Archives par étiquette : littératures de l’imaginaire

Florie Maurin (Université Clermont Auvergne)

Doctorante en Langue et Littérature françaises à l’Université Clermont Auvergne et membre du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS).

Membre du comité éditorial des revues Pensées vives (Université Clermont Auvergne) et Chameaux (Université Laval, Québec).

 

Sujet de thèse : « Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses », sous la direction de Françoise Laurent et Nelly Chabrol Gagne.

Domaines de recherche : littératures de jeunesse, contes, fantasy, représentations des personnages féminins, magiciennes, guerrières, Pierre Bottero

 

Publications principales :

« Les mondes de Pierre Bottero : réinventer les espaces de fantasy », dans Espaces imaginés, Rennes, Laboratoire des Imaginaires, 2021, p. 89-108. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03060604

« Les bestiaires fantastiques aujourd’hui : le renouvellement d’un genre dans les univers d’Harry Potter, L’Épouvanteur et Les Chroniques de Spiderwick », coécrit avec Elise d’Inca, Pensées vives, n° 1, 2021, p. 243-267. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03446736

« Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse », dans Christophe Duret (dir.), Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine : Utopies, dystopies, hétérotopies, à paraître.

« Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time », Iris, n° 42, à paraître en novembre 2022.

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques

Le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques” est organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires.

En raison de la situation sanitaire, le colloque se déroulera en deux parties. Une première partie en visioconférence le vendredi 18 février 2022 et une deuxième partie en présentiel à Arras le samedi 18 février 2023.

PREMIÈRE PARTIE
Vendredi 18 février 2022: A DISTANCE SUR ZOOM
14h30 : Introduction du colloque – Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy
Universités d’Artois et de Franche-Comté


SESSION I: INCARNATIONS ARTISTIQUES ET CRÉATION D’UNIVERS. Présidence : Justine BRETON
14h45 : Les créatures de Fantasy au théâtre – Charles Louarn, Université d’Avignon
15h15 : Ghosts Seeking Hosts : incarner l’androïde dans le jeu vidéo Detroit: Become Human – Kevser Güngör, Université d’Artois
15h45 : Discussions
16h15 : Pause
16h30 : Une étude de quelques « campaign workshops » à ambiance Gaslamp fantasy : les débats en ligne sur la définition d’un sous-genre néo-victorien contesté – Jessy Néau, Université de Mayotte
17h : Entre politique et imaginaire : des métamorphoses fantastiques dans l’art contemporain – Quentin Petit Dit Duhal, Université d’Aix-Marseille
17h30 : Discussions
18h : Fin de journée

 

Appel jeunes chercheurs: Nouveau(x) monde(s), nouvelles perspectives

Colloque : « Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? », 13-14 octobre 2022, Université de Lorraine, Nancy.

Date limite d’envoi des propositions: 4 mars 2022.

Au XVIe siècle paraît en France un ouvrage intitulé Mundus Novus qui se présente comme la traduction d’une lettre de l’explorateur Amerigo Vespucci. Cet ouvrage popularise l’expression « Nouveau Monde » qui désigne l’Amérique, un territoire qui s’oppose à l’Europe, l’Ancien Monde. Le concept repose ainsi sur la rupture entre deux espaces, sur un changement, un passage du vieux au neuf. L’expression cristallise alors les promesses du continent américain. Peu à peu le Nouveau Monde est devenu un mythe s’articulant autour d’un désir d’extension des limites géographiques – la frontier américaine –, sur un appel à la découverte, sur un désir de changement, de rupture avec des modèles d’un autre temps. Mais le mythe s’effrite et le déboulonnage récent de statues de Christophe Colomb montre que le concept de Nouveau Monde s’appuie aussi sur une histoire et un imaginaire colonialistes. Cela invite à se demander si la promotion du neuf ne cacherait pas le recyclage des défauts de l’ancien. 

On peut se poser la même question à propos des (très) nombreuses promesses de nouveaux mondes qui alimentent le monde contemporain. Qu’il s’agisse d’un nouveau monde du travail, industriel, numérique, médiatique, religieux, technologique, politique, social, etc., on s’interroge quant à leur véritable nouveauté, aux nouvelles perspectives qu’ils offrent. S’agit-il d’autres mondes ? S’agit-il de mondes futurs ? S’agit-il de mondes inédits ? S’agit-il de mondes actualisés ? La notion même de monde pose question dans cet usage courant du concept de « Nouveau Monde ». Ces mondes sont-ils de nouveaux territoires ? De nouveaux champs ? De nouveaux paradigmes ?

Ce colloque se présente comme un espace de réflexion sur le concept de « Nouveau Monde » en interrogeant les représentations des nouveaux mondes. Les communications pourront porter sur différentes périodes historiques et sur différents médiums. De même, le choix des disciplines n’est pas limité pourvu que les communications portent sur des enjeux de représentations, fictionnelles ou non, afin de réfléchir collectivement aux perspectives et aux promesses qui sous-tendent le concept de nouveau(x) monde(s).


1.      Représenter de nouveaux mondes imaginaires 

Un nouveau monde est un monde que l’on imagine, que l’on raconte. En somme, c’est un monde que l’on fictionnalise. Les genres et sous-genres de l’imaginaire, en particulier les œuvres de SFFF (science-fiction, fantasy, fantastique), font de la création d’un monde nouveau un enjeu principal. Pensons par exemple à la mythologie de la Terre du Milieu de J.R.R Tolkien (Le Silmarillion, 1977) ou aux exergues diégétiques de Frank Herbert (Dune, 1965) : ces procédés participent à façonner des univers denses et cohérents, à faire du worldbuilding. Pour autant il semble qu’inventer des mondes n’est pas le propre des fictions de l’imaginaire du XXe et XXIe siècle. Les contes ne nous entraînent-ils pas dans un nouveau monde par la simple formule « Il était une fois » ? Dante n’avait-il pas imaginé un monde qui s’écarte du nôtre en concevant les trois parties de sa Divine Comédie ? Homère ne racontait-il pas déjà un nouveau monde peuplé de monstres et de magie dans son Odyssée ? Ce colloque sera l’occasion d’interroger les processus de création de mondes nouveaux en croisant les époques, les pratiques et les genres. L’avènement du numérique dans les productions fictionnelles contemporaines offre aussi de nouveaux territoires dans lesquels concevoir des univers. A l’heure de la culture de la convergence, un nouveau monde gagne en consistance en multipliant les supports. On s’intéressera alors aux enjeux transmédiatiques du worldbuilding

Chaque proposition d’un nouveau monde semble par ailleurs se construire à partir d’un imaginaire de la promesse. Il y a d’abord la promesse d’un univers a priori différent du nôtre qui est faite à celles et ceux qui reçoivent ces fictions. A travers des réflexions sur la réception des œuvres on pourra questionner leur nouveauté : y a-t-il une découverte dans ces nouveaux mondes ? Comment se manifeste-t-elle ? Dans quelle mesure se démarquent-ils du monde réel ? Que nous disent-ils du monde réel ou d’une autre époque ? Il y a ensuite l’imaginaire de la promesse qui dynamise les fictions elles-mêmes. On observe deux polarités dans les récits où le monde, la société, est construit sur une promesse : il y a celle que l’on tient et celle que l’on déçoit. Une dichotomie qui apparaît nettement dans le couple utopie/dystopie. Dans ces fictions, les mondes proposés présentent un avenir radieux ou bien catastrophique. Aussi les communications pourront porter, sans s’y limiter, sur des imaginaires positifs tels que le genre Solarpunk ou pessimistes comme les fictions climatiques ou post-apocalyptiques.

2.      Représenter de nouveaux mondes réels

Le Nouveau Monde américain était un territoire plein de promesses pour les colons européens. Tout phénomène de migration s’appuie sur des espérances : on quitte un lieu dans l’espoir d’en découvrir un meilleur après un long voyage. Tout nouveau territoire relève du mythe de la Terre Promise. Ainsi se construisent les imaginaires de la migration. Ils méritent d’être étudiés en s’intéressant non plus aux causes de ces migrations mais aux perspectives des migrant.e.s. Promet-on un monde différent à des colons ou à des réfugiés ? Que projettent les migrant.e.s quand ils quittent leur pays ? Ces projections varient-elles en fonction des raisons du départ ? Il est aussi possible d’étudier ces imaginaires en analysant le ou la migrant.e en tant que figure littéraire. Les corpus pourront puiser dans les récits du bassin méditerranéen (hispanophones, italophones, arabophones, francophones, etc.) et plus largement du continent européen, mais nous sommes ouverts aussi aux travaux s’intéressant à d’autres continents. 

Un nouveau monde peut aussi apparaître après une crise majeure, qu’elle soit politique, économique, écologique, sanitaire, etc. Nous nous interrogerons sur les représentations des mondes d’après renaissant des crises majeures. Minuit le 8 mai 1945 marque par exemple l’Heure Zéro (Stunde Nulle), la fin de la seconde guerre mondiale et l’entrée dans une nouvelle période historique. Ce monde post-seconde guerre mondiale est-il mis en scène de manière radicalement différente ? Depuis s’ensuivent des mondes post-… : le monde post-68, le monde post-guerre froide, le monde postmoderne, le monde post-11 septembre ou encore le monde post-COVID actuellement. On s’interrogera sur les représentations des imaginaires du post- en observant leur traitement des évolutions sociétales : desquelles s’inspirent-ils ? lesquelles alimentent-ils ? 

Le passage à un nouveau monde est une affaire de mouvements de fond entraînant d’importants changements idéologiques. On assiste aujourd’hui à un passage dans un nouveau monde de l’entreprise souhaitant dépasser le taylorisme vers de nouvelles pratiques managériales centrées sur le bien-être des employé.e.s. Comment s’incarnent les nouvelles idéologies du travail à travers la fiction ou le documentaire (gig economy, humanisme managérial, start-up nation) ? A l’échelle individuelle on assiste à l’émergence d’une autre tendance à travers la prépondérance de l’aspiration au bonheur et de l’acceptation de soi. Il serait utile d’observer les représentations de ces tendances. Une autre mutation intéressante concerne la religion. D’après Marcel Gauchet nous serions passés d’un monde religieux à un monde démocratique (Gauchet, 1985) à force d’individualisme et de désenchantement du monde. Comment les fictions ou les documentaires traduisent ce changement de monde ? Ces mouvements de fond restent des exemples et cet axe du colloque s’intéresse avant tout à l’étude des représentations de mondes réels dont on fait la promesse qu’ils seront nouveaux. Une question sous-jacente persiste alors : offrent-ils de nouvelles perspectives ?

 
A travers l’étude des fictions et des phénomènes sociaux, ce colloque sera donc l’occasion d’explorer des enjeux de création et de poétique et d’observer l’évolution des sociétés. Il permettra d’étudier les représentations de nombreux types de changements pouvant amener à un nouveau monde. Les différentes pistes de réflexion proposées pourront être bousculées. Elles n’ont pas vocation à être imperméables, bien au contraire.

Organisation du colloque : 

Le colloque « Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? » se destine en priorité aux jeunes chercheurs et jeunes chercheuses, que vous soyez doctorant.e, attaché.e temporaire d’enseignement et de recherche ou chercheur.euse postdoctorat. 

Les communications seront de 20 minutes (suivies de 10 minutes de questions). Les propositions titrées et d’une page maximum accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser à Fantine Beauvieux (fantine.beauvieux [at] univ-lorraine.fr) et Gatien Gambin (gatien.gambin [at] univ-lorraine.fr). 

Les actes du colloque seront publiés sur le carnet Hypothèses du LIS (https://lis.hypotheses.org/).

 Calendrier : 

 • Date limite de soumission : 4 mars 2022

• Date de réponse : 8 avril 2022

• Date et lieu du colloque : jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022 à Nancy

 Comité d’organisation : 

Fantine BEAUVIEUX (doctorante, Université de Lorraine, LIS)

Gatien GAMBIN (doctorant, Université de Lorraine, LIS)

 Comité scientifique :

Anne COUSSEAU (Maîtresse de conférences HDR en littérature française, Université de Lorraine, LIS)

Alain GENETIOT (Professeur de littérature française des XVIe et XVIIe siècles, Université de Lorraine, LIS)

Victor-Arthur PIEGAY (Maître de conférences en études culturelles, Université de Lorraine, LIS)

Clotilde THOURET (Professeure de littérature générale et comparée, Université de Lorraine, LIS)

Détails.

Appel: L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran

Appel à contributions « L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : Adaptations, réécritures, traductions, mentions », dans le cadre d’un dossier pour la revue Caderno de Letras (Brésil), prévu pour fin juillet 2022. Propositions attendues en français, anglais, espagnol ou portugais.

Date limite d’envoi des propositions : 28 février 2022.

La Revue Caderno de Letras, publication scientifique quadrimestrielle brésilienne du Centre de Lettres et Communication du Programme de Post-Graduation en Lettres de l’Université Fédérale de Pelotas (UFPel), invite tous et toutes à soumettre des contributions pour son numero 43, prévu pour la fin juillet 2022, en vue du dossier L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions.

 

Comité organisateur:

Dr Bruno Anselmi Matangrano (Université Fédérale de Pelotas, Brésil)

Dr Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, France)

Dr Ramiro Estaban Zó (Université Nationale de Cuyo, Argentine).

Depuis ses origines, le cinéma permet un dialogue ouvert avec d’autres formes artistiques, soit en les intégrant dans son propre langage – grâce à son hybridité lui permettant d’associer narration, performance, éléments visuels et sonores –, soit en prenant pour source d’inspiration des œuvres et productions préexistantes et en créant, pour elles, de nouvelles formes d’art. La littérature constitue notamment une source d’inspiration privilégiée. Ce n’est pas par hasard que de nombreuses grandes œuvres marquant le début de l’ère cinématographique furent des adaptations œuvres romanesques ou théâtrales. C’est par exemple le cas, pour ne citer qu’eux, de Nosferatu (1922) de F.W. Murnau et de Dracula (1931) de Tod Browning, tous deux inspirés du roman de Bram Stoker publié en 1898. Ce n’est pas non plus par hasard qu’un nombre important de succès du box-office mondial adaptés d’œuvres littéraires appartiennent, à des niveaux variables, aux genres de l’imaginaire. Certains sujets littéraires sont désormais devenus des succès audiovisuels presque garantis, comme la légende arthurienne régulièrement adaptée sur grand ou petit écrans (Excalibur, John Boornman ; Merlin,BBC One ; The Green Knight, David Lowery ; etc.), ou comme les récits de super-héros adaptés de comics (le « Marvel Cinematic Universe », par exemple), qui se développent de façon exponentielle à mesure que les budgets augmentent et que l’accès aux effets spéciaux se démocratise. Alors que ces récits rencontraient fréquemment plus d’obstacles dans les cercles plus traditionnels de la critique littéraire, ils ont au contraire été aisément intégrés dans les pratiques audiovisuelles – pas uniquement au cinéma, mais aussi dans l’animation, les séries télévisées et, plus récemment, les programmes diffusés sur les plateformes de streaming. Cependant, cette relation ne s’est pas exprimée à sens unique. Au même titre que des productions audiovisuelles ont adapté, recréé et réimaginé des textes littéraires, celles-ci ont également servi d’inspiration pour des œuvres littéraires. L’un des exemples de ce passage de l’écran à l’écrit est le film King Kong (1933) de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, mis en roman par Delos W. Lovelace et publié peu après la sortie du film. De même, certains films de Guillermo Del Toro, comme Le Labyrinthe de Pan (2006) et La Forme de l’eau (2017), ont été suivis de novélisations de l’auteur lui-même, accompagné respectivement de Cornelia Funke en 2019, et de Daniel Kraus en 2018. Sur ce type de relation, le modèle de Disney Studios constitue un autre exemple à prendre en compte. Des œuvres littéraires ont servi de base à la plupart de leurs productions animées, que le groupe réadapte désormais en longs-métrages en prises de vue réelles. Dans le même temps, des auteurs réinventent ces récits audiovisuels et les transforment en récits pour enfants ou jeunes adultes, dans un processus d’adaptation qui met en parallèle le langage cinématographique et le langage littéraire. Le dialogue n’existe d’ailleurs pas exclusivement d’un médium à l’autre, mais apparaît également à travers des références, des citations, des clins d’œil et des mentions. Pour ne citer qu’un exemple récent, la série Penny Dreadful (2014-2016) de John Logan constitue une production originale qui s’appuie sur des classiques littéraires et leurs créations, comme la Créature de Frankenstein, Dorian Gray et Dr. Jekyll, dans une intrigue nouvelle qui accorde une place centrale à la littérature, via la lecture et l’évocation de poèmes de John Clare, William Blake, Alfred Tennyson et d’autres. Là encore, les possibilités ne s’arrêtent pas là. Désormais, cette forme d’« inter-influence » transparaît dans la plupart des œuvres littéraires et audiovisuelles liées à l’imaginaire en général, et à la fantasy et à la science-fiction en particulier. Les mondes transmédiatiques constituent une force créative spécifique de ces genres, avec des récits qui s’étendent simultanément dans différentes formes médiatiques. Par exemple, la saga Le Sorceleur (The Witcher), d’abord créée par Andrzej Sapkowski en tant qu’ensemble de nouvelles et de romans, a connu un succès encore plus grand par ses adaptations en jeux vidéo et en séries télévisées, développant ainsi des récits complémentaires. C’est dans ce contexte que nous proposons, pour le numéro 43 du journal Caderno de Letras, un dossier consacré à toutes les possibilités de ce dialogue impliquant les productions audiovisuelles et littéraires liées aux genres de l’imaginaire, qu’il s’agisse d’adaptations (dans les deux sens), ou de la présence directe ou indirecte de littérature dans les médias audiovisuels, ou inversement.

Les articles devront être directement soumis sur le site de la revue.

 

Références suggérées: 

 Livres:

ANDRADE, Pilar, GIMBER, Arno & GOICOECHEA, María (eds). Espacios y tiempos de lo fantástico. Una mirada desde el siglo XXI. Bern, Peter Lang, 2010.

BLANC William, Super-héros, une histoire politique, Paris, Libertalia, 2018.

CÁNEPA, Laura Loguercio (Org.). Tim Burton, Tim Burton, Tim Burton…. São José dos Pinháis: Estronho, 2016.

FERRERAS SAVOYE, Daniel. Lo fantástico en la literatura y el cine: De Edgar Allan Poe a Freddy Krueger. ACVF Editorial, 2014.

GONZÁLEZ, Manu. Villanos fantásticos. Barcelona: Redbook Ediciones, 2019.

HUDELET Ariane et WELLS-LASSAGNE Shannon (eds.), De la page blanche aux salles obscures. Adaptation et réadaptation dans le monde anglophone, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

MAGGIO, Sandra; ZANINI,  Claudio (Orgs.). Transposições Fílmicas – As Literaturas de Língua Inglesa no Cinema. Rio de Janeiro: Bonecker, 2018.

MELLET Laurent et WELLS-LASSAGNE Shannon (eds.), Etudier l’adaptation filmique. Cinéma anglais – cinéma américain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

NOVA, Vera Casa; ARBEX, Márcia; BARBOSA, Márcio (Orgs). Interartes. Belo Horizonte: Ed. UFMG, 2010.

PIÑEIRO, Aurora. El gótico y su legado en el terror. Una introducción a la estética de la oscuridad. Colección Gen Pop. México, Bonilla Artiga Editores, UNAM-FFYL, 2017.

ROAS, David (dir.). Historia de lo fantástico en la cultura española contemporánea (1900-2015). Madrid, Franfurt am Main, Iberoamericana, Vervuert, 2017.

SUPPIA, Alfredo. Atmosfera Rarefeita: a Ficção científica no Cinema Brasileiro. São Paulo: Devir, 2013.

SUPPIA, Alfredo (Org.), Cartografias Para a Ficção Científica Mundial: Cinema e Literatura. São Paulo: Alameda, 2015.

 Dossiers:

Revista Brumal, v. 8, n. 2, 2020. Transmedialidad e interactividad en lo fantástico: <https://revistes.uab.cat/brumal/issue/view/v8-n2>.

Revista Brumal, v. 4, n. 1, 2016: Lo fantástico en la nueva edad de oro de la televisión (1999-2015): <https://revistes.uab.cat/brumal/issue/view/v4-n1>.

Revista Brumal, v. 3, n. 1, 2015: Lo fantástico y los videojuegos: <https://revistes.uab.cat/brumal/issue/view/v3-n1>.

Revista Abusões, n. 16, 2021: Gótico, Fantástico e Ficção Científica: séries cinematográficas, televisivas e de streamings: <https://www.e-publicacoes.uerj.br/index.php/abusoes/issue/view/2584>.

Revista Abusões, n. 6, 2018: Visões do cinema: o gótico, o insólito, o fantástico: <https://www.e-publicacoes.uerj.br/index.php/abusoes/issue/view/1876>.

Revista Abusões, n. 2, 2016: Fantasia, ficção científica e horror em narrativas literárias e fílmicas: <https://www.e-publicacoes.uerj.br/index.php/abusoes/issue/view/1387>.

Revista Todas as Musas, v. 9, n. 2, 2018: Imagens do medo: o horror no cinema e na televisão: <https://www.todasasmusas.com.br/09_02.html>.

Revue Adaptation, vol. 9, issue 1, Oxford, Oxford University Press, 2016.

Appel: La fantasy au prisme des médias (Imaginales)

Le colloque des Imaginales 2022 se déroulera à Epinal, en parallèle du Festival des Imaginales, les 19 et 20 mai 2022. Il portera sur “La fantasy au prisme des médias. BD, jeux, cinéma, télévision, musique…: métamorphoses d’un genre et de ses usages“.

La fantasy se présente dès ses origines comme un genre multimédiatique, favorisant des formes de création et de réception qui empruntent aussi bien les voies de l’écrit que de l’image, du son ou de l’objet – William Morris, un des créateurs de la fantasy romanesque à la fin de sa fructueuse carrière, n’était-il pas, aussi et indissociablement, designer, créateur d’arts graphiques et décoratifs, peintre, éditeur, traducteur, poète… ? Tout au long de l’histoire du genre, les romanciers ont été aussi illustrateurs, comme J.R.R. Tolkien, Mervyn Peake ou plus récemment Melchior Ascaride par exemple, musiciens, comme Michael Moorcock ou Morgan of Glencoe, puis scénaristes pour le cinéma ou la télévision, de George Martin à Estelle Faye, ou encore et très souvent rôlistes, de Raymond Feist à Jean-Philippe Jaworski. Quand ce n’était pas l’auteur qui exerçait sur plusieurs médiums, ce sont certaines œuvres dont l’appréhension s’est faite en fonction de leurs avatars visuels, audiovisuels ou vidéo-ludiques – le Conan de Robert E. Howard prend ainsi forme dans les images de Frank Frazetta, avant que sa perception ne soit largement transformée, voire déformée, par le film de John Milius en 1982. Les textes d’Andrzej Sapkowski consacrés au Sorceleur, parus en Pologne au début des années 90, n’ont accédé à une très large reconnaissance qu’à l’occasion de leur adaptation en jeu vidéo à partir de 2007, avant que l’ensemble ne donne lieu à une série télévisée diffusée sur Netflix en 2019.

La dynamique de « world builiding », fondamentale à la fantasy, fournit une piste « interne » pour comprendre un tel déploiement multi ou trans-médiatique – tout un monde à explorer, cela nécessite d’y donner accès par tous les sens, de le faire voir et entendre, d’en développer la culture matérielle et d’en documenter l’existence dans des manuels de règles, afin d’y permettre l’immersion la plus complète. Les « univers partagés », créations collectives comme Thieves’ World de Robert L. Asprin, ou étendues, comme autour du Darkover de Marion Zimmer Bradley, font partie des expériences les plus caractéristiques de ce qui fait la spécificité de la fantasy, dans le mélange des supports médiatiques comme dans les passages entre création et réception qu’elle permet. En cela le genre entretient le plaisir de pratiques courantes de l’imaginaire enfantin, et ce n’est pas un hasard si une part des univers parmi les plus développés sont (au départ !) destinés au jeune public, de Yu-gi-oh à Harry Potter.

L’extension progressive du succès de la fantasy est également à prendre en compte comme piste « externe » expliquant la pérennité et l’ampleur toujours plus grande prises par ces mondes multimédiatiques. On constate aujourd’hui l’explosion du nombre de séries télévisées du genre sur les plateformes numériques, dans la lignée de premiers succès comme Game of Thrones, The Witcher ou Shadow and Bone – alors que la fantasy était jusqu’alors peu exploitée sous cette forme. Elle a toujours été en revanche extrêmement bien représentée, voire hégémonique, dans les différents médias ludiques dont le succès ne cesse de croître, augmentant du même coup sa visibilité : jeux de rôle, jeux vidéo, mais aussi jeux de société, de cartes, de plateaux, sont concernés.

Il s’agira, dans ce troisième colloque des Imaginales, d’observer la variété, la convergence et les spécificités des formes de la fantasy – la fantasy en images, animées ou non, la fantasy en musique, en spectacle, dans les différentes formes du jeu, dans les loisirs et les pratiques – en s’attachant particulièrement à leur histoire et à leurs évolutions :

  • quand, comment, pourquoi, la fantasy a-t-elle colonisé tel ou tel territoire médiatique ? Selon quelles affinités particulières ? Ainsi le recours à l’animation, au cinéma ou à la télévision, qui de Disney à Miyazaki a donné à l’adaptation de romans de fantasy certains de ses plus beaux fleurons, est-il rendu obsolète par l’avancée des effets spéciaux numériques intégrés sur prise réelle ? Le jeu de rôle « papier », ou le jeu de figurine, ont-ils été modifiés dans leurs ambitions ou leurs modalités pratiques par le développement du jeu vidéo sur le même créneau du medfan? Qu’apporte encore aux mondes de fantasy leur développement récent sous forme de séries télévisées ?
  • comment le multimédia (les processus d’adaptation mais aussi la co-présence de médias dans une même œuvre) ou le transmédia (déploiement de récits différents en fonction des supports) se complémentent-ils ou se concurrencent-ils dans les exemples des univers de fantasy ? Des exemples précis – l’adaptation d’un roman en bande dessinée par exemple – ou plus surplombants – le grand retour du roman illustré, des formats moins étudiés comme la comédie musicale de fantasy ou le concert de musique de film, par exemple, pourront être envisagés.
  • Les publics de la fantasy : sont-ils les mêmes dans ces différentes incarnations médiatiques ? Quel(s) public(s) pour quel support ?, et leur éventuelle différenciation peut-elle contribuer à expliquer un « maillage » toujours plus fin de l’écosystème culturel par le genre ? par quelles formes enfin s’exprime leur propre appropriation du genre, empruntant à son tour aux médias les plus variés, fanfictions, fanarts, filks, cosplay, réalisation de vidéos, de films, entretenant et diffusant encore l’emprise de la fantasy au travers des médias… ?

 

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 31 janvier 2022 au plus tard.

anne.besson [at] univ-artois.fr ; natvd [at] cegetel.net ; stephanie.nicot.imaginales [at] sfr.fr ; favard.florent [at] gmail.com

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne) et Florent Favard (Université de Lorraine)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est 

Comité scientifique : Victor Battagion, Mélanie Bourdaa, Claire Cornillon, Matthieu Letourneux, Sébastien Denis, Hélène Machinal, Nicolas Labarre, Sébastien François, David Peyron, Sébastien Genvo et Guillaume Baychelier.

Appel jeunes chercheurs: Raconter l’histoire

Appel à communications en vue du colloque jeunes chercheur.se.s “Raconter l’histoire. Récits et histoire dans les cultures de l’imaginaire“, organisé par le Laboratoire des Imaginaires. Il se tiendra du 9 au 11 février 2022 à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne.

Date limite: 3 décembre 2021.

L’histoire a commencé à s’interroger sur son propre langage dès qu’elle s’est pensée comme science : se détachant de tout ce qui en elle faisait fiction, écartant le style et la plume de ses préoccupations principales, elle s’est ainsi structurée en tant que discours factuel sur le réel, tout en posant un regard critique sur sa propre écriture dans un retour sur elle-même somme toute très littéraire. En parallèle, loin de se cantonner à l’abstraction et à la rêverie, la fiction a pu développer de nouveaux champs d’exploration, libérés de toute contrainte de vérité mais en même temps capables, également, de raconter le réel.

Ainsi est battu en brèche l’un des vieux préjugés qui pèsent encore sur les cultures de l’imaginaire, quand bien même celui-ci s’use avec l’âge : elles constitueraient autant d’anti-histoires, voire de contre-histoires, selon l’idée qu’on se faisait de leurs mondes fictionnels clos, lointains, étrangers à tout. Elles opèrent au contraire ce pas de côté qui permet d’étudier les modalités au travers desquelles se raconte le réel. Ainsi se dessinent également les qualités qui font des cultures de l’imaginaire autant d’expériences inédites, même dans le champ médiatique. Autres planètes, autres mœurs : la supposée fracture entre le réel et l’imaginaire a permis à ces littératures d’explorer tout autant la « vérité scientifique » que son parfait opposé. Dans l’imaginaire, on se figure des branches inconnues du vivant, on inverse les lois de la physique et on travaille la science au corps ; mais on questionne aussi les revers de l’histoire, on invente des romans transnationaux, on ressuscite les morts et on manipule les motifs les plus traditionnels jusqu’à ce qu’ils s’extirpent de leur milieu de naissance pour produire des discours nouveaux. Ce sont ces ressources propres aux cultures de l’imaginaire que ce colloque se propose d’explorer, afin de considérer tout ce que la fiction elle-même dit de l’histoire, et tout ce qu’elle fait de l’histoire.

Imaginaires et Histoire : inspirations et interactions

Le passé étant un référent fréquent de l’imaginaire, avant tout du genre de la fantasy, il semble inévitable qu’un peu de la discipline historique, de l’attention à l’Histoire, filtre vers ces médias. Le Moyen Âge, notamment, est une période fortement associée aux mondes de l’imaginaire, association tenant plus de la réception du Moyen Âge que de sa réalité, symptomatique d’une vision fantasmée de l’Histoire. L’œuvre A Song of Ice and Fire et la série Game of Thrones qui en découle constituent un excellent exemple. Les fréquents parallèles observés entre son intrigue et plusieurs événements marquants de l’histoire de la Grande-Bretagne ont laissé penser que son auteur avait effectué un important travail de recherche. En vérité, ce sont les romans Les Rois maudits, œuvre fictionnelle de Maurice Druon inspirée du règne capétien, qui ont largement inspiré G.R.R. Martin : sa vision de l’Histoire est donc passée plusieurs fois par le tamis de la fiction. Ce médiévalisme est un objet d’étude central lorsqu’on s’intéresse à la fantasy.

Il n’est pas rare que la fiction ne prenne pas seulement un cadre historique comme référent, mais s’en empare entièrement comme contexte de son récit, venant ajouter à notre réalité historique bien connue un élément étranger qui ouvre la porte de l’imaginaire. Ainsi Fabien Cerutti permet-il des rencontres entre personnages réels, historiques, et elfes, trolls et orcs en situant les aventures de son bâtard de Kosigan dans une France médiévale. Ce cas spécifique le prouve : une telle pratique peut être accompagnée d’une grande attention au détail de la part des créateurs·rices soucieux·ses de donner à leur fiction la plus grande crédibilité historique. Le jeu vidéo Assassin’s Creed II constitue un autre exemple de cela, prenant place dans une Venise virtuelle pensée avec une grande minutie par les développeurs·euses du jeu, un historien en résidence ayant même accompagné cette démarche. L’attrait propre à l’imaginaire associé à cette rigueur dans la réalisation se prête par ailleurs à un travail pédagogique, et c’est ainsi que l’on trouve des ouvrages comme Les chevaliers de la raclette, série jeunesse de Jean-Laurent Del Soccorro, dans lequel l’imaginaire sert de porte d’entrée au public pour découvrir une période ou un lieu historique. Ces deux œuvres reposent, chacune à leur façon, sur une forme de voyage dans le temps, un phénomène souvent employé pour permettre un regard extérieur sur une période historique plus ou moins connue des chercheurs·euses – on pensera à la série TV Outlander, ou encore au roman Jésus Vidéo. 

De telles interventions extérieures au cours du temps permettent de proposer des alternatives, autre possibilité explorée par le genre de l’uchronie. En changeant un événement, l’auteur·rice peut alors se permettre de réécrire le cours de l’Histoire. Cela peut conduire à des fictions proches de notre monde, par l’exploration de minuscules variations, ou encore par l’insertion d’éléments perturbateurs majeurs, surnaturels ou technologiques, comme c’est le cas dans la Trilogie de la Lune de Johan Heliot. L’interactivité du média devient génératrice d’autant d’Histoires parallèles, et un simple choix d’une audience joueuse peut faire basculer un récit historique vers une uchronie, le choix devenant alors en soi générateur d’imaginaire dans le récit. C’est le cas par exemple de la série de jeux vidéo Crusader Kings qui, à chaque partie, propose une nouvelle version de l’Histoire soumise aux décisions des joueurs·euses et de l’IA.

L’Histoire des mondes imaginaires

Mais une œuvre peut donner à contempler une Histoire sans pour autant relever de la fiction historique. Ainsi, la duologie Bohen d’Estelle Faye constitue une forme de saga historique prenant place dans un autre monde que le nôtre. C’est l’intensité des événements, la multitude des points de vue et la façon de construire le récit qui semblent donner au texte une ambition historique au sein de la diégèse. L’extension de l’histoire sur une vaste période temporelle sert également cet intérêt en permettant à l’audience d’un média de voir se dérouler l’Histoire alors qu’elle a lieu. L’œuvre d’Estelle Faye, en se positionnant au niveau des acteurs·rices de l’Histoire, propose une vision différente de celle des grands romans nationaux, « depuis le point de vue des assujettis », en postulant que « la vue est meilleure si l’on se tient en dessous des super plateformes spatiales des puissants » (pour reprendre les expressions de Donna Haraway dans ses travaux sur les savoirs situés).

Mettre en relation l’Histoire et l’imaginaire, c’est aussi questionner la façon dont on la produit, dont on la raconte. La forme du récit historique inséré dans une fiction est un choix fréquent pour les auteurs·rices d’imaginaire, notamment en roman où la forme linéaire et textuelle se prête bien à la reprise des codes de la chronique, du journal, ou encore de l’archive. L’auteur·rice ne se contente pas alors de créer l’Histoire fictive d’un monde imaginaire, il ou elle montre comment la perception de celle-ci est subjective. Cela peut parfois servir à informer le lectorat, comme c’est le cas des extraits de l’Encyclopedia Galactica dans la saga Fondation, ou des extraits écrits de la main de Princesse Irulan dans Dune. Dans d’autres cas, l’archive englobe l’ensemble de l’Histoire : les Annales de la Compagnie Noire de Glen Cook sont, comme le titre l’indique, les annales d’une compagnie de mercenaires. Le contenu et la perspective sur les événements est donc dépendante de l’annaliste, qui selon les tomes peut varier considérablement. En associant ainsi les modes de retranscription, on favorise une forme de polytextualité qui permet d’interroger la production du récit historique. Construire un récit de la sorte permet par exemple d’interroger la façon dont peuvent être produits un roman national, un rapport au héros, etc.

L’histoire des cultures de l’imaginaire

Les cultures de l’imaginaire ont désormais des décennies d’existence : l’un des enjeux de ce colloque sera également d’en permettre une approche historique, d’analyser ces médias et récits et leur évolution dans le temps. Ainsi peut-on s’interroger sur les pratiques de diffusion et de publication qui ont amené au succès de telle ou telle esthétique au détriment d’une autre. Une généalogie des formats à bas prix, soulignant leur impact sur les imaginaires, peut alors être suivie depuis le roman-feuilleton qui a inspiré les pulps, qui eux-mêmes plus tard reviendront influencer l’édition française. En dehors des pratiques de publication, cet axe de recherche sera aussi l’occasion d’effectuer une étude comparatiste remontant aux nombreuses origines et inspirations, supposées ou avérées, des cultures de l’imaginaire. Si ce travail d’exploration des sources et des origines a déjà été fait, on pourra l’interroger dans une perspective historiographique en se demandant si, en proposant un travail historique des cultures de l’imaginaire, certains n’ont pas avant tout dressé un portrait de ces cultures « à l’occidentale », mettant de côté toute une Histoire non-blanche de l’imaginaire qui émerge aujourd’hui.

Car faire cette histoire de l’imaginaire, c’est aussi faire l’histoire de ses genres et de ses motifs. Dune s’est-il affranchi des récits qui fantasmaient autrefois le désert, ou bien le duduk arménien n’est-elle qu’une manière d’immerger l’audience de son dernier film dans le sable d’Arrakis ? Lorsque les Hobbits de Tolkien déclament des vers, ils sont persuadés de réciter de la poésie elfique en ann-thennath ; mais le lectorat français, lui, ne lit-il pas les alexandrins de Daniel Lauzon ? Et que dire de la réutilisation des chapes blanches de nonnes par Margaret Atwood, celles-là mêmes qu’ont reprises récemment certaines militantes pro-avortement ? L’imaginaire a ses motifs, constamment retravaillés par celles et ceux qui les manipulent, les consacrent ou les tordent, selon leurs ambitions et leurs besoins. Ces motifs peuvent restreindre le champ de vision comme ils peuvent l’ouvrir, ou le transformer. Poser le regard sur leur circulation, considérer leurs origines et les rapports de force qui en structurent l’expression, apprécier la manière dont ils sont aujourd’hui réinvestis ou non par de nouvelles formes de luttes, tout cela constitue également l’un des champs d’étude de la fiction, dans ce qu’elle projette sur le réel.

Pistes complémentaires :

La place de l’archéologie dans l’imaginaire : La discipline archéologique constitue un pan entier de l’étude de l’Histoire, générateur de ses propres imaginaires. On pensera bien sûr à Indiana Jones, Lara Croft et autres Alan Quaterman, archéologues-aventuriers·ères dont le traitement des monuments ferait frémir leurs collègues contemporains. Mais cette association de la ruine à l’aventure et au mystère peut tout autant se retrouver dans le donjon d’un jeu de rôle. On peut aussi simplement s’interroger sur le traitement de ces lieux historiques dans les médias de l’imaginaire.
Récit non-linéaire et narratologies numériques : Le développement des technologies de l’information et de la communication à l’ère du numérique affectent nos usages et nos circulations entre les savoirs. Ainsi, de nouvelles mécaniques littéraires et narratives font leur apparition. Espen J. Aarseth développe la notion de littérature ergodique (non-triviale) pour référer au travail qu’implique le fait de circuler dans les hypertextes propres au numérique, tandis que Janet H. Murray voit dans le choix multiple et le die & retry les possibilités d’une narration non-linéaire et surtout multi-séquentielle que le cinéma ou la littérature classique ne peuvent offrir. Le temps d’un glitch ou d’un ghost, les savoirs académiques s’intriquent et se juxtaposent aux cultures de l’imaginaire. Les avatars et les profils résonnent désormais en polyphonie avec les notifications, les playlists et les références universitaires. Ces données ne se parasitent plus et créent des rapports à la fois sensibles et hybrides au travail de chercheurs·euses. Quelles cultures de l’imaginaire émergent du die & retry de nos historiques quotidiens de navigation sur les réseaux ? Et quelles historiographies des cultures de l’imaginaire se génèrent malgré nous par l’analyse des nouvelles données incessantes de ces usages dont nous nous croyons les héros ?
 
ORGANISATION

Le colloque aura lieu les 9-10-11 février 2022, à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, à proximité du campus Villejean de l’Université Rennes 2 et/ou, selon les circonstances sanitaires, via une interface de vidéoconférence en ligne.

Organisée par l’association du Laboratoire des Imaginaires, elle est destinée en priorité aux jeunes chercheurs·euses, doctorants·es, masterants·es, ou étudiants·es en licence qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.

MODALITÉS DE CONTRIBUTION

Il est conseillé de consulter la définition des cultures de l’imaginaire proposée par l’association afin de vous assurer de la cohérence de votre proposition vis-à-vis de l’appel. Vous pourrez la trouver à l’adresse suivante :  https://lelaboratoiredesimaginaires.wordpress.com/about/

Les propositions sont attendues pour le 3 décembre 2021. Ces dernières devront comporter deux documents : une proposition anonyme incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), ainsi qu’un autre document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie. Ce document devra préciser votre parcours universitaire et votre statut actuel. Afin de faciliter le traitement des propositions, merci de suivre le modèle d’intitulé suivant : NomPrenom_Titre-de-la-communication_Proposition pour le premier document et NomPrenom_Titre-de-la-communication_Bio pour votre biobibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse du Laboratoire des Imaginaires : laboratoiredesimaginaires [at] gmail.com

La réponse du comité de direction sera donnée le 20 décembre 2021. 



COMITÉ ORGANISATEUR

Le Laboratoire des Imaginaires est une association étudiante de Rennes 2, fondée dans le but de valoriser les travaux de recherche des étudiant·es et jeunes chercheur·euses spécialisé·es dans les médias de l’imaginaire.

Le comité organisateur de la journée d’études est constitué des membres du bureau, ainsi que de plusieurs membres bénévoles : Manon Berthier, Corentin Daval, Marie Kergoat.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Justine Breton, Maître de conférence en Littérature française, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Charline Pluvinet, maîtresse de conférence en littérature générale et comparée à l’Université Rennes 2.

Manon Berthier, doctorante en Littérature comparée, Université Paris-Est Créteil.

Zelda Chesneau, doctorante en Littératures Générales et Comparées, Université Rennes 2.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

BARTTER Martha A., The Way to Ground Zero: The Atomic Bomb in American Science Fiction, Wesport [Connecticut], London, Greenwood Press, « Contributions to the Study of Science Fiction & Fantasy », 1988. 

BAYARD Pierre, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Minuit, « Paradoxes », 2013.

BENJAMIN Walter, Sur le concept d’histoire [1940], traduction d’Olivier Mannoni, Paris, Editions Payot et Rivages, 2008.

BESSON Anne (dir.), Fantasy et histoire(s). Actes du colloque des Imaginales 2018, Chambéry, actusf, 2019.

BESSON Florian, KIKUCHI Catherine et TROADEC Cécile, « Les Moyen Âge de Game of thrones », Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Journal of medieval and humanistic studies, no 28 (31 décembre 2014), p. 479‑507. 

BLANC William, Le Roi Arthur, un mythe contemporain, Paris, Libertalia, 2016.

BOOKER M. Keith, Monsters, Mushroom Clouds, and the Cold War: American Science Fiction and the Roots of Postmodernism, 1946-1964, Wesport [Connecticut], London, Greenwood Press, « Contributions to the Study of Science Fiction & Fantasy », 2001. 

BOUJU Emmanuel, La Transcription de l’histoire, essai sur le roman européen de la fin du XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

BRÉAN Simon, « Histoires du futur et fin de l’Histoire dans la science-fiction française des années 1990 », ReS Futurae [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 29 décembre 2014. URL : http://resf.revues.org/452 

BRIANS Paul, Nuclear Holocausts: Atomic War in Fiction 1895-1984 [1987], public.wsu.edu [en ligne], 2003, mis à jour le 17 décembre 2008, disponible sur http://public.wsu.edu/~brians/nuclear/index.htm.

BURLE-ERRECADE Élodie et NAUDET Valérie (dir.), Fantasmagories du Moyen Âge : Entre médiéval et moyenâgeux, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2010, http://books.openedition.org/pup/2083.

CAMPEIS Bertrand et GOBLED Karine, Guide de l’uchronie, Chambéry, actusf, 2018.

CHALVON-DEMERSAY Sabine, « Le deuxième souffle des adaptations », L’Homme, n°175-176, juillet-septembre 2005/3-4, p. 77-111.

DE CERTEAU Michel, L’Écriture de l’histoire [1975], Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2011. 

DELUERMOZ Quentin et SINGAREVELOU Pierre, Pour une histoire des possibles, Paris, Éditions du Seuil, 2016.

DEMANZE Laurent et VIART Dominique, Fins de la littérature, historicité de la littérature contemporaine, tome 2, Paris, Armand Colin, « Recherches », 2013. 

DESHOULIERES Valérie-Angélique et VACHER Pascal, La Mémoire en ruines : le modèle archéologique dans l’imaginaire moderne et contemporain, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, « cahiers de recherches du CRLMC », 2000. 

FERRÉ Vincent (dir.), « Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2010-3, 2010, https://journals.openedition.org/itineraires/1774.

FUKUYAMA Francis, La fin de l’homme. Les conséquences de la révolution biotechnique, traduction de Denis-Armand Canal, Paris, Gallimard, « Folio actuel », 2002.

HARTOG François, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Editions du Seuil, 2003.

KLEIN Gérard et RICHE Daniel (coord.), Change, no 40 « Science-fiction & histoires », Paris, Seghers-Laffont, mars 1981.

KOSELLECK Reinhart, Le Futur passé, Paris, Editions de l’Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1990.

LAVOCAT Françoise (dir.), La Théorie littéraire des mondes possibles, Paris, CNRS Editions, 2010. 

POMIAN Krzysztof, Sur l’histoire, Paris, Gallimard, « Folio », 1999. 

RAMEY Lynn Tarte et PUGH Tison Pugh (dir.), Race, Class, and Gender in “Medieval” Cinema, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

RICŒUR Paul, Temps et récit, tome 1, 2 et 3, Paris, Editions du Seuil, « Points », 1991.

RICŒUR Paul, Histoire et vérité [1952-1966], Paris, Editions du Seuil, « Points », 2001.

RICŒUR Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Editions du Seuil, « Points », 2003. 

RÉGNIER Jean-Jacques, « L’Histoire, un cas particulier de la science-fiction », Cycnos [en ligne], volume 22, n°1, mis en ligne le 15 novembre 2006, consulté le 01 septembre 2015.

ROCHEBOUET, Anne et SALAMON Anne, « Les réminiscences médiévales dans la fantasy. Un mirage des sources? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Journal of medieval and humanistic studies, no 16 (10 décembre 2008), p. 319‑46.

RUBINO Gianfranco et VIART Dominique (dir.), Ecrire le présent, Paris, Armand Colin, 2013.

RYAN Marie-Laure, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins Univ. Press, 2001. 

SCHAEFFER Jean-Marie, « Quelles vérités pour quelles fictions ? », L’Homme, n°175-176, juillet-septembre 2005, p. 19-36.

STIERLE Karlheinz, « L’Histoire comme Exemple et l’Exemple comme Histoire ; contribution à la pragmatique et à la poétique des textes narratifs », Poétique n°10, 1972, p. 176-198. 

VEYNE Paul, Comment on écrit l’histoire [1979], Paris, Editions du Seuil, « Points », 1988.

Séminaire: “Fantasy et imaginaire”

Le 4e volet du séminaire “Fantasy et imaginaire“, organisé par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, se tiendra à l’Université de Besançon le vendredi 24 septembre 2021.

Ancrés dans le champs littéraire, les écrits fantasystes contribuent à produire des imaginaires collectifs. « Surnaturel naturalisé »1, la fantasy induit, en premier lieu, un effort d’imagination de la part des auteurs, comme des récepteurs. Ces narrations s’appuient sur des mondes « primaires »2 et, plus encore, sur les façons dont les acteurs sociaux perçoivent la réalité sociale et la transforment (ou la réinventent).
L’imaginaire mobilisé dans la fantasy repose ainsi sur des processus de création et d’appropriation : le genre fantasyste devient un prétexte favorisant une dynamique de l’imaginaire à travers la production de « mondes » fictionnels. D’autre part, lorsque ces mondes ainsi narrés entrent dans la culture populaire (par exemple les fictions pensées par J. R. R. Tolkien, les mythes remis au goût du jour, etc.), les oeuvres de fantasy deviennent des supports structurants permettant de comprendre des pratiques culturelles (succès de films, pratiques ludiques ou sportives, etc.).
Afin d’interroger la dialectique du concept d’imaginaire qui oscille entre cadre structurant et dynamique créatrice3, l’analyse des usages de la fantasy dans le champ des loisirs (ludiques, sportifs, culturels, musicaux, etc.) semble se révéler pertinente. À travers des exemples de terrain et/ou de corpus, l’objectif de cet atelier-séminaire est de participer à la production d’une définition de l’imaginaire pour l’analyse de pratiques sociales prenant place dans le champ des loisirs.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Introduction : les loisirs, entre imaginaire et fantasy – Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Université de Franche-Comté

Session 1 : communications
9h45 : S’escrimer au sabre laser : quand un imaginaire de la pop- culture s’incarne dans la réalité martiale – Marie Kergoat, Université Rennes II, Laboratoire des imaginaires.
10h15 : Les fictions dans l’univers musical metal – Le cas du Hellfest Open Air Festival – Corentin Charbonnier, Université de Tours
10h45 : Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de Tolkien – Laura Martin-Gomez, Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures
11h15 : L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise – Sébastien Wit, Université Picardie Jules Verne
11h45 : Échanges et discussions
12h : pause déjeuner


Session 2 : table ronde
Fantasy, fiction, recréation et imaginaire
14h-16h : échanges, réflexions et débats – Corentin Charbonnier, Valérie Cruzin, Laurent Di Filippo, Sébastien Haissat, Marie Kergoat, Laura Martin-Gomez, Orlane Messey, Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Wit.
16h : conclusions de la journée

Détails: UFR STAPS, bâtiment 3, salle 1301, Besançon, Université de Franche-Comté – Laboratoire C3S (EA 4660) – Axe 2 « MIC », ANR Aiôn.

Comité scientifique de cette édition
Anne Besson, Pr. en littérature générale et comparée, U. d’Artois
Justine Breton, MCF en littérature française, U. de Reims Champagne-Ardenne
Noémie Budin, Dr. en littérature française, Aiôn
Laurent Di Filippo, MCF en Sciences de l’information et de la communication, U. de Lorraine
Sébastien Haissat, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté
Audrey Tuaillon Demésy, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté

Tous les détails sont sur le site de l’ANR Aiôn.

Appel: A boire et à manger

Le Laboratoire des Imaginaires (Rennes 2) organise une journée d’études jeunes chercheurs sur l’appétissant sujet “A boire et à manger: la gastronomie dans les cultres de l’imaginaire“. La journée se déroulera le 28 octobre 2021 à la Maison des Scienes de l’Homme de Bretagne (Rennes), et pourra également être suivie en ligne.

Les propositions sont attendues pour le 25 septembre 2021.

If more of us valued food and cheer and song above hoarded gold, it would be a merrier world”, J.R.R. Tolkien, The Hobbit

Cette citation de Tolkien donne une bonne idée de la place de la nourriture dans la fiction : marginale, rarement au cœur de la narration, mais omniprésente. Manger et boire sont une part de notre quotidien, une part difficile à ignorer lorsque l’on s’efforce de construire un univers, ou d’élaborer une histoire cohérente. Ce traitement peut différer en fonction du média : ainsi la littérature ne donnera pas la même place aux thématiques culinaires que le jeu vidéo ou encore le cinéma.

C’est la diversité de ces traitements, le sens qu’ils peuvent porter, et les représentations autour de la gastronomie dans l’imaginaire, que nous souhaitons explorer durant cette journée d’étude.

AXES

Les problématiques soulevées par le sujet de l’alimentation dans l’imaginaire apparaissent dès qu’il est question de sa production. L’agriculture et l’élevage sont autant de thématiques relevant de l’écologie d’un environnement fictif dont il faut comprendre et définir la logique. La prospective donne parfois à voir des systèmes agronomiques novateurs, répondant aux besoins d’une humanité avancée ou déchue. Dans le genre du post-apo comme en science-fiction, il s’agit donc d’une question de survie (on pense notamment à la saga The Expanse, dans laquelle seules les cultures de champignons permettent de survivre dans les environnements spatiaux hostiles), et le sujet de la famine devient souvent central dans ce genre de fiction. Se pose dès lors la question du rationnement, qu’on retrouve également dans le genre de la dystopie et le sous-genre de la SF militaire.

On constate souvent que les médias de l’imaginaire ne laissent qu’une place limitée à l’agriculture, et on trouve au cœur des questions d’approvisionnement la chasse et la cueillette. Dans les RPG (sous-genre vidéoludique laissant une place prépondérante à l’incarnation d’un personnage) ce phénomène est un cas d’école. Qu’il s’agisse du jeu états-unien Skyrim – dans lequel le·a personnage-joueur·euse récupère des mets au sein des habitations et champs d’autrui et dépèce les animaux chassés pour en tirer chair, peaux, crocs et griffes – ou de la licence japonaise Pokémon – qui propose de récolter baies et fleurs – cette pratique semble inhérente au sous-genre. Par ailleurs, quand on considère la chasse, les rôles s’inversent parfois, et les cultures de l’imaginaire regorgent de monstres et entités (ogres, morts-vivants, prédateurs aliens, robots malveillants, animaux légendaires, plantes voraces et autres êtres civilisés) qui font des protagonistes leurs proies, si ce n’est leur bétail

Quelles que soient les méthodes de récolte et de traque, l’étape qui suit est celle, prosaïque, de la préparation. Les genres de l’imaginaire proposent autant d’approches de la cuisine qu’ils présentent de chasseur·se·s-cueilleur·se·s. En SF, la question est souvent réglée par l’usage d’une machine : le réplicateur de Star Trek, les micro-ondes du Cinquième Élément ou de Retour vers le futur (machines qui phagocytent désormais notre réalité notamment au détour de l’impression 3D). La question du goût et de l’expérience culinaire est par conséquent associée au cas de la nourriture transformée, si ce n’est ultra-transformée. On pense évidemment aux rations militaires, où encore au gruau de Matrix. Tolkien propose par ailleurs sa propre version de la ration nutritive avec le lembas qui, s’il n’est pas sans goût, s’avère lassant pour les papilles. Ce cas précis permet entre autres d’aborder la notion de l’humour et de la parodie culinaires. Le lembas est ainsi repris dans Les Annales du Disque-Monde à travers le pain des nains : aussi roboratif que la préparation elfique, il semble cela dit impropre à la consommation du fait de sa dureté, comme si les nains ne savaient faire autre chose que forger. Les dragées surprises de Bertie-Crochue (Harry Potter) relèvent tout autant de la plaisanterie d’écriture que de l’établissement de la fiction. Bien souvent, on retrouve une place importante de la nourriture dans les œuvres qui souhaitent parodier le genre de la fantasy ou de la science-fiction (en bande dessinée on peut citer Traquemage, et Les Aventuriers du Survivaure pour le podcast), lui conférant une place notable dans le récit.

À l’inverse, on trouve des fictions qui accordent aux cuisinier·ère·s un rôle prépondérant : métier fréquent des RPG (comme World of Warcraft ou The Legend of Zelda), il l’est également en jeu de rôle papier où il est garant de la bonne humeur et de la santé de ses camarades. Il en va de même dans le roman l’Espace d’un an, où le vaisseau bénéficie de Docteur Chef, un·e alien cuistot, en lieu et place des réplicateurs évoqués plus haut. La cuisine n’est donc pas absente de l’imaginaire et a même tendance à dépasser les frontières des genres. En effet, on peut trouver des livres de cuisine qui proposent de reproduire recettes et plats de mondes fictionnels à partir d’ingrédients bien réels. On citera bien entendu les ouvrages du Gastronogeek, mais aussi ceux dédiés à des univers précis comme ceux de Star Wars et des films de Miyazaki.

Selon les récits, la nourriture sera consomméedégustée ou engloutie une fois préparée. Outre le sentiment de satiété, manger est le plus souvent synonyme de récupération : la barre de vie de The Witcher 3 se renouvelle grâce à la nourriture ingérée ; il symbolise aussi l’“étape”, celle que l’on s’octroie dans les récits de voyage de fantasy pour ensuite mieux poursuivre la quête – haltes que l’on retrouve dans les Dark Souls, notamment. Le terme “se restaurer” prend alors tout son sens. Cela amène parfois à des dérives : dans l’Assassin Royal, le protagoniste consomme de manière intensive des infusions d’écorce elfique, mais également des pâtisseries à base de graines de carris, deux substances hautement énergisantes mais addictives et aliénantes.

L’acte de manger en tant que tel paraît déjà chargé de signification. La nourriture a un pouvoir transformateur, voire sacré. Dans The Legend of Zelda : Breath of the Wild, les plats consommés permettent de modifier les caractéristiques de Link : Volt protège des dommages électriques, Inifus du feu, Silencio améliore la furtivité, etc. Elle est aussi souvent vectrice de sortilèges : on pensera aux fruits du démon de One Piece, aux loukoums de Narnia ou aux buffets du Voyage de Chihiro qui changent les goinfres en cochons. Ce dernier cas met en avant la dimension sacrée de la nourriture et le jugement porté sur sa consommation en excès. Les représentations du péché de gourmandise étant encore très présentes dans la culture populaire, on pourrait se poser la question de la perception grossophobe de telles images.

Si la nourriture peut être délicieuse et l’appétit signe d’un caractère jovial (comme c’est le cas chez les protagonistes des mangas nekketsu), le·a mangeur·se peut très vite revêtir une dimension monstrueuse. Le cannibalisme constitue à cet égard un véritable topos. Symptomatique de dérives sociales, d’une société qui s’effondre, il révèle l’être humain comme un monstre : qu’il s’agisse d’un cas pragmatique – comme en fiction post-apocalyptique – ou allégorique – comme dans le polar où le cannibale revêt une fonction plus symbolique et perturbante encore, à l’image du gastronome Hannibal Lecter de Dragon Rouge.

À cette question de la gastronomie vient en outre s’associer celle du dressage et du service. On peut à cet effet évoquer les buffets imaginaires de Hook, qui mettent en exergue le décalage merveilleux entre le monde de la fiction et le monde réel. Parfois, le service est placé sous le signe du grotesque et de l’excès, voire de l’horreur (dans le film Scooby-Doo, la nourriture fait des affamés son repas dans l’attraction du manoir hanté). La nourriture peut également être gâtéeempoisonnéepourrie… ou la mise en scène de celle-ci peut être pensée pour inspirer le dégoût. Au cinéma, le genre du thriller et de l’horreur fait alors appel à l’effet Koulechov afin d’orienter le ressenti du spectateur, en faisant par exemple se suivre l’insert d’un plat avec un plan sur un cadavre en putréfaction.

En sus de cela, le dressage de l’alimentation et de la boisson l’accompagnant revêt une dimension sociale. Un repas partagé à table n’aura pas le même sens et la même finalité que celui consommé de manière solitaire. Le lieu où la nourriture est cuisinée et/ou servie s’avère tout aussi important que la nourriture elle-même, et le motif de la taberge (mot-valise associant les mots “taverne” et “auberge”) du jeu de rôle en est une manifestation. La frontière entre lieu et nourriture ira parfois jusqu’à disparaître, car, si on se souvient des jeux vidéo comme Rayman, qui font évoluer le protagoniste dans des mondes entiers constitués de nourriture, les codes de l’imaginaire et de leurs médias sont employés pour représenter un univers a priori absurde.

On pensera enfin à la dimension de l’érotisme gastronome, où l’acte de sustentation et de préparation se parent d’une nouvelle satisfaction des sens, et aux plaisirs gustatif et scopohile qui s’y mêlent. Au-delà des pratiques et jeux culinaires dans un cadre charnel, la figure du vampire et sa sensualité vorace, qui dévore la nudité et le fluide vital de ses victimes, apparaît comme le parangon du fin gourmet, buvant pour mieux se sustenter. 

Que les festivités commencent !

 

ORGANISATION

La journée d’étude, organisée dans le cadre du Mois de l’Imaginaire, aura lieu le jeudi 28 octobre 2021, à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, à proximité du campus Villejean de l’Université Rennes 2 et/ou, selon les circonstances sanitaires, via une interface de vidéoconférence en ligne.

Organisée par l’association du Laboratoire des Imaginaires, elle est destinée en priorité aux jeunes chercheur·euse·s, doctorant·e·s, masterant·e·s, ou étudiant·e·s en licence, qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.

MODALITÉS DE CONTRIBUTION

Il est conseillé de consulter la définition des cultures de l’imaginaire proposée par l’association afin de vous assurer de la cohérence de votre proposition vis-à-vis de l’appel. Vous pourrez la trouver à l’adresse suivante : https://lelaboratoiredesimaginaires.wordpress.com/about/

Les propositions sont attendues pour le samedi 25 septembre 2021. Ces dernières devront comporter deux documents : une proposition anonyme incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), ainsi qu’un autre document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie. Afin de faciliter le traitement des propositions, merci de suivre le modèle d’intitulé suivant : NomPrenom_Titre-de-la-communication_Proposition pour le premier document et NomPrenom_Titre-de-la-communication_Bio pour votre biobibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse du Laboratoire des Imaginaires : laboratoiredesimaginaires [at] gmail.com

La réponse du comité de direction sera donnée le 1er octobre

 

Tous les détails sont accessibles sur le site de Fabula.

 

Colloque: Femmes surnaturelles dans la fantasy

Le colloque international “Femmes surnaturelles dans la fantasy et les genres apparentés” se tiendra en ligne, depuis l’Université du Littoral Côte d’Opale, les 3 et 4 juin 2021. Il s’agit d’une manifestation organisée par Marc Rolland, avec la participation de Justine Breton et d’Anne Besson.

Pensez à vous inscrire pour obtenir le lien de connexion Zoom.

Inscription et informations: marc.rolland[at]univ-littoral.fr 

Programme

Jeudi 3 juin

13:00 – Ouverture du Symposium. Présentation de la thématique par Marc Rolland

13:45 – Patricia Gillies (University of Essex): « Zola’s Cosmopoeia : Nana’s Incarnation of Beauty and Death »

14 :15 – Discussion

14:30 – Véronique Liard (Université de Dijon): « Salomé dans le Livre Rouge de C.G. Jung. L’anima, une femme surnaturelle ? »

15:00 – Discussion

15:15 – David Haziza (Columbia University) : « Eva Frank, messie, déesse, sorcière »

15:45 – Discussion

16:00 – Marc Aramini : « The Maternal Threat of the Goddess : Destructive Conception and Redemptive Death in Gene Wolfe’s Fantasies. »

16:45 – Discussion

17:00 – Isabelle Fontaine (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick) : « Daenerys Targaryen et la thématisation du fantomal »

 

Vendredi 4 juin

9:00 – Angélique Salaün (Université de Rouen) : « Guerrières et magiciennes : les évolutions de la fantasy française contemporaine (2017-2020)

9:30 – Discussion

9:45 – Virginie Picot (ULCO) : « Les figures féminines surnaturelles de Viviane et Morgane au XXsiècle. Les œuvres de Jacques Boulenger, Tolkien et Michel Rio »

10:15 – Discussion

11:00 – Joanna Pavlevski-Malingre (Université de Rennes 2) : « Réhabilitation de la fée, réhabilitation de la femme : Mélusine mère de lignages féminins »

11:30 – Discussion

 

13:00 – Justine Breton (Université de Reims) : « Quand surnaturel rime avec sexuel : femmes et magie dans The Witcher »

13:30 – Discussion

13 :45 – Xavier Escudero (ULCO) : Titre à préciser

14:15 – Discussion

14:30 – Jean-Christophe Martin (Lycée Antoine Bourdelle) : « La femme diabolique, fatale ou phallique dans l’œuvre d’Arturo Pérez Reverte »

15:00 – Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Réenchantement sanglant ou fard féérique ‘ECCE ECHO’ ou ‘Comment je l’ai rencontrée’ »

15:30 – Discussion

15:45 – Marc Rolland (ULCO): « ‘My Last Duchess’ : portraits maléfiques et femmes fatales dans Hauntings de Vernon Lee »

16:15 – Discussion

17:00 – Clôture et résumé : Justine Breton

 

 

Aliénor VAUTHEY

Aliénor Vauthey est assistante diplômée et doctorante en littérature française moderne à l’Université de Lausanne, en Suisse romande. Elle rédige une thèse intitulée « La fabrique des mondes : pratiques démiurgiques en littérature de fantasy française (XIXe) », sous la co-direction de Dominique Kunz Westerhoff (Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Université d’Artois). Ses domaines de recherche sont la littérature de fantasy, les mondes imaginaires et les pratiques de world-building. 

 Sa page académique est accessible ici.

Parution: Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas

Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Paris, Vendémiaire, coll. “Retour au Moyen Âge”, 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain
Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.
Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Retrouvez toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Colloque: Fantasy et féminismes

Du  11 au 14 mai 2021, le colloque international “Fantasy et féminismes: Aux intersections du/des genres“, proposé par le CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) se déroulera en ligne, en accès libre.

Il est organisé par Marion Gingras-Gagné (CRILCQ, IREF, UQAM), Pascale Laplante-Dubé (CRILCQ, IREF, Textes et Cultures, UQAM, Université D’Artois) et Marie-Lucie Bougon (Textes et Cultures, Université D’Artois).

 

Ce colloque a pour objectif de réunir des chercheuses et des chercheurs de multiples disciplines et universités afin d’interroger les intersections possibles entre la fantasy et les théories féministes et queer, d’en élargir les possibilités critiques et d’en questionner les a priori. Que peuvent apporter les approches féministes et les études queer aux perspectives développées pour étudier la fantasy en tant que genre, mais aussi les phénomènes faniques, militants et commerciaux qui l’entourent? Comment peut-on aborder les productions de fantasy en évitant de reconduire une perspective binaire, et en s’intéressant plutôt aux dynamiques de genres sexués et aux marges?

Le programme est accessible en ligne et sur la page Facebook de l’événement.

Les inscriptions sont ouvertes et gratuites.

 

 

Parution : Fantasy et Enfance

Marie-Lucie Bougon, Justine Breton et Amelha Timoner (dir.), Fantasy et Enfance, Cahiers Robinson n°49, 2021

En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu’il s’agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l’on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d’enfants, garçons et filles d’apparence ordinaire mais recelant d’impressionnants pouvoirs, apparaissent comme des héros privilégiés, vivant de grandes aventures magiques, mais où il est fréquemment question de transition vers l’adolescence ou l’âge adulte : l’enfance en fantasy ne serait-elle qu’un point de départ qu’il faut quitter ? Quels sont les thèmes spécifiques liés au monde de l’enfance, quand celui-ci est empreint de magie ? D’ailleurs, peut-on considérer qu’il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adulte ? Si l’enfance en fantasy est aussi variée que dans la réalité, peut-on véritablement définir ce qu’implique de grandir en fantasy ? À travers des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces œuvres en bibliothèque, ce numéro des Cahiers Robinson étudie la place de l’enfance en fantasy.

Tous les détails sur le site de l’éditeur.

Table des matières

Avant propos

Hélène CORDIER
De la mélancolie à la négation : surpasser l’enfance dans deux romans de Justine Niogret

Isabelle OLIVIER
La rêveuse et le maladroit : deux (faux) anti-héros dans le cycle de Harry Potter

Pascale LAPLANTE-DUBE
Comment devenir l’alliée d’une dragonne, ou la politisation du merveilleux en fairy tale fantasy pour la jeunesse

Abigail FINE
Terrier de lapin et porte vers l’« autre monde » : girlhoods subversives dans Coraline et Alice au pays des merveilles

Caroline DUVEZIN-CAUBET
Bonnes manières et mauvaises filles : les finishing schools dans la fantasy néo-victorienne contemporaine

Amelha TIMONER
Quête d’autorité(s) dans À la croisée des mondes de Philip Pullman

Justine BRETON
Pour une fantasy pédagogique : la magie au service de l’apprentissage chez T.H. White

Françoise LECOCQ
Le mythe du phénix dans la fantasy pour la jeunesse

Yannick BELLENGER-MORVAN
L’Histoire sans fin, de Michael Ende à Wolfgang Petersen : une œuvre sans auteur ?

Fanny GEUZAINE
Initiation au conte et à l’intertextualité dans Instructions de Neil Gaiman et Charles Vess

Marie-Lucie BOUGON
Le cycle alavirien de Pierre Bottero : un Harry Potter « à la française » ?

Caroline DUMONT
Réception de la littérature fantastique et fantasy en bibliothèque : enquête auprès d’un public captif

VARIA
Patrick TOURCHON & Leniiv ROMAN
Le foreshadowing chez Georges Bayard

Alain CHIRON
Un Robinson du retour à la terre sous l’Occupation

Notes de lecture

Appel : Mythologie nordique et fantasy

APPEL: LA MYTHOLOGIE NORDIQUE DANS LA FANTASY (REVUE FANTASY ART AND STUDIES)

Depuis la période romantique, la mythologie nordique s’est révélée une grande source d’inspiration pour les auteurs de fiction, en particulier en Fantasy. Sans conteste, nombreux sont les récits de Fantasy incluant des Vikings – ou des guerriers d’inspiration viking –, des elfes, des nains, des géants, des prophétesses. Si certains sont largement basés sur les mythes tels que nous les connaissons à travers les sources médiévales, d’autres réinterprètent et réarrangent le matériau original au point de créer des histoires complètement différentes qui ne conservent que les noms scandinaves.

J. R. R. Tolkien doit certainement être reconnu comme à l’origine de la permanence des motifs nordiques en Fantasy. En effet, le Hobbit et le Seigneur des Anneaux incluent tous deux des noms et des personnages inspirés de la mythologie nordique : ainsi l’attirail de Gandalf rappelle Odin l’Errant (Odin Ganglari), et les noms des Nains sont tirés d’une liste de l’Edda poétique. Cependant Tolkien n’est pas le premier auteur de Fantasy à se tourner vers la mythologie nordique. De 1869 à 1875, William Morris traduit plusieurs sagas, parmi lesquelles la Völsunga saga, dont il propose en 1877 une réécriture sous le titre The Story of Sigurd the Volsung and the Fall of the Niblungs. Ses romances The House of the Wolfings (1889) et The Roots of the Mountains (1890), visiblement influencés par l’univers des anciens Germains et des anciens Scandinaves, préfigurent les œuvres de Tolkien. Quelques décennies plus tard, entre 1928 et 1938, le créateur de Conan le Cimmérien, Robert E. Howard, écrit sur les Vikings dans Weird Tales et invente le pirate Cormac Mac Art qui est en relation avec des hommes du Nord.

La Fantasy des XXe et XXIe siècles poursuit cette réinterprétation du matériau nordique. Si Douglas Adams relate la rencontre entre son détective Dirk Gently et les dieux Odin et Thor de manière humoristique dans Beau comme un aéroport (1988), dans American Gods (2001), Neil Gaiman présente à ses lecteurs une galerie de dieux issus de différentes cultures qui doivent faire face aux nouvelles divinités du monde moderne. Parmi eux, Odin est le principal agent dans une guerre contre les nouveaux dieux. Dans Runemarks (2007), un roman pour la jeunesse de Joanne M. Harris, l’apocalypse a déjà eu lieu et les dieux ont perdu leurs pouvoirs.

Ce vaste corpus s’adresse aux lecteurs de tout âge et n’a pas cessé de s’étendre de plus en plus au cours des années, à travers d’autres médias. En 1979, la BD humoristique danoise Valhalla relate les aventures de Thor et Loki, tandis que le récent manga de Hajime Isayama, L’Attaque des Titans, fait référence à Ymir et aux géants. Les adaptations cinématographiques du comics de Marvel Mighty Thortransportent le dieu du tonnerre dans les États-Unis d’aujourd’hui et transforment la mythologie nordique en un univers de Science FantasyA contrarioLe 13e guerrier (1999, basé sur le roman de Michael Crichton, Le Royaume de Rothgar, 1976) raconte l’histoire d’Ahmad Ibn Fadlan qui voyage dans le Nord pour combattre des monstres aux côtés des Vikings. Les jeux vidéo trouvent également leur inspiration dans la mythologie nordique : la franchise Final Fantasy (Square Enix, 1987-) reprend des noms de dieux et de lieux ; Odin Sphere (2007) fait d’Odin un général.

Pour son 6ème numéro, Fantasy Art and Studies vous invite à explorer les usages de la mythologie nordique en Fantasy, que ce soit en littérature, au cinéma, à la télévision, dans la bande dessinée ou les jeux vidéo.

Vous pouvez interroger (mais non exclusivement) :

– la manière dont ces réinterprétations apportent un nouvel éclairage sur les sources médiévales

– dans quelle mesure les représentations de la mythologie nordique en Fantasy perpétuent les conceptions romantiques du XIXe siècle

– dans quelle mesure les réécritures de mythes nordiques influencent les œuvres de Fantasy récentes

– l’évolution de ces représentations en Fantasy.

Vos articles (6 pages max., soit environ 30 000 signes) en anglais ou en français sont à envoyer en format .doc, Times New Roman corps 12, interligne simple, au plus tard le 5 janvier 2019 à fantasyartandstudies@outlook.com

Image: Arthur Rackham

Appel : Représentations animales

REPRÉSENTATIONS ANIMALES DANS LES MONDES IMAGINAIRES: VERS UN EFFACEMENT DES FRONTIÈRES SPÉCISTES ?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

On connaît le développement critique des animal studies depuis une dizaine d’années[1], tandis que la question animale s’impose toujours davantage aux consciences et dans les représentations. Au cœur de l’actualité de la recherche nationale et internationale, les relations que nous entretenons avec les autres espèces se sont vues particulièrement étudiées avec l’avènement de l’éthologie, science du comportement des animaux, et sont aussi à l’interface de la psychologie et de l’anthropologie.

Si l’on sait l’importance des « présences animales » dans les littératures et cultures d’enfance et de jeunesse[2]le colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires : vers un effacement des frontières spécistes ? » invite pour sa part à une réflexion spécifique sur ce que les fictions de l’imaginaire reflètent elles aussi, pour leurs lecteurs, quant à ces évolutions dans la conception des rapports entre l’animal et l’humain. L’on voit en effet s’exercer en fantasy une tension particulièrement fructueuse entre la mise en scène d’invariants mythiques ou anthropologiques (de l’animal psychopompe à l’animal-totem en passant par le monstre hybride) et une grande sensibilité aux préoccupations sociétales, caractéristique du pôle commercial de la production culturelle.

On partira donc du fait que les animaux domestiques, sauvages ou fictifs sont omniprésents dans les littératures de l’imaginaire : on les retrouve aussi bien en fantasy d’inspiration Continuer la lecture