Archives par étiquette : imaginaire

Appel : Politique et Moyen Âge

Appel à contribution

Perspectives médiévales n°39

« Politique et Moyen Âge aujourd’hui »

réponses attendues avant le 31 décembre 2016

« On est revenu au Moyen Âge[1] » ; « ces actes sont médiévaux, moyenâgeux, barbares » : douloureusement réactivées par les attentats récents, ces formules ont été largement utilisées par les médias ces derniers mois. Or, elles posent problème à maints égards, car tout en désignant le « Moyen Âge » comme « barbare » et « archaïque », elles associent des événements difficilement pensables et rejetés dans la sphère de l’altérité à une période qui appartient pourtant à une histoire et à un patrimoine hérités. De ce point de vue, le Moyen Âge semble servir d’écran pour dire un impensé qui est celui de la violence de notre propre société. À l’inverse, « revenir au Moyen Âge », entre séries et jeux de rôles, c’est parfois jouer ou rejouer celui-ci, le plus souvent pour l’encenser, dans une démarche où la nostalgie prend le pas sur la connaissance.

Le Moyen Âge : modèle ou repoussoir ? Au plan idéologique, ce sont parfois les mêmes discours qui utilisent le Moyen Âge comme référence pour désigner une altérité honnie, et qui par ailleurs l’invoquent pour justifier une identité (les « racines chrétiennes de l’Europe ») ou une unité culturelle (l’Occident chrétien), face à une Europe qui serait fragmentée, et dangereusement multi-culturelle.  Au plan économique, le Moyen Âge sert parfois aussi de paradigme à une pensée de l’autarcie, sur la base d’un modèle pré-industriel adossé sans précaution à l’omniprésence de l’ordre et du pouvoir. Le Moyen Âge apparaît donc comme le porte-étendard d’une protestation qui s’élève contre la crise actuelle du politique et du modèle européen.

Telle est l’ambiguïté de la manipulation des mots « Moyen Âge », « médiéval », « moyenâgeux » dans les discours actuels, manipulation qui est peut-être aussi instrumentalisation du passé. C’est une définition de la politique mais aussi du politique qui est en jeu, dans la détermination de cette notion par le passé médiéval et dans son articulation au présent.

Quelle peut être la position de la recherche, du monde académique mais aussi plus largement des intellectuels et des artistes vis-à-vis de ces représentations du Moyen Âge, de sa pensée politique et de son fonctionnement ? À partir d’un travail épistémologique sur les notions les plus fréquemment rattachées ou opposées au Moyen Age, et qui permettent sa mise en accusation ou son idéalisation,  ce numéro de Perspectives médiévales invite à s’interroger sur les usages politiques actuels du Moyen Âge. Le Moyen Âge peut-il être aujourd’hui autre chose qu’un fantasme, un prétexte pour justifier toutes sortes de discours, en dehors de toute connaissance réelle et profonde de cette période ? Peut-il encore servir de référence positive pour penser le présent ? La définition de l’homme mise au point et cultivée par les pensées et pratiques du Moyen Âge est-elle d’un quelconque secours pour éclairer un monde qui se réfère et se compare sans cesse à lui, au prix de nombreux malentendus, intentionnels ou non ?

 

Nous proposons ici quelques pistes de réflexion, non limitatives :

 

  • Face à l’image d’une période repliée sur elle-même et théocentrique, existe-t-il ou non un universalisme hérité du Moyen Âge, et qui se prolongerait jusqu’à nous, parallèlement à l’universalisme hérité de la Révolution française ? L’idée d’un progrès perpétuel hérité des Lumières, largement contestée et battue en brèche, peut-elle être refondée ou réélaborée à partir d’une pensée qui a été largement bannie par ces mêmes Lumières ?
  • Le Moyen Âge est-il porteur d’un humanisme ? Si oui, quel rôle a joué l’historiographie postérieure (renaissante, classique, romantique, moderne) pour occulter cet humanisme médiéval ?
  • Le Moyen Âge a-t-il été barbare – rejetant dans la violence, hors de sa langue et de son monde, ses ennemis ? Peut-il servir d’exemple ou d’épouvantail à ce qui aujourd’hui est parfois annoncé comme le début d’un naufrage de la civilisation ?
  • Comment s’expliquent les mises en fiction actuelles du Moyen Âge et la nostalgie sous-jacente qui les accompagnent ? Et la recherche elle-même, médiéviste ou médiévaliste, par effet de retour, ne contribue-t-elle pas à la création d’un Moyen Âge édulcoré et fantasmé, voire du renouveau d’un folklore médiéval ?

 

C’est donc à une réflexion sur les usages politiques contemporains du Moyen Âge et de leurs impensés qu’invite le prochain numéro de Perspectives médiévales.

Chercheurs, intellectuels, artistes et autres acteurs que la présence du Moyen Âge dans la société actuelle intéresse sont donc conviés à contribuer au numéro de 2018 de notre revue.

 

 

Les propositions d’article (avant-projet d’une page avec bibliographie) sont à adresser conjointement à Sébastien Douchet (sebastien.douchet@univ-amu.fr) et à Véronique Dominguez (veronique.dominguez@u-picardie.fr) avant le 31 décembre 2016.

 

Le calendrier est le suivant :

 

  • Jusqu’au 31 décembre 2016 : remise du projet.
  • 15 février 2016 : avis du comité scientifique de la revue.
  • 1er juillet 2017 : remise de l’article qui sera soumis au comité scientifique pour correction.
  • 1er décembre 2017 : remise de la version définitive de l’article.
  • 15 janvier 2018 : publication du numéro en ligne (peme.revues.org).

[1] Par exemple : « La Grèce est revenue au Moyen Age ! », article de Dominique Alberti, du 16 février 2012 dans Libération (http://www.liberation.fr/futurs/2012/02/16/la-grece-est-revenue-au-moyen-age_796547) ou bien « L’Europe d’aujourd’hui est revenue au Moyen Âge », article du 16 janvier 2016 paru dans sputniknws.com (https://fr.sputniknews.com/international/201601161020991076-europe-retour-moyen-age).

Colloque : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire :
la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe– XXIe siècles)

Université de Rouen/EPHE, 31 mars-2 avril 2016

Organisatrices : Mélanie Bost-Fievet, Perrine Galand, Louise Katz et Sandra Provini

Comité scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Véronique Gély (Paris-Sorbonne), Daniele Maira (Göttingen), Gérard Milhe Poutingon (Rouen), Jean-Charles Monferran (Strasbourg), Isabelle Pantin (École Normale Supérieure), Stéphane Rolet (Paris 8), Jean Vignes (Paris-Diderot)

PROGRAMME

Jeudi 31 mars, Université de Rouen Continuer la lecture

Fabienne Claire Caland (Montréal)

Fabienne Claire Caland

Fabienne Claire CALAND

Docteure ès Lettres

Chercheure en mythologie et en art

Écrivaine et chargée de mission

calandfc@yahoo.fr

Parcours et champs de recherche

Franco-canadienne, Fabienne Claire Caland a enseigné 11 ans en université française, en littérature comparée. Depuis 2011, elle est chargée de mission dans les secteurs littéraire et universitaire (Université de Montréal) et critique en art visuel (Vie des arts). Continuer la lecture

Georges Bertin (Angers)

Docteur en Sciences de l’Education, L’imaginaire de la fête locale, Université Paris 8  Vincennes à Saint Denis 1989 sous la direction de Jacques Ardoino, HDR en Sciences sociales, Du mythe et de l’Imaginaire à l’intelligence du social, Université Paris 5 Sorbonne, 1999, sous la direction de Michel Maffesoli.

Après une carrière culturelle  de 20 années (centres culturels de Basse Normandie  et 15 ans comme directeur de l’Office départemental de la Culture de l’Orne, Georges Bertin a dirigé l’Institut de psychologie et de sociologie appliquées (IPSA) à l’Université Catholique de l’Ouest (1992-1995), université dont il a été également Vice-recteur (1995-1999), puis a pris les fonctions de directeur général de l’Institut de formation et de recherches en sciences sociales d’Angers (IFORIS) et du centre d’enseignement du Conservatoire National des Arts et Métiers (jusqu’en 2008). Il y exerce toujours une mission bénévole coordination et de direction de recherches, et ce, depuis sa retraite en 2008. Membre du Centre de recherches sur l’Imaginaire fondé par Gilbert Durand,  Il a créé, à Angers le GRIOT (groupe de recherches sur l’Imginaire et les transformations sociales devenu Centre de Recherches anthropologiques sur l’imaginaire (CRAI) . Il dirige, depuis 2006, la revue internationale en ligne Esprit Critique htttp://www.espritcritique.fr Passionné de littérature arthurienne depuis son adolescence, il a fondé en 1984 et préside, une association de recherches arthuriennes aux marches de Normandie et du Maine (le CENA), laquelle organise chaque année à Lassay les Châteaux des colloques sur l’enracinement de la légende arthuriene et ses réceptions/actualisations  et créé un circuit culturel et un festival Au pays de Lancelot du Lac (1984-1990). voir http://cena12.fr Il est membre de la Société internationale arthurienne et de Modernités médiévales. Il a publié notamment, dans ce domaine: Le Guide des chevaliers de la Table Ronde en Normandie (Corlet 1980), La quête du saint Graal et l’Imaginaire, préface de Gilbert Durand (Corlet 1998), La Pierre et le Graal (Vega 2006) et De la quête du Graal au Nouvel Age. Initiation et chevalerie (Vega 2006), La quête des chevaliers et dames de la Table Ronde, éditions du Cosmogone 2014.

Domaines de recherche : socio-anthropologie de l’Imaginaire, perspectives comparatives du Moyen Age à nos jours, symbolisme, anthropologie du sacré.
site personnel https://sites.google.com/site/imaginouest