aux deux adresses suivantes:

anne.chassagnol [at] univ-paris8 [dot] fr et esthetiquefeerique [at] gmail [dot] com

Parution : Le Moyen Âge mort-vivant

Revue en ligne TrOPICS n°9, “Le Moyen Age mort-vivant”, dir. Marc Arino et Anne-Cécile Koenig

https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-9

Introduction (Anne-Cécile Koenig-Le Ribeuz avec la participation de Marc Arino)

Estelle Doudet,
Hantologies médiévales : les écritures du spectacle face à l’archéologie des média

Daisy de Palmas Jauze
Le dragon, support de communication médiatisé et intermédialisé

Camilia Gélinas
Entre conservation et mise à mort : le sort de la senefiance dans Claris et Laris

Léo-Paul Blaise
Les chansons de geste et leurs mises en prose : images et survivance d’une médialité vocale

Florian Dimeck
Faire du livre un spectacle : Le Chasteau de labour de Pierre Gringore ou l’actualisation du récit allégorique à la fin du Moyen Âge

Julien Louis
Le gisant gothique : une image à comprendre, XVIe-XXe siècles

Stéphane Fossard
Vision romantique de la danse macabre

Vivien Féasson
La fantasy archaïsante survit-elle à la traduction ?

Jean-François Poisson-Gueffier
« L’éternité vient nous parler et il faut l’écouter » (I, 33). Résurgences médiévales et écriture mythique dans Kopernikus : Rituel de la mort

Anne Ibos
Les musiques de films « médiévaux » : de l’abstraction à la recomposition

Justine Breton
« I’m not dead yet » : les séries médiévalistes ou le moyen de repousser la mort

 

Parution : The Cambridge Companion to Medievalism

The Cambridge Companion to Medievalism, dirigé par Louise D’Arcens, Cambridge, Cambridge University Press, février 2016

cambridge medievalism

Medievalism – the creative interpretation or recreation of the European Middle Ages – has had a major presence in the cultural memory of the modern West, and has grown in scale to become a global phenomenon. Countless examples across aesthetic, material and political domains reveal that the medieval period has long provided a fund of images and ideas that have been vital to defining ‘the modern’. Bringing together local, national and global examples and tracing medievalism’s unpredictable course from early modern poetry to contemporary digital culture, this authoritative Companion offers a panoramic view of the historical, aesthetic, ideological and conceptual dimensions of this phenomenon. It showcases a range of critical positions and approaches to discussing medievalism, from more ‘traditional’ historicist and close-reading practices through to theoretically engaged methods. It also acquaints readers with key terms and provides them with a sophisticated conceptual vocabulary for discussing the medieval afterlife in the modern.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur http://www.cambridge.org/tz/academic/subjects/history/regional-history-1500/cambridge-companion-medievalism?format=PB

Table des matières :

Introduction: medievalism: scope and complexity / Louise D’Arcens

  1. Medievalism in British poetry /Chris Jones
  2. Medievalism and architecture /John M. Ganim
  3. Medievalism and cinema /Bettina Bildhauer Continuer la lecture

Colloque: “Les troubadours”

“Les Troubadours, un art poétique et musical”

Jeudi 1er octobre, Fondation Singer-Polignac

(43 avenue George Mandel, 75016 Paris)

Ouverture du colloque par Michel Zink à 10h ; table ronde “Interpréter les troubadours aujourd’hui” à 15h15…

Sur inscription via le site www.singer-polignac.org

 

Image : mélodie de Peire Vidal (1183-1205)