Archives par étiquette : médiévalisme

Appel : Médiévalisme et discrimination

La revue Studies in Medievalism prépare un XXVIIIe volume sur la discrimination.

Though scholars have addressed many examples of medievalist discrimination, much work remains to be done on the treatment of systematically underrepresented and/or disenfranchised communities in postmedieval responses to the Middle Ages.

Moreover, the recent, highly public exchange between Rachel Fulton Brown and Dorothy Kim suggests we, as scholars of medievalism, need to examine discrimination among our own ranks.  What biases are suggested by our choice of topics, our approaches to them, and the fora in which we discuss them?  How are those conversations shaped by publishers, universities, and other institutions that represent the Establishment?  If we wish to expose, subvert, or avoid such prejudices, how can we best do so?

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is seeking 3,000-word (including notes) essays on these and related questions about medievalism and about the scholarship on it, as well as 6,000 to 12,000-word (including notes) articles on any postmedieval responses to the Middle Ages.  Please send all submissions in English and Word to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) by August 1, 2018.  For a style sheet, please visit the website http://www.medievalism.net/sim.html.

Image : Djimon Hounsou dans le film King Arthur: Legend of the Sword de Guy Ritchie, 2017

 

Thomas Ledru (Doctorant, Lille)

Thomas Ledru

Doctorant en histoire médiévale à l’Université de Lille 3.

Thèse : Saint-Riquier (VIIe-XIe siècles) : histoire, mémoire, hagiographie ; sous la direction de Michèle Gaillard (Lille 3) ; co-encadrants : Charles Mériaux (Lille 3) et Brigitte Meijns (Katholieke Universiteit Leuven).

Axes de recherches : haut Moyen Age occidental ; histoire de l’Eglise ; médiévalisme.

http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/1D-Ledru.html

Appel : « Médiévalisme »

Revue ¿ Interrogations  ?Appel à contributions N° 26 – Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge

http://www.revue-interrogations.org/AAC-No-26-Le-medievalisme-Images

Numéro coordonné par Yohann Chanoir, Laurent Di Filippo et Audrey Tuaillon Demésy

Depuis la Renaissance, les sociétés occidentales manifestent un « goût pour le Moyen Âge  » (Amalvi, 1996). Force est de reconnaître que cet intérêt s’est accéléré depuis les années 2000 : la saga littéraire Game of Thrones s’est vendue à plus de cinquante millions d’exemplaires dans le monde ; la bande dessinée médiévale a conquis un large public ; l’adaptation de la matière arthurienne est en plein essor (Blanc, 2016), comme l’illustrent les huit tomes dérivés de la série Kaamelott publiés entre 2008 et 2015, ou encore le cycle Excalibur de Jean-Luc Istin ; le cinéma « moyenâgeux  » (de la Bretèque, 2015) a les faveurs du public et des studios. Les grandes figures médiévales sont revisitées (Robin des Bois de Ridley Scott, 2010 ; Robin des Bois, la véritable histoire, Anthony Marciano, 2015) tandis que la geste des Vikings bénéficie d’un revival. Enfin, le succès de séries télévisées, qu’elles soient globalisées comme Vikings ou Game of Thrones, ou plus localisées comme Wolf Hall en 2015, souligne aussi la vigueur de l’intérêt pour cette période.

Le panorama serait incomplet sans prendre en compte les autres manifestations du Moyen Âge dans notre société au-delà des expressions médiatiques. La présence sur nos étals de produits aux noms médiévaux comme le pain Viking, l’audience des reconstitutions comme celle de la bataille d’Hastings et l’intérêt public pour les fêtes médiévales, entre autres, suggèrent que le Moyen Âge – ou ce qu’il est censé être – s’affirme bel et bien comme un passé qui reste présent. Approprié par de nombreux acteurs, diffusé par des vecteurs différents, transformé selon des intérêts particuliers, revisité par des ambitions plurielles, le Moyen Âge est un objet réinventé. Cette fabrication du passé dans notre présent porte un nom : le médiévalisme. Ce concept peut être défini comme la reconstruction du Moyen Âge dans des siècles ultérieurs. Il s’inscrit alors dans la question des régimes d’historicité (Hartog, 2002), définis comme les relations entre passé, présent et futur développées par une société. Reconnu par la communauté académique, le médiévalisme fait l’objet d’un vigoureux effort historiographique, d’un « dynamisme croissant » (Ferré, 2010 : 9). Au cœur de nombreux séminaires, de plusieurs monographies, de colloques, il est désormais entré dans une période analytique, après avoir nourri une phase essentiellement descriptive. Les premiers bilans ont été dressés (Kendrick, Moran, Reid, 2003), tandis que des synthèses globales (Falconieri, 2015) et thématiques, comme sur la bande dessinée (Marine, 2016), ont été proposées. Il est désormais possible de s’interroger sur la portée du médiévalisme, sur ses champs d’application et sur ses relations avec la médiévistique – définie comme la science et les acteurs qui étudient le Moyen Âge – et les autres sciences humaines. La réflexion peut être ordonnée autour des axes suivants :

♦ Le Moyen Âge comme mythe contemporain

♦ Le Moyen Âge fantastique

♦ Les pratiques du Moyen Âge

♦ L’utilisation politique du Moyen Âge

 Une mythologie contemporaine

Même si le Moyen Âge a vu s’amorcer un processus qui débouchera, au-delà de lui, sur une première mondialisation, il apparaît aujourd’hui comme un refuge face à cette mise en relation planétaire des territoires. Célébrer le Moyen Âge, comme dans certaines communes italiennes, c’est exalter une époque où l’on menait une existence riche et communautaire (Falconieri, 2015). Cette réinvention relève d’un mouvement plus large, celui de la quête des racines dans un contexte qui, à tort ou à raison, est perçu comme délétère (Bloch, 1952 : 53-57). Cette recherche des origines (Geary, 2004) ne réside pas seulement dans l’invention de traditions comme en Suisse avec la création du personnage de Guillaume Tell ou dans l’instrumentalisation politique de figures médiévales comme Jeanne d’Arc en France. Si le réflexe identitaire sait se nourrir du Moyen Âge, il peut aussi proposer à la réflexion citoyenne un précédent ou un exemple. L’utilisation de Charlemagne comme figure européenne, aussi bien durant la Seconde Guerre mondiale que pendant les premières décennies de la construction européenne, en est une illustration frappante. Ainsi, le mythe médiéval se révèle un Janus, soit crispé sur des origines qui excluent, soit ouvert sur des perspectives, évident symbole « de partage, d’échange et d’ouverture » (Falconieri, 2015 : 245). Les questions des territoires mobilisés et investis par ces pratiques, de ces « géographies imaginées » (Said, 1980) sont aussi un enjeu cardinal.

Le Moyen Âge est en outre un formidable réservoir mythologique, au sens donné à ce terme par Roland Barthes : discours concentré dans des faits, des objets et des figures (Barthes, 1970). Parmi ces dernières, la plus marquante et la plus présente est, sans conteste, celle du roi Arthur. Ce personnage apparaît comme un mythe contemporain (Blanc, 2016) désormais mondialisé. La matière arthurienne se retrouve ainsi aussi bien dans le cinéma que dans la bande dessinée, la musique, les séries télévisées, le marketing touristique, etc. Mais Arthur n’épuise pas l’ensemble de la mythologie médiévale présente dans notre société. La mention de la Terre gaste, cette terre dévastée évoquée par Thomas S. Eliot dans un poème de 1922, permet dés ormais de dénoncer les dangers d’une économie industrialisée méprisant l’environnement (Blanc, 2016).

Les questions soulevées par la thématique du médiévalisme sont plurielles : comment expliquer la longévité des mythes médiévaux ? Comment sont-ils conjugués au présent ? Comment expliquer la concomitance et la concurrence de mythes médiévaux dans un même corps social ? Quelles relations peuvent être établies entre résurgence du Moyen Âge et évolution de la mondialisation ?

 Un Moyen Âge fantastique

Le Moyen Âge du médiévalisme est aussi celui de nombreuses œuvres de fantasy, ce « Merveilleux médiéval  » (Besson, Le Goff, 2007) qui profite actuellement d’un large succès. Les audiences, notamment de la saga Harry Potter et de l’adaptation filmique du Seigneur des anneaux, ont rappelé l’attraction de ce genre auprès du public. La fantasy propose alors une autre mise en scène du Moyen Âge, où les chevaliers rencontrent des êtres fabuleux tels que des fées, des dragons, des orques, des mages et des sorciers. Cette exaltation d’une période féérique a notamment été présentée comme la tentative de réenchanter notre société. Les pratiques ludiques forment aussi des loisirs prenant pour cadre diverses représentations de la période médiévale, réinventant ou ré-écrivant mythes et légendes, pour leur donner un nouveau sens dans le jeu (Di Filippo, 2016). Ainsi, de nombreux univers de jeux classiques s’inscrivent dans le genre medfan ou « médiévalfantastique  » (Besson, 2009). Les jeux de rôle papier, au premier rang desquels se trouve Donjons et Dragons, constituent un exemple archétypal auquel s’ajoutent de multiples jeux vidéo, jeux de plateau, jeux de cartes et autres activités.

Les questions abordées par cet aspect du médiévalisme dépassent le simple cadre de l’éventuelle historicité de ces supports pour se focaliser sur la réception des œuvres de fantasy à travers différents médias. En mêlant des aspects liés à une période historique au fantastique ou au merveilleux, l’imaginaire développé à travers ces œuvres interroge autant les représentations du Moyen Âge comme cadre propice pour accueillir ces aspects surnaturels, que les pratiques et les usages variés auxquels ces représentations donnent lieu aujourd’hui.

Quels rapports particuliers s’installent alors entre la période médiévale et l’aspect fantastique ou merveilleux de la fantasy ? Quelles sont les différentes pratiques (littéraires, ludiques, cinématiques) auxquelles ces rapports donnent lieu et comment en rendre compte ? L’interprétation selon laquelle il s’agirait de réenchanter nos sociétés à travers l’exaltation d’une période féérique est-elle suffisante pour caractériser ces phénomènes ? Ou sinon, quelles autres interprétations proposer afin d’en saisir la complexité ?

 Pratiquer le Moyen Âge

Le Moyen Âge n’est pas qu’un stock d’images et d’idées. L’intérêt pour cette période constitue le trait d’union entre différentes pratiques sociales : la reconstitution et les Arts martiaux historiques européens (AMHE), l’archéologie expérimentale, le béhourd et les fêtes médiévales, entre autres. Pour autant, les représentations du Moyen Âge et les usages qui en sont faits divergent selon les activités. Ainsi, les fêtes médiévales évoquent un Moyen Âge davantage fantasmé que re-créé avec, bien souvent, un croisement des temporalités. S’enracinant parfois dans des traditions locales, comme les défilés johanniques à Orléans et à Reims, ces festivités offrent un résumé de l’histoire médiévale dans un espace-temps unique, très schématisé, oscillant entre un Moyen Âge de la prouesse et un temps marqué par l’horreur, avec le défilé de cortège de pestiférés (Bostal, 2017). Dans cette continuité, les pratiques de béhourd se structurent de plus en plus, donnant à voir un sport moderne de combat à l’épée, utilisant des images du passé fortement ancrées les mœurs et la culture populaire.

À l’inverse, les pratiques d’histoire vivante témoignent d’un autre attrait pour le Moyen Âge. Au lieu d’en faire une festivité, elles s’attachent à le présenter différemment, en dehors des représentations imaginées, couramment véhiculées par le cinéma, en particulier. En tant que re-création de manières de faire d’un temps passé (Tuaillon Demésy, 2013), l’histoire vivante est aussi un acte de médiation entre une époque délimitée, des reconstituteurs et un public. Impulsée dans le monde anglo-saxon, qui privilégiait naguère les grandes batailles comme Hastings ou Tewkesbury, elle s’exporte de plus en plus en France et expose des éléments de la vie quotidienne. La reproduction de gestes, comme la part importante accordée à la culture matérielle, président également aux pratiques d’arts martiaux historiques s’appuyant sur des sources médiévales. Enfin, en résonance avec la méthode scientifique utilisée par l’archéologie expérimentale, de plus en plus d’historiens mettent l’accent sur les apports de l’expérimentation (en tant qu’outil de recherche) pour les sciences historiques (Jaquet, 2016).

Cette partie du médiévalisme apparaît à la fois dynamique et diverse. Les ’Moyens Âges’ mis en vie invitent à questionner les éléments qui les caractérisent. Comment expliquer, dans ce cadre, la prédominance de certaines activités comme les combats ? Quelles sont les conditions qui président aux choix de ces diverses re-créations ? Par extension, comment comprendre l’implication des acteurs dans ces différentes modalités de représentations et de pratiques du passé ?

 L’utilisation politique du Moyen Âge

Le Moyen Âge forme un formidable réservoir de références politiques. La dernière campagne présidentielle en France en a souligné la vigueur. Le candidat des Républicains s’était ainsi vu qualifier de propriétaire de château, rémanence d’un « régime féodal  », tandis Le Canard Enchaîné titrait : « un château et quelques oubliettes » dans son édition du 4 janvier 2017. On retrouve là une vision contestable et contestée d’un Moyen Âge appréhendé comme une période obscure et barbare, vision popularisée par nombre de films, dont l’utilisation permet de disqualifier l’adversaire ou de se poser contre lui. À cet égard, le thème de la croisade apparaît particulièrement moteur, utilisé aussi bien en Occident avec Georges Bush Junior (2001-2009) appelant à une « croisade contre l’Axe du mal  » en 2001 que dans le monde arabe. Saddam Hussein (1979-2003) se présentait ainsi comme le nouveau Saladin, tout comme Nasser dans les années 1960, comme le rappelle le film Saladin de Youssef Chahine. La figure du croisé fait aussi l’objet d’une instrumentalisation, aussi bien par des soldats occidentaux engagés en Afghanistan et en Irak que par des terroristes d’extrême-droite comme Anders Behring Breivik en Norvège. L’utilisation du Moyen Âge en politique n’est pas propre à notre époque, avec des références à des personnages tant mythiques qu’historiques. La présidence de John Fitzgerald Kennedy (1960-1963) a souvent été qualifiée de « nouveau Camelot  ». Les grandes figures médiévales, comme Charles Martel en France (Blanc, Naudin, 2015), Skanderberg en Albanie (Chanoir, 2015) et, plus récemment, Saladin par le régime d’Erdogan en Turquie, sont aussi abondamment revisitées.

Cette thématique suggère de nombreuses interrogations : quels sont les points communs à cet usage identitaire du Moyen Âge ? Comment expliquer la prédilection manifestée pour les figures de conquérant et de guerrier ? Est-ce le besoin d’un Sauveur, selon la terminologie de Raoul Girardet (1986), ou est-ce le souci de placer une action politique dans une histoire qui fait sens ? Ces ’Moyens Âges’ sont-ils uniquement le fait de formations inscrites à droite des échiquiers politiques ? Cette vision de l’histoire est-elle imposée d’en haut ou connaît-elle d’autres formes d’appropriations ?

Ces pratiques diverses offrent un champ propice aux études transdisciplinaires, car elles intéressent tout autant l’historien, le géographe que le sociologue, le politiste, le psychologue ou l’urbaniste notamment. Les pistes de recherches évoquées supra ne sont, bien entendu, que des suggestions dans les manières d’aborder le médiévalisme aujourd’hui. La revue ¿Interrogations ? encourage les propositions présentant de nouvelles façons d’appréhender le Moyen Âge et ses représentations, à travers une lecture culturelle, historique, politique, psychologique, psychanalytique, sociale, sociopsychologique, etc.

 Bibliographie

Amalvi Christian (1996), Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon.

Barthes Roland (1970), Mythologies, Paris, Seuil.

Besson Anne (2009), « Extension du domaine du Ludique : fiction et imaginaire médiéval », Eidôlon, n° 86, pp. 15-25.

Besson Anne, White-Le Goff Myriam (dir.) (2007), Fantasy, le merveilleux médiéval aujourd’hui : actes du colloque du CRELID, Université d’Artois (Arras), avec la collaboration de ’Modernités médiévales’, Paris, Bragelonne.

Blanc William (2016), Le roi Arthur. Un mythe contemporain, Paris, Libertalia.

Blanc William, Naudin Christophe (2015), Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire, Paris, Libertalia.

Bloch Marc (1952), Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, (1ère éd. 1949).

Bostal Martin (2017), Reconstitution et fêtes médiévales, Histoire et Images médiévales, en ligne.

Chanoir Yohann (2015), Skanderbeg ou le Moyen Âge instrumentalisé, Histoire et Images médiévales, en ligne.

Di Filippo Laurent (2016), Du mythe au jeu. Approche anthropo-communicationnelle. Des récits médiévaux scandinaves au MMORPG Age of Conan : Hyborian Adventures, thèse en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves, Université de Lorraine/Université de Bâle.

Falconieri Tommaso Di Carpegna (2015), Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne.

Ferré Vincent (dir.) (2010), Médiévalisme, modernité du Moyen Âge, Paris, L’Harmattan.

Geary Patrick (2004), Quand les nations font l’histoire : l’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, Aubier.

Girardet Raoul (1986), Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil.

Hartog François (2002), Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil.

Jaquet Daniel (2016), « Les apports de la cinésiologie dans l’approche expérimentale pluridisciplinaire de l’étude du geste historique : l’étude de cas de l’impact du port de l’armure sur le comportement moteur », Revue suisse d’Histoire, Ititnéra, vol. 39, pp. 87-98.

Kendrick Laura, Mora Francine, Reid Martine (2003), Le Moyen Âge au miroir du XIXe siècle (1850-1900), Paris, L’Harmattan.

Martine Tristan (dir.) (2016), Le Moyen Âge en bande dessinée, Paris, Karthalia.

Said Edward (1980), L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil.

Tuaillon Demésy Audrey (2013), La re-création du passé. Enjeux identitaires et mémoriels, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Les articles, rédigés aux normes de la revue, sont à envoyer au 31 août 2017, aux adresses électroniques suivantes :

Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes et espaces compris).

Les articles devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Colloque : « Getting medieval »

« Jouer à la flamme bien moyenâgeuse : médiévisme dans la culture populaire contemporaine » / « Getting medieval : medievalism in popular culture »

25-26 novembre 2016, Université d’Albi

flammeMA

Vendredi 25 novembre 2016 – Bâtiment Multimédia / Auditorium 2

  • 8h30 Accueil des Participants/Welcome
    Ouverture de la Journée d’Etudes/Conference Opening

9h15-10h45 The Roots in a Nutshell : Origins and Impetus for Interest in Adapting Medieval Themes to Modern Works

Modératrice : Cynthia Boyer, INU Champollion.

  • 9h15 « Le ‘tuf profond jusqu’où plongent nos racines biologiques et mentales’ : Les raisons du succès de la fiction moyenâgeuse pour la jeunesse (XX-XXI) » – Régine Atzenhoffer (Université de Strasbourg, France).
  • 9h45 « The Interweaving of Archetypal Elements Inspired by Medieval Literature and Culture, in the Harry Potter series » – Eglantine Pillet (University of St. Andrews, Scotland/ Université Paris IV-Sorbonne, France).
  • 10h15 « La tour et l’aventure: matière arthurienne, romanesque et décor médiéval en Stephen King, Roberto Recchioni et Hermann » – Andrea Tondi (Università degli Studi di Siena [University of Siena], Italy).

10h45-11h00: Pause Café/Coffee Break

11h00-12h30 Worlds without Ends: Recasting the Recounts for Modern Adaptation

Modérateur : John Ford, INU Champollion

  • 11h00 « The World Within and the World Without: The Exceptional and the Familiar in Cadfael » – Francis Mickus (Université Paris IV-Sorbonne, France).
  • 11h30 « Fact or Fiction: Recasting Medieval Animal Trials for a Modern Audience » – Lesley MacGregor (University of Oxford, England).
  • 12h00 « ‘Internet Crusaders’: Political Medievalism, Conservatism, and the Social Media – Ricardo Facchini (Independent Scholar olim Archivio Centrale dello Stato [State Archives of Rome], Italy

12h30-14h00: Pause Déjeuner/Lunch Break – Restaurant Universitaire, INU-Champollion

14h00-15h30 Voicing the Unspeakable: ‘Pure Anglo-Saxon’ Attitudes from the 19th to 21st Century

Modératrice: Nathalie Rivère de Carles, Université de Toulouse II-Jean-Jaurès.

  • 14h00 « Nineteenth-century Anglo-Saxonism in the American South and Modern Rhetoric of Race » – Edward Christie (Georgia State University, Atlanta, USA).
  • 14h30 « Anglo-Saxon and ‘Pure English’ in the Nineteenth and Twenty-first Centuries » – Chris Jones (University of St. Andrews, Scotland).
  • 15h00 « Beowulf for some New Audiences: The Unspeakable versus the Unsayable » – Nicholas Perkins (University of Oxford, England).

15h30-16h00: Pause Café/Coffee Break

16h00-17h30 Up Against the Wall: Specific Cases of Detailed Adaptations

Modératrice: Lesley Lawton, Université de Toulouse II Jean-Jaurès.

  • 16h00 « ‘Take it or make it mine’: Lavinia Greenlaw’s Response to Chaucer’s Troilus and Criseyde » – Dominika Ruszkziewicz (Akademia Ignatianum w Krakowie [Jesuit University « Ignatianum » in Krakow], Poland).
  • 16h30 « Fantasies of Otherness, (Per)Versions of the Wall » – Claire Vial (Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, France).
  • 17h00 « G.R.R.Martin’s A Game of Thrones as a Quasi-Historical Novel Inspired by the West European Middle Ages » – Andrzej Wicher (Uniwersytet Łódzki [University of Łódź], Poland).

19h00-21h00: Dîner/Dinner (Restaurant : La Part des Anges)


Samedi 26 novembre 2016 – Bâtiment Multimédia / Auditorium 2

  • 8h30 Accueil des Participants/Welcome
    Ouverture de la Journée d’Etudes/Conference Opening

    9h00-10h30 Pious Pagans, Heavenly Heathens and Constant Christians: Recreating the Godless and God-Fearin

    Modérateur : Emeline Jouve, INU Champollion.

  • 9h00 « ‘Imagine All the People…’: Fictional Reconstructions of an Early 6th-Century Golden Age, with or without God » – Suzanne Bray (Université Catholique de Lille, France).
  • 9h30 « Medieval Passion, Modern Lens: Mel Gibson’s Passion of the Christ and Dornford-May’s Son of Man » – Garrett Epp (University of Alberta, Edmonton, Canada).

10h00-10h30: Pause Café/Coffee Break

10h30-11h00 Making Moves in Movies and Television with the Sound of Music and Politics

Modératrice : Séverine Abiker, INU Champollion.

  • 10h30 « Pop-Political: Middle Ages in the Eastern European Cinemas (1938-2008) » – Adelina Angusheva-Tihanov (University of Manchester, England).
  • 11h00: « L’épisode de ‘La Quinte juste’ de Kaamelott, entre réalité historique et mystification musicologique » – Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique l’Ouest [Angers] / Université Paris IV-Sorbonne, France).

11h30-13h30: Conclusion suivie Pause Déjeuner/Lunch Break with Concluding Remarks

13h30-15h00: Visite guidée de la Cité Episcopale d’Albi: Cathédrale et Palais de la Berbie /Guided Tour of the Episcopal City of Albi: the Cathedral St Cécile and the Bishops’ Palace.

Colloque : Combattre (comme) au Moyen Âge

affiche-combattre-comme-au-moyen-age

Combattre (comme) au Moyen Âge :

Formes et expériences de la guerre médiévale

Les 26-27 janvier 2017

Colloque organisé par Emmanuelle Poulain-Gautret et Anne Besson

Université Lille III, Maison de la recherche, Bâtiment F, salle F0.44

Université de Lille (E.A. Alithila) avec le soutien de l’Université d’Artois (E.A. « Textes et Cultures »), de l’UMR IRHIS et de l’association Modernités médiévales.

26 janvier

9h30 – Accueil des participant

I) Chanter la guerre au Moyen Âge

Présidence : Emmanuelle Poulain-Gautret

10h-10h30 Pierre-Henry Bas et Cyril Dermineur : Démonstration d’épée à deux mains, de messer et de dague

10h30-11h Pierre-Henry Bas : « Expérimentation gestuelle et sources non techniques : un état des lieux »

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Marie-Geneviève Grossel : « Art de faire la guerre, art de chanter la guerre ? Le poème de Guillaume Anelier »

12h-12h30 : Adélaïde Lambert : « Rhétorique de l’exploit guerrier, du manuscrit Gerard du Frattre à l’imprimé Gerard d’Euphrate » Continuer la lecture

Appel: « Getting medieval »

flammeMA« Jouer à la flamme bien moyenâgeuse » : médiévisme dans la culture populaire contemporaine

“Getting Medieval” : Medievalism in Contemporary Popular Culture

Cette journée d’étude aura lieu les 25 et 26 novembre 2016 à l’Institut National Universitaire Jean-François Champollion dans la ville épiscopale d’Albi dans le Tarn.  Les propositions de communications (250-500 mots, en anglais ou français) sont à envoyer accompagné d’un court CV à john.ford@univ-jfc.fr avant le 31 juillet 2016.

This conference, organized at the Jean-François Champollion National University Institute (“Champollion University”) in the historic episcopal city of Albi, France – site of the thirteenth-century Albigensian Crusades – will take place on 25-26 November 2016.  Please send proposals of 100-250 words for 20-minute papers (in English or French) to john.ford@univ-jfc.fr along with a brief CV before 31 July 2016 for full consideration.

PRESENTATION :

La culture populaire d’aujourd’hui est riche en allusions au Moyen Age, non seulement dans la littérature et les arts visuels – comme elle l’a toujours été dans les siècles passés (par exemple, les préraphaélites ou Connecticut Yankee dans la cour du roi Arthur de Twain, Idylles du roi de Tennyson, ou le Hobbit et le Seigneur des Anneaux de Tolkien, etc.) – mais aussi dans les romans graphiques et dans les bandes dessinées, sur le petit comme sur le grand écran, ainsi que sur les écrans d’ordinateur des amateurs de jeux vidéos, les parcs d’attractions, les festivals et les foires.

Mais combien de ces références dont le contexte est médiéval – présentées comme de nouvelles versions de vieux récits ou tout simplement utilisant de manière plus libre un cadre ou un thème médiéval – reflètent fidèlement le Moyen Age ? Et de quelle manière et dans quelle mesure ces références médiévales modifient-elle ou déforment-elle la réalité de cette époque ? A quel point cette époque est-elle romancée comme, par exemple, dans un Camelot idéalisé où «la pluie ne peut  tomber qu’après le coucher du soleil »? Dans quelle mesure est-elle, comme l’atteste l’expression « Jouer à la flamme bien moyenâgeuse » qui implique la menace d’une vengeance féroce, diabolisée, vilipendée? Dans quelle mesure et à quel point ces constructions, ces références, influencent-elles sur notre compréhension du Moyen Age? Est-il donc important d’être exact ? Enfin, dans quelle mesure ces modifications mettent-elles à jour les textes et les récits en leur permettant de rester en vie et en constante évolution ? Et pourquoi le Moyen Age est-il l’éternel sujet favori, exploité année après année, décennie après décennie, siècle après siècle? Continuer la lecture

Parution : The Cambridge Companion to Medievalism

The Cambridge Companion to Medievalism, dirigé par Louise D’Arcens, Cambridge, Cambridge University Press, février 2016

cambridge medievalism

Medievalism – the creative interpretation or recreation of the European Middle Ages – has had a major presence in the cultural memory of the modern West, and has grown in scale to become a global phenomenon. Countless examples across aesthetic, material and political domains reveal that the medieval period has long provided a fund of images and ideas that have been vital to defining ‘the modern’. Bringing together local, national and global examples and tracing medievalism’s unpredictable course from early modern poetry to contemporary digital culture, this authoritative Companion offers a panoramic view of the historical, aesthetic, ideological and conceptual dimensions of this phenomenon. It showcases a range of critical positions and approaches to discussing medievalism, from more ‘traditional’ historicist and close-reading practices through to theoretically engaged methods. It also acquaints readers with key terms and provides them with a sophisticated conceptual vocabulary for discussing the medieval afterlife in the modern.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur http://www.cambridge.org/tz/academic/subjects/history/regional-history-1500/cambridge-companion-medievalism?format=PB

Table des matières :

Introduction: medievalism: scope and complexity / Louise D’Arcens

  1. Medievalism in British poetry /Chris Jones
  2. Medievalism and architecture /John M. Ganim
  3. Medievalism and cinema /Bettina Bildhauer Continuer la lecture

Appel : « Combattre (comme) au Moyen Âge »

Combattre (comme) au Moyen Âge

Formes et expériences de la guerre médiévale

Colloque (Lille III, 26-27 janvier 2017)

Equipe Alithila, avec la participation de l’association « Modernités Médiévales »

Si les historiens ont beaucoup étudié les nombreuses batailles qui ont marqué la France au Moyen Âge, essentiellement par le biais des Chroniques (Chronique du Pseudo-Turpin, Grandes Chroniques de France, Chroniques de Froissart, Croniques et conquestes de Charlemaine…), ils ont moins souvent eu l’occasion de confronter leur approche à celle des littéraires – littéraires qui, quant à eux, s’intéressent majoritairement à l’idéologie et ne consacrent pas toujours de longs développements à l’aspect concret, proprement guerrier, des récits médiévaux ou d’inspiration médiévale. Il s’agira donc d’aborder de concert la façon dont sont traitées les batailles médiévales dans les textes historiques ou littéraires médiévaux, mais aussi légèrement ultérieurs ou plus récents, qu’ils soient issus du roman historique ou de ce courant contemporain de la fantasy Continuer la lecture

Appel : « Studies in Medievalism »

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, seeks 3,000-word essays on the application of ecotheory to medievalism and neomedievalism.  To what degree do ecocriticism and ecomaterialism inform these fields?  How are constructed environments deployed in response to the Middle Ages?  How, if at all, are these settings legitimized?  How are they applied to postmedieval circumstances and concerns?  How is human agency defined in relationship to them?  What, if anything, do they tell us about the larger scope of medievalism and neomedievalism, particularly the relationship between those fields?  Potential contributors are welcome to discuss particular examples of pertinent neo/medievalism, but they should do so in the course of directly addressing one or more of these questions.

Please send all submissions in English and Word to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) by August 1, 2016.

For a style sheet, please visit the website http://www.medievalism.net/sim.html

Anne BERTHELOT (Université du Connecticut)

Anne Berthelot

DarkSide

Normalienne, agrégée et docteur ès lettres, Anne Berthelot est Professeur de Français et d’Etudes médiévales à l’Université du Connecticut. Spécialiste de la légende arthurienne, elle a publié de nombreux ouvrages, académiques et de vulgarisation, sur le sujet. Depuis quelques années elle s’intéresse aussi à la réception de la “matière de Bretagne” à l’époque moderne, et plus généralement à la Fantasy française et anglaise. En collaboration avec Alain Lescart elle vient d’achever une étude sur la magie comme outil narratif dans la Fantasy littéraire (There Be Magic) à paraître en 2016 avec un peu de chance. Toujours avec Alain Lescart elle a co-édité le numéro de CF&FS SITES consacré à la “Fantasy à la française”. Elle est en ce moment engagée dans un grand projet consacré à la Littérature Arthurienne Tardive en Europe (LATE) avec Christine Ferlampin-Acher, de l’Université de Rennes.

http://wp.medievalstudies.uconn.edu/people/faculty/anne-berthelot/