Archives par étiquette : littérature

Appel: Vie, mort et destin du château (1792-1871)

La journée d’étude « De pierre et de larmes: vie, mort et destin du château de 1792 à 1871« , organisée par Guillaume Cousin (Textes et Cultures, Université d’Artois) et Florence Fix (CEREdI, Université de Rouen-Normandie), se déroulera à Rouen le 4 février 2022.

Date limite: 15 septembre 2021.

Symboles de l’Ancien Régime, décriés et parfois détruits ou dispersés dans la période postrévolutionnaire, nombre de châteaux du territoire français passent de mains en mains, d’un usage privé à une intégration dans le patrimoine national, de l’aristocratique au public, ce dernier n’étant pas toujours muséal. De la mise sous séquestre des biens des émigrés en 1792, qui entraîne parfois leur vente ou leur démolition, à l’incendie des Tuileries lors de la Commune de Paris en 1871, il s’agit d’interroger les représentations des châteaux français en art et en littérature à l’aune de leur réutilisation, rénovation, destruction, dispersion.

En effet, les réfections, l’entretien des châteaux sont des enjeux importants de la réflexion comme de l’imaginaire qui les entoure au xixe siècle : gouffre financier, ruine coûteuse parfois nimbée de mélancolie, caprice inutile, énormité splendide ou énormité dispendieuse, le château fait rêver, penser mais aussi calculer.

On s’intéressera ainsi aux réemplois, usages et réaffectations des châteaux :

– comme lieux d’exil et d’emprisonnement (Abd El-Kader à Amboise), parfois condamnation d’hommes de pouvoir qui auraient pu prétendre à la propriété de tels lieux ; ces usages géopolitiques et leur réemploi fictionnel nourriront une réflexion sur les valeurs liées au château. 

– comme lieux symboliques d’une société en (re)construction : usages révolutionnaires et postrévolutionnaires des habitats nobiliaires par l’État ; représentations de la possession et du logis redistribuant des rôles entre aristocratie/bourgeoisie, maîtres/paysans ; le « parvenu », capitaine d’industrie, grand financier ou commerçant, demi-mondaine fortunée faisant l’acquisition d’un château est une réalité que l’on pourra articuler avec des mises en scène fictionnelles (Isidore Lechat dans Les affaires sont les affaires est le propriétaire du trop vaste château de Vauperdu par exemple.)

– comme lieux symboliques d’une identité fondée sur l’Histoire : départ ou retour d’émigration, perpétuation ou fin de l’ancrage local d’une maison aristocratique ; la mélancolie qu’un Balzac ou un Vigny attache au château connaît des variantes dans le roman populaire (Paul Féval) et l’on pourra être sensible également aux représentations liées à une région (l’imaginaire du château breton n’est pas le même que celui du château tourangeau).

– comme lieux d’une conversion à l’usage collectif : caserne, école, mairie etc. ;

– comme lieux à détruire, recomposer : lotissements, ventes des matériaux et des biens, redistribution des terres : la déploration par Hugo des agissements de la « bande noire » peut être croisée avec des représentations très enthousiastes de la destruction comme aube d’un jour nouveau.

Les communications croisant l’histoire de l’art et de l’architecture et la littérature, ainsi que l’étude de la presse et du discours politique sont particulièrement bienvenues. De même, l’articulation de textes fictionnels et non-fictionnels retiendra notre intérêt.

Les propositions de communications accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser pour le 15 septembre 2021 à jechateauxrouen [at] gmail [dot] com

La journée d’étude qui se tiendra à l’Université de Rouen-Normandie le 4 février 2022 sera suivie d’une publication en ligne.

Parution: Le genre en littérature

Marie-Françoise Berthu-Courtivon et Fabienne Pomel (dir.), Le genre en littérature. Les reconfigurations masculin/féminin du Moyen Âge à l’extrême contemporain, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Cet ouvrage étudie le brouillage des normes et des stéréotypes de genre dans les textes littéraires, du Moyen Âge au XXIe siècle. Ce concept de genre, qui a profondément transformé l’approche des sciences sociales et humaines, restait encore peu exploité dans les études littéraires. Qu’ils soient de l’ordre du jeu, qu’ils relèvent d’une résistance politique ou de perturbations esthétiques, les phénomènes d’hybridation et de réversibilité des codes viennent défier les performances traditionnelles de genre. Si le travestissement reste pendant des siècles l’outil principal du brouillage, la modernité sonde les voies d’un au-delà multiple du genre, allant d’une érotique subversive à des interpénétrations existentielles et identitaires de fond, particulièrement sensibles dans les littératures contemporaines d’expression française de par le monde.

Tous les détails et la possibilité de commande sont sur le site de l’éditeur.

Colloque: La Mondialisation de Dante (Europe)

Le colloque international « La mondialisation de Dante I: Europe » se déroulera les 7 et 8 octobre 2021 au Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine (Nancy).

Ce projet fait suite à plusieurs manifestations qui se sont déroulées, depuis 2018, dans le cadre du projet MODA (La Mondialisation de Dante) porté par Giuseppe Sangirardi (LIS) avec la collaboration d’Antonella Braida (IDEA). Il traite des multiples formes de la réception moderne de l’œuvre de Dante en Europe, selon trois directrices principales correspondant aux trois sections du programme du colloque:

L’Europe d’ailleurs: Il s’agit d’étudier la réception littéraire dans ses différentes expressions (critique, récriture et intertextualité, imitation d’auteur et phénomènes génériques) à partir du XIXe siècle, en portant une attention particulière aux pays et aires culturelles des quatre grands foyers du ‘dantisme’ au XIXe siècle : Italie, Allemagne, Angleterre et France. L’objectif est de tracer une première cartographie de l’expansion de la réception dantesque, de sa logique et de sa dynamique.

Loin de la littérature: Il est ici question d’explorer – mais pour l’Europe entière, et avec une attention privilégiée pour les pays ‘périphériques’, habituellement moins convoqués dans ce type de recensement- les formes extra-littéraires de la réception dantesque moderne et contemporaine (toujours depuis le XIXe siècle), allant des arts figuratifs au cinéma, du théâtre à la musique, de la bande dessinée au street art. Et ce, en incluant les langages plus directement déterminés par les activités économiques, comme la publicité, la production de gadgets, etc., qui seront appréhendés selon une approche sémiologique, sociologique ou plus largement culturelle.

Archives: L’objet de l’analyse est ici constitué par les formes d’archivage concernant la réception de Dante : les traditionnelles (bibliographies, répertoires imprimés, notes de synthèses), mais surtout les plus novatrices et liées aux technologies numériques (sites internet, réseaux sociaux, plateformes). Le but est de partir du recensement de l’existant pour parvenir à des créations originales et fonctionnelles.

Le programme et tous les détails sont disponibles sur le site de l’université.

Colloque: Fantasy et féminismes

Du  11 au 14 mai 2021, le colloque international « Fantasy et féminismes: Aux intersections du/des genres« , proposé par le CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) se déroulera en ligne, en accès libre.

Il est organisé par Marion Gingras-Gagné (CRILCQ, IREF, UQAM), Pascale Laplante-Dubé (CRILCQ, IREF, Textes et Cultures, UQAM, Université D’Artois) et Marie-Lucie Bougon (Textes et Cultures, Université D’Artois).

 

Ce colloque a pour objectif de réunir des chercheuses et des chercheurs de multiples disciplines et universités afin d’interroger les intersections possibles entre la fantasy et les théories féministes et queer, d’en élargir les possibilités critiques et d’en questionner les a priori. Que peuvent apporter les approches féministes et les études queer aux perspectives développées pour étudier la fantasy en tant que genre, mais aussi les phénomènes faniques, militants et commerciaux qui l’entourent? Comment peut-on aborder les productions de fantasy en évitant de reconduire une perspective binaire, et en s’intéressant plutôt aux dynamiques de genres sexués et aux marges?

Le programme est accessible en ligne et sur la page Facebook de l’événement.

Les inscriptions sont ouvertes et gratuites.

 

 

Marie HAMEL

Doctorante à l’Université de Rouen

Thèse en cours : Maladroits et maladresse dans la matière de Bretagne moderne et contemporaine, sous la direction de Florence Fix

http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/?marie-hamel.html 

Bibliographie : 

–    Hamel Marie, « Perceval dans Kaamelott ou l’éloge de la maladresse », dans María Pilar Suárez et Michèle Gally (dir.), Figures de Perceval. Du Conte du Graal au xxie siècle, Madrid, UAM ediciones, « estudios » n°188, 2019, p. 303-313 (acte de colloque).

–    Hamel Marie, « La série britannique Merlin, du prophète omniscient au sorcier en formation », Fantasy art and studies, 7, automne 2019, p. 79-86 (revue avec comité de lecture).

Appel : Fantasy et Histoire(s)

Fantasy et Histoire(s)

22-23 mai 2018

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Appel à communication

La fantasy, ou « l’histoire-fiction » ? On peut être tenté de la qualifier ainsi, en un clin d’œil au genre voisin de la « science-fiction », tant l’Histoire, ou peut-être les Histoires, constituent la grande affaire de ce genre du merveilleux contemporain, grandi sous l’ombre tutélaire de Tolkien pour atteindre sa pleine croissance ces dernières décennies – comme la Science, les sciences, étaient l’enjeu central pour la SF, en y suscitant les mêmes paradoxes féconds : comment une science, fût-elle humaine (trop humaine), peut-elle produire de la fiction ? Comment les histoires s’emparent-elles de l’Histoire, et à quel prix ? La question des rapports entre documentation et imagination, érudition et création, qui se pose également au roman historique par exemple (on s’intéressera à la frontière mouvante entre ces genres) le fait de façon originale pour des univers de fantasy qui trouvent leur ancrage caractéristique dans un passé revu et corrigé par la présence du surnaturel. Le cadre néo ou pseudo-médiéval qui s’impose au cœur du genre, dans la fantasy « épique » dite encore « medieval fantastic » (medfan), est particulièrement représentatif de cette histoire revisitée, mais l’important développement des uchronies ou de sous-genres comme la « fantasy historique » ou la « fantasy néo-victorienne » amène à généraliser le constat, et à se pencher de façon systématique sur lesréinvestissements de l’Histoire en fantasy comme sur la fantasy dans son lien à l’histoire et à son histoire.

Ce premier colloque universitaire organisé dans le cadre du Festival des Imaginales fait suite à différents travaux consacrés au Moyen Âge de la fantasy (notamment dans le cadre de l’association « Modernités médiévales »[1]), à l’Histoire dans le jeu de rôle[2]), ou encore aux imaginaires de périodes, Antiquité et Renaissance, lors des deux colloques organisés autour de Sandra Provini et Mélanie Bost-Fievet[3]. On privilégiera cette fois les synthèses et l’approche théorique, qui peuvent toutefois s’appuyer sur des exemples monographiques. Les questions suivantes seront notamment abordées :

– l’histoire de la fantasy : quelles sont les origines du genre et comment réécrit-il sa propre histoire, en la faisant remonter aux mythes et légendes ?

– le rapport entretenu à l’Histoire à l’intérieur du monde fictionnel : comment l’épaisseur temporelle qui donne sa consistance au monde se traduit-elle en historiographie de ce monde ? Ecriture des mémoires, de la chronique, dispositifs narratifs rendant compte des strates chronologiques successives.

– quelles histoires ? périodes privilégiées et variations/évolutions des regards posés sur celles-ci. Quelles conceptions de l’Histoire ?

– rapport entre roman historique et fantasy, uchronies et fantasy historique

– le domaine des jeux, entre véracité et plaisir ludique ; jeux de rôle Grandeur Nature et reconstitutions historiques.

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 28 février 2018 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com

 

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Comité scientifique :

Georges Bertin (directeur de recherches en sciences sociales, CNAM Pays-de-la-Loire)

Vincent Ferré (Pr Littérature comparée, U. Paris-Est Créteil)

Lauric Guillaud (Pr émérite, Littérature anglaise, U. Angers)

Jean-Clément Martin (Pr émérite, Histoire contemporaine, U. Paris I-Panthéon-Sorbonne)

Denis Mellier (Pr, Littérature comparée, U. Poitiers)

Sandra Provini (McF, Littératures de l’Antiquité et de la Renaissance, U. Rouen)

Eric Vial (Pr, Histoire contemporaine, U. Cergy-Pontoise)

Myriam White-Le Goff (McF HDR, Littérature et langue médiévale, U. Artois)

 

[1] Par exemple Le Moyen Âge en jeu, sous la direction de Séverine Abiker, Anne Besson et Florence Plet-Nicolas, Eidôlon n°86, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, et Fantasmagories du Moyen Âge, sous la direction de Valérie Naudet et Elodie Burle, Publications de l’Université de Provence, Senefiance n°56, 2010. Mais aussi le colloque « Kaamelott, la (re)lecture de l’histoire », organisé par Justine Breton et Florian Besson, Paris-Sorbonne, 24-25 mars 2017.

[2]  En particulier dans Jeu est un autreYellow Submarine no134, Lyon, Les Moutons électriques, 2009 et dans la thèse d’Antoine Dauphragne, Du savoir historique au savoir ludique. La médiatisation de l’histoire dans les jeux de rôle, soutenue le 3 décembre 2010 à l’Université Paris 13.

[3] « L’Antiquité gréco-­latine aux sources de l’imaginaire contemporain », 
7­-9 juin 2012colloque organisé par Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE),
David K. Nouvel et Sandra Provini (Université de Rouen) ; « Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine », Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE) et Sandra Provini (Université de Rouen).

 

Appel : Jeanne d’Arc en littérature

Appel à communication pour un colloque international

L’image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXesiècles : de la sainte nationale à la figure européenne

Université de Lorraine, site de Nancy.

16-17 octobre 2018.

Colloque organisé par les laboratoires de recherche CERCLE (EA 4372) et ECRITURES (EA 3943) de l’Université de Lorraine, en partenariat avec Le Porche (Association des Amis de Jeanne d’Arc et de Charles Péguy) et le Centre Jeanne d’Arc-Charles Péguyde l’Université d’État de Saint-Pétersbourg

Responsables scientifiques : Lioudmila Chvedova & Jean-Michel Wittmann.

 

Argumentaire :

Figure historique et sainte canonisée par l’Église catholique, mais aussi personnage littéraire, Jeanne d’Arc présente la particularité d’avoir fasciné les écrivains européens autant que les écrivains français. L’intérêt pour cette héroïne française a en effet largement dépassé les frontières nationales. L’anthologie de textes poétiques Jeanne d’Arc, la voix des poètes. De Christine de Pizan à Léonard Cohen (textes réunis par Yves Avril et Romain Vaissermann, Orléans, Paradigme, 2008) composée de plus d’une centaine de poèmes consacrés à Jeanne d’Arc, du XVe au XXIe siècle, témoigne bien du rayonnement de cette figure dans plusieurs pays, Continuer la lecture

Journée « Alibis médiévaux »

Journée d’étude « Alibis médiévaux »

Université Grenoble-Alpes, vendredi 29 janvier 2016

MSH – Salle de réunion (2e étage)

UFR de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères
Université Grenoble Alpes
Équipe d’accueil LUHCIE

decameron

Programme

10h – 10h30 : Accueil des participants

10h30 -12h00 :

Table ronde

Le débat sera animé par Debora Barattin, Francesco Bonelli et Filippo Fonio, avec la Continuer la lecture

Appel : « Inventer la littérature médiévale »

Appel à communication pour un colloque

« Inventer la littérature médiévale (XVIe-XVIIe siècle) »

Université de Lausanne, 6-7 octobre 2016. Réponses attendues pour le 30/01/16.

«Littérature du Moyen Âge» est une catégorie relativement récente dans la longue histoire de l’étude des textes médiévaux. L’expression semble ne pas remonter en-deçà de la première moitié du XIXe siècle. En France, par exemple, Abel-François Villemain la retient comme titre de vingt-quatre leçons de son Cours de littérature française donné en Sorbonne (1829–1830) et Émile Lefranc comme sous-titre d’un tome de son Histoire élémentaire et critique de la littérature (1840). En 1852, Paulin Paris la revendique pour l’intitulé d’une chaire qu’il souhaiterait voir fonder au Collège de France et qu’il occupe dès 1853. Par «littérature», ces intellectuels comprennent des œuvres dotées d’une valeur «esthétique», expressions du «génie» ou de l’«esprit» national. Continuer la lecture