Archives par étiquette : médiévalisme

Appel à communications: L’imaginaire du passé : Quêtes et conquêtes

En 2023, Modernités médiévales soutient le colloque organisé par le LaPRIL sur le sujet “L’imaginaire du passé: Quêtes et conquêtes. Parcourir l’espace antique et médiéval dans les fictions modernes (arts de l’écrit, arts de l’écran, spectacles et jeux)“. Il se déroulera les 30 et 31 mars 2023 à l’Université Bordeaux Montaigne/Pessac.

Date limite d’envoi des propositions: 15 septembre 2022.

Gil Bartholeyns considère le Moyen Âge comme l’altérité historique paradigmatique de la culture européenne, « le ‘ça’ historique de l’Occident ». Avant « la fabrique du Moyen âge au XIXe siècle[1] » et jusqu’à nos jours, l’Antiquité, elle aussi, fonctionne comme une période radicalement autre qui exerce une forme de fascination non seulement sur les écrivains, les artistes, mais aussi sur nombre de contemporains. L’Antiquité et le Moyen Âge irriguent la littérature, les arts et les média contemporains, tant dans des œuvres « néo-classiques » que dans des productions d’avant-garde ou des média récents, qui témoignent d’un véritable engouement pour ces périodes révolues. Cette fascination peut aller jusqu’au « romanisme », jusqu’à la « médiévalgie », pour reprendre un concept forgé par Joseph Morsel[2], et exprimer la nostalgie d’une époque révolue pensée comme un âge d’or.

Il s’agira d’interroger la « reconstruction » d’époques révolues, la construction d’une Antiquité et d’un Moyen Âge imaginaires, souvent idéalisés, parfois diabolisés, d’analyser les enjeux esthétiques et idéologiques de cette réappropriation, essentiellement aux XIX, XX et XXIe siècles, et de l’envisager sous l’angle de l’intermédialité et de la transmédialité : nous souhaitons aborder non seulement les créations littéraires et artistiques (littérature, musique, cinéma, bande dessinée) mais aussi des pratiques ancrées dans l’espace social comme les jeux, les spectacles, les fêtes ou les reconstitutions, les publicités, qui, elles aussi, à leur manière proposent leur réécriture et leur réception du passé. Cette interrogation portera précisément sur l’espace vu comme déplacement, mais aussi comme quête et conquête.

L’espace est étroitement associé aux notions de voyage, d’« appel de l’aventure », de quête et de conquête, qui sont des mythèmes récurrents des mythes fondateurs de la pensée occidentale. La quête y apparaît toujours comme un rite de passage pour le héros, qui prend la forme d’un « rite de séparation » avec ses proches et les lieux qui l’ont vu naître. Les mythes antiques expriment une forte polarisation des rôles entre masculin et féminin. Pensons à Ulysse et Pénélope : d’un côté, la figure virile aventureuse, de l’autre, la figure féminine sédentaire qui trouve le sens de son identité dans l’attente et l’espace clos de la demeure. « Aux hommes on réserve l’aventure, la mobilité, le monde infini ; aux femmes, l’intérieur et le monde fini »[3]. Lucie Azéma constate avec justesse dans son ouvrage que « la polarisation des rôles entre masculin et féminin s’étend à la sphère du voyage. Mais cette question de l’accès des femmes au voyage et à l’aventure demeure, de façon surprenante, un champ sous-exploré des études féministes »[4] que ce colloque pourra combler.

L’espace est donc soit un espace clos dont on ne sort pas (celui de la maison, celui de la Cité, du mont Palatin, du fief, du bourg ou du couvent, jusqu’à la cellule d’une recluse), soit un foyer d’origine duquel on va s’extraire pour parcourir le monde : la Grèce investit le Bassin Méditerranéen, Rome étend son empire aussi loin que possible ; pèlerins, étudiants et marchands sillonnent de part en part l’Europe médiévale, que l’on quitte pour suivre les routes des Croisades ou celles de la soie. 

L’espace se parcourt ou se prend : la quête implique le déplacement, la conquête exige la prise de possession. Mais l’espace parcouru n’est-il pas acquis ? Le terrain conquis, n’est-il pas voué à être perdu ? 

Ce colloque souhaite explorer cette dimension dynamique de l’espace antico-médiévaliste dans notre imaginaire contemporain. On peut se demander si l’espace n’est pas d’autant mieux investi par la fiction que le paramètre temporel se perd dans la nuit des temps. Les deux périodes sont-elles similaires dans notre imaginaire ? Par quoi se distinguent-elles ?

On pourra, par exemple, s’interroger sur :

  • L’espace parcouru : 

– la représentation de l’itinéraire (par exemple par le discours, par des cartes, des trajectoires…) ;

– les moyens matériels du trajet (route, moyens de transports, …) ;

– la modification du voyageur (fatigue, vieillissement, initiation, maturation, …) ;

– la balance entre le motif de la quête, la motivation du quêteur d’une part, et les risques du voyage d’autre part.

  • L’espace conquis : 

– la prise de possession, la perte d’une contrée ;

– la modification de cet espace : occupation, dévastation, administration ; 

– la modification en retour du conquérant par les lieux.

  • La polarisation des rôles entre masculin et féminin :

L’aventure et, par conséquent, l’espace, sont traditionnellement considérés comme un domaine masculin dont les femmes sont en grande partie exclues dans les périodes antiques et médiévales. « Les femmes étant historiquement des êtres captifs, le voyage est l’un des moyens les plus symboliques pour qu’elles s’affranchissent de leur condition : voyager est toujours pour la femme un acte fondateur ; c’est dire “Je vais où je veux, je ne suis qu’à moi” », remarque Lucie Azéma[5].

  • Le paradoxe, pour l’exploration intime, d’éprouver l’espace étranger à soi dans une démarche, un parcours d’émancipation, de connaissance, de quête et de conquête de soi.

Dans tous les cas, 

– on sera attentif au rôle narratif de la quête et de la conquête : stagnation méditative, inflexion imperceptible ou violente du récit, impulsion ou clôture…

– aux toponymes ‒ et en particulier aux lieux baptisés par les personnages ; à la rencontre entre les noms de lieux avérés et ceux qui sont inventés ;

– aux lieux imaginaires « d’époque » revisités (par exemple, Avalon dans les productions de fantasy) ; et aux « nouveaux » lieux antico-médiévalistes (la Terre du Milieu de Tolkien) ;

– aux moyens modernes de représentation, en particulier dans les arts visuels (par exemple, la descente aux Enfers dans la mise en page virtuose de la BD Télémaque, de Toussaint-Ruiz, ou au contraire, la non-représentation des montures des chevaliers dans Sacré Graal des Monty Python). On sera attentifs aux enseignements des jeux (sur plateau, vidéo ou GN), qui sont typiquement fondés sur la quête et la conquête dès leurs origines : est-ce qu’une inspiration antico-médévaliste a pu d’emblée infléchir leurs représentations, leurs techniques scénaristiques, leur effet immersif, quelle que soit ‒ peut-être ‒ l’époque où ils situent leur action ? 

– à la manière dont l’espace est investi par les héros ou les héroïnes. Continue-t-on de réserver aux hommes l’espace, la mobilité, le monde infini, et aux femmes, l’intérieur et le monde fini dans les créations contemporaines ? Permet-on un accès aux femmes à l’espace, à son exploration et à sa conquête ou cet accès reste-t-il difficile ? Il semble que non : Lara Croft parcourt tous les continents pour reconstituer Excalibur (Tomb raider: Legend[6]). Gwynned, adolescente héritière de la même épée, sillonne l’Angleterre et va même jusqu’à Rome (Le Chant d’Excalibur[7]). Mais ces héroïnes ne sont-elles que des figures d’exception ? Parvient-on à déconstruire la connotation misogyne de l’appellation aventurière ? Ainsi, la tenue de la guerrière de charme laisse généralement sans protection ses organes vitaux, là où le guerrier est soigneusement cuirassé. 

– à la récupération des thèmes anciens dans des problématiques contemporaines, qui transmettent un héritage tout en faussant leur sens : pour la question du genre, leur réappropriation poursuit-elle une fabrique de la masculinité ? sur le plan politique, la référence aux terres « ancestrales » réussit-elle ici et maintenant la superposition d’un ailleurs et autrefois ?

On abordera ces questions :

– en littérature, tous genres confondus ; 

– dans les manuels scolaires (XX-XXIe s.) ; dans la littérature pour la jeunesse ;

– dans la BD, dans la chanson, dans les arts de l’écran ; dans tous les arts en général ;

– dans les jeux (jeux de société, jeux de rôles sur plateau/grandeur nature, escape games, jeux video) ;

– dans les spectacles, reconstitutions, publicités…

Bibliographie indicative

Lucie Azéma, Les Femmes aussi sont du voyage. L’Émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

Pierre Jourde, Géographies imaginaires. De quelques inventeurs de mondes au XXe siècle (Gracq, Borges, Michaux, Tolkien), Paris, José Corti, 1991.

Paul Zumthor, La Mesure du monde,Paris, Seuil, « Poétique », 1993.

Fake Moyen Âge! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Laurent Gervereau (dir.), Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Webographie :

Antiquipop. L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine https://antiquipop.hypotheses.org/

Modernités médiévales https://modmed.hypotheses.org/ 

Organisation :

Veuillez adresser vos propositions à 

Géraldine Puccini: geraldine.puccini [at] u-bordeaux-montaigne.fr 

Florence Plet: florence.plet [at] u-bordeaux-montaigne.fr 

en copie toutes deux, avant le 15 septembre 2022.

Date et lieu du colloque :

Université Bordeaux Montaigne / Pessac, les jeudi 30 et vendredi 31 mars 2023 


 [1] S. Bernard-Griffiths, P. Glaudes et B. Vibert (dir.), La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, Champion, 2006.

[2] Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… LAMOP – Paris 1, 2007 http://lamop.univ-paris1.fr/W3/JosephMorsel/Sportdecombat.pdf

[3] Lucie Azéma, Les femmes aussi sont du voyage. L’émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

[4] Ibid., p. 12.

[5] Lucie Azéma, Les Femmes aussi sont du voyage. L’Émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

[6]  Crystal Dynamics, Eidos Interactive,2006.

[7] Arleston & Hübsch, Toulon, Soleil, 6 tomes, 1998-2010.

Appel à contributions: Les mythes au XXIe siècle

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo, pour la revue ¿ Interrogations ?.

Date limite d’envoi des articles: 30 juin 2022.

Thor et Loki, personnages bien connus des mythes nordiques, sont devenus des super héros du grand comme du petit écran et illustrent les références actuelles des industries culturelles à d’anciens récits. À leurs côtés, de nouveaux héros et de nouvelles histoires, comme celles de la franchise Matrix, se voient attribuer des valeurs symboliques et collectives, ainsi qu’une place de choix dans nos cultures. Qu’il s’agisse d’emprunts ponctuels ou plus larges à des textes anciens, ou d’une mise en valeur d’un imaginaire actuel, les mythes sont aujourd’hui bien présents dans nos sociétés contemporaines et circulent sous diverses formes.

Suivant cette observation, ce numéro de la revue ¿Interrogations ? propose de questionner les mythes et mythologies, dans les multiples significations de ces termes et dans leur actualité contemporaine. Cet appel à contributions invite les chercheurs à s’interroger selon différents angles sur cette présence des mythes et mythologies aujourd’hui et ce qui permet de les définir de la sorte. C’est pourquoi, il est notamment attendu que chaque contribution précise la ou les définitions retenues pour les notions de mythe ou de mythologie qui seront utilisées et discutées.

 Axe 1 : Des mythes anciens adaptés au temps présent

Les productions des industries culturelles regorgent de références à différents mythes, qu’il s’agisse de réécritures comme l’ouvrage Norse Mythology de Neil Gaiman (2017), qui reprend le contenu de l’Edda en Prose de Snorri Sturluson dans une version modernisée, des adaptations très grand public comme les œuvres de Disney, parmi lesquelles apparaît l’Atlantide, ou des transformations plus importantes de la matière des sources comme les aventures du roi Arthur dans Kaamelott et de Thor dans les films du Marvel Cinematic Universe. Les emprunts des œuvres actuelles aux matières mythiques passées peuvent consister en des réécritures complètes ou partielles, voire ne conserver que certains éléments ponctuels. Un premier axe d’interrogation portera donc sur la présence de références mythiques et mythologiques dans les productions contemporaines, ainsi que sur leurs réécritures et leurs adaptations sur différents supports, qu’il s’agisse de littératures, de films, de séries télévisées, jusqu’aux jeux vidéo ou aux mangas. Ces références amènent les chercheurs à s’interroger à la fois sur les composantes qui sont toujours présentes et celles qui sont oubliées, renvoyant à des questionnements sur des notions comme la « mémoire », qui comporte toujours une part d’« oubli » (Ricoeur, 2000). Dans les grandes franchises médiatiques, les produits dérivés, tels que des jouets et déguisements, pouvant également faire référence à d’anciens mythes, questionnent aussi les modes d’appropriations actuels de ces récits anciens et de leur renouveau. De fait, outre la consommation via les industries culturelles, les mythes et leurs expressions contemporaines peuvent aussi être envisagés dans leurs dimensions corporelle et sociale. Il peut s’agir d’un style (Hebdige, 2008) arboré, tel que des tatouages ou des vêtements évoquant les récits mythiques retravaillés, mais aussi de pratiques d’incarnation de personnages issus de différentes mythologies, comme le cosplay.

Tout comme ces récits ont pu servir à définir une culture mondaine durant la période des Lumières (Borgeaud, 2013 : 107) ou contribuer à fonder des discours nationalistes notamment depuis le XIXe siècle (Meylan, Rösli, 2020), il sera nécessaire de s’interroger sur le rôle, la place et les fonctions de ces références dans nos mondes contemporains et tout particulièrement au XXIe siècle. D’un point de vue théorique, il sera ainsi possible de questionner le processus que Hans Blumenberg (1979) appelle le « travail sur le mythe [Arbeit am Mythos] » ou de mettre à jour les propositions méthodologiques de Abraham Moles (1990) sur les « fiches mythographiques » et la « mythogénèse ». Cet axe pourra également intégrer l’étude des éditions contemporaines de textes anciens comme l’Illiade et l’Odyssée, les Eddas, le Mahabharata et bien d’autres œuvres considérées comme des sources mythologiques.

 Axe 2 : Les nouveaux mythes

Aux côtés de ces reprises de mythes anciens, il faut également se questionner sur la présence et la production de ce que nous pourrions appeler des mythes modernes ou contemporains. Ce type de représentation est notamment mis en scène dans American Gods, le roman de Neil Gaiman adapté en série télévisée : les anciens dieux font face aux nouveaux que sont les médias, l’informatique, les conspirations, la main invisible du marché, ou encore, la mondialisation. Cette lutte illustre alors l’opposition entre tradition et modernité et renvoie de manière explicite à l’opposition entre le passé et le présent.

Des objets tout comme des concepts deviendraient les symboles de leur époque, dans la lignée des mythologies de Roland Barthes (1957), auteur qui évoque la Citroën DS ou le catch, ainsi que d’Edgar Morin (1961) qui cite, pour sa part, le bonheur et l’amour de la jeunesse promus dans les industries culturelles. Suivant l’idée d’un «  Esprit du temps  » proposée par cet auteur, les mythes modernes renverraient alors à un « imaginaire » (Godelier, 2015) marquant une période donnée, comme le mythe de la réussite sociale et du self made man.

Selon des principes similaires, nous pouvons nous interroger sur les mythes qui, au XXIe siècle, participent à former notre imaginaire contemporain et se retrouvent dans nos loisirs quotidiens. Par exemple, ils apparaissent dans les discours technologiques qui parlent de l’intelligence artificielle et des ’téléphones intelligents [smartphones]’, ou encore les voitures électriques censées être plus écologiques. Des marques, comme Apple, peuvent aussi devenir de puissants marqueurs sociaux et engager fortement leurs consommateurs.. Des monstres comme le Grand Cthulhu, issu des écrits de H. P. Lovecraft, prennent une place grandissante dans les cultures populaires. S’ajoutent à cela le poids des influenceurs notamment via les réseaux sociaux et les super-héros très régulièrement présents au cinéma. Sous cet angle, il sera aussi nécessaire de s’intéresser aux relations que ces discours mythifiés entretiennent avec les discours politiques, ou encore d’interroger l’idée du « règne de la fable » qu’Yves Citton (2010) nomme la «  Mythocratie  ». Il s’agira donc d’étudier les nombreuses représentations symboliques de notre temps sous différents angles, aussi bien sémiotique que socio-anthropologique, en questionnant les significations et les valeurs que les acteurs et les communautés leurs attribuent et les manières par lesquelles elles acquièrent un statut mythique.

 Axe 3 : De nouvelles épistémologies

Les discours sur les mythes se développent notamment dans les sphères académiques et celles-ci évoluent. Par conséquent, un dernier axe vise à questionner les avancées scientifiques récentes dans le domaine de l’étude des mythes. Dans la seconde moitié du siècle dernier, en histoire des religions, Jean-Pierre Vernant et Marcel Détienne, entre autres, ont contribué à renouveler l’étude des mythes en rapprochant l’histoire des religions et l’anthropologie, intégrant une dimension sociale plus importante face aux approches de mythologie comparée se limitant souvent à des analyses de contenu. Nous pouvons à présent nous interroger sur les approches théoriques et méthodologiques récentes concernant ces objets de recherche et ce, dans différentes disciplines, en mettant en avant leurs apports et le contexte dans lesquelles elles se développent. L’historien des religions Philippe Borgeaud (2010, 2013) a souligné l’importance du regard christiano-centré sous-jacent à l’usage de la catégorie de «  mythes  » et a également mis en garde contre l’uniformisation d’interprétation à laquelle elle peut conduire. Il rappelle que « ce que nous appelons mythe correspond en effet à différentes catégories de récits indigènes » (Borgeaud, 2010 : 779). L’apport de l’étude des langues étrangères s’avère donc primordial, comme l’a aussi montré l’ethnologie. Les nouvelles approches ont également donné une place plus importante à la contextualisation et aux situations de communication (Calame, 2015). Dans cette lignée, nous avons également assisté à une meilleure prise en compte des contextes politiques dans lesquels les sources des mythes émergent, ainsi que les discours politiques que les mythes eux-mêmes peuvent porter (Lincoln, 1999 ; Meylan, 2020). Récemment, l’approche narratologique et la question des constructions de mondes ont nourri l’approche des mythes (Johnston, 2018). Cet axe invite alors également à interroger les croisements disciplinaires et les façons dont différents champs de recherches se fécondent autour de ces objets d’étude. Notons également qu’en histoire des religions, les travaux sur les mythes ont essentiellement bénéficié de recherche sur les récits traditionnels de la Grèce antique. Dans quelle mesure les études d’autres aires culturelles et d’autres périodes historiques viennent-elles encore relativiser les notions de mythes et de mythologies aujourd’hui, ainsi que d’autres notions associées à elles ?

Les trois axes proposés ci-dessus ne sont, bien entendu, pas exhaustifs, ni en termes d’objets, ni de problématiques. Il ouvrent aussi à des approches variées. Ainsi, les propositions pourront-elles également interroger la fonction des récits mythiques aujourd’hui, au niveau individuel comme au niveau collectif, ou encore la question des catégories d’usage et la qualification de phénomènes comme étant des mythes, des mythologies ou ayant une portée mythique voire mythologique.

Pour ce numéro, toutes les formes d’expression contemporaines pourront être interrogées. Les propositions attendues pourront relever des sciences humaines et sociales au sens large (histoire, sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, littérature, études cinématographiques, linguistique, philosophie, psychosociologie, etc.).

Cet appel à article s’ajoute au colloque « Les mythes au XXIe siècle », organisé dans le cadre de l’axe 3 du programme ANR Aiôn, socio-anthropologie de l’imaginaire du temps (https://aion-project.org), qui se tiendra à Besançon les 12 et 13 mai 2022.

 Bibliographie indicative

Barthes Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil,.

Blumenberg Hans (2005 [1971]), La Raison du mythe, trad. fr. Stéphane Dirschauer, Paris, Gallimard.

Blumenberg Hans (2001 [1979]), Arbeit am Mythos, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Borgeaud Philippe (2010), « Mythes », dans Dictionnaire des faits religieux, Régine Azria, Danièle Hervieu-Léger (dirs), Paris, Presses universitaires de France, pp. 779-785.

Borgeaud Philippe (2013), L’Histoire des religions, Gollion, Infolio.

Calame Claude (2015), Qu’est-ce que la mythologie grecque ?, Paris, Gallimard.

Citton Yves (2010), Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam.

Detienne Marcel (1981), L’Invention de la mythologie, Paris, Gallimard.

Godelier Maurice (2015), L’imaginé, l’imaginaire et le symbolique, Paris, CNRS éditions.

Hebdige Dick (2008 [1979]), Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones.

Johnston Sarah Iles (2018), The Story of Myth, Londres/Cambridge, Harvard University Press.

Lincoln Bruce (1999), Theorizing Myth : Narrative, Ideology, and Scholarship, Chicago, University of Chicago Press.

Meylan Nicolas (2020), Religion, mythe et politique en Islande médiévale, Liège, Presses universitaires de Liège.

Meylan Nicolas, Rösli Lukas (eds) (2020), Old Norse Myths as political Ideologies. Critical Studies in the Appropriation of medieval Narratives, Turnhout, Brepols.

Moles Abraham (1990), « La fonction des mythes dynamiques dans la construction de l’imaginaire social », Cahiers de l’imaginaire, n° 5/6, p. 9-33.

Morin Edgar (2008 [1962]), L’Esprit du temps : essai sur la culture de masse, Paris, Armand Colin/INA.

Ricœur Paul (2000), La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

Vernant Jean-Pierre (1974), Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, François Maspero.

Modalités de soumission des articles

Les propositions d’articles sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, à l’adresse électronique suivante : laurent [at] di-filippo.fr

Ils ne devront pas dépasser 50 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et devront être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés en français et d’un résumé (abstract) et de cinq mots-clés (keywords) en anglais.

Les articles répondront impérativement aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Publication prévue du numéro : juin 2023.

 Appel à contributions permanent

La revue accueille également des articles pour ses différentes rubriques, hors appel à contributions thématique :

♦ La rubrique« Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquels l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche, davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude. Ces articles ne doivent pas dépasser 30 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et être adressés à Mireille Dietschy : mireille.dietschy@gmail.com

♦ La rubrique « Fiches pédagogiques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologique (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théorique (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique. Ces articles ne doivent pas non plus dépasser 30 000 signes (notes et espaces compris) et être adressés à Agnès Vandevelde-Rougale : a-vandevelde@orange.fr

♦ La rubrique« Varia », accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions ni aux rubriques précédentes. Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et être adressés à Audrey Tuaillon Demésy (audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr) ET Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr).

♦ Enfin, la dernière partie de la revue recueille des« Notes de lecture » dans lesquelles un ouvrage peut être présenté de manière synthétique mais aussi critiqué, la note pouvant ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Elle peut aller jusqu’à 12 000 signes (notes et espaces compris) et être adressée à Nicolas Peirot : nicolas.peirot@gmail.com. Par ailleurs, les auteurs peuvent contacter Nicolas Peirot pour nous adresser leur ouvrage, s’ils souhaitent les proposer pour la rédaction d’une note de lecture dans la revue. Cette proposition ne peut être prise comme un engagement contractuel de la part de la revue. Les ouvrages, qu’ils fassent ou non l’objet d’une note de lecture, ne seront pas retournés à leurs auteurs ou éditeurs.

Séminaire: Humour et Moyen Âge

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » s’intéressera en 2022-2023 aux usages humoristiques associés à la période médiévale et à son imaginaire au fil de l’histoire.

Date limite d’envoi des propositions : 10 septembre 2022

Date des réponses du comité scientifique : 20 septembre 2022



On voit en effet se développer aujourd’hui un humour médiévaliste, et s’il a déjà été étudié sur son versant audiovisuel, c’est par exemple moins le cas pour ses déclinaisons sur les médias numériques ou sur les réseaux sociaux, qui se sont en particulier fait remarquer en France durant la période très incertaine des débuts du COVID. L’on y revisite aussi bien les enluminures (Simon de Thuillières) et la langue médiévale pour commenter l’actualité (compte Twitter @Jehan le Brave) que des tubes des années 80 dans le sillage du « bardcore », avec des exemples comme Hildegard Von Binglin ou Maître Frelon (« Elle a les yeux arquebuse »). Le jeu sur un faux ancien français, expérimental et potache, reposant surtout sur la réinvention lexicale, serait une sorte de retour aux sources fantasmé en même temps peut-être qu’une forme de parade (aux deux sens du terme : résistance et ostentation) au franglais, au globish… 

Cette nouvelle sociabilité et ces pratiques humoristiques contemporaines en lien avec le médiéval nous invitent à nous demander avec Michèle Gally, dans son dernier ouvrage, A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, « quelle représentation du passé (et ce qu’il contribue à en construire) et aussi quel souci le geste de remonter au Moyen Âge – et non à une autre époque – engagent chez nos contemporains » (CNRS Editions, 2022, p. 189). Rit-on du Moyen Âge ou des représentations et visages qu’on lui prête ? Les temps épidémiques sont-ils à l’origine de rapprochements ? Rit-on avec le Moyen Âge, contre lui ? A côté ou en opposition à lui ? Cette recréation témoignerait peut-être aussi de « l’attitude inquiète vis-à-vis du présent et de l’avenir », souligne ainsi Michèle Gally (p. 191). 

Parmi de nombreuses approches possibles, nous invitons à réfléchir sur les exemples précédents et les axes suivants : 

–          Rire contemporain et rire « médiéval » :

Que deviennent les formes de comique spécifiques au Moyen Âge – si tant que l’on sache ce qui faisait rire alors ? sur quels ressorts s’appuient les reprises contemporaines des farces ou fabliaux par exemple ? ou encore, que faire de la cruauté d’un Renart dans ses reprises pour la jeunesse ? Autrement dit, et plus largement, comment « traduire » le comique médiéval, « faire passer » le rire d’une langue/époque à une autre ?

Peut-on rire des œuvres/personnages/topoï médiévaux tout en n’en perdant pas les enjeux ? ou le décalage actuel par le rire peut-il finalement rejoindre certaines des problématiques médiévales par des voies détournées ?

–          Histoire culturelle de l’humour médiévaliste : rit-on du même Moyen Âge hier et aujourd’hui ? 

Les romans de chevalerie engendrent très rapidement leurs variantes distanciées ou parodiques, déjà chez Chaucer (Palamon dans « The Knight’s Tale »), puis d’Amadis à Don Quichotte. L’esthétique « troubadour », très appréciée sous le règne de Louis XVIII et déjà friande d’« archaïsmes affectés (omissions de pronoms sujets, inversions syntaxiques, formules désuètes telles que « ordonc », « moult », « icel », « varlets », etc.) » (Martine Lavaud) est largement moquée dans la suite du XIXe siècle. Le pittoresque du Trouvère de Verdi (1853) est encore au cœur du comique d’Une Nuit à l’opéra (1935) des Marx Brothers. Les premiers récits de fantasy médiévalistes, ceux de Lord Dunsany ou de James Branch Cabbel, adoptent à leur tour un ton ironique et plaisant. 

On peut aussi noter des cycles comiques qui se réalimentent régulièrement : ainsi pour le créateur contemporain Simon de Thuillières, il s’agit de sortir de « l’esthétique Jacquouille » qui a certes popularisé le MA mais en « a terni l’image ». Associé aux excès du vulgaire, au débordement « rabelaisien » de la chair et de la chère, dans quel mesure un certain Moyen Âge comique est-il encore compatible avec les publics contemporains ?

–          Humour médiévaliste et cultures contemporaines : médias, pratiques, cibles et enjeux : 

De la bande dessinée comique très développée autour du MedFan, au mouvement musical « bardcore », parodies des enluminures médiévales, memes, comme le proposent les sites MedievalMemes.org, Mesmes Moyenagescqves povr serfs et vassals… les médias sollicités produisent-ils un effet esthétique qui dépasserait le médiévalisme, un genre de rire spécifique (pour Youtube par exemple, ou TikTok : des effets de durée, de montage etc.) ? Comment ce dernier viendrait-il rejoindre le médiévalisme, autrement que par un intérêt « premier » pour le Moyen Age ?

Quelles sont les cibles privilégiées des parodies médiévalistes – quel héroïsme, quelles normes, quelles autorités ou quelles absurdités se trouvent-elles mises en cause ?

Quel sens (idéologique ? civilisationnel ? etc.) donner à ce rapport au passé et à ce passé-là ? Même « seulement » ludique, il ne serait ni simple ni sans signification « sérieuse ».

***

Le séminaire (environ 45 minutes de présentation et 45 minutes de discussion) se déroulera en ligne au premier semestre de l’année universitaire 2022-2023, et pourra être prolongé au printemps.

Lundi 10 octobre, 17h30-19h : Séminaire 1

Mardi 15 novembre, 17h30-19h : Séminaire 2

Mercredi 14 décembre 17h30-19h : Séminaire 3 

***

Les propositions de communication, composées d’un titre et d’un résumé d’environ 1500 signes, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, seront envoyées pour le 10 septembre 2022 aux adresses suivantes : anne-isabelle.francois [at] sorbonne-nouvelle.fr et anne.besson [at] univ-artois.fr

 
Indications bibliographiques

Besson Florian et Breton Justine, Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2019.

Breton Justine, Monty Python Sacré Graal, Paris, Vendémiaire, 2021.

D’Arcens Louise, Comic Medievalism: Laughing at the Middle Ages, Cambridge, D.S. Brewer, 2014.

Lavaud Martine, notice « Troubadour » (avec Anne Besson), Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du médiévalisme, Paris, Vendémiaire, sept. 2022.

Letourneux Matthieu, Vaillant Alain, (dir.), L’empire du rire. XIXe – XXIe siècle, Paris, CNRS, 2021.

Mazdon, Lucy, France on Film. Reflections on Popular French cinema, Londres, Wallflower, 2001.

Minois Georges, Histoire du rire et de la dérision, Paris, Fayard, 2000.

Publications et activités du Réseau Interdisciplinaire de Recherches sur l’Humour (RIRH : https://rirh.hypotheses.org)

Tran-Gervat Yen-Maï, « Pour une définition opérationnelle de la parodie littéraire : parcours critique et enjeux d’un corpus spécifique », Cahiers de Narratologie [En ligne], 13, 2006. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/372 

Vaillant Alain, Esthétique du rire, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012.

La civilisation du rire, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Parution: Fake Moyen Âge!

Laurent Gervereau, FAKE MOYEN ÂGE! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Dans le cadre d’une exposition sur le médiévalisme organisée à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne à partir du 5 février 2022, découvrez la publication de 26 articles synthétiques et destinés au grand public sur l’utilisation du Moyen Âge dans différentes sphères médiatiques et culturelles. Cet ouvrage est à paraître le 15 janvier 2022 avec, en prime, la contribution de plusieurs de nos membres.

 

Table des matières

Rêver hier, Laurent Gervereau 7

Préface, Jean-Claude Schmitt 15

 

La construction d’un imaginaire medieval

Un Moyen Âge « walterscotté », Patricia Victorin 22

La place du Moyen Âge dans l’espace public de l’époque romantique à nos jours (1820-2020), Christian Amalvi 56

Le château de Versailles, vitrine paradoxale des représentations du Moyen Âge, Christian Amalvi 89

Les sources médiévales de l’art modern et contemporain, Thomas Golsenne 97

Au cinéma, un Moyen Âge condamné à être « faux » ?, François Amy de la Bretèque 113

Le Moyen Âge dans la BD : un être culturel iconique et plastique, Alain Chante 140

Moyen Âge et séries télévisées, Justine Breton 160

Stronghold Legends : exemple d’un jeu vidéo entre Moyen Âge et humour, Raphaël Bourdot 172

Les fêtes médiévales, Florian Besson 185

Jeux vidéo et bardcore: les nouveaux usages du médiévalisme en musique ? Matthias Lakits 193

Une brève histoire des médiévistes : de l’époque classique à nos jours, Christian Amalvi 202

Moyen Âge et nationalisme, Richard Utz et Anne-Françoise Le Lostec 245

Le médiévalisme, Yohann Chanoir 262

 

Sujets de fascination

L’invention de Jeanne d’Arc par les Romantiques, Gerd Krumeich 272

Robin des Bois, objet de fascination du cinema, François Amy de la Bretèque 286

Un roi, une table, un plat, des chevaliers, des dames et des romans, Patricia Victorin 301

Le château fort et les idées reçues dès l’enfance, Marie Périn 321

Le castrum de Merle, un château pas comme les autres ?, Christian Remy 335

Ma sorcière mal-aimée ? Les sorcières dans la BD et le cinéma, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir 354

Ils se refilent la précieuse carcasse du goupil, Aurélie Barre 368

Les serfs, Yohann Chanoir 381

Imaginaire ou idéologique : la cathédrale, Danièle Alexandre-Bidon 391

Représentations de la forêt médiévale dans l’histoire et dans la littérature, Sylvie Bépoix, Hervé Richard et Hélène Gallé 405

Sales ? Non : propres ! Hygiène publique et hygiène privée, histoire d’un découplage Danièle Alexandre-Bidon 435

Manger médiéval ?, Denis Saillard 451

L’imaginaire des croisades, Florian Besson 465

Parution: How To Live Like a Medieval Monk

Danièle Cybulskie, How To Live Like a Medieval Monk : Medieval Wisdom For Modern Life, Abbeville Press, 2021.

How medieval monastic practices—with their emphasis on a healthy soul, mind, and body—can inspire us to live fuller lives today. We know that they prayed, sang, and wore long robes, but what was it really like to be a monk? Though monastic living may seem unimaginable to us moderns, it has relevance for today. This book illuminates the day-to-day of medieval European monasticism, showing how you can apply the principles of monastic living, like finding balance and peace, to your life.

With wit and insight, medievalist and podcaster Daniele Cybulskie dives into the history of monasticism in each chapter and then reveals applications for today, such as the benefits of healthy eating, streamlining routines, gardening, and helping others. She shares how monks authentically embraced their spiritual calling, and were also down to earth: they wrote complaints about being cold in the manuscripts they copied, made beer and wine, and even kept bees. 

How to Live Like a Monk features original illustrations by Anna Lobanova, as well as more than eighty color reproductions from medieval manuscripts. It is for anyone interested in the Middle Ages and those seeking inspiration for how to live a full life, even when we’re confined to the cloister of our homes.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Colloque: S’évader au Moyen Âge

Les 7-8 octobre 2021 se tiendra à Autun le colloque pluridisciplinaire “S’évader au Moyen Âge: entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale”, organisé par nos membres Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton.

Ce colloque est organisé dans le cadre de l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) en partenariat avec le centre d’Histoire vivante d’Autun (qui accueillera les intervenants) et avec l’association Modernités Médiévales, et sous le patronage de la commission nationale française pour l’UNESCO.

Programme:

Jeudi 7 octobre 2021

9h30: Accueil des participants

10h00 : Mots de bienvenue et introduction du colloque – Renaud Baujot-Julien, Justine Breton et Audrey Tuaillon

Session 1 – Représenter le Moyen Âge

10h30 : Médiations ludiques et réceptions médiévalistes : comment s’évader au XIIIe siècle au musée des bastides de Monflanquin ? – Patrick Fraysse (PU, Université de Toulouse) et Muriel Molinier (post-doctorante, Université de Toulouse)

11h : Échappatoires linguistique et mystique à travers l’appropriation celtique : signe et sénéfiance des langues et motifs celtiques dans The Witcher – Manon Metzger (Doctorante, Université d’Ulster)

11h30 : Questions/discussions

12h : Pause déjeuner

Session 2 – Investir l’imaginaire médiéval à travers la littérature

13h30 : Du désir de décorum castral au fantasme de domination féodale : l’échappatoire médiévale dans la chantefable Va dire au lac de patienter de Jean-Louis Bory – Léo-Paul Blaise (Doctorant, ENS de Lyon)

14h : Baudolino ou l’échappée médiévaliste d’Umberto Eco – Jonathan Fruoco (Docteur, chercheur indépendant)

14h30 : Questions/discussions

14h45 : Pause

Session 3 – Une évasion dans le domaine du sensible : expériences corporelles et sensorielles du Moyen Âge

15h : Un médiévalisme des usages : topologie arthurienne et pratique psychocorporelles en forêt de Brocéliande – Mélie Fraysse (MCF, Université de Toulouse) et Odile Parsis-Barubé (MCF-HDR, Université de Lille)

15h30 : La récréation vidéoludique au service du médiévalisme : le cas de The Witcher 3 Wild Hunt – Clémence Huguet (Masterante, Université Paris-Sorbonne)

16h : Le Moyen Âge rêvé de Nikolaj Evreinov : un outil pour penser l’attrait contemporain pour les fictions d’inspiration médiévale – Louise Putov (Doctorante, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle)

16h30 : Questions et discussions

17h00 : Pause de fin de journée, temps libre

18h30 : Apéritif ludique et temps de convivialité

Découverte de pratiques sportives associées au Moyen Âge. La reconstitution du combat au Moyen Âge : entre spectacle, sport et art martial – Olivier Dupuis (président de la Fédération française d’Arts martiaux historiques européens). Présentation des Arts martiaux historiques européens avec l’association De Taille et d’Estoc.

Découvertes culinaires : dégustations de mets et boissons

 

Vendredi 8 octobre 2021:

9h15 : Accueil des participants

Session 4 – Un dépaysement médiatique

9h30 : La grande évasion ? Moyen Âge et politique dans les bandes dessinées médiévalisantes de l’année 2020 – Yoan Boudes (Doctorant, Université Paris-Sorbonne) et Nicolas Garnier (Docteur, Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Le Moyen Âge de Myrath, onirisme et réappropriation culturelle dans la musique metal tunisienne – Tasnime Ayed (Docteure, Université d’Artois et de la Manouba)

10h30 : Frère Cadfael et le plaisir du dépaysement – Francis Mickus (Doctorant, Paris I)

11h00 : Questions/discussions

11h30 : Conclusion du colloque – Justine Breton et Audrey Tuaillon Demésy

12h : Déjeuner et fin du colloque

 

Appel: Reinterpreting the Middle Ages

Les éditions Brepols ouvrent un appel à publications (sans date limite) pour des ouvrages collectifs ou des monographies sur le sujet “Reinterpreting the Middle Ages: From Medieval to Neo“. Cette nouvelle collection est dirigée par Claire Kennan (Reading) et Emma J. Wells (York). Les textes sont attendus en anglais, mais peuvent inclure du français

The aim is to provide a new publication platform for interdisciplinary studies of the Middle Ages; that is, research which analyses the impact and approaches to the study of the medieval era from its origins to the present day to create a unique dialogue between scholars, professionals, and practitioners. In moving away from traditional approaches and towards the inter- and multi-disciplinary, the premise is to gain a snapshot of how (and why) the Middle Ages have been formed and are perceived across fields as well as over vast periods of change and countries, boundaries, and borders; to continue driving and moulding this innovation through examinations of the phenomenon/movement (in traditional or ‘neo-’form), its historiography, representation, image, presentation, and pedagogies.
The series offers radical, exciting, informed, and innovative readings of the importance and prominence of the Middle Ages in the twenty-first century, how and why its significance has endured since the post-medieval era, and, most importantly, how critical curiosity of the era has been received, imagined, invoked, used, abused, and refashioned in the Medieval, Early Modern, Modern and Contemporary periods (so to speak). Rich collisions and fresh perspectives reveal ideas and exercises across centuries of practice and provide a new set of reference points that reframe the ‘medieval’ itself thereby presenting a fresh, broad, and representative picture of the deep connections between the modern and pre-modern world.
Titles will cover all forms of engagement with the more emerging field of neo-medievalism—at least as a revivalist subdiscipline over the last two generations—from the academy to modern pedagogies and constructs in popular culture from a multitude of fields, including history, art, architecture, archaeology, literature, musicology, public engagement and interpretation, digital humanities/heritage. Welcoming burgeoning topics such as film & TV, video games, social media, performing arts/cinema/drama, and particularly education, race, gender and decolonisation, as well as traditional approaches including historiography and renaissance/revival studies, it is based on the premise that the Middle Ages should be cultivated within and expanded beyond the academy, thereby bringing the media, education, popular, historical, and political discourses, into an engagement and dialogue with the past.

Téléchargez ici tous les détails de l’appel à contribution depuis le site de l’éditeur (document en anglais).

Appel: The Middle Ages in Asian Popular Culture

Appel à communication pour la session “Reshaping the Middle Ages in, and through, Asian Popular Culture“, proposée par l’Association for the Advandement of Scholarship and Teaching of the Medieval in Popular Culture, et l’association Mutual Images, dans le cadre du colloque international en ligne “Medievalism Today” (36th Annual International Conference on Medievalism; Delta College, Michigan).

Date de la conférence (en ligne): 4-6 novembre 2021

Date limite de soumission: 30 juin 2021

As medievalists and medievalismists, we often focus our attention on the reception of the Middle Ages in Europe and the Americas; however, medievalism is both an international and a transnational phenomenon, and one that is especially prevalent in Asian popular culture. Anime, collectible card games, light novels, manga, video games, visual novels, and related media have had an incredible impact on the world, but few medievalists have explored how this material has adapted and/or appropriated material like the Arthurian tradition, Beowulf, the life and writings of Dante Alighieri, the hero stories of medieval Ireland, the life of Joan of Arc, Norse mythology, tales of Robin Hood, narratives of Viking exploration, and legends of Vlad the Impaler. Fewer still have explored the impact of the phenomenal spread of these texts across the globe and their impact on creating perceptions about the medieval world. It is our intent with this session to allow consumers of these media to share their knowledge and passion with fellow enthusiasts of the medieval. We also hope that a collection of essays will result from this session.

Les détails et les modalités de soumission sont accessibles sur Fabula.

Patricia Victorin

Professeure en langue et littérature médiévales à l’université Bretagne Sud (UBS/HCTI)

Champs de recherche :

Roman arthurien tardif et intertextualité ; rétroécriture et poétique de la nostalgie à la fin du Moyen Âge ; réception de la littérature médiévale au Moyen Âge tardif.

Réception de Froissart dans l’historiographie, dans l’histoire littéraire, et chez les écrivains.

Médiévalismes et orientalismes.

 

Bibliographie sommaire :

Ouvrages :

Ysaïe le Triste, Une Esthétique de la Confluence : Tours, Tombeaux, Vergers et Fontaines, Paris, Champion, 2002, (Bibliothèque du XVe siècle, n°63).

Le Conte du Papegau (en collaboration avec Hélène Charpentier), édition et traduction, Paris, Champion coll. « Classiques Moyen Âge », 2004.

Froissart après Froissart. La réception des Chroniques en France du XVe s. au XIXe s., à paraître aux PUR en 2021, collection « Interférences ».

Co-directions d’ouvrages :

 Co-direction avec Sylvie Triaire, Deviser, diviser : pratiques du découpage et poétiques du chapitre de l’Antiquité à nos jours, Montpellier, PULM, («collection des Littératures », série Le Centaure), 2011.

 Lire les textes médiévaux aujourd’hui: historicité, actualisation hypertextualité, (sous la direction de P. Victorin), Paris, Champion, 2011. 

Cultiver les lettres médiévales aujourd’hui, Perspectives médiévales 36, 2015 (direction Sébastien Douchet avec la collaboration de Sophie Albert et Patricia Victorin), disponible sur le site http://peme.revues.org/7218

Par le détail : frontières entre l’accessoire et l’essentiel (dir. P. Victorin), CRMH, 2016-1, n°31, pp.121-282.

Figures de l’Etudiant.e : du Moyen Âge au XXIe siècle, (co-direction avec Marie Bulté et I. Durand), actes parus dans la revue électronique Motifs. (HCTI) n°3 octobre 2019.

Articles et communications sélectionnés

  • « Psittacisme et captivité dans le Chevalier du papegau et Tirant le Blanc », dans Du roman courtois au roman baroque, sous la direction d’E. Bury et F. Mora, Paris, Les Belles Lettres, 2004, pp. 135- 159. 

  • « Enfance, parodie et répétition dans deux romans arthuriens du Moyen Âge tardif : entre balbutiement et radotage », n° spécial intitulé De l’usage des vieux romans, sous la direction de Francis Gingras et Ugo Dionne, Études françaises, Montréal, 2006, pp. 63-89.
  • « L’écriture en second : incidence et anecdote chez Froissart et Dumas », Ravy me treuve en mon déduire, nouvel hommage à Jean Dufournet (ouvrage dirigé par Elisabeth Gaucher-Rémond et Luca Pierdominici), Aras Edizioni, 2011, pp. 317-346.
  • « La rétro-écriture ou l’écriture de la nostalgie dans le roman arthurien tardif : Ysaïe le Triste, le Conte du Papegau et le Mélyador de Froissart », dans Arthurian Literature ( 2013), pp. 158-181.
  • « Le paradoxe nostalgique ou Chrétien de Troyes revu et corrigé dans le Conte du Papegau », Actes du colloque de Bordeaux 2012, dans Texte et contre-texte pour la période pré-moderne, (dir. Nelly Labère), Bordeaux, Ausonius éditions, 2013, pp. 77-84.
  • « The Boy’s Froissart de Lanier ou la réappropriation d’une mémoire européenne à destination des garçons en Amérique. », Patricia Victorin, « The Boy’s Froissart de Lanier ou la réappropriation d’une mémoire européenne à destination des garçons en Amérique. », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 05 septembre 2019. URL: http://journals.openedition.org/peme/9405; DOI : 10.4000/peme.9405
  • « Remarques sur le motif de la mise en cage dans le roman arthurien tardif en Europe (Tirant le Blanc, le Conte du Papegau, la Tavola Ritonda) », dans Réalités, Images, Ecritures de la prison au Moyen Âge (direction Jean-Marie Fritz et Silvère Ménégaldo), Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2012, pp. 59-75.
  • « Dumas en Froissart : le romancier et le chroniqueur », dans les actes du Colloque de Caen 2012, Dumas Critique (dir. Julie Anselmini), Université de Limoges, PULIM, 2013, pp. 167-189.
  • «Reconstruction légendaire d’un épisode de la Guerre de Cent Ans : le Combat des Trente depuis Froissart au Barzaz Breiz de Hersart de la Villemarqué», séminaire Histoire des Bretagnes: en marge des Bretagnes médiévales, (H. Bouget, M. Coumert), 4 octobre 2013, Quimper (Centre de Recherches Bretonnes et Celtiques), Histoires des Bretagnes, (5 En marge), Brest, 2015, pp.105-126.
  • « Tombeaux pour une autre histoire ou la merveille en sommeil », Motifs merveilleux et poétique des genres au Moyen Âge, (dir. Francis Gingras), Paris, Garnier, 2015, pp. 389-402.
  • « Le somnambulisme dans le Livre III des Chroniques et dans le Mélyador de Froissart : détail monstrueux ou clef de lecture ? », Expériences oniriques dans
  • la littérature et les arts du Moyen Âge au XVIIIe siècle, (dir. Mireille Demaules), Paris, Champion, 2016, pp.125-146.
  • « Froissart, un poète de son temps. Réception de Froissart poète au XIXe siècle : entre érudition et fiction », dans Expériences critiques. Approche historiographique de quelques objets littéraires médiévaux (dir. V. Dominguez et E. Gaucher-Rémond), Paris, Sorbonne Université Presses, 2019, pp. 231-254.
  • « Les Chroniques de Froissart traduites par Lord Berners : rivalité avec Artus de Bretagne ou cause commune ?», Artus de Bretagne. Du manuscrit à l’imprimé (XVe-XIXe siècle), (dir. Christine Ferlampin-Acher), Rennes, PUR, 2016, pp.267-281.
  • « Remarques sur les attestations arthuriennes dans les Chroniques de Froissart : devise littéraire ou indice d’un discours propagandiste au service de l’histoire de l’Angleterre? », Arthur après Arthur. La matière arthurienne tardive en dehors du roman arthurien, (dir. Christine Ferlampin-Acher), Rennes, PUR, 2017, pp. 197-219.
  • « Arthur et Tristan vus par un antiquaire insolite en Bretagne ou le Chevalier de Fréminville, entre nostalgie et avant-garde », dans Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales ( M. Coumert et H. Bouget), éd. CRBC, 2019, pp. 45-64.
  • « Amour et Chevalerie », La matière arthurienne tardive en Europe 1270-1530, (dir. Christine Ferlampin-Acher), Rennes, PUR, 2020, p. 279-289.

Parution : Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!

Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, coll. “Contrechamp”,2021.

Décryptage du film culte de Terry Jones et Terry Gilliam
Est-ce l’hirondelle africaine ou européenne qui peut le mieux supporter le poids d’une noix de coco ? Comment démasquer une sorcière à l’aide d’un canard ? Arthur parviendra-t-il à convaincre ses sujets qu’il est bien roi, même s’ils n’ont pas voté pour lui ? Un jardinet suffira-t-il à apaiser la colère des chevaliers qui disent Ni ? Comment venir à bout du lapin blanc, terrifiant gardien de la grotte de Caerbannog ?
Répliques cultes, scènes mythiques : dès sa sortie sur les écrans en 1975, Monty Python: Sacré Graal !, réalisé par Terry Gilliam et Terry Jones, connaît un succès mondial, jamais démenti depuis.
Du rejet initial par les grandes maisons de production aux premières projections catastrophiques, en passant par un tournage cauchemardesque, Justine Breton revient sur les coulisses de la création de ce chef-d’oeuvre, et décortique l’art de la comédie à la manière des Monty Python.

Anna Gęsicka 

Prof. agrégée, Chaire des Lettres Romanes, Université Nicolas Copernic, Toruń, Pologne

Domaine: littérature médiévale française

Doctorat 2003 : “Le stéréotype de la vieillesse dans la poésie française du XV siècle”, tuteur prof. Krystyna Kasprzyk, Université de Varsove.

Habilitation 2014 : “Między wolą a niewolą. Problem wyboru w krótkich narracjach francuskiej literatury dwornej XII i XIII wieku, Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, Toruń 2014, 375 p., ISBN 978-83-231-3102-1 [Entre volonté et dépendance. Le problème du choix dans les brèves narrations courtoises de la littérature française du XIIe et XIIIe siècle”], tuteur prof. Maciej Abramowicz, Université de Lublin/Université de Varsovie. 

Principaux axes de recherches :

  1. thème du temps, de la vieillesse et de la mort dans la poésie du Moyen Age tardif
  2. problématique volitive dans les narrations courtoises
  3. érotisme et sexualité
  4. intertextualité, médiévalisme

En cours d’écriture, un livre sur les adaptations théâtrales des cinq fabliaux faites au début du XX siècle par Jean Ott, dramaturge et poète.

Publications : https://www.human.umk.pl/wydzial/pracownicy/?eid=3107350

Articles sur le médiévalisme

« L’avilissement d’Aristote : traitement d’un motif au XIIIe et au XXe siècles », Médiévales. Etudes médiévales, numéro double 11-12, Amiens (2010), p. 345-353.

« Le loup-garou au Moyen Age et au XXe siècle : évolution du symbole dans Bisclavret de Marie de France, Mélion et Le Loup-garou de Boris Vian », Medievales 62, Amiens 2016, p. 191-202.

« Signes de présence : l’auteur dans les pièces de théâtre de Jean Ott (XXe siècle) », in : A. Gałkowski, T. Roszak (dir.), Semiotica generale – Semiotica specifica. Sémiotique générale – Sémiotique Spécifique, coll. „Signum-Idea-Verbum-Opus”, Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego, Łódź 2018, p. 141-152.

« Les trois aveugles de Compiegne de Cortebarbre (XIIIe siècle) et Les Trois Aveugles de Compiègne de Jean Ott (XXe siècle) : une analyse transtextuelle », Romanica Cracoviensia 2018,  no 4 (18),  p. 185-192, URL : http://www.ejournals.eu/Romanica-Cracoviensia/2018/Tom-18-%20Numer-4/art/13957/

« Entre jeu et nostalgie. Les topoï courtois dans Les Trois Aveugles de Compiègne de Jean Ott », Romanica Silesiana, No 2 (16) 2019, p. 19-28, URL : https://wydawnictwo.us.edu.pl/sites/wydawnictwo.us.edu.pl/files/00_rs_2019_2_16.pdf

Parution : Moyen Âge connecté

Zrinka Stahuljak, Médiéval contemporain. Pour une littérature connectée, Editions Macula, 2020

Présentation de l’éditeur :  
La médiéviste Zrinka Stahuljak nous présente dans son essai un Moyen Âge empli d’enseignements pour notre propre société. Se penchant à la fois sur l’époque médiévale et sur l’époque néo-libérale, elle met au jour les rapports que nous entretenons aux mots et à la littérature, à leur histoire, et aide à faire comprendre les questions liées à la politique culturelle ainsi qu’à la préservation et au financement du patrimoine. Au fil de ces pages, c’est l’impérieuse nécessité de poursuivre les enseignements de la littérature et de l’histoire du Moyen Âge qui prend forme.

Zrinka Stahuljak enseigne la littérature et la civilisation médiévales à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Elle a publié en France L’Archéologie pornographique. Médecine, Moyen Âge et histoire de France (PUR, 2018) et Les Fixeurs au Moyen Âge. Histoire et littérature connectées (Le Seuil, 2021), et aux États-Unis, Bloodless Genealogies of the French Middle Ages (2005) et Medieval Fixers: Translation Across the Mediterranean, 1250-1530 (à paraître).

Parution : Le Moyen Âge mort-vivant

Revue en ligne TrOPICS n°9, “Le Moyen Age mort-vivant”, dir. Marc Arino et Anne-Cécile Koenig

https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-9

Introduction (Anne-Cécile Koenig-Le Ribeuz avec la participation de Marc Arino)

Estelle Doudet,
Hantologies médiévales : les écritures du spectacle face à l’archéologie des média

Daisy de Palmas Jauze
Le dragon, support de communication médiatisé et intermédialisé

Camilia Gélinas
Entre conservation et mise à mort : le sort de la senefiance dans Claris et Laris

Léo-Paul Blaise
Les chansons de geste et leurs mises en prose : images et survivance d’une médialité vocale

Florian Dimeck
Faire du livre un spectacle : Le Chasteau de labour de Pierre Gringore ou l’actualisation du récit allégorique à la fin du Moyen Âge

Julien Louis
Le gisant gothique : une image à comprendre, XVIe-XXe siècles

Stéphane Fossard
Vision romantique de la danse macabre

Vivien Féasson
La fantasy archaïsante survit-elle à la traduction ?

Jean-François Poisson-Gueffier
« L’éternité vient nous parler et il faut l’écouter » (I, 33). Résurgences médiévales et écriture mythique dans Kopernikus : Rituel de la mort

Anne Ibos
Les musiques de films « médiévaux » : de l’abstraction à la recomposition

Justine Breton
« I’m not dead yet » : les séries médiévalistes ou le moyen de repousser la mort

 

Colloque : Médiévistes et médiévalismes

Colloque « Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ? »  Poitiers, 1-3 avril 2021

Organisation : Martin Aurell, Justine Breton, Florian Besson et Lucie Malbos

Programme prévisionnel


Les journées se décomposeront en matinées (format colloque « traditionnel » proposant des approches-bilan autour de trois grands axes) et après-midis plus « grand-public » (avec tables-rondes intégrant les participations du public et des temps « annexes » : présentation de posters d’étudiants, démonstration de reconstitution par un groupe).


JEUDI 1ER AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h30) : accueil à partir 8h30
➢ Mot d’accueil et de remerciement (Martin Aurell en tant que directeur du CESCM)
➢ Introduction (Lucie Malbos, univ. Poitiers)
➢ Session 1 : « Le médiévalisme : quelques terrains d’étude » (président : Alban Gautier)
– Anne Besson (univ. Artois) : « Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ? »
– Isabelle Olivier (univ. Artois) : « Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement »
– Tristan Martine (univ. Angers) : « Des bulles médiévales en cases : les enjeux du médiévalisme en bande dessinée »
– Justine Breton (univ. Reims-Champagne-Ardenne) / Florian Besson (univ. Aix-Marseille) : « Comment analyser une oeuvre médiévaliste : de Kaamelott à Game of Thrones »
• Début d’après-midi (env. 14h-15h) :
Conférence de Tommaso di Carpegna Falconieri (univ. Urbino Carlo Bo) : « Médiévistique et médiévalisme : un château aux destins croisés » (conférence introduite par Martin Aurell)


• Après-midi (env. 15h15-17h45) :
Présentation du dernier numéro de Médiévales par Alban Gautier

Table-ronde 1 : « Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? Expériences et réflexions » (modérateur : Florian Besson)
– Fabien Paquet (univ. Caen)
– Fanny Cohen-Moreaux (créatrice du podcast Passion Médiévistes)
– Isabelle Catteddu (INRAP)
– Fanny Madeline (univ. Paris I)
– Tobias Boestad (??) pour Actuel Moyen Âge [sous réserves]
• Début de soirée (18h-19h) :
Présentation des posters des étudiants (doctorat et Master 2)
« Le Moyen Âge à travers les siècles et les supports »
+ Cocktail de bienvenue

VENDREDI 2 AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h) :
Session 2 : « Le médiévalisme : représentations » (présidente : Anne Besson)
– Nathalie Koble (ENS Ulm) : « Le Moyen Âge dans la littérature contemporaine (théâtre et poésie) »
– Vincent Ferré (univ. Paris Est-Créteil) : « La disparition, ou : Zumthor et Workman en Amérique »
– Alain Corbellari (univ. Lausanne) : « L’éternel retour du Moyen Âge. Pour une histoire longue du médiévalisme »
– Clément et Louis de Vasselot (univ. Poitiers et chercheur indépendant) : « La fascination pour le Moyen Âge occidental dans l’animation japonaise »


• Après-midi (env. 13h30-15h30) :
Table-ronde 2 : « Le médiéviste face aux non-médiévistes : tensions et attentions » (modératrice : Justine Breton)
— Alban Gautier (univ. Caen)
— Paul Sturtevant (Smithsonian Institution)
— Florian Besson (univ. Aix-Marseille)
— Cécile Voyer (univ. Poitiers)
— Chloé Maillet (École Supérieure d’Art et Design, Angers)

Après-midi (env. 16h-18h) :
Table-ronde 3 : « L’archéologie expérimentale : rechercher, reproduire, réinterpréter » (modérateur : Nicolas Prouteau)
— Thierry Gregor (univ. Poitiers)
— Gilles Martinez (Docteur de Montpellier 3, Instructeur de combat historique)
— Christelle Chaillou (CNRS)
— Mylène Pardoen (CNRS)


SAMEDI 3 AVRIL


• Matinée (env. 9h-12h) :
Session 3 : « Le médiévalisme : méthodes de travail » (président : Martin Aurell)
– Marion Bertholet (Aix-Marseille) : « Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi : un anti-médiévalisme ? »
– Joanna Pavleski-Malingre (univ. Rennes 2) : « Étudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours : intérêts et enjeux d’un médiévalisme au long cours »
– Georges Bertin (CNAM des Pays de La Loire) : « Actualité du médiévalisme, territoires et réseaux, recherche action et observation participante »
– Romain Vincent (univ. Paris 13) : « Du ludique au pédagogique : comment le Moyen Âge est-il mis en jeu vidéo ? »


• Après-midi (13h30-16h) :
« La reconstitution historique ou Histoire vivante : expériences et médiation »
➢ 13H30-14H30 : Démonstration de reconstitution par le groupe des Ours d’Alfadir (Poitiers)
➢ 14H45-15H45 : débat sur le travail des reconstitueurs en présence du groupe et d’Audrey Tuaillon Demésy (univ. Franche-Comté) et Martin Bostal (univ. Caen)
• Fin d’après-midi (v. 16h-16h30) :
Conclusions (Martin Aurell, univ. Poitiers)

Studies in Medievalism : Moyen Âge et politique

Parution du n°XXIX et appel à contribution pour le vol. XXX

Politics and Medievalism (Studies): Studies in Medievalism XXIX, 2020, Karl Fugelso (ed.)

I: Essays on Politics and Medievalism (Studies)

·      Esther Liberman Cuenca: Historical Malapropism and the Medieval Blood Libel in American Politics

·      Sean Griffin: Putin’s Medieval Weapons in the War against Ukraine                   

·      Daniel Wollenberg: The Battle of Tours and the US Southern Border                 

·      Andrew B. R. Elliott: Medievalism, Brexit, and the Myth of Nations                 

·      Christopher Jensen: An Arthur for the Brexit Era: Joe Cornish’s The Kid Who Would be King

II: Other Responses to Medievalism

·      Mary Behrman: Angle-ing for Arthur: Erasing the Welsh in Guy Ritchie’s King Arthur: Legend of the Sword

·      Ali Frauman: Chasing Freyja: Rape, Immigration, and the Medieval in Alt-Right Discourse

·      Laura E. Cochrane: “Things painted on the coarse canvas”: Political Polemic in Jean-Paul Laurens’s Portrait of the Child Emperor Honorius

·      M. J. Toswell: The Capacious Medievalisms of Henry Wadsworth Longfellow           

·      Victoria Yuskaitis: Archaeology and Medievalism at Julian of Norwich’s Anchorite Cell

·      Laura Varnam: A Revelation of Love: Christianity, Julian of Norwich, and Medieval Pity in the Harry Potter Series

·      Anna Fore Waymack & John Wyatt Greenlee: In the Beginning Was the Word: How Medieval Text Became Fantasy Maps                                                      

·      Usha Vishnuvajjala: Objectivity, Impossibility, and Laughter in Doctor Who’s “Robot of Sherwood”

·      James Cook: Sonic Medievalism, World Building, and Cultural Identity in Fantasy Video Games

Appel annuel de la revue Studies in Medievalism, pour le XXXe volume, et second volet du diptyque Political Medievalism:

From Hitler’s“Third Reich”to Bush’s “crusade”against terrorism, professional politicians have often invoked the Middle Ages to justify their actions. But they are far from alone, for many of their constituents have also deployed medievalism for political purposes, as in condemning impoverished countries for “failing to escape”the Middle Ages. Indeed, much of medievalism, not to mention the study of it, has revolved around politics of one kind or another, as became evident from the unprecedented number of submissions to our previous volume (XXIX) on this theme. 

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is therefore once again seeking not only feature articles of 6,000-12,000 words (including notes) on any postmedieval responses to the Middle Ages, but also essays of approximately 3,000 words (including notes) on the intersection of medievalism (studies) and politics.

How exactly have professional and amateur politicians misconstrued, mangled, and manipulated the Middle Ages and to what end? How have politics influenced the development of medievalism and/or study of it? In what sense, if any, is it possible to have medievalism (studies) without politics? How might medievalism otherwise be deployed in professional or amateur politics? In responding to these and related questions, contributors are invited to give particular examples, but their submissions, which should be sent to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) in English and Word by August 1, 2020 (note that priority will be given to papers in the order they are received), should also address the implications of those examples for the discipline as a whole.