Archives par étiquette : histoire

Tristan Martine (Paris-Est Marne-la-Vallée)

 

Tristan Martine est doctorant en histoire médiévale. Son travail de thèse, mené à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (laboratoire ACP), « Ancrage spatial et politique territoriale de l’aristocratie comtale en Lotharingie méridionale (fin IXe– mi XIe) » est dirigé par G. Bührer-Thierry (Paris 1) et G. Giuliato (Université de Lorraine). Depuis septembre 2015, il est chercheur en résidence à l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales.

Il a également fondé et dirigé le Laboratoire junior (http://sciencesdessinees.ens-lyon.fr/) Sciences Dessinées (http://labojrsd.hypotheses.org/), qui a notamment organisé entre mai 2013 et octobre 2014 deux expositions, dix journées d’étude et un colloque international. L’enjeu de ce Laboratoire junior était de réfléchir aux rapports entre sciences et bande dessinée. C’est dans ce cadre qu’eut lieu le 12 juin 2014 (http://sciencesdessinees.ens-lyon.fr/moyen-age-et-bande-dessinee-230601.kjsp?RH=1371111571575) une journée d’étude consacrée à la représentation du Moyen Age en bande dessinée, dont les actes seront publiés en 2016 chez Karthala.

Continuer la lecture

Parution : “Naissance de la médiévistique”

La naissance de la médiévistique. Les historiens et leurs sources en Europe au Moyen Age. XIXe – début XXe., dir. Isabelle Guyot-Bachy, Jean-Marie Moeglin, Droz, 2015.

naissance-de-la-medievistique

Au lendemain des guerres napoléoniennes, le Moyen Age apparut comme cet instant fondateur où s’était révélé le génie propre des « nations ». Au service du discours politique, tous les supports culturels furent convoqués et l’on explora ou même exploita le Moyen Age sous toutes ses formes. En même temps cependant, au cours de ce même XIXe siècle, dans les pays européens, l’histoire voulut progressivement s’affirmer comme une discipline scientifique. Si la naissance de la médiévistique bénéficia incontestablement du nouveau « goût du Moyen Age » qui s’était emparé des esprits, leurs rapports ne furent donc pas dépourvus d’ambiguïté. Partant de la question des sources médiévales, assemblées en un corpus conçu d’emblée comme polymorphe (publication et édition critique des textes médiévaux, tri, classement, ouverture des archives aux chercheurs et au public, inventaire des œuvres d’art…), les vingt-six contributions de ce volume mettent en évidence les nouvelles pratiques de l’histoire et comment à travers elles furent posées les bases modernes du travail de l’historien. Confrontant les grandes entreprises érudites – et de plus modestes – lancées un peu partout en Europe, et les figures d’historien qui les animèrent, spécialistes du Moyen Age et du XIXe siècle conjuguent leurs approches pour comprendre comment s’ébaucha alors une construction de l’histoire entre idéal scientifique, rêve et instrumentalisation.

Table des matières Continuer la lecture

Alban GAUTIER (Université du Littoral)

 Alban Gautier

alban_gautier

Professeur d’histoire médiévale, Université de Caen Normandie, et membre honoraire de l’IUF.

 

Florian BESSON (Paris Sorbonne)

Florian Besson

Florian Besson

Normalien, agrégé d’histoire, je fais une thèse à l’Université Paris-Sorbonne, sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan. Je travaille sur la féodalité dans les États latins d’Orient, en m’intéressant principalement aux pratiques du pouvoir et à la culture politique de la noblesse. Je travaille également sur les réécritures du Moyen Âge dans la littérature contemporaine, notamment dans la fantasy – j’ai co-écrit un article sur Game of Thrones. Enfin, je m’intéresse à l’uchronie et j’ai codirigé un ouvrage sur ce thème, Écrire l’histoire avec des si, paru il y a quelques mois aux Presses de la Rue d’Ulm.

Voir le CV