Archives par étiquette : médiévalisme

Parution : Les grandes figures historiques et leurs fictions entre Orient et Occident

Samir Marzouki et Jouda Sellami (dir.), Les grandes figures historiques et leurs fictions entre Orient et Occident (Moyen Âge-XVIe siècle), Tunis, Déméter-ATTC, 2023.

Les onze contributions de ce volume analysent les modalités de l’inscription de grandes figures historiques ou historicisantes dans l’œuvre littéraire. Issus de la grande histoire du Moyen Âge et du XVIe siècle, ces hauts personnages, d’Orient et d’Occident, font l’objet de représentations diverses, largement tributaires des contextes sociopolitique, littéraire et idéologique qui les mettent en récit, du Moyen Âge à nos jours. La conception du personnage historique de haut rang, son évolution et son transfert d’une œuvre à une autre peuvent passer ainsi à travers les multiples prismes – fictionnel, panégyrique ou légendaire – de la représentation littéraire à la construction mythique.  

Table des matières

Introduction de Jouda SELLAMI 
« La grande figure historique : entre fictionnalisation et mythification » 
Zinelabidine BENAISSA 
« Saint Louis, Tunes et la male gent renoié »       
Samir MARZOUKI 
« Chanson de Roland ou Chanson de Charlemagne ? »   
Michèle GUÉRET-LAFERTÉ 
« Robert Guiscard, un héros épique ? »      
Laurence MATHEY-MAILLE
« Guillaume le Conquérant, entre histoire et légende »      
Jihène AMEUR 
« Shāh Ismā’īl 1er : le roi poète ou l’éloge de soi »      
Inès BEN ZAYED 
« Soliman le Magnifique ou la figure du monarque oriental dans le Cinquième tome des
Histoires tragiques de Belleforest »       
Carine ROUDIÈRE-SÉBASTIEN 
« Quatre auteurs en quête d’un personnage des guerres de religion : Roger de Sarrieu » 
Jouda SELLAMI 
« Représentations des étrangères illustres dans L’émir et les croisés de Alia Mabrouk »  
Tasnime AYED 
« L’héroïne médiévaliste historisante : Daenerys Targaryen comme nouvel archétype »   
Hajer LAHMAR 
« L’amour de loin de Amin Maalouf. L’histoire de Jaufré Rudel entre légende et fiction » 
Sabry NÉJI 
« Itinéraire archéologique du personnage du roi Arthur : entre l’Histoire et Kaamelott » 

Parution : Le mythe littéraire de Saladin

Jouda Sellami, Le mythe de Saladin. Origines et perpétuations du Moyen Âge au début du XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2024.

Vainqueur des croisés à la bataille de Hattîn et conquérant de Jérusalem en 1187, Saladin suscite un mythe littéraire fécond. Cet ouvrage analyse les modalités et les enjeux des représentations du personnage dans la littérature française, du Moyen Âge jusqu’au début du XIXe siècle.

TABLE DES MATIÈRES
Liste des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Introduction. Saladin : la figure historique, incarnation d’un mythe littéraire . . . .  11
Saladin : de l’histoire à la fiction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  13
La diversité des transpositions littéraires . . . . . . . . . . . . . . . .  15
Le mythe littéraire du héros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  20
Pour une analyse de la composition et de l’évolution du mythe littéraire . . . . . . . . . . .  25

Première partie. L’ÉDIFICATION DU MYTHE LITTÉRAIRE AU MOYEN ÂGE
Introduction. De l’impossible reconstitution du mythe primitif . . . . . . . . . . . .  31
La structure du mythe complet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  35
Mythe héroïque et biographie littéraire . . . . . . . . . . . . . . . . .  35
Coalescence avec le mythe de Fortune . . . . . . . . . . . . . . . .  38
Coalescence avec le mythe d’Alexandre. . . . . . . . . . . . . . .  42
La conception d’un mythe fondateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  46
« Le pas de Saladin » ou le déclin héroïque . . . . . . . . . . . . . . .  50
Le péché d’hybris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  50
Saladin et Chavigny : parcours héroïques croisés . . . . . . . . .  53
Des duels défavorables au sultan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  57
Les piliers du mythe médiéval . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Pré-histoire, naissances et généalogies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Naissance du héros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   64
Mythe de la naissance du héros-chevalier . . . . . . . . . . . . . . 68
Annonces épiques et connexions romanesques . . . . . . . . 70
Le cas de l’interpolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Naissance et liens de parenté dans Saladin . . . . . . . . . . 75
Saladin chevalier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
L’Ordene de chevalerie : origines et déclinaisons . . . . . . . . . . . 81
Les étapes de l’adoubement : constantes et écarts . . . . . . . . 90
L’adoubement de Saladin : une aberration ? . . . . . . . . . . . . 93
La conversion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
La leçon des exempla . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
La conversion à l’épreuve de la prouesse chevaleresque . . .  103
Le déroulement de l’auto-baptême . . . . . . . . . . . . . . . . . .  106
La conversion : entre mythe et démythification . . . . . . . .  110
Les sous-mythèmes multiformes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  117
Saladin et les dames chrétiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  117
Saladin et le syndrome de Guillaume d’Orange. . . . . . . . 119
Les reines de France amoureuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  122
Amour et conversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  126
Le voyage incognito et le déguisement . . . . . . . . . . . . . . . . .  130
Deux aventures programmées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  132
Une morale de l’hospitalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  140
Anonymat et reconnaissances tardives . . . . . . . . . . . . . . .  146
Le statut de l’étranger. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  146
Reconnaissance tardive ou différée . . . . . . . . . . . . . . .  147
L’incorporation artificielle du personnage . . . . . . . . . .  148

Deuxième partie. LE MYTHE RÉINVESTI
Introduction. Du médiévisme au médiévalisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  155
La composante mythique dans les récits historicisants et historiques . . . . . . .. . . . . .  161
Citry de la Guette, lector in fabula, et les morales du Grand Siècle . . . . . . . . . . . . .. . .  161
Le manuscrit-source et le projet de Citry . . . . . . . . . . . . .  163
Les mythèmes-piliers remaniés et commentés . . . . . . . . . .  168
La généalogie mythico-romanesque maintenue . . . . . .  168
L’adoubement raconté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  171
La (non-)conversion moralisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  174
Ce que révèle le mythe de Saladin à l’âge classique . . . . . .  180
Saladin dans les récréations historiques du xviiie siècle . . . . .  184
Un genre, deux textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  184
Deux traitements différents du mythe de Saladin . . . . . .  191
Entre histoire, fiction et mythe . . . . . . . . . . . . . . . . .  191
Ce qui reste de l’édifice mythique . . . . . . . . . . . . . . . .  196
Les enjeux de la mise en abyme : lecture affective ou lecture raisonnée . . . . . .  . . . .  201
La biographie et les résistances du mythe . . . . . . . . . . . . . . .  208
Un travail d’investigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  209
Marin et Voltaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  214
Le mythe littéraire en question dans la biographie . . . . . .  220
Les transpositions dramatiques du mythe littéraire . . .  227
La parabole des trois anneaux : du mythe médiéval au théâtre des Lumières . . . .  .  227
L’inscription de la parabole dans l’oeuvre . . . . . . . . . . . . .  231
La réponse livrée par l’oeuvre littéraire . . . . . . . . . . . . . . .  236
L’expression de l’anticléricalisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  240
Le prisme mélodramatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  248
La reprise fantaisiste des motifs du mythe littéraire . . . . .  250
Intrigue pseudo-historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  250
Couleur locale et variation sur les motifs médiévaux. . .  253
Le rôle de Saladin dans le schéma mélodramatique . . . . . .  255
Conclusion générale. Essai d’interprétation d’un cheminement mythique . . . . . . . .  265
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  277
Index des noms propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  305
Index des oeuvres citées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  309

 

Parution : Medievalisms and Russia

Eugene Smelyansky, Medievalisms and Russia. The Contest for Imaginary Pasts, coll. Arc Medievalist, ARC Humanities Press, 2024.

This new monograph devoted to a detailed exploration of the ways in which the medieval past has been wielded to propagandic effect in Imperial, Soviet, and post-Soviet Russia.

From politicians’ speeches to popular culture, from Orthodox Christianity to neo-paganism, the medieval Russian past remains crucial in constructing national identity, mobilizing society during times of crisis, and providing alternative models of communal belonging. Frequent appeals to a medieval Slavic past, its heroes and myths, have provided—and continue to provide—a particularly powerful tool for animating imperialist and populist sentiments.

This study explores persuasive—and pervasive—recourse to tropes concerned with the Middle Ages in Imperial, Soviet, and post-Soviet Russia, seeking to explain why an often romanticized medieval past remains potent in Russian politics, society, and culture today.

 

Table des matières

Introduction

Chapter One: A Contested Inheritance: Medieval Rus and Russia’s Origin Myths

Chapter Two: Alexander Nevsky: The Once and Future Prince

Chapter Three: Byzantine Dreams: Russia as the “Third Rome”

Chapter Four: Medievalism as Allegory: The Middle Ages in Unofficial Culture

Conclusion

Select Bibliography

Index

 

Informations et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à communications : Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge

Le colloque “Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge” se déroulera les 26 et 27 septembre 2024 à l’Université catholique de l’Ouest à Angers.

Date limite d’envoi des propositions : 15 juin 2024.

 

Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS/CESCM de Poitiers)

Oreste Floquet (Université de Rome-La Sapienza)

Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique de l’Ouest, Angers)


Comité scientifique :

Vladimir Agrigoroaei (CNRS/CESCM de Poitiers)

Gisèle Clément (Université de Montpellier)

Luca Gatti (Université de Rome-La Sapienza)

Nathalie Le Luel (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Delphine Pasques (Sorbonne Université)

Isabelle Ragnard (Sorbonne Université)

Jehanne Roul (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Federico Saviotti (Université de Pavie)

Vasco Zara (Université de Rouen)

Si la chanson du Moyen Âge n’a eu de cesse d’influencer la création musicale depuis la Renaissance, comme l’a montré notamment John Haines, les réappropriations des répertoires chantés à l’époque contemporaine sont encore un domaine assez peu exploré. Les études sur le médiévalisme ont trouvé leur place dans le milieu académique anglo-saxon depuis les années 70 et interrogent autant nos connaissances de la période médiévale qu’elles alimentent la réflexion sur notre monde contemporain et ses représentations. Elles sont également très présentes dans la recherche francophone depuis une vingtaine d’années. Toutefois, la dimension musicale reste assez peu explorée et rares sont les musicologues à avoir investi ce champ disciplinaire qui se situe aux confins de différentes pratiques culturelles, et touche en particulier le vaste domaine de l’interprétation musicale. L’étude du médiévalisme musical convoque ainsi tout autant les problématiques des études de la performance que celles de l’histoire des représentations ou des reconstructions des paysages sonores du passé émanant du développement des sound studies.

Ce colloque invite à la mise en commun de toutes approches visant à dresser un état des lieux de la notion de réappropriation, appliquée aux répertoires chantés, de ses premières attestations notées en Occident jusqu’au début du xve siècle. Il s’agira donc d’étudier différents contextes et pratiques contemporaines dans lesquelles la musique vocale médiévale prend place, en tant qu’objet premier ou simple référent.

Les communications pourront s’articuler selon l’un ou plusieurs des axes suivants :


  1. Les réappropriations des corpus chantés médiévaux dans la démarche artistique des musiciens contemporains, qu’ils soient professionnels ou amateurs, investis dans une recherche d’authenticité ou dans la recréation d’un imaginaire médiéval. Les objets d’études peuvent être constitués d’enregistrements, de captations, de retours d’expérience ou tout autre support faisant état d’une situation de performance et permettant de mesurer la distance entre la source et sa recréation pour un public contemporain.

  2. L’étude des représentations suscitées par les répertoires vocaux du Moyen Âge dans des productions culturelles contemporaines relevant de différents domaines artistiques (littérature, cinéma, jeux vidéo, bande dessinée) ou manifestations (spectacles, festivals). Les champs ouverts à la réflexion portent sur l’incarnation des acteurs des pratiques chantées, la mise en scène de leurs contextes et espaces d’interprétation comme sur les choix inhérents aux répertoires eux-mêmes.

  3. L’analyse des dispositifs de médiation portant sur les répertoires chantés médiévaux permettant d’observer comment se construit un meta-discours, avec ses représentations implicites et ses enjeux propres en fonction du public visé. Les supports à envisager sont divers, qu’ils soient à destination du grand public (sites internet, jaquettes de disques, émissions de télévision, articles de presse, programmes de concert, etc.) ou adaptés à des situations plus spécifiquement pédagogiques (manuels scolaires, supports pédagogiques, conférences, stages). Les perspectives d’études pourront alors interroger les champs de la sociologie de la culture, des sciences de l’information et de la communication ou de la linguistique.

Certaines communications pourront être publiées dans la revue en ligne Textus & Musica. Des possibilités de financement seront étudiées au cas par cas, pour les communicants ne bénéficiant pas de l’aide d’un laboratoire de recherche.

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la revue textusetmusica [at] ml.univ-poitiers.fr avant le 15 juin 2024.

Ecole d’été : Médiévalismes engagés / Engaged medievalisms

L’école d’été “Médiévalismes engagés / Engaged medievalisms“, co-organisée par l’Université de Lausanne et l’Université Grenoble Alpes, se déroulera du 24 au 27 juin 2024 à l’Université de Lausanne (Centre d’études médiévales et post-médiévales, Faculté des Lettres, UNIL, UGA).

Date limite d’inscription : 15 mai 2024.

Pour sa troisième édition, l’école d’été médiévaliste de l’Université de Lausanne propose d’étudier les remplois engagés et militants du Moyen Âge: récupérations politiques, manifestations culturelles, problématiques sociales. La figure de Jeanne d’Arc en est un exemple éloquent dans la mesure où, incarnant un symbole français, elle a pu aussi bien servir à l’extrême-droite que devenir l’égérie des mouvements LGBTQ+ en vertu de sa transgression de genre. À bien des égards, l’époque médiévale peut servir de référence idéale en raison de sa situation à la fois proche et éloignée de l’époque contemporaine, d’un double point de vue chronologique et culturel, qui la rend propice aux projections fantasmatiques et idéologiques. Notre école d’été sera l’occasion de réfléchir aux formes diverses que prennent ces recyclages du matériau médiéval et d’examiner leurs enjeux actuels. 

Ouverte à tou.te.s étudiant.e.s intéressé.e.s, notre école aura lieu du 24 au 28 juin 2024 sur le campus de l’UniL; la participation active aux cours permet d’acquérir 3 crédits ECTS. 

Plusieurs langues vivantes pourront être utilisées dans le cadre de nos activités ; les cours sont adaptés à des étudiant.e.s anglophones qui ont une maîtrise même passive du français.

 

For its third year, the summer school “Engaged Medievalisms” at the University of Lausanne will be looking at how the Middle Ages were used for political purposes, cultural manifestations and social issues. The figure of Joan of Arc is an eloquent example, as the embodiment of a French symbol, she could just as easily serve the extreme right as become the muse of LGBTQ+ movements by virtue of her gender transgression. In many respects, the medieval era can serve as an ideal reference point, as it is both chronologically and culturally close to and distant from the contemporary era, making it ideal for fantastical and ideological projections. Our summer school will provide an opportunity to reflect on the various forms taken by these recycling of medieval material, and to examine the issues at stake today. 

Open to all interested students, our school will take place from June 24 to 28, 2024 on the UniL campus; active participation in the courses will earn 3 ECTS credits. 

Several modern languages will be used in our activities; courses are adapted to English-speaking students with even a passive command of French.

Programme
 
Lundi 24 juin 2024
14h00-14h30 Inscription et café d’accueil
14h30-15h00 Introduction à l’école d’été : Leticia Ding (Université de Lausanne), Filippo Fonio (Université Grenoble Alpes), Agathe Sultan (Université de Lausanne)
15h00-16h00 Communication d’ouverture : Tommaso di Carpegna Falconieri (Università di Urbino), Médiéval et militant, penser la politique contemporaine à travers le Moyen Âge
16h15-17h00 Communication : Francesca Roversi Monaco (Università di
Bologna), Médiévalismes politiques au féminin entre stréréotypes et nouvelle conscience de genre
Apéritif d’ouverture
 
 

Mardi 25 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
10h00-10h45 Communication : Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne), Engagé malgré tout : Kaamelott et la médiévaliste woke
11h15-12h00 Communication : Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche Comté), La fabrique des loisirs alternatifs : du désordre à l’utopie
Dîner
14h00-15h30 Atelier : Aliénor Vauthey (UNIL), Dans l’atelier des démiurges : construire un monde imaginaire médiévalisant
15h45-17h15 Medieval Lab : Justine Breton, Audrey Tuaillon Demésy , Sujets
médiévalistes «illégitimes» à l’université
18h00-19h30 Promenade en ville: Hélène Cordier (UNIL), Du temps que les bestes batoilloient
Souper en ville

Mercredi 26 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding 
10h00-10h45 Communication : Patrick Moran (University of British Columbia),
Vikings blonds et elfes noirs : le débat sur la race et la blanchité dans les représentations modernes du Moyen Âge
11h15-12h00 Communication : William Blanc (Historien), Le grand patronat : une nouvelle féodalité. Généalogie d’une image
Dîner
14h00-14h45 Communication : Marine Massenzio (Université Rennes 2), Arthur
sera reine, Morgane sera roi : divergence des modalités de discours quand le féministe s’empare de la légende arthurienne
15h15-16h15 Table ronde : Marine Massenzio et Jeanne Mousnier-Lompré
(UGA), Le médiévalisme, sexy ou sexiste ? Enjeux du genre dans nos représentations du Moyen Âge
Apéritif dînatoire
20h00 Projection et débat animé par William Blanc : Les Sept Samouraïs, Akira Kurosawa, 1954

Jeudi 27 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
10h00-10h45 Communication : Florian Besson (Université Paris Sorbonne),
Du Puy du Fou à Eric Zemmour, la fabrique d’un Moyen Âge d’extrême droite
11h15-12h00 Communication : Filippo Fonio (UGA), Remploi de Dante dans
les discours politico-littéraires et les discours identitaires
Dîner
14h00-15h30 Medieval Lab : Florian Besson, Une religion du Moyen Âge…
Cartographie des usages du schème «Moyen Âge» sur Twitter/X
15h30-16h00 Conclusion : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
Café de clôture

 

Informations complémentaires

Responsables : Leticia Ding, leticia.ding [at] unil.ch
Filippo Fonio, filippo.fonio [at] univ-grenoble-alpes.fr
Agathe Sultan, agathe.sultan [at] unil.ch


Quatre sortes d’activités scientifiques : Des communications scientifiques, des table-rondes, des ateliers interactifs et des medieval labs expérimentaux.
Deux sortes d’activités culturelles : Une promenade littéraire en ville, une projection ciné-débat.
Deux sites : Château de Dorigny 106 et Anthropole 1129

 

Détails et inscriptions sur le site de l’UNIL.

 

Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg)

Tatiana Victoroff est maître de conférences (HDR) en littérature comparée à l’Université de Strasbourg.

Elle est l’auteur de l’ouvrage Anna Akhmatova. Requiem pour l’Europe (Infolio, 2010) et de multiples travaux sur le renouveau du genre du mystère aux XIXe-XXIe siècles, depuis sa thèse (Typologie du genre du Mystère dans les dramaturgies anglaise et russe de la 1ère moitié du XX siècle : Ch. Williams, D. Sayers, Ch. Fry et E. Kuzmina-Karavaeva), jusqu’à l’ouvrage Mystère en Europe, de Mallarmé à Brodsky (à paraitre aux éditions Classiques Garnier). La résurgence du mystère est analysée dans ses formes théâtrales (Mallarmé, Hofmannsthal, P. Claudel, T.-S. Eliot, F. Lorca, A. Blok), musicales (R. Wagner, A. Scriabine, C. Debussy), picturales (J. Delville, N. Roerich, W. Kandinsky), chorégraphiques (A. Benois, R. Steiner, P. Valéry), cinématographiques (S. Eisenstein, W. Wenders, A. Tarkovsky) et, dans la modernité la plus récente, à la croisée de tous les arts chez Bill Viola.

Elle s’intéresse également au phénomène du médiévalisme  dans les pays d’Europe de l’Est, en particulier dans l’œuvre de Venko Andanovski et Lászlo Krasznahorkai mais aussi autour de la « fantasy slave » qui se développe dans le sillage du Seigneur des Anneaux de Tolkien et du Trône de fer de George R.R. Martin.   

Elle est l’auteur de la notice sur « La Russie » dans le Dictionnaire du Moyen Age imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (sous la dir. de Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré, Vendémiaire, 2022), ainsi que d’articles sur les travaux théoriques des émigrés russes sur le médiévalisme en Europe (Eugène Vinaver, George Fedotov, Mirra Loth-Borodina).

Voir la présentation et la liste des travaux sur le site de l’UR 1337 « Configurations Littéraires » de l’Université de Strasbourg.

Parution : What is Medieval ? Decoding Approaches to the Medieval and Medievalism in the 21st Century

Emma J. Wells et Claire Kennan (dir.), What is Medieval? Decoding Approaches to the Medieval and Medievalism in the 21st Century, Brepols, 2024.

The Middle Ages and Medievalism have been used and abused throughout history–and this continues. This narrative deserves a reassessment. But, what is Medieval? This is the central question that unifies the contributions in this volume. 

‘Medievalism’, or the study of the Middle Ages in its broadest sense, refers to the perception, conceptualisation and movement towards the era post the fifteenth century. Its study is therefore not about the period otherwise referred to as the ‘Middle Ages’, but rather the myriad ways it has since been conceived. And the field of medievalism is still in its relative infancy which has led to the emergence of various existential questions about its scope, remit, theoretico-methodological and pedagogical underpinnings, interpretation, periodization, and its relationship to established disciplines and more emerging subdisciplines and specialised fields—both within and without the academy. 

In turn, neomedievalism has allowed insight into and a response to the medieval often dominated by the modern. This has provoked debate over the nature of neomedievalism as a discipline, subdiscipline, genre, field or offshoot in direct or contrasting relation to the more traditional medievalism.

Featuring interdisciplinary contributions from academics, educational practitioners as well as museum, digital and heritage professionals, this volume provides a fresh reflection on past methods to emerging pedagogies as well as new avenues of enquiry into the ways we think about the medieval. It is by reconciling these seemingly disparate forms that we can better understand the continual, interconnected, and often politicised, reinvention of the Middle Ages throughout cultures and study.

Table des matières

Introduction: Decoding the Medieval: From Manipulation to ‘Other’, Emma J. Wells and Claire Kennan

PART 1: Teaching the Medieval

Conquest, Coexistence, and Cultural Exchange on the Silk Road: Reimagining the Medieval World at Key Stage 3, Gemma Plumpton and Dhwani Patel
Encouraging: Secondary-Education Pupils to Take Seriously the Ideas and Cultures of Medieval People, Jonathan Sellin and Jacob Olivey
Pulling Ranks: The Inevitability of the Presentism in Teaching Medievalism, Andrew Elliot and Mike Horswell
Feeling Medieval: Immersive Pedagogy, Ariana Ellis

PART 2: Digitising the Medieval

Getting the Picture: Teaching Modern Medieval Image Theory, Euan Robson
Local History in a Post-digital Landscape: Mining new Pathways through a Triangulation of Digital, Pedagogic, and  Research Interests, Jack Newman
Transcending Boundaries for Medieval Studies: Teaching Medieval(isms) via Digital Technologies, Kenna L. Olsen, Cosmo Christoffersen, and Samantha Purchase
Copy, Cut, Paste and Print: Some Design Principles applied to the Book of Kells Memorabilia, Leila Geroto

PART 3: Fetishizing the Medieval

Sexyback Versus Sir Gawain: Getting ‘Medieval’on ‘Sexy’, Kenna L. Olsen
Medieval Kings and Queens: Orientalising Medieval Women on Screen, Meriem Pagès
The King and I: Representations of BDSM in Fanfiction about King Alfred, Martine Mussies

PART 4: Manipulating the Post-Medieval

Arthur’s Court and Gothic Spaces in E.L. Hervey’s the Feast of Camelot, Renée Ward
Jefferson’s Middle Ages: Art, Artifice, Nostalgia, Euan Robson
V IS FOR VIKINGHoward Williams

 

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

 

Parution : Postmedieval (vol.15)

Postmedieval, vol. 15, n° 1, Palgrave Macmillan, mars 2024.

Plusieurs articles sont en accès libre en ligne.

Table des matières

  1. About the Cover

    • Ivan Drpić
    • Published: 26 February 2024
    • Pages: 1 – 3

Appel à communications : Samouraïs et chevaliers à l’écrit et à l’écran

La conférence internationale “Samouraïs et chevaliers à l’écrit et l’écran, cultures des mondes médiévaux et de la première modernité : regards croisés sur les enjeux historiques, mythologiques et artistiques“, organisée par l’Université de Poitiers, l’Université de Paris Sorbonne-Nouvelle et les laboratoires de rechercher CESCM (UMR 7302) et PRISMES (EA 4398), se déroulera à l’Université de Poitiers les 16-17 octobre 2025.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2024.

Ce colloque international propose d’explorer les points de jonction ou passerelles culturelles, les différences et/ou les similitudes essentielles dans le monde oriental et occidental de la période médiévale et de la première modernité tels que représentés dans les productions artistiques, littéraires, picturales et cinématographiques. Si les aires d’exploration sont larges, une place prépondérante est accordée au Japon pour l’Orient, sans pour autant exclure la Perse ou l’Asie (Inde et Chine), ainsi qu’à l’Europe anglaise, septentrionale et méditerranéenne pour l’Ouest.

Le premier volet, consacré aux définitions et aux repérages chronologiques, s’attachera à cerner l’étude des grandes valeurs sociales, politiques et culturelles prévalant à ces périodes. Si les termes « médiéval » et « de la première modernité » s’appliquent tout autant au monde oriental qu’à l’occident, ils peuvent néanmoins être à géométrie variable selon les approches adoptées par les historiens et les pays ou les parties du monde concernées.

Comment définir le « Japon médiéval » ? On peut parler d’une période globalement inscrite entre l’ère Heian ou ère impériale (710-1185) et celle de l’unification du Japon opérée par la dynastie des Tokugawa à l’ère Edo (1603-1868), du Japon des samouraïs (1336-1573) ou encore de Japon féodal, et envisager l’organisation sociale hiérarchisée selon laquelle les chefs de clan, les daimyos et leurs guerriers samouraï imposent leur loi sur le territoire avant celle imposée par les shoguns.

On pourra donc s’interroger sur la notion même de « médiéval » (ou de « médiévalité »), se demander comment elle est liée à une série d’événements historiques et culturels marquant les grandes étapes de l’évolution humaine des collectivités concernées. Il s’agira de voir comment cette notion peut s’envisager comme une question d’état d’esprit, de valeurs ou d’éthique(s) plus que de simple chronologie. Si les samouraïs sont de grands guerriers, ils représentent également l’élite sociale, prônent des valeurs élevées (honneur, bravoure, loyauté, sens du sacrifice de soi) et sont adeptes d’arts dramatiques nobles (le théâtre Nô). La période plus largement qualifiée de période de la première modernité (1600-1800), puis le bakufu (fin de la période Edo, à la limite extrême de notre période d’analyse) voit le déclin progressif de la caste jusqu’à sa disparition à l’ère Meiji également marquée par l’émergence de nouvelles organisations sociales et culturelles.

Les productions artistiques locales, écrits, peintures ou films (films historiques, films de chambara, de samouraï ou jidaigeki), offrent de très nombreux échos de ces périodes, notamment le sengoku jidai ou Âge du pays en guerre (1467-1573) et la période pré-Edo (1573-1600), ainsi au cinéma les chefs d’œuvre d’Akira Kurosawa (Les Sept Samouraïs, Kumonosu jo / Le Château de l’Araignée, La Forteresse cachée, Kagemusha, Ran) ou de Kenji Mizoguchi (Les Amants crucifiés, Ugetsu / Contes de la lune vague après la pluie), ou encore son Chûshingura / Les Quarante-sept ronins pour la période Edo plus tardive, également souvent représentée dans les estampes du 18e siècle.

On pourra également s’intéresser à l’occident médiéval et de la première modernité selon une perspective historique, à aborder les questions relatives à la chevalerie, ce que l’on en connaît, les mythes et les légendes qui lui sont attachées, leurs représentations dans les textes, peintures ou films (Excalibur, John Boorman), ou les valeurs éthiques qu’elle glorifie et qui définissent l’esprit de la chevalerie, en fait proche de l’esprit samouraï malgré les différences immédiates.

Le deuxième volet sera consacré à l’artiste et à son sens de l’histoire via une approche biographique et esthétique. Il s’agira de voir comment l’artiste-auteur d’hier et d’aujourd’hui — qu’il soit poète (haiku), romancier ou conteur de légendes, homme de théâtre, peintre, graveur d’estampes ou cinéaste — rend manifeste sa propre conscience de l’histoire, ce qu’il sait ou pressent de son époque ou du passé historique et légendaire, et comment il parvient à représenter son expérience et sa vision du monde par le biais d’un mode de représentation artistique propre. La représentation artistique permet également toutes variantes éthiques. On distinguera les perspectives résolument topiques et locales (Seppuku / Harakiri, Masaki Kobayashi) de celles qui se veulent plus générales et « universalisantes » (Kurosawa, Shakespeare et les adaptations occidentales).

Le troisième volet portera sur le rôle des mythologies en tant que marqueurs culturels fort(s des deux mondes, marqueurs locaux, ou plus larges, tendant vers l’universel : les bestiaires et les grandes figures mythologiques transversales (araignée, renard, loup), les sorciers et les sorcières, les grandes notions spirituelles,comme le bouddhisme et le sens de l’éphémère ou de la transcendance pour l’humain et la nature (mujô), ou les approches artistiques variées liées à la représentation de la nature. On pourra envisager ce qui pourrait relier les grands mythes humains, le Fatum grec, l’animisme shinto et le transcendantalisme occidental, la Roue de la Fortune de la Renaissance et la Roue de la Vie ou Roue de l’Être bouddhiste. Peut-on dès lors parler de choc des cultures ? Au-delà des différences immédiates, peut- on tisser la trame de schémas éthiques et philosophiques communs, d’une « trans-éthique », et de formes d’humanisme universelles ?

On pourra donc s’interroger sur :

–   Les aspects matériels des cultures médiévale et de la première modernité, est et ouest : artefacts, armes et armures, objets de culte réels et/ou représentés.

–    Les rites et pratiques quotidiennes, religieuses et culturelles des classes sociales et groupes concernés.

–  Les valeurs spirituelles ou ambiguïtés éthiques, notamment concernant le samouraï ou le ronin, le samouraï sans maître ; les différences et les équivalences avec les croyances et les valeurs des chevaliers.

–   Le film historique et légendaire dans les contextes médiévaux et post-médiévaux asiatiques (Inde et Chine).

–   Les apports esthétiques et éthiques spécifiques à la représentation picturale et cinématographique pour la construction du légendaire ou la reconstitution réaliste, ou les deux simultanément.

Les communications de vingt-cinq minutes maximum, en anglais ou en français, seront suivies d’une discussion d’une dizaine de minutes avec le public.

Une sélection de ces communications pourra donner lieu à une publication.

Une présentation bio-bibliographique (250 mots maximum) et un abstract (de 500 mots maximum), en anglais et en français, sont à envoyer avant fin mars 2024 à :

Anne-Marie Costantini-Cornède :  amccde [at] gmail.com

& Pascale Drouet : pascale.drouet [at] univ-poitiers.fr

 

Renseignements et détails sur le site du CESCM.

Appel à communications : Le médiévalisme au Québec

Le colloque international “Le médiévalisme au Québec : études, représentations et usages du Moyen Âge dans la société québécoise“, organisé par Raphaëlle Décloître, François-Olivier Dorais et Arnaud Montreuil, se déroulera du 6 au 8 février 2025 au Monastère des Augustines (Québec).

Date limite d’envoi des propositions : 21 avril 2024.

Au premier abord, tout semble séparer la culture québécoise de celle du Moyen Âge, essentiellement dans la mesure où le Québec, «société neuve» (Bouchard, 2000), apparaît par définition comme un espace géographique exclu de la période médiévale, que la fragmentation conventionnelle de l’histoire fait habituellement se terminer avec la « découverte » des Amériques. Or ce découpage – par ailleurs contesté de plusieurs façons (Le Goff, 2004; Baschet, 2006) – tend à dissimuler certaines réalités pourtant incontestables : la basilique Notre-Dame de Montréal arbore un vocabulaire architectural inspiré du gothique français, les principales bibliothèques universitaires du Québec conservent des dizaines de livres d’heures et autres manuscrits médiévaux, et l’imaginaire médiéval imprègne autant la vie intellectuelle et religieuse que les productions littéraires québécoises, à un point tel qu’on en trouve des traces dans des œuvres aussi diverses que celles de Réjean Ducharme et de Bryan Perro. Contre toute attente, le Québec se présente comme une terre fertile de médiévalisme, que l’on peut définir comme «la réception du Moyen Âge aux siècles ultérieurs» (Ferré, 2010), sa persistance dans la culture occidentale.
Le colloque «Le médiévalisme au Québec : études, représentations et usages du Moyen Âge dans la société québécoise» sera l’occasion d’explorer cette persistance, à travers l’étude des manifestations, matérielles et idéelles, du Moyen Âge dans la société et la culture québécoises. Le cas québécois est à cet égard particulièrement intéressant, en raison du positionnement distinctif du Québec, analogue à celui du Canada anglais (Brush, 2010), dont le double héritage médiéval, anglais et français (Toswell et Czarnowus, 2020), a alimenté un médiévalisme riche et multiple, déployé dans un nombre considérable de domaines (architectural, politique, littéraire, audiovisuel, idéologique, religieux, etc.). Pourtant, en dépit de travaux pionniers (Gingras, 2016; Moran, 2016; Guyot, 2015; Livernois, 2012; Dunn-Lardeau, 1999; Angers, 1995) et d’un colloque tenu en 2015 (Université de Montréal, “Le Moyen Âge au Québec: entre héritage direct et imaginaire collectif”), prometteur d’un chantier à ouvrir, le médiévalisme québécois reste un objet à penser dans toute sa complexité, et dans une perspective qui transcende les spécialités académiques. Cet événement se veut ainsi un espace de discussion interdisciplinaire, pour appréhender les manifestations du Moyen Âge au Québec dans toute leur diversité d’expression. Il s’agira plus spécifiquement de repérer ces manifestations et d’identifier les caractères originaux du médiévalisme québécois, mais aussi d’interroger les logiques sociales qui président à leur existence et qui gouvernent leur modalité d’incarnation. L’objectif général est d’aller au-delà des conclusions généralement formulées à propos de la récupération du Moyen Âge (à savoir que celuici nourrit une vision ambivalente, tantôt positive, tantôt négative), pour potentiellement
révéler, par le médiévalisme, des mouvements de fond de la culture et de la société québécoises.
Pour ce faire, il conviendra de s’intéresser tant aux manifestations matérielles
qu’idéelles du Moyen Âge au Québec. Les «manifestations matérielles» renvoient ici à l’héritage direct du Moyen Âge, ce qui recoupe les présences effectives du Moyen Âge au Québec (dans les archives, les collections muséales et l’architecture, par exemple), mais également les continuités structurelles (la permanence, sur le territoire québécois, de certaines des structures politiques, culturelles et religieuses de la période médiévales).
Les « manifestations idéelles » renvoient quant à elles à l’imaginaire médiéval (la manière dont les fictions du Moyen Âge nourrissent nos productions culturelles et artistiques), mais aussi au Moyen Âge imaginaire (à savoir la façon dont la vision plurielle que l’on se fait de cette période investit les discours politiques, les récits littéraires et l’histoire intellectuelle). À partir de ces deux grands axes, les interventions pourront s’ancrer dans différentes
disciplines (histoire, littérature, histoire de l’art, philosophie, architecture, etc.) et pourront porter sur les thèmes suivants, sans s’y restreindre :

*L’importance de la période médiévale dans l’imaginaire, à la fois intellectuel et artistique, du catholicisme;
*La fondation des instituts d’études médiévales au Québec;
*L’enseignement de l’histoire, de la littérature, de la philosophie et de la théologie du Moyen Âge dans les collèges classiques;
*Les références au Moyen Âge dans la critique des villes de compagnies;
*Les persistances seigneuriales au Québec;
*La féodalité et le féodalisme dans l’interprétation du passé canadien-français;
*La citation architecturale des formes gothiques dans les bâtiments (églises,
universités, gares, etc.);
*Le recours à la symbolique médiévale;
*Les usages idéologiques du Moyen Âge;
*L’histoire intellectuelle du médiévalisme au Québec;
*Les intertextes médiévaux et les renvois au Moyen Âge dans la littérature;
*L’imaginaire médiéval à l’ère de «fondation» de la littérature québécoise;
*L’importance du médiévalisme dans le processus d’autodéfinition propre aux petites nations;
*Les persistances de la langue médiévale dans le français parlé au Québec;
*La création du mythe de la grande noirceur comme analogon de l’époque médiévale;

*Le recours à l’iconographie médiévale dans les mouvements sociaux;
*Les convocations du Moyen Âge dans les prises de position sur la société et l’histoire québécoises;
*Les usages du Moyen Âge dans la rhétorique des nouveaux mouvements d’extrême droite;
*Le Moyen Âge des musées et des collections;
*Les Scandinaves dans le golfe du Saint-Laurent : une spécificité du médiévalisme québécois ?;
*Le Moyen Âge des films et des jeux vidéo;
*L’imaginaire médiéval dans les œuvres jeunesses;
*Le duché de Bicolline et autres grandeurs natures;
*L’organisation des fêtes médiévales de Québec;
*Le médiévalisme québécois en regard des médiévalismes d’autres nations;
*Le cas québécois comme possible mise à l’épreuve de la théorie sur le médiévalisme.

Nous invitons celles et ceux qui souhaitent participer à ce colloque à soumettre des propositions portant sur les thèmes ci-haut ou sur d’autres objets qui leur sembleraient pertinents au regard de la problématique. La soumission doit comprendre les éléments suivants :

  1. le titre de la communication
  2. un résumé de l’exposé d’environ 200 mots
  3. les coordonnées du présentateur ou de la présentatrice (nom, prénom, statut, établissement, adresse électronique)
  4. une courte notice biobibliographique (5 lignes maximum)

Merci de faire parvenir votre proposition de communication avant le 21 avril 2024 à l’adresse suivante : medievalisme.quebecois [at] gmail.com. Les propositions de sessions sont aussi les bienvenues.

Une demande de subvention pour ce projet est en cours d’élaboration. Nous espérons pouvoir défrayer, en partie ou en totalité, les frais de déplacement et d’hébergement des conférenciers et conférencières.
À la suite de leur présentation, les participant.e.s seront invité.e.s à soumettre une version bonifiée de leur communication afin de constituer un ouvrage collectif sur la question. 

Parution : Medievalismo literário português em contexto europeu

Ana Maria Machado (dir.), Medievalismo literário português em contexto europeu, Imprensa da Universidade de Coimbra, 2023.

Les actes du colloque de 2021 à Coimbra, portant sur les différents rapports aux médiévalismes dans les pays européens, sont parus sous le titre Medievalismo literário português em contexto europeu. L’ouvrage regroupe des articles en portugais, espagnol, français et anglais.

Na primeira parte deste volume dedicado ao medievalismo literário em contexto europeu, os três primeiros estudos discutem diferentes conceptualizações do medievalismo, questões terminológicas e fronteiras e complementaridades disciplinares, ao mesmo tempo que traçam um panorama da realidade medievalista no Reino Unido, em França e em Espanha.
A segunda parte está organizada diacronicamente, em função da cronologia das obras estudados que se estendem do século XIX aos inícios do século XXI, contemplando autores como Alexandre Herculano, Ruy Cinatti, Agustina Bessa-Luís, João Miguel Fernandes Jorge e um filme do cineasta António de Macedo. A fecundidade dos cruzamentos temporais endógenos à disciplina concorre com a instabilidade e a determinação histórica das representações da alteridade medieval e com as indagações recíprocas que Idade Média e contemporaneidade se colocam, numa inquirição persistente aos limites do conhecimento do passado e do presente que o repensa, académica ou artisticamente.

 

Table des matières

INTRODUÇÃO. Ana Maria Machado
 
PRIMEIRA PARTE
CAPÍTULO 1 — MEDIEVALISM, NATIONALISM, AND POPULISM. David Matthews
 
CAPÍTULO 2 — POUR UN MÉDIÉVALISME À LA FRANÇAISE? Michèle Gally
 
CAPÍTULO 3 — ENTRE LA REESCRITURA DEL PASADO Y LA REAFIRMACIÓN DEL PRESENTE: ALGUNAS TENDENCIAS RECIENTES DEL NEOMEDIEVALISMO ESPAÑOL. Santiago Gutiérrez García
 
SEGUNDA PARTE
CAPÍTULO 1 — LOST IN TRANSLATION : PARA QUE MEDIEVALISMO NÃO RIME COM ANACRONISMO. Maria Do Rosário Ferreira
 
CAPÍTULO 2 — POÉTICA MEDIEVAL GALEGO-PORTUGUESA REVISITADA EM UM CANCIONEIRO PARA TIMOR, DE RUY CINATTI. Isabel Barros Dias
 
CAPÍTULO 3 — DA ICONOGRAFIA À LITERATURA: UM SANTO ANTÓNIO MEDIEVALISTA EM AGUSTINA BESSA-LUÍS. Ana Maria Machado
 
CAPÍTULO 4 — THE LEGEND OF DAMA PÉ DE CABRA FROM LITERATURE TO CINEMA:
A MALDIÇÃO DE MARIALVA BY ANTÓNIO DE MACEDO. Angélica Varandas
 
CAPÍTULO 5 — «NÃO É DO CRÁTER SAGRADO A DEMANDA» : LANCELOTE, ROBERT BRESSON E JOÃO MIGUEL FERNANDES JORGE. Paulo Alexandre Pereira
 

L’ouvrage est entièrement disponible en accès libre sur le site de l’éditeur.

Plus d’informations sur le site de l’Université de Coimbra.

Compte rendu d’exposition : Chaucer Here and Now

L’exposition Chaucer Here and Now, qui se tient à la Bodleian Library (Oxford) du 8 décembre 2023 au 28 avril 2024, offre une perspective novatrice sur la figure emblématique de Geoffrey Chaucer. Organisée par la Professeure Marion Turner, titulaire de la chaire J.R.R. Tolkien de littérature et de langue anglaises à l’Université d’Oxford, cette exposition cherche à déconstruire l’image traditionnelle du poète médiéval en tant que « père de la littérature anglaise » et figure fondatrice de l’identité nationale. Une bien belle initiative par les temps qui courent.

Affiche de l’exposition “Chaucer Here and Now”

L’exposition s’ouvre sur une superbe collection de manuscrits incluant, à la grande joie des médiévistes, le manuscrit Hengwrt des Contes de Canterbury prêté par la Bibliothèque nationale du Pays de Galles. Cette première incursion dans l’œuvre de Chaucer met en lumière le processus complexe d’édition au fil des siècles, soulignant comment les copistes ont dû choisir entre laisser les contes inachevés ou les compléter eux-mêmes. L’œuvre de Chaucer a notamment subi des modifications éditoriales, devenant tour à tour plus écossaise, plus protestante, ou adaptée aux préoccupations contemporaines des lecteurs. Au fil de la visite, Chaucer sort ainsi de l’ombre tandis que le roman national en fait progressivement une figure tutélaire, fortement attachée à l’identité culturel et linguistique de l’Angleterre.

Photo : Ian Wallman

L’exposition explore également la richesse de la culture des manuscrits, avec des enluminures éblouissantes représentant Chaucer lisant devant une cour richement vêtue en ouverture de Troïlus et Criseyde. On découvre comment Chaucer était lu aux XVIe et XVIIe siècles, à travers des ballades mettant en avant son contenu grivois jusqu’aux traductions qui le censuraient. L’aspect multilingue de son écriture est également mis en avant, avec des manuscrits de Dante et Boccace, mais aussi par diverses éditions de ses œuvres en langues étrangères, notamment en japonais.

Photo : Ian Wallman

Photo : Jonathan Fruoco

Mais Chaucer Here and Now ne se limite pas aux siècles passés et embrasse pleinement la dimension médiévaliste du poète. L’exposition intègre de fait des films (A Knight’s Tale, The Canterbury Tales de Pier Paolo Pasolini…), des adaptations aussi surprenantes que variées (au théâtre ou bien à la télévision anglaise), et des projets contemporains tels que Refugee Tales de Patience Agbabi qui, en 2016, utilise le contexte du pèlerinage médiéval pour raconter les histoires des demandeurs d’asile. De la traduction en espéranto des Contes de Canterbury à la performance de The Wife of Bath par la poétesse Jean « Binta » Breeze au Brixton Market, l’exposition inscrit fortement Chaucer dans le contexte contemporain.

La conclusion de l’exposition en est également l’un de ses points forts, à savoir un atelier sur la manière de dessiner et réinventer de manière cartoonesque deux personnages très célèbres, la matrone de Bath et le coq Chanticleer, grâce à des tutoriels vidéo animés par la médiéviste et dessinatrice américaine, Kristen Haas Curtis. Découvrez-en un aperçu par ici.

Dessin de Kristen Haas Curtis

 

Chaucer Here and Now présente dès lors Geoffrey Chaucer non pas comme le « Père de la littérature anglaise », mais comme un auteur dynamique et global, dont les œuvres ont été réinterprétées au fil du temps et à travers le monde explorant pourquoi cet auteur médiéval continue de fasciner tant de gens aujourd’hui.

Jonathan Fruoco

 

Pour en savoir plus sur l’exposition :

Misogynist. Feminist. Conservative. Radical. Respectful. Irreverent. Monocultural. Multicultural. Imperial. Domestic. English. European. Catholic. Protestant.

Chaucer Here and Now presents Geoffrey Chaucer as you haven’t seen him before. Not as the “Father of English Literature”, but as a dynamic, global author, whose works have been reworked and reinterpreted over time and around the world. Each generation reinvents Chaucer, taking inspiration from his work, and finding new meanings.

Drawing on material ranging from the earliest known manuscript of The Canterbury Tales to contemporary adaptions in theatre and film, this exhibition explores the many creative responses to Chaucer and asks why this medieval author still fascinates so many people today.

Come and reinvent Geoffrey Chaucer for yourself.

 

Le catalogue de l’exposition est en vente en ligne.

Plus d’informations sur le site de la bibliothèque.

Appel à communications : The Games of Medievalism

La conférence annuelle de l’International Society for the Study of Medievalism, ayant pour thème “The Games of Medievalism“, se déroulera à Montclair et South Orange (New Jersey, Etats-Unis) et en visio, du 9 au 11 juillet 2024.

Date limite d’envoi des propositions : 20 février 2024.

Abstracts are welcomed for the thirty-seventh annual conference of the International Society for the Study of Medievalism, co-sponsored by Montclair State and Seton Hall Universities, located in northern New Jersey, 14 miles from New York City (accessible by public transit). Abstracts for in-person and virtual papers and panels are welcome. To propose a panel, please include all abstracts in a single file submitted by the organizer. This file should also include the names and contact information for all participants.  

Celebrating games and sport in this Olympic summer and considering the various kinds of play inherent in Medievalism, the conference will consider the discipline’s many layers. We will arrange local visits (as interest permits) for those participating in person: to the New Jersey branch of Medieval Times, the Yogi Berra Museum, the Montclair Art Museum, and/or The Cloisters branch of the Metropolitan Museum of Art. 

Housing options will include low-cost single or double accommodations on the campus of Montclair State University (circa $50-60/night) and room blocks in local hotels. 

We welcome papers and presentations on all topics of Medievalism, not limited to the conference theme.  We enthusiastically welcome proposals from presenters in (or addressing topics related to) regions outside North American, Western Europe, and the Anglophone World.  

Keynote

“A ‘Carnival of Architecture’: Race, Place, and Play in Oblivion and the Elder Scrolls Franchise,” Kevin and Brent Moberly, Old Dominion University and Indiana University

Suggested Topics

Medievalism in Video Games

Gaming the System (Medievalism in Geo-Politics, Economics)

Medievalism in Sports and Sports Culture

Games in Medieval Film

The Interplay of Medieval and Modern

Games in Medievalist Narratives

Jousts, Tournaments, Bohorts

Disguise, Cosplay, and Cross-Dressing

Games of Chance, Gambling, and Tavern Pursuits

Medievalism in Tabletop Games

Poetry Competitions or Challenges

The Play(s) of Medievalism

Playing with Medieval Medicine and other Techniques in the Modern World

Medievalist Musicals: Spamalot, Six, Pippin, Camelot, etc.

Games in the Construction of Medievalism

Medieval games in medievalist art or generative AI

Medievalism as Game

Chivalry, Courtesy, and other codes in Medievalism

Submission Instructions

Please submit your 200 to 250-word abstracts on the following Google Form by February 20: https://forms.gle/KCmquR8VungYzEoz9

Questions

Please contact conference organizers Elizabeth Emery and Angela Weisl: gamesissm [at] gmail.com

Parution : Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle

Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin (dir.), “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle”, Frontière.s, 9, 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment Reconquête ou Renaissance, dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême. Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous avons invité les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines.

Sujet désormais récurrent des spécialistes de la réception de l’Antiquité, les réécritures de l’histoire de Sparte, de part et d’autre de l’Atlantique nord, ouvrent le volume : Vivien Barrière et Jean Hedin notent l’importance du comics 300 de Frank Miller (1998) puis de son adaptation cinématographique par Zack Snyder (2007) dans la mise en place d’un discours politique étatsunien faisant de la cité grecque le modèle d’une société guerrière et eugéniste, seul rempart d’un Occident menacé par l’ennemi oriental ; Stéphane François et Adrien Nonjon en détaillent les déclinaisons en France d’une part et en Ukraine d’autre part en se focalisant sur les mouvements d’extrême droite identitaire. En attirant l’attention sur un usage précis de l’histoire, depuis des fouilles mises en œuvre par un maire d’extrême droite en Roumanie (Mathieu Mokhtari) à la diffusion d’une série syrienne sur la chute de Palmyre et Zénobie (Thomas Richard) en passant par un livre édité à Marseille (Pierre Vey), les contributions suivantes mettent en avant la plasticité et la diversité des situations. L’histoire est instrumentalisée par des acteurs et actrices situés aux deux bords de l’échiquier politique ; elle peut se faire vecteur d’un discours réactionnaire qui cherche dans un hier imaginaire un modèle idéal à reproduire (Enki Baptiste), nourrir une appropriation nationaliste d’espaces frontaliers (Lorette Hehn) ou au contraire servir à la survalorisation d’une identité locale perçue comme menacée (Florentin Briffaz).

 

Table des matières

 

Le numéro est entièrement disponible en ligne, sur le site de la revue.

Parution : Vivre et faire vivre le Moyen Âge

Sylvie Sagnes et Patrick Fraysse (dir.), Vivre et faire vivre le Moyen Âge, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2023.

L’objectif de ce volume collectif est de questionner, à partir des sciences humaines et sociales, les circulations, réceptions et appropriations dont font aujourd’hui l’objet les savoirs, les imaginaires et les représentations relatifs à la période médiévale. Loin d’être absolument nouvelles, les formes que revêt le Moyen Âge dans le présent doivent à l’actuelle diversification de l’offre dans les musées, les monuments, les bibliothèques, les fêtes médiévales et dans d’autres lieux de médiévalité, d’être au cœur des problématiques actuelles de l’histoire vivante et de la médiation culturelle.

Dans le sillage des heritage studies, les auteurs présentent des études situées, privilégiant des angles d’approche encore peu usités, comme la place faite aux femmes, le rôle assigné aux enfants, la mise en œuvre et l’usage des dispositifs participatifs, ou encore la manière dont ces Moyen Âge ressuscités animent les traces médiévales et agissent sur leur perception. Le Moyen Âge est vécu au présent par des amateurs qui le reconstituent, l’évoquent ou le détournent dans des dispositifs de médiation ou de communication qui naviguent entre histoire historienne et médiévalismes.