Archives par étiquette : historiographie

Expositions : Cathares

Le Musée Saint-Raymond de Toulouse proposera, du 5 avril 2024 au 5 janvier 2025, l’exposition “Cathares : Toulouse dans la croisade“, au Couvent des Jacobins.

L’exposition présente les événements et rebondissements qui ont émaillé la croisade contre les Albigeois. Elle aborde également la question de l’hérésie dite “cathare”, autour des débats qui animent actuellement la communauté des historiens.

Accès sur le site du musée.

Parution : Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle

Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin (dir.), “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle”, Frontière.s, 9, 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment Reconquête ou Renaissance, dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême. Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous avons invité les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines.

Sujet désormais récurrent des spécialistes de la réception de l’Antiquité, les réécritures de l’histoire de Sparte, de part et d’autre de l’Atlantique nord, ouvrent le volume : Vivien Barrière et Jean Hedin notent l’importance du comics 300 de Frank Miller (1998) puis de son adaptation cinématographique par Zack Snyder (2007) dans la mise en place d’un discours politique étatsunien faisant de la cité grecque le modèle d’une société guerrière et eugéniste, seul rempart d’un Occident menacé par l’ennemi oriental ; Stéphane François et Adrien Nonjon en détaillent les déclinaisons en France d’une part et en Ukraine d’autre part en se focalisant sur les mouvements d’extrême droite identitaire. En attirant l’attention sur un usage précis de l’histoire, depuis des fouilles mises en œuvre par un maire d’extrême droite en Roumanie (Mathieu Mokhtari) à la diffusion d’une série syrienne sur la chute de Palmyre et Zénobie (Thomas Richard) en passant par un livre édité à Marseille (Pierre Vey), les contributions suivantes mettent en avant la plasticité et la diversité des situations. L’histoire est instrumentalisée par des acteurs et actrices situés aux deux bords de l’échiquier politique ; elle peut se faire vecteur d’un discours réactionnaire qui cherche dans un hier imaginaire un modèle idéal à reproduire (Enki Baptiste), nourrir une appropriation nationaliste d’espaces frontaliers (Lorette Hehn) ou au contraire servir à la survalorisation d’une identité locale perçue comme menacée (Florentin Briffaz).

 

Table des matières

 

Le numéro est entièrement disponible en ligne, sur le site de la revue.

Colloque : L’art roman au XXIe siècle. L’avenir d’un passé à réinventer

Cécile Voyer, Éric Palazzo et Marcello Angheben, sous la Présidence d’honneur de Marie-Thérèse Camus, Professeure honoraire d’histoire de l’art médiéval, CESCM, Université de Poitiers, organisent le colloque international “L’art roman au XXIe siècle. L’avenir d’un passé à réinventerdu 28 au 31 mai 2024 à l’Université de Poitiers (Amphithéâtre Descartes, UFR SHA, bâtiment III, entrée 8 rue rené Descartes ou 24 rue des Carmélites). Plusieurs interventions adopteront une perspective médiévaliste.

Ce colloque vise à développer un bilan de l’historiographie de ces vingt dernières années et une réflexion épistémologique sur l’étude de ce qu’il est convenu d’appeler « art roman ». Il s’agira dans un premier temps de poursuivre les réflexions déjà amorcées par de nombreux chercheurs sur la définition de l’art roman et d’aborder ensuite les différents questionnements qui lui sont généralement appliqués, tout en envisageant de nouvelles pistes ou en reconsidérant des approches anciennes qui mériteraient d’être réhabilitées et renouvelées.

Michel Pastoureau, Directeur d’Études honoraire à l’École Pratique des Hautes Études (IVSection) donnera une conférence intitulée “L’art roman : une porte grande ouverte sur les divagations ésotériques”, le mercredi 29 mai 2024 à l’Espace Mendès France (Centre de culture scientifique, techniques et industrielle en Nouvelle-Aquitaine).

À l’occasion de ce colloque, l’Université de Poitiers décernera le titre de Docteur Honoris Causa à Herbert L. Kessler, Professeur émérite de l’Université Johns Hopkins, le jeudi 30 mai 2024.

Dans le cadre du colloque, deux expositions, l’une sur l’art des XIe-XIIe siècles, à partir du fonds de la photothèque du CESCM, et l’autre sur les restaurations de l’église de la Nativité à Bethléem (UNESCO) seront présentées au public.

Programme

  1. Qu’est-ce que l’art roman ? Définitions et limites

Xavier Barral i Altet, Professeur émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université Rennes II, Institut national d’histoire de l’art : Chronologie et idéologie. Les positions des historiens de l’art français du XXe siècle face à l’art roman

Éliane Vergnolle, Professeure honoraire d’histoire de l’art médiéval, Université de Besançon : Les débuts de l’architecture romane en Francie occidentale : regards d’hier et d’aujourd’hui

Quitterie Cazes, Professeure d’histoire de l’art médiéval, Université de Toulouse Jean-Jaurès : Retour sur la pratique de la monographie d’édifice

 

Aires culturelles et études de cas

Justin Kroesen, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Bergen University Museum : Nordic Romanesque: some recent developments in research

John McNeill, Secretary, British Archaeological Association : Norman, Anglo-Norman, Anglo-Saxon: Recent debates on the Forms of Architecture in 11th-Century England

Andreas Hartmann-Virnich, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université d’Aix-en-Provence : La vision de l’art roman dans l’historiographie allemande (XIXe-XXe siècle)

Saverio Lomartire, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Università degli Studi dell’Insubria : L’art « roman » dans le Nord de l’Italie : synthèse historiographique et réflexions sur la validité et l’actualité d’une définition

Linda Seidel, Professeure émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, University of Chicago : Seeing the Present through the Past: Arles in the 12th and 20th Centuries

Valentino Pace, Professeur émérite d’histoire de l’art médiéval, Università di Udine : Sant’Angelo in Formis: “romanica o bizantina”? Un caso esemplare di ambiguità storiografica fra cronologia e geografia

 

  1. Questions d’épistémologie 

Nicolas Reveyron, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université de Lyon II : De quoi « Art roman » est-il le nom ? Approche épistémologique d’une problématique d’axiologie esthétique

Christian Gensbeitel, Maître de conférences en histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne : L’architecture religieuse du XIe siècle à travers le prisme des édifices « mineurs ». Un autre point de vue sur l’élaboration des formes romanes

Claude Andrault-Schmitt, Professeure émérite d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers : Ranger donc dater les productions architecturales françaises : tendances historiographiques et rigueur méthodologique

Gerardo Boto Varela, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Universitat di Girona : Épistémologie et historiographie des chantiers de cathédrales espagnoles (ca. 1015-1203) : construire, aménager, décorer. Dialogue entre l’histoire de l’art et les autres disciplines

Laurence Terrier, Professeure assistante en histoire de l’art médiéval, Université de Neuchâtel : Art roman vs art gothique : historiographie, épistémologie et perspectives

Philippe Plagnieux, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Revenir sur les derniers feux de la sculpture romane et ses tentatives de renouvellement. Une étude de cas : les sources antiques et byzantines du foyer bourbonno-nivernais dans le second quart du XIIe siècle

Manuel Castiñeiras, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universitat Autònoma di Barcelona : L’art roman et les enjeux de l’art 1200 : dynamique, dialogues et transformations

Lucien-Jean Bord, Bibliothécaire, Abbaye de Ligugé : Le voyage des images

Peter K. Klein, Professeur émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universität Tübingen : La reconstruction des traditions iconographiques est-elle obsolète ? L’exemple du Beatus de Saint-Sever

 

  1. Manifestations du sacré

Marc Sureda, Conservateur, Museu Episcopal de Vic : L’architecture romane hispanique à l’épreuve de la liturgie : quelques problèmes et cas d’étude

Kirk Ambrose, Professeur d’histoire de l’art médiéval, University of Colorado, Boulder : Navigation of Doubt in Romanesque Sculpture

Estelle Ingrand-Varenne, Chargée de recherche, CNRS, CESCM-Université de Poitiers : À la recherche d’une épigraphie romane

Gerhard Lutz, Conservateur, Cleveland Museum of Art : BERNVVARDVS PRESVL FECIT HOC – Bishop Bernward of Hildesheim and the Arts around 1000 Revisited.

Cynthia Hahn, Professeure d’histoire de l’art du Moyen Âge, CUNY, Hunter College : Is there such a thing as a « Romanesque » Reliquary?

Catherine Fernandez, Chercheuse en histoire de l’art du Moyen Âge, Index of Medieval Art, Princeton : Ordering the Cosmos: The Saint-Aubin Maiestas Domini and Romanesque Temporalities

Charlotte Denoël, Conservatrice en chef, cheffe du service médiéval du département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France : Manuscrits sans frontières : le cas du Sacramentaire de Manassès (Paris, BnF latin 819)

 

  1. Expressions du pouvoir et des idées

Herbert L. Kessler, Professeur émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Johns Hopkins University : « Velut sinuosum acanthi volumen »: Romanesque Ornament’s Meaningful Demeanor 

Yves Christe, Professeur honoraire d’histoire de l’art médiéval, Université de Genève : Orient Oder Rom ? Colonnes et colonnettes jumelées dans l’architecture romane et islamique

Jeffrey F. Hamburger, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Harvard University : Avatars of Authorship

Beate Fricke, Professeure d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universität Bern : 4 Elements, 12 Stones

Marcia Kupfer, Chercheuse indépendante : The contributions of Romanesque art to Western Anti-Judaism

Serena Romano, Professeure émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université de Lausanne : Rome et ses environs à l’« âge de la Réforme ». Les approches de l’historiographie et les perspectives d’aujourd’hui

Vinni Lucherini, Professeure d’histoire de l’art médiéval, Università degli Studi di Napoli Federico II, Napoli : Liturgie et architecture, art et pouvoir au Mont-Cassin : bilan historiographique et nouvelles propositions

Nicolas Prouteau, Maître de conférences en archéologie médiévale, Université de Poitiers : Le palais et la tour-palais à l’époque romane : héritages, emprunts et construction du pouvoir royal

 

  1. Savoirs-faire médiévaux et techniques actuelles

Christian Sapin, Directeur de recherche émérite, CNRS : L’art roman sous le scanner archéologique. Un nouveau regard ?

Géraldine Mallet, Professeure d’histoire de l’art médiéval, Université Paul-Valéry, Montpellier : De la sculpture romane en Catalogne du Nord : marbres locaux ou marbres antiques de remploi ?

Thierry Gregor, Docteur en histoire, CESCM-Université de Poitiers : L’adaptation des graveurs de l’époque romane à la réalisation des inscriptions sur la pierre

Amaëlle Marzais, Maîtresse de conférences en histoire de l’art médiéval, Université de Lyon II et Carolina Sarrade, Ingénieure d’études, CNRS, CESCM-Université de Poitiers : Les apports des nouvelles approches techniques pour l’étude des peintures murales romanes

Florian Meunier, Conservateur, Musée du Louvre : Les objets d’art romans dans une perspective européenne : l’étude des ivoires, de l’orfèvrerie et des émaux des collections du Louvre

Pierre-Alain Mariaux, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel : L’orfèvrerie de la période romane : leçons matérielles de chantiers récents

 

  1. L’art « roman » à l’épreuve des sciences actuelles

Eduardo Carrero Santamaría, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universitat Autònoma di Barcelona : Romanesque architecture from virtual reality: what architecture and what reality?

Francisco Prado Vilar, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universidad de Santiago de Compostela : Romanesque Transformations: Experience, Cognition, Technologies of the Image

Pierre-Olivier Dittmar, Maître de conférences en histoire médiévale, EHESS, CRH-AHLoMA : L’art roman au risque de l’animal

Robert A. Maxwell, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Sherman Fairchild Associate Professor of Fine ArtsThe Institute of Fine Arts, New York : L’étrangeté de l’art roman

Thomas E. A. Dale, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, University of Wisconsin-Madison : Genre, race et l’invalidité : perspectives alternatives sur la sculpture de Vézelay

Peter Scott Brown, Professeur d’histoire de l’art médiéval, University of North Florida : A Work by the Doña Sancha Master in Northern Italy: On the Monumental Turn in Eleventh Century Sculpture, the Medieval Viewer, and the Modern Eye

 

Retrouvez tous les détails sur le site du CESCM.

Présentation : Site Augustin Thierry

Ce site, issu du programme ArchAT (2018-2021), financé par la Région Centre-Val-de-Loire, et mené par le laboratoire POLEN (Université d’Orléans) et l’IRHT (CNRS), est consacré à l’historien aveugle Augustin Thierry (1795-1856) et à ses archives.

Il expose les résultats du programme ArchAT sur Augustin Thierry, sa vie et ses méthodes de travail, telles qu’elles ont pu être déduites de la lecture des archives.

Il se situe ainsi à l’intersection de deux champs d’études : les travaux sur l’historiographie, notamment du XIXe siècle, et les disabilities studies, qui s’intéressent aux écrivains en situation de handicap.

Cette riche source de documentation est à découvrir à cette adresse : https://archat.irht.cnrs.fr/ 

Parution: Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe s.

Pierre Baudin et Edoardo D’Angelo (dir.), Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe siècle. Construction, influence, évolution, coll. “Symposia”, Caen, Presses universitaires de Caen, 2022.

L’ouvrage examine les modèles historiographiques élaborés pour l’étude des mondes normands médiévaux, c’est-à-dire les grilles d’interprétation du passé qui orientent durablement notre lecture et notre compréhension des faits historiques dans chacun des pays ou régions concernés par l’expansion des Normands. Il aborde les constructions historiographiques élaborées depuis le XVIIe siècle, en voyant la place des «Normands» dans le «roman national» de différents pays et leur influence sur notre connaissance de l’histoire des mondes normands. Le livre porte ainsi sur la construction de l’histoire des Normands, ainsi que sur les mythes et représentations qu’elle a suscités en ouvrant des comparaisons entre les pays concernés par l’expansion des Normands. L’historiographie juridique du XVIIIe siècle et l’œuvre, les méthodes de travail, les points de vue ou l’influence de quelques-uns des historiens qui ont marqué l’histoire des mondes normands depuis le XIXe siècle sont ainsi reconsidérés. L’ouvrage traite des différentes manières d’écrire l’histoire des Normands, en Normandie, en Angleterre, en Italie méridionale, en Norvège, de manière globale ou en partant de sources, d’objets, de figures, d’épisodes particuliers (la conquête de l’Angleterre, le recouvrement de la Normandie par Philippe Auguste, les croisades, la rencontre de Sigurðr Jórsalafari avec Roger II de Sicile). La transmission de l’histoire des Normands par le biais du cinéma ou de la bande dessinée est également abordée, ainsi que les interrogations relatives à la construction de l’Etat, aux discussions concernant les recherches toponymiques ou les études génétiques. L’ouvrage permet de relever les influences diverses des nationalismes ou des régionalismes, leur remise en question, les différents niveaux de lecture possibles, l’affirmation de questions récentes (diaspora, identités, transferts culturels, perspectives européennes).

 

Sommaire

Pierre BAUDUIN et Edoardo D’ANGELO, « Avant-propos »

Pierre BAUDUIN, « Introduction»

La construction de l’histoire des Normands

Gilduin DAVY, « Le passé recomposé des juristes normands : la naissance de la Normandie dans l’historiographie juridique des XVIIe et XVIIIe siècles »

Véronique GAZEAU, « 911-1911. La Normandie dans l’histoire : trois historiens au début du XXe siècle, Charles Homer Haskins, Gabriel Monod, Henri Prentout »

Agnès GRACEFFA, « Les Normands, des déprédateurs salutaires : l’analyse de Ferdinand Lot »

Fabien PAQUET, « Les deux visages du roi. Les historiens de la Normandie et Philippe Auguste (XIXe-XXIe siècles) »

Francesco D’ANGELO, « I Normanni visti dalla Norvegia. L’incontro tra Sigurðr Jórsalafari e Ruggero II nella storiografia norvegese moderna »

Mythes, représentations et historiographie

Damien JEANNE, « Puissance narrative et science historique. La représentation des Normands dans L’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands d’Augustin Thierry (1825-1846) »

Judith GREEN, « Writing the Normans into English History »

Danièle ALEXANDRE-BIDON, et Yohann CHANOIR, « « Le joug brutal des Normands ». La construction d’un roman national dans la bande dessinée et le cinéma »

Errico CUOZZO, « I Normanni nella storiografia napoletana dell’800 e del ‘900 »

Ortensio ZECCHINO, « I Normanni e la mitologia dello ‘Stato di potenza’ nella storiografia otto-novecentesca »

Historiographies comparées

Lesley ABRAMS, « The Study of Scandinavian Settlement in the Viking Age: Historiographical Perspectives on the Application of Place-Names in England and Normandy»

Richard JONES, « The Viking diaspora: historical genetics and the perpetuation of national historiographical traditions »

Rosanna ALAGGIO, « Evelyn Jamison e la storia dei Normanni del Sdel Mezzogiorno normanno»

Luigi RUSSO, « La storiografia sulla crociata degli inizi dell’età moderna. Il «problema» dei Normanni del Mezzogiorno »

Edoardo D’ANGELO (Università SOB Napoli, CESN) : « Conclusioni »

 

Détails sur le site du Comptoir des presses d’universités.

Actualité: En défense des métiers de l’histoire

Suite à la table ronde organisée par la SHMESP le 13 novembre 2021, intitulée “Libertés académiques et médiation scientifique. Quelle place pour les chercheurs, entre débats historiques et débats de société?“, les historiens William Blanc et Christophe Naudin ont publié le texte de leur intervention.

Dans ce bilan s’appuyant sur leur expérience personnelle et sur la situation plus générale des acteurs de l’histoire aujourd’hui, les auteurs proposent également des pistes de solutions face aux défis que doivent désormais relever les historien.ne.s et enseignant.e.s, notamment médiévistes et médiévalistes. Extrait:

Notre cas, s’il constitue pour l’instant un hapax, s’inscrit dans un contexte plus large que nous avions déjà largement évoqué voilà presque dix ans avec notre collègue moderniste Aurore Chéry dans notre ouvrage Les Historiens de Garde paru en 2013.

Depuis le début de présidence de Nicolas Sarkozy en 2007, les disciplines scientifiques ayant trait au passé (histoire, mais aussi archéologie, histoire de l’art et littérature) sont en proie à une attaque sans précédent, constat que faisait déjà le CVUH lors de la publication du livre Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire (2008) co-dirigé par Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt et Sophie Wahnich. Cette attaque à notre avis prend deux formes :

La première est l’usage du passé à des fins politiques et mémorielles. Si celui-ci n’est pas l’apanage d’un groupe et que tous les courants idéologiques abusent de l’histoire, il est clair que l’extrême droite est de loin la plus active sur ce créneau afin de promouvoir une vision essentialiste et excluante de la nation en s’appuyant notamment sur une vision fantasmée du Moyen Âge. Nous assistons ici, ni plus ni moins, à un retour sur le devant de la scène des poncifs de « l’École capétienne » proche de l’Action française animés au début du XXe siècle par des figures comme Charles Maurras et Jacques Bainville, deux auteurs dont se réclame aujourd’hui ouvertement Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle de 2022. Comme eux, celui-ci prend l’histoire universitaire et scolaire pour cible, évoquant dans l’introduction de son ouvrage Destin français (2018) « la grande machinerie universitaire historiographique [qui] euthanasie la France », accusant ainsi notre métier d’être le meurtrier d’une nation dont il prétend incarner la pureté. Une idée hélas largement reprise aux plus hautes sphères du pouvoir où l’on a affirmé l’existence d’une tendance « islamo-gauchiste » au sein de l’université, terme par ailleurs tiré de la rhétorique complotiste d’extrême-droite.

Comme les propagandistes de l’Action française, le discours d’Éric Zemmour s’inscrit aussi dans une économie privatisée. En proposant à un public angoissé par un futur synonyme de bouleversements écologiques et sociaux profonds, des images d’Épinal d’une France glorieuse, nombre d’entrepreneurs du mythe national réalisent de juteuses affaires et construisent de véritables empires commerciaux s’appuyant sur une vision erronée, mais rassurante, du passé. Les tenants de la logique libérale, même s’ils ne partagent pas toujours le fond de leur discours, ont souvent tendance à favoriser ce type d’entreprises qui génère de la croissance et du profit au détriment d’un service public de l’histoire, scolaire, muséal et universitaire, qui lui, se conçoit comme une forme d’accès à moindre coût des citoyen.ne.s au savoir sur une base égalitaire financée par les impôts.

Voilà entre autres pourquoi depuis une vingtaine d’années l’Éducation nationale, la Culture et l’Université font les frais de coupes massives de budget et d’une précarisation accrue de leurs personnels. Nous connaissons hélas bien l’équation. Trop occupé.e à chercher un poste puis à se plonger dans les affres du publish or perish, quel.le (post-)doctorant.e ou maitre.sse de conférence osera se lancer dans un combat public contre tel ou tel entrepreneur identitaire ? Le ferait-il qu’il risquerait d’être confronté à de rudes agressions. Si des attentats, comme celui dont a été victime Samuel Patty de la part d’un djihadiste, ne semblent pas pour l’instant être au programme de l’extrême droite en France, il n’en demeure pas moins que l’objectif est peu à peu de nous empêcher de prendre la parole dans le débat public. Cela passe par des méthodes qui ont déjà été employées avec succès dans d’autres pays européens où l’extrême-droite triomphe, comme la Pologne.”

Le texte complet est à retrouver sur le site de la SHMESP.

Journée d’études: Historiographie et nationalisme

La 9e journée d’études du groupe de contact FRS-FRNS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles) se tiendra le 11 juin 2021 au Musée royal de Mariemont (Belgique), sur le sujet “Historiographie et nationalisme, XIXe-XXe siècles. Des maîtres, des thèmes, des artéfacts“.

Il s’agit d’une journée d’études organisée en lien avec l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” (accessible jusqu’au 4 juillet 2021).

 

 

 

 

Matinée
Présidence : Sophie Glansdorff (Centre national d’histoire des sciences – CNHS, ULB) et Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
09:30 – Accueil – café
09:45 – Introduction à la journée – Agnès Graceffa et Sophie Glansdorff
10:00 – Mahomet et Charlemagne, un livre ouvert. La postérité historiographique de la thèse de Pirenne – Romain André (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
10:45 – « Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs ». Retour
sur le quatrième Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Charleroi, 1888) – Alain Dierkens (SociaMM, ULB)
11:15 – Discussion et café
11:45 – Les Considérations sur l’histoire de France d’Augustin Thierry : un
texte nationaliste ?, Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
11:45 – Louis le Germanique et les Carolingiens dans la mémoire
allemande: le cas de la Bavière et de la Prusse (1806-1871) – Sophie Glansdorff (CNHS, ULB)
12:45 – Discussion

Après-midi
Présidence : Laurent Verslype (Centre de recherches d’archéologie nationale – CRAN/INCAL UCLouvain)
13:00-15:00 : Lunch, café

Visites guidées et présentation du catalogue de l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” – Marie Demelenne (Conservatrice de la Section d’Archéologie régionale et domaniale du Musée royal de Mariemont – FWB)
15:15 – Présentation de l’ouvrage Clovis. Les grands dans l’Europe du haut
Moyen Âge. Histoire et archéologie (Mémoires de l’AFAM, XXXI) – Laurent Verslype (CRAN UCLouvain, AFAM)
15:30 – À propos d’une paire de boucles d’oreilles « franques » mises au
jour à Irles (Somme, France) au XIXe siècle, et intégrée à la collection Belgique ancienne des MRAH – Britt Claes (MRAH-KMKG) et Walter Leclercq (Crea-Patrimoine, ULB)
16:00 – Discussion et table ronde : Les enjeux actuels des (més)usages du passé mérovingien ?
16:30 – Clôture et visite libre du musée et de l’exposition

Inscription obligatoire auprès de Sophie Glansdorff: sglansdorff[at]gmail.com

Tous les détails sur le site du Musée royal de Mariemont.