Archives par étiquette : littérature médiévale

Contrat post-doctoral : Projet Imaginarm (littérature médiévale)

Date limite d’envoi des candidatures : 19 juin 2024.

Le projet IMAGINARM vise à fournir une étude exhaustive de l’héraldique arthurienne depuis ses débuts au XIIIe siècle jusqu’au XVIIe siècle, d’après ses trois canaux de transmission (les textes où les armoiries sont décrites, les enluminures des manuscrits où les artistes ont peint des armoiries reconnaissables, les armoriaux qui mettent en scène les écus des chevaliers).

La/le chercheur/euse post-doctoral.e aura pour mission spécifique de contribuer à cette recherche en s’intéressant aux textes et manuscrits arthuriens qui font partie de ce qu’on appelle la Queste « post-vulgate » (en particulier la Queste de Paris, BnF, fr. 343 et d’Oxford, Rawlinson D 874, ainsi que la partie Queste dans la compilation arthurienne du BnF, fr. 112). Il/ elle contribuera à envisager les possibilités pour pérenniser les recherches en cours, y compris par la conception d’un projet européen ERC. 

La/le chercheur/euse pourra se voir confier les missions suivantes : 

–       Transcription de manuscrits

–       Analyse littéraire et philologique 

–       Analyse codicologique 

–       Analyse iconographique

–      Conception de projet 

Conditions de candidature 

–       Être titulaire d’un doctorat (littérature médiévale) 

–       Avoir des compétences dans certains des domaines concernés par le projet (littérature arthurienne, héraldique, iconographie, paléographie, codicologie, philologie, analyse littéraire)

–       Avoir une maîtrise du français moderne, écrit et oral, et si possible de l’anglais

Modalités de candidature

–       CV 

–       Lettre de motivation (2 pages max) expliquant brièvement le parcours, l’adéquation avec le poste, le cadre d’analyse envisagé

–       Envoi de la thèse de doctorat et d’une autre contribution scientifique au choix

–       Envoi des candidatures au responsable du projet avant le 19 juin 2024 minuit à l’adresse suivante : francesco.montorsi [at] univ-lyon2.fr 

Retrouvez tous les détails sur le site du CIHAM.

Parution : Humanités médicales et de santé du Moyen Âge au XXIe s. (Eclats)

Le nouveau numéro de la revue Eclats (n° 3) porte sur les “Humanités médicales et de santé du Moyen Âge au XXIe siècle“, et est paru le 16 février 2024. Les articles sont tous accessibles en ligne.

Ce numéro explore différents aspects des humanités médicales en littérature française et francophone, littérature jeunesse, arts, sciences du langage et sciences de l’éducation, du Moyen Âge à nos jours.

Sommaire

Bénédicte Coste et Manon Raffard. Éditorial : Humanités médicales et de santé du Moyen Âge au xxie siècle

Editorial: Medical and Health Humanities from the Middle Ages to the 21st Century

Dossier scientifique

Camille Brouzes et Jérôme Laubner. Impuissant ou vérolé : écrire la défaillance masculine dans la poésie française à la première personne (xive-xvie siècle)

Impotent or Syphilitic: Writing Male Dysfunction in French First-Person Poetry (14th-16th century)

Anthony Le Berre. Une dissection morale de l’homme : L’Anatomie du petit monde de Joseph du Chesne (1584)

A moral dissection of the humain being: Joseph du Chesne’s L’Anatomie du petit monde (1584)

Mohamed Sami Alloun. Médecine et transhumanisme dans la littérature contemporaine : limites d’un genre et d’une pratique

Medicine and transhumanism in contemporary Francophone literature: limited genre, limited practice

Sylvie Douet. Albums de fiction et compétences psychosociales : des interactions à valoriser

Fiction albums and psychosocial skills: interactions to be enhanced

Abderrafiî Khoudri. Lorsque la traduction entraîne des déviations référentielles : l’exemple d’une stratégie vulgarisatrice à forts enjeux

When translation leads to referential deviations: examples of high-stakes vulgarisation strategies

Artiste présentant son travail

Thierry Combe, Loli Jean-Baptiste et Meiyun Xu. À la rencontre de Thierry Combe et de son spectacle Jean Pierre, lui, moi

« Je me sens comme si j’étais à l’intérieur d’un scaphandre, observant le monde à travers ses yeux, éprouvant ce qu’il ressent »

Interview on Thierry Combe’s Jean Pierre, lui, moi

Claire Fauchille, Marine Hunot, Loli Jean-Baptiste et Manon Raffard. Entretien autour de la résidence Design et Santé au Centre François-Georges Leclerc

Interview on the Design and Health residence at the François-Georges Leclerc Centre

Le monde de l’entreprise

Clémence Rougeot et François-Claude Rey. Entretien avec Clémence Rougeot, chargée de recherche & développement à Foxar

Interview with Clémence Rougeot, research & development officer of Foxar

Sabine El Moualy et François-Claude Rey. Entretien avec Sabine El Moualy, gérante d’Aubépine

Interview with Sabine El Moualy, manager of Aubépine

Comptes rendus de manifestations scientifiques

Tristan Lefort. Les Doctorales de la SFSIC, 2022

23—24 juin 2022, Dijon, Université de Bourgogne, Maison des Sciences de l’Homme

Comptes rendus d’ouvrages

Anaïs Dagniaux. Nathalie Garric, Julien Longhi, Frédéric Pugnière-Saavedra et Valérie Rochaix (dir.), Discours des terrains sensibles : recueil, analyse, intervention

Léa Cassagnau. Paolo Tortonese (dir.), Le Cas médical. Entre norme et exception

ÉCLATS est une revue universitaire en lettres classiques et modernes, langues, sciences du langage, sciences info-com et arts du spectacle gérée par les doctorantes et doctorants de l’ED 592 LECLA. Inscrite au DOAJ et référencée par Mir@bel, elle propose chaque année un numéro comportant un dossier thématique (évalué en double aveugle), des comptes rendus d’ouvrages et de manifestations scientifiques, des entrevues, des témoignages, des parcours doctoraux ou des présentations d’œuvres artistiques. Elle accueille des articles de collègues exerçant en France et à l’international à tous niveaux.

Illustration : Physician, urine flask, medieval manuscript – Wellcome Collection, United Kingdom – CC BY.

Parution : Amazones et femmes sauvages

Elise d’Inca et Florie Maurin (dir.), Amazones et femmes sauvages de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Figures féminines mythiques qui traversent les siècles, l’Amazone et la femme sauvage ont bien des liens qu’il s’agit d’examiner. Le présent ouvrage vise à interroger leurs évolutions et leurs reconfigurations, à travers des contextes littéraires et artistiques pluriels depuis le Moyen Âge.

Cet ouvrage propose une approche transversale et transmédiatique, qui met en regard deux figures complémentaires à travers les siècles : l’Amazone et la femme sauvage. Si toutes deux traversent les imaginaires, leur représentation varie fortement d’une époque et d’un espace à l’autre, se confondant parfois mais constituant le plus souvent deux facettes distinctes d’une féminité observée avec méfiance. Les articles regroupés ici par Elise d’Inca et Florie Maurin empruntent notamment aux gender studies, et accordent une place intéressante au médiévalisme, en particulier dans la troisième partie intitulée “Filles et femmes sauvages dans la fantasy et les littératures de jeunesse”. Certes, tous les modèles évoqués n’appartiennent pas purement au médiévalisme, mais le caractère transversal de l’ouvrage montre bien qu’il s’agit là d’un sujet justement large, et qui puise dans de nombreuses époques et dans divers courants de pensée.

Comme le souligne Christine Ferlampin-Acher en préface, ce volume, en faisant suite aux travaux déjà menés sur l’homme sauvage et l’enfant sauvage, “comble un vide laissé par la recherche antérieure et permet d’évaluer à nouveaux frais ce que les imaginaires actuels doivent (ou non) au Moyen Âge, réel ou fantasmé.” Ce “ou non” discret prend tout son sens ici, puisque les articles soulignent bien que l’imaginaire des Amazones et des femmes sauvages a finalement moins à voir avec l’époque médiévale elle-même qu’avec ses réverbérations médiévalistes. Plusieurs chapitres posent la question du caractère “subversif” de ces figures féminines, individuelles ou collectives, et ce faisant ils interrogent les valeurs extérieures plaquées sur les représentations à différentes époques. La conclusion, proposée par Elise d’Inca et Florie Maurin, rappelle ainsi : “L’une de leurs principales caractéristiques réside certainement dans leur capacité à résister : à l’autre, à des sociétés qui leur sont étrangères, mais aussi à l’éoculement du temps.” Un prolongement intéressant pourrait d’ailleurs sûrement être trouvé dans l’étude du réinvestissement de ces figures d’Amazones et de femmes sauvages dans les luttes sociales et politiques féministes. Parce qu’elles sont de plus en plus réappropriées, passant d’images de l'”autre” à celle d’un “autre possible”, les Amazones et les femmes sauvages semblent, d’après les autrices, constituer un motif pérenne.

Table des matières

Christine Ferlampin-Acher. Préface   7

Élise dInca et Florie Maurin. Introduction   11

Première partie : FIGURES GUERRIÈRES ET FEMMES SAUVAGES MÉDIÉVALES DE LORIENT À LOCCIDENT

Seyedeh Fatemeh Hosseini Mighan. Les femmes guerrières dans le Shâhnâmeh de Ferdowsi   23

Élise dInca. Les Amazones dans les romans antiques du xiie siècle. Une figure de la subversion entre merveilleux et réalisme ?   43

Maline Kotetzki. Une mère démoniaque – une matriarche démonisée ? Approche intersectionnelle du personnage de Lespiâ, merwîp, issu du Wigamur   67

Deuxième partie : REPRÉSENTATIONS DE LAUTRE SAUVAGE
ET GUERRIER DEPUIS LA RENAISSANCE

Pauline Durin. Femmes rebelles et animalité dans le théâtre anglais
de la première modernité    91

Viktoriia Kokonova. LAmérindienne dans les récits viatiques français du xviie. Une nouvelle « femme sauvage » ?   115

Rose Borel. Les visages ambivalents de laltérité féminine dans True at First Light dErnest Hemingway   137

Patrick Teichmann. « Lamazone de la Chouannerie ». La déconstruction du topos
de la femme guerrière dans Le Chevalier des Touches de Jules Barbey dAurevilly   159

Jelena Zečević. Les Guérillères de Monique Wittig et Titane de Julia Ducournau. Deux représentations contemporaines de la femme sauvage   185

Troisième partie : FILLES ET FEMMES SAUVAGES DANS LA FANTASY ET LES LITTÉRATURES DE JEUNESSE

Angélique Salaun. La sauvageonne en fantasy. Figure essentialiste ou modèle écoféministe ?   205

Clémence Huguet. Les femmes sauvages dans lunivers du Sorceleur. Détour par la forêt de Brokilone   225

Florie Maurin. Se diluer dans lautre, se fondre dans lailleurs. Lensauvagement de Violette Hurlevent, une quête pour se trouver   243

Sarah Ghelam. La fille sauvage est-elle une figure subversive de lalbum jeunesse ?   265

Élise dInca et Florie Maurin. Conclusion   289

Remerciements   293

Index des personnages   295

Résumés des contributions   299

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à contributions : Remises en jeux (revue Bien dire et bien aprandre)

Marie-Madeleine Castellani et Matthieu Marchal nous transmettent un appel à textes pour le numéro 39 de la revue Bien Dire et Bien Aprandre, prévu pour 2024, sur le sujet “Remises en jeux. Représentations littéraires des jeux au Moyen Âge“. Bien que ne portant pas spécifiquement sur le médiévalisme, ce numéro pourra accueillir des articles proposant une approche médiévaliste.

Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2023.

 

 

 

Aussi en cest avènement

Juiens nous au Roy qui ne ment,

Aux bares et à l’agnelet,

A Ostés-moi de Colinet,

A Je me plaing qui me feri,

Et, dedens chambre, à l’esbahi,

Et aussi aux adeviniaus,

A l’avainne et aux reponniaus,

A l’erbelette et aux risées,

A l’estoef et aux reculées,

Au mulet, au sallir plus hault,

Et à la charette Michaut ;

Puis à la coulée belée

Qu’on fait d’une carolle lée,

Au chace lièvre, à la cluignette,

Aussi à la sotte buirette,

A la corne de buef au sel,

Et au jetter encontre un pel

Ou deniers de plonc ou pierettes.

Et se faisions fosselettes,

Là où nous bourlions aux nois ;

Qui en falloit, c’estoit anois.

De la tourpie aux amantins

M’esbatoie soirs et matins ;

Et j’ai souvent, par un busiel,

Fait voler d’aiguë un buillonciel,

Ou deux ou trois ou cinc ou quatre

Au veoir me pooie esbatre.

Froissart, L’Espinette amoureuse, dans Œuvres complètes de Froissart. Poésies, éd. A. Scheler, Bruxelles, Devaux, 1870-1872, 3 vol. (t. 1, p. 87-210, v. 219-246)

            Pour faire écho aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le numéro 39 de Bien Dire et Bien Aprandre (2024) souhaite proposer une réflexion sur la représentation des jeux, et notamment des exercices corporels, dans la littérature française du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) : lyrique, chansons de geste, romans.

            Que ce soit par pur divertissement (deduit, deport, esbanoiement) ou à des fins de développement physique, les hommes du Moyen Âge ont pratiqué de nombreux jeux, ce dont témoigne l’extrait mis en exergue de l’Espinette amoureuse de Froissart.

            Selon une typologie bien connue ‒ souvent rappelée dans des dossiers pédagogiques qui accompagnent la visite de châteaux médiévaux ‒, on distingue plusieurs types d’activités ludiques, physiques ou intellectuelles : les jeux d’enfants (cerceau, toupie, billes, boules de neige), les jeux de précision (boules, quilles, palets), les jeux de balle (choule, jeu de paume), les jeux d’adresse et d’équilibre (échasses, patins sur glace, lancers de hache ou de couteau), les jeux d’exercices à vocation guerrière (chasse, lutte ‒ aux poings ou aux bâtons ‒, quintaine, tirs ‒ à l’arc et à l’arbalète ‒, behourt, joutes), les jeux de stratégie (tric-trac, dames, échecs), les jeux de cartes, les jeux de dé et autres jeux d’argent.

            Qu’il soit public ou à caractère privé, le jeu, moment privilégié d’oisiveté et de recréation, occupe une grande place dans la société médiévale.

            Il s’agira donc de s’interroger sur les représentations littéraires qui sont associées à ces différents types de jeux ; une attention toute particulière sera portée aux activités « sportives » de loisir.

 

            Le numéro regroupera une vingtaine de contributions sur les questions principales suivantes (liste non exhaustive) :

– le lexique associé au jeu (enquête lexicologie sur les mots du « sport » au Moyen Âge) ;

– l’étude plus ponctuelle de l’un ou l’autre des jeux médiévaux (la choule, le jeu du papegay, le diable boiteux, Colin maillard, le Roi qui ne ment) ;

– les différences et la complémentarité entre exercices corporels (jeux d’adresse) et jeux de stratégies (jeux de réflexion) ;

– l’analyse des textes qui définissent les pratiques individuelles et les règles collectives (entre libre improvisation et codification) ;

– la dimension esthétique de la représentation des exercices corporels (beauté des corps, adresse et maîtrise des gestes, des mouvements) ;

– le rôle des exercices corporels dans l’instruction et l’éducation des jeunes enfants (apprentissage des règles et initiation aux principes de vie en société) ;

– la caractérisation des personnages par l’évocation des jeux (discours de célébration, discours critique et dérision) ;

– la moralisation : les jeux comme miroir de la société (on songe en particulier à Jacques de Cessoles) ;

– la législation sur les jeux : les interdictions judiciaires (règlements et ordonnances comme celle du 3 avril 1369 du roi Charles V) en raison des troubles à la paix publique (conflits, accidents, tricheries, immoralité : paris, mises importantes, refus du hasard, perte de temps, mépris de Dieu) ;

– les émotions liées à la pratique des jeux (plaisir et excitation, ennui ou lassitude) ;

– la dimension spectaculaire des jeux (assistance, cérémonies) ;

– les lieux du jeu (extérieur, arènes sportives, la taverne) ;

– les jeux au féminin/au masculin ;

– le rapport des textes avec les sources iconographiques médiévales montrant différents types de jeux.

 

Les projets d’article (entre 3000 et 5000 caractères, avec bibliographie primaire et secondaire indicative, 5-10 mots-clés, et un bref curriculum-vitae de 5-10 lignes)

sont à adresser avant le 30 juin 2023 à : contact-revue-bdba [at] univ-lille.fr

 

Bibliographie indicative :

– Jeux de princes, jeux de vilains. Exposition, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal (2009), dir. È. Netchine,  Paris, Seuil/BnF, 2009 (cf. http://expositions.bnf.fr/jeux/).

– La Règle du jeu, dir. A. Mussou et L. Tabard, Questes, 18, 2010.

– J.-M. Mehl, Les Jeux au royaume de France, du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Fayard, 1990.

– J.-M. Mehl, Des Jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Champion (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 97), 2010.

– J. Verdon, Les Loisirs au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 1980.

 

Procédure d’évaluation : évaluation par double expertise.

Calendrier :

– 30 juin 2023 : réception des projets d’article.

– 15 octobre 2023 : notification des décisions d’acceptation ou de refus aux auteurs.

– 1er mars 2024 : réception de la première version des articles, puis début de la double évaluation.

– 15 juin 2024 : livraison des textes définitifs par les auteurs dont les articles ont été acceptés, après les éventuelles corrections d’ordre scientifique ou de forme.

– Octobre 2024 : publication du numéro de la revue.

La revue Bien Dire et Bien Aprandre est caractérisée par l’alliance de la littérature, de la philologie et de la dialectologie. Elle couvre l’étude de la langue, de la littérature, de l’histoire et de l’art du Moyen Âge, ainsi que l’étude de la langue et de la littérature picardes (anciennes et modernes). La revue se consacre également aux réécritures et adaptations de la littérature médiévale à l’époque moderne et contemporaine et au médiévalisme. Fondée en 1978 et publiée par le Centre d’Études médiévales et dialectales de l’Université de Lille et l’ULR ALITHILA, elle n’accueille que des contributions scientifiques originales (non encore publiées ou soumises à d’autres revues).

Bien Dire et Bien Aprandre est une revue mixte. Elle était jusqu’ici diffusée en version imprimée uniquement, elle le sera aussi bientôt en version numérique, en accès libre différé (après un délai de restriction d’un an). Son site internet sera prochainement accessible.

La revue contient également une section « Miscellanées » incluant des articles originaux de Varia, qui peuvent aussi être envoyés à : contact-revue-bdba [at] univ-lille.fr.

Appel à communications : Medieval and Modern Languages

La journée d’études du Medieval and Modern Languages Graduate Network se déroulera le 19 juin 2023 à la Taylor Institution Library, à l’Université d’Oxford, et abordera les questions de distance.

Date limite d’envoi des propositions : 15 avril.

Confirmed Keynote: Dr Karolina Watroba, Post-Doctoral Research Fellow in Modern Languages at All Souls College

This year’s MMLGN (Medieval and Modern Languages Graduate Network) conference addresses the question of distance. We welcome papers that engage this question in the literature, arts, and culture of any language, from the medieval period to the present day.

Distance is key to the history of literature and languages: authors have written about stories of travel and adventures since ancient times; languages, texts and motifs spread to regions far away from their origins and developed multiple variations. Today, the acceleration of cultural dissemination might seem to foster a global network of literary writing and research. Yet the last few years of the COVID-19 pandemic have made distance a newly insurmountable issue, as quarantines created obstacles in interpersonal communication, and archives and manuscripts were not as accessible as before. On the other hand, distance has also been easier to circumvent than ever, via the sudden prevalence of online teaching and videoconferencing.

Possible topics might include, but are not limited to:

– Correspondence, correspondence networks, and other forms of communication over distance

– Transnational literature

– Plurilingual practices of writing and reading

– Intertextuality; variability and commonality across space

– Distance and intellectual networks

– Diaspora literature

– Distance in interpersonal relations; effects of alienation and estrangement  

– Distance in/and travel writing, real and imaginary experiences of travel

– Distance and the archive: scattered documents

– Distance and digital humanities: technologies in research and humanities education



We would like to invite postgraduate researchers and early career researchers to submit abstracts of no more than 250 words to oxmmlgn2023 [at] gmail.com by April 15th, 2023.

The conference will take place in person at the Taylor Institution Library, University of Oxford, on 19th June 2023.

We have a limited budget and regret our inability to support the travel and accommodation costs of speakers.

 

Retrouvez tous les détails sur le site de la conférence.

 

Exposition : John Howe, sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition “Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval. Peintures et dessins de John Howe” se tiendra du 25 juin 2023 au 28 janvier 2024 à Landerneau, au Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la Culture.

« Cette exposition montre comment à partir de l’œuvre littéraire de Tolkien, un univers pictural est inventé. C’est celui du dessinateur et peintre John Howe. Puisant dans les mythes médiévaux, il crée un imaginaire inédit source de multiples représentations artistiques, jusqu’au cinéma. Landerneau défend l’importance de l’héritage de Tolkien dans l’ensemble de la création artistique et ludique. C’est un fait culturel majeur ! »Michel-Édouard Leclerc

Conçue comme une exploration picturale et commentée de l’œuvre de Tolkien et de l’origine des légendes médiévales, qui de nos jours s’imposent dans la bande dessinée, les jeux vidéo, ainsi que sur les petits et grands écrans, l’exposition présente plus de 250 dessins et peintures de John Howe.

Artiste de renommée internationale, John Howe a d’abord illustré les romans de Tolkien, avant de participer à la direction artistique des deux trilogies cinématographiques Le Seigneur des Anneaux, et Le Hobbit aux côtés du réalisateur Peter Jackson, s’installant plusieurs années en Nouvelle-Zélande durant le tournage des films. Plus récemment, il a également pris part à la création artistique de la série Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir.

L’évocation des influences poétiques et mythologiques ancestrales telles que Les EddasLe KalevalaLa Chanson des NibelungenBeowulf, ou les légendes arthuriennes, permet de percevoir à quel point la richesse de l’œuvre romanesque de Tolkien et de l’imaginaire médiéval puisent leurs sources dans la résonance de ces temps lointains, parfois écrite à l’aide de runes, ou racontée par un barde dans une langue méconnue.

Tolkien participe ainsi à la transmission de ce patrimoine en composant avec génie une mythologie unique et novatrice, devenue pour le monde entier la référence iconique de l’imaginaire médiéval.

L’exposition est complétée par d’authentiques objets d’époque médiévale (armure, épées…).

Le parcours est également ponctué d’œuvres contemporaines de Tolkien, notamment issues du mouvement préraphaélite – opposé au conformisme académique britannique, et majoritairement inspiré par l’imaginaire médiéval – ou encore du mouvement Arts and Crafts.

Commissariat Diane et Jean-Jacques Launier,
fondateurs du musée Art Ludique

© John Howe’s poster art used with permission of Middle-earth Enterprises LLC & Sophisticated Games Ltd. All rights reserved © Rodhamine © FHEL 2023

 

Détails et réservations sur le site du Fonds Culturel Leclerc.

Jouda SELLAMI (La Manouba)

Jouda SELLAMI est Maître de conférences – HDR à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM, Université de la Manouba, Tunis) et chercheure au Laboratoire « Analyse Textuelle, Traduction, Communication » de la FLAHM.

Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat intitulée : « Espace naturel, espace urbain, espace sacré. Ecriture et perception de l’espace oriental dans le texte épique aux XIIe et XIIIe siècles ». (Corpus : Le Siège de Barbastre, La Prise de Cordres et de Sebille, La Chanson d’Antioche et La Chanson de Jérusalem), élaborée sous la direction des Professeurs Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle (publiée par la Faculté des Lettres de la Manouba en 2015).

Pour son HDR, elle a présenté, en 2021, un essai intitulé : « Sur les traces du mythe littéraire de Saladin. Origines et perpétuations, du Moyen Âge à l’Empire ».

Ses champs de recherche actuels sont : la littérature du Moyen Âge, les résurgences de la culture médiévale dans la littérature moderne et contemporaine, les conflits guerriers du Moyen Âge entre hier et aujourd’hui (d’après des textes français et arabes), les rapports entre mythe, histoire et littérature, l’ego-histoire.

Co-direction d’ouvrages collectifs 

–           D’une rive à l’autre. Actes du colloque international (13 et 14 avril 2006) organisé à la Faculté des Lettres de la Manouba par le Groupe d’Étude sur le Moyen Âge et le Seizième (GÉMAS) et le Centre d’Étude et de Recherche Éditer-Interpréter (CÉRÉDI, Université de Rouen), études réunies par Khédija Ajroud et Jouda Sellami, Tunis, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2011.

–           La courtoisie dans la littérature au Moyen Âge et au XVIe siècle (Journée d’étude, avril 2011), études réunies par Khédija Blaïech-Ajroud et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2017.

–           Vieillesse, maladie et mort dans la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance (Journée scientifique de l’UR « Littérature médiévale, moderne et contemporaine et didactique du français », décembre 2014), études réunies par Samir Marzouki et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2018.

Publications

–           « La souffrance et la mort dans la Chanson d’Antioche », La maladie et la mort au Moyen Age. Actes du Colloque d’Amiens (Janvier 2004) publiés par Danielle Buschinger, Médiévales n° 30, Amiens, Université de Picardie-Jules Verne, Presses du Centre d’Études Médiévales, 2004, p. 106-115.

–           « Les héros de la Chanson d’Antioche : entre épopée et histoire », Héros épique et héros romanesque au Moyen Âge. Actes du Colloque d’Amiens (Mars 2004) publiés par Peter Andersen et Danielle Buschinger, Médiévales n° 32, Amiens, Université de Picardie-Jules Verne, Presses du Centre d’Études Médiévales, 2004, p. 64-72.

–           « De la cité sarrasine à Jérusalem : perceptions de la cité épique », D’une rive à l’autre. Actes du colloque international (FLAHM, 13 et 14 avril 2006) organisé par le Groupe d’Étude sur le Moyen Âge et le Seizième (GÉMAS) et le Centre d’Étude et de Recherche Éditer-Interpréter (CÉRÉDI, Université de Rouen), études réunies par Khédija Ajroud et Jouda Sellami, Tunis, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2011, p. 111-122.

–           « De la vieille forteresse à la prison. Représentations du locus horribilis dans l’épopée », Actes du XVIIe Congrès International de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes (Connecticut (USA), 22-28 juillet 2006), A publication of the Société Rencesvals. American-Canadian Branch, Numéro spécial de la revue Olifant, vol. 25, no. 1-2, 2008, p. 387-400.

–           « La rencontre amoureuse dans le Siège de Barbastre ou le bouleversement d’une destinée », L’instant fatal. Actes du colloque international organisé par le CÉRÉDI en collaboration avec le GÉMAS à l’Université de Rouen les 12 et 13 décembre 2007, édités par Jean-Claude Arnould, Publications numériques du CÉRÉDI (Actes de colloques et journées d’étude (ISSN 1775-4054)), n° 3, 2009, p. 1-11.

–           « L’identité normande dans la Chanson d’Antioche et le Livre d’Eracle », La Fabrique de la Normandie. Actes du colloque international organisé à l’Université de Rouen en décembre 2011, publiés par Michèle Guéret-Laferté et Nicolas Lenoir (CÉRÉDI), Publications numériques du CÉRÉdI, “Actes de colloques et journées d’étude (ISSN 1775-4054)”, n° 5, 2013, p. 1-15.

–           « Le romanesque dans l’épique : l’exemple du personnage épico-courtois de Synamonde dans le Bâtard de Bouillon », La courtoisie dans la littérature au Moyen Âge et au XVIe siècle (Journée d’étude, avril 2011), études réunies par Khédija Blaïech-Ajroud et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2017, p. 31-47.

–           « Quand la destinée individuelle prend le pas sur la destinée collective : l’exemple de Baudouin Ier de Jérusalem dans La Chanson d’Antioche et Le Bâtard de Bouillon », Histoire individuelle et histoire collective dans l’œuvre littéraire (Actes du colloque de la FLAHM, février 2014), études réunies par Afifa Marzouki, Sud Éditions, 2017, p. 61-78.

–           « La fonction du nom du héros dans Saladin (XVe siècle) », « Par deviers Rome m’en revenrai errant ». XXe Congrès International de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes (Université de la Sapienza à Rome, juillet 2015), a cura di Maria Careri, Caterina Menichetti e Maria Teresa Rachetta, presentazione di Stefano Asperti, Roma, Viella, Giugno, 2017, p. 357-368.

–           « L’expression de la subjectivité dans l’essai d’ego-histoire. L’exemple de “L’appétit de l’histoire” de Jacques Le Goff et “Le plaisir de l’historien” de Georges Duby », Ecriture de soi, invention de soi dans les littératures française et d’expression française contemporaines. Actes du colloque international du Laboratoire « Intersignes », FSHST, novembre 2016, édités par Jamil Chaker, Emna Beltaïef et Anis Nouaïri, Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 2017, p. 327-349.

–           « Le message de la Danse macabre des hommes au XVe siècle », Vieillesse, maladie et mort dans la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance (Journée scientifique organisée à la FLAHM en décembre 2014), études réunies par Samir Marzouki et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2018, p. 51-66.

–           « Hommages et trahisons dans le Couronnement de Louis », Hommage et transmission dans la littérature et le discours. En hommage aux professeurs Afifa et Samir Marzouki, textes réunis et présentés par Emna Belhaj Yahia-Safi et Sarra Khaled, Tunis, Sud Éditions, 2020, p. 27-42.

–           « Le témoignage en images sur la guerre dans les Essais d’ego-histoire : entre “mémoire vivante” et “mémoire savante” », L’image et son texte, Actes du colloque des 12 et 13 décembre 2018, Revue tunisienne des langues vivantes, Numéro coordonné par Farah Zaïem et Inès Ben Rejeb, Tunis, 2021, p. 133-153.

Elise d’INCA

Doctorante en Lettres modernes depuis 2020, Elise d’Inca effectue une thèse en littérature médiévale intitulée L’Hybridité dans les romans antiques : motifs, genres et représentations, sous la direction de Françoise Laurent. Elle appartient à l’équipe de recherche “Littératures et représentations de l’Antiquité et du Moyen Âge” du laboratoire du Celis à l’Université Clermont Auvergne, et est membre du comité éditorial de la revue LLSHS Pensées vives depuis 2020.

Elle a co-organisé le colloque de jeunes chercheurs en avril 2022 “Amazones et femmes sauvages : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ?

Retrouvez son CV détaillé sur HAL.

Parution: Le passé est un événement

Laurent Olivier et Mireille Séguy (dir.), Le passé est un événement. Correspondances de l’archéologie et de la littérature, coll. Anamnèses, Médiéval/Contemporain, Editions Macula, 2022.

Pour quelles raisons s’intéresser à des époques révolues, et dans quel but ? Quel sens le passé peut-il prendre pour le présent à partir duquel nous le percevons ? Passé et présent sont-ils séparables l’un de l’autre et occupent-ils vraiment une place fixe dans le temps ?
      À partir de ces questions, qui ont affaire avec la temporalité de la mémoire, deux approches différentes du passé lointain entrent en dialogue : celle d’un archéologue et celle d’une spécialiste de littérature médiévale. Tous deux s’ouvrent aux surprises des correspondances inattendues, et apparaît soudain, sous nos yeux, la manière même dont le passé se manifeste : en faisant événement dans le monde où nous vivons.

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Bénédicte Milland-Bove (Univ. Sorbonne Nouvelle)

Bénédicte Milland-Bove est maîtresse de conférences en littérature médiévale à l’université de la Sorbonne Nouvelle et appartient au CERAM (Centre d’études et de recherches sur le Moyen Âge et l’Antiquité). Depuis sa thèse sur La Demoiselle arthurienne (Champion, 2003), ses recherches portent essentiellement sur la poétique et la stylistique du roman aux XIIe et XIIIe siècles ; ainsi que sur la réception du Moyen Âge au XIXe siècle dans la littérature de jeunesse. Elle est membre du groupe EnJe (Enfance et Jeunesse, dir. Aliyah Morgenstern et Marie Sorel), projet pluridisciplinaire dédié aux Sciences de l’Enfance et de la Jeunesse à l’université de la Sorbonne Nouvelle.

Publications en lien avec la réception du Moyen Âge et / ou la littérature de jeunesse :

– avec Sarah Mombert : « Chevaliers et paladins. Le héros de l’aventure des récits arthuriens aux romans de cape et d’épée », Poétiques du roman d’aventures, Nantes, 2004 (collection “Horizons comparatistes”), p. 45-67.

– « De Paulin à Paula… Les aventures de maître Renart de Paulin Paris », De la pensée de l’Histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, dir. Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette, Champion, 2019, p. 707-716.

La littérature de jeunesse par ses textes, textes réunis avec Marie Sorel, Presses de la Sorbonne Nouvelle, « Les Fondamentaux », 2020.

– avec Aliyah Morgenstern et Marie Sorel : « Vers une culture commune autour de la littérature de jeunesse à la Sorbonne Nouvelle », pour le numéro à paraître en septembre 2022 des Cahiers Robinson, « La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université »

– avec Laurence Corroy, « Le Moyen Âge dans le Journal des enfants et le Journal des demoiselles » (présentation au colloque Enfance et histoire, avril 2021, dir. E. Fantin et J. Tassel, volume soumis aux Presses de la Sorbonne)

– avec Barbara Wahlen, Hélène Cordier (Université de Lausanne) et Laetitia Tabard (Université du Mans) : Le Moyen Âge des enfants. Modèles, mythes, résurgences dans la littérature pour la jeunesse (volume collectif en préparation, pour la collection « Mémoire du Moyen Âge », chez Champion).

 

CV institutionnel

Hélène Cordier (Université de Lausanne)

©Félix Imhof

Hélène Cordier est docteure en littérature médiévale française (Université de Lausanne). Elle a consacré son travail de thèse aux réécritures contemporaines des textes arthuriens à destination des enfants, en touchant de près aux questions de l’adaptation et de la réception. Elle développe actuellement un axe de recherche sur l’écopoétique des productions médiévalistes contemporaines.
 
Depuis 2018, elle occupe le poste de coordinatrice scientifique du Centre d’études médiévales et post-médiévales de l’Université de Lausanne (CEMEP). Ce centre interdisciplinaire articule ses études autour de la civilisation de l’Europe occidentale et du bassin méditerranéen de 500 à environ 1500 après Jésus-Christ, avec un intérêt particulier pour le Moyen Âge finissant. Il se penche également sur l’appropriation, la transformation et l’adaptation de certains aspects de cette civilisation à des époques plus récentes.
 
Membre de l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE)
Membre de l’Observatoire des récits et imaginaires de l’anthropocène (ORIA) de l’Université de Lausanne
 

Mots-clés : Littérature médiévale – Littérature de jeunesse – Médiévalisme – Ecopoétique – Culture populaire

CV, activités de recherche et publications sur sa page académique.

Appel: Sérialités narratives

Colloque international “Sérialités narratives: pour une approche décloisonnée des fictions au long cours“, organisé à l’Université de Genève les 26, 27 et 28 janvier 2023.

Date limite d’envoi des propositions: 31 mars 2022.

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 


Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Les axes de réflexion du colloque pourront être les suivants :

Conditions de production et matérialité : qu’il s’agisse des mécanismes de production des séries contemporaines, de ceux des sommes romanesques manuscrites, ou de la publication de feuilletons au XIXe s., la création fictionnelle au long cours nécessite des moyens financiers souvent conséquents et/ou doit se plier aux impératifs matériels de sa mise à disposition du public. L’étude de ce type de production culturelle ne peut se passer de la prise en compte de ces paramètres de production et de diffusion. Comment en rendre compte ? Par quels mécanismes affectent-ils la forme même du récit dans les fictions sérielles ? La prise en compte de ces critères est-elle de nature à affecter l’analyse narratologique des œuvres ? Ces questions ne sauraient se passer d’une réflexion sur les modes d’autorialité qui régissent la mise en œuvre des fictions sérielles. Pour ce qui est des créations cinématographiques et télévisuelles, la protection de la marque détermine la question de l’unité d’ensemble des produits. Mais on pourra aussi s’interroger sur les fonctions d’autorité narrative et sur leur productivité dans le cas des œuvres plus anciennes.

Approches socio-historiques : l’imaginaire social de la culture est traversé par des représentations opposant les goûts et les préférences esthétiques en fonction de catégories binaires (genres nobles ou populaires, culture de masse ou élitaire, œuvres classiques ou « tout public », etc.). Les formes sérielles sont souvent assimilées à des produits d’accès facile, adressés à un public large. Ce lieu commun résiste cependant difficilement à un examen, même superficiel. Les sommes romanesques médiévales ou l’Astrée visent un public de cour, et nombre de séries qui font l’objet de recherches académiques s’adressent à un public averti ou cultivé. Cependant, on constate aussi que la forme sérielle engendre des modes d’expertise qui se forgent en dehors des canaux reconnus de la critique. Les citations ou les allusions (intertextuelles ou autres) présupposent leur reconnaissance de la part des destinataires, mais cette compétence n’est pas réservée à une élite. De nombreux genres connaissent des formes d’art allusives. On le voit avec les bestsellers ou les blockbusters à forte vocation parodique. Comment les phénomènes citationnels, intertextuels ou transfictionnels interagissent-ils avec les pratiques de consommation et de création (réécritures, traductions, adaptations, continuations), « savantes » ou non, de la fiction sérielle ?

Questions formelles : Faut-il distinguer des catégories formelles dans la pratique de la sérialité (cycle, somme, feuilleton, série, etc.) ? Ces choix mobilisent-ils des poétiques différentiées ? Sont-ils déterminés par les modèles de temporalités (finies, infinies, référées à une eschatologie) qui gouvernent leur principe fictionnel (chronique ou saga, quête, conquête, enquête, etc.). Le rythme et la vitesse du récit, le séquençage, la distinction entre différentes « branches » du récit, les supports, la gestion de la temporalité sont-ils des critères pertinents pour opérer des délimitations et des définitions formelles ? En outre, ces questions de forme ne sont pas indépendantes des contraintes imposées par l’économie propre aux différents médias, ce qui oblige à multiplier le nombre de paramètres à prendre en compte au moment d’établir des catégories ou des distinctions entre différents modes narratifs.
Mondes virtuels et stéréotypes héroïques : La création sérielle est, du fait de son ampleur, confrontée à la question de la création de mondes virtuels et à celle du respect de critères de cohérence. Quel rapport la fiction institue-t-elle à la réalité ? Comment mobilise-t-elle les imaginaires disponibles ? Sur quel ensemble de références éthiques, politiques, religieuses fonde-t-elle son propre univers ? Comment en assume-t-elle les éventuelles contradictions ? De plus, la loi de l’amplification qui régit les narrations sérielles influe sur l’élaboration du personnel narratif, faisant souvent émerger des modèles héroïques inédits, suscités par la labilité des personnages, leurs dédoublements ou redoublements, la création de liens de filiation ou d’inimitié, etc. Dans le même temps, elles sont traversées par des phénomènes de répétition, de réduplication, de refoulement ou de ressassement qui questionnent le façonnage des personnages. Comment et avec quels outils appréhender la fabrique des figures d’autorité et la représentation des rapports sociaux de sexe, de classe et de race de ces économies virtuelles ? 

Les propositions de communication (20 minutes), d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques sont à envoyer au format PDF avant le 31 mars 2022 à l’adresse suivante : camille.carnaille [at] unige.ch. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications.

Comité d’organisation (équipe de recherche C7S)

Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), Simone Ventura (Université libre de Bruxelles), Camille Carnaille (Université libre de Bruxelles) et Prunelle Deleville (Université de Genève).

Comité scientifique :

E. Delanoë-Brun (Université de Paris), A. Hudelet (Université de Paris), N. Koble (ENS Paris), M. Letourneux (Université de Paris-Nanterre) ; M. Séguy (Université Paris 8) et J.-R. Valette (Sorbonne Université).

 

Parution: Petite histoire de la littérature médiévale

Alain Corbellari, Petite histoire de la littérature médiévale, Presses Inverses, 2021.

Près d’un siècle après la mort de Joseph Bédier, la littérature médiévale a encore bien des secrets à nous livrer. Saviez-vous que le sénéchal Keu était un fameux mélomane ? Que les chansons de geste existaient en version pour sourds et malentendants ? Que Jehan Froissart, le chroniqueur de la Guerre de Cent Ans, vouait une admiration sans bornes à Boris Vian ? Toutes ces révélations, et bien d’autres encore, sont exposées dans cette Petite histoire, dans le plus pur style des grands savants médiévistes et sans le moindre souci de vraisemblance.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Clémence Blanc-Gouletquer

Clémence Blanc-Gouletquer est doctorante contractuelle en Littérature médiévale à l’Université de Lorient. Sa thèse s’intitule “Histoires de peaux dans la littérature médiévale (arthurienne et renardienne) du XIIe au XVe siècles. Approches croisées : poétiques, esthétiques, anthropologiques et historiques”. Ce travail est mené sous la direction de Patricia Victorin et de Benoît Jeanjean.

Elle est actuellement chargée d’enseignement en littérature médiévale et en ancien français à l’Université Bretagne Sud.

 

Communications :

« La main coupée de Joïe dans La Manekine, une poétique de la trace », communication dans le cadre de la journée d’études “De l’événement à l’objet: poétiques médiévales de la mémoire matérielle”, mars 2022.

Parution: La force de l’épée

Martin Aurell, Excalibur, Durendal, Joyeuse. La force de l’épée, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

Excalibur, Durendal ou Joyeuse, ces noms évoquent spontanément un riche imaginaire médiéval. Attri – buer un nom propre à l’épée est une invention du Moyen Âge, significative de la personnalité de cet arte – fact exceptionnel, nullement inanimé. En symbiose avec son porteur, qui n’hésite pas à lui parler comme à une compagne, elle ne donne pas seulement la mort, elle vit, dégage de la lumière, est dotée d’une voix. Invincible, elle peut aussi se briser entre les mains d’un félon ou d’un couard. Un forgeron aux pouvoirs mythiques en est le créateur. Seul le chevalier aristocratique la reçoit au cours de l’adoubement… ou des mains d’une fée. Symbole du pouvoir du roi et de ses auxiliaires de la noblesse, elle est au cœur de la théorie des deux glaives, une profonde réflexion politique séparant le religieux du séculier dans la gouvernance de la société. Martin Aurell éclaire l’histoire de cet objet fascinant à la fois destiné à l’usage de la force, porteur de nombreux pou – voirs et paré de l’attrait du merveilleux.

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.