Archives par étiquette : illustrations

Compte rendu d’exposition : Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition « Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval – Peintures et dessins de John Howe » est présentée au Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau depuis le 25 juin 2023 et se prolongera jusqu’au 28 janvier 2024. L’équipe de Modernités médiévales a eu la chance de découvrir cette plongée médiévaliste.

L’objectif de l’exposition, accessible au grand public et à un public familial, est d’explorer en parallèle l’univers visuel de John Howe et ses sources d’inspiration picturales, littéraires et mythiques, en accordant un important volet à son travail sur l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Le Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc ne dispose pas de fonds artistique propre : les œuvres exposées sont toutes l’objet de prêts, issus en grande partie de la collection privée de John Howe lui-même, mais aussi de quelques musées français. L’artiste a ainsi été consulté et s’est même investi dans cette exposition, se prêtant au jeu d’interviews vidéo pour compléter les – assez rares – textes explicatifs du parcours.

Si John Howe illustre – et écrit – des livres pour enfants et divers univers de fantasy, il a surtout illustré des textes et des produits dérivés de Tolkien (calendriers…), avant de se faire connaître du grand public par son rôle de directeur artistique sur les adaptations cinématographiques de Peter Jackson – Le Seigneur des Anneaux (2001-2003) et Le Hobbit (2012-2014) – aux côtés notamment d’Alan Lee. Depuis, il participe également à la série de Prime Studios Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir, pour laquelle il a créé des milliers de « concept arts » et de dessins numériques. Certains sont d’ailleurs, pour la toute première fois, présentés au public lors de cette exposition, dans la salle qui boucle le parcours. L’exposition de Landerneau accorde ainsi une importante place à aux créations tolkieniennes de John Howe – même si d’autres dessins y trouvent également leur place, parmi lesquels des illustrations conçues pour les œuvres de George R.R. Martin ou Robin Hobb. La fantasy et le médiévalisme sont à l’honneur dans tout le parcours, depuis les présentations biographiques de J.R.R. Tolkien et de John Howe, jusqu’aux prolongements les plus contemporains.

De fait, une grande partie de l’inspiration graphique de Howe émane plus du médiévalisme que du médiéval à proprement parler : si l’artiste est bouleversé par sa vision de la cathédrale de Strasbourg, découverte durant ses études en France, son rapport aux sources médiévales est plutôt indirect, permis par l’intermédiaire des récits transmis et illustrés tardivement. L’exposition puise à son tour dans ces textes légendaires, surtout évoqués pour leur réception : Beowulf, La Légende des Nibelugen, l’Edda poétique, mais aussi quelques romans de Chrétien de Troyes sont mentionnés tout au long du parcours, apportant quelques touches de contexte littéraire médiéval.

Mais c’est surtout la réception médiévaliste qui joue un rôle décisif dans le développement de l’imaginaire de John Howe, témoins les (re)créations du XIXe et XXe siècles valorisées dans cette exposition. Le Kalevala, qui contribue à transmettre des récits mythologiques finnois, apparaît ainsi comme une source d’inspiration supplémentaire de l’artiste, de même que certaines œuvres de William Morris – dont quelques-unes ont été prêtées dans le cadre de l’exposition et sont présentées en regard des dessins de John Howe. Si l’influence des motifs de Morris paraît essentielle, l’exposition propose toutefois des présentations plus ténues sur l’ensemble du mouvement Arts & Crafts, et surtout sur l’impact des préraphaélites : leur influence sur les dessins de Howe est mentionnée mais peu montrée, et constitue un point plus léger du parcours. Il n’empêche que les décors naturels de John Howe sont bien mis en valeur, par des accrochages espacés, des agrandissements immenses de dessins numériques, et quelques panneaux rétroéclairés qui exploitent au mieux les jeux de lumière des créations de Howe.

Le médiévalisme, sous plusieurs de ses facettes, a ainsi une place de choix dans l’exposition, montrant la façon dont Howe utilise autant qu’il développe ces motifs. La salle consacrée au thème « Forger les légendes », qui présente quelques pièces d’équipement médiéval, dont une armure face aux dessins de l’artiste, apporte d’ailleurs des informations très intéressantes : lorsqu’il est engagé par Peter Jackson pour développer l’esthétique des adaptations du Seigneur des Anneaux, John Howe est alors reconstituteur depuis quelques années. Cherchant à concevoir des armes à la fois fidèles aux descriptions de Tolkien et à l’ambiance souhaitée dans les films, mais aussi efficaces et cohérentes du point de vue de la pratique martiale, l’artiste profite de son expérience personnelle de reconstituteur pour enrichir ses dessins et les rendre plus pertinents. Il manie lui-même les armes, certes pas de façon experte ni à des fins de reproduction historique, mais afin d’en concevoir la réalité physique et matérielle, et ainsi permettre de créer des visuels intéressants pour les films, ainsi que des objets véritablement maniables pour les acteurs.

Par sa disposition et sa grande place accordée aux visuels plutôt qu’aux textes explicatifs, l’exposition se veut immersive : l’agrandissement de certains dessins permet ponctuellement de donner l’impression d’entrer dans des paysages médiévalistes, des forêts hantées de créatures merveilleuses à la demeure tout en rondeurs de Bilbo. Une mention toute particulière doit être faite pour la salle « Dragons et créatures », qui complète les dessins par une sculpture de John Howe lui-même – l’une des rares qu’il a conçues –, et pour la salle « Dessiner les cités et les châteaux », qui met en lumière les élégantes conceptions architecturales de l’artiste. S’il se plaît à concevoir de nombreux visuels faits de courbes – des serpents de mers aux feuillages de pierre des décors de cathédrale –, il excelle aussi dans les formes rectilignes et géométriques, qui prennent corps dans des dessins de maisons à pan de bois et des colombages d’inspiration médiévale.

Enfin, le catalogue de l’exposition apporte des compléments ponctuels, courts mais très accessibles, sur le travail de John Howe, l’influence de Tolkien ou encore le médiévalisme, notamment dans le chapitre « Des légendes médiévales à la fantasy : une histoire sans fin ». La partie « L’imaginaire médiéval », surtout richement illustrée, reprend une belle part des quelques 250 peintures, dessins et créations numériques de John Howe présentées dans cette exposition. Le catalogue est accessible dans la boutique à l’issue de la visite, aux côtés d’une belle librairie médiévaliste.

L’exposition est à découvrir à Landerneau, au Fonds Hélène et Édouard Leclerc avant le 28 janvier 2024.

Parution : Aux origines du roman national

Margot Renard, Aux origines du roman national. La construction d’un mythe par les images, de Vercingétorix aux Sans-culottes (1814-1848), Mare et Martin, 2023.

Comment s’est construit le roman national français et quel rôle les images y ont-elles joué ? La nécessité d’unifier la nation en réconciliant les Français s’impose après les troubles révolutionnaires. L’histoire nationale fournit aux peintres et aux illustrateurs un répertoire de nouveaux sujets se substituant à l’histoire antique, à l’histoire sainte ou à la mythologie. De Saint Louis rendant la justice sous son chêne au ralliement au panache blanc d’Henri IV, en passant par le Serment du Jeu de Paume, tout un catalogue d’épisodes héroïques sert à construire un imaginaire national. Le présent ouvrage entend revenir sur les origines de cette construction imagée qui au xixe siècle contribue à forger une mémoire partagée, aujourd’hui encore vivace.

Table des matières

Remerciements

Préface de Ségolène Le Men. L’histoire-musée des années romantiques

Introduction

Chapitre 1 : Les images de la vaste histoire : la création d’un récit pour tous ?

L’élaboration d’une culture visuelle de l’histoire dans la première moitié du XIXe siècle

Les illustrations des Histoires de France : images multiples pour multiples lectorats

Chapitre 2 : Illustrer l’histoire en tranches : l’intérêt pour les périodes historiques fondatrices

Les temps obscurs : représenter les origines nationales

Les Histoires de la Révolution française et leurs images : les illustrations d’une histoire critique ?

Chapitre 3 : Illustrer l’histoire partagée : les images d’une histoire transnationale

Variations d’échelles : l’illustration des histoires régionales/nationales/transnationales

Conclusion

Bibliographie

Index des noms propres

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

 

Appel: Myth and Middle Ages: Paradigms of Pictorial Fantasy Aethestics (1880-2020)

Prof. Dr. Hans Rudolf Velten (Universität Siegen) et Prof. Dr. Joseph Imorde (Weißensee Kunsthochschule Berlin) organisent du 13 au 15 mars 2023 un colloque à Berlin sur l’esthétique de fantasy de 1880 à 2020: “Myth and Middle Ages: Paradigms of Pictorial Fantasy Aesthetics (1880-2020)“.
Date limite d’envoi des propositions: 30 août 2022.
 
Today, fantasy is one of the most popular intermedia entertainment genres worldwide. Its growing attention in recent decades is not only reflected in charts and rankings, but also in the form of popular cultural events such as Peter Jackson’s film adaptation of Tolkien’s The Lord of the Rings or the highly successful HBO series Game of Thrones, based on the novel series by George R.R. Martin. 
 
Among the many reasons contributing to this popularity, the visualization of heroic and villainous characters, relevant spaces and locations, battles and fights in the visual media of fantasy (like book covers and illustrations, maps, posters and display material, films and serials, images on websites etc.) is highly significant. However, this visualization has hardly been seen by scholars of the genre so far, and it has also been studied only selectively (exceptions are the works of Tolkien, cf. Hammond/Scull 2018, Alexander 2016). Yet it is not only the intratextual heroes, settings, and motifs of individual novels that exhibit iconic quality; it is also mythic archetypes of characters, things, buildings, and landscapes that together constitute the imagery of fantasy.
 
This visual aesthetic, we assume, has iconographic antecedents in the 19th and early 20th centuries. It is part of the much larger and comprehensive fantastic art, which has been an important current in European iconography since Hieronymus Bosch and Pieter Bruegel (Holländer 1980). In this regard, fantasy imagery refers to literary motifs, materials, and sources from the mythologies of the Middle Ages and antiquity: the songs of the Old Norse Edda, the Celtic tales about King Arthur and his Round Table, the Germanic heroic epics, the Finnish Kalevala (Hammond/Scull 2018). Here we find patterns and models that have entered the genre (which, in sensu strictu, only begins with Tolkien) via various routes to their aesthetic absorption in Romanticism and 19th-century historicism: Dragons and monsters, dwarves and elves, wizards, demons and witches, fairies and mermaids, kings and princesses, chivalrously armed heroes and their dark antagonists, animate, also mysterious, often pseudo-religious objects and weapons, talking animals, giants, trolls, and other monstra (Kowalski 2020). They, together with neo-mediaeval spaces (steep cathedral walls, high towers, moats and city walls, ruins of castles, temples and monasteries, dark forests and battle panoramas), often garishly lit and featuring bold color combinations, form a large part of the reservoir of fantasy iconography. This strangeness of nature and environment, based on the invalidity of natural laws and a historical and cultural distance that makes the manifestations of images, figures, and spaces components of “other worlds,” can be seen as the basis for this iconography. Together with its topographical localization on maps, it is part of the “fantastic neomedievalism” that Eco had already described in 1986. Tolkien’s maps, for example, which were designed analogously to medieval maps of places and ways, show a complete mythopoetic fantasy world able to stimulate pictures and illustrations (Klinger 2011; Bunting/Currie 2020). In general, “significant elements of Tolkien’s mythology” appeared simultaneously with the texts also in pictorial form, as recent studies of his illustrations have revealed (Hammond/Scull 2018).
 
The aim of the conference is to expand and differentiate these observations, to relate them to the iconographic tradition of the fantastic, and thus to better explore and understand the visual aesthetics of fantasy. Hence, in turn, their part in the popularity of the genre – for example, through commercial strategies of image staging – should become more visible, as well as their influence on the respective text should be examined more closely. The conference is designed to be interdisciplinary in order to initiate exchange between approaches in literary studies, art history, and book studies. The subject of the conference will consist of the production of visualizations of global fantasy in its diverse media manifestations: Book illustrations and covers (novel and graphic novel), image design in comics, visual figurations in film and television series, the various visualizations in role-playing, video and computer games of fantasy. 
 
Proposals for papers may be submitted on the following topics: 
 
1. Images of fantasy literature: cover design, illustrations, book decorations and maps in fantasy novels and series of different epochs and authors. Tolkien himself had illustrated his novels and decorated them with “kaleidoscopic patterns”. The global reception of The Lord of the Rings called for renowned illustrators who worked out numerous editions: John Howe, Alan Lee, Frank Frazetta, Boris Vallejo are only some of the most important among them (Auger 2008, Alexander 2016). Proposals for contributions are invited on individual book editions and series as well as on illustrators and single elements such as maps or cover design. 
 
2. Fantastic iconography in the 19th and early 20th centuries: Victorian painting, for example, of the Pre-Raphaelites with their decidedly medieval references, the medieval book art of someone like William Morris, the works of the Arts & Crafts movement, the Ars Fantastica of Surrealism (cf. Lottes 1984, Biemer 2011, Goodwin 2015). Here, the focus is primarily on the archetypes of medieval reception in nineteenth-century medievalism, but also on other patterns of fantastic iconography (e.g., in W.R. Lethaby) constructing the visual aesthetics of fantasy. Contributions may demonstrate adaptations of such iconographic patterns in material design, coloration, and decoration in fantasy (such as the effect of Kelmscott Press medieval book decoration in fantasy).  Similarly, the inclusion of medieval archetypes in pulp magazines and dime novels of the early 20th century, such as the illustrations in magazines like Saturday Evening Post, Harper’s Bazaar, McClure’s, Argosy, Eerie, Prince Valiant, etc. (Earle 2009, Kowalski 2020) can be examined.
 
3. Fantasy imagery in graphic novels, movies, series, and games. Since the release of the major fantasy films and television series after 2000, which once again popularize Tolkien’s or Martin’s popular novels, fantasy iconography is inevitably changing as a result of the shift to the visual medium. The question what changes this intermedial expansion entails may be clarified on the basis of individual analyses of graphic novels, films, series, and games (such as Dungeons & Dragons) (see Dolle-Weinkauff 2010, Harvey 2013, and Bärtle 2017).
 
Please send a paper title and short exposé by August 30th, 2022 to: Prof. Dr. Hans Rudolf Velten: velten [at] germanistik.uni-siegen.de
 
Une version de l’appel en allemand est également disponible sur ce site.
A German version of the call for paper is available on this website.

Appel: La Comédie de Dante illustrée par Doré

Colloque international “La Comédie selon Doré: La réception de la Comédie de Dante illustrée par Gustave Doré en France et dans le monde”, 5-7 octobre 2022, Nancy et Paris.

Ce colloque est organisé par les laboratoires LIS et IDEA de l’Université de Lorraine (Nancy) dans le cadre du projet MODA (La Mondialisation de Dante), en partenariat avec le projet ANR DHAF (Dante d’Hier à Aujourd’hui en France, Universités Sorbonne Nouvelle, Rennes 2, Grenoble Alpes, Côte d’Azur).
Le projet MODA a pour objectif de réaliser une cartographie à plusieurs niveaux de la réception de l’oeuvre de Dante dans le monde contemporain à partir du XIXe siècle, privilégiant notamment a) l’élargissement des territoires géographiques de la réception ; b) l’élargissement des modalités de la réception ; c) la mise en place d’outils cartographiques offrant des accès à une vision d’ensemble qui est l’objectif final du projet.
Le projet DHAF a pour objet la réception en France de l’oeuvre de Dante, systématiquement explorée sous toutes ses facettes depuis l’origine jusqu’à nos jours. Il se propose de croiser ce qui relève des champs plus traditionnels que sont la littérature et les beaux-arts avec des domaines plus négligés ou plus neufs, tels la réception savante, académique, scolaire, jusqu’aux appropriations ‘populaires’.

L’édition de la Comédie illustrée par Gustave Doré, outre sa place importante dans l’histoire de l’édition, revêt un intérêt exceptionnel dans l’étude de la réception française et, plus amplement, mondiale de la Comédie de Dante. En 1855, Gustave Doré concevait le projet d’illustrer une série de chefs d’oeuvre de la littérature, en tête desquels il plaçait la Comédie de Dante : c’était un geste qui venait confirmer
l’ascension fulgurante de la réputation internationale du poète florentin à l’époque romantique – lui ferait écho, entre autres, la publication en 1856 par Saint-René Taillandier de l’essai Dante Alighieri et la littérature dantesque en Europe au XIXe siècle, qui, saluait les progrès de la dantologie en Allemagne, Angleterre et France, en affirmant : « Dante […] est entré dans le domaine commun de la poésie européenne ». Le projet, réalisé entre 1861 (publication de l’Enfer aux frais de l’auteur) et 1868 (publication du Purgatoire et du Paradis par Hachette), connaît un immense succès qu’illustrent le jugement de Théophile Gautier (« Nul artiste mieux que M. Gustave Doré ne pouvait illustrer le Dante ») et surtout les plus de 200 éditions qui suivront, en France et à l’étranger. À la renommée européenne de Doré contribua d’ailleurs la création de la London Gallery (1869-1872). L’oeil « bizarre, fantastique et mystérieux » (Th. Gautier) avec lequel Doré regarde et donne à voir le voyage dantesque (notamment la séquence infernale – même si ses illustrations et tableaux bibliques confirment son intérêt tout aussi vif pour le Paradis) s’impose comme une interprétation visuelle d’une puissance inédite, bien plus en accord que les grandes illustrations ‘classiques’ de Botticelli et Flaxman avec la vision ‘héroïque’ et moderne de Dante qui accompagne sa redécouverte romantique. L’importance même qui est accordée à l’illustration dans l’édition Doré (si bien qu’un critique comme Lorédan Larchey put commenter
ironiquement : « Plus que Dante illustré par Doré, c’est Doré illustré par Dante ») joue un rôle décisif dans le processus d’iconisation qui caractérise la réception moderne de Dante et pose les conditions de sa large diffusion mondiale.
En effet, la traduction de la Comédie en images rend celle-ci accessible à des publics beaucoup plus vastes, du point de vue géographique et culturel ; elle constitue le socle efficace d’une série d’opérations relevant de la « réception productive » par lesquelles la « mondialisation » de Dante ne cesse de se consolider. Dans ce sens, ce n’est pas un hasard si l’influence de Doré se retrouve, à différents degrés, dans les épisodes inauguraux de la réception de Dante au cinéma (le célèbre Inferno de Bertolini et
Padovan, 1911, mais aussi Maciste all’inferno de Brignone, 1925) et dans la bande dessinée (une ‘citation’ de Doré figure au début de l’Inferno di Topolino, la parodie de Martina et Bioletto qui marque dès 1949 l’entrée de Dante dans l’univers Disney). De même, le fait que Dante’s Inferno (2011), graphic novel de l’américain Joseph Lanzara, reprenne les illustrations de Doré, ou le fait que Go Nagai, maître du manga japonais, ait indiqué la lecture de l’édition de la Comédie illustrée par Doré comme l’un des
ressorts les plus précoces de sa vocation de dessinateur, sont des symptômes parmi beaucoup d’autres de l’ampleur et de l’importance que revêt la médiation de Doré dans la réception de Dante aujourd’hui dans le monde.
Dans la perspective d’une étude du rôle joué par l’édition Doré dans la «mondialisation» de Dante, les objectifs à poursuivre peuvent se ramener à trois axes principaux :
a) étudier comment les illustrations de Doré et leur “interprétation” de la Divine Comédie ont pu, d’un côté, permettre de franchir les barrières linguistiques, et, de l’autre côté, stimuler et influencer l’accès littéraire au texte de Dante ;
b) étudier à partir de ce socle la diffusion des éditions Doré à l’échelle internationale en concentrant l’attention, au-delà des cas les plus attendus et connus tels notamment la France et l’Italie, sur les nombreux autres pays qui font leur place à ce couplage culturel Dante-Doré (à commencer par l’Angleterre, par exemple, mais sans se limiter à l’Europe) ;
c) étudier le rôle joué par les illustrations de Doré dans toutes les formes de la « réception productive » de l’oeuvre et de l’imaginaire dantesques, c’est-à-dire des illustrations au cinéma, de la bande dessinée aux jeux vidéo, polars et gadgets, en faisant toute sa place à ce qu’on peut appeler, en reprenant une orientation de lecture très suivie ces derniers temps, Dante pop.

Le colloque aura lieu entre l’Université de Lorraine (Nancy, les 5 et 6 octobre) et
l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris, le 7 octobre). Seront acceptées des
communications en français, italien et anglais.
Les chercheurs intéressés sont invités à faire parvenir leur proposition (titre avec
une dizaine de lignes de résumé) aux organisateurs (antonella.braidalaplace [at] 
univ-lorraine.fr, filippo.fonio [at] unv-grenoble-alpes.fr,
philippe.guerin [at] sorbonne-nouvelle.fr, giuliapuma [at] cepam.cnrs.fr, et
giuseppe.sangirardi [at] univ-lorraine.fr) accompagnée d’une courte notice biobibliographique pour le 15 mars 2022.
L’organisation prendra en charge les frais de séjour (hébergement et repas) ; le
voyage sera en principe à la charge des intervenants, mais les auteurs de
propositions retenues par le comité d’organisation qui auraient des difficultés à
faire financer leur voyage pourront, s’ils en font la demande et dans la mesure du
possible, bénéficier d’un remboursement intégral ou forfaitaire.