Archives par étiquette : jeux

Colloque : Vous êtes dans une taverne…

Le colloque interdisciplinaire “Vous êtes dans une taverne… Retour sur 50 ans de jeux de rôle“, organisé par William Blanc, Justine Breton, Laurent Di Filippo, Stéphane Goria, Stacie Petruzzellis et Audrey Tuaillon Demésy, se déroulera à l’Université de Metz les 27 et 28 mars 2024. Il s’achèvera par une soirée de jeux de rôle (inscriptions à venir).

Programme

Mercredi 27 mars

 9h30 : Accueil des participants

 10h : Ouverture et mots de bienvenue

10h15 : Introduction du colloque

Session 1 – Raconter des histoires : fabriquer des imaginaires ?

Modération : Stéphane Goria

11h : Henri Desbois. Suppléments cartographiques. Les géographies parallèles de L’Appel de Cthulhu

11h30 : William Blanc. Comment s’invente un univers de fantasy rôlistique : le cas de Runequest.

12h : Pause déjeuner

Session 2 – L’altérité ludique : les personnages

Modération : Justine Breton

14h : Jean-Charles Ray. Ce que la lumière doit aux ténèbres. Le monstre horrifique dans l’évolution du jeu de rôle sur table, de l’opposition à l’incarnation

14h30 : Albert Leparc. Du brigand médiéval au « bandit » : origines et évolutions d’un adversaire universeldans les jeux de rôle.

15h : Pause café

Session 3 – Émergence et structuration d’une pratique ludique

Modération : William Blanc

15h30 : Benjamin Quénu. De l’art de sortir de l’auberge : le jeu de rôle, histoire d’une subculture en quête de légitimité

16h : Arthur Lefèvre. Les mémoires écrites d’un jeu oral. Conditions méthodologiques d’une histoire du jeu de rôle

16h30 : Sanne Stijve, David Robert et le GROG. L’histoire du jeu de rôle au regard du Guide du Rôliste Galactique

17h : Pascal Martinolli. Évolution historique et analyse bibliométrique de la recherche académique sur le jeu de rôle sur table dans les publications universitaires

17h30 : Fin de journée

 

Jeudi 28 mars

9h30 : Accueil des participants

Session 4 – Culture ludique étendue : approche transmédiatique

Modération : Audrey Tuaillon Demésy

10h : Adrien Charannat. Une histoire transmédiatique du jeu de rôle

10h30 : Anne Besson. Les romans de fantasy ludique chez TSR (1984-1995)

11h : Martin Carayol. Roland C. Wagner et la formation d’une culture littéraire rôlistique : la rubrique « Inspirations littéraires » de Casus Belli entre 1985 et 1999

11h30 : Philippe Lépinard. 50 ans de jeux de rôle et… 200 ans de wargaming. Aventures croisées et perspectives ludopédagogiques

 12h00 : Pause déjeuner

13h30 : Entretien avec Jean Balczesak. Laurent Di Filippo

14h15 : Pause café

Session 5 – Créer un univers : les mécaniques ludiques

Modération : Stacie Petruzzellis

14h30 : Bastien Wauthoz. Évolution du game design des jeux de rôles d’horreur lovecraftienne

15h : Coralie David et Jérôme Larré. Encoder la culture dans le jeu : le cas des jeux de rôle Reaganiens

15h30 : Simon Bréan. Cristalliser l’agentivité ludique : variations sur la fiche de personnage

16h : Conclusion du colloque. William Blanc, Justine Breton, Laurent Di Filippo, Stéphane Goria, Stacie Petruzzellis et Audrey Tuaillon Demésy

16h30 : Fin du colloque

19h : Soirée JDR

Appel à communications : The Games of Medievalism

La conférence annuelle de l’International Society for the Study of Medievalism, ayant pour thème “The Games of Medievalism“, se déroulera à Montclair et South Orange (New Jersey, Etats-Unis) et en visio, du 9 au 11 juillet 2024.

Date limite d’envoi des propositions : 20 février 2024.

Abstracts are welcomed for the thirty-seventh annual conference of the International Society for the Study of Medievalism, co-sponsored by Montclair State and Seton Hall Universities, located in northern New Jersey, 14 miles from New York City (accessible by public transit). Abstracts for in-person and virtual papers and panels are welcome. To propose a panel, please include all abstracts in a single file submitted by the organizer. This file should also include the names and contact information for all participants.  

Celebrating games and sport in this Olympic summer and considering the various kinds of play inherent in Medievalism, the conference will consider the discipline’s many layers. We will arrange local visits (as interest permits) for those participating in person: to the New Jersey branch of Medieval Times, the Yogi Berra Museum, the Montclair Art Museum, and/or The Cloisters branch of the Metropolitan Museum of Art. 

Housing options will include low-cost single or double accommodations on the campus of Montclair State University (circa $50-60/night) and room blocks in local hotels. 

We welcome papers and presentations on all topics of Medievalism, not limited to the conference theme.  We enthusiastically welcome proposals from presenters in (or addressing topics related to) regions outside North American, Western Europe, and the Anglophone World.  

Keynote

“A ‘Carnival of Architecture’: Race, Place, and Play in Oblivion and the Elder Scrolls Franchise,” Kevin and Brent Moberly, Old Dominion University and Indiana University

Suggested Topics

Medievalism in Video Games

Gaming the System (Medievalism in Geo-Politics, Economics)

Medievalism in Sports and Sports Culture

Games in Medieval Film

The Interplay of Medieval and Modern

Games in Medievalist Narratives

Jousts, Tournaments, Bohorts

Disguise, Cosplay, and Cross-Dressing

Games of Chance, Gambling, and Tavern Pursuits

Medievalism in Tabletop Games

Poetry Competitions or Challenges

The Play(s) of Medievalism

Playing with Medieval Medicine and other Techniques in the Modern World

Medievalist Musicals: Spamalot, Six, Pippin, Camelot, etc.

Games in the Construction of Medievalism

Medieval games in medievalist art or generative AI

Medievalism as Game

Chivalry, Courtesy, and other codes in Medievalism

Submission Instructions

Please submit your 200 to 250-word abstracts on the following Google Form by February 20: https://forms.gle/KCmquR8VungYzEoz9

Questions

Please contact conference organizers Elizabeth Emery and Angela Weisl: gamesissm [at] gmail.com

Parution : Playing the Middle Ages

Robert Houghton (dir.), Playing the Middle Ages. Pitfalls and Potential in Modern Games, Bloomsbury, 2023.

The Middle Ages have provided rich source material for physical and digital games from Dungeons and Dragons to Assassin’s Creed. This volume addresses the many ways in which different formats and genre of games represent the period. It considers the restrictions placed on these representations by the mechanical and gameplay requirements of the medium and by audience expectations of these products and the period, highlighting innovative attempts to overcome these limitations through game design and play.

Playing the Middle Ages considers a number of important and timely issues within the field including: one, the connection between medieval games and political nationalistic rhetoric; two, trends in the presentation of religion, warfare and other aspects of medieval society and their connection to modern culture; three, the problematic representations of race; and four, the place of gender and sexuality within these games and the broader gaming community.

The book draws on the experience of a wide-ranging and international group of academics across disciplines and from games designers. Through this combination of expertise, it provides a unique perspective on the representation of the Middle Ages in modern games and drives key discussions in the fields of history and game design.

 

Table des matières

List of Figures
List of Contributors
1 The Middle Ages in Modern Games: An Adolescent Field Robert Houghton, University of Winchester, UK
2 Unbending Medievalisms: Finding counterfactual history in sandbox games set in the Middle Ages, Ylva Grufstedt, Malmö University, Sweden
3 Playing the Sonic Past: reflections on sound in medieval-themed video games, Mariana López, University of York, UK
4 Medieval Sounds, Sounding Medieval, Karen M. Cook, University of Hartford, USA
5 All on board for the Crusades, Gordon Smith, University of Edinburgh, UK
6 Subverting the Valiant Crusader: The Sarafan in the Legacy of Kain: Soul Reaver series, Liam McLeodUniversity of Birmingham, UK
7 Making Friendships, Breaking Friendships: Exploring Viking-Age Social Roles Through Player Strategy in A Feast for OdinAdam Bierstedt, University of Reykjavik, Iceland
8 Abandoning Civilization: Medieval Rulership in Crusader Kings IIIReigns, and Mount and Blade: Warband, Robert Houghton, University of Winchester, UK
9 Joan of Arc, the Meme of Orléans: The Playful Liberties Taken with History by the Age of Empires 2 Gaming Community, Jonathan Bloch, Independent Scholar
10 On the Postcolonial Analysis of ‘Indians’ in Age of Empires II: A Theory of “Ethical Programs” Behind Postcolonial Criticisms of Videogames, Neil Nagwekar
11 Virtually (De)Colonized: Racial Identity and Colonialism in the Middle Ages and as Depicted in Kingdom Come: DeliveranceInnocence: A Plague TaleThe Elder Scrolls, and Black Desert Online, Johansen Quijano, University of Texas at Arlington, USA
12 Representations of Medieval Gender Archetypes in Fantasy Role-Playing Games, Markus Eldegard Mindrebø, Royal Holloway, UK
13 Ashen, Hollow, Cursed: Fragile Knighthood in the Dark Souls Series and its Medieval Antecedents, Patrick Butler, University of Connecticut, USA
14 Matilda of Canossa and Crusader Kings II: (Papal) Warrior Princess, Blair Apgar, University of York, UK
Index

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel à communications : Du pain et des jeux. Concours et tournois dans l’Histoire

Le Festival Fest’Ain d’Histoire se déroulera les 12 et 13 octobre 2024 au Château de Chazey-sur-Ain, et sera accompagné comme chaque année d’un colloque pluridisciplinaire pensé dans une démarche de vulgarisation pour le grand public, sur le sujet “Du pain et des jeux. Concours et tournois dans l’Histoire“.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2024.

Panem et circenses « du pain et de jeux » est une formule latine provenant d’un texte
de Juvénal dans lequel l’auteur se moque du peuple qui n’avait, selon lui, d’autre intérêt que le divertissement et le plaisir aux dépens de la vie publique et politique. Cette inclination serait alors ingénieusement employée par les dirigeants pour détourner l’attention de la plèbe et agir à leur guise.
Toutefois, il est à noter que les jeux, dans leur plus large acception, font partie intégrante de notre évolution en tant qu’êtres humains. Ainsi, dès l’enfance, l’aspect ludique est au centre des apprentissages individuels ou de groupe via des imitations, une appréhension du monde, de ses stratégies, des relations sociales, etc. De même, l’histoire de l’humanité semble toujours avoir donné une place essentielle au divertissement et aux affrontements ludiques. Aujourd’hui, le jeu est également un moyen d’aborder et d’étudier l’Histoire. Il revêt une place importante dans la dynamique de notre festival, ce pourquoi nous avons décidé de le mettre en avant au cours de notre édition 2024, année des Jeux Olympiques à la française.

Il sera alors possible d’aborder cette thématique selon plusieurs aspects :

a. Les concours et tournois en tant qu’institutions politiques mis en place de manière officielle pour occuper le peuple, régler des conflits, permettre à des groupes de s’affronter pacifiquement, etc.

b. Les jeux comme dynamique d’escapisme qui donnent la possibilité aux joueurs de s’échapper d’un quotidien négatif et difficile comme en tant de guerre, de famine, de pandémie, etc.

c. Les jeux comme catharsis pour purger les passions des Hommes, leur permettre de faire ce qu’ils ne peuvent ou ne doivent faire dans le monde réel. Le jeu devient alors un monde virtuel second dans lequel tout est possible sans conséquence sur le monde primaire.

d. Les jeux comme stratégie d’apprentissage pour enseigner et comprendre l’Histoire, étudier des stratégies par exemple militaires, rendre ludique et divertissante la transmission des savoirs.

e. Les jeux comme toile de fond ou prétexte à la mise en scène historique, quand l’Histoire rend le jeu sérieux ou quand le jeu rend l’Histoire attractive. Nous pensons par exemple à des périodes historiques populaires, comme le Moyen Âge idéalisé, qui sont un moyen d’attirer l’attention des passionnés pour leur faire approcher de façon ludique d’autres thématiques ou problématiques.

f. Les jeux historiques ou l’histoire des jeux : quels sont les jeux qui ont traversé les époques et pourquoi ? Que nous apprennent les jeux et les divertissements sur les populations et les périodes qui les pratiquent ?

g. Les jeux fictifs : Du Jumanji aux Hunger Games, en passant par le Quidditch, le jeu apparaît souvent comme un moyen de raconter une histoire parce que le faire comme si des jeux d’enfants se construit selon la même dynamique que le il était une fois à la base de notre imaginaire littéraire et plus largement fictionnel.

Ce colloque est organisé dans le cadre de Fest’Ain d’Histoire, festival historique multiépoque qui se tiendra au Château de Chazey-sur-Ain (01) les 12 et 13 octobre 2024, ainsi que dans le cadre de l’ANR Aiôn (CE27-19-0008-01). Il est ouvert à tous les passionnés d’Histoire, qu’ils soient chercheurs en lettres et sciences humaines, journalistes, auteurs, youtubeurs, etc. Le comité de lecture sera constitué d’individus répondant à ces mêmes critères variés et privilégiera les propositions qui s’inscriront dans une démarche de vulgarisation scientifique à destination du grand public.

Nous vous prions, par ailleurs, de noter que nous ne serons en mesure de défrayer les
participants du colloque. Seuls les repas seront offerts.

Les propositions de communication de 500 mots maximum accompagnées d’une courte notice bibliographique sont à envoyer à fadh.colloque [at] gmail.com avant le 31 mars 2024.

Colloque : Le Moyen Âge fait-il vendre ?

Le colloque “Le Moyen Âge fait-il vendre ?“, organisé par Anne Besson, Isabelle Olivier et Myriam White-Le Goff, avec l’appui de Modernités médiévales et du laboratoire “Textes et cultures” de l’Université d’Artois, se déroulera les 18 et 19 janvier 2024 à Arras. Il sera l’occasion de tenir l’Assemblée générale 2024 de notre association Modernités médiévales.

 

Accès visio pour la journée du 18 janvier 2024 – également valable pour assister à l’Assemblée Générale

A partir de join.zoom.us, entrez les informations suivantes :

ID de réunion: 987 0022 9838

Code secret: 160408

Accès visio pour la journée du 19 janvier 2024 :

A partir de join.zoom.us, entrez les informations suivantes : 

ID de réunion: 954 4204 3577 / Code secret: 832696

 

Programme

Jeudi 18 janvier

9h15. Accueil

9h30. Mot d’introduction

Terroirs et territoires : le Moyen Âge du tourisme

Présidence de séance : Patricia Victorin

9h45. Thomas Ledru : « La valorisation économique du patrimoine monastique médiéval : l’exemple des Hauts-de-France »

10h15. Patrick Fraysse : « Les boutiques cathares des sites patrimoniaux de l’Aude »

10h45. pause

11h00. Ismérie Triquet : « Rouen, une ville médiévale ? De l’épopée Johannique aux revendications identitaires »

11h30-12h30. Le Moyen âge de la culture matérielle : présentation du projet Araroem, Estelle Doudet, Filippo Fonio et Evelyne van de Mühl

12h30 : repas

Au pays des merveilles : la cible enfantine

Présidence de séance : Isabelle Olivier

13h30. Lucie Herbreteau : « Dessine-moi un dragon : une créature imaginaire pour raconter le Moyen Âge ? »

14h. Maud Perez-Simon : « Le bestiaire comme produit dérivé »

14h30 : pause

14h45. Hélène Cordier : « “Et si on mettait une épée sur la couverture ?” Quelques réflexions autour du marketing éditorial médiévaliste »

15h15. Gauthier Gruber : « Produire du Moyen Âge pour élèves » 

15h45. pause

16h-17h. Table ronde avec William Blanc, Nathanael Dos Reis et Romain Plichon, animée par Anne Besson : « Médiation culturelle et Moyen Âge »

17h15-18h30 : Assemblée générale de l’association Modernités médiévales (format hybride). Pour rejoindre en visio, à partir de join.zoom.us, entrez les informations suivantes : ID de réunion: 987 0022 9838 / Code secret: 160408

19h30 : visite de l’Arras médiévale

 

Vendredi 19 janvier

Accueil : 9h30

Medieval Madness : Le Moyen Âge entre jeu et industrie

Présidence de séance : Anne Besson

9h45. Florian Besson et Pauline Ducret : « Vendre un jeu par l’Histoire : l’Antiquité et le Moyen Âge dans le marketing ludique »

10h15. Lionel Germain : « Le médiévalisme et l’essor commercial du jeu vidéo »

10h45 : pause

11h. Justine Breton : « S’évader du Moyen Âge : louer une expérience narrative dans les escape games médiévalistes »

11h30. William Blanc : « Les parcs d’attractions de la firme Disney. Le médiévalisme comme mythe entreprenarial »

12h. Patricia Victorin : « La mode médiévale dans la haute couture : entre nostalgie et futurisme »

12h30 : repas

Produits d’appel et marques littéraires médiévalistes

Présidence de séance : Myriam White-Le Goff

13h45. Danièle Alexandre-Bidon et Yohann Chanoir : « Ces lieux où soufflerait encore l’esprit du Moyen Âge… Le médiévalisme dans le marketing territorial »

14h15. Virginie Roche-Tiengo : « Le Moyen Âge de Peter Tremayne fait-il vendre ? De l’attractivité du Moyen Âge irlandais dans sa dimension marchande et topographique »

14h45. Filippo Fonio, « Dante: une marque transnationale ? » 

15h15 : pause

Présidence de séance : Justine Breton

15h45. Marine Massenzio de Haro : « Arthur et la Guerre du Graal: égéries médiévales de Fate/ »

16h15. Jonathan Fruoco : « L’archétype médiéval et le pouvoir commercial : Robin des Bois »

16h45. Elodie Pinel : « Femmes à vendre : quand le roman médiéval devient féministe »

17h30 : clôture du colloque

 

Appel à contributions : Remises en jeux (revue Bien dire et bien aprandre)

Marie-Madeleine Castellani et Matthieu Marchal nous transmettent un appel à textes pour le numéro 39 de la revue Bien Dire et Bien Aprandre, prévu pour 2024, sur le sujet “Remises en jeux. Représentations littéraires des jeux au Moyen Âge“. Bien que ne portant pas spécifiquement sur le médiévalisme, ce numéro pourra accueillir des articles proposant une approche médiévaliste.

Date limite d’envoi des propositions : 30 juin 2023.

 

 

 

Aussi en cest avènement

Juiens nous au Roy qui ne ment,

Aux bares et à l’agnelet,

A Ostés-moi de Colinet,

A Je me plaing qui me feri,

Et, dedens chambre, à l’esbahi,

Et aussi aux adeviniaus,

A l’avainne et aux reponniaus,

A l’erbelette et aux risées,

A l’estoef et aux reculées,

Au mulet, au sallir plus hault,

Et à la charette Michaut ;

Puis à la coulée belée

Qu’on fait d’une carolle lée,

Au chace lièvre, à la cluignette,

Aussi à la sotte buirette,

A la corne de buef au sel,

Et au jetter encontre un pel

Ou deniers de plonc ou pierettes.

Et se faisions fosselettes,

Là où nous bourlions aux nois ;

Qui en falloit, c’estoit anois.

De la tourpie aux amantins

M’esbatoie soirs et matins ;

Et j’ai souvent, par un busiel,

Fait voler d’aiguë un buillonciel,

Ou deux ou trois ou cinc ou quatre

Au veoir me pooie esbatre.

Froissart, L’Espinette amoureuse, dans Œuvres complètes de Froissart. Poésies, éd. A. Scheler, Bruxelles, Devaux, 1870-1872, 3 vol. (t. 1, p. 87-210, v. 219-246)

            Pour faire écho aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le numéro 39 de Bien Dire et Bien Aprandre (2024) souhaite proposer une réflexion sur la représentation des jeux, et notamment des exercices corporels, dans la littérature française du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) : lyrique, chansons de geste, romans.

            Que ce soit par pur divertissement (deduit, deport, esbanoiement) ou à des fins de développement physique, les hommes du Moyen Âge ont pratiqué de nombreux jeux, ce dont témoigne l’extrait mis en exergue de l’Espinette amoureuse de Froissart.

            Selon une typologie bien connue ‒ souvent rappelée dans des dossiers pédagogiques qui accompagnent la visite de châteaux médiévaux ‒, on distingue plusieurs types d’activités ludiques, physiques ou intellectuelles : les jeux d’enfants (cerceau, toupie, billes, boules de neige), les jeux de précision (boules, quilles, palets), les jeux de balle (choule, jeu de paume), les jeux d’adresse et d’équilibre (échasses, patins sur glace, lancers de hache ou de couteau), les jeux d’exercices à vocation guerrière (chasse, lutte ‒ aux poings ou aux bâtons ‒, quintaine, tirs ‒ à l’arc et à l’arbalète ‒, behourt, joutes), les jeux de stratégie (tric-trac, dames, échecs), les jeux de cartes, les jeux de dé et autres jeux d’argent.

            Qu’il soit public ou à caractère privé, le jeu, moment privilégié d’oisiveté et de recréation, occupe une grande place dans la société médiévale.

            Il s’agira donc de s’interroger sur les représentations littéraires qui sont associées à ces différents types de jeux ; une attention toute particulière sera portée aux activités « sportives » de loisir.

 

            Le numéro regroupera une vingtaine de contributions sur les questions principales suivantes (liste non exhaustive) :

– le lexique associé au jeu (enquête lexicologie sur les mots du « sport » au Moyen Âge) ;

– l’étude plus ponctuelle de l’un ou l’autre des jeux médiévaux (la choule, le jeu du papegay, le diable boiteux, Colin maillard, le Roi qui ne ment) ;

– les différences et la complémentarité entre exercices corporels (jeux d’adresse) et jeux de stratégies (jeux de réflexion) ;

– l’analyse des textes qui définissent les pratiques individuelles et les règles collectives (entre libre improvisation et codification) ;

– la dimension esthétique de la représentation des exercices corporels (beauté des corps, adresse et maîtrise des gestes, des mouvements) ;

– le rôle des exercices corporels dans l’instruction et l’éducation des jeunes enfants (apprentissage des règles et initiation aux principes de vie en société) ;

– la caractérisation des personnages par l’évocation des jeux (discours de célébration, discours critique et dérision) ;

– la moralisation : les jeux comme miroir de la société (on songe en particulier à Jacques de Cessoles) ;

– la législation sur les jeux : les interdictions judiciaires (règlements et ordonnances comme celle du 3 avril 1369 du roi Charles V) en raison des troubles à la paix publique (conflits, accidents, tricheries, immoralité : paris, mises importantes, refus du hasard, perte de temps, mépris de Dieu) ;

– les émotions liées à la pratique des jeux (plaisir et excitation, ennui ou lassitude) ;

– la dimension spectaculaire des jeux (assistance, cérémonies) ;

– les lieux du jeu (extérieur, arènes sportives, la taverne) ;

– les jeux au féminin/au masculin ;

– le rapport des textes avec les sources iconographiques médiévales montrant différents types de jeux.

 

Les projets d’article (entre 3000 et 5000 caractères, avec bibliographie primaire et secondaire indicative, 5-10 mots-clés, et un bref curriculum-vitae de 5-10 lignes)

sont à adresser avant le 30 juin 2023 à : contact-revue-bdba [at] univ-lille.fr

 

Bibliographie indicative :

– Jeux de princes, jeux de vilains. Exposition, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal (2009), dir. È. Netchine,  Paris, Seuil/BnF, 2009 (cf. http://expositions.bnf.fr/jeux/).

– La Règle du jeu, dir. A. Mussou et L. Tabard, Questes, 18, 2010.

– J.-M. Mehl, Les Jeux au royaume de France, du XIIIe au début du XVIe siècle, Paris, Fayard, 1990.

– J.-M. Mehl, Des Jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Champion (Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 97), 2010.

– J. Verdon, Les Loisirs au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 1980.

 

Procédure d’évaluation : évaluation par double expertise.

Calendrier :

– 30 juin 2023 : réception des projets d’article.

– 15 octobre 2023 : notification des décisions d’acceptation ou de refus aux auteurs.

– 1er mars 2024 : réception de la première version des articles, puis début de la double évaluation.

– 15 juin 2024 : livraison des textes définitifs par les auteurs dont les articles ont été acceptés, après les éventuelles corrections d’ordre scientifique ou de forme.

– Octobre 2024 : publication du numéro de la revue.

La revue Bien Dire et Bien Aprandre est caractérisée par l’alliance de la littérature, de la philologie et de la dialectologie. Elle couvre l’étude de la langue, de la littérature, de l’histoire et de l’art du Moyen Âge, ainsi que l’étude de la langue et de la littérature picardes (anciennes et modernes). La revue se consacre également aux réécritures et adaptations de la littérature médiévale à l’époque moderne et contemporaine et au médiévalisme. Fondée en 1978 et publiée par le Centre d’Études médiévales et dialectales de l’Université de Lille et l’ULR ALITHILA, elle n’accueille que des contributions scientifiques originales (non encore publiées ou soumises à d’autres revues).

Bien Dire et Bien Aprandre est une revue mixte. Elle était jusqu’ici diffusée en version imprimée uniquement, elle le sera aussi bientôt en version numérique, en accès libre différé (après un délai de restriction d’un an). Son site internet sera prochainement accessible.

La revue contient également une section « Miscellanées » incluant des articles originaux de Varia, qui peuvent aussi être envoyés à : contact-revue-bdba [at] univ-lille.fr.

Parution : Les médiévistes face aux médiévalismes

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (dir.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023.

Des fêtes estivales aux dessins animés japonais, des séries de fantasy aux manifestations de l’extrême-droite étatsunienne, le Moyen Âge est partout, sans cesse réinventé, transformé, mobilisé pour des usages variés. Il s’agit ici d’étudier cette présence du Moyen Âge dans notre imaginaire que l’on nomme le médiévalisme, en mobilisant de nouvelles méthodes d’analyse et en explorant de nouveaux terrains. Quels sont les rapports entre ces Moyen Âge fantasmés et le Moyen Âge historique étudié par les médiévistes ? Comment les spécialistes de la période médiévale doivent-ils se positionner face à des réinventions contemporaines ? Telles sont les deux principales questions de cet ouvrage collectif tentant un état des lieux de la recherche médiévaliste ainsi qu’une réflexion globale, à la fois méthodologique et heuristique, sur ses défis, ses limites et ses enjeux.

 

Table des matières

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos : Introduction

Première partie : Approche diachronique des médiévalismes

Introduction

Alain Corbellari : L’éternel retour du Moyen Âge

William Blanc : Donjons et Moutons. Une réflexion sur les objets médiévalistes

Marion Bertholet : Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi. Un anti-médiévalisme ?

Joanna Pavleski-Malingre : Etudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours. Enjeux d’un médiévalisme au long cours

 

Deuxième partie : Création et recréation du Moyen Âge

Introduction

Yohann Chanoir : Le médiévalisme à l’écran. Panorama et enjeux historiographiques

Clément de Vasselot de Régné et Louis de Vasselot de Régné : La fascination pour le Moyen Âge européen dans l’animation japonaise

Florian Besson et Pauline Ducret : “Je ne joue jamais si ce n’est à l’an mil.” Le Moyen Âge dans la culture ludique contemporaine

Martin Bostal : La reconstitution historique du Moyen Âge. Un “loisir sérieux” entre médiévalisme et recherche d’historicité

 

Troisième partie : Enseigner (par) le Moyen Âge

Introduction

Isabelle Olivier : Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement

Romain Vincent : Médiévalisme et jeux vidéo. Jouer au Moyen Âge à l’école

Tristan Martine : Des bulles médiévales en cases. Les enjeux du médiévalisme en bande dessinée

Atelier 1 : Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? – Isabelle Catteddu, Fanny Cohen-Moreau, Fanny Madeline et Fabien Paquet

 

Quatrième partie : Médiévalismes et médiévistique

Introduction

Anne Besson : Fantasy médiévale et médiévistique. Une relation à sens unique ?

Atelier 2 : Les médiévistes face aux non-médiévistes : tensions et attentions – Florian Besson, Paul Sturtevant, Clovis Maillet et Cécile Voyer

Tommaso di Carpegna Falconieri : Médiévistique et médiévalisme. Un château des destins croisés

Vincent Ferré : “Plus médiév(al)iste, tu meurs”. Divisions disciplinaires, culturelles, linguistiques depuis 1979, et perspectives collectives

 

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos : Conclusion

Bibliographie

Les auteurs

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Parution : Arthur transmédial

Emanuele Arioli et Brigitte Friant-Kessler, Arthur transmédial. La légende du roi Arthur entre cinéma, séries, arts graphiques, musique et jeux, éditions Hermann, 2023.

La légende du roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde a connu un renouveau grâce à la culture de masse, devenant résolument « transmédiale ». Aujourd’hui, elle circule aussi bien dans le cinéma et les séries télévisées que dans la bande dessinée, la musique et même l’univers des jeux. C’est à travers ces domaines que ce livre aborde les productions liées à la légende du roi Arthur pour interroger les mécanismes de transposition à d’autres médias, et les manières dont ces vieilles histoires dialoguent avec le monde contemporain. Il suit le destin transmédial de certains héros arthuriens – comme Arthur, Merlin, Guenièvre, la fée Morgane et la Dame du Lac – ainsi que des éléments et des thèmes emblématiques du mythe, tels que le Graal et l’épée Excalibur, ou les guerres livrées par le roi conquérant, le merveilleux breton, les figures féminines des fées et des reines. Légende malléable par excellence, elle a été réinvestie – à chaque époque, dans chaque contexte et dans chaque média – de sens sans cesse renouvelés.

Avec les contributions de : Emanuele Arioli, Anne Berthelot, William Blanc, Justine Breton, Hélène ­Cordier, Maxime Danesin, Pierre Degott, Pierre-Alexis Delhaye, Christine ­Ferlampin-Acher, Brigitte Friant-Kessler, Sandra Gorgievski, Nadège Le Lan, ­Anne-Lise ­Marin-Lamellet, Isabelle Olivier, Jean-François Poisson-Gueffier, Emmy Ribet, Vincent Vivès.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Appel à contributions : The Middle Ages in Modern Games Twitter Conference

La quatrième édition de “The Middle Ages in Modern Games : Twitter Conference“, organisée par The Public Medievalist et le Centre for Medieval and Renaissance Research (University of Winchester) aura lieu sur Twitter du 6 au 9 juin 2023, autour des thèmes de la fantasy et de l’apocalypse

Date limite d’envoi des propositions : 9 avril 2023.

Fantasy and Apocalypse are closely tied to medievalist games. Pseudo-medieval worlds are by far the most common setting for fantasy games from Dungeons and Dragons to World of Warcraft. Meanwhile, many games with apocalyptic and post-apocalyptic settings such as Fallout and Torment: Tides of Numenera make use of medieval tropes to build their worlds. These settings are clearly removed from the Middle Ages, but are nevertheless fundamentally medieval and can strongly influence modern perceptions of the period.

This conference considers the Medieval and Medievalism in Modern Games. We invite ‘papers’ (comprising a thread of 12 Tweets) and sessions of 3 to 5 papers which address any aspects of the medieval period or medievalism in any and all forms of modern games. We particularly welcome papers addressing the central conference themes of ‘Fantasy’ and ‘Apocalypse’. The conference will be conducted remotely and there will be no registration fee. To promote accessibility and inclusivity, the event runs asynchronously across time zones. 

Topics may include (but are not restricted to):

The End of the World in Medievalist Games

Fantasy Games beyond Western Europe

Post-Apocalyptic Feudalism

Medieval and Fantasy Mechanics in Sci-Fi Worlds

Magic and Technology

Gender and Sexuality in Fantasy and Apocalyptic Worlds

‘Historical Accuracy’ in Fantasy Games

Boundaries between Fantasy and Medievalism

Constructing and Portraying Nuanced Fantasy Races

Building Pseudo-Medieval Worlds

Literary and Audio-Visual Influences

Teaching through Fantasy and Apocalyptic Games

Heterogeneity and Diversity in Fantasy Games

Chronological and Genre limits of Medievalism

 

We encourage submissions from medievalists, and games scholars and developers at any point in their career— especially those from Postgraduate Students, Early Career Researchers and members of any groups under-represented within the academy and industry. We welcome pieces addressing any region globally, and within a broad definition of ‘medieval’ and ‘medievalism’. Please send abstracts of no more than 200 words, brief biographies, and indications of time zone and availability as attachments in Word to Robert.Houghton [at] Winchester.ac.uk by Friday 9 April.

Parution: Teaching the Middle Ages through Modern Games

Robert Houghton (dir.), Teaching the Middle Ages through Modern Games. Using, Modding and Creating Games for Education and Impact, “Video Games and Humanities” vol.11, De Gruyter, 2022.

Games can act as invaluable tools for the teaching of the Middle Ages. The learning potential of physical and digital games is increasingly undeniable at every level of historical study. These games can provide a foundation of information through their stories and worlds. They can foster understanding of complex systems through their mechanics and rules. Their very nature requires the player to learn to progress.

The educational power of games is particularly potent within the study of the Middle Ages. These games act as the first or most substantial introduction to the period for many students and can strongly influence their understanding of the era. Within the classroom, they can be deployed to introduce new and alien themes to students typically unfamiliar with the subject matter swiftly and effectively. They can foster an interest in and understanding of the medieval world through various innovative means and hence act as a key educational tool.

This volume presents a series of essays addressing the practical use of games of all varieties as teaching tools within Medieval Studies and related fields. In doing so it provides examples of the use of games at pre-university, undergraduate, and postgraduate levels of study, and considers the application of commercial games, development of bespoke historical games, use of game design as a learning process, and use of games outside the classroom. As such, the book is a flexible and diverse pedagogical resource and its methods may be readily adapted to the teaching of different medieval themes or other periods of history.

Table des matières

Acknowledgements
Introduction: Teaching the Middle Ages through Modern Games, Robert Houghton

PART I: THE EDUCATIONAL IMPACT OF GAMES

 Learning About the Past Through Digital Play: History Students and Video Games, Eve Stirling and Jamie Wood

PART II: TEACHING THROUGH COMMERCIAL GAMES

 Historicising Assassin’s Creed (2007): Crusader Medievalism, Historiography, and Digital Games for the Classroom, Mike Horswell
Declaiming Dragons: Empathy Learning and The Elder Scrolls in Teaching Medieval Rhetorical Schemes, David DeVine
“What if you are a Medieval Monarch?”: A Crusader Kings III Experience to Learn Medieval History, Ahmet Erdem Tozoğlu and Mehmet Şükrü Kuran

PART III: CREATING EDUCATIONAL GAMES

 A Video Game for Byzantine History – Akritas: Playing at the Byzantine Borders, Klio Stamou, Anna Sotiropoulou, Phivos Mylonas and Yorghos Voutos
Collaborative Constructions: Designing High School History Curriculum with the Lost & Found Game Series, Owen Gottlieb and Shawn Clybor
The Renaissance Marriage Game: A Simulation Game for Large Classes, Courtnay Konshuh and Frank Klaassen

PART IV: USER MODIFICATION AS LEARNING PRACTICE

Alchemy and Archives, Swords, Spells, and Castles: Medieval-modding Skyrim, Erik Champion, Terhi Nurmikko-Fuller and Katrina Grant
Playing the Investiture Contest: Modding as Historical Debate in the Undergraduate and Postgraduate Classroom, Robert Houghton
Game Development in a Senior Seminar, Frank Klaassen

PART V: GAMES BEYOND THE CLASSROOM

The Soundscapes of the York Mystery Plays: Playing with Medieval Sonic Histories, Mariana López, Marques Hardin and Wenqi Wan
Beyond Education and Impact: Games as Research Tools and Outputs, Robert Houghton
List of Contributors
Index

Informations et commandes sur le site de l’éditeur.

Exposition: Le monde de Clovis

Exposition ludique “Le monde de Clovis: l’exposition dont vous êtes le héros“, Musée d’Archéologie nationale, du 22 octobre au 22 mai 2023. En parallèle de l’exposition, de nombreux événements sont programmés: ateliers jeune public, visites guidées, concert, déambulation de géant…

 
 

Le musée d’Archéologie nationale souhaite, à l’automne 2022, proposer une version adaptée de l’exposition présentée en 2021 au musée royal de Mariemont (Belgique), pour laquelle il a d’ailleurs concédé le prêt exceptionnel du mobilier de la tombe de la reine Arégonde. Pour ce faire, le contenu scientifique restant globalement le même, le MAN a conçu un mode de visite nouveau et radicalement différent de celui de l’exposition de Mariemont, s’inspirant de la démarche des jeux de rôles et des livres « dont vous êtes le héros ».

Le visiteur est ainsi invité à s’identifier à l’un des quatre personnages que nous avons créés (Geneviève, la commerçante, Médard, le guerrier, Andarchius, le fermier, Bathilde, la tisserande), puis à construire lui-même son parcours, sa « carrière », au fil des salles et des âges de la vie. Pour ce faire, des choix lui seront proposés à chaque étape du parcours ; il sera incité, afin d’opter pour l’une ou l’autre action proposée, à chercher des informations auprès des objets, dans les vitrines, dans les cartels. Son but est de gagner, à travers ses choix, le plus de points de richesse et de prestige possible ; ces points conditionnent au fur et à mesure certains de ses choix, et permettent à la fin de mesurer sa réussite sociale dans le monde mérovingien.

COMMISSARIAT GÉNÉRAL

  • Rose-Marie Mousseaux, conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye
  • Daniel Roger, conservateur général du patrimoine, adjoint à la directrice, responsable du pôle scientifique du musée d’Archéologie nationale

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE

  • Fanny Hamonic, conservatrice du patrimoine, chargée des collections du premier Moyen Âge du musée d’Archéologie nationale
  • Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne Université

Informations pratiques

Exposition ouverte de 10h à 17h (fermé le mardi) – Samedi 22 octobre, ouverture de 10h à 14h. Ouverture exceptionnelle jusqu’à 20h: Mercredis 2 novembre 2022 – 1e février et 3 mai 2023.

Droit d’entrée : 6 €

 

Détails et programme sur le site du Musée d’Archéologie nationale.

Parution: Temps, fiction et pratiques ludiques

Audrey Tuaillon Demésy (dir.), dossier thématique “Temps, fiction et pratiques ludiques”, Mundus Fabula, octobre 2021. Accessible en ligne: https://mf.hypotheses.org/1470.

Le Carnet Mundus Fabula accueille pour la troisième fois les actes des ateliers-séminaires « Loisirs et imaginaires » qui se tiennent tous les ans à Besançon dans le cadre de l’ANR Aiôn, en partenariat avec le laboratoire C3S (EA 4660).

Le thème de cette saison 3, intitulée Temps, fiction et pratiques ludiques, invite à questionner l’expérience du jeu au regard des imaginaires du temps. Plus précisément, l’objectif est de proposer une réflexion portant sur les cadres temporels inhérents à diverses formes de pratiques ludiques ou sportives, qu’il s’agisse de reconstitution historique, de roller derby ou de jeux de plateau.

Sommaire

Parution: The Middle Ages in Modern Culture

Karl Alvestad et Robert Houghton (dir.), The Middle Ages in Modern Culture. History and Authenticity in Contemporary Medievalism, Londres, Bloomsbury, 2021.

L’ouvrage est entièrement disponible sur le site de l’éditeur, et en liens directs ci-dessous.

 

Table des matières

Colloque: S’évader au Moyen Âge

Les 7-8 octobre 2021 se tiendra à Autun le colloque pluridisciplinaire “S’évader au Moyen Âge: entre appropriations contemporaines et imaginaires de l’histoire médiévale”, organisé par nos membres Audrey Tuaillon Demésy et Justine Breton.

Ce colloque est organisé dans le cadre de l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) en partenariat avec le centre d’Histoire vivante d’Autun (qui accueillera les intervenants) et avec l’association Modernités Médiévales, et sous le patronage de la commission nationale française pour l’UNESCO.

Programme:

Jeudi 7 octobre 2021

9h30: Accueil des participants

10h00 : Mots de bienvenue et introduction du colloque – Renaud Baujot-Julien, Justine Breton et Audrey Tuaillon

Session 1 – Représenter le Moyen Âge

10h30 : Médiations ludiques et réceptions médiévalistes : comment s’évader au XIIIe siècle au musée des bastides de Monflanquin ? – Patrick Fraysse (PU, Université de Toulouse) et Muriel Molinier (post-doctorante, Université de Toulouse)

11h : Échappatoires linguistique et mystique à travers l’appropriation celtique : signe et sénéfiance des langues et motifs celtiques dans The Witcher – Manon Metzger (Doctorante, Université d’Ulster)

11h30 : Questions/discussions

12h : Pause déjeuner

Session 2 – Investir l’imaginaire médiéval à travers la littérature

13h30 : Du désir de décorum castral au fantasme de domination féodale : l’échappatoire médiévale dans la chantefable Va dire au lac de patienter de Jean-Louis Bory – Léo-Paul Blaise (Doctorant, ENS de Lyon)

14h : Baudolino ou l’échappée médiévaliste d’Umberto Eco – Jonathan Fruoco (Docteur, chercheur indépendant)

14h30 : Questions/discussions

14h45 : Pause

Session 3 – Une évasion dans le domaine du sensible : expériences corporelles et sensorielles du Moyen Âge

15h : Un médiévalisme des usages : topologie arthurienne et pratique psychocorporelles en forêt de Brocéliande – Mélie Fraysse (MCF, Université de Toulouse) et Odile Parsis-Barubé (MCF-HDR, Université de Lille)

15h30 : La récréation vidéoludique au service du médiévalisme : le cas de The Witcher 3 Wild Hunt – Clémence Huguet (Masterante, Université Paris-Sorbonne)

16h : Le Moyen Âge rêvé de Nikolaj Evreinov : un outil pour penser l’attrait contemporain pour les fictions d’inspiration médiévale – Louise Putov (Doctorante, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle)

16h30 : Questions et discussions

17h00 : Pause de fin de journée, temps libre

18h30 : Apéritif ludique et temps de convivialité

Découverte de pratiques sportives associées au Moyen Âge. La reconstitution du combat au Moyen Âge : entre spectacle, sport et art martial – Olivier Dupuis (président de la Fédération française d’Arts martiaux historiques européens). Présentation des Arts martiaux historiques européens avec l’association De Taille et d’Estoc.

Découvertes culinaires : dégustations de mets et boissons

 

Vendredi 8 octobre 2021:

9h15 : Accueil des participants

Session 4 – Un dépaysement médiatique

9h30 : La grande évasion ? Moyen Âge et politique dans les bandes dessinées médiévalisantes de l’année 2020 – Yoan Boudes (Doctorant, Université Paris-Sorbonne) et Nicolas Garnier (Docteur, Université Paris-Sorbonne)

10h00 : Le Moyen Âge de Myrath, onirisme et réappropriation culturelle dans la musique metal tunisienne – Tasnime Ayed (Docteure, Université d’Artois et de la Manouba)

10h30 : Frère Cadfael et le plaisir du dépaysement – Francis Mickus (Doctorant, Paris I)

11h00 : Questions/discussions

11h30 : Conclusion du colloque – Justine Breton et Audrey Tuaillon Demésy

12h : Déjeuner et fin du colloque

 

Colloque: Le Moyen Âge en jeu

Le colloque “Middle Ages in Modern Games Twitter Conference” se tiendra cette année encore sur Twitter, du 25 au 28 mai 2021, à travers le hashtag #MAMG21.

Les communications seront partagées sur le réseau social par les différents intervenants, et permettront aussi des temps d’échange. Tout sera regroupé en suivant #MAMG21 lors du colloque.

Tous les renseignements sont disponibles (en anglais) sur la page Twitter du colloque: @MidAgesModGames