Archives par étiquette : littérature médiévale

Bénédicte Milland-Bove (Univ. Sorbonne Nouvelle)

Bénédicte Milland-Bove est maîtresse de conférences en littérature médiévale à l’université de la Sorbonne Nouvelle et appartient au CERAM (Centre d’études et de recherches sur le Moyen Âge et l’Antiquité). Depuis sa thèse sur La Demoiselle arthurienne (Champion, 2003), ses recherches portent essentiellement sur la poétique et la stylistique du roman aux XIIe et XIIIe siècles ; ainsi que sur la réception du Moyen Âge au XIXe siècle dans la littérature de jeunesse. Elle est membre du groupe EnJe (Enfance et Jeunesse, dir. Aliyah Morgenstern et Marie Sorel), projet pluridisciplinaire dédié aux Sciences de l’Enfance et de la Jeunesse à l’université de la Sorbonne Nouvelle.

Publications en lien avec la réception du Moyen Âge et / ou la littérature de jeunesse :

– avec Sarah Mombert : « Chevaliers et paladins. Le héros de l’aventure des récits arthuriens aux romans de cape et d’épée », Poétiques du roman d’aventures, Nantes, 2004 (collection “Horizons comparatistes”), p. 45-67.

– « De Paulin à Paula… Les aventures de maître Renart de Paulin Paris », De la pensée de l’Histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, dir. Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette, Champion, 2019, p. 707-716.

La littérature de jeunesse par ses textes, textes réunis avec Marie Sorel, Presses de la Sorbonne Nouvelle, « Les Fondamentaux », 2020.

– avec Aliyah Morgenstern et Marie Sorel : « Vers une culture commune autour de la littérature de jeunesse à la Sorbonne Nouvelle », pour le numéro à paraître en septembre 2022 des Cahiers Robinson, « La littérature de jeunesse, de la maternelle à l’université »

– avec Laurence Corroy, « Le Moyen Âge dans le Journal des enfants et le Journal des demoiselles » (présentation au colloque Enfance et histoire, avril 2021, dir. E. Fantin et J. Tassel, volume soumis aux Presses de la Sorbonne)

– avec Barbara Wahlen, Hélène Cordier (Université de Lausanne) et Laetitia Tabard (Université du Mans) : Le Moyen Âge des enfants. Modèles, mythes, résurgences dans la littérature pour la jeunesse (volume collectif en préparation, pour la collection « Mémoire du Moyen Âge », chez Champion).

 

CV institutionnel

Hélène Cordier (Université de Lausanne)

©Félix Imhof

Hélène Cordier est assistante diplômée en littérature médiévale française à l’Université de Lausanne, ainsi que coordinatrice du Centre d’études médiévales et post-médiévales de Lausanne (CEMEP). Sous la direction de Barbara Wahlen (MER, Université de Lausanne) et d’Anne Besson (Prof., Université d’Artois), elle rédige sa thèse de doctorat sur les réécritures contemporaines des textes arthuriens à destination des enfants, en touchant de près aux questions de l’adaptation et de la réception.

Plus d’informations sur sa page académique.

Appel: Sérialités narratives

Colloque international “Sérialités narratives: pour une approche décloisonnée des fictions au long cours“, organisé à l’Université de Genève les 26, 27 et 28 janvier 2023.

Date limite d’envoi des propositions: 31 mars 2022.

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 


Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Les axes de réflexion du colloque pourront être les suivants :

Conditions de production et matérialité : qu’il s’agisse des mécanismes de production des séries contemporaines, de ceux des sommes romanesques manuscrites, ou de la publication de feuilletons au XIXe s., la création fictionnelle au long cours nécessite des moyens financiers souvent conséquents et/ou doit se plier aux impératifs matériels de sa mise à disposition du public. L’étude de ce type de production culturelle ne peut se passer de la prise en compte de ces paramètres de production et de diffusion. Comment en rendre compte ? Par quels mécanismes affectent-ils la forme même du récit dans les fictions sérielles ? La prise en compte de ces critères est-elle de nature à affecter l’analyse narratologique des œuvres ? Ces questions ne sauraient se passer d’une réflexion sur les modes d’autorialité qui régissent la mise en œuvre des fictions sérielles. Pour ce qui est des créations cinématographiques et télévisuelles, la protection de la marque détermine la question de l’unité d’ensemble des produits. Mais on pourra aussi s’interroger sur les fonctions d’autorité narrative et sur leur productivité dans le cas des œuvres plus anciennes.

Approches socio-historiques : l’imaginaire social de la culture est traversé par des représentations opposant les goûts et les préférences esthétiques en fonction de catégories binaires (genres nobles ou populaires, culture de masse ou élitaire, œuvres classiques ou « tout public », etc.). Les formes sérielles sont souvent assimilées à des produits d’accès facile, adressés à un public large. Ce lieu commun résiste cependant difficilement à un examen, même superficiel. Les sommes romanesques médiévales ou l’Astrée visent un public de cour, et nombre de séries qui font l’objet de recherches académiques s’adressent à un public averti ou cultivé. Cependant, on constate aussi que la forme sérielle engendre des modes d’expertise qui se forgent en dehors des canaux reconnus de la critique. Les citations ou les allusions (intertextuelles ou autres) présupposent leur reconnaissance de la part des destinataires, mais cette compétence n’est pas réservée à une élite. De nombreux genres connaissent des formes d’art allusives. On le voit avec les bestsellers ou les blockbusters à forte vocation parodique. Comment les phénomènes citationnels, intertextuels ou transfictionnels interagissent-ils avec les pratiques de consommation et de création (réécritures, traductions, adaptations, continuations), « savantes » ou non, de la fiction sérielle ?

Questions formelles : Faut-il distinguer des catégories formelles dans la pratique de la sérialité (cycle, somme, feuilleton, série, etc.) ? Ces choix mobilisent-ils des poétiques différentiées ? Sont-ils déterminés par les modèles de temporalités (finies, infinies, référées à une eschatologie) qui gouvernent leur principe fictionnel (chronique ou saga, quête, conquête, enquête, etc.). Le rythme et la vitesse du récit, le séquençage, la distinction entre différentes « branches » du récit, les supports, la gestion de la temporalité sont-ils des critères pertinents pour opérer des délimitations et des définitions formelles ? En outre, ces questions de forme ne sont pas indépendantes des contraintes imposées par l’économie propre aux différents médias, ce qui oblige à multiplier le nombre de paramètres à prendre en compte au moment d’établir des catégories ou des distinctions entre différents modes narratifs.
Mondes virtuels et stéréotypes héroïques : La création sérielle est, du fait de son ampleur, confrontée à la question de la création de mondes virtuels et à celle du respect de critères de cohérence. Quel rapport la fiction institue-t-elle à la réalité ? Comment mobilise-t-elle les imaginaires disponibles ? Sur quel ensemble de références éthiques, politiques, religieuses fonde-t-elle son propre univers ? Comment en assume-t-elle les éventuelles contradictions ? De plus, la loi de l’amplification qui régit les narrations sérielles influe sur l’élaboration du personnel narratif, faisant souvent émerger des modèles héroïques inédits, suscités par la labilité des personnages, leurs dédoublements ou redoublements, la création de liens de filiation ou d’inimitié, etc. Dans le même temps, elles sont traversées par des phénomènes de répétition, de réduplication, de refoulement ou de ressassement qui questionnent le façonnage des personnages. Comment et avec quels outils appréhender la fabrique des figures d’autorité et la représentation des rapports sociaux de sexe, de classe et de race de ces économies virtuelles ? 

Les propositions de communication (20 minutes), d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques sont à envoyer au format PDF avant le 31 mars 2022 à l’adresse suivante : camille.carnaille [at] unige.ch. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications.

Comité d’organisation (équipe de recherche C7S)

Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), Simone Ventura (Université libre de Bruxelles), Camille Carnaille (Université libre de Bruxelles) et Prunelle Deleville (Université de Genève).

Comité scientifique :

E. Delanoë-Brun (Université de Paris), A. Hudelet (Université de Paris), N. Koble (ENS Paris), M. Letourneux (Université de Paris-Nanterre) ; M. Séguy (Université Paris 8) et J.-R. Valette (Sorbonne Université).

 

Parution: Petite histoire de la littérature médiévale

Alain Corbellari, Petite histoire de la littérature médiévale, Presses Inverses, 2021.

Près d’un siècle après la mort de Joseph Bédier, la littérature médiévale a encore bien des secrets à nous livrer. Saviez-vous que le sénéchal Keu était un fameux mélomane ? Que les chansons de geste existaient en version pour sourds et malentendants ? Que Jehan Froissart, le chroniqueur de la Guerre de Cent Ans, vouait une admiration sans bornes à Boris Vian ? Toutes ces révélations, et bien d’autres encore, sont exposées dans cette Petite histoire, dans le plus pur style des grands savants médiévistes et sans le moindre souci de vraisemblance.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: La force de l’épée

Martin Aurell, Excalibur, Durendal, Joyeuse. La force de l’épée, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

Excalibur, Durendal ou Joyeuse, ces noms évoquent spontanément un riche imaginaire médiéval. Attri – buer un nom propre à l’épée est une invention du Moyen Âge, significative de la personnalité de cet arte – fact exceptionnel, nullement inanimé. En symbiose avec son porteur, qui n’hésite pas à lui parler comme à une compagne, elle ne donne pas seulement la mort, elle vit, dégage de la lumière, est dotée d’une voix. Invincible, elle peut aussi se briser entre les mains d’un félon ou d’un couard. Un forgeron aux pouvoirs mythiques en est le créateur. Seul le chevalier aristocratique la reçoit au cours de l’adoubement… ou des mains d’une fée. Symbole du pouvoir du roi et de ses auxiliaires de la noblesse, elle est au cœur de la théorie des deux glaives, une profonde réflexion politique séparant le religieux du séculier dans la gouvernance de la société. Martin Aurell éclaire l’histoire de cet objet fascinant à la fois destiné à l’usage de la force, porteur de nombreux pou – voirs et paré de l’attrait du merveilleux.

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Parution : Alain Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

Moyen Âge et critique littéraire

Alain Corbellari

Presses Universitaires de Vincennes, coll. “Libre cours”, 2021

A. Corbellari, Moyen Âge et critique littéraire

DESCRIPTION :

Les histoires de la critique littéraire ne manquent pas, mais l’originalité du présent volume est de montrer que les médiévistes ont pris une part prépondérante et souvent insoupçonnée dans l’élaboration de ses modèles.

Basé sur l’expérience de l’auteur, qui travaille sur ces questions et les enseigne depuis trente ans, l’ouvrage propose une histoire de la critique littéraire vue du point de vue du médiévisme : on n’y trouvera donc pas toutes les écoles critiques, mais la plupart ont quand même pu y trouver place, soit que les médiévistes — au sens large du terme — les aient inventées ou infléchies de manière décisive, soit que la littérature ou l’art du Moyen Âge aient offert à des méthodes qui a priori ne les sollicitaient pas, des exemples susceptibles d’en éclairer et d’en consolider les principes.

SOMMAIRE :

Avant-propos

Chapitre I –  La philologie science-pilote

Les origines antiques de la philologie
Le renouveau humaniste
Science allemande et philologie romane
La naissance de l’histoire littéraire
Vers une nouvelle philologie

Chapitre II – Un formalisme à la médiévale

L’origine des contes
Chansons de geste et oralité
Le problème des troubadours
La « poétique médiévale » de Paul Zumthor
Des rhétoriqueurs à l’Oulipo
Du roman en prose à la transtextualité

Chapitre III – De Rome à Tintagel

Grandeur et misère de l’allégorie
Aux sources de l’affectivité médiévale
La redécouverte du médio-latin
L’empire des topoï
La revanche des celtisants : à l’origine des cultural studies ?
Un Moyen Âge pan-mythique

Chapitre IV – Le Moyen Âge si loin si proche

Nouvelle histoire et anthropologie historique
Marxisme et littérature médiévale
Bakhtine et la culture populaire
Denis de Rougemont et l’Occident
Du côté de l’anthropologie structurale
À la croisée des savoirs
Les aventures de la réception 

Chapitre V – Pour une herméneutique du soupçon

Le « surplus » médiéval
Lectures psychanalytiques
Une déconstruction à la médiévale
L’invention du féminisme
Désir mimétique et homosexualité
Un post-colonialisme avant la colonisation ?
Un Moyen Âge plus proche de la nature ?

Conclusion

Index des noms de personnes

Index notionnel

*

Un extrait de l’ouvrage est disponible sur le site de l’éditeur…

Lucie HERBRETEAU

Lucie Herbreteau est docteure en littératures anglaises et anglo-saxonnes, qualifiée maître de conférences (CNU section 11). Elle est actuellement chargée de conférences à l’Institut Catholique d’Etudes Supérieures à La Roche sur Yon, et chargée de cours à l’Institut Supérieur de Formation de l’Enseignement Catholique à Rennes.

 

  • Laboratoires

Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Patrimoines en Lettres et Langues (CIRPaLL UPRES EA 7457) de l’Université d’Angers. Pôle « Lettres, Langues et Sciences Humaines »

Littératures, Étrangéité, Mutations et Identités culturelles (LEMIC) équipe du département de recherche Lettres, Langues, Histoire et Arts de l’Université Catholique de l’Ouest, Angers

Centre de Recherche de l’ICES (CRICES)

 

  • Formation

2014 : Doctorat en littératures anglaises et anglo-saxonnes, Université d’Angers, sous la direction du Pr Yannick Le Boulicaut, mention Très Honorable à l’unanimité

Titre de la thèse : “De l’animal à la divinité : le dragon dans la littérature médiévale anglaise, entre réappropriation mythologique et création d’une nouvelle figure mythique”

 

  • Domaines de recherche

Littérature médiévale anglaise

Littérature comparée

Interculturalité et intertextualité dans les motifs médiévaux

Adoption, adaptation et actualisation des motifs médiévaux dans la culture contemporaine

Le dragon dans la littérature médiévale et la culture contemporaine

 

  • Publications récentes

« La femme et le dragon dans la littérature médiévale anglaise : Une question de pouvoir », Loxias, n°54 Doctoriales XIII, Revues Électroniques de l’Université de Nice, septembre 2016.

« Tuer le dragon ou s’en faire un ami : Réécrire la légende de Saint Georges et le dragon pour les enfants », Réécritures des mythes, contes et légendes pour l’enfance et la jeunesse, Intertextualité. Hradec Králové : Gaudeamus Univerzita Hradec Králové, 2016.

« ‘Mon oncle ! Mon oncle ! Le dragon ! Qu’est-ce qu’on fait ???’ Combattre le dragon dans Kaamelott ou réécrire la dracoctonie médiévale ». Kaamelott, un livre d’histoire. Paris: Vendémiaire, 2018.

« Le dragon au XXIe siècle: tradition, adaptation, rupture », Actes de la Journée des Doctorant(e)s. Paris : L’Harmattan, 2018.

« Une créature entre deux mondes : Le dragon dans la littérature médiévale anglaise », Journal of Philology and Intercultural Communication, n°4, Bucarest : Military Technical Academy Publishing House, juillet 2018.

« La créature nécessaire : évolution du dragon dans la littérature médiévale anglaise », Créer: créateurs, créations, créatures au Moyen-Âge. Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2019.

« Ami, ennemi, héros : Redéfinir le dragon médiéval pour les séries jeunesse », Médiévales, n°78, « Moyen Âge en séries », août 2020.

 

 

Anna Gęsicka 

Prof. agrégée, Chaire des Lettres Romanes, Université Nicolas Copernic, Toruń, Pologne

Domaine: littérature médiévale française

Doctorat 2003 : “Le stéréotype de la vieillesse dans la poésie française du XV siècle”, tuteur prof. Krystyna Kasprzyk, Université de Varsove.

Habilitation 2014 : “Między wolą a niewolą. Problem wyboru w krótkich narracjach francuskiej literatury dwornej XII i XIII wieku, Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, Toruń 2014, 375 p., ISBN 978-83-231-3102-1 [Entre volonté et dépendance. Le problème du choix dans les brèves narrations courtoises de la littérature française du XIIe et XIIIe siècle”], tuteur prof. Maciej Abramowicz, Université de Lublin/Université de Varsovie. 

Principaux axes de recherches :

  1. thème du temps, de la vieillesse et de la mort dans la poésie du Moyen Age tardif
  2. problématique volitive dans les narrations courtoises
  3. érotisme et sexualité
  4. intertextualité, médiévalisme

En cours d’écriture, un livre sur les adaptations théâtrales des cinq fabliaux faites au début du XX siècle par Jean Ott, dramaturge et poète.

Publications : https://www.human.umk.pl/wydzial/pracownicy/?eid=3107350

Articles sur le médiévalisme

« L’avilissement d’Aristote : traitement d’un motif au XIIIe et au XXe siècles », Médiévales. Etudes médiévales, numéro double 11-12, Amiens (2010), p. 345-353.

« Le loup-garou au Moyen Age et au XXe siècle : évolution du symbole dans Bisclavret de Marie de France, Mélion et Le Loup-garou de Boris Vian », Medievales 62, Amiens 2016, p. 191-202.

« Signes de présence : l’auteur dans les pièces de théâtre de Jean Ott (XXe siècle) », in : A. Gałkowski, T. Roszak (dir.), Semiotica generale – Semiotica specifica. Sémiotique générale – Sémiotique Spécifique, coll. „Signum-Idea-Verbum-Opus”, Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego, Łódź 2018, p. 141-152.

« Les trois aveugles de Compiegne de Cortebarbre (XIIIe siècle) et Les Trois Aveugles de Compiègne de Jean Ott (XXe siècle) : une analyse transtextuelle », Romanica Cracoviensia 2018,  no 4 (18),  p. 185-192, URL : http://www.ejournals.eu/Romanica-Cracoviensia/2018/Tom-18-%20Numer-4/art/13957/

« Entre jeu et nostalgie. Les topoï courtois dans Les Trois Aveugles de Compiègne de Jean Ott », Romanica Silesiana, No 2 (16) 2019, p. 19-28, URL : https://wydawnictwo.us.edu.pl/sites/wydawnictwo.us.edu.pl/files/00_rs_2019_2_16.pdf

Parution : “Les monstres dans la littérature allemande du Moyen Âge”

Les Editions La Völva, publient à Besançon, Les monstres dans la littérature allemande du Moyen Âge, de Claude Lecouteux, professeur émérite, Docteur en études germaniques et médiéviste. L’ouvrage comporte 880 pages, dont 16 pages en couleurs et 400 illustrations.

Elodie Pinel (Nanterre)

Elodie PINEL

Docteure en littérature médiévale, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, spécialiste des autrices du Moyen Âge, plus particulièrement de trobairitz et des écrivaines spirituelles.

Agrégée de lettres modernes, certifiée de philosophie (2020).

Vacataire à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Chevalier de l’ordre national du mérite (2021).

Critique littéraire pour la revue Etudes.

Autrice du roman Ce qui arrive backstage et de scénarios (production Benur Films).

Elodie Pinel a également enregistré des épisodes de podcast pour Majelan, la plateforme audio numérique créée de Mathieu Gallet, sous le titre “Réviser son bac de français”; et elle a participé à des émissions de vulgarisation littéraire pendant le confinement 2020 pour France Télévisions.

 

Doctorat de Littérature médiévale
« Auctoritas et oralité dans le Miroir des simples ames attribué à Marguerite Porete »
Dirigé par Jean-René Valette (Paris Ouest) et Sylvie Lefèvre (Paris Sorbonne)

 

Publications

Articles dans une revue à comité de lecture

« La similitude dans la Theologia Summi Boni d’Abélard » dans Revue des Sciences théologiques, Université de Strasbourg, octobre 2004, p. 519-537.

« Les femmes pieuses et le latin » dans Le Français pré-classique, à paraître.

 

Chapitres d’ouvrages collectifs

« Forme et sens chez Maître Eckhart et Marguerite Porete » dans Maître Eckhart : Une écriture inachevée, E. Mangin, E. Boncour et P. Gire (dir.), Grenoble, Jérôme Millon, 2017, p. 147-167.

« Pour une poétique des béguines » dans Poétiques de Paul Zumthor, I. Muzart et J.-R. Valette (éd.), Paris, Classiques Garnier, « Fonds Paul Zumthor », 2018.

« Marguerite Porete et l’extase » dans Expériences mystiques : énonciations, représentations et réécritures, F. Arama et G. Jouanneau-Damance (dir.), Paris, Garnier Classiques, « Rencontres », à paraître.

 

Articles dans des revues sans comité de lecture

« Un texte entre hérésie et orthodoxie : Le Miroir des simples âmes de Marguerite Porete » dans « Faire communauté », bulletin 32 de l’association Questes, 2015.

« Elle a passé la poincte du glaive : métaphores guerrières et paix spirituelle dans le Mirouer des simples âmes de Marguerite Porete » dans Camenulae, revue de l’ED « Mondes anciens et médiévaux » de l’université Paris Sorbonne, 2016.

« Je meesmes me sui mis en queste, et assez ai traveillé : Questes, quinze ans de recherche et d’amitié » avec Florian Besson, Adrien Carbonnet, Sarah Delale et Pauline Guéna, numéro spécial du bulletin de l’association Questes, 2016.

« Introduction » avec Anne Kucab dans L’hiver au Moyen Âge, bulletin de l’association Questes, Paris, Publications de l’Université Paris-Sorbonne, février 2017.

 

Recension d’ouvrages d’érudition

« Augustin entre ciel et terre », CR de Gisèle Mathieu‑Castellani, Les Larmes d’Augustin, Paris, Cerf, 2011 dans Acta Fabula, 2012.

« La Bibliothèque des Papes », CR de Maria Alessandra Bilotta,I libri dei papi : La Curia, il Laterano e la produzione manoscritta ad uso del Papato nel Medioevo, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, « Studi e testi », 2011, dans Acta Fabula, 2013.

« Le théâtre du monde au prisme de la nouvelle » , CR d’Alexandra Velissariou, Aspects dramatiques et écriture de l’oralité dans les  Cent Nouvelles nouvelles, Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque du XVe siècle », 2012 dans Acta Fabula, 2014.

« Au bout du voyage : Alexandre à travers le temps et l’espace », CR de Les Voyages d’Alexandre au paradis, Catherine Gaullier-Bougassas et Margaret Bridges (éd.), Turnhout, Brepols, 2013 dans Acta Fabula, 2015.

« Moyen Âge et idéologie : le pouvoir du jeu », CR de Helen Solterer, Un Moyen Âge républicain, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2015 dans Acta Fabula, 2016.

 

Conférences et communications non publiées

« Les Confessions d’Augustin : un modèle pour Abélard ? », troisième séance du séminaire de recherche « Les Confessions d’Augustin dans la littérature européenne », ENS Ulm, Département « Littératures et Langages », 6 mars 2012.

« Une écriture du quotidien faite d’images : reflets du Miroir de Marguerite Porete », journée d’étude doctorale de l’école doctorale « Centre des Sciences des Littératures en langue Française » de l’université Paris Ouest, premier semestre 2015.

« Gender Studies et médiévistique », participation au séance de méthodologie de l’association Questes dirigée par Céline Ménager, 5 février 2016.