Archives par étiquette : littérature arthurienne

Parution : Matière arthurienne tardive

La matière arthurienne tardive en Europe, 1270-1530

Late Arthurian Tradition in Europe

Christine Ferlampin-Acher (dir.)

Presses Universitaires de Rennes, 2020.

La matière arthurienne tardive en Europe... de Christine Ferlampin-Acher -  Grand Format - Livre - Decitre

Fruit de la collaboration d’une équipe internationale de 73 chercheurs, ce livre met en lumière la diversité des formes que prend la mode arthurienne à la croisée du Moyen Âge et de la Renaissance. Il montre comment cette matière a contribué à constituer en Europe un imaginaire commun, bien au-delà de l’aristocratie. La production arthurienne des diverses aires (italienne, ibérique, germanique, anglaise, écossaise, irlandaise, galloise, scandinave, sans oublier les témoins en biélorusse, grec, tchèque, néerlandais ou latin) est analysée afin de mettre en évidence les rythmes propres à chaque espace et les dynamiques d’échanges entre les aires.

Avec le soutien de l’Institut universitaire de France.

Sommaire

  • La matière arthurienne tardive : contextes
  • La matière arthurienne tardive en France et en français : histoire d’un déclin ?
  • Le mythe d’Arthur sur les routes d’Italie, du Moyen Âge à l’Humanisme
  • Espace ibérique : joutes splendides, merveilles et nostalgie
  • Adapter et récrire la matière de Bretagne en Scandinavie médiévale
  • (Ré)appropriation de la matière de Bretagne en Irlande et au pays de Galles
  • Arthur dans la littérature allemande des XIVe-XVIe siècles : par-delà les frontières génériques
  • La littérature arthurienne tardive en moyen néerlandais dans les Pays-Bas
  • La tradition arthurienne tardive en Angleterre et en Écosse : du Moyen Âge au début de l’époque moderne
  • Diffusions : d’ouest en est, d’est en ouest, d’une matière déclinante à un mythe conquérant

Marie HAMEL

Doctorante à l’Université de Rouen

Thèse en cours : Maladroits et maladresse dans la matière de Bretagne moderne et contemporaine, sous la direction de Florence Fix

http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/?marie-hamel.html 

Bibliographie : 

–    Hamel Marie, « Perceval dans Kaamelott ou l’éloge de la maladresse », dans María Pilar Suárez et Michèle Gally (dir.), Figures de Perceval. Du Conte du Graal au xxie siècle, Madrid, UAM ediciones, « estudios » n°188, 2019, p. 303-313 (acte de colloque).

–    Hamel Marie, « La série britannique Merlin, du prophète omniscient au sorcier en formation », Fantasy art and studies, 7, automne 2019, p. 79-86 (revue avec comité de lecture).

Appel : Fantasy Arthurienne


Appel à articles / Call for Papers
pour la revue en ligne Fantasy Art and Studies n°7
La Fantasy du roi Arthur / King Arthur’s Fantasy

Les articles sont à envoyer à l’adresse fantasyartandstudies@outlook.com pour le 22 juin 2019.


(English version below)
Développées depuis le IXe siècle en Europe, les légendes du roi Arthur, du sorcier Merlin et des chevaliers de la Table ronde continuent de s’épanouir aujourd’hui dans le monde entier, notamment à travers des réécritures et des adaptations de Fantasy. Qu’il s’agisse du roman pédagogique The Sword in the Stone (1938) de T.H. White, de l’étonnante version anime de King Arthur (1979-1980), de la réécriture féministe de Marion Zimmer Bradley dans Les Dames du Lac (1983), ou du Cycle initiatique de Merlin (2003-2018), centré sur une lecture celte et proposé en bande dessinée par Jean-Luc Istin et Eric Lambert, la Fantasy puise très régulièrement dans les différentes facettes des légendes arthuriennes pour en interroger la pérennité et la pertinence aujourd’hui. Le grand nombre de personnages et de créatures mythologiques, ainsi que le caractère universel des thèmes abordés – comme l’amitié, la trahison, le pouvoir –, permettent aux légendes arthuriennes d’être adaptées à tous les contextes historiques et géographiques, ainsi qu’à toutes les atmosphères, de la fantasy historique de la Saga du roi Arthur de Bernard Cornwell (1995-1997) à la light fantasy de Sacré Graal ! des Monty Python (1975) et de Shrek le Troisième (2007). L’ajout de personnages originaux dans l’environnement royal, comme la jeune Ana dans L’Apprentie de Merlin de Fabien Clavel (2010-2013), permet de déplacer l’action tout en restant fidèle à un cadre familier – qui plaît tant aux lecteurs.
Qu’apporte le roi Arthur aux oeuvres de Fantasy ? L’intérêt des légendes tirées du Moyen Âge réside-t-il dans leur universalité, ou au contraire dans ce qu’elles ont de surprenant pour le lecteur contemporain ? Comment les thèmes épiques et magiques, si chers à la Fantasy, sont-ils articulés pour satisfaire le lectorat des XIXe, XXe et XXIe siècles ? Quel est le rôle des réécritures modifiant la perspective, et apportant par exemple le point de vue des méchants traditionnels, comme Mordred et Morgane ?

Continuer la lecture

Parution : Arthuriana pour enfants


Malory’s Magic Book. King Arthur and the Child, 1862-1980, 
Elly McCausland, Boydell and Bewer « Arthurian Series », 2019


Arthur Drawing the Sword from the Stone, Walter Crane (Illustration)

An examination of the numerous adaptations of Malory’s Morte Darthur for children in the nineteenth and twentieth centuries.From the time when the writer J.T. Knowles first adapted Thomas Malory’s Morte Darthur for a juvenile audience in 1862, there has been a strong connection between children and the Arthurian legend. Between 1862 and 1980, numerous adaptations of the Morte were produced for a young audience in Britain and America. They participated in cultural dialogues relating to the medieval, literary heritage, masculine development, risk, adventure and mental health through their reworking of the narrative.
Covering texts by J.T. Knowles, Sidney Lanier, Howard Pyle, T.H. White, Roger Lancelyn Green, Alice Hadfield, John Steinbeck and Susan Cooper, among others, this volume explores how books for children frequently become books about children, and consequently books about the contiguity and separation of the adult and the child. Against the backdrop of Victorian medievalism, imperialism, the rise of child psychology and two world wars, the diverse ways in which Malory’s text has been altered with a child reader in mind reveals changing ideas regarding the relevance of King Arthur, and the complex relationship between authors and their imagined juvenile readers. It reveals the profoundly fantasised figures behind literary representations of childhood, and the ways in which Malory’s timeless tale, and the figure of King Arthur, have inspired and shaped these fantasies. 

Dr ELLY MCCAUSLAND is Senior Lecturer in British and American literature at the University of Oslo.

Table des matières

Introduction
‘Ever fresh and fascinating to the boy and girl of today’: the timeless child and the childish medieval in nineteenth-century Arthuriana
Risk and revenue: adventurous Arthurian masculinities in the work of Howard Pyle and Henry Gilbert
The ill-made adult and the mother’s curse: psychoanalysing the Arthurian child in T. H. White’s The Once and Future King
‘Monty Python was not that far away’: the instability of 1950s Arthuriana for children
‘For a little while a magician’: potent childish fantasies in John Steinbeck’s Acts of King Arthur and his Noble Knights
Conclusion: At the crossing-places
Bibliography

Florence Marsal (Université du Connecticut)

Florence Marsal est Associate Professor in Residence à l’université du Connecticut. Ses domaines de recherche sont la littérature arthurienne en Ancien Français, en particulier le cycle du Lancelot en prose, et les auteurs contemporains, Jacques Roubaud plus particulièrement. Elle a publié plusieurs articles sur ces sujets, notamment dans la revue L’Esplumeoir (revue de la Société Internationale des Amis de Merlin). Son livre, Jacques Roubaud : Prose de la mémoire et errance chevaleresque, est paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2010.

Colloque : littérature arthurienne tardive

Colloque de clôture du projet LATE (Littérature arthurienne tardive en Europe)

« La littérature arthurienne tardive en Europe (1270-1530) : approches comparatives »

Rennes 2, 1-2 février 2018

(CELLAM EA 3206 Rennes 2, Institut Universitaire de France)

Organisé par le CELLAM, Rennes 2, avec le soutien de l’Institut Universitaire de France

Bâtiment B, salle recherche

Contacts : Nelly Bregrault: nelly.bregeault@univ-rennes2.fr

Christine Ferlampin-Acher: christine.ferlampin-acher@univ-rennes2.fr

 

Jeudi 1er février 2018

8h30: accueil des participants

8h45: Ouverture : Christine Ferlampin-Acher (université Rennes 2) : bilan de LATE

9h (translationes 1 ) : Anne Berthelot (université du Connecticut): Des Romans de Merlin tardifs en français et anglais : approche comparatiste ( Roman des fils du roi Constant,  Prophesies de Merlin, Of Arthour and of MerlinMerlin d’Harry Lovelich et le Prose Merlin)

9h45 (translationes 2) : Christine Ferlampin-Acher (université de Rennes): Arthur de Bretagne, entre France, Angleterre et Islande, réévaluation d’un succès ?

10h30 : pause

11h (milieux 1) : Florient Coste (École Française de Rome) : La matière arthurienne, entre histoire, épopée et morale (Gênes-Pise, 1284-1298)

11h45 (milieux 2) : Annarita Palumu (université de Cagliari) : La récuperation de la légende arthurienne du Graal au début du XVIe siècle. La Demanda del Sancto Grial, entre remaniement et propagande messianique, prolongements, réécritures et réinventions (françaises,  portugaise, espagnoles)

12h30- 14h30 : repas

14h30 (littérature tchèque 1) : Martin Šorm (Université Charles de Prague): Highlighting fragile masculinity in the Czech medieval Tandariáš, Czech medieval adaptation of Der Pleier’s Tandareis und Flordibel

15h15 (littérature tchèque 2) : Matouš Jaluška (Czech Academy of Sciences) : Like Lord, Like Service. Nexus of place, love and domination in Old Czech Tristram and its neighbours

16h (littérature tchèque 3) : Matouš Turek (université Rennes 2/ université Charles de Prague) : Quelles « matières » en vieux tchèque ?

16h 45 : Pause

17h (chevaliers au cygne, au dragon 1) : Cora Dietl (université de Giessen): The Swan Knight‘s Way into Late European Arthurian Literature

17h45 (chevaliers au cygne, au dragon 2) : Emanuele Arioli (Paris IV/ Collège de France, ENS Pise) : Le chantier enseveli de Ségurant ou le Chevalier au Dragon

 

Vendredi 2 février 2018

9h : accueil des participants

9h15 (le roi Arthur1):  Raluca Radulescu (université de Bangor) : Arthur and the Brutchronicles: the hero who never changes?

10h (le roi Arthur 2) : Barbara Wahlen (université de Lausanne) et Géraldine Toniutti(université de Lausanne): la figure d’Arthur dans les romans en vers tardifs allemands et français

10h45 : pause

11h (des femmes – et des hommes 1) : Ceridwen Lloyd-Morgan (Public Library Of Wales ; université de Bangor): L’enlèvement de Guenièvre dans la littérature galloise et française

11h 45 (des femmes – et des hommes 2 ) : Hélène Tétrel (université de Bretagne Occidentale) et Ásdis Magnusdottir (Université d’Islande): La tradition du manteau d’épreuve dans la littérature islandaise et les littératures européennes

12h30 : repas

14h (arts de vivre… 1): Rosa Helena Chinchilla (université du Connecticut) : Novels of Chivalry, Courtly Feasts in Castile, England, Portugal and the Low Countries, 1370-1516.

14h45 (arts de vivre… 2): Dienstbier Jan (université Charles de Prague): Arthurian murals in central Europe

15h30 (arts de vivre… 3): Le Deschault de Monredon Térence (unversité autonome de Barcelone) : Le niais Perceval : un curieux modèle pour les chevaliers alpins de la fin du XIIIe siècle. Le cycle peint de la grande salle du Châtel de Theys (Isère)

16h15: conclusions : discussion autour des approches comparatistes de la matière arthurienne tardive.

Virginie THOMAS (CPGE Lycée Champollion)

Virginie THOMAS est professeur agrégée d’anglais, docteur de l’Université Grenoble 3 en Langues et Littératures Etrangères et qualifiée aux fonctions de MCF pour la 11e section.

Elle est professeur en Khâgne Ulm et Lyon au Lycée Champollion (Grenoble) où elle enseigne la littérature anglophone et la traduction.

Elle a consacré sa thèse à l’étude des représentations de la femme dans les transpositions des légendes arthuriennes dans la littérature et dans l’art britanniques du XIXe siècle au début du XXe siècle.

Ses principaux domaines de recherche:

– Les transpositions britanniques de la matière de Bretagne au XIXe siècle

– La représentation de la Femme Fatale dans la peinture préraphaélite

– La relation texte-image

 

Ses dernières publications:

– « Le portrait de la femme fatale dans l’œuvre de Frederick Sandys : entre séduction et sidération » dans La Séduction de l’image 1, revue L’Atelier vol. 8 n°2, 2016.

http://ojs.u-paris10.fr/index.php/latelier/article/view/460/html

– « Le Renouveau arthurien ou le monde de Camelot à l’épreuve de l’éthique victorienne. L’exemple de ‘Tristram and Iseult’ de Matthew Arnold » dans Le Néo. Sources, héritages et réécritures dans les cultures européennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, pp.153-167.

– « Balin à l’époque victorienne: De Malory aux réécritures de Tennyson et de Swinburne ». Bulletin des Anglicistes Médiévistes (AMAES) n°86, hiver 2015, pp. 69-100.

– « L’Emergence de l’écriture d’A. C. Swinburne : des Préraphaélites à Turner », revue Textimage. Varia 4, 2014.

http://www.revue-textimage.com/09_varia_4/thomas1.html

– « The Female Body in Frederick Sandys’s Paintings, or the Sublimation of Desire », chapitre d’ouvrage collectif dans Sensational Visual Pleasures in Cinema, Literature and Visual Culture. The Phallic Eye. Ed. Gilad Padva and Nurit Buchweitz, Palgrave Macmillan, 2014, pp. 277-288.

– « The Waste Land de T.S. Eliot: de la quête du Graal à la quête d’une écriture post-apocalyptique » dans Le Graal: genèse, évolution et avenir d’un mythe. Ed. Danielle Buschinger, Presses du Centre d’Etudes Médiévales, 2014, pp. 321-330.

– « ‘The Lady of Shalott’: le corps féminin confronté aux carcans idéels victoriens ». Logosphère. Revue d’Etudes Linguistiques et Littéraires (Université de Grenade) vol. 9 « Cor(p)sages de femmes », pp. 191-203.

– « ‘Tristram of Lyonesse’ de Charles Algernon Swinburne, ou l’amour transcendé par le destin », dans Tristan et Yseut, ou l’éternel retour. Ed. Danielle Buschinger, Presses du Centre d’Etudes Médiévales, 2013, pp.333-343.

– « La Méduse Viviane dans l’art victorien » dans « Peut-on regarder Méduse », revue MuseMedusa, Université de Montréal, 2013.

http://musemedusa.com/dossier_1/thomas/