Archives par étiquette : manuscrit

Parution: Les manuscrits de Christine de Pizan

Sarah Decale, Diamant obscur. Interpréter les manuscrits de Christine de Pizan, Genève, Droz, Publications romanes et françaises 271, 2021.

Les manuscrits des oeuvres de Christine de Pizan (1365 ?-1430 ?) produits sous le contrôle de l’auteur prouvent que, dès le Moyen Age, la présentation des copies est fondamentale pour interpréter et classer les textes littéraires. Quelle pensée et quelles pratiques de la création ces copies révèlent-elles ? Quelle relation la mise en livre des manuscrits entretient-elle avec les genres littéraires ? Cette relation change-t-elle d’un ouvrage, d’un sujet, d’une campagne de diffusion à l’autre ? Que reste-t-il de cette esthétique dans les copies réalisées après la mort de l’auteur ou hors de son contrôle ? En réponse à ces questions importantes et exigeantes, cette étude propose une synthèse à la fois codicologique et littéraire de l’oeuvre de Christine de Pizan, et tout particulièrement de ses dits, ses livres en prose et sa Mutacion de fortune.
Elle conjoint les outils de la codicologie, de la philologie, de l’histoire et de la théorie littéraires, de la narratologie, de la stylistique et de la philosophie. Y sont analysés les témoins médiévaux mais aussi diverses éditions, ouvrages d’éducation et créations littéraires qui ont revisité l’oeuvre du XVIe au XXIe siècle. L’objectif est double : reconstruire les techniques créatives d’un écrivain-éditeur tout en retraçant leurs réceptions possibles et modéliser une théorie de la mise en livre applicable à d’autres corpus manuscrits.

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’éditeur.

Parution : du manuscrit à l’imprimerie

Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, dir. Adam (Renaud), Devaux (Jean), Henrard (Nadine), Marchal (Matthieu), Velissariou (Alexandra), Paris, Classiques Garnier, 2020, coll. Rencontres, 451, série Civilisation médiévale, n° 38. 

Cet ouvrage vise à éclairer les mécanismes qui permirent aux lettres françaises de vivre la transition du Moyen Âge à la première Modernité. Il envisage tour à tour les conditions du glissement de ces textes vers l’imprimé et l’apport des imprimés anciens quant à l’élaboration des éditions modernes.

Table des matières

TABLE DES MATIÈRES

1. LE PASSAGE DU MANUSCRIT À L’IMPRIMÉ

Paola Cifarelli, “Antoine Vérard, éditeur des Faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan”

Paola Cifarelli, “Les Quinze Joies de Mariage, des manuscrits aux incunables”

Catherine Gaullier-Bougassas, “Des manuscrits aux imprimés du Roman de Philippe de Madien et du Roman de Florimont. Deux stratégies éditoriales”

Elisabetta Barale, “Le passage à l’imprimé des œuvres de Jean Miélot”

Danielle Quéruel, “Les Passages d’outremer de Sébastien Mamerot. Des manuscrits aux imprimés”

2. LES LETTRES MÉDIÉVALES À L’AUBE DE L’ÈRE TYPOGRAPHIQUE. LA RÉCEPTION DES TEXTES MEDIÉVAUX PAR LES PREMIERS IMPRIMÉS

Maria Colombo Timelli, “Mises en prose et éditeurs « périphériques ». Quels titres pour quels lecteurs?”

Renaud Adam, “La réception imprimée de la littérature médiévale dans le comté de Hainaut (xve-xvie siècle)”

Muriel Ott, “La prose d’Ogier le Danois. Des trois premiers imprimés à deux éditions ultérieures”

Jonathan Dumont, “Au creuset des transitions littéraires et politiques. La tryumphante et solemnelle entree de Rémi Dupuis” 

Christine Ferlampin-Acher, “L’édition de 1528 de Perceforest. « O magnifiques seigneurs []. lisez et perlisez les chevaleureux gestes [»

Marie-Madeleine Castellani, “Florimont dans l’imprimé lyonnais d’Olivier Arnoullet (1529)”

Sophie Lecomte, “Histoire éditoriale et réception de la mise en prose de Guy de Warwick au xvie siècle. Le cas de l’édition Bonfons

3. IMPRIMÉS ET TRADITION TEXTUELLE

Maria Colombo Timelli, “Les éditions d’Antoine Vérard, des témoins (pas) comme les autres?”

Adeline Desbois-Ientile et Anne Schoysman, “Éditer les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges”

Laura-Maï Dourdy, “Variance dans la tradition imprimée. Étude de la stratégie éditoriale de deux imprimeurs-libraires, Michel Le Noir et Nicolas Chrestien”

Barbara Ferrari, “Le rôle des imprimés dans l’édition d’une mise en prose manuscrite. La belle Hélène de Constantinople

Matthieu Marchal, “Réflexions sur le remaniement d’une chanson de geste connu uniquement par des imprimés. Le cas de Florent et Lyon, mise en prose d’Othevien“.

 

Appel : « Le Moyen Age mort-vivant »

Enluminure contemporaine de Brigitte Marchand-Lapointe

Appel à contributions – Revue TrOPICS, n° 7 (2020) : « Le Moyen Age mort-vivant »
Sous la direction d’Anne-Cécile Le Ribeuz–Koenig et de Marc Arino. Réponses attendues pour le 15 janvier 2019 (délai étendu)

TrOPICS est une revue électronique pluridisciplinaire en libre accès (http://tropics.univ-reunion.fr/accueil/) et à comité de lecture, dirigée par l’Equipe d’Accueil DIRE (Déplacements, Identités, Regards, Ecritures) de l’Université de la Réunion (http://dire.univ-reunion.fr/), dont le fondateur est G. Armand (http://dire.univ-reunion.fr/equipe/guilhem-armand-mcf-9e-section/). Elle propose un numéro thématique par an comprenant des articles, rubriques « Documents » et Varia, en Lettres et Sciences Humaines (arts et littérature, langues et civilisations étrangères, didactique des langues, linguistique, études culturelles, anthropologie et sociologie).

La revue lance un appel à contribution pour son 7ème numéro à paraître courant 2020 et consacré au thème suivant : « Le Moyen Age mort-vivant »


« Les médias ne meurent jamais ; ils peuvent être abandonnés, devenir obsolètes, mais ils ne meurent pas […]. D’autre part, de façon plus positive, les « médias zombies » rendent possibles la réutilisation et le remixage, et permettent de repenser les médias anciens pour produire de nouveaux assemblages, idées, dispositifs et usages. […] Le médias sont partout, de la nature aux animaux, des rues aux écrans, aux sons et à l’électronique ; dans tout ce qui apporte des perceptions, des sensations, des souvenirs »,
(Pour une archéologie des virus. Entretien avec Jussi Parikka, Tracés 21, 2011-2, p. 242-243.)

Quand on s’intéresse à la littérature de la fin du Moyen Age, la réflexion de Jussi Parikka fait immédiatement écho à celle que l’on rencontre dans les textes médiévaux. Se percevant comme de « vieux fils », les écrivains des XIVe et XVe siècles qui puisent leurs matières auprès de l’autorité des anciens, qui cultivent les lettres vernaculaires dans la tradition, depuis deux siècles déjà, s’interrogent sur le renouvellement de leur art. Les écrits de cette période mettent donc en scène la mémoire du Moyen Age par lui-même, et tirent leur créativité des formes et matières anciennes recombinées.

Continuer la lecture

Anne-Cécile Le Ribeuz – Koenig (La Réunion)

Maître de conférence en langue et littérature françaises du Moyen Age

Université de La Réunion

UFR Lettres et sciences humaines / Equipe d’accueil D.I.R.E (Déplacements Identités Regards Ecritures)

Thématiques de recherches :

– Le roman arthurien (XIIe –XVe siècles) : une poétique en mouvement.

– L’écriture romanesque et la convergence des traditions arthuriennes, épiques, lyriques, didactiques ; l’articulation entre la fiction et l’Histoire, entre la fiction et l’actualité aux XIVe et XVe siècles.

– La mise en page et en image des manuscrits et des imprimés, en particulier les programmes iconographiques des romans arthuriens (XIVe – XVIe siècles).

– L’évolution des modes de réception pour le roman et la lyrique : de l’oral à l’écrit, de la performance vocale/chorégraphique au livre. Archéologie des média.

Mots-clefs : roman arthurien – mise en prose épique – lyrisme – réception – poétique – esthétique littéraire XIVe – XVIe siècles – mise en page et en image – archéologie des media

Activités scientifiques :

Thèse : « Écriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Age. Le Petit Artus de Bretagne. Ysaïe le Triste. Meliador », Université de la Sorbonne – Paris IV, 758 pages.[novembre 2005]

Derniers travaux :

Avril 2017 Communication à la Journée de l’Antiquité et des Temps Anciens (JATA) (université de La Réunion, dir. Serge Bouchet, Colombe Couëlle , Myriam Kissel) : « Figuration et défiguration d’Orphée à la fin du moyen âge. Le Roman d’Ysaïe le Triste et de Marc l’essill ». A paraître dans Travaux et documents.

Février 2017 Communication à la journée d’étude « Voyage, parcours initiatique, exil » Continuer la lecture