Archives par étiquette : Jacques Roubaud

Parution : Mémoire littéraire du Moyen Age

Mireille Séguy, Trois gouttes de sang sur la neige. Sur notre mémoire littéraire : Chrétien de Troyes, Giono, Bonnefoy, Quignard, Roubaud (H. Champion, coll. « Mémoires du Moyen Âge », n° 3, 2020)

Cet essai met en regard un texte médiéval – la scène des gouttes de sang sur la neige du Conte du graal de Chrétien de Troyes – et ses reprises par quatre auteurs majeurs du XXe et du XXIe siècle qui l’ont étroitement associé à leur conception de la langue et de l’activité littéraire (Giono, Quignard, Bonnefoy, Roubaud). Ce faisant, il voudrait élucider les raisons pour lesquelles le Moyen Âge fait aujourd’hui retour avec tant d’insistance et ce que cette résurgence dit de notre contemporain au travers du passé qu’il se donne. C’est ainsi aux ressorts de notre mémoire littéraire que ce livre s’intéresse et à la manière dont elle anime nos existences singulières et collectives.

Lire la table des matières

Florence Marsal (Université du Connecticut)

Florence Marsal est Associate Professor in Residence à l’université du Connecticut. Ses domaines de recherche sont la littérature arthurienne en Ancien Français, en particulier le cycle du Lancelot en prose, et les auteurs contemporains, Jacques Roubaud plus particulièrement. Elle a publié plusieurs articles sur ces sujets, notamment dans la revue L’Esplumeoir (revue de la Société Internationale des Amis de Merlin). Son livre, Jacques Roubaud : Prose de la mémoire et errance chevaleresque, est paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2010.

Parution : Jacques Roubaud médiéviste

Jacques Roubaud médiéviste.

Nathalie Koble et Mireille Séguy, éd.

Honoré Champion, collection « Mémoires du Moyen Âge », 2018. 

Jacques Roubaud se présente souvent comme mathématicien (« retired ») et poète (« not retired, but tired »). Dans l’ensemble de l’oeuvre protéiforme de ce membre de l’Oulipo, qui embrasse en réalité tous les domaines de l’écriture littéraire et théorique, la littérature médiévale occupe une place essentielle, faisant de lui, au fil des années, un médiéviste « pratiquant ». Cette identité singulière s’exprime dans les liens qu’il tisse entre les textes médiévaux et ses propres textes, critiques et créatifs, mais aussi dans le rôle central qu’il accorde à la mémoire. Roubaud « invente » à la manière médiévale ; il trouve sa voix en révélant, en s’appropriant et en forgeant d’autres voix. À la faveur de cette mémoire érudite et inventive, les œuvres médiévales qui sont réinvesties dans ses textes donnent non seulement la preuve de leur force d’incitation et de leur vivante plasticité, mais elles sont également mises au jour autrement, dans leur richesse et leur singularité propres.

En ouvrant une collection intitulée « Mémoire du Moyen Âge », ce livre voudrait rendre hommage aux travaux d’un inlassable (re)créateur de formes et aux découvertes d’un chercheur majeur pour les études médiévales.