Archives par étiquette : musique

Appel à communications : Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge

Le colloque “Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge” se déroulera les 26 et 27 septembre 2024 à l’Université catholique de l’Ouest à Angers.

Date limite d’envoi des propositions : 15 juin 2024.

 

Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS/CESCM de Poitiers)

Oreste Floquet (Université de Rome-La Sapienza)

Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique de l’Ouest, Angers)


Comité scientifique :

Vladimir Agrigoroaei (CNRS/CESCM de Poitiers)

Gisèle Clément (Université de Montpellier)

Luca Gatti (Université de Rome-La Sapienza)

Nathalie Le Luel (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Delphine Pasques (Sorbonne Université)

Isabelle Ragnard (Sorbonne Université)

Jehanne Roul (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Federico Saviotti (Université de Pavie)

Vasco Zara (Université de Rouen)

Si la chanson du Moyen Âge n’a eu de cesse d’influencer la création musicale depuis la Renaissance, comme l’a montré notamment John Haines, les réappropriations des répertoires chantés à l’époque contemporaine sont encore un domaine assez peu exploré. Les études sur le médiévalisme ont trouvé leur place dans le milieu académique anglo-saxon depuis les années 70 et interrogent autant nos connaissances de la période médiévale qu’elles alimentent la réflexion sur notre monde contemporain et ses représentations. Elles sont également très présentes dans la recherche francophone depuis une vingtaine d’années. Toutefois, la dimension musicale reste assez peu explorée et rares sont les musicologues à avoir investi ce champ disciplinaire qui se situe aux confins de différentes pratiques culturelles, et touche en particulier le vaste domaine de l’interprétation musicale. L’étude du médiévalisme musical convoque ainsi tout autant les problématiques des études de la performance que celles de l’histoire des représentations ou des reconstructions des paysages sonores du passé émanant du développement des sound studies.

Ce colloque invite à la mise en commun de toutes approches visant à dresser un état des lieux de la notion de réappropriation, appliquée aux répertoires chantés, de ses premières attestations notées en Occident jusqu’au début du xve siècle. Il s’agira donc d’étudier différents contextes et pratiques contemporaines dans lesquelles la musique vocale médiévale prend place, en tant qu’objet premier ou simple référent.

Les communications pourront s’articuler selon l’un ou plusieurs des axes suivants :


  1. Les réappropriations des corpus chantés médiévaux dans la démarche artistique des musiciens contemporains, qu’ils soient professionnels ou amateurs, investis dans une recherche d’authenticité ou dans la recréation d’un imaginaire médiéval. Les objets d’études peuvent être constitués d’enregistrements, de captations, de retours d’expérience ou tout autre support faisant état d’une situation de performance et permettant de mesurer la distance entre la source et sa recréation pour un public contemporain.

  2. L’étude des représentations suscitées par les répertoires vocaux du Moyen Âge dans des productions culturelles contemporaines relevant de différents domaines artistiques (littérature, cinéma, jeux vidéo, bande dessinée) ou manifestations (spectacles, festivals). Les champs ouverts à la réflexion portent sur l’incarnation des acteurs des pratiques chantées, la mise en scène de leurs contextes et espaces d’interprétation comme sur les choix inhérents aux répertoires eux-mêmes.

  3. L’analyse des dispositifs de médiation portant sur les répertoires chantés médiévaux permettant d’observer comment se construit un meta-discours, avec ses représentations implicites et ses enjeux propres en fonction du public visé. Les supports à envisager sont divers, qu’ils soient à destination du grand public (sites internet, jaquettes de disques, émissions de télévision, articles de presse, programmes de concert, etc.) ou adaptés à des situations plus spécifiquement pédagogiques (manuels scolaires, supports pédagogiques, conférences, stages). Les perspectives d’études pourront alors interroger les champs de la sociologie de la culture, des sciences de l’information et de la communication ou de la linguistique.

Certaines communications pourront être publiées dans la revue en ligne Textus & Musica. Des possibilités de financement seront étudiées au cas par cas, pour les communicants ne bénéficiant pas de l’aide d’un laboratoire de recherche.

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la revue textusetmusica [at] ml.univ-poitiers.fr avant le 15 juin 2024.

Appel à communications : Faire vivre la chanson de geste, poumon de la littérature médiévale

La journée d’étude “Faire vivre la chanson de geste, poumon de la littérature médiévale“, organisée par le laboratoire LARSH, se déroulera à l’Université Polytechnique Hauts-de-France de Valenciennes, le 21 novembre 2024.

Date limite d’envoi des propositions : 19 février 2024.

“Si les Français n’ont pas la tête épique, 

cela ne les empêche cependant pas de faire des épopées.”

Théophile Gautier, Revue des deux mondes, 1841 

La chanson de geste constitue un matériau narratif vivant par essence. La dénomination même interrogera le néophyte qui y verra sans doute un chant accompagné de gesticulations. Aussi, nous pouvons lire dans l’épopée médiévale l’accomplissement d’un récit empreint de voix. Le grand genre épique a marqué la littérature française par sa forme narrative tout autant que ses qualités oratoires, tel un poumon textuel. La respiration du récit devient rapidement une source d’inspiration puisqu’aux carrefours d’influences européennes, la matière de France s’inscrit dans une dynamique créative et innovante, et saura se renouveler tout au long du Moyen Âge. La puissance narrative et stylistique est capable d’innerver tout un champ littéraire, et si le déclin est définitif à la Renaissance, le genre gardera les marques d’une composition remarquable. 

Dans une perspective relativement large, l’objectif de cette journée d’étude est de questionner le genre de la chanson de geste et ses possibilités. À l’aune d’une littérature française foisonnante, le genre épique pose des jalons. La métaphore physiologique nous semble une approche intéressante en ce sens où elle sous-tend plusieurs axes d’étude : la musicalité et la performance corporelle, la mouvance et la réception, ou encore la production de textes. À l’heure où la chanson de geste peut encore être redécouverte – les éditions et traductions foisonnent depuis plusieurs décennies – et rencontrer de nouveaux lecteurs enthousiastes, les Français auraient donc bien la tête épique !

Axe 1 : Le succès des chansons de geste au Moyen Âge, comme matières à (re)modeler et à mettre en voix 

Cet axe d’étude propose d’évaluer la portée des récits épiques dans leur entourage littéraire. Comment la matière épique devient matière d’inspiration ? Comment les écrivains contemporains et postérieurs au genre réinventent-ils cette matière ? Comment les chanteurs de geste eux-mêmes s’approprient-ils le matériau épique ? Nous pourrons également interroger la capacité pour un récit non épique de le devenir.

Axe 2 : Le rythme et le souffle épiques

Une entrée stylistique permettrait d’évaluer les virtuosités de l’écriture épique. Empreinte d’une force vivante, les performances de la voix et la musicalité mettraient en lumière la sonorité, voire la corporalité, inhérentes à l’écriture épique. Les formules, les clichés, les effets d’échos d’une chanson à l’autre méritent d’être pensés tels une colonne vertébrale de l’écriture. L’étude du transfert de cette musicalité épique vers les mises en prose offrirait une approche complémentaire.

Axe 3 : Les influences dans la littérature française

Quel devenir pour le genre épique ? La possibilité d’observer de près les trésors évanescents de la littérature épique, qu’ils s’agissent des chansons de seconde génération ou des mises en prose, est également proposée. La réception et la signification donnée a posteriori aux chansons de geste questionnent. Dans quelle mesure ce genre aurait-il été victime de son succès, même au-delà du Moyen Âge ?

Les propositions de communication, de 300 mots maximum, accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF, avant le 19 février 2024, à l’adresse suivante : justine.durand [at] uphf.fr (Justine Dockx).

— 

Comité scientifique :

Emanuele Arioli, Université Polytechnique Hauts-de-France, LARSH

Justine Dockx, Université Polytechnique Hauts-de-France, LARSH

Jean-Charles Herbin, Université Polytechnique Hauts-de-France, LARSH

François Suard, Université Paris-X-Nanterre.

— 

Bibliographie indicative 

BASTIDE, Mario : « Les actes de parole dans Aliscans », L’Information Littéraire, 45/5, 1993, pp. 5-13.

BUSBY, Keith : « Performance, trahison, espionnage », Moyen Âge, 121, 2015 (3-4), pp. 663-676.

DUGGAN, Joseph J. : « Performance and transmission, aural and ocular reception in the twelfth and thirteenth century vernacular literature of France », Romance Philology, 43, 1989, pp. 49-58.

Le Souffle épique. L’esprit de la chanson de geste, éd. Sylvie BAZIN-TACCHELLA, Damien DE CARNÉ et Muriel OTT, Dijon, Éditions Universitaires (coll. Écritures), 2011.

LEUPIN, Alexandre : « Les pompes funèbres de l’oralité : féodalité dans les Serments de Strasbourg et la Chanson de Roland », PRIS-MA, XXII (1-2), n° 43-44, 2006, pp. 87-98.

MÖLK, Ulrich : « Remarques philologiques sur les gestes autoréférentiels du narrateur dans les premières chansons de geste », Das Potenzial des Epos. Die altfranzösische Chanson de geste im europäischen Kontest, éd. Susanne FRIEDE et Dorothee KULLMANN, Heidelberg, 2012, pp. 43-51.

SCHOYSMAN, Anne : « Voix d’auteur, voix de copiste dans la mise en prose : le cas de David Aubert », Rencontres du vers et de la prose : conscience théorique et mise en page, éd. Catherine CROIZY-NAQUET et Michelle SZKILNIK, Turnhout, Brepols, 20015, pp. 49-60.

STEVENS, John : « Reflections on the Music of Medieval Narrative Poetry », The Oral Epic : Performance and Music, éd. Karl REICHL, Berlin, Verlag für Wissenschaft und Bildung, 2000, pp. 233-248.

SUARD, François : « Conclusions », L’épopée ; mythe, histoire, société, éd. Jean-Pierre MARTIN et François SUARD, Paris, Centre des Sciences de la littérature, Université de Paris X-Nanterre, 1996, pp. 123-130.

ZUMTHOR, Paul : La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Seuil, 1987.

ZUMTHOR, Paul : La Poésie et la voix dans la civilisation médiévale, Paris, P.U.F., 1984.

 

Tous les détails sont disponibles sur le site du laboratoire organisateur.

Parution : S’évader au Moyen Âge

Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton (dir.), S’évader au Moyen Âge. Entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire, Autun, VIII éditions, 2022.

Cet ouvrage reprend les actes du colloque “S’évader au Moyen Âge“, qui s’était déroulé à Autun en octobre 2021 en partenariat avec Modernités médiévales.

Qu’il s’agisse de rejouer des batailles de fantasy en GN, de dévorer des mets rôtis lors d’une fête médiévale dans une logique toute carnavalesque, de re-créer des gestes techniques en lien avec l’artisanat de l’époque ou de raconter des histoires de princesses et de chevaliers, le Moyen Âge reste associé dans l’imaginaire collectif à une notion de plaisir. Cette facette semble à l’opposé de celle qui associe également la période médiévale aux qualificatifs « sale » et « obscur ». En réponse à un Moyen Âge repoussant, il est en effet possible de « partir en vacances » au Moyen Âge comme l’on voyagerait dans un pays lointain, à la fois dépaysant et familier. Le médiévalisme offre justement une porte d’entrée privilégiée dans cette période réinventée ou ressuscitée.

Dans la continuité de plusieurs colloques et publications portant sur la thématique de la résurgence du Moyen Âge au XXIe siècle, cette étude propose de mettre l’accent sur les manières dont cette époque est utilisée pour proposer une rupture avec le quotidien. Se posent alors les questions suivantes : comment et pourquoi choisit-on de s’évader au Moyen Âge ? Comment et pourquoi cette période joue-t-elle particulièrement un rôle d’échappatoire face au quotidien ?

Grâce à une présentation générale et dix chapitres issus de domaines variés – littérature, histoire, sciences sociales, sciences de l’information et de la communication, linguistique… – et croisant les méthodes et les sujets d’étude, cet ouvrage analyse les nombreuses façons dont le Moyen Âge est aujourd’hui vécu et réinventé pour enclencher l’évasion, pensée et/ou corporelle, dans un autre temps.

Table des matières

INTRODUCTION : S’ÉVADER AU MOYEN ÂGE : DU CHEMIN DE TRAVERSE À UNE LIBERTÉ CONDITIONNELLE ? Justine Breton et Audrey Tuaillon Demésy

PARTIE 1. BRICOLER LE MOYEN ÂGE
CHAPITRE 1. BAUDOLINO OU L’ÉCHAPPÉE MÉDIÉVALISTE D’UMBERTO ECO. Jonathan Fruoco
CHAPITRE 2. MÉDIATIONS LUDIQUES ET RÉCEPTIONS MÉDIÉVALISTES : COMMENT S’ÉVADER AU XIIIe SIÈCLE AU MUSÉE DES BASTIDES DE MONFLANQUIN ? Patrick Fraysse et Muriel Molinier
CHAPITRE 3. LES LANGUES ET CULTURES CELTIQUES À L’OEUVRE DANS THE WITCHER. Manon F. Metzger

PARTIE 2. LE MOYEN ÂGE VÉCU
CHAPITRE 4. LE MOYEN ÂGE RÊVÉ DE NIKOLAJ EVREINOV : UN OUTIL POUR PENSER
L’ÉVASION MÉDIÉVALISTE ? Louise Putov
CHAPITRE 5. LA RÉCRÉATION VIDÉOLUDIQUE AU SERVICE DU MÉDIÉVALISME : LE CAS DE THE WITCHER 3 : WILD HUNT. Clémence Huguet
CHAPITRE 6. DES USAGES DU MÉDIÉVALISME EN FORÊT DE BROCÉLIANDE : TOPOGRAPHIE ARTHURIENNE ET PRATIQUES PSYCHOCORPORELLES. Mélie Fraysse et Odile Parsis-Barubé
CHAPITRE 7. LA RECONSTITUTION DU COMBAT DU MOYEN ÂGE, ENTRE SPECTACLE, SPORT ET ART MARTIAL. Olivier Dupuis

PARTIE 3. S’ÉVADER AILLEURS : LE TEMPS ET L’ESPACE COMME OUTILS POLITIQUES
CHAPITRE 8. LE MOYEN ÂGE DE MYRATH, ONIRISME ET RÉAPPROPRIATION CULTURELLE
DANS LA MUSIQUE METAL TUNISIENNE. Tasnime Ayed
CHAPITRE 9. DU DÉSIR DE DÉCORUM CASTRAL AU SONGE DE DOMINATION FÉODALE : L’ÉCHAPPATOIRE MÉDIÉVALE DANS VA DIRE AU LAC DE PATIENTER DE JEAN-LOUIS BORY. Léo-Paul Blaise
CHAPITRE 10. LA GRANDE ÉVASION ? MOYEN ÂGE ET POLITIQUE DANS LES BANDES
DESSINÉES MÉDIÉVALISTES DE L’ANNÉE 2020. Yoan Boudes et Nicolas Garnier

BIOGRAPHIES DES AUTEURS

 

Séminaire en ligne : The Witcher et l’oeuvre d’Andrzej Sapkowski

A l’occasion de l’anniversaire de la parution en France des aventures du Sorceleur, de l’anniversaire de l’auteur et de la diffusion d’une nouvelle saison de The Witcher sur Netflix, Justine Breton organise un séminaire en ligne ouvert à toutes et à tous, sur “The Witcher et l’oeuvre d’Andrzej Sapkowski“, du 19 au 23 juin 2023.

Lien de connexion : https://univ-reims-fr.zoom.us/j/94747909938?pwd=a2dOSjBvMEhZUXV1U2grTUYvdEkyUT09 (ID de réunion : 947 4790 9938 ; Code secret : 210648)

Les sessions sont organisées du lundi 19 juin au vendredi 23 juin, chaque jour de 17h30 à 19h30, via Zoom.

Programme

Lundi 19 juin : Découvrir The Witcher

Découvrir The Witcher : Échange avec Victor Battaggion et Justine Breton

Le Sorceleur – Des sphères sans Conjonction : le multivers The Witcher : Alain T. Puysségur

 

Mardi 20 juin : Traduire The Witcher et l’œuvre d’Andrzej Sapkowski

Traduire l’œuvre d’Andrzej Sapkowski : Entretien avec Lydia Waleryszak

 

Mercredi 21 juin : Jouer à The Witcher

Plantes, potions, alchimie : la pratique d’un Moyen Âge fantasmé pour appuyer le gameplay : Clémence Huguet

Geralt de Riv, par CD Projekt Red : un héros « cyberpunk » au Moyen Âge ? : Albert Leparc

Trajectoires queer sur le Continent : regards croisés entre histoire(s) et fiction(s) : Flavie Falais

 

Jeudi 22 juin : Entendre The Witcher

À la croisée des mondes sonores de The Witcher : Jérémy Michot

Ceádmil, Wedd Brokiloéne ! : adaptation et traduction des langues celtiques dans l’œuvre de Sapkowski : Manon Metzger

 

Vendredi 23 juin : Vivre l’œuvre de Sapkowski

Des livres aux jeux, le cas de l’escrime dans The Witcher : représentations d’une historicité magique : Marie Kergoat

L’implication polonaise dans les guerres hussites : la Trilogie Hussite entre histoire et roman ? : Sébastien Ginhoux

Conclusion et perspectives : une recherche francophone sur The Witcher ? : Justine Breton

 

Contacts et informations : justine.breton [at] univ-reims.fr

 

Conférence : Musique à Notre-Dame du Moyen Âge à nos jours

Frédéric Billiet mènera une conférence intitulée “Musique à Notre-Dame du Moyen Âge à nos jours” le jeudi 11 mai 2023, de 14h à 15h30, au Campus Nation à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris).

Frédéric Billiet propose une fresque sonore pour montrer comment la cathédrale Notre-Dame a pu être à chaque époque un lieu d’inspiration et d’interprétation musicale.

Depuis l’élévation de son chœur gothique à la fin du XIIe siècle jusqu’à l’incendie de 2019, la musique a joué un grand rôle pour la beauté de la liturgie et le rayonnement artistique de la cathédrale Notre-Dame de Paris. De beaux manuscrits médiévaux témoignent encore des nouvelles polyphonies du Moyen Age, dites de l’école Notre-Dame, qui résonnaient avec les voûtes gothiques au point d’influencer toute l’Europe. De grands compositeurs et organistes se sont succédé pour maintenir ce haut niveau musical porté par une maîtrise d’enfants jusqu’à la Révolution. Sous d’autres formes d’organisation, la musique a repris ses droits de nos jours dans ce monument devenu aussi un lieu de concert. 

Frédéric Billiet est professeur en musicologie médiévale à Sorbonne Université depuis 2002. Spécialiste de la musique du XVe siècle dans le Nord de la France, il dirige le programme d’iconographie musicale médiévale Musiconis au sein de l’Institut de recherche en musicologie (UMR IReMUS). Il est aussi membre de l’Institut Collegium Musicae, travaille régulièrement avec le Sorbonne Center for Artificial Intelligence (SCAI) et préside l’association scientifique Iconostalla regroupant les experts sur les stalles médiévales. Il a publié des ouvrages et de nombreux articles sur la vie musicale en Picardie, les paysages sonores et les représentations de la musique dans les stalles médiévales.

Accès :10 €.

Détails et réservations sur le site de la Sorbonne Nouvelle.

 

Parution : Arthur transmédial

Emanuele Arioli et Brigitte Friant-Kessler, Arthur transmédial. La légende du roi Arthur entre cinéma, séries, arts graphiques, musique et jeux, éditions Hermann, 2023.

La légende du roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde a connu un renouveau grâce à la culture de masse, devenant résolument « transmédiale ». Aujourd’hui, elle circule aussi bien dans le cinéma et les séries télévisées que dans la bande dessinée, la musique et même l’univers des jeux. C’est à travers ces domaines que ce livre aborde les productions liées à la légende du roi Arthur pour interroger les mécanismes de transposition à d’autres médias, et les manières dont ces vieilles histoires dialoguent avec le monde contemporain. Il suit le destin transmédial de certains héros arthuriens – comme Arthur, Merlin, Guenièvre, la fée Morgane et la Dame du Lac – ainsi que des éléments et des thèmes emblématiques du mythe, tels que le Graal et l’épée Excalibur, ou les guerres livrées par le roi conquérant, le merveilleux breton, les figures féminines des fées et des reines. Légende malléable par excellence, elle a été réinvestie – à chaque époque, dans chaque contexte et dans chaque média – de sens sans cesse renouvelés.

Avec les contributions de : Emanuele Arioli, Anne Berthelot, William Blanc, Justine Breton, Hélène ­Cordier, Maxime Danesin, Pierre Degott, Pierre-Alexis Delhaye, Christine ­Ferlampin-Acher, Brigitte Friant-Kessler, Sandra Gorgievski, Nadège Le Lan, ­Anne-Lise ­Marin-Lamellet, Isabelle Olivier, Jean-François Poisson-Gueffier, Emmy Ribet, Vincent Vivès.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Journée d’études : Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui

La journée d’études “Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui”, organisée par Vincent Brejard et Adeline Duperray, se déroulera le mardi 14 mars 2023 à Aix-en-Provence, salle de colloque 1, Pôle multimédia, Maison de la Recherche.

Matinée : pérennités littéraires de l’imaginaire arthurien

8 h 30 Accueil

9 h 00 Le mot d’introduction des organisateurs

9 h 15 Michèle GALLY : « Le royaume arthurien ou l’échec des utopies »

10 h pause

10 h 15 Elodie BURLE : « Arturus next : d’un Arthur à l’autre »

11 h 00 Francesca MANZARI : “J.R.R. Tolkien et la légende arthurienne : des questions d’amour”

12 h pause déjeuner

Après-midi : les jeux de l’imaginaire arthurien

14 h 00 : Bernard JEANNOT-GUERIN : « La vivacité des clichés ou l’imaginaire arthurien en mouvements dans la comédie musicale française »

14 h 45 : Laurent-Sébastien FOURNIER : « Le tournoi, entre imaginaire littéraire et réalité ethnographique »

15 h 30 : Pause

15 h 45 : Audrey TUAILLON DEMESY : « De l’écrit au vécu : l’usage des légendes arthuriennes en reconstitution historique. »

 

Contact organisateurs : Adeline Duperra (adeline.duperray [at] univ-amu.fr) et Vincent Brejard (vincent.brejard [at] univ-amu.fr).

Appel à communications : Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ?

La journée d’études “Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ? Figures historiques et mythiques nordiques dans les cultures contemporaines” se déroulera le 24 novembre 2023 à l’Université de Caen Normandie, à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville (amphithéâtre), à Caen.

Cette journée est organisée par l’équipe ERLIS et le programme de recherche « Figures emblématiques, mythiques et légendaires dans les cultures contemporaines : récits du passé et réinterprétations », en partenariat avec le Festival Les Boréales et la Bibliothèque Alexis de Tocqueville.

Date limite d’envoi des propositions : 21 avril 2023.

La Scandinavie médiévale nous a légué un patrimoine historique et culturel remarquable. Cette période a notamment été marquée par le phénomène viking qui, entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle, a vu un accroissement des contacts et des échanges entre les Scandinaves et les autres Européens. Les vikings ont alors eu une influence déterminante dans le développement historique de nombre de régions du continent et au-delà, la fondation du duché de Normandie en étant un exemple emblématique. À l’époque médiévale, l’Europe du Nord a aussi été le berceau d’une culture matérielle riche, ainsi que d’une littérature florissante. C’est plus particulièrement autour du XIIIᵉ siècle que sont rédigées les œuvres les plus célèbres, telles que les fameuses sagas islandaises, les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus ou encore le corpus mythographique des Eddas.
            À l’époque contemporaine, ce patrimoine est devenu une source d’inspiration inépuisable et l’objet de réinterprétations constantes. Dans l’Europe du Nord du XIXe siècle, le romantisme a notamment fait du Moyen Âge un véritable Âge d’or autour duquel devaient se consolider les identités nationales, tandis que la figure idéalisée du viking devenait l’incarnation de la force, du courage et de l’aventure. Au XXe siècle, la connaissance historique sur le Nord médiéval s’est affinée grâce à une lecture plus critique des sources et à l’apport de l’archéologie, la recherche récente, par exemple à travers la notion de diasporas, permettant d’ailleurs d’envisager les installations vikings non pas comme un phénomène exclusivement perturbateur, mais comme l’occasion de rencontres et d’échanges entre les cultures. Toutefois, cette matière continue de fasciner les contemporains comme le montrent la richesse et la diversité de la production culturelle s’en inspirant. Du film The Northman (2022) au jeu vidéo Assassin’s Creed Valhalla (2020), en passant par l’imagerie du rock metal et la littérature, c’est une multitude de supports qui mobilisent et réinventent cet imaginaire. En particulier, certaines figures historiques, légendaires et mythologiques, telles que Ragnar Lodbrok ou les divinités Odin, Thor et Loki, traversent les époques et le succès rencontré par les productions les mettant en scène — la série Vikings entre 2013 et 2020, les films Marvel… — illustre l’intérêt continu que le public leur porte. Dans le même temps, en écho avec les questions de société, la matière du Nord médiéval est également le support de réflexions et de débats toujours renouvelés, en témoignent les récentes discussions sur l’existence supposée de femmes-guerrières à cette époque à la suite de la réévaluation des données archéologiques. 
            Cette journée d’étude se propose d’explorer les divers usages et réinterprétations des vikings et de la littérature scandinave médiévale à notre époque, aussi bien en envisageant leur place dans la production culturelle que leur évocation dans les débats sociétaux et historiographiques actuels. Pourquoi cette matière continue-t-elle de fasciner ? Comment les figures historiques et mythiques issues du Moyen Âge scandinave évoluent-elles et sont-elles réactualisées ?  Quel sens et quelle fonction leur attribue-t-on aujourd’hui ?
            Les propositions de communication d’environ 400 mots, accompagnées une courte bio-bibliographie, sont attendues au plus tard pour le 21 avril 2023 et à retourner à l’adresse suivante : simon.lebouteiller [at] unicaen.fr.

Retrouvez tous les détails sur le site de l’équipe ERLIS.

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2

Le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques” est organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il est mené par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy.

Après une première journée organisée en visioconférence le 18 février 2022, la deuxième et dernière partie du colloque se déroulera à Arras le samedi 18 février 2023, à l’occasion du Festival Atrebatia, dans la salle du beffroi.

 

Programme: Samedi 18 février 2023, Festival Atrebatia, salle du beffroi

 10h00 : Accueil

10h15 : Introduction, Romain Plichon, Président du Festival

Session 2 : Créatures et communautés de pratiquesPrésidence : Audrey Tuaillon-Demesy

10h30 : « Incarner le Metal. La mise en scène des groupes lors du festival Hellfest », Corentin Charbonnier, Université de Tours

11h : « Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation », Paul Chiozzotto, Argémie, Lyon

11h30 : « “On est des orcs !” Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine. », William Blanc, Université Paris 3

12h : Discussions

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 : Expérimenter l’altérité fantastiquePrésidence : Anne Besson

14h : « Se costumer pour réenchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages », Aurélien Rossanino, Université Aix-Marseille

14h30 : « It’s not for nerds at all !: le cosplay médiévaliste dans les séries US », Justine Breton, Université de Reims

15h : Discussions

15h30 : Pause

16h-17h : Table ronde avec La Compagnie du Dragon Vert, association de reconstitution de la Terre du Milieu, animée par Laura Martin-Gomez, Université d’Artois

17h : Conclusion, Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

17h30 : Fin du colloque

 

Parution: Fantasy et imaginaire (Mundus Fabula)

Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat (dir.), “Fantasy et imaginaire”, Mundus Fabula, Dossier thématique, 2022.

Après trois éditions des ateliers-séminaires Loisirs et imaginaires, publiés sous forme de dossiers sur Mundus Fabula, le quatrième temps de réflexion autour de cette thématique globale a porté sur “Fantasy et imaginaire”. Inscrits dans le cadre de l’ANR Aiôn, ces rencontres se tiennent au laboratoire C3S. Elles permettent d’inviter des collègues à présenter leurs travaux puis à échanger collectivement, à l’aide d’une table ronde. 

Fantasy et imaginaire sont deux termes intimement liés, notamment en études littéraires. L’enjeu de l’atelier-séminaire 2021 était de faire dialoguer ces deux notions à l’aide de terrains de recherche aussi bien issus de la littérature que des sciences sociales. Plus spécifiquement, l’accent a été mis sur l’usage fait des fictions dans le champ des loisirs. Les imaginaires ainsi (re)produits au cours des temps ludiques et/ou festifs ont pu être étudiés par chacun des intervenants, dans des pratiques aussi diverses que les re-créations (d’univers fictionnels), la scénographie dans un festival metal ou les jeux vidéo. Avant leur publication, les textes ont tous fait l’objet d’une double expertise.

Sommaire

– Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Introduction : Fantasy et imaginaire. Mobiliser l’imaginaire pour expérimenter la fiction

– Sébastien Wit, L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise

– Laura Martin-Gomez, Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien

– Marie Kergoat, S’escrimer au sabre laser : une arme fictionnelle peut-elle devenir une réalité martiale ? 

– Corentin Charbonnier, Les fictions dans l’univers metal : de la musique à la scénographie du Hellfest

Séminaire: “Fantasy et imaginaire”

Le 4e volet du séminaire “Fantasy et imaginaire“, organisé par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, se tiendra à l’Université de Besançon le vendredi 24 septembre 2021.

Ancrés dans le champs littéraire, les écrits fantasystes contribuent à produire des imaginaires collectifs. « Surnaturel naturalisé »1, la fantasy induit, en premier lieu, un effort d’imagination de la part des auteurs, comme des récepteurs. Ces narrations s’appuient sur des mondes « primaires »2 et, plus encore, sur les façons dont les acteurs sociaux perçoivent la réalité sociale et la transforment (ou la réinventent).
L’imaginaire mobilisé dans la fantasy repose ainsi sur des processus de création et d’appropriation : le genre fantasyste devient un prétexte favorisant une dynamique de l’imaginaire à travers la production de « mondes » fictionnels. D’autre part, lorsque ces mondes ainsi narrés entrent dans la culture populaire (par exemple les fictions pensées par J. R. R. Tolkien, les mythes remis au goût du jour, etc.), les oeuvres de fantasy deviennent des supports structurants permettant de comprendre des pratiques culturelles (succès de films, pratiques ludiques ou sportives, etc.).
Afin d’interroger la dialectique du concept d’imaginaire qui oscille entre cadre structurant et dynamique créatrice3, l’analyse des usages de la fantasy dans le champ des loisirs (ludiques, sportifs, culturels, musicaux, etc.) semble se révéler pertinente. À travers des exemples de terrain et/ou de corpus, l’objectif de cet atelier-séminaire est de participer à la production d’une définition de l’imaginaire pour l’analyse de pratiques sociales prenant place dans le champ des loisirs.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Introduction : les loisirs, entre imaginaire et fantasy – Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Université de Franche-Comté

Session 1 : communications
9h45 : S’escrimer au sabre laser : quand un imaginaire de la pop- culture s’incarne dans la réalité martiale – Marie Kergoat, Université Rennes II, Laboratoire des imaginaires.
10h15 : Les fictions dans l’univers musical metal – Le cas du Hellfest Open Air Festival – Corentin Charbonnier, Université de Tours
10h45 : Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de Tolkien – Laura Martin-Gomez, Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures
11h15 : L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise – Sébastien Wit, Université Picardie Jules Verne
11h45 : Échanges et discussions
12h : pause déjeuner


Session 2 : table ronde
Fantasy, fiction, recréation et imaginaire
14h-16h : échanges, réflexions et débats – Corentin Charbonnier, Valérie Cruzin, Laurent Di Filippo, Sébastien Haissat, Marie Kergoat, Laura Martin-Gomez, Orlane Messey, Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Wit.
16h : conclusions de la journée

Détails: UFR STAPS, bâtiment 3, salle 1301, Besançon, Université de Franche-Comté – Laboratoire C3S (EA 4660) – Axe 2 « MIC », ANR Aiôn.

Comité scientifique de cette édition
Anne Besson, Pr. en littérature générale et comparée, U. d’Artois
Justine Breton, MCF en littérature française, U. de Reims Champagne-Ardenne
Noémie Budin, Dr. en littérature française, Aiôn
Laurent Di Filippo, MCF en Sciences de l’information et de la communication, U. de Lorraine
Sébastien Haissat, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté
Audrey Tuaillon Demésy, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté

Tous les détails sont sur le site de l’ANR Aiôn.

Appel: Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux“, ouvrage dirigé par Anne Chassagnol.

Date limite: 1e septembre 2021

Date prévue pour le rendu d’article: mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Les thématiques de chapitres pourront être en lien avec les aspects suivants :

1. Contes de fées et arts visuels

Féérie et mouvements artistiques (Romantisme, art nouveau, art déco, art brut…)

La fée dans la peinture XIXe (Victorian Fairy Painting, Préraphaélisme)

Contes de fées et art contemporain (P. Rego, K. Smith, Y. Kusama …)

Artistes féeriques (H. Füssli, W. Crane, G. Doré, Y’Dargent, A. Rackham, R. Dadd, R. Doyle, E. Dulac, V.F. Sterrett, K. Nielsen, T. Jansson, R. Dautremer, F. Ducassé)

Illustration de contes de fées (enluminures, livres illustrés, livres d’étrennes, couvertures, reliures)

La fée au cinéma (G. Méliès, W. Disney, T. Burton, Studio Ghibli)

Féerie et photographie (photomontage, spiritisme, réalisme)

Fées et publicité (affiches, spots, logos, marques)

Fées, bande dessinée, comics et roman graphique

Fées et animation (cartoonswebtoonsscanimationstopmotion)

Féerie et architecture (cabanes, châteaux, monuments, sculptures, bâtisseurs féeriques)

2. Féérie et arts vivants

Le conte de fées au théâtre (pantomimes, marionnettes, décors, accessoires)

Féérie et spectacle vivant (scénographie, tableaux vivants, décors)

La fée en musique (opéra, comédie musicale, livrets, pop musique, rap…)

Féerie et arts urbains (street art, graffiti, videomapping, illuminations)

Contes de fées et danse (comédies-ballets, ballets romantiques, chorégraphies)

Féérie et arts du cirque

Féerie et arts invisibles (performance sonore, olfactive ; effets spéciaux, trucages)

3. Féérie et arts décoratifs

Contes de fées et textiles (tapisserie, ameublement, quilt)

Féérie et joaillerie

Féérie, enluminure, miniature, vitraux

Féérie et typographie

Féérie et porcelaine (poupée, vases, vaisselle)

Le conte de fées et la mode : arts textiles, stylisme

4. Féérie et autres disciplines artistiques

Contes et botanique : jardin, horticulture, art topiaire, grotte, folies, land art

Féérie et arts corporels : tatouage, maquillage

Féérie et gastronomie

Taxidermie, objets et curiosités féeriques

Contes de fées et fan art

Féérie et arthérapie

 

Les propositions de chapitres (500 mots + titre) ainsi qu’une courte notice bio-bibliograhique sont attendues pour le 1e septembre 2021 aux deux adresses suivantes:

anne.chassagnol [at] univ-paris8 [dot] fr et esthetiquefeerique [at] gmail [dot] com

Parution : Le Moyen Âge mort-vivant

Revue en ligne TrOPICS n°9, “Le Moyen Age mort-vivant”, dir. Marc Arino et Anne-Cécile Koenig

https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-9

Introduction (Anne-Cécile Koenig-Le Ribeuz avec la participation de Marc Arino)

Estelle Doudet,
Hantologies médiévales : les écritures du spectacle face à l’archéologie des média

Daisy de Palmas Jauze
Le dragon, support de communication médiatisé et intermédialisé

Camilia Gélinas
Entre conservation et mise à mort : le sort de la senefiance dans Claris et Laris

Léo-Paul Blaise
Les chansons de geste et leurs mises en prose : images et survivance d’une médialité vocale

Florian Dimeck
Faire du livre un spectacle : Le Chasteau de labour de Pierre Gringore ou l’actualisation du récit allégorique à la fin du Moyen Âge

Julien Louis
Le gisant gothique : une image à comprendre, XVIe-XXe siècles

Stéphane Fossard
Vision romantique de la danse macabre

Vivien Féasson
La fantasy archaïsante survit-elle à la traduction ?

Jean-François Poisson-Gueffier
« L’éternité vient nous parler et il faut l’écouter » (I, 33). Résurgences médiévales et écriture mythique dans Kopernikus : Rituel de la mort

Anne Ibos
Les musiques de films « médiévaux » : de l’abstraction à la recomposition

Justine Breton
« I’m not dead yet » : les séries médiévalistes ou le moyen de repousser la mort

 

Parution : The Cambridge Companion to Medievalism

The Cambridge Companion to Medievalism, dirigé par Louise D’Arcens, Cambridge, Cambridge University Press, février 2016

cambridge medievalism

Medievalism – the creative interpretation or recreation of the European Middle Ages – has had a major presence in the cultural memory of the modern West, and has grown in scale to become a global phenomenon. Countless examples across aesthetic, material and political domains reveal that the medieval period has long provided a fund of images and ideas that have been vital to defining ‘the modern’. Bringing together local, national and global examples and tracing medievalism’s unpredictable course from early modern poetry to contemporary digital culture, this authoritative Companion offers a panoramic view of the historical, aesthetic, ideological and conceptual dimensions of this phenomenon. It showcases a range of critical positions and approaches to discussing medievalism, from more ‘traditional’ historicist and close-reading practices through to theoretically engaged methods. It also acquaints readers with key terms and provides them with a sophisticated conceptual vocabulary for discussing the medieval afterlife in the modern.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur http://www.cambridge.org/tz/academic/subjects/history/regional-history-1500/cambridge-companion-medievalism?format=PB

Table des matières :

Introduction: medievalism: scope and complexity / Louise D’Arcens

  1. Medievalism in British poetry /Chris Jones
  2. Medievalism and architecture /John M. Ganim
  3. Medievalism and cinema /Bettina Bildhauer Continuer la lecture

Colloque: “Les troubadours”

“Les Troubadours, un art poétique et musical”

Jeudi 1er octobre, Fondation Singer-Polignac

(43 avenue George Mandel, 75016 Paris)

Ouverture du colloque par Michel Zink à 10h ; table ronde “Interpréter les troubadours aujourd’hui” à 15h15…

Sur inscription via le site www.singer-polignac.org

 

Image : mélodie de Peire Vidal (1183-1205)