Archives par étiquette : jeunes chercheurs

Appel jeunes chercheurs: Entre science et magie, les savoirs dans les cultures de l’imaginaire

Le Laboratoire des Imaginaires organise, du 1e au 3 mars 2023, un colloque destiné en priorité aux jeunes chercheurs et chercheuses, sur le sujet “Entre science et magie: les savoirs dans les cultures de l’imaginaire“. Il se déroulera à la Maison des Sciences et de l’Homme en Bretagne à Rennes, et sera accessible en visio-conférence.

Date limite d’envoi des propositions: 13 janvier 2023.

Lorsque l’on pense à la science-fiction et à la fantasy, on en vient souvent à les opposer à travers deux de leurs éléments matriciels : la science et la magie. Pour autant, ces deux concepts, si évocateurs dans le cadre de cette comparaison, semblent irrémédiablement liés en ce qu’ils transfigurent un élément-clef de ces deux genres : le savoir. 

Tout comme la fantasy et la science-fiction ne sont pas si étrangères l’une envers l’autre, voire se mêlent de manière presque alchimique au sein d’oeuvres de science-fantasy, la science et la magie ne seraient qu’une même chose : une somme rationnelle de connaissances qu’il est possible de saisir et d’appréhender par l’observation, la méthode et l’expérience. Dès lors, on saisit bien que la distinction entre science et magie tient plus de la notion de perspective, et naît plutôt de l’opposition que l’on fait entre certains de leurs usages. Selon les trilogies de Star Wars et la découverte du concept de midichloriens, selon qu’on suive ou non des personnages de Jedis, on considérera la Force comme une magie mystérieuse, ou une dynamique physique qui sous-tend la galaxie. Dans la série des Elder Scrolls, les phénomènes magiques créés par les Aedra et Daedra sont ceux qui façonnent le monde, sa physique et ses limites : en comprendre le fonctionnement revient à développer une science. Au sein du double triptyque de La Tour de Garde (Claire Duvivier, Guillaume Chamanadjian), la Maison de la Recluse traque les jeunes enfants capables de modeler la glaise et la pierre avec leurs propres mains, une magie férocement gardée au service de l’ingénierie urbaine et du savoir architectural. Les écrivain·e·s elleux-mêmes notent cette miscibilité, tel Arthur C. Clarke : “Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie”. Quant aux praticien·ne·s de la science ou de la magie mis·es en scène dans ces différents univers fictionnels, iels vivent le plus souvent leur art comme une expérience rationnelle, et d’autant plus d’apprentissage – nombre de ces fictions restent des coming of age stories.

Magie et science se révèlent ainsi être deux faisceaux du savoir, qui, selon la perspective choisie, conservent quelques traits communs : le savoir s’apprend, bien entendu, mais il peut être nécessaire de pratiquer, de s’entraîner pour l’obtenir (Avatar le dernier maître d’air), le tout en étant le plus souvent guidé par une ou des figures tutélaires (Harry Potter). On y trouve pourtant quelques différences dans l’appréhension du savoir : la science se caractérise plus volontiers par la volonté de compréhension et la méthode, quand la magie se trouve souvent définie par un désir de maîtrise. Mais cette distinction n’occulte pas la porosité entre les pratiques liées à l’un et à l’autre, le désir de gloire venant par exemple souvent motiver ces pratiques (des “savants fous” aux Mangemorts (Harry Potter)).


En retraçant les liens entre science et magie, ce sont ces différentes acceptions du savoir selon les cultures de l’imaginaire qu’on se propose d’explorer dans le cadre de ce colloque, afin de considérer quelles définitions et représentations en sont proposées au public. Il s’agirait aussi d’explorer la manière dont ces mêmes sciences et magies dépassent la frontière fictionnelle, en amenant ce savoir à s’infuser et à se transmettre dans les cadres de la réception et de la création.


Axe 1 : Les savoirs dans l’imaginaire 

Les savoirs faisant partie intégrante des univers fictionnels eux-mêmes, il semble d’abord pertinent de s’intéresser aux spécificités de leur représentation. Ils peuvent s’incarner dans des objets et phénomènes de différentes natures : formules à décrypter, livres antiques, schémas mystérieux, alchimies occultes, objets au fonctionnement obscur mais aux pouvoirs considérables, tous enchantent le monde en y apportant un sens supplémentaire, et donnent à la parole savante une valeur performative, un effet concret sur le monde qui l’entoure et qu’elle permet de mieux cerner. Le mot, transfiguré par la puissance du magicien, se transforme en acte, le plus terrible étant souvent l’annihilation (“Avada Kedavra !”). La réalité elle-même peut être présentée dans toute sa mobilité : la série des Elder Scrolls met ainsi en scène le fait que la vérité change selon le nombre de croyants qui y adhèrent. Et que dire des créateur·rice·s de jeux de rôles qui usent de tableurs Excel et de fonctions mathématiques pour créer des systèmes de magie praticables en jeu ? Le pouvoir conféré au savoir dans les cultures de l’imaginaire peut également le colorer d’une certaine qualité morale : selon l’intention de la personne qui possède et manipule le savoir, on le qualifiera plus aisément de magie blanche ou de magie noire, de science œuvrant pour l’intérêt général ou le capital.

Les acteur·rice·s qui pratiquent science ou magie ont elleux aussi des identités spécifiques, d’autant plus avec les archétypes du jeu de rôle. Savant·e comme sorcier·ère, associé·e·s à l’univers de l’érudition, ont l’ossature maigrelette du nerd (celui d’un Seth Brundle (La Mouche) ou d’un Merlin l’enchanteur (Disney)), et vont par là même s’opposer aux archétypes guerriers – quoique des archétypes de guerrier·ère·s-mages existent, à l’image des sorceleurs de The Witcher, éduqués dès leur enfance à la pratique du combat et à la compulsation assidue d’ouvrages théoriques. 

Au cœur des cultures de l’imaginaire, on assiste aussi à la transmission organisée du savoir entre les personnages, à travers des institutions et des modes d’érudition. Les plus jeunes vont fréquenter des écoles, donnant vie à des œuvres de school fantasy diverses, tandis que les plus grand·e·s iront dans des académies, collèges ou universités permettant le déploiement d’univers plus mûrs dans ces lieux de savoir. Au sein de ces cadres académiques, des esthétiques se développent en lien étroit avec ces imaginaires. Celles de la dark/light academia en sont de bons exemples : elles reflètent des imaginaires d’érudition pointus qui émergent souvent dans les corpus de science-fiction ou de fantasy.

Par ailleurs, le savoir est toujours le produit de groupes sociaux regroupés dans ce que nous pourrions comparer aux universités de notre monde. Elles donnent asile aux savant·e·s et à leurs expériences, de l’Unseen Academy du Discworld (Terry Pratchett) à Montverre et sa conception de l’art total dans The Betrayals (Bridget Collins). Les métiers du savoir sont alors représentés plus ou moins fidèlement, des bibliothécaires méticuleux·ses (die Stadt der Traumen Bücher, Walter Moers) aux scientifiques rigoureux·ses (Le problème à trois corps, Liu Cixin) ; des académies autonomes, enseignant par elles-mêmes, sont quant à elle nourries de la main de leur fondateur·rice·s (Scholomance, Naomie Novik). 

Science comme magie, d’ailleurs, se déclinent sur tout un ensemble de champs calqués sur ceux de notre Monde Primaire (dynamiques du world-building (Wolf, 2012)). La sociolinguistique s’incarne au travers de la magie et des potions d’éloquence (Dofus) ou du dialogue avec des aliens (Arrival). L’histoire s’applique aux mondes futurs par la lecture du passé (la psychohistoire d’Asimov (Fondation), et se voit même consacrer un sous-genre : la linguistic fiction). L’archivistique et l’archéologie donnent corps aux Chroniques du pays des mères (Élizabeth Vonarbug). La biologie s’articule notamment entre l’accumulation de connaissances sur les créatures magiques (cours dédié dans Harry Potter) ou la présence littérale de xénobiologistes (Alien). L’anthropologie est explorée par Ursula Le Guin (La Main gauche de la nuit) et centrale dans le jeu vidéo Outer Wilds. La médecine se décline autour des Mestres de Game of Thrones, des médecin·e·s à bord des vaisseaux spatiaux (L’incivilité des fantômes, Rivers Solomon) ou son détournement par la figure du·de la guérisseur·se (les mages blancs de Final Fantasy) etc.



Axe 2 : Les savoirs et l’imaginaire

Au XIXsiècle, un changement de paradigme s’opère au profit de la science et au détriment des croyances. Les auteur·ice·s conçoivent alors des fictions où science et magie se mêlent, que ce soit pour critiquer les dérives technologiques  (Frankenstein) ou pour nourrir un éloge du Progrès (Jules Verne). À terme, suite au triomphe positiviste, la fiction devient un refuge  : les mondes imaginaires sont autant d’hétérotopies où les frontières entre science et magie ne sont pas closes. En ce sens, le médiévalisme apparaît précisément sous la plume d’intellectuel·le·s, à la fois ingénieur·e·s et poète·esse·s (William Morris). Toutefois, au début du siècle précédent, les sciences humaines et sociales ont construit leur scientificité en imitant les sciences STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques), rejetant notamment la question de la fiction. Il faut attendre le linguistic turn dans les années 1950, pour que les littératures comparées et l’histoire culturelle remettent en avant l’intérêt universitaire pour l’étude des cultures de l’imaginaire.

Cela est rendu possible grâce aux publics érudits (Bréan, 2012), parfois passionné·e·s ou chercheur·se·s, souvent les deux, qui multiplient les recherches sur ces mondes imaginaires. Ils s’appuient sur des œuvres de SFFF parfois écrites par des auteur·rice·s de formation universitaire (Tolkien, C.S Lewis, Asimov, Herbert, Le Guin…).  Aujourd’hui, en plus des manifestations populaires (festivals et diverses conventions), les cultures de l’imaginaire donnent lieu à des colloques universitaires (Stella Incognita, Modernités Médiévales…), des expositions nationales (BnF, Bodleian Library) et des publications scientifiques dans des revues internationales (Fantasy Art and Studies, Otrante…). Ce mouvement de reconnaissance académique ne se fait pourtant pas sans lutte : les premier·ère·s promoteur·rice·s des cultures de l’imaginaire n’appartenaient que très peu aux sphères universitaires, et encore aujourd’hui, selon les pays, les institutions et les disciplines, les communautés de fans doivent insister pour avoir le droit d’étudier leurs oeuvres et d’en faire une carrière.

La collaboration entre imaginaire et méthode scientifique ouvre pourtant de nouvelles possibilités au savoir. Des géographes étudient la spatialisation et la cartographie d’univers imaginaires comme celui d’Harry Potter (Montabone, 2009), tandis que des historiens s’essaient à l’uchronie pour explorer les possibles du passé et interroger leur propre discipline (Deluermoz & Singravélou, 2016). Les moteurs à distorsion présents dans Star Trek sont tout autant des créations fictionnelles que de véritables objets de recherche, puisqu’ils ont été éclairés par la métrique d’Alcubierre et sont encore étudiés aujourd’hui par divers chercheurs ou centres pilotés par la NASA. L’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) et le MIT travaillent actuellement à créer l’interface tactile visible dans Minority Report (Spielberg, 2002). Quant au hoverboard, il reste une licorne, relevant tout autant de la réalité que du rêve – les tentatives de recréation de l’objet, notamment par Hendo, s’étant révélées décevantes.


Axe 3 : Les savoirs par l’imaginaire


Car l’imaginaire est aussi créateur de savoir. En enchantant le monde, en transformant le point de vue adopté sur un objet, il stimule la curiosité du lectorat, et le pousse à aller au-delà de la fiction. Les scientifiques fans de Star Trek en témoignent déjà ; mais combien ont construit leurs identités et orienté leurs choix professionnels grâce à un livre, un jeu, une série ou film qui aura été fondateur pour elleux ? 

Mais l’imaginaire lui-même peut être médiateur de savoir-faire. L’une des caractéristiques de la culture geek (Peyron, 2013) se trouve dans l’implication des publics, qui manipulent, reproduisent et prolongent les objets fictionnels qui leur plaisent : ainsi, au travers des objets dérivés, cosplays et autres DIY, les fans acquièrent des savoir-faire. D’aucuns se lancent ainsi dans la mise en musique des poèmes elfiques de Tolkien, soit pour les diffuser gratuitement (Adèle McAllister sur YouTube), soit dans le cadre de financements institutionnels (Martin Romberg et l’Orchestre Philarmonique de Nice). La diffusion des univers fictionnels sur tous les supports suppose également des publics qu’ils soient capables de s’adapter à toutes les modalités de lecture. 

Des enfants élevées dans la langue guerrière des Klingons aux équipes de Quidditch qui ont désormais leur fédération en France, en passant par des rituels magiques inspirés des cultures de l’imaginaire, comme peuvent le faire certain·es pratiquant·es de la Magie du Chaos, nous nous intéresserons aussi à ces situations ou circonstances durant lesquelles les savoirs de l’imaginaire deviennent des pratiques bien concrètes. Il s’agit aussi de considérer le moment où les cultures de l’imaginaire deviennent des méthodes d’entraide, de soutien ou de thérapie. Comment les narrations et les émancipations produites par les récits de SFFF deviennent-elles des mondes, des structures narratives et surtout des fictions qui agissent sur la neuroplasticité ? L’utilisation des cultures de l’imaginaire se retrouve dans des pratiques de gestion des traumatismes et des émotions, qu’elles soient amatrices, comme les communautés de shifters apparues durant les derniers confinements qui fusionnent méditation et fandom ; ou théorisées par des systèmes de thérapie, comme l’ICV ou Lifepan Integration, qui mettent la visualisation au coeur de leur processus.

Enfin, on peut également citer la recherche par la spéculation portée par Isabelle Stengers, Émilie Hache, Bruno Latour ou Donna Haraway avec ses concepts de cyborg  ou SF, qui vont chercher dans les processus d’écriture science-fictionnelles des spéculations, ou gestes spéculatifs,  impossibles à poser sous forme d’hypothèse mais nécessaires pour propulser d’autres pratiques de recherche, montrant que les savoirs de l’imaginaire sont aussi autant des manières de faire des mondes (Goodman, 1977) que des pratiques qui permettent de faire-prise (Stengers, 2009) avec un monde bien réel.



Modalités de contribution

Cet appel à communication se veut transdisciplinaire : toute proposition est bienvenue, des sciences humaines aux sciences sociales et aux sciences STIM, tant qu’elle se montre cohérente avec la démarche proposée ci-dessus. Les propositions en recherche-création sont acceptées sous réserve qu’elles soient de la même durée qu’une communication “standard” (environ 25 minutes). Il est nécessaire pour cela de présenter l’objet de création, ou artefact, et d’en expliciter la démarche scientifique ainsi que la méthodologie de recherche.

Il est conseillé de consulter la définition des cultures de l’imaginaire proposée par l’association afin de vous assurer de la cohérence de votre proposition vis-à-vis de l’appel. Vous pourrez la trouver via ce lien.

Le colloque aura lieu du 1 au 3 mars 2023 à la Maison des Sciences et de l’Homme en Bretagne. Les propositions de contribution sont attendues pour le 13 janvier 2023. Ces dernières devront comporter deux documents : une proposition anonyme incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), ainsi qu’un autre document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie. Ce document devra préciser votre parcours universitaire et votre statut actuel. Afin de faciliter le traitement des propositions, merci de suivre le modèle d’intitulé suivant : NomPrenom_Titre-de-la-communication_Proposition pour le premier document et NomPrenom_Titre-de-la-communication_Bio pour votre biobibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse du Laboratoire des Imaginaires : laboratoiredesimaginaires [at] gmail.com.

La réponse du comité de direction sera donnée le 23 janvier 2023.


Comité d’organisation
Marie Kergoat
Julie Kolovou
Emmanuelle Lescouët
Aurore Noury
Hugo Orain


Comité scientifique
Crys Aslanian
Anne Besson
Marie Kergoat
Julie Kolovou
Emmanuelle Lescouët
Laura Martin-Gomez
Aurore Noury
Hugo Orain

Bibliographie sélective :

BAYARD Pierre, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Minuit, coll. « Paradoxes », 2013.

BESSON Anne, Les Pouvoirs de l’enchantement : usages politiques de la fantasy et de la science-fiction, Paris, Vendémiaire, 2021.

BESSON Anne, Manfrin Frédéric (dir.), « WorldBuilding. Création de mondes et imaginaires contemporains », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n°59, 2019.

BRÉAN Simon, « Les érudits de la science-fiction en France, une tradition critique endogène », ReS Futurae [En ligne], n°1, octobre 2012, URL : http://journals.openedition.org/resf/131 [consulté le 21 septembre 2022].

CAHILL Martin, “The role of magic in fantasy literature : exposing reality through fantasy”, Honors Thesis, Université d’Albany, New York, 2012, URL : https://scholarsarchive.library.albany.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1007&context=honorscollege_eng [consulté le 21 septembre 2022].

DELUERMOZ Quentin et SINGRAVÉLOU Pierre, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Éditions du Seuil, 2016. 

GINZBURG Carlo, Les Batailles nocturnes : sorcellerie et rituels agraires, XVI-XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1984.

GREEN Mitchell, “Narrative fiction as a source of knowledge”, dans Narration as argument, OLMOS Paula Olmos (dir.), New York, Springer International Publishing, 2017, p. 47-63.

HACHE Émilie, “The Futures Men don’t see”, dans Gestes spéculatifs. Actes du colloque de Cerisy, DEBAISE Didier et STENGERS Isabelle (dir.), Dijon, Les Presses du Réel, 2015.

HARAWAY Donna, Manifeste Cyborg et autres essais : science, fiction, féminisme, Exils, 2008.

MURRAY Janet H., Hamlet on the Holodeck. The future of narrative in Cyberculture, Cambridge (MA), The MIT Press, 2017.

PEYRON David, Culture Geek, Limoges, FYP éditions, 2013.

PARKER RENGA Ian et LEWIS Mark A., “Wisdom, Mystery, and Dangerous Knowledge: Exploring Depictions of the Archetypal Sage in Young Adult Literature”, Study and Scrutiny Research on Young Adult Literature, n°3, Mai 2018, URL : https://www.researchgate.net/publication/325551393_Wisdom_Mystery_and_Dangerous_Knowledge_Exploring_Depictions_of_the_Archetypal_Sage_in_Young_Adult_Literature [consulté le 21 septembre 2022].

WOLF Mark J. P., Building Imaginary Worlds: The Theory and History of Subcreation, New-York, Routledge, 2013.

Appel jeunes chercheurs: Un long Moyen Âge? Décloisonner la période médiévale

Après l’édition fribourgeoise en 2022, les Journées d’étude des Jeunes Chercheurs Médiévistes reviennent à l’Université de Genève. Elles se tiendront cette fois-ci uniquement en français,les 9-10 mars 2023. 

Avec Jacques Le Goff, l’idée d’un « long Moyen Âge » est venue bousculer les limites temporelles usuellement établies par l’historiographie. Elle prend sa source dans les travaux de Fernand Braudel sur la périodisation, les temps de l’Histoire et la notion de « longue durée ».  Depuis, les chercheurs et les chercheuses qui ont travaillé sur cette notion ont empiété tantôt sur l’Antiquité tardive, tantôt sur la période moderne, à l’instar des historiens qui se sont intéressés à la transformation des identités entre l’Antiquité et le Haut Moyen Âge (Coumert) ou qui ont observé les rémanences de la société féodale au XVIe siècle (Baschet), des historiens du théâtre et des littéraires qui ont étudié le maintien de pratiques théâtrales médiévales jusqu’au XVIIe siècle (Chocheyras, Doudet, Bouhaïk-Gironès, Koopmans et Lavéant,) ou des philosophes qui ont analysé l’existence d’une seconde scolastique à l’époque moderne (Miner).

Cependant, cette idée provoque aussi des réticences. Ainsi, l’historien spécialiste de la Renaissance Jean-Marie Le Gall affirme que : 

« la médiévistique est partagée entre la tentation de faire durer le Moyen Âge longtemps, très longtemps, parce que la Renaissance serait artificielle et superficielle, et celle de le moderniser précocement afin de cerner la genèse médiévale de la modernité. Et pour ce faire, elle a recours paradoxalement à la notion de Renaissance puisque certains défendent l’existence de renaissances médiévales. Ainsi donc la Renaissance n’existe pas mais elle a plein de rétroprojections au Moyen Âge où naît déjà l’individu, le capitalisme, l’humanisme et la modernité. Étrange paradoxe que celui qui voit une notion inventée pour déprécier le Moyen Âge être récupérée pour le rénover tout en clamant que la Renaissance n’existe pas![1] »

L’objectif de ces Journées sera donc de questionner les pratiques, techniques, conceptions, mentalités, motifs, porteurs d’une ouverture et d’un « décloisonnement » tant en amont qu’en aval de ce qu’on a longtemps défini en négatif comme une époque intermédiaire.  Cette mise en perspective est par nature interdisciplinaire et intégrera donc des communications relevant de domaines variés tels que l’histoire, l’histoire de l’art, la littérature, la musicologie, la philosophie, la linguistique ou encore la philologie. Celles-ci se focaliseront sur des considérations de durée en rapport avec le Moyen Âge occidental. Ce colloque souhaite mettre au centre de ses réflexions plutôt l’ouverture temporelle que l’ouverture spatiale qui reste par ailleurs mieux traitée. Il ne vise pas non plus à interroger les représentations médiévales au sein du monde contemporain dans une perspective de médiévalisme, mais plutôt à rendre compte d’objets spécifiquement médiévaux qui transgressent les limites temporelles canoniques et regardent soit vers l’Antiquité soit vers la modernité. 

Dans ce but, les communications pourront interroger ce qui fait que ces éléments de longue durée sont spécifiquement perçus comme des phénomènes « médiévaux ». Est-ce parce qu’ils naissent au Moyen Âge ou au contraire s’y achèvent ? Est-ce parce qu’ils présentent un aspect jugé « médiéval », que ce soit par les spécialistes ou un public plus élargi ? 

La longue durée paraît induire des adaptations ou des transformations dans la continuité des pratiques ou des idées. Ces modifications sont-elles minimes ou conséquentes, fortuites ou réfléchies, temporaires ou définitives ? Devons-nous les considérer comme des points de rupture ou de simples évolutions, voire de transitions ? Ces évolutions, temps courts au sein du temps long, remettent en question la périodisation par siècle et les temps traditionnels de l’Histoire. C’est notamment le cas de l’« Antiquité tardive », qui peut s’étendre jusqu’au VIIIe siècle, et du « long XVe siècle », qui déborde sur la modernité. Qu’est-ce que ces notions viennent apporter à la perception « classique » des bornes temporelles du Moyen Âge ? Quels dialogues instaurent-elles entre les périodes ? Pouvons-nous les considérer comme des temps de transition ou comme des micro-périodes possédant leur propre cohérence interne ?

Enfin, nous pourrons traiter des rapports qu’entretient le Moyen Âge avec la Renaissance. Faut-il simplement le considérer comme une époque intermédiaire à laquelle la Renaissance fait de l’ombre ?  Les médiévistes vont à l’encontre de cette idée, mais réinvestissent le terme de « renaissance » pour décrire des étapes ayant rythmé la période médiévale telles que l’époque carolingienne ou le XIIe siècle, comme le rappelait Jean-Marie Le Gall.  Nous pourrons réfléchir à cette apparente contradiction et faire émerger un dialogue à partir de l’exploitation de ce même terme dans une perspective de renaissances plurielles.

Nous invitons toutes les jeunes chercheuses et tous les jeunes chercheurs à nous faire parvenir leur proposition de contribution en français, d’une demi-page environ, accompagnée de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche), en format PDF, d’ici au lundi 31 octobre 2022 à l’adresse jcm2023 [at] sciencesconf.org.

Ces Journées donneront lieu à une petite publication, qui consistera en un abstract élargi de 2000 à 2500 mots par communication (bibliographie non incluse), et qui sera mise en ligne sur une archive ouverte pour créer un recueil des actes du colloque. Ces abstracts – demandés dans un second temps – devront être fournis en amont (courant du mois de janvier) et les actes seront publiés quelques jours avant le début des Journées d’étude.   


[1]Le Gall Jean-Marie, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, 2018, p. 27. 

 Pour plus d’information, consulter le site du colloque.

Orientation bibliographique :  

  • Baschet Jérôme, La civilisation féodale : de l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, 2004. 
  • Chocheyras Jacques, Le théâtre religieux en Dauphiné du Moyen Âge au dix-huitième siècle (Domaine français et provençal), Genève, 1975, vol. 128.
  • Coumert Magali, « Transformation of Identities: Barbarians and Romans in the Merovingian Realm », in Effros Bonnie, Moreira Isabel (éd.), The Oxford Handbook of the Merovingian World, Oxford, 2020, pp. 99-116.
  • Doudet Estelle, « Convergences, discontinuités, circulations : pour une histoire connectée du théâtre allégorique européen (XVe-XVIe siècle) », in Nicolas Catherine, Boutet Dominique (éd.), La Question du sens au Moyen Âge, Mélanges Armand Strubel, Paris, 2017, pp. 357-371.
  • Emery Kent, Friedman Russell, Speer Andreas (éd.), Philosophy and Theology in the Long Middle Ages. A Tribute to Stephen F. Brown, Leiden, 2011. 
  • Gibert Stéphane, Le Bihan Jean, Mazel Florian (dir.), Découper le temps ? Actualité de la périodisation en histoire, Atala. Cultures et sciences humaines, 17, 2014.
  • Jaser Christian, Lotz-Heumann Ute, Pohlig Matthias (éd.), Alteuropa – Vormoderne – Neue Zeit: Epochen und Dynamiken der europäischen Geschichte (1200 – 1800), Berlin, 2012.
  • Bouhaïk-gironès Marie, Koopmans Jelle, Lavéant Katell (dir.), La permission et la sanction. Théories légales et pratiques du théâtre (XIVe-XVIIe siècle), Paris, 2017.
  • Le Gall Jean-Marie, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, 2018, pp. 27-53. 
  • Le Goff Jacques, Un long Moyen Âge, Paris, 2004.
  • Miner Robert C, « Suarez as Founder of Modernity: Reflection on a Topos in Recent Historiography », in History of Philosophy Quarterly, 18, n°1 (2001), pp.17-36.
  • Monnet Pierre, « Studying the Middle Ages: Historical Food for Thought in the Present Day », in Jones Chris, Kostick Conor, Oschema Klaus, Making the Medieval Relevant, How Medival Studies Contribute to Improving our Understanding of the Present, Berlin, 2019, pp. 277-287.
  • Montorsi Francesco, « Pour en finir avec le Moyen Âge. Remarques sur la diffusion et l’abandon des textes médiévaux au XVIe siècle », in Studi Francesi, 188 (LXIII | II), Lexis Sas, 2019, pp. 301-312.
  • Stahuljak Zrinka, Médiéval contemporain. Pour une littérature connectée. Paris, 2020.

Appel prix jeunes chercheurs: Les langues anciennes et leurs imaginaires

Ce prix est organisé dans le cadre du colloque « Les langues anciennes et leurs imaginaires ». Celui-ci est coordonné par Justine Breton et Audrey Tuaillon Demésy ; il fait partie du programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs[1]) et est à l’initiative de l’association Human-Hist[2], en partenariat avec le Centre d’histoire vivante[3] et la ville d’Autun[4].

 

            En avril 2021, l’enseignement des langues régionales est officiellement inscrit dans le programme des écoles primaires françaises, suscitant des réactions mitigées et des effets de recul au cours des mois suivants. De même, les débats réguliers autour de l’enseignement des langues anciennes cristallisent des enjeux souvent contradictoires, entre volonté de préservation voire de valorisation d’un patrimoine culturel, et projets de rentabilité et de construction vers l’avenir. Pourtant, cette question de la défense et de la réappropriation linguistique dépasse de loin le simple cadre de l’enseignement scolaire et universitaire. Les langues, qu’elles soient régionales, anciennes ou même fictionnelles, convoquent et concentrent en elles-mêmes de riches imaginaires, issus de longues traditions culturelles ou construites de toutes pièces. Une langue n’est jamais un simple ensemble de mots et de règles. Elle est associée à une ou plusieurs cultures et, par extension, possède une importante fonction symbolique : la langue contribue notamment à la construction des identités, des nations et des imaginaires (Thomas, 1998).

Pourtant, la recherche sur ces imaginaires reste encore balbutiante en France. Dans le cadre du colloque « Les langues anciennes et leurs imaginaires », qui se déroulera à Autun du 23 au 25 mars 2023, le comité d’organisation met en place un Prix jeunes chercheurs, destiné à développer la recherche autour des langues anciennes et de leurs imaginaires.

Pour ce prix, et dans la continuité du colloque, nous considérons les langues anciennes dans un sens large, qui regroupe toute une constellation de pratiques et d’usages de langues révolues, peu connues, ou même imaginées. Ainsi, les langues anciennes peuvent être celles d’un temps et d’un espace historique donnés (latin, grec) mais aussi des langues dites traditionnelles (régionales) ou fictionnelles (qu’elles soient inventées à partir de langues existantes ou non). Il s’agit de porter une attention spécifique non seulement aux cadres d’expression de ces langues, mais aussi et surtout à leurs imaginaires. Dans cette perspective, les langues anciennes peuvent faire l’objet de réappropriations ou de (ré)inventions dans de nombreux domaines. Les imaginaires qui les entourent, entendus comme des « systèmes de pensée cohérents créateurs de valeurs, jouant le rôle de justification de l’action sociale et se déposant dans la mémoire collective » (Charaudeau, 2007 : 54) permettent de saisir leur apparition, leur circulation et leurs transpositions : construction des langues ; interpénétration de différents dialectes ; diffusion et appropriation au sein de communautés spécifiques (fans, reconstituteurs, habitants d’une même région, etc.) ; utilisation et usage dans des supports écrits et oraux, individuels ou collectifs ; renforcement ou ébranlement d’idées reçues sur les langues ; etc.

 

Prix jeunes chercheurs

Ce Prix jeunes chercheurs est à destination des masterants, doctorants et jeunes docteurs ayant soutenu leur thèse depuis moins de trois ans (après octobre 2019). Ils et elles pourront être issus de différentes disciplines, sans exclusion.

D’un montant de 1000 €, ce prix vise à encourager la recherche autour de l’étude des langues anciennes, régionales et fictionnelles. Il pourra répondre à l’un des deux volets suivants :

  • Contribuer à un projet de recherche à venir ou en cours (financement d’enquêtes, d’un déplacement pour des études de terrain, pour un approfondissement bibliographique, etc.) ;
  • Financer la publication de travaux de thèse déjà menés (choix de l’éditeur libre).

Les propositions devront présenter la recherche effectuée ou en cours, détailler l’objectif visé, la démarche de recherche mobilisée et montrer précisément comment le montant sera utilisé. Elles devront impérativement spécifier comment l’imaginaire contribue à une meilleure compréhension de l’objet de recherche que sont les « langues anciennes » telles qu’entendues dans cet appel.

Les propositions reçues seront étudiées par les membres du comité scientifique et du comité d’organisation du colloque, qui feront un retour à tous les participants dans le courant de l’automne 2022. Le prix sera remis lors du colloque « Les langues anciennes et leurs imaginaires » à Autun du 23 au 25 mars 2023.

Pour toute question, veuillez vous adresser conjointement à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et justine.breton@univ-reims.fr.

 

Modalités de soumission

Les propositions pour le Prix jeunes chercheurs seront constituées ainsi :

– deux pages maximum en format texte (.odt ou .doc), présentant clairement la recherche et l’objectif visé (projet de visite sur le terrain, publication de thèse, etc.) ;

– un CV court (maximum deux pages).

Elles seront adressées conjointement à audrey.tuaillon-demesy [at] univ-fcomte.fr et justine.breton [at] univ-reims.fr pour le 21 octobre 2022 au plus tard.

 

Bibliographie indicative

Barnes Laurie et van Heerden Chantelle, « Virtual Langues in Science-Fiction and Fantasy Literature », dans Language matters, vol.37 (1), 2006, pp. 102-117.

Bélanger Sarrazin Roxanne, Delattre Alain, Demaiffe David, De Winter Natasja, Martin Alain, Raepsaet Georges et Raepsaet-Charlier Marie-Thérèse, « Une tablette de défixion récemment découverte à Tongres », Latomus, n° 78, 2019, pp. 471-481.

Besson Anne, « Fantasy médiévale et médiévistique : une relation à sens unique ? », in Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (eds.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître en 2022.

Charaudeau Patrick, « Les stéréotypes, c’est bien, les imaginaires, c’est mieux », in Henri Boyer (ed.), Stéréotypage, stéréotypes : fonctionnements ordinaires et mises en scène, Paris, L’Harmattan, pp. 49-63, 2007.

Destruel Mathieu, Reality in Fantasy : Linguistic Analysis of Ficitonal Languages, Boston, Boston College, 2016.

Erat Vanessa et Rabitsch Stefan, « “Croeso i Gymru” – where they speak Klingon and Sindain : An essay in appreciation of conlangs and the land of the red dragon », in Alexander Onysko, Eva-Maria Graf, Werner Delanoy, Guenther Sigott et Nikola Dobrić (eds.), The Polyphony of English Studies, Berlin, Narr Dr. Gunter, 2017, pp. 197-220.

Landragin Frédéric, Comment parler à un alien ? Langage et linguistique dans la science-fiction, Saint-Mammès, Le Bélial’, 2018.

Peterson David J., The Art of Language Invention. From Horse-Lords to Dark Elves, The Words Behind World-Building, New York, Penguin Books, 2015.

Smith Ross et Honegger Thomas, Inside Language. Linguistic and Aesthetic Theory in Tolkien, 2e édition, Zurich, Walking Tress Publishers, 2011.

Thomas Paul-Louis, « Fonction communicative et fonction symbolique de la langue sur l’exemple du serbo-croate : bosniaque, croate, serbe », Revue des études slaves, vol. 70, n° 1, pp. 27-37, 1998.

Tuaillon Demésy Audrey, « Le quidditch moldu. De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, vol. 31, pp. 393-413, 2017.

Wolf Mark, Building Imaginary Worlds. The Theory and History of Subcreation, New-York & London, Routledge, 2012.

 

Comité scientifique

Carmen Alén Garabato, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Roxanne Bélanger Sarrazin, Université d’Oslo

Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

Laurent Di Filippo, Université de Lorraine

Pierre-Alexandre Chaize, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Vincent Ferré, Université Paris-Est Créteil

Jonathan Fruoco, Université Grenoble Alpes

Clémentine Hougue, Le Mans Université

Frédéric Landragin, CNRS

Sophie Laribi-Glaudel, Université de Lorraine

Karine Meylan, Musée romain de Lausanne-Vidy/Université de Lausanne

Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté

Karin Ueltschi-Courchinoux, Université de Reims Champagne-Ardenne

 

Comité d’organisation

Renaud Baujot-Julien, Centre d’histoire vivante d’Autun

Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

Bruno Galice, Centre d’histoire vivante d’Autun

Orlane Messey, Université de Franche-Comté

Sacha Thiebaud, Université de Franche-Comté

Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté

[1] https://aion-project.org

[2] https://humanhist.com

[3] https://chv-autun.fr

[4] https://www.autun.com

Appel jeunes chercheurs: Nouveau(x) monde(s), nouvelles perspectives

Colloque : « Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? », 13-14 octobre 2022, Université de Lorraine, Nancy.

Date limite d’envoi des propositions: 4 mars 2022.

Au XVIe siècle paraît en France un ouvrage intitulé Mundus Novus qui se présente comme la traduction d’une lettre de l’explorateur Amerigo Vespucci. Cet ouvrage popularise l’expression « Nouveau Monde » qui désigne l’Amérique, un territoire qui s’oppose à l’Europe, l’Ancien Monde. Le concept repose ainsi sur la rupture entre deux espaces, sur un changement, un passage du vieux au neuf. L’expression cristallise alors les promesses du continent américain. Peu à peu le Nouveau Monde est devenu un mythe s’articulant autour d’un désir d’extension des limites géographiques – la frontier américaine –, sur un appel à la découverte, sur un désir de changement, de rupture avec des modèles d’un autre temps. Mais le mythe s’effrite et le déboulonnage récent de statues de Christophe Colomb montre que le concept de Nouveau Monde s’appuie aussi sur une histoire et un imaginaire colonialistes. Cela invite à se demander si la promotion du neuf ne cacherait pas le recyclage des défauts de l’ancien. 

On peut se poser la même question à propos des (très) nombreuses promesses de nouveaux mondes qui alimentent le monde contemporain. Qu’il s’agisse d’un nouveau monde du travail, industriel, numérique, médiatique, religieux, technologique, politique, social, etc., on s’interroge quant à leur véritable nouveauté, aux nouvelles perspectives qu’ils offrent. S’agit-il d’autres mondes ? S’agit-il de mondes futurs ? S’agit-il de mondes inédits ? S’agit-il de mondes actualisés ? La notion même de monde pose question dans cet usage courant du concept de « Nouveau Monde ». Ces mondes sont-ils de nouveaux territoires ? De nouveaux champs ? De nouveaux paradigmes ?

Ce colloque se présente comme un espace de réflexion sur le concept de « Nouveau Monde » en interrogeant les représentations des nouveaux mondes. Les communications pourront porter sur différentes périodes historiques et sur différents médiums. De même, le choix des disciplines n’est pas limité pourvu que les communications portent sur des enjeux de représentations, fictionnelles ou non, afin de réfléchir collectivement aux perspectives et aux promesses qui sous-tendent le concept de nouveau(x) monde(s).


1.      Représenter de nouveaux mondes imaginaires 

Un nouveau monde est un monde que l’on imagine, que l’on raconte. En somme, c’est un monde que l’on fictionnalise. Les genres et sous-genres de l’imaginaire, en particulier les œuvres de SFFF (science-fiction, fantasy, fantastique), font de la création d’un monde nouveau un enjeu principal. Pensons par exemple à la mythologie de la Terre du Milieu de J.R.R Tolkien (Le Silmarillion, 1977) ou aux exergues diégétiques de Frank Herbert (Dune, 1965) : ces procédés participent à façonner des univers denses et cohérents, à faire du worldbuilding. Pour autant il semble qu’inventer des mondes n’est pas le propre des fictions de l’imaginaire du XXe et XXIe siècle. Les contes ne nous entraînent-ils pas dans un nouveau monde par la simple formule « Il était une fois » ? Dante n’avait-il pas imaginé un monde qui s’écarte du nôtre en concevant les trois parties de sa Divine Comédie ? Homère ne racontait-il pas déjà un nouveau monde peuplé de monstres et de magie dans son Odyssée ? Ce colloque sera l’occasion d’interroger les processus de création de mondes nouveaux en croisant les époques, les pratiques et les genres. L’avènement du numérique dans les productions fictionnelles contemporaines offre aussi de nouveaux territoires dans lesquels concevoir des univers. A l’heure de la culture de la convergence, un nouveau monde gagne en consistance en multipliant les supports. On s’intéressera alors aux enjeux transmédiatiques du worldbuilding

Chaque proposition d’un nouveau monde semble par ailleurs se construire à partir d’un imaginaire de la promesse. Il y a d’abord la promesse d’un univers a priori différent du nôtre qui est faite à celles et ceux qui reçoivent ces fictions. A travers des réflexions sur la réception des œuvres on pourra questionner leur nouveauté : y a-t-il une découverte dans ces nouveaux mondes ? Comment se manifeste-t-elle ? Dans quelle mesure se démarquent-ils du monde réel ? Que nous disent-ils du monde réel ou d’une autre époque ? Il y a ensuite l’imaginaire de la promesse qui dynamise les fictions elles-mêmes. On observe deux polarités dans les récits où le monde, la société, est construit sur une promesse : il y a celle que l’on tient et celle que l’on déçoit. Une dichotomie qui apparaît nettement dans le couple utopie/dystopie. Dans ces fictions, les mondes proposés présentent un avenir radieux ou bien catastrophique. Aussi les communications pourront porter, sans s’y limiter, sur des imaginaires positifs tels que le genre Solarpunk ou pessimistes comme les fictions climatiques ou post-apocalyptiques.

2.      Représenter de nouveaux mondes réels

Le Nouveau Monde américain était un territoire plein de promesses pour les colons européens. Tout phénomène de migration s’appuie sur des espérances : on quitte un lieu dans l’espoir d’en découvrir un meilleur après un long voyage. Tout nouveau territoire relève du mythe de la Terre Promise. Ainsi se construisent les imaginaires de la migration. Ils méritent d’être étudiés en s’intéressant non plus aux causes de ces migrations mais aux perspectives des migrant.e.s. Promet-on un monde différent à des colons ou à des réfugiés ? Que projettent les migrant.e.s quand ils quittent leur pays ? Ces projections varient-elles en fonction des raisons du départ ? Il est aussi possible d’étudier ces imaginaires en analysant le ou la migrant.e en tant que figure littéraire. Les corpus pourront puiser dans les récits du bassin méditerranéen (hispanophones, italophones, arabophones, francophones, etc.) et plus largement du continent européen, mais nous sommes ouverts aussi aux travaux s’intéressant à d’autres continents. 

Un nouveau monde peut aussi apparaître après une crise majeure, qu’elle soit politique, économique, écologique, sanitaire, etc. Nous nous interrogerons sur les représentations des mondes d’après renaissant des crises majeures. Minuit le 8 mai 1945 marque par exemple l’Heure Zéro (Stunde Nulle), la fin de la seconde guerre mondiale et l’entrée dans une nouvelle période historique. Ce monde post-seconde guerre mondiale est-il mis en scène de manière radicalement différente ? Depuis s’ensuivent des mondes post-… : le monde post-68, le monde post-guerre froide, le monde postmoderne, le monde post-11 septembre ou encore le monde post-COVID actuellement. On s’interrogera sur les représentations des imaginaires du post- en observant leur traitement des évolutions sociétales : desquelles s’inspirent-ils ? lesquelles alimentent-ils ? 

Le passage à un nouveau monde est une affaire de mouvements de fond entraînant d’importants changements idéologiques. On assiste aujourd’hui à un passage dans un nouveau monde de l’entreprise souhaitant dépasser le taylorisme vers de nouvelles pratiques managériales centrées sur le bien-être des employé.e.s. Comment s’incarnent les nouvelles idéologies du travail à travers la fiction ou le documentaire (gig economy, humanisme managérial, start-up nation) ? A l’échelle individuelle on assiste à l’émergence d’une autre tendance à travers la prépondérance de l’aspiration au bonheur et de l’acceptation de soi. Il serait utile d’observer les représentations de ces tendances. Une autre mutation intéressante concerne la religion. D’après Marcel Gauchet nous serions passés d’un monde religieux à un monde démocratique (Gauchet, 1985) à force d’individualisme et de désenchantement du monde. Comment les fictions ou les documentaires traduisent ce changement de monde ? Ces mouvements de fond restent des exemples et cet axe du colloque s’intéresse avant tout à l’étude des représentations de mondes réels dont on fait la promesse qu’ils seront nouveaux. Une question sous-jacente persiste alors : offrent-ils de nouvelles perspectives ?

 
A travers l’étude des fictions et des phénomènes sociaux, ce colloque sera donc l’occasion d’explorer des enjeux de création et de poétique et d’observer l’évolution des sociétés. Il permettra d’étudier les représentations de nombreux types de changements pouvant amener à un nouveau monde. Les différentes pistes de réflexion proposées pourront être bousculées. Elles n’ont pas vocation à être imperméables, bien au contraire.

Organisation du colloque : 

Le colloque « Nouveau(x) monde(s) : nouvelles perspectives ? » se destine en priorité aux jeunes chercheurs et jeunes chercheuses, que vous soyez doctorant.e, attaché.e temporaire d’enseignement et de recherche ou chercheur.euse postdoctorat. 

Les communications seront de 20 minutes (suivies de 10 minutes de questions). Les propositions titrées et d’une page maximum accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser à Fantine Beauvieux (fantine.beauvieux [at] univ-lorraine.fr) et Gatien Gambin (gatien.gambin [at] univ-lorraine.fr). 

Les actes du colloque seront publiés sur le carnet Hypothèses du LIS (https://lis.hypotheses.org/).

 Calendrier : 

 • Date limite de soumission : 4 mars 2022

• Date de réponse : 8 avril 2022

• Date et lieu du colloque : jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2022 à Nancy

 Comité d’organisation : 

Fantine BEAUVIEUX (doctorante, Université de Lorraine, LIS)

Gatien GAMBIN (doctorant, Université de Lorraine, LIS)

 Comité scientifique :

Anne COUSSEAU (Maîtresse de conférences HDR en littérature française, Université de Lorraine, LIS)

Alain GENETIOT (Professeur de littérature française des XVIe et XVIIe siècles, Université de Lorraine, LIS)

Victor-Arthur PIEGAY (Maître de conférences en études culturelles, Université de Lorraine, LIS)

Clotilde THOURET (Professeure de littérature générale et comparée, Université de Lorraine, LIS)

Détails.

Appel jeunes chercheurs: Femmes sauvages et femmes viriles

Colloque jeunes chercheur.se.s « Femmes sauvages, Amazones et femmes viriles : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ? », Université de Clermont Auvergne, 7-8 avril 2022.

Date limite d’envoi des propositions : 31 janvier 2022.

Si la femme sauvage est un motif défini dans les arts et la littérature du Moyen Âge, dʼabord pour tenir lieu de compagne à l’homme sauvage que le tout début du XIIe siècle invente, ses représentations et apparitions se sont ensuite diversifiées. Plus délaissée de la critique littéraire que son compagnon masculin pendant longtemps, la femme sauvage, comme ses avatars, se trouve aujourd’hui réinterrogée sous l’éclairage des women’s studies. Si la critique littéraire se penche peu à peu sur ces figures de femmes plus ou moins subversives (en témoigne l’ouvrage de Bruno Boerner et Christine Ferlampin-Acher : Femmes sauvages et ensauvagées dans les arts et les lettres, paru en juin 2021), leur analyse reste encore à étoffer et leur présence dans l’imaginaire contemporain est à questionner. 

La femme sauvage apparaît seule, ou en groupe, elle tend à se distinguer de son homologue masculin, sans toutefois réussir à sʼen défaire pleinement. Tantôt femme sylvestre, marginale, à la parole et aux moyens de communication limités, tantôt hybride, être monstrueux posant la question épineuse de la limite entre « nature » et « culture », mais aussi entre lʼanimalité et lʼhumanité, la femme dite « sauvage » interroge dans une société régie par l’Église et ses dogmes. Femmes viriles, acceptant des caractéristiques et des traits définitoires de la masculinité de lʼépoque médiévale, tels que la pilosité et même, la villosité, ou encore un caractère violent, elles soulèvent les questions relatives aux genres et à la distribution de leurs rôles au sein de la société. Pourvues dʼun bâton ou dʼune massue, armes primitives par excellence, leurs représentations, de plus en plus archétypales, tendent vers le dévoilement du corps féminin et de ses attributs, ces derniers correspondant de plus en plus à l’image de lʼÈve tentatrice et infernale contre laquelle l’Église met en garde (à savoir : une poitrine apparente, une longue chevelure, un grain de peau de plus en plus glabre…), et se confondent avec les figures de lʼAmazone et de la magicienne. Avec la première, la femme sauvage partage sa férocité, que le mythe de la femme guerrière vivant en communauté exclusivement féminine exacerbe. Avec la seconde, elle partage sa marginalité, et une partie de ses représentations en tant quʼétrangère.

            Pourtant, si les premières enluminures du XIIIe siècle montrent la femme sauvage comme une centauresse recouverte de poils – elle apparaît en femme à barbe dans les romans dʼAlexandre –, la femme sauvage semble perdre sa sauvagerie à partir du moment où sa sexualité débridée devient signe de son potentiel maternel. Elle devient alors mère de famille, accompagnant un ou plusieurs de ses enfants, et ses attributs féminins, comme les seins, sʼils restent visibles, deviennent lʼexpression de son caractère maternel. 

À partir des XIVe et XVe siècles, ces figures féminines connaissent de véritables évolutions grâce à de nouvelles figures littéraires féminines, inspirées du contexte socio-politique. Ainsi, lʼemblématique  Jeanne dʼArc ou encore la figure mythique de Penthésilée se frayent une place de premier plan dans les arts et les littératures, et sʼaffranchissent de figures masculines jusque dans le théâtre et la littérature des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Ainsi, Charles Péguy fait de Jeanne dʼArc la figure principale de son œuvre, lʼérigeant en guerrière de la paix, incarnation de lʼâme paysanne française. De grands noms de la littérature à travers toute lʼEurope, tous genres littéraires confondus, sʼemparent de la figure, à lʼexemple de Shakespeare, Thomas de Quincey – lʼun des rares Anglais à prendre la plume pour la défense de la jeune guerrière – ou encore Mark Twain. La pucelle dʼOrléans devient symbole de femme forte, issue dʼun milieu paysan, sʼélevant en  véritable emblème de la France.

 Quant à la figure de lʼAmazone, Anne-Marie du Boccage écrit sa pièce Les Amazones en 1749, relatant les débats se déroulant à Thémiscyre, le royaume des femmes guerrières, après quʼelles ont fait prisonnier le héros Grec Thésée. LʼAmazone nʼest plus alors une figure étrangère et lointaine, mais bien une figure principale, dont les mœurs dérogent aux habitudes sociales patriarcales. Les noms dʼHippolyte, dʼAntiope et de Penthésilée sʼincarnent en personnages plus ou moins subversifs, mais dont le rôle nʼest plus simplement ornemental. Plus tard, Julien Gracq traduit Penthésilée de Kleis. Si ces pièces connaissent un certain succès en leur temps avant de tomber dans lʼoubli, elles sont redécouvertes et suscitent à nouveau lʼintérêt à partir de la fin du XXe siècle, et cʼest au même moment que ces figures de femmes viriles surgissent notamment dans la fantasy.

 Si la fantasy, et plus particulièrement la high fantasy, se plaît à mettre en scène des cohortes de chevaliers et de guerriers de toutes sortes, les figures féminines se font plus rares. Elles apparaissent toutefois sporadiquement chez les fondateurs du genre : Dame Eowyn devient, pour un temps, une figure guerrière et femme virile chez Tolkien, tandis que Susan, une des héroïnes du Monde de Narnia, hérite en partie ses attributs et symboles des chasseresses et autres Amazones. Les femmes sauvages velues du Moyen Âge tendent à disparaître au profit de redoutables guerrières. Souvent séduisantes, parfois hypersexualisées (Wonder WomanXena, la guerrière ou autres tarzanides de comics), les personnages féminins de fantasy sont aussi, quelquefois, virils (à l’image de Brienne de Torth de Game of Thrones).

En fantasy jeunesse, où les héroïnes commencent à trouver une voix / voie depuis une vingtaine d’années, les figures féminines se font parfois Amazones et héritent de la plupart des éléments mythiques : elles sont cavalières, archères, guerrières et appartiennent à une communauté féminine vivant à l’écart de la société (La Ville sans vent). Cependant, plus généralement, la figure amazonienne se dilue dans des personnages féminins composites qui amalgament de nombreux personnages fabuleux. Ces héroïnes « syncrétiques » sont librement inspirées de chasseresses, de femmes sauvages, de femmes viriles et de magiciennes, c’est-à-dire, de femmes puissantes (Katniss dans Hunger Games, Ellana dans Le Pacte des Marchombres, les sorcières d’À la croisée des mondes, etc.).

Loin de rester enfermées dans les pages d’œuvres littéraires, les femmes sauvages, viriles et les Amazones se développent sur toutes sortes d’écrans : elles apparaissent dans les jeux vidéo, les séries et le cinéma, qui adaptent les œuvres littéraires dans lesquelles elles s’inscrivent ou créent des figures originales (pensons à Xena, la guerrière, à RebellePrincesse Mononoké ou aux dryades de The Witcher).

Par ailleurs, Amazones et femmes sauvages, représentées comme marginales, interrogent la place des femmes, leur rapport aux autres et au monde. Ces figures mythiques renaissent alors sous la plume d’autrices féministes (Les Amazones libres et la trilogie des Renonçantes de Marion Zimmer Bradley, Les Guerillères de Monique Wittig) et certains personnages, comme l’Amazone Wonder Woman, fleurissent sur les pancartes de manifestants et manifestantes féministes.

Ce sont ces figures de femmes qui ont traversé les siècles que nous souhaitons étudier lors de ce colloque afin de saisir leurs évolutions depuis le Moyen Âge. Sans vouloir enfermer ces personnages mythiques – qui se jouent par ailleurs des frontières – dans des (stéréo)types, nous souhaitons au contraire mettre en avant la grande perméabilité qui s’instaure entre elles : ces figures sont des personnages poreux aux caractéristiques mouvantes. Quels dialogues se créent entre femmes sauvages, viriles et Amazones ? Dans quelle mesure les femmes velues et sauvages du Moyen Âge, comme les femmes guerrières et autres filles de Penthésilée, incarnent-elles des modèles féminins contemporains ?


En parallèle de ces questions centrales, les participants et participantes pourront, entre autres, s’interroger sur les problématiques suivantes : 

– La femme sauvage partage-t-elle toutes les caractéristiques et tous les attributs de lʼhomme sauvage ? Peut-elle se défaire de ce dernier, et par quels moyens ?
– Peut-elle devenir maternelle, et si oui, de quelle manière ce rôle sʼarticule-t-il avec la notion de sauvagerie ? 
– Quels relations tissent ces femmes marginales avec autrui ? Quels peuvent-être leurs rapports au couple, à la sororité… ?
– Quels rapports ces femmes Autres entretiennent-elles à l’espace ?
– Quelles relations tissent les femmes sauvages, Amazones et femmes viriles des littératures de l’imaginaire avec leurs ancêtres mythiques ? En quoi peuvent-elles constituer un topos du genre ? Comment se diluent-elles dans les personnages de guerrières de ces littératures ?
– À une époque où les personnages masculins sont sur-représentés en littérature de jeunesse, en quoi ces figures féminines, pourtant anciennes, peuvent-elles incarner de nouveaux modèles pour les jeunes lecteurs et lectrices ? Quelles peuvent être leurs relations aux littératures de jeunesse ?
– Comment représenter et actualiser ces figures mythiques dans les arts visuels contemporains, en particulier dans le cinéma, les séries ou jeux vidéo ?


Comité d’organisation :

Elise d’Inca, Université Clermont Auvergne, CELIS (Clermont-Ferrand)

Florie Maurin, Université Clermont Auvergne, CELIS (Clermont-Ferrand) 

Comité scientifique : 

Nelly Chabrol Gagne, Université Clermont Auvergne, CELIS (Clermont-Ferrand)

Christine Ferlampin-Acher, Université Rennes 2, CELLAM (Rennes)

Françoise Laurent, Université Clermont Auvergne, CELIS (Clermont-Ferrand)

Véronique Léonard-Roques, Université de Bretagne Occidentale, HCTI (Brest)

Isabelle Olivier, Université d’Artois, Textes et Cultures (Arras)

Angélique Salaün, Université Rouen Normandie, CÉRÉdI (Rouen)

 

Ce colloque se destine en priorité aux jeunes chercheurs et jeunes chercheuses (masterant.e.s, doctorant.e.s, post-doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s).

Les propositions de communication (500 mots maximum), composées d’un titre et d’un résumé, ainsi qu’une brève notice biobibliographique sont à envoyer conjointement aux adresses suivantes :

Elise.D_INCA [at]doctorant.uca.fr et Florie.MAURIN [at] uca.fr 

Calendrier : 
Date limite de réception des propositions : 31 janvier 2022
Date de réponse : 10 février 2022
Date et lieu du colloque : 7-8 avril 2022 à Clermont-Ferrand

Appel jeunes chercheurs: Femmes et nature

Journée d’étude jeunes chercheur.se.s « Femmes et nature : espaces de l’intime. Modèles, discours et réappropriations dans les littératures romanes », Université Sorbonne Nouvelle, Paris, 16 avril 2022.

Date limite d’envoi des propositions : 10 janvier 2022.

La journée d’étude Femmes et nature : espaces de l’intime. Modèles, discours et réappropriations dans les littératures romanes souhaite interroger les mutations dans la représentation littéraire du rapport femmes-espaces naturels. On s’interessera aux œuvres littéraires en langues romanes, au cours d’un horizon temporel qui va du Moyen Âge à nos jours, afin d’observer, d’une part, la stéréotypisation et la simplification de cette relation dans l’histoire de la littérature et, d’autre part, la place de plus en plus significative que l’expression de l’intimité féminine peut assumer dans la nature. Il s’agira enfin de considérer le genre de l’auteur·ice dans l’étude de ce type de discours.

La relation entre les femmes et la nature constitue en littérature un binôme marqué traditionnellement par les topoi, les stéréotypes et les archétypes offrant une représentation limitée de l’individualité féminine. Divinités ou personnifications des forces vives de la nature, figures allégoriques incarnant souvent un certain nombre de polarités (pureté/transgression, virginité/procréation, bien/mal) ou personnages hors norme et excentriques, les êtres féminins liés étroitement à la nature font l’objet de discours normatifs qui tendent à effacer leur subjectivité. Cibles des désirs sexuels ou des interdictions sociales, ils vivent une simplification du rapport entre la construction du genre et la construction de l’espace, qui s’est souvent exprimée sous forme d’un dualisme homme = culture / femme = nature. D’ailleurs, comme l’affirme Gisela Bock, cette dichotomie culture/nature a été « reconnue [par les spécialistes de l’histoire des femmes, NDLR] comme une façon spécifique – et peut-être spécifiquement occidentale – d’exprimer les hiérarchies entre les sexes » (G. BOCK, p. 56).

Si d’une part on peut observer cette tendance à la stéréotypisation et à la simplification dans la représentation littéraire du rapport femme-nature, de l’autre, dans la perspective diachronique que nous souhaitons adopter, il faut considérer que la perception des espaces naturels et leur reformulation par l’imaginaire littéraire changent au long de l’histoire. Si le Moyen Âge est marqué par l’idéalisation et la symbolicité des éléments naturels, la Renaissance se concentre plutôt sur l’étude et l’observation de ceux-ci. Ce changement de perspective mène à la naissance de la notion de paysage, et, plus tard, à la fascination romantique pour le « sublime », et donc pour la nature indomptable et sauvage. S’ensuit une période de contrôle toujours plus strict sur la nature en parallèle d’un développement exponentiel des villes et des aires industrielles, qui réduit de plus en plus la présence et la fonction de la nature dans la société et dans l’espace, rendant plus complexe le rapport entre les individus et les espaces naturels. Aujourd’hui, on assiste plutôt à un retour vers cette nature perdue, à la recherche d’une nouvelle harmonie avec elle, comme le témoigne, entre autres, l’émergence du champ d’études de l’écocritique (G. VIGNOLA).

Or, cette évolution de l’idée de nature et des images littéraires la concernant suscite l’intérêt des études sur les littératures en langues romanes, tandis que le mouvement de la relation femmes-espaces naturels demeure encore peu approfondi. Plus particulièrement, la représentation littéraire des personnages féminins dans la nature ou liés étroitement à celle-ci nous interroge sur leur possible accord intime et donc sur l’expression de la vie intérieure des femmes, de leur existence la plus profonde dans les espaces naturels, propices à la solitude et non marqués par l’empreinte culturelle masculine qui caractérise l’espace urbain.

Y a-t-il donc des mutations dans la représentation littéraire du rapport femmes-espaces naturels, laissant une place de plus en plus significative à l’expression de l’intimité féminine ? La nature devient-elle un territoire intérieur et imaginatif féminin ? Quels sont, au contraire, les éléments de continuité, les topoi qui résistent au passage des siècles ? Ces interrogations mériteraient d’être davantage traitées dans le champ littéraire, créant ainsi des ponts nécessaires avec les études de genre, à travers l’exploration de plusieurs époques et pays.

Par ailleurs, la relation femmes-nature en littérature doit être prise en compte à travers deux regards, deux plumes : ceux des hommes de lettres et ceux des autrices, qui permettent de prendre en considération à la fois le plan de la représentation et le plan de l’expression d’une intimité féminine par les femmes. Dans quelle mesure le genre de la personne qui écrit joue-t-il un rôle dans ce type de discours ? Le lien entre femme et nature exprimé par les hommes constitue-t-il une exclusion de la culture masculine ? Au contraire, les autrices, ainsi que leurs personnages, se sont-elles réapproprié la nature comme « espace à soi », comme espace de l’intime, aboutissant à une réinvention identitaire des sujets-femmes entre solitude, liberté et sauvagerie de la nature ?

C’est cette recherche d’une représentation de l’intimité féminine en rapport avec les espaces naturels, ou sa dévalorisation ou négation, que la journée Femmes et nature : espaces de l’intime. Modèles, discours et réappropriations dans les littératures romanes souhaite interroger à travers l’étude des œuvres littéraires en langues romanes, au cours d’un horizon temporel qui va du Moyen Âge jusqu’à nos jours.

Modalités de participation

Les propositions de communication (titre + résumé de 500 mots maximum + bibliographie synthétique + une brève présentation de l’auteur.ice) sont à envoyer au plus tard le 10 janvier 2022 à l’adresse : femmesnature.journee [at] gmail.com

La durée prévue des communications est d’environ 20 minutes.

Le comité d’organisation prévoit la publication des contributions dans un volume collectif avec comité scientifique.

La journée d’étude s’adresse principalement aux doctorant.e.s, docteur.e.s et jeunes chercheur.se.s. Elle aura lieu en présentiel à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle, à Paris, le 16 avril 2022.

Appel jeunes chercheurs: Raconter l’histoire

Appel à communications en vue du colloque jeunes chercheur.se.s “Raconter l’histoire. Récits et histoire dans les cultures de l’imaginaire“, organisé par le Laboratoire des Imaginaires. Il se tiendra du 9 au 11 février 2022 à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne.

Date limite: 3 décembre 2021.

L’histoire a commencé à s’interroger sur son propre langage dès qu’elle s’est pensée comme science : se détachant de tout ce qui en elle faisait fiction, écartant le style et la plume de ses préoccupations principales, elle s’est ainsi structurée en tant que discours factuel sur le réel, tout en posant un regard critique sur sa propre écriture dans un retour sur elle-même somme toute très littéraire. En parallèle, loin de se cantonner à l’abstraction et à la rêverie, la fiction a pu développer de nouveaux champs d’exploration, libérés de toute contrainte de vérité mais en même temps capables, également, de raconter le réel.

Ainsi est battu en brèche l’un des vieux préjugés qui pèsent encore sur les cultures de l’imaginaire, quand bien même celui-ci s’use avec l’âge : elles constitueraient autant d’anti-histoires, voire de contre-histoires, selon l’idée qu’on se faisait de leurs mondes fictionnels clos, lointains, étrangers à tout. Elles opèrent au contraire ce pas de côté qui permet d’étudier les modalités au travers desquelles se raconte le réel. Ainsi se dessinent également les qualités qui font des cultures de l’imaginaire autant d’expériences inédites, même dans le champ médiatique. Autres planètes, autres mœurs : la supposée fracture entre le réel et l’imaginaire a permis à ces littératures d’explorer tout autant la « vérité scientifique » que son parfait opposé. Dans l’imaginaire, on se figure des branches inconnues du vivant, on inverse les lois de la physique et on travaille la science au corps ; mais on questionne aussi les revers de l’histoire, on invente des romans transnationaux, on ressuscite les morts et on manipule les motifs les plus traditionnels jusqu’à ce qu’ils s’extirpent de leur milieu de naissance pour produire des discours nouveaux. Ce sont ces ressources propres aux cultures de l’imaginaire que ce colloque se propose d’explorer, afin de considérer tout ce que la fiction elle-même dit de l’histoire, et tout ce qu’elle fait de l’histoire.

Imaginaires et Histoire : inspirations et interactions

Le passé étant un référent fréquent de l’imaginaire, avant tout du genre de la fantasy, il semble inévitable qu’un peu de la discipline historique, de l’attention à l’Histoire, filtre vers ces médias. Le Moyen Âge, notamment, est une période fortement associée aux mondes de l’imaginaire, association tenant plus de la réception du Moyen Âge que de sa réalité, symptomatique d’une vision fantasmée de l’Histoire. L’œuvre A Song of Ice and Fire et la série Game of Thrones qui en découle constituent un excellent exemple. Les fréquents parallèles observés entre son intrigue et plusieurs événements marquants de l’histoire de la Grande-Bretagne ont laissé penser que son auteur avait effectué un important travail de recherche. En vérité, ce sont les romans Les Rois maudits, œuvre fictionnelle de Maurice Druon inspirée du règne capétien, qui ont largement inspiré G.R.R. Martin : sa vision de l’Histoire est donc passée plusieurs fois par le tamis de la fiction. Ce médiévalisme est un objet d’étude central lorsqu’on s’intéresse à la fantasy.

Il n’est pas rare que la fiction ne prenne pas seulement un cadre historique comme référent, mais s’en empare entièrement comme contexte de son récit, venant ajouter à notre réalité historique bien connue un élément étranger qui ouvre la porte de l’imaginaire. Ainsi Fabien Cerutti permet-il des rencontres entre personnages réels, historiques, et elfes, trolls et orcs en situant les aventures de son bâtard de Kosigan dans une France médiévale. Ce cas spécifique le prouve : une telle pratique peut être accompagnée d’une grande attention au détail de la part des créateurs·rices soucieux·ses de donner à leur fiction la plus grande crédibilité historique. Le jeu vidéo Assassin’s Creed II constitue un autre exemple de cela, prenant place dans une Venise virtuelle pensée avec une grande minutie par les développeurs·euses du jeu, un historien en résidence ayant même accompagné cette démarche. L’attrait propre à l’imaginaire associé à cette rigueur dans la réalisation se prête par ailleurs à un travail pédagogique, et c’est ainsi que l’on trouve des ouvrages comme Les chevaliers de la raclette, série jeunesse de Jean-Laurent Del Soccorro, dans lequel l’imaginaire sert de porte d’entrée au public pour découvrir une période ou un lieu historique. Ces deux œuvres reposent, chacune à leur façon, sur une forme de voyage dans le temps, un phénomène souvent employé pour permettre un regard extérieur sur une période historique plus ou moins connue des chercheurs·euses – on pensera à la série TV Outlander, ou encore au roman Jésus Vidéo. 

De telles interventions extérieures au cours du temps permettent de proposer des alternatives, autre possibilité explorée par le genre de l’uchronie. En changeant un événement, l’auteur·rice peut alors se permettre de réécrire le cours de l’Histoire. Cela peut conduire à des fictions proches de notre monde, par l’exploration de minuscules variations, ou encore par l’insertion d’éléments perturbateurs majeurs, surnaturels ou technologiques, comme c’est le cas dans la Trilogie de la Lune de Johan Heliot. L’interactivité du média devient génératrice d’autant d’Histoires parallèles, et un simple choix d’une audience joueuse peut faire basculer un récit historique vers une uchronie, le choix devenant alors en soi générateur d’imaginaire dans le récit. C’est le cas par exemple de la série de jeux vidéo Crusader Kings qui, à chaque partie, propose une nouvelle version de l’Histoire soumise aux décisions des joueurs·euses et de l’IA.

L’Histoire des mondes imaginaires

Mais une œuvre peut donner à contempler une Histoire sans pour autant relever de la fiction historique. Ainsi, la duologie Bohen d’Estelle Faye constitue une forme de saga historique prenant place dans un autre monde que le nôtre. C’est l’intensité des événements, la multitude des points de vue et la façon de construire le récit qui semblent donner au texte une ambition historique au sein de la diégèse. L’extension de l’histoire sur une vaste période temporelle sert également cet intérêt en permettant à l’audience d’un média de voir se dérouler l’Histoire alors qu’elle a lieu. L’œuvre d’Estelle Faye, en se positionnant au niveau des acteurs·rices de l’Histoire, propose une vision différente de celle des grands romans nationaux, « depuis le point de vue des assujettis », en postulant que « la vue est meilleure si l’on se tient en dessous des super plateformes spatiales des puissants » (pour reprendre les expressions de Donna Haraway dans ses travaux sur les savoirs situés).

Mettre en relation l’Histoire et l’imaginaire, c’est aussi questionner la façon dont on la produit, dont on la raconte. La forme du récit historique inséré dans une fiction est un choix fréquent pour les auteurs·rices d’imaginaire, notamment en roman où la forme linéaire et textuelle se prête bien à la reprise des codes de la chronique, du journal, ou encore de l’archive. L’auteur·rice ne se contente pas alors de créer l’Histoire fictive d’un monde imaginaire, il ou elle montre comment la perception de celle-ci est subjective. Cela peut parfois servir à informer le lectorat, comme c’est le cas des extraits de l’Encyclopedia Galactica dans la saga Fondation, ou des extraits écrits de la main de Princesse Irulan dans Dune. Dans d’autres cas, l’archive englobe l’ensemble de l’Histoire : les Annales de la Compagnie Noire de Glen Cook sont, comme le titre l’indique, les annales d’une compagnie de mercenaires. Le contenu et la perspective sur les événements est donc dépendante de l’annaliste, qui selon les tomes peut varier considérablement. En associant ainsi les modes de retranscription, on favorise une forme de polytextualité qui permet d’interroger la production du récit historique. Construire un récit de la sorte permet par exemple d’interroger la façon dont peuvent être produits un roman national, un rapport au héros, etc.

L’histoire des cultures de l’imaginaire

Les cultures de l’imaginaire ont désormais des décennies d’existence : l’un des enjeux de ce colloque sera également d’en permettre une approche historique, d’analyser ces médias et récits et leur évolution dans le temps. Ainsi peut-on s’interroger sur les pratiques de diffusion et de publication qui ont amené au succès de telle ou telle esthétique au détriment d’une autre. Une généalogie des formats à bas prix, soulignant leur impact sur les imaginaires, peut alors être suivie depuis le roman-feuilleton qui a inspiré les pulps, qui eux-mêmes plus tard reviendront influencer l’édition française. En dehors des pratiques de publication, cet axe de recherche sera aussi l’occasion d’effectuer une étude comparatiste remontant aux nombreuses origines et inspirations, supposées ou avérées, des cultures de l’imaginaire. Si ce travail d’exploration des sources et des origines a déjà été fait, on pourra l’interroger dans une perspective historiographique en se demandant si, en proposant un travail historique des cultures de l’imaginaire, certains n’ont pas avant tout dressé un portrait de ces cultures « à l’occidentale », mettant de côté toute une Histoire non-blanche de l’imaginaire qui émerge aujourd’hui.

Car faire cette histoire de l’imaginaire, c’est aussi faire l’histoire de ses genres et de ses motifs. Dune s’est-il affranchi des récits qui fantasmaient autrefois le désert, ou bien le duduk arménien n’est-elle qu’une manière d’immerger l’audience de son dernier film dans le sable d’Arrakis ? Lorsque les Hobbits de Tolkien déclament des vers, ils sont persuadés de réciter de la poésie elfique en ann-thennath ; mais le lectorat français, lui, ne lit-il pas les alexandrins de Daniel Lauzon ? Et que dire de la réutilisation des chapes blanches de nonnes par Margaret Atwood, celles-là mêmes qu’ont reprises récemment certaines militantes pro-avortement ? L’imaginaire a ses motifs, constamment retravaillés par celles et ceux qui les manipulent, les consacrent ou les tordent, selon leurs ambitions et leurs besoins. Ces motifs peuvent restreindre le champ de vision comme ils peuvent l’ouvrir, ou le transformer. Poser le regard sur leur circulation, considérer leurs origines et les rapports de force qui en structurent l’expression, apprécier la manière dont ils sont aujourd’hui réinvestis ou non par de nouvelles formes de luttes, tout cela constitue également l’un des champs d’étude de la fiction, dans ce qu’elle projette sur le réel.

Pistes complémentaires :

La place de l’archéologie dans l’imaginaire : La discipline archéologique constitue un pan entier de l’étude de l’Histoire, générateur de ses propres imaginaires. On pensera bien sûr à Indiana Jones, Lara Croft et autres Alan Quaterman, archéologues-aventuriers·ères dont le traitement des monuments ferait frémir leurs collègues contemporains. Mais cette association de la ruine à l’aventure et au mystère peut tout autant se retrouver dans le donjon d’un jeu de rôle. On peut aussi simplement s’interroger sur le traitement de ces lieux historiques dans les médias de l’imaginaire.
Récit non-linéaire et narratologies numériques : Le développement des technologies de l’information et de la communication à l’ère du numérique affectent nos usages et nos circulations entre les savoirs. Ainsi, de nouvelles mécaniques littéraires et narratives font leur apparition. Espen J. Aarseth développe la notion de littérature ergodique (non-triviale) pour référer au travail qu’implique le fait de circuler dans les hypertextes propres au numérique, tandis que Janet H. Murray voit dans le choix multiple et le die & retry les possibilités d’une narration non-linéaire et surtout multi-séquentielle que le cinéma ou la littérature classique ne peuvent offrir. Le temps d’un glitch ou d’un ghost, les savoirs académiques s’intriquent et se juxtaposent aux cultures de l’imaginaire. Les avatars et les profils résonnent désormais en polyphonie avec les notifications, les playlists et les références universitaires. Ces données ne se parasitent plus et créent des rapports à la fois sensibles et hybrides au travail de chercheurs·euses. Quelles cultures de l’imaginaire émergent du die & retry de nos historiques quotidiens de navigation sur les réseaux ? Et quelles historiographies des cultures de l’imaginaire se génèrent malgré nous par l’analyse des nouvelles données incessantes de ces usages dont nous nous croyons les héros ?
 
ORGANISATION

Le colloque aura lieu les 9-10-11 février 2022, à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, à proximité du campus Villejean de l’Université Rennes 2 et/ou, selon les circonstances sanitaires, via une interface de vidéoconférence en ligne.

Organisée par l’association du Laboratoire des Imaginaires, elle est destinée en priorité aux jeunes chercheurs·euses, doctorants·es, masterants·es, ou étudiants·es en licence qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.

MODALITÉS DE CONTRIBUTION

Il est conseillé de consulter la définition des cultures de l’imaginaire proposée par l’association afin de vous assurer de la cohérence de votre proposition vis-à-vis de l’appel. Vous pourrez la trouver à l’adresse suivante :  https://lelaboratoiredesimaginaires.wordpress.com/about/

Les propositions sont attendues pour le 3 décembre 2021. Ces dernières devront comporter deux documents : une proposition anonyme incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), ainsi qu’un autre document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie. Ce document devra préciser votre parcours universitaire et votre statut actuel. Afin de faciliter le traitement des propositions, merci de suivre le modèle d’intitulé suivant : NomPrenom_Titre-de-la-communication_Proposition pour le premier document et NomPrenom_Titre-de-la-communication_Bio pour votre biobibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse du Laboratoire des Imaginaires : laboratoiredesimaginaires [at] gmail.com

La réponse du comité de direction sera donnée le 20 décembre 2021. 



COMITÉ ORGANISATEUR

Le Laboratoire des Imaginaires est une association étudiante de Rennes 2, fondée dans le but de valoriser les travaux de recherche des étudiant·es et jeunes chercheur·euses spécialisé·es dans les médias de l’imaginaire.

Le comité organisateur de la journée d’études est constitué des membres du bureau, ainsi que de plusieurs membres bénévoles : Manon Berthier, Corentin Daval, Marie Kergoat.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Justine Breton, Maître de conférence en Littérature française, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Charline Pluvinet, maîtresse de conférence en littérature générale et comparée à l’Université Rennes 2.

Manon Berthier, doctorante en Littérature comparée, Université Paris-Est Créteil.

Zelda Chesneau, doctorante en Littératures Générales et Comparées, Université Rennes 2.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

BARTTER Martha A., The Way to Ground Zero: The Atomic Bomb in American Science Fiction, Wesport [Connecticut], London, Greenwood Press, « Contributions to the Study of Science Fiction & Fantasy », 1988. 

BAYARD Pierre, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Minuit, « Paradoxes », 2013.

BENJAMIN Walter, Sur le concept d’histoire [1940], traduction d’Olivier Mannoni, Paris, Editions Payot et Rivages, 2008.

BESSON Anne (dir.), Fantasy et histoire(s). Actes du colloque des Imaginales 2018, Chambéry, actusf, 2019.

BESSON Florian, KIKUCHI Catherine et TROADEC Cécile, « Les Moyen Âge de Game of thrones », Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Journal of medieval and humanistic studies, no 28 (31 décembre 2014), p. 479‑507. 

BLANC William, Le Roi Arthur, un mythe contemporain, Paris, Libertalia, 2016.

BOOKER M. Keith, Monsters, Mushroom Clouds, and the Cold War: American Science Fiction and the Roots of Postmodernism, 1946-1964, Wesport [Connecticut], London, Greenwood Press, « Contributions to the Study of Science Fiction & Fantasy », 2001. 

BOUJU Emmanuel, La Transcription de l’histoire, essai sur le roman européen de la fin du XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

BRÉAN Simon, « Histoires du futur et fin de l’Histoire dans la science-fiction française des années 1990 », ReS Futurae [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 29 décembre 2014. URL : http://resf.revues.org/452 

BRIANS Paul, Nuclear Holocausts: Atomic War in Fiction 1895-1984 [1987], public.wsu.edu [en ligne], 2003, mis à jour le 17 décembre 2008, disponible sur http://public.wsu.edu/~brians/nuclear/index.htm.

BURLE-ERRECADE Élodie et NAUDET Valérie (dir.), Fantasmagories du Moyen Âge : Entre médiéval et moyenâgeux, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2010, http://books.openedition.org/pup/2083.

CAMPEIS Bertrand et GOBLED Karine, Guide de l’uchronie, Chambéry, actusf, 2018.

CHALVON-DEMERSAY Sabine, « Le deuxième souffle des adaptations », L’Homme, n°175-176, juillet-septembre 2005/3-4, p. 77-111.

DE CERTEAU Michel, L’Écriture de l’histoire [1975], Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2011. 

DELUERMOZ Quentin et SINGAREVELOU Pierre, Pour une histoire des possibles, Paris, Éditions du Seuil, 2016.

DEMANZE Laurent et VIART Dominique, Fins de la littérature, historicité de la littérature contemporaine, tome 2, Paris, Armand Colin, « Recherches », 2013. 

DESHOULIERES Valérie-Angélique et VACHER Pascal, La Mémoire en ruines : le modèle archéologique dans l’imaginaire moderne et contemporain, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, « cahiers de recherches du CRLMC », 2000. 

FERRÉ Vincent (dir.), « Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2010-3, 2010, https://journals.openedition.org/itineraires/1774.

FUKUYAMA Francis, La fin de l’homme. Les conséquences de la révolution biotechnique, traduction de Denis-Armand Canal, Paris, Gallimard, « Folio actuel », 2002.

HARTOG François, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Editions du Seuil, 2003.

KLEIN Gérard et RICHE Daniel (coord.), Change, no 40 « Science-fiction & histoires », Paris, Seghers-Laffont, mars 1981.

KOSELLECK Reinhart, Le Futur passé, Paris, Editions de l’Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1990.

LAVOCAT Françoise (dir.), La Théorie littéraire des mondes possibles, Paris, CNRS Editions, 2010. 

POMIAN Krzysztof, Sur l’histoire, Paris, Gallimard, « Folio », 1999. 

RAMEY Lynn Tarte et PUGH Tison Pugh (dir.), Race, Class, and Gender in “Medieval” Cinema, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

RICŒUR Paul, Temps et récit, tome 1, 2 et 3, Paris, Editions du Seuil, « Points », 1991.

RICŒUR Paul, Histoire et vérité [1952-1966], Paris, Editions du Seuil, « Points », 2001.

RICŒUR Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Editions du Seuil, « Points », 2003. 

RÉGNIER Jean-Jacques, « L’Histoire, un cas particulier de la science-fiction », Cycnos [en ligne], volume 22, n°1, mis en ligne le 15 novembre 2006, consulté le 01 septembre 2015.

ROCHEBOUET, Anne et SALAMON Anne, « Les réminiscences médiévales dans la fantasy. Un mirage des sources? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Journal of medieval and humanistic studies, no 16 (10 décembre 2008), p. 319‑46.

RUBINO Gianfranco et VIART Dominique (dir.), Ecrire le présent, Paris, Armand Colin, 2013.

RYAN Marie-Laure, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins Univ. Press, 2001. 

SCHAEFFER Jean-Marie, « Quelles vérités pour quelles fictions ? », L’Homme, n°175-176, juillet-septembre 2005, p. 19-36.

STIERLE Karlheinz, « L’Histoire comme Exemple et l’Exemple comme Histoire ; contribution à la pragmatique et à la poétique des textes narratifs », Poétique n°10, 1972, p. 176-198. 

VEYNE Paul, Comment on écrit l’histoire [1979], Paris, Editions du Seuil, « Points », 1988.

Appel jeunes chercheurs: Passer à la postérité

Journée d’étude jeunes chercheurs en lettres, histoire et sciences humaine: “Passer à la postérité: contours et représentations des figures du passé“, mercredi 6 avril 2022, Université Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée.

Date limite: 25 novembre 2021.

Nombreux sont aujourd’hui les médias (presse, télévision, littérature, cinéma, radio, expositions, etc.) qui se consacrent à la biographie de telle figure historique, afin de la faire découvrir au grand public. Leur démarche varie selon le degré de célébrité du personnage, qu’il appartienne à l’histoire locale ou nationale. Preuve qu’il n’est pas rare, lorsqu’il s’agit de présenter un pan de la vie d’une figure du passé, que l’histoire et la littérature proposent des versions divergentes, qui s’enchevêtrent parfois, voire s’interpénètrent.
Ce phénomène n’est d’ailleurs pas l’apanage de notre époque. En effet, pour ne citer que deux exemples placés aux antipodes de l’Histoire, déjà dans l’Antiquité, le rôle de l’historien ne se résumait pas stricto sensu à ce que l’on entend de nos jours par cette profession : l’historien, à bien des titres, était l’équivalent de l’écrivain qui rédige sa version de l’histoire : songeons par exemple à Suétone lorsque, dans la Vie des douze Césars, il se délecte à nous narrer les forfaits perpétrés par Néron et à en accentuer la monstruosité ; l’on peut comparer ces épisodes à la version différente proposée par Tacite. De même, au XIXe siècle, Chateaubriand constatait pour sa part en littérature l’engouement de ses contemporains pour l’histoire : « Tout prend aujourd’hui la forme de l’histoire : théâtre, roman, poésie… » Au point d’ailleurs que les Goncourt définissent l’histoire et le roman l’un par rapport à l’autre : « l’histoire est un roman qui a été, le roman de l’histoire qui aurait pu être ».
Par ailleurs, parler de « figures du passé » plutôt que de « personnages » n’est pas un choix anodin ; il résulte de la volonté de garder une neutralité suffisante et de ne pas nous restreindre au fictionnel qu’implique en premier lieu la seconde appellation ; de surcroît, les acceptions pour le terme « figure » sont très riches. En effet, en latin, la figura signifie largement la « configuration », la « forme extérieure » ou encore l’« aspect », l’« apparence physique » d’une personne. Ces sens s’étendent jusqu’à l’« illustration », la « représentation sculptée » et donc les « effigies » et les « statues » qui modélisent de manière figée une personnalité, qui en dessinent les contours extérieurs et qui en laissent une impression. Au-delà des contours, et si l’on n’oublie pas toutes les expressions comprenant le mot et faisant appel à l’expression, vraie ou composée, du visage, comme « faire bonne figure », le substantif inclut également tout ce qui constitue un personnage, ce qui le façonne, lorsqu’il « prend figure ». Un personnage devient une figure lorsque l’on peut le citer en guise d’« exemple » ou de « modèle ». Ainsi, si l’on veut pleinement saisir la notion de figure, il faut la considérer dans son ensemble, pour ses actes, pour ce qui l’illustre, pour ce qu’elle a suscité dans nos esprits et pour ce que nous en avons gardé. 
Pour cette question de la « figure du passé », nous opterons pour la dichotomie suivante. Deux types de figures du passé sont à distinguer :
– le premier type est le personnage historique de grande envergure qui a marqué une époque ou qui reste encore présent dans les esprits, tels Vercingétorix, Jeanne d’Arc ou
Napoléon ;
– le second type s’attache à une histoire plus locale qui s’est répandue au niveau national, tels Gilles de Rais, dit Barbe Bleue, les attaques imputées à la bête du Gévaudan, ou Landru et sa cheminée.
Il s’agira donc de nous concentrer sur des figures du passé qui ont marqué les mémoires, si bien qu’elles sont passées à la postérité. Ces dernières peuvent appartenir à l’histoire locale ou nationale. Nous nous proposons donc de nous pencher sur cette thématique sous l’angle suivant : comment
l’image d’un personnage bien réel peut-elle évoluer au fil de la tradition historique et littéraire ?


Axes de recherche
Sans exclure pour autant toute approche relevant du champ de l’histoire de l’art ou du domaine de la cinématographie, cette Journée d’Étude centrée sur les figures historiques passées à la postérité, encore célèbres de nos jours ou seulement renommées à une période précise de l’Histoire, privilégiera les approches historiques et littéraires.
Sans exclusive, pour le corpus, au préalable, il semble indispensable que l’ensemble des
contributions portent sur une figure historique qui a réussi, volontairement par des techniques d’expression ou autre (discours, propagande, embrigadement idéologique, etc.) ou par la force des événements, à atteindre les foules. De surcroît, sans nous borner à la littérature et aux genres historiques, mais sans non plus négliger ces textes, en parallèle des oeuvres qui traitent de figures historiques identifiables, il sera utile de confronter les différentes représentations aux travaux des historiens qui ont établi la biographie de telle figure en s’appuyant sur des sources variées incluant des textes littéraires et/ou les médias. Il peut alors être judicieux de travailler sur les préfaces,
avant-propos, postfaces ou autres documents exprimant les intentions de l’auteur et ses démarches lors du processus d’écriture. Ou encore il peut également être intéressant de confronter des textes à dominante littéraire portant sur la même figure du passé aussi bien écrits par des historiens de profession que par des littéraires ; les auteurs peuvent appartenir à d’autres domaines.


Quelques pistes d’exploitation non exhaustives sont proposées pour l’étude :
– Comment aborder la figure historique et l’analyser ? Comment son identité a-t-elle été
élaborée et selon quelles motivations ? Quels sont les paramètres qui peuvent influer sur la représentation d’une figure ? Le statut de l’auteur pose-t-il un problème de légitimité quant à sa manière de traiter d’un personnage historique ? De quelle manière l’auteur justifie-t-il parfois son choix d’écriture pour restituer la vie d’une figure historique ? Et quelles sont les
répercussions notables sur ladite figure ?
D’une part, le problème que peut poser cette popularité de la matière historique, et
particulièrement la curiosité du grand public pour les personnages historiques, est la
question de la légitimité de celui qui s’empare de cette matière. Un journaliste, comme
Stéphane Bern qui a popularisé l’histoire en la vulgarisant sans en être pourtant spécialiste, est-il moins légitime qu’un Christian Jacq, formé en égyptologie, qui excelle en tant qu’auteur de romans historiques se déroulant en Égypte ancienne, ou qu’un Ken Follett, philosophe de formation et journaliste, qui situe notamment une partie de ses romans à la période médiévale ?
D’autre part, cette perspective est doublée d’une seconde approche où c’est ici le document qui est sujet à caution : l’on peut considérer le texte littéraire comme un document historique de seconde main. Si l’on songe entre autres à Alban Gautier et à ses travaux sur le roi Arthur1 à partir de textes littéraires, ces historiens privilégient leurs capacités d’expertise dans leur domaine respectif pour reconstruire le réel ou bien pour mieux comprendre les us et coutumes d’une époque ou encore pour retracer dans les moindres détails et nuances la vie d’une figure historique, l’imaginaire qu’elle a convoqué et ses différentes représentations selon l’époque.
– Comment évaluer l’évolution d’une figure dans le temps ? À quel titre peut-on parler de détournement, de dépassement, voire de transfiguration ? Dans ces cas précis, comment la figure peut-elle parfois se démanteler, voire se déconstruire totalement ? Comment alors mesurer le décalage entre la vérité historique de la vie d’un personnage et l’instrumentalisation d’une figure ? Que retient-on finalement de cette figure ? Pourquoi certains personnages accèdent-ils à la postérité et d’autres sombrent-ils dans l’oubli ? Pourquoi d’autres connaissent-ils une période de gloire définie et n’ont-ils plus la même notoriété de nos jours ? À quel moment la dimension mémorielle intervient-elle (aspect politique, acteur d’une période, la censure, etc.) ? Une reconfiguration de l’histoire est-elle nécessaire pour pérenniser une figure ou les aspects purement historiques peuvent-ils suffire ? Ou à l’inverse existe-t-il des figures historiques, bien que plébiscitées, que l’on a choisi volontairement de faire oublier, mais qui ne disparaissent pas et qui restent des symboles ? Pour quelles raisons ?
Nous évaluerons ainsi de quelles manières les auteurs intègrent et exploitent ces figures dans leurs oeuvres. Dans son ouvrage Le Roman historique, Isabelle Durand-Le Guern liste plusieurs démarches. La première est celle du père du genre du roman historique, Walter Scott, qui la pratique notamment dans son Ivanhoé ; ce dernier utilise le personnage historique comme une figure d’arrière-plan : dans ce cas ce personnage aura des contacts limités avec les personnages de fiction.
La deuxième option consiste à utiliser un personnage historique dont la trajectoire de vie est peu connue et dont la biographie recèle des lacunes que l’auteur peut combler. Cette conception est notamment reprise par Alejo Carpentier pour le Siècle des Lumières. Si l’on poursuit son idée, un personnage de l’envergure d’un Napoléon ne peut, de toute manière, convenir à l’invention : « […] je doute qu’on puisse faire un grand roman avec un personnage central de type Napoléon, ou du type de Robespierre, ou de n’importe quel personnage dont la trajectoire soit connue dans son entier. Ces personnages tuent le roman ou le transforment en biographie romancée ».
Néanmoins, cet avis n’est pas partagé par des auteurs comme Alfred de Vigny qui choisissent au contraire de Walter Scott de placer au premier plan les grandes figures historiques : « Je crus aussi ne pas devoir imiter les étrangers qui, dans leurs tableaux, montrent à peine à l’horizon les hommes dominants de leur histoire ; je plaçai les nôtres sur le devant de la scène, je les fis principaux acteurs de cette tragédie ». Cependant cette manière d’opérer contient un écueil qui est de faire d’une de ces grandes figures un stéréotype et de s’éloigner de plus en plus de la vérité historique pour favoriser l’esthétique. Fait dont est parfaitement conscient, du reste, Vigny qui le revendique même : « L’art ne doit jamais être considéré que dans ses rapports avec sa beauté idéale. Il faut le dire, ce qu’il y a de vrai n’est que secondaire ; c’est seulement une illusion de plus dont il s’embellit, un de nos penchants qu’il caresse. Il pourrait s’en passer, car la vérité dont il doit se nourrir est la vérité d’observation sur la nature humaine, et non l’authenticité du fait. Les noms des personnages ne font rien à la chose ».
Pourtant ce choix peut aussi instaurer un jeu entre l’auteur et son public, dans lequel le premier peut déjouer les attentes du second, en ne s’appesantissant pas sur les faits indissolubles de la personnalité historique choisie mais en s’intéressant davantage à sa nature humaine. On trouve cette démarche sous la plume de Prosper Mérimée dans sa Chronique de Charles IX au moment du portrait du monarque « Au reste, on ne lit pas écrit dans ses yeux : SAINT BARTHÉLÉMY, ni rien de semblable ».
Autant de perspectives qui s’offrent aux auteurs pour exploiter le personnage historique, chacun leur trouvant des qualités et des défauts, et qui démontrent ainsi l’intérêt de sonder des figures historiques ainsi que d’étudier leur évolution au fil de la tradition historique et littéraire pour mieux comprendre les ressorts qui les ont fait passer à la postérité. Ce ne sont que quelques pistes d’approches pour aborder cette thématique ; d’autres perspectives peuvent être envisagées, si elles sont complémentaires, et peuvent venir à l’appui de ces réflexions.


Comité scientifique
Jean DEVAUX, Professeur à l’ULCO, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance
Xavier ESCUDERO, Professeur à l’ULCO, Études hispaniques
Jean-Louis PODVIN, Professeur à l’ULCO, Histoire ancienne, Directeur de l’UR HLLI


Modalités de soumission
Pour cette Journée d’Étude, nous prendrons uniquement en considération les propositions de jeunes chercheurs (doctorants et jeunes post-doctorants). Dans une perspective pluridisciplinaire, nous souhaiterions croiser les regards de littéraires et d’historiens sur cette thématique. Les spécialistes d’autres disciplines d’arts ou de sciences humaines ou de sciences du langage peuvent bien entendu proposer des communications pour cette journée si elles éclairent l’un des points mentionnés ci-dessus. Les interventions seront limitées à 25 minutes.

Les propositions de communications se présenteront sous la forme d’un résumé d’une dizaine de lignes précédé d’un titre provisoire. Elles seront suivies d’un bref curriculum vitae. Ces propositions sont à soumettre par mail sous un format lisible (Word, OpenOffice, PDF) aux organisatrices Grace Baillet, Virginie Picot et Cécile Rault avant le 25 novembre 2021 aux adresses mail suivantes :
ulcogracebaillet [et] gmail.com
ulcovirginie [at] gmail.com
cecile-rault [at] laposte.net


Une réponse individuelle sera communiquée par mail.
Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter que l’Unité de Recherche HLLI ne pourra pas prendre en charge les frais de déplacement.