Archives par étiquette : médiévalisme

Parution: Medievalism in Finland and Russia

Reima Välimäki (dir.), Medievalism in Finland and Russia. Twentieth- and Twenty-First Century Aspects, Bloomsbury, 2022.

Since the end of the Cold War, the Middle Ages has returned to debates about history, culture, and politics in Northern and Eastern Europe. This volume explores political medievalism in two language areas that are crucial to understanding global medievalism but are, due to language barriers, often inaccessible to the majority of Western scholars and students.

The importance of Russian medievalism has been acknowledged, but little analysed until now. Medievalism in Finland and Russia offers a selection of chapters by Russian, Finnish and American scholars covering historiography, presidential speeches, participatory online discussions and the neo-pagan revival in Russia. Finland is currently even more poorly understood than Russia in the discussions about global medievalism. It is usually mentioned only as of the birthplace of the Soldiers of Odin. The street patrol is, however, a marginal phenomenon in Finnish medievalism as this volume demonstrates. Instead of merely adopting the medievalist interpretation of the international alt-right, even the right-wing populists in Finland refer more to the nationalistic medievalist tradition, where crusades do not mark a Western Christian victory over the Muslim East, but a Swedish occupation of Finnish lands. In addition to presenting particular cases of medievalism, the chapters here on Finland challenge and diversify today’s prevailing interpretation of shared online medievalism of European and American right-wing populists.

This book reveals that while medievalisms in Finland and Russia share many features with the contemporary Anglo-American medievalist imaginations, they also display many original characteristics due to particular political situations and indigenous medievalist traditions. They have their own meta-medievalisms, cumulative core ideas and interpretations about the medieval past that are thoroughly examined here in English for the very first time.

 

Table des matières

List of Illustrations
Preface
1. Introduction: Historical Authority in Political Medievalism. Andrew B. R Elliott (University of Lincoln, UK)
2. Middle Ages on the Map of the Memory of Russian Society. Evgenii Rostovtsev (Saint Petersburg State University, Russia)
3. References to Medieval History in the Speeches and Addresses of the President of Russia, 2000-2019. Kati Parppei (University of Eastern Finland, Finland)
4. Circulation of Pseudo-Information: Medievalist Internet Discussions in Contemporary Russia. Mila Oiva (University of Turku, Finland)
5. Pseudo-Medievalist Histories and Contemporary Russian Identity Construction. Evan Wallace (University of Central Florida, USA)
6. Memorials dedicated to the Middle Ages in Finland. Sirpa Aalto & Timo Ylimaunu (University of Oulu, Finland)
7. The Missing Finnish Runestones. Kendra Wilson (University of Turku, Finland)
8. Icelandic Sagas and the Viking Age in Finnish Pseudohistory. Harri Hihnala (University of Turku, Finland)
9. Masculine Online Medievalism in 21st-century Finland. Heta Aali (University of Turku, Finland)
10. Particularizing the Universal: Medievalist Constructions of Cultural and Religious Difference in the Crusader Kings IIJere Kyyrö (University of Turku, Finland)
Index

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à textes: Passés politisés

Pour son prochain numéro, la revue en ligne Frontière.s lance un appel à textes sur le sujet “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle“, coordonné par Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin.

Date limite d’envoi des propositions (facultatives): 20 janvier 2023.

Date limite d’envoi des articles: 20 juin 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment « Reconquête » ou « Renaissance », dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême.

Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous invitons les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines. Tous les acteurs et actrices de cette construc­tion peuvent être pris en compte, que leur rôle soit conscient ou inconscient, directement politique ou non : politicien·ne·s, membres de la société civile, journalistes, artistes, institutions (étatiques, culturelles, sportives…), etc. Ces acteurs et actrices s’inspirent d’imaginaires collectifs, qu’ils nourrissent en retour, au sein desquels l’Antiquité et le Moyen Âge jouent des rôles dont la diversité et les contradictions peuvent également être analysées.

Les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les usages poli­tiques récents du passé antique et médiéval, depuis le début du xxie siècle jusqu’à l’actualité la plus immédiate. Tous les domaines pourront être abordés, ainsi que tous les médias : les campagnes politiques (affiches, discours, propagande électorale, usages des réseaux sociaux), les discours internationalistes, nationalistes ou séparatistes (par exemple, le choc des civilisations illustré par la bataille des Thermopyles ou un roman national puisant dans des fantasmes historiques ses motifs ou ses combats), la propagande terroriste (comme Daesh à Palmyre, l’invasion du Capitole par les partisans de D. Trump ou les attentats de Christchurch), les réflexions sur la société et ses valeurs (écologie, usages par des minorités, conservatisme, féminisme, afrocentrisme, etc.). Les articles écrits à plusieurs mains, notamment dans des perspectives qui croiseraient les périodes et/ou les disciplines, seront favorablement accueillis.

Calendrier

20 janvier 2023 : proposition facultative de résumés

20 juin 2023 : date limite de soumission des articles complets

Décembre 2023 : parution du numéro

 

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution par e-mail à frontiere-s [at] msh‑lse.fr en précisant leur statut et leur organisme de rattachement. Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1 200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les auteur·rice·s qui le souhaitent peuvent soumettre dans un pre­mier temps un résumé accompagné de références bibliographiques 5 mois avant la date limite de soumission

Modalités de soumission détaillées sur le site de la revue.

Séminaire: Médiévalisme en séries

Alors que les superproductions de séries réinventant le Moyen Âge se multiplient, et que les travaux universitaires proposent d’établir un premier bilan du médiévalisme en 2022[1], Florian Besson (Actuel Moyen Âge) et Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, Modernités médiévales) organisent un séminaire en ligne consacré à la représentation du Moyen Âge dans les séries, intitulé « Médiévalisme en séries ».

Chaque session abordera une ou plusieurs séries ultracontemporaines mettant en scène certaines facettes de la période médiévale, et s’intéressera de façon plus large aux articulations entre histoire et imaginaire dans ces productions sérielles à destination du grand public.

Date et horaires des sessions : samedi 19 novembre 2022 (9h-12h30), samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30), samedi 18 mars 2023 (9h-12h30).

 

Session 1, samedi 19 novembre 2022 : Imaginaires historiques dans House of the Dragon

Suite à la diffusion de la première saison de House of the Dragon (HBO, 2022- ), série dérivée de Game of Thrones (HBO, 2011-2019) et qui s’inscrit à première vue dans une dynamique similaire d’appropriation et de détournement de l’histoire, la première session du séminaire s’intéressera à la façon dont la série utilise et construit des imaginaires historiques. La première saison, diffusée entre août et octobre 2022, met en place une narration complexe servie par un grand spectacle esthétique. Dans la continuité de Game of Thrones, un soin particulier est accordé à la photographie de la série, aux costumes et aux décors, qui puisent dans des imaginaires historiques variés pour créer une impression de familière étrangeté : l’époque mise en scène dans cette série de fantasy ne correspond à aucun réalisme historique, mais s’inspire pourtant d’éléments aisément reconnaissables issus des – ou attribués aux – périodes antique, médiévale et moderne. Les inspirations historiques de Game of Thrones et la façon dont la série traite l’histoire ont été largement étudiées[2], et il convient d’analyser désormais les processus de continuité, de rupture et de renversement opérés dans son héritière, House of the Dragon.

Ce temps de travail collectif regroupera des spécialistes de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la période moderne et de la représentation audiovisuelle de ces différentes périodes. Il s’agira d’interroger collectivement la place de l’histoire dans la première saison de la série ainsi que dans les discours publicitaires et de production qui ont entouré sa diffusion et sa réception dans la seconde moitié de l’année 2022. Ce séminaire est pensé dans la continuité des recherches des groupes Modernités médiévales, La Garde de Nuit, Actuel Moyen Âge et les Geekstoriens.

 

Programme :

Samedi 19 novembre (9h-12h30), en ligne (Zoom) : 

9h-9h45 : « Âge d’Or et décadence : la tragédie de la Maison du Dragon », Aurélie Paci (La Garde de Nuit). Enregistrement vidéo disponible ici.

9h45-10h30 : « The crown and the realm. Pensée politique et gouvernement d’un royaume médiévaliste », Florian Besson (Actuel Moyen Âge). Enregistrement vidéo disponible ici.

10h30-11h15 : « Corporalités médiévalistes : corps, vêtements, armements, le Moyen Âge à l’épreuve de la modernité », Soline Anthore-Baptiste et Nicolas Baptiste (Les Geekstoriens). Enregistrement vidéo disponible ici.

11h15-12h30 : « Découvrir House of the Dragon et sa relation à l’histoire antique, médiévale et moderne », table ronde modérée par Justine Breton (Modernités médiévales), avec Aurélie Paci, Soline Anthore-Baptiste, Florian Besson et Nicolas Baptiste. Enregistrement vidéo disponible ici.

Chaque intervention sera suivie d’un temps de questions et d’échanges.

***

Session 2, samedi 14 janvier 2023 (14h-17h30) : Postérités de J.R.R. Tolkien

14h-14h45: Laura Martin-Gomez, « Du texte à l’écran : The Rings of Power, métamorphose d’une fiction »

14h45-15h30: William Blanc, « Les Anneaux de Pouvoir : entre médiévalisme et péplum »

15h30-16h15: Emma Save, « L’Elfe de Tolkien à la série The Rings of Power : création d’un être imaginaire issu d’un passé fantasmé »

16h15-17h30: Table ronde présidée par Vincent Ferré, « Le Moyen Âge de Tolkien, des romans au petit écran », avec Laura Martin-Gomez, Emma Save et William Blanc.

***

Session 3, samedi 18 mars 2023 (9h-12h30) : Un autre Moyen Âge pour d’autres séries? Programme à venir.

***

Pour toute question, veuillez contacter Justine Breton : justine.breton [at] univ-reims.fr ou Florian Besson : florient.latin [at] gmail.com

 

 

[1] Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire, Paris, Vendémiaire, 2022 ; Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (dir.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023, à paraître.

[2] Parmi une longue bibliographie, citons au moins quelques références françaises : Stéphane Rolet, Le Trône de fer, ou le pouvoir dans le sang, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2014 ; Florian Besson et Justine Breton, Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones, Paris, Presses universitaires de France, 2020 ; et Aurélie Paci et Thierry Soulard, Les Mystères du Trône de fer, II : la clarté de l’histoire, la brume des légendes, Paris, Pygmalion, 2021.

Anna Denis (Université Paris-Est Créteil)

Anne Denis est doctorante en littérature comparée à l’Université Paris Est-Créteil, sous la direction de Vincent Ferré et de Yolaine Parisot; son sujet porte sur “Les figures féminines dans la bande dessinée médiévaliste francophone du milieu des années 1960 à nos jours” (Ecole doctorale Culture et Société, laboratoire Lettres, Idées Savoirs). Elle s’intéresse particulièrement aux questions de genre, au médiévalisme et à la bande dessinée.

Parution: Thinking of the Medieval

Benjamin A. Saltzman et R.D. Perry (dir.), Thinking of the Medieval: Midcentury Intellectuals and the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2022.

The mid-twentieth century gave rise to a rich array of new approaches to the study of the Middle Ages by both professional medievalists and those more well-known from other pursuits, many of whom continue to exert their influence over politics, art, and history today. Attending to the work of a diverse and transnational group of intellectuals – Hannah Arendt, Erich Auerbach, W. E. B. Du Bois, Frantz Fanon, Erwin Panofsky, Simone Weil, among others – the essays in this volume shed light on these thinkers in relation to one another and on the persistence of their legacies in our own time. This interdisciplinary collection gives us a fuller and clearer sense of how these figures made some of their most enduring contributions with medieval culture in mind. Thinking of the Medieval is a timely reminder of just how vital the Middle Ages have been in shaping modern thought.

  • Provides new insight for medievalists, modernists, and intellectual historians, illuminating the role of the Middle Ages in mid-twentieth-century thought
  • Covers a transnational range of intellectuals and modes of thought, thus expanding disciplinary horizons beyond those thinkers primarily known as medievalists
  • Engages in debates that remain highly relevant today, explaining how mid-twentieth-century thinkers dealt with the misappropriation of the Middle Ages by white nationalists and developed modes of resisting racist and colonialist discourses

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Global Medievalism, An Introduction

Helen Young et Kavita Mudan Finn (dir.), Global Medievalism: An Introduction, Cambridge, Cambridge University Press, 2022.

The typical vision of the Middle Ages western popular culture represents to its global audience is deeply Eurocentric. The Lord of the Rings and Game of Thrones imagined entire medievalist worlds, but we see only a fraction of them through the stories and travels of the characters. Organised around the theme of mobility, this Element seeks to deconstruct the Eurocentric orientations of western popular medievalisms which typically position Europe as either the whole world or the centre of it, by making them visible and offering alternative perspectives. How does popular culture represent medievalist worlds as global-connected by the movement of people and objects? How do imagined mobilities allow us to create counterstories that resist Eurocentric norms? This study represents the start of what will hopefully be a fruitful and inclusive conversation of what the Middle Ages did, and should, look like.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Parution: Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire

Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Paris, Vendémiaire, 2022.

Gentes dames et preux chevaliers, gueux et sorcières, moines rubiconds et inquisiteurs fanatiques, mais aussi Robin des Bois, Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Saladin, Mélusine, le roi Arthur…
Le Moyen Âge est bien plus qu’une période historique : c’est un livre d’images foisonnant où artistes, créateurs et cultures populaires n’ont eu de cesse de puiser, réinventant inlassablement selon leur goût et celui de leur temps enluminures, donjons et cathédrales.
Rassemblant les meilleurs chercheurs sur le sujet, ce dictionnaire, premier du genre, décrypte en plus de 120 entrées cette recréation d’un Moyen Âge fantasmé qu’on désigne sous le nom de « médiévalisme », de Walter Scott à Umberto Eco, de l’Allemagne au Japon en passant par la Turquie et l’Afrique, des romans historiques aux films et séries de fantasy, sans oublier les jeux vidéo, les jeux de rôle, la bande dessinée, la peinture, les fêtes médiévales, la musique et la poésie…
Un bréviaire indispensable pour explorer les mille métamorphoses de ce temps lointain qui obsède notre imaginaire contemporain.

 

Tous les détails sont sur le site de l’éditeur.

Compte rendu: Moyen Âges d’en haut et d’en bas

L’école d’été Moyen Âges d’en haut et d’en bas, organisée à Lausanne (CH) les 23-26 août 2022, interroge les relations entre les études médiévales, qui analysent les sociétés, surtout européennes, des Ve-XVe siècles et qui forment une discipline scientifique institutionnalisée en Europe depuis le XIXe siècle, et le médiévalisme, qui explore les formes d’appropriations du Moyen Âge aujourd’hui, une approche liée aux études culturelles américaines et qui se développe dans les recherches et les enseignements des universités au XXIe siècle. Est-il possible d’articuler ces deux manières, ‘haute’ et ‘basse’, de voir le Moyen Âge ? Quels sont les perméabilités, les interactions, les débats entre études médiévales et médiévalisme dans les domaines de la recherche, de l’enseignement et de la diffusion publique des savoirs ? Comment la culture populaire d’inspiration médiévale vient complexifier ces paradigmes scientifiques ?

Venus de Suisse, de France, d’Italie, du Canada, des États-Unis, une vingtaine de jeunes chercheurs et chercheuses en master et doctorat et de spécialistes internationaux se sont réunis autour de ces questions pour une semaine de réflexions théoriques (conférences, tables-rondes) et de travaux pratiques (ateliers d’expérimentation, medieval labs), menés en anglais, français et italien.

Une deuxième saison, autour de nouvelles questions, est prévue à l’été 2023.

 

Organisation et contact : Estelle Doudet (Université de Lausanne, CH) et Filippo Fonio (Université Grenoble Alpes, FR)

Le programme de l’édition 2022 est disponible en ligne.

Appel: Medievalism in Russia and Ukrainian Political Discourses

Conférence en ligne organisée à l’occasion du 58e International Congress on Medieval Studies, du 11 au 13 mai 2023.

Date limite d’envoi des propositions: 15 septembre 2022.

Medievalism has been a common, and hardly innocent practice, in both Russian and Ukrainian political discourse ever since the dissolution of the USSR in the 1990s. Both Russia and Ukraine have laid claims to the prominent historical figures of the Kievan/Kyivan Rus’, and the recent military conflict has led to renewed interest in the history of medieval Rus’. Our aim is to establish fruitful and respectful critical dialogue of this sensitive issue among scholars coming from various cultural backgrounds with an interest in Slavic studies, medievalism and the use of medieval history in public discourse, working in all relevant disciplines.

All proposals should be submitted via Confex proposal portal (icms.confex.com/icms/2023/cfp.cgi).

The deadline for submission is Thursday, Sept. 15, 2022.

In the meantime, please feel free to get in touch with the session organizer Dr Anastasija Ropa (Anastasija.ropa [at] lspa.lv) if you would like to propose a paper or moderate the round table.

Appel à communications: L’imaginaire du passé : Quêtes et conquêtes

En 2023, Modernités médiévales soutient le colloque organisé par le LaPRIL sur le sujet “L’imaginaire du passé: Quêtes et conquêtes. Parcourir l’espace antique et médiéval dans les fictions modernes (arts de l’écrit, arts de l’écran, spectacles et jeux)“. Il se déroulera les 30 et 31 mars 2023 à l’Université Bordeaux Montaigne/Pessac.

Date limite d’envoi des propositions: 15 septembre 2022.

Gil Bartholeyns considère le Moyen Âge comme l’altérité historique paradigmatique de la culture européenne, « le ‘ça’ historique de l’Occident ». Avant « la fabrique du Moyen âge au XIXe siècle[1] » et jusqu’à nos jours, l’Antiquité, elle aussi, fonctionne comme une période radicalement autre qui exerce une forme de fascination non seulement sur les écrivains, les artistes, mais aussi sur nombre de contemporains. L’Antiquité et le Moyen Âge irriguent la littérature, les arts et les média contemporains, tant dans des œuvres « néo-classiques » que dans des productions d’avant-garde ou des média récents, qui témoignent d’un véritable engouement pour ces périodes révolues. Cette fascination peut aller jusqu’au « romanisme », jusqu’à la « médiévalgie », pour reprendre un concept forgé par Joseph Morsel[2], et exprimer la nostalgie d’une époque révolue pensée comme un âge d’or.

Il s’agira d’interroger la « reconstruction » d’époques révolues, la construction d’une Antiquité et d’un Moyen Âge imaginaires, souvent idéalisés, parfois diabolisés, d’analyser les enjeux esthétiques et idéologiques de cette réappropriation, essentiellement aux XIX, XX et XXIe siècles, et de l’envisager sous l’angle de l’intermédialité et de la transmédialité : nous souhaitons aborder non seulement les créations littéraires et artistiques (littérature, musique, cinéma, bande dessinée) mais aussi des pratiques ancrées dans l’espace social comme les jeux, les spectacles, les fêtes ou les reconstitutions, les publicités, qui, elles aussi, à leur manière proposent leur réécriture et leur réception du passé. Cette interrogation portera précisément sur l’espace vu comme déplacement, mais aussi comme quête et conquête.

L’espace est étroitement associé aux notions de voyage, d’« appel de l’aventure », de quête et de conquête, qui sont des mythèmes récurrents des mythes fondateurs de la pensée occidentale. La quête y apparaît toujours comme un rite de passage pour le héros, qui prend la forme d’un « rite de séparation » avec ses proches et les lieux qui l’ont vu naître. Les mythes antiques expriment une forte polarisation des rôles entre masculin et féminin. Pensons à Ulysse et Pénélope : d’un côté, la figure virile aventureuse, de l’autre, la figure féminine sédentaire qui trouve le sens de son identité dans l’attente et l’espace clos de la demeure. « Aux hommes on réserve l’aventure, la mobilité, le monde infini ; aux femmes, l’intérieur et le monde fini »[3]. Lucie Azéma constate avec justesse dans son ouvrage que « la polarisation des rôles entre masculin et féminin s’étend à la sphère du voyage. Mais cette question de l’accès des femmes au voyage et à l’aventure demeure, de façon surprenante, un champ sous-exploré des études féministes »[4] que ce colloque pourra combler.

L’espace est donc soit un espace clos dont on ne sort pas (celui de la maison, celui de la Cité, du mont Palatin, du fief, du bourg ou du couvent, jusqu’à la cellule d’une recluse), soit un foyer d’origine duquel on va s’extraire pour parcourir le monde : la Grèce investit le Bassin Méditerranéen, Rome étend son empire aussi loin que possible ; pèlerins, étudiants et marchands sillonnent de part en part l’Europe médiévale, que l’on quitte pour suivre les routes des Croisades ou celles de la soie. 

L’espace se parcourt ou se prend : la quête implique le déplacement, la conquête exige la prise de possession. Mais l’espace parcouru n’est-il pas acquis ? Le terrain conquis, n’est-il pas voué à être perdu ? 

Ce colloque souhaite explorer cette dimension dynamique de l’espace antico-médiévaliste dans notre imaginaire contemporain. On peut se demander si l’espace n’est pas d’autant mieux investi par la fiction que le paramètre temporel se perd dans la nuit des temps. Les deux périodes sont-elles similaires dans notre imaginaire ? Par quoi se distinguent-elles ?

On pourra, par exemple, s’interroger sur :

  • L’espace parcouru : 

– la représentation de l’itinéraire (par exemple par le discours, par des cartes, des trajectoires…) ;

– les moyens matériels du trajet (route, moyens de transports, …) ;

– la modification du voyageur (fatigue, vieillissement, initiation, maturation, …) ;

– la balance entre le motif de la quête, la motivation du quêteur d’une part, et les risques du voyage d’autre part.

  • L’espace conquis : 

– la prise de possession, la perte d’une contrée ;

– la modification de cet espace : occupation, dévastation, administration ; 

– la modification en retour du conquérant par les lieux.

  • La polarisation des rôles entre masculin et féminin :

L’aventure et, par conséquent, l’espace, sont traditionnellement considérés comme un domaine masculin dont les femmes sont en grande partie exclues dans les périodes antiques et médiévales. « Les femmes étant historiquement des êtres captifs, le voyage est l’un des moyens les plus symboliques pour qu’elles s’affranchissent de leur condition : voyager est toujours pour la femme un acte fondateur ; c’est dire “Je vais où je veux, je ne suis qu’à moi” », remarque Lucie Azéma[5].

  • Le paradoxe, pour l’exploration intime, d’éprouver l’espace étranger à soi dans une démarche, un parcours d’émancipation, de connaissance, de quête et de conquête de soi.

Dans tous les cas, 

– on sera attentif au rôle narratif de la quête et de la conquête : stagnation méditative, inflexion imperceptible ou violente du récit, impulsion ou clôture…

– aux toponymes ‒ et en particulier aux lieux baptisés par les personnages ; à la rencontre entre les noms de lieux avérés et ceux qui sont inventés ;

– aux lieux imaginaires « d’époque » revisités (par exemple, Avalon dans les productions de fantasy) ; et aux « nouveaux » lieux antico-médiévalistes (la Terre du Milieu de Tolkien) ;

– aux moyens modernes de représentation, en particulier dans les arts visuels (par exemple, la descente aux Enfers dans la mise en page virtuose de la BD Télémaque, de Toussaint-Ruiz, ou au contraire, la non-représentation des montures des chevaliers dans Sacré Graal des Monty Python). On sera attentifs aux enseignements des jeux (sur plateau, vidéo ou GN), qui sont typiquement fondés sur la quête et la conquête dès leurs origines : est-ce qu’une inspiration antico-médévaliste a pu d’emblée infléchir leurs représentations, leurs techniques scénaristiques, leur effet immersif, quelle que soit ‒ peut-être ‒ l’époque où ils situent leur action ? 

– à la manière dont l’espace est investi par les héros ou les héroïnes. Continue-t-on de réserver aux hommes l’espace, la mobilité, le monde infini, et aux femmes, l’intérieur et le monde fini dans les créations contemporaines ? Permet-on un accès aux femmes à l’espace, à son exploration et à sa conquête ou cet accès reste-t-il difficile ? Il semble que non : Lara Croft parcourt tous les continents pour reconstituer Excalibur (Tomb raider: Legend[6]). Gwynned, adolescente héritière de la même épée, sillonne l’Angleterre et va même jusqu’à Rome (Le Chant d’Excalibur[7]). Mais ces héroïnes ne sont-elles que des figures d’exception ? Parvient-on à déconstruire la connotation misogyne de l’appellation aventurière ? Ainsi, la tenue de la guerrière de charme laisse généralement sans protection ses organes vitaux, là où le guerrier est soigneusement cuirassé. 

– à la récupération des thèmes anciens dans des problématiques contemporaines, qui transmettent un héritage tout en faussant leur sens : pour la question du genre, leur réappropriation poursuit-elle une fabrique de la masculinité ? sur le plan politique, la référence aux terres « ancestrales » réussit-elle ici et maintenant la superposition d’un ailleurs et autrefois ?

On abordera ces questions :

– en littérature, tous genres confondus ; 

– dans les manuels scolaires (XX-XXIe s.) ; dans la littérature pour la jeunesse ;

– dans la BD, dans la chanson, dans les arts de l’écran ; dans tous les arts en général ;

– dans les jeux (jeux de société, jeux de rôles sur plateau/grandeur nature, escape games, jeux video) ;

– dans les spectacles, reconstitutions, publicités…

Bibliographie indicative

Lucie Azéma, Les Femmes aussi sont du voyage. L’Émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

Pierre Jourde, Géographies imaginaires. De quelques inventeurs de mondes au XXe siècle (Gracq, Borges, Michaux, Tolkien), Paris, José Corti, 1991.

Paul Zumthor, La Mesure du monde,Paris, Seuil, « Poétique », 1993.

Fake Moyen Âge! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Laurent Gervereau (dir.), Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Webographie :

Antiquipop. L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine https://antiquipop.hypotheses.org/

Modernités médiévales https://modmed.hypotheses.org/ 

Organisation :

Veuillez adresser vos propositions à 

Géraldine Puccini: geraldine.puccini [at] u-bordeaux-montaigne.fr 

Florence Plet: florence.plet [at] u-bordeaux-montaigne.fr 

en copie toutes deux, avant le 15 septembre 2022.

Date et lieu du colloque :

Université Bordeaux Montaigne / Pessac, les jeudi 30 et vendredi 31 mars 2023 


 [1] S. Bernard-Griffiths, P. Glaudes et B. Vibert (dir.), La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, Champion, 2006.

[2] Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… LAMOP – Paris 1, 2007 http://lamop.univ-paris1.fr/W3/JosephMorsel/Sportdecombat.pdf

[3] Lucie Azéma, Les femmes aussi sont du voyage. L’émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

[4] Ibid., p. 12.

[5] Lucie Azéma, Les Femmes aussi sont du voyage. L’Émancipation par le départ, Flammarion, 2021.

[6]  Crystal Dynamics, Eidos Interactive,2006.

[7] Arleston & Hübsch, Toulon, Soleil, 6 tomes, 1998-2010.

Appel à contributions: Les mythes au XXIe siècle

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo, pour la revue ¿ Interrogations ?.

Date limite d’envoi des articles: 30 juin 2022.

Thor et Loki, personnages bien connus des mythes nordiques, sont devenus des super héros du grand comme du petit écran et illustrent les références actuelles des industries culturelles à d’anciens récits. À leurs côtés, de nouveaux héros et de nouvelles histoires, comme celles de la franchise Matrix, se voient attribuer des valeurs symboliques et collectives, ainsi qu’une place de choix dans nos cultures. Qu’il s’agisse d’emprunts ponctuels ou plus larges à des textes anciens, ou d’une mise en valeur d’un imaginaire actuel, les mythes sont aujourd’hui bien présents dans nos sociétés contemporaines et circulent sous diverses formes.

Suivant cette observation, ce numéro de la revue ¿Interrogations ? propose de questionner les mythes et mythologies, dans les multiples significations de ces termes et dans leur actualité contemporaine. Cet appel à contributions invite les chercheurs à s’interroger selon différents angles sur cette présence des mythes et mythologies aujourd’hui et ce qui permet de les définir de la sorte. C’est pourquoi, il est notamment attendu que chaque contribution précise la ou les définitions retenues pour les notions de mythe ou de mythologie qui seront utilisées et discutées.

 Axe 1 : Des mythes anciens adaptés au temps présent

Les productions des industries culturelles regorgent de références à différents mythes, qu’il s’agisse de réécritures comme l’ouvrage Norse Mythology de Neil Gaiman (2017), qui reprend le contenu de l’Edda en Prose de Snorri Sturluson dans une version modernisée, des adaptations très grand public comme les œuvres de Disney, parmi lesquelles apparaît l’Atlantide, ou des transformations plus importantes de la matière des sources comme les aventures du roi Arthur dans Kaamelott et de Thor dans les films du Marvel Cinematic Universe. Les emprunts des œuvres actuelles aux matières mythiques passées peuvent consister en des réécritures complètes ou partielles, voire ne conserver que certains éléments ponctuels. Un premier axe d’interrogation portera donc sur la présence de références mythiques et mythologiques dans les productions contemporaines, ainsi que sur leurs réécritures et leurs adaptations sur différents supports, qu’il s’agisse de littératures, de films, de séries télévisées, jusqu’aux jeux vidéo ou aux mangas. Ces références amènent les chercheurs à s’interroger à la fois sur les composantes qui sont toujours présentes et celles qui sont oubliées, renvoyant à des questionnements sur des notions comme la « mémoire », qui comporte toujours une part d’« oubli » (Ricoeur, 2000). Dans les grandes franchises médiatiques, les produits dérivés, tels que des jouets et déguisements, pouvant également faire référence à d’anciens mythes, questionnent aussi les modes d’appropriations actuels de ces récits anciens et de leur renouveau. De fait, outre la consommation via les industries culturelles, les mythes et leurs expressions contemporaines peuvent aussi être envisagés dans leurs dimensions corporelle et sociale. Il peut s’agir d’un style (Hebdige, 2008) arboré, tel que des tatouages ou des vêtements évoquant les récits mythiques retravaillés, mais aussi de pratiques d’incarnation de personnages issus de différentes mythologies, comme le cosplay.

Tout comme ces récits ont pu servir à définir une culture mondaine durant la période des Lumières (Borgeaud, 2013 : 107) ou contribuer à fonder des discours nationalistes notamment depuis le XIXe siècle (Meylan, Rösli, 2020), il sera nécessaire de s’interroger sur le rôle, la place et les fonctions de ces références dans nos mondes contemporains et tout particulièrement au XXIe siècle. D’un point de vue théorique, il sera ainsi possible de questionner le processus que Hans Blumenberg (1979) appelle le « travail sur le mythe [Arbeit am Mythos] » ou de mettre à jour les propositions méthodologiques de Abraham Moles (1990) sur les « fiches mythographiques » et la « mythogénèse ». Cet axe pourra également intégrer l’étude des éditions contemporaines de textes anciens comme l’Illiade et l’Odyssée, les Eddas, le Mahabharata et bien d’autres œuvres considérées comme des sources mythologiques.

 Axe 2 : Les nouveaux mythes

Aux côtés de ces reprises de mythes anciens, il faut également se questionner sur la présence et la production de ce que nous pourrions appeler des mythes modernes ou contemporains. Ce type de représentation est notamment mis en scène dans American Gods, le roman de Neil Gaiman adapté en série télévisée : les anciens dieux font face aux nouveaux que sont les médias, l’informatique, les conspirations, la main invisible du marché, ou encore, la mondialisation. Cette lutte illustre alors l’opposition entre tradition et modernité et renvoie de manière explicite à l’opposition entre le passé et le présent.

Des objets tout comme des concepts deviendraient les symboles de leur époque, dans la lignée des mythologies de Roland Barthes (1957), auteur qui évoque la Citroën DS ou le catch, ainsi que d’Edgar Morin (1961) qui cite, pour sa part, le bonheur et l’amour de la jeunesse promus dans les industries culturelles. Suivant l’idée d’un «  Esprit du temps  » proposée par cet auteur, les mythes modernes renverraient alors à un « imaginaire » (Godelier, 2015) marquant une période donnée, comme le mythe de la réussite sociale et du self made man.

Selon des principes similaires, nous pouvons nous interroger sur les mythes qui, au XXIe siècle, participent à former notre imaginaire contemporain et se retrouvent dans nos loisirs quotidiens. Par exemple, ils apparaissent dans les discours technologiques qui parlent de l’intelligence artificielle et des ’téléphones intelligents [smartphones]’, ou encore les voitures électriques censées être plus écologiques. Des marques, comme Apple, peuvent aussi devenir de puissants marqueurs sociaux et engager fortement leurs consommateurs.. Des monstres comme le Grand Cthulhu, issu des écrits de H. P. Lovecraft, prennent une place grandissante dans les cultures populaires. S’ajoutent à cela le poids des influenceurs notamment via les réseaux sociaux et les super-héros très régulièrement présents au cinéma. Sous cet angle, il sera aussi nécessaire de s’intéresser aux relations que ces discours mythifiés entretiennent avec les discours politiques, ou encore d’interroger l’idée du « règne de la fable » qu’Yves Citton (2010) nomme la «  Mythocratie  ». Il s’agira donc d’étudier les nombreuses représentations symboliques de notre temps sous différents angles, aussi bien sémiotique que socio-anthropologique, en questionnant les significations et les valeurs que les acteurs et les communautés leurs attribuent et les manières par lesquelles elles acquièrent un statut mythique.

 Axe 3 : De nouvelles épistémologies

Les discours sur les mythes se développent notamment dans les sphères académiques et celles-ci évoluent. Par conséquent, un dernier axe vise à questionner les avancées scientifiques récentes dans le domaine de l’étude des mythes. Dans la seconde moitié du siècle dernier, en histoire des religions, Jean-Pierre Vernant et Marcel Détienne, entre autres, ont contribué à renouveler l’étude des mythes en rapprochant l’histoire des religions et l’anthropologie, intégrant une dimension sociale plus importante face aux approches de mythologie comparée se limitant souvent à des analyses de contenu. Nous pouvons à présent nous interroger sur les approches théoriques et méthodologiques récentes concernant ces objets de recherche et ce, dans différentes disciplines, en mettant en avant leurs apports et le contexte dans lesquelles elles se développent. L’historien des religions Philippe Borgeaud (2010, 2013) a souligné l’importance du regard christiano-centré sous-jacent à l’usage de la catégorie de «  mythes  » et a également mis en garde contre l’uniformisation d’interprétation à laquelle elle peut conduire. Il rappelle que « ce que nous appelons mythe correspond en effet à différentes catégories de récits indigènes » (Borgeaud, 2010 : 779). L’apport de l’étude des langues étrangères s’avère donc primordial, comme l’a aussi montré l’ethnologie. Les nouvelles approches ont également donné une place plus importante à la contextualisation et aux situations de communication (Calame, 2015). Dans cette lignée, nous avons également assisté à une meilleure prise en compte des contextes politiques dans lesquels les sources des mythes émergent, ainsi que les discours politiques que les mythes eux-mêmes peuvent porter (Lincoln, 1999 ; Meylan, 2020). Récemment, l’approche narratologique et la question des constructions de mondes ont nourri l’approche des mythes (Johnston, 2018). Cet axe invite alors également à interroger les croisements disciplinaires et les façons dont différents champs de recherches se fécondent autour de ces objets d’étude. Notons également qu’en histoire des religions, les travaux sur les mythes ont essentiellement bénéficié de recherche sur les récits traditionnels de la Grèce antique. Dans quelle mesure les études d’autres aires culturelles et d’autres périodes historiques viennent-elles encore relativiser les notions de mythes et de mythologies aujourd’hui, ainsi que d’autres notions associées à elles ?

Les trois axes proposés ci-dessus ne sont, bien entendu, pas exhaustifs, ni en termes d’objets, ni de problématiques. Il ouvrent aussi à des approches variées. Ainsi, les propositions pourront-elles également interroger la fonction des récits mythiques aujourd’hui, au niveau individuel comme au niveau collectif, ou encore la question des catégories d’usage et la qualification de phénomènes comme étant des mythes, des mythologies ou ayant une portée mythique voire mythologique.

Pour ce numéro, toutes les formes d’expression contemporaines pourront être interrogées. Les propositions attendues pourront relever des sciences humaines et sociales au sens large (histoire, sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, littérature, études cinématographiques, linguistique, philosophie, psychosociologie, etc.).

Cet appel à article s’ajoute au colloque « Les mythes au XXIe siècle », organisé dans le cadre de l’axe 3 du programme ANR Aiôn, socio-anthropologie de l’imaginaire du temps (https://aion-project.org), qui se tiendra à Besançon les 12 et 13 mai 2022.

 Bibliographie indicative

Barthes Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil,.

Blumenberg Hans (2005 [1971]), La Raison du mythe, trad. fr. Stéphane Dirschauer, Paris, Gallimard.

Blumenberg Hans (2001 [1979]), Arbeit am Mythos, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Borgeaud Philippe (2010), « Mythes », dans Dictionnaire des faits religieux, Régine Azria, Danièle Hervieu-Léger (dirs), Paris, Presses universitaires de France, pp. 779-785.

Borgeaud Philippe (2013), L’Histoire des religions, Gollion, Infolio.

Calame Claude (2015), Qu’est-ce que la mythologie grecque ?, Paris, Gallimard.

Citton Yves (2010), Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam.

Detienne Marcel (1981), L’Invention de la mythologie, Paris, Gallimard.

Godelier Maurice (2015), L’imaginé, l’imaginaire et le symbolique, Paris, CNRS éditions.

Hebdige Dick (2008 [1979]), Sous-culture, le sens du style, Paris, Zones.

Johnston Sarah Iles (2018), The Story of Myth, Londres/Cambridge, Harvard University Press.

Lincoln Bruce (1999), Theorizing Myth : Narrative, Ideology, and Scholarship, Chicago, University of Chicago Press.

Meylan Nicolas (2020), Religion, mythe et politique en Islande médiévale, Liège, Presses universitaires de Liège.

Meylan Nicolas, Rösli Lukas (eds) (2020), Old Norse Myths as political Ideologies. Critical Studies in the Appropriation of medieval Narratives, Turnhout, Brepols.

Moles Abraham (1990), « La fonction des mythes dynamiques dans la construction de l’imaginaire social », Cahiers de l’imaginaire, n° 5/6, p. 9-33.

Morin Edgar (2008 [1962]), L’Esprit du temps : essai sur la culture de masse, Paris, Armand Colin/INA.

Ricœur Paul (2000), La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

Vernant Jean-Pierre (1974), Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, François Maspero.

Modalités de soumission des articles

Les propositions d’articles sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, à l’adresse électronique suivante : laurent [at] di-filippo.fr

Ils ne devront pas dépasser 50 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et devront être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés en français et d’un résumé (abstract) et de cinq mots-clés (keywords) en anglais.

Les articles répondront impérativement aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

Publication prévue du numéro : juin 2023.

 Appel à contributions permanent

La revue accueille également des articles pour ses différentes rubriques, hors appel à contributions thématique :

♦ La rubrique« Des travaux et des jours » est destinée à des articles présentant des recherches en cours dans lesquels l’auteur met l’accent sur la problématique, les hypothèses, le caractère exploratoire de sa démarche, davantage que sur l’expérimentation et les conclusions de son étude. Ces articles ne doivent pas dépasser 30 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et être adressés à Mireille Dietschy : mireille.dietschy@gmail.com

♦ La rubrique « Fiches pédagogiques » est destinée à des articles abordant des questions d’ordre méthodologique (sur l’entretien, la recherche documentaire, la position du chercheur dans l’enquête, etc.) ou théorique (présentant des concepts, des paradigmes, des écoles de pensée, etc.) dans une visée pédagogique. Ces articles ne doivent pas non plus dépasser 30 000 signes (notes et espaces compris) et être adressés à Agnès Vandevelde-Rougale : a-vandevelde@orange.fr

♦ La rubrique« Varia », accueille, comme son nom l’indique, des articles qui ne répondent pas aux différents appels à contributions ni aux rubriques précédentes. Ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (notes, espaces et bibliographie compris) et être adressés à Audrey Tuaillon Demésy (audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr) ET Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr).

♦ Enfin, la dernière partie de la revue recueille des« Notes de lecture » dans lesquelles un ouvrage peut être présenté de manière synthétique mais aussi critiqué, la note pouvant ainsi constituer un coup de cœur ou, au contraire, un coup de gueule ! Elle peut aller jusqu’à 12 000 signes (notes et espaces compris) et être adressée à Nicolas Peirot : nicolas.peirot@gmail.com. Par ailleurs, les auteurs peuvent contacter Nicolas Peirot pour nous adresser leur ouvrage, s’ils souhaitent les proposer pour la rédaction d’une note de lecture dans la revue. Cette proposition ne peut être prise comme un engagement contractuel de la part de la revue. Les ouvrages, qu’ils fassent ou non l’objet d’une note de lecture, ne seront pas retournés à leurs auteurs ou éditeurs.

Séminaire: Humour et Moyen Âge

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » s’intéressera en 2022-2023 aux usages humoristiques associés à la période médiévale et à son imaginaire au fil de l’histoire.

On voit se développer aujourd’hui un humour médiévaliste, et s’il a déjà été étudié sur son versant audiovisuel, c’est par exemple moins le cas pour ses déclinaisons sur les médias numériques ou sur les réseaux sociaux, qui se sont en particulier fait remarquer en France durant la période très incertaine des débuts du COVID. L’on y revisite aussi bien les enluminures (Simon de Thuillières) et la langue médiévale pour commenter l’actualité (compte Twitter @Jehan le Brave) que des tubes des années 80 dans le sillage du « bardcore », avec des exemples comme Hildegard Von Binglin ou Maître Frelon (« Elle a les yeux arquebuse »). Le jeu sur un faux ancien français, expérimental et potache, reposant surtout sur la réinvention lexicale, serait une sorte de retour aux sources fantasmé en même temps peut-être qu’une forme de parade (aux deux sens du terme : résistance et ostentation) au franglais, au globish… 

Cette nouvelle sociabilité et ces pratiques humoristiques contemporaines en lien avec le médiéval nous invitent à nous demander avec Michèle Gally, dans son dernier ouvrage, A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, « quelle représentation du passé (et ce qu’il contribue à en construire) et aussi quel souci le geste de remonter au Moyen Âge – et non à une autre époque – engagent chez nos contemporains » (CNRS Editions, 2022, p. 189). Rit-on du Moyen Âge ou des représentations et visages qu’on lui prête ? Les temps épidémiques sont-ils à l’origine de rapprochements ? Rit-on avec le Moyen Âge, contre lui ? A côté ou en opposition à lui ? Cette recréation témoignerait peut-être aussi de « l’attitude inquiète vis-à-vis du présent et de l’avenir », souligne ainsi Michèle Gally (p. 191). 

Parmi de nombreuses approches possibles, nous invitons à réfléchir sur les exemples précédents et les axes suivants : 

–          Rire contemporain et rire « médiéval » :

Que deviennent les formes de comique spécifiques au Moyen Âge – si tant que l’on sache ce qui faisait rire alors ? sur quels ressorts s’appuient les reprises contemporaines des farces ou fabliaux par exemple ? ou encore, que faire de la cruauté d’un Renart dans ses reprises pour la jeunesse ? Autrement dit, et plus largement, comment « traduire » le comique médiéval, « faire passer » le rire d’une langue/époque à une autre ?

Peut-on rire des œuvres/personnages/topoï médiévaux tout en n’en perdant pas les enjeux ? ou le décalage actuel par le rire peut-il finalement rejoindre certaines des problématiques médiévales par des voies détournées ?

–          Histoire culturelle de l’humour médiévaliste : rit-on du même Moyen Âge hier et aujourd’hui ? 

Les romans de chevalerie engendrent très rapidement leurs variantes distanciées ou parodiques, déjà chez Chaucer (Palamon dans « The Knight’s Tale »), puis d’Amadis à Don Quichotte. L’esthétique « troubadour », très appréciée sous le règne de Louis XVIII et déjà friande d’« archaïsmes affectés (omissions de pronoms sujets, inversions syntaxiques, formules désuètes telles que « ordonc », « moult », « icel », « varlets », etc.) » (Martine Lavaud) est largement moquée dans la suite du XIXe siècle. Le pittoresque du Trouvère de Verdi (1853) est encore au cœur du comique d’Une Nuit à l’opéra (1935) des Marx Brothers. Les premiers récits de fantasy médiévalistes, ceux de Lord Dunsany ou de James Branch Cabbel, adoptent à leur tour un ton ironique et plaisant. 

On peut aussi noter des cycles comiques qui se réalimentent régulièrement : ainsi pour le créateur contemporain Simon de Thuillières, il s’agit de sortir de « l’esthétique Jacquouille » qui a certes popularisé le MA mais en « a terni l’image ». Associé aux excès du vulgaire, au débordement « rabelaisien » de la chair et de la chère, dans quel mesure un certain Moyen Âge comique est-il encore compatible avec les publics contemporains ?

–          Humour médiévaliste et cultures contemporaines : médias, pratiques, cibles et enjeux : 

De la bande dessinée comique très développée autour du MedFan, au mouvement musical « bardcore », parodies des enluminures médiévales, memes, comme le proposent les sites MedievalMemes.org, Mesmes Moyenagescqves povr serfs et vassals… les médias sollicités produisent-ils un effet esthétique qui dépasserait le médiévalisme, un genre de rire spécifique (pour Youtube par exemple, ou TikTok : des effets de durée, de montage etc.) ? Comment ce dernier viendrait-il rejoindre le médiévalisme, autrement que par un intérêt « premier » pour le Moyen Age ?

Quelles sont les cibles privilégiées des parodies médiévalistes – quel héroïsme, quelles normes, quelles autorités ou quelles absurdités se trouvent-elles mises en cause ?

Quel sens (idéologique ? civilisationnel ? etc.) donner à ce rapport au passé et à ce passé-là ? Même « seulement » ludique, il ne serait ni simple ni sans signification « sérieuse ».

***



RDV sur Zoom – lien valide pour l’ensemble des séances

Participer à la réunion Zoom:

https://univ-artois-fr.zoom.us/j/97228594451?pwd=ZGd5Vk5NOXpkeTlrUG5CWHgvRk1MUT09

ID de réunion : 972 2859 4451
Code secret : 102912

Programme

Lundi 10 octobre, 17h30-19h : Séminaire 1

Alain Corbellari, Professeur de littérature médiévale à l’Université de Lausanne : « Comment j’ai écrit ma Petite histoire de la littérature du Moyen Age à la manière de Pierre Desproges »

Mardi 15 novembre, 17h30-19h : Séminaire 2

Yuning Cheng, doctorante à l’ENS PSL : « Rire des « anti-chevaliers » : le cas de Keu, Dinadan et Daguenet dans les romans arthuriens en France »

Mercredi 14 décembre, 17h30-19h : Séminaire 3

Yohann Chanoir, docteur en histoire, chargé de conférences à Sciences Po Paris : « Faire rire du Moyen Âge pour faire vendre ! L’humour dans les publicités médiévalistes »

Lundi 16 janvier, 17h30-19h : Séminaire 4

Nicolas Lahaye, docteur en histoire moderne et contemporaine (UVSQ), et Gabriel Redon, doctorant en histoire médiévale (UPEC) : « Black Knight : les Américains savent-ils toujours rire du Moyen Âge au cinéma ? »

Mercredi 15 février, 17h30-19h : Séminaire 5

Jean-Louis Benoît : « Rire et sourire dans les Miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci »

***

 
Indications bibliographiques

Besson Florian et Breton Justine, Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Vendémiaire, 2018.

Breton Justine, Monty Python Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, 2021.

D’Arcens Louise, Comic Medievalism: Laughing at the Middle Ages, Cambridge, D.S. Brewer, 2014.

Lavaud Martine, notice « Troubadour » (avec Anne Besson), Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du médiévalisme, Paris, Vendémiaire, sept. 2022.

Letourneux Matthieu, Vaillant Alain, (dir.), L’empire du rire. XIXe – XXIe siècle, Paris, CNRS, 2021.

Mazdon, Lucy, France on Film. Reflections on Popular French cinema, Londres, Wallflower, 2001.

Minois Georges, Histoire du rire et de la dérision, Paris, Fayard, 2000.

Publications et activités du Réseau Interdisciplinaire de Recherches sur l’Humour (RIRH : https://rirh.hypotheses.org)

Tran-Gervat Yen-Maï, « Pour une définition opérationnelle de la parodie littéraire : parcours critique et enjeux d’un corpus spécifique », Cahiers de Narratologie [En ligne], 13, 2006. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/372 

Vaillant Alain, Esthétique du rire, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012.

La civilisation du rire, Paris, CNRS Éditions, 2016.

Parution: Fake Moyen Âge!

Laurent Gervereau, FAKE MOYEN ÂGE! ou comment le Moyen Âge est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéo, la pop culture, Argentat-sur-Dordogne, Nuage Vert, 2022.

Dans le cadre d’une exposition sur le médiévalisme organisée à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne à partir du 5 février 2022, découvrez la publication de 26 articles synthétiques et destinés au grand public sur l’utilisation du Moyen Âge dans différentes sphères médiatiques et culturelles. Cet ouvrage est à paraître le 15 janvier 2022 avec, en prime, la contribution de plusieurs de nos membres.

 

Table des matières

Rêver hier, Laurent Gervereau 7

Préface, Jean-Claude Schmitt 15

 

La construction d’un imaginaire medieval

Un Moyen Âge « walterscotté », Patricia Victorin 22

La place du Moyen Âge dans l’espace public de l’époque romantique à nos jours (1820-2020), Christian Amalvi 56

Le château de Versailles, vitrine paradoxale des représentations du Moyen Âge, Christian Amalvi 89

Les sources médiévales de l’art modern et contemporain, Thomas Golsenne 97

Au cinéma, un Moyen Âge condamné à être « faux » ?, François Amy de la Bretèque 113

Le Moyen Âge dans la BD : un être culturel iconique et plastique, Alain Chante 140

Moyen Âge et séries télévisées, Justine Breton 160

Stronghold Legends : exemple d’un jeu vidéo entre Moyen Âge et humour, Raphaël Bourdot 172

Les fêtes médiévales, Florian Besson 185

Jeux vidéo et bardcore: les nouveaux usages du médiévalisme en musique ? Matthias Lakits 193

Une brève histoire des médiévistes : de l’époque classique à nos jours, Christian Amalvi 202

Moyen Âge et nationalisme, Richard Utz et Anne-Françoise Le Lostec 245

Le médiévalisme, Yohann Chanoir 262

 

Sujets de fascination

L’invention de Jeanne d’Arc par les Romantiques, Gerd Krumeich 272

Robin des Bois, objet de fascination du cinema, François Amy de la Bretèque 286

Un roi, une table, un plat, des chevaliers, des dames et des romans, Patricia Victorin 301

Le château fort et les idées reçues dès l’enfance, Marie Périn 321

Le castrum de Merle, un château pas comme les autres ?, Christian Remy 335

Ma sorcière mal-aimée ? Les sorcières dans la BD et le cinéma, Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir 354

Ils se refilent la précieuse carcasse du goupil, Aurélie Barre 368

Les serfs, Yohann Chanoir 381

Imaginaire ou idéologique : la cathédrale, Danièle Alexandre-Bidon 391

Représentations de la forêt médiévale dans l’histoire et dans la littérature, Sylvie Bépoix, Hervé Richard et Hélène Gallé 405

Sales ? Non : propres ! Hygiène publique et hygiène privée, histoire d’un découplage Danièle Alexandre-Bidon 435

Manger médiéval ?, Denis Saillard 451

L’imaginaire des croisades, Florian Besson 465

Parution: How To Live Like a Medieval Monk

Danièle Cybulskie, How To Live Like a Medieval Monk : Medieval Wisdom For Modern Life, Abbeville Press, 2021.

How medieval monastic practices—with their emphasis on a healthy soul, mind, and body—can inspire us to live fuller lives today. We know that they prayed, sang, and wore long robes, but what was it really like to be a monk? Though monastic living may seem unimaginable to us moderns, it has relevance for today. This book illuminates the day-to-day of medieval European monasticism, showing how you can apply the principles of monastic living, like finding balance and peace, to your life.

With wit and insight, medievalist and podcaster Daniele Cybulskie dives into the history of monasticism in each chapter and then reveals applications for today, such as the benefits of healthy eating, streamlining routines, gardening, and helping others. She shares how monks authentically embraced their spiritual calling, and were also down to earth: they wrote complaints about being cold in the manuscripts they copied, made beer and wine, and even kept bees. 

How to Live Like a Monk features original illustrations by Anna Lobanova, as well as more than eighty color reproductions from medieval manuscripts. It is for anyone interested in the Middle Ages and those seeking inspiration for how to live a full life, even when we’re confined to the cloister of our homes.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Colloque: S’évader au Moyen Âge

Les 7-8 octobre 2021 se tiendra à Autun le colloque pluridisciplinaire “S’évader au Moyen Âge: entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale”, organisé par nos membres Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton.

Ce colloque est organisé dans le cadre de l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) en partenariat avec le centre d’Histoire vivante d’Autun (qui accueillera les intervenants) et avec l’association Modernités Médiévales, et sous le patronage de la commission nationale française pour l’UNESCO.

Programme:

Jeudi 7 octobre 2021

9h30: Accueil des participants

10h00 : Mots de bienvenue et introduction du colloque – Renaud Baujot-Julien, Justine Breton et Audrey Tuaillon

Session 1 – Représenter le Moyen Âge

10h30 : Médiations ludiques et réceptions médiévalistes : comment s’évader au XIIIe siècle au musée des bastides de Monflanquin ? – Patrick Fraysse (PU, Université de Toulouse) et Muriel Molinier (post-doctorante, Université de Toulouse)

11h : Échappatoires linguistique et mystique à travers l’appropriation celtique : signe et sénéfiance des langues et motifs celtiques dans The Witcher – Manon Metzger (Doctorante, Université d’Ulster)

11h30 : Questions/discussions

12h : Pause déjeuner

Session 2 – Investir l’imaginaire médiéval à travers la littérature

13h30 : Du désir de décorum castral au fantasme de domination féodale : l’échappatoire médiévale dans la chantefable Va dire au lac de patienter de Jean-Louis Bory – Léo-Paul Blaise (Doctorant, ENS de Lyon)

14h : Baudolino ou l’échappée médiévaliste d’Umberto Eco – Jonathan Fruoco (Docteur, chercheur indépendant)

14h30 : Questions/discussions

14h45 : Pause

Session 3 – Une évasion dans le domaine du sensible : expériences corporelles et sensorielles du Moyen Âge

15h : Un médiévalisme des usages : topologie arthurienne et pratique psychocorporelles en forêt de Brocéliande – Mélie Fraysse (MCF, Université de Toulouse) et Odile Parsis-Barubé (MCF-HDR, Université de Lille)

15h30 : La récréation vidéoludique au service du médiévalisme : le cas de The Witcher 3 Wild Hunt – Clémence Huguet (Masterante, Université Paris-Sorbonne)

16h : Le Moyen Âge rêvé de Nikolaj Evreinov : un outil pour penser l’attrait contemporain pour les fictions d’inspiration médiévale – Louise Putov (Doctorante, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle)

16h30 : Questions et discussions

17h00 : Pause de fin de journée, temps libre

18h30 : Apéritif ludique et temps de convivialité

Découverte de pratiques sportives associées au Moyen Âge. La reconstitution du combat au Moyen Âge : entre spectacle, sport et art martial – Olivier Dupuis (président de la Fédération française d’Arts martiaux historiques européens). Présentation des Arts martiaux historiques européens avec l’association De Taille et d’Estoc.

Découvertes culinaires : dégustations de mets et boissons

 

Vendredi 8 octobre 2021:

9h15 : Accueil des participants

Session 4 – Un dépaysement médiatique

9h30 : La grande évasion ? Moyen Âge et politique dans les bandes dessinées médiévalisantes de l’année 2020 – Yoan Boudes (Doctorant, Université Paris-Sorbonne) et Nicolas Garnier (Docteur, Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Le Moyen Âge de Myrath, onirisme et réappropriation culturelle dans la musique metal tunisienne – Tasnime Ayed (Docteure, Université d’Artois et de la Manouba)

10h30 : Frère Cadfael et le plaisir du dépaysement – Francis Mickus (Doctorant, Paris I)

11h00 : Questions/discussions

11h30 : Conclusion du colloque – Justine Breton et Audrey Tuaillon Demésy

12h : Déjeuner et fin du colloque