Archives par étiquette : image

Parution: Dans l’atelier de Michel Pastoureau

Claudia Rabel, François Jacquesson et Laurent Hablot (dir.), Dans l’atelier de Michel Pastoureau, Presses universitaires François-Rabelais, 2021.

Historien des couleurs et des animaux, spécialiste de l’héraldique et de l’emblématique du Moyen âge, auteur plébiscité par le grand public, Michel Pastoureau partage avec gourmandise son appétit gargantuesque pour les sujets les plus divers. Ce livre rassemble les hommages qu’ont voulu lui rendre quelques-uns de ses amis, de ses collègues et de ses élèves.
Chaque auteur de ce livre a choisi une image et la commente brièvement dans un style alerte. Le résultat, c’est un véritable cabinet de curiosités visuelles qui reflète la variété des objets passionnants auxquels s’est intéressé Michel Pastoureau (armoiries, emblèmes, enluminures, sceaux, couleurs, et d’autres plus surprenants encore !).
Ce livre kaléidoscope propose ainsi au fil de ses 86 images un portrait composite de Michel Pastoureau, fidèle à la diversité des facettes de son savoir et à sa pratique malicieuse et bienveillante de l’érudition.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Maud PEREZ-SIMON

Maud Pérez-Simon est Maîtresse de Conférences en littérature médiévale à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle étudie les relations texte-image au Moyen Âge. Après s’être penchée sur les manuscrits (Roman d’Alexandre, Ovide, Mélusine, Marco Polo…), elle s’investit en ce moment dans un projet de recherche IUF sur les plafonds peints. Elle a publié deux livres sur le Roman d’Alexandre en prose, et en vers, et leurs programmes iconographiques. Parallèlement, elle fait l’édition, avec Pierre-Olivier Dittmar, de la première encyclopédie de monstres en langue française.

http://www.univ-paris3.fr/mme-perez-simon-maud–43562.kjsp

 

Appel : La miniature

La miniature, un dispositif artistique et un modèle épistémologique à l’ère du nano

Appel à communication pour un colloque

Jeudi 26 et vendredi 27 janvier 2017

Université d’Artois, Arras

 

La miniature désigne une image de petites dimensions peinte de couleurs vives : ce terme qui dérive du latin minium (peinture rouge servant à tracer les lettres des enluminures), est vite rapproché des adjectifs mignon et minuscule. Il définit alors spécifiquement une peinture fine exécutée par des miniaturistes de diverses traditions qui représentent des sujets en changeant d’échelle. La miniature ne saurait être confondue avec le détail, le fragment ou le punctum : elle donne de l’objet représenté une vision totale et complète, en réduction, qui n’est ni fragmentaire ni partielle.

Mais la miniature ne concerne pas le seul domaine des Beaux-arts : à partir des années 1960, la miniaturisation révolutionne les techniques et les sciences : elle décuple la puissance des machines (inventions du circuit intégré en 1958, du microprocesseur en 1973) et ne semble pas avoir de limites. L’exploration de l’infiniment petit engendre de nouvelles questions sur la représentation de l’invisible et sur les lois qui régissent le monde des particules élémentaires,

Continuer la lecture