Archives par étiquette : Merlin

Parution: Dossier Merlin

La revue La Grande Oreille consacre un dossier à “Merlin“, sous la direction de Karin Ueltschi-Courchinoux, Anne Berthelot et Laurence Hélix.

Merlin, enchanteur, magicien et prophète a présidé à la naissance d’un monde qui nous fascine toujours : celui d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Mais qu’a encore à nous apprendre ce personnage tout à la fois romanesque, historique et légendaire ? Et quelles traces a-t-il laissées, lui, cet éternel conteur et maître de la parole, qui nous invite à prendre conscience du monde fragile qui nous entoure ?

Le sommaire est disponible ici.

Tous les détails et la possibilité de commande sont sur le site de la revue.

Parution : Suites de Merlin

Nathalie Koble, Les Suites du Merlin en prose : des romans de lecteurs. Donner suite, Honoré Champion, coll. Essais sur le Moyen Âge, 2020.

 

Cet ouvrage étudie les procédés de « manuscriture » des ateliers romanesques, à partir du corpus des Suites du Merlin en prose : dernière branche rapportée au sein du Lancelot-Graal, la Suite dite « Vulgate » du Merlin contrecarre en effet toute tentative de clôture. Ces Suites sont placées sous la figure tutélaire de Merlin, le prophète « rassembleur de temps », personnage d’écrivain voué à disparaître. Leurs liens de parentés poétiques et textuels révèlent des usages romanesques – un art, médiéval, de donner suite et de multiplier les mondes dans la mémoire des lecteurs, au Moyen Âge et aujourd’hui. Toute la conclusion, mais aussi la partie théorique, font le lien avec le contemporain. Il est possible de lire ici la table des matières.

 

Parution : L’éducation chez T.H. White

Justine Breton, L’Education chez T.H. White. J’ai appris et été heureux, Paris, L’Harmattan, 2020.

 

L'éducation chez T.H. White J'ai appris et été heureux - broché - Justine  Breton - Achat Livre ou ebook | fnac

“Auteur d’une œuvre riche et variée, d’inspiration largement autobiographique, T.H. White (1906-1964) se revendique d’abord comme un enseignant. Si l’on retient surtout de lui l’adaptation par Walt Disney de son roman de fantasy The Sword in the Stone (Merlin l’Enchanteur), la production littéraire de White est bien plus large et ne semble unifiée que par son goût pour l’éducation. Tout au long de sa carrière comme dans sa vie privée, il s’efforce d’apprendre et de transmettre, accordant autant d’importance à la culture littéraire qu’aux savoir-faire pratiques. Depuis sa scolarité en « public school » jusqu’à ses conférences aux États-Unis, il conçoit l’apprentissage comme un besoin inné et l’enseignement comme une nécessité vitale.”