Archives par étiquette : histoire de l’édition

Parution : du manuscrit à l’imprimerie

Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, dir. Adam (Renaud), Devaux (Jean), Henrard (Nadine), Marchal (Matthieu), Velissariou (Alexandra), Paris, Classiques Garnier, 2020, coll. Rencontres, 451, série Civilisation médiévale, n° 38. 

Cet ouvrage vise à éclairer les mécanismes qui permirent aux lettres françaises de vivre la transition du Moyen Âge à la première Modernité. Il envisage tour à tour les conditions du glissement de ces textes vers l’imprimé et l’apport des imprimés anciens quant à l’élaboration des éditions modernes.

Table des matières

TABLE DES MATIÈRES

1. LE PASSAGE DU MANUSCRIT À L’IMPRIMÉ

Paola Cifarelli, « Antoine Vérard, éditeur des Faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »

Paola Cifarelli, « Les Quinze Joies de Mariage, des manuscrits aux incunables »

Catherine Gaullier-Bougassas, « Des manuscrits aux imprimés du Roman de Philippe de Madien et du Roman de Florimont. Deux stratégies éditoriales »

Elisabetta Barale, « Le passage à l’imprimé des œuvres de Jean Miélot »

Danielle Quéruel, « Les Passages d’outremer de Sébastien Mamerot. Des manuscrits aux imprimés »

2. LES LETTRES MÉDIÉVALES À L’AUBE DE L’ÈRE TYPOGRAPHIQUE. LA RÉCEPTION DES TEXTES MEDIÉVAUX PAR LES PREMIERS IMPRIMÉS

Maria Colombo Timelli, « Mises en prose et éditeurs « périphériques ». Quels titres pour quels lecteurs? »

Renaud Adam, « La réception imprimée de la littérature médiévale dans le comté de Hainaut (xve-xvie siècle) »

Muriel Ott, « La prose d’Ogier le Danois. Des trois premiers imprimés à deux éditions ultérieures »

Jonathan Dumont, « Au creuset des transitions littéraires et politiques. La tryumphante et solemnelle entree de Rémi Dupuis » 

Christine Ferlampin-Acher, « L’édition de 1528 de Perceforest. « O magnifiques seigneurs []. lisez et perlisez les chevaleureux gestes [»

Marie-Madeleine Castellani, « Florimont dans l’imprimé lyonnais d’Olivier Arnoullet (1529) »

Sophie Lecomte, « Histoire éditoriale et réception de la mise en prose de Guy de Warwick au xvie siècle. Le cas de l’édition Bonfons

3. IMPRIMÉS ET TRADITION TEXTUELLE

Maria Colombo Timelli, « Les éditions d’Antoine Vérard, des témoins (pas) comme les autres? »

Adeline Desbois-Ientile et Anne Schoysman, « Éditer les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges »

Laura-Maï Dourdy, « Variance dans la tradition imprimée. Étude de la stratégie éditoriale de deux imprimeurs-libraires, Michel Le Noir et Nicolas Chrestien »

Barbara Ferrari, « Le rôle des imprimés dans l’édition d’une mise en prose manuscrite. La belle Hélène de Constantinople« 

Matthieu Marchal, « Réflexions sur le remaniement d’une chanson de geste connu uniquement par des imprimés. Le cas de Florent et Lyon, mise en prose d’Othevien« .

 

Parution : « Artus de Bretagne »

Christine Ferlampin-Acher (dir.)

Artus de Bretagne. Du manuscrit à l’imprimé (XIVe-XIXe siècle)

Presses Universitaires de Rennes, 2015

artus

Croisant les approches (littérature, histoire du livre, codicologie, iconographie), cet ouvrage étudie le texte d’Artus de Bretagne et ses mutations sur six siècles, du début du XIVe siècle au XIXe. Il suit l’évolution des goûts des publics, en même temps que les changements des pratiques littéraires et éditoriales.