Archives par étiquette : histoire

Appel à textes: Passés politisés

Pour son prochain numéro, la revue en ligne Frontière.s lance un appel à textes sur le sujet “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle“, coordonné par Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin.

Date limite d’envoi des propositions (facultatives): 20 janvier 2023.

Date limite d’envoi des articles: 20 juin 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment « Reconquête » ou « Renaissance », dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême.

Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous invitons les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines. Tous les acteurs et actrices de cette construc­tion peuvent être pris en compte, que leur rôle soit conscient ou inconscient, directement politique ou non : politicien·ne·s, membres de la société civile, journalistes, artistes, institutions (étatiques, culturelles, sportives…), etc. Ces acteurs et actrices s’inspirent d’imaginaires collectifs, qu’ils nourrissent en retour, au sein desquels l’Antiquité et le Moyen Âge jouent des rôles dont la diversité et les contradictions peuvent également être analysées.

Les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les usages poli­tiques récents du passé antique et médiéval, depuis le début du xxie siècle jusqu’à l’actualité la plus immédiate. Tous les domaines pourront être abordés, ainsi que tous les médias : les campagnes politiques (affiches, discours, propagande électorale, usages des réseaux sociaux), les discours internationalistes, nationalistes ou séparatistes (par exemple, le choc des civilisations illustré par la bataille des Thermopyles ou un roman national puisant dans des fantasmes historiques ses motifs ou ses combats), la propagande terroriste (comme Daesh à Palmyre, l’invasion du Capitole par les partisans de D. Trump ou les attentats de Christchurch), les réflexions sur la société et ses valeurs (écologie, usages par des minorités, conservatisme, féminisme, afrocentrisme, etc.). Les articles écrits à plusieurs mains, notamment dans des perspectives qui croiseraient les périodes et/ou les disciplines, seront favorablement accueillis.

Calendrier

20 janvier 2023 : proposition facultative de résumés

20 juin 2023 : date limite de soumission des articles complets

Décembre 2023 : parution du numéro

 

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution par e-mail à frontiere-s [at] msh‑lse.fr en précisant leur statut et leur organisme de rattachement. Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1 200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les auteur·rice·s qui le souhaitent peuvent soumettre dans un pre­mier temps un résumé accompagné de références bibliographiques 5 mois avant la date limite de soumission

Modalités de soumission détaillées sur le site de la revue.

Parution: Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire

Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Paris, Vendémiaire, 2022.

Gentes dames et preux chevaliers, gueux et sorcières, moines rubiconds et inquisiteurs fanatiques, mais aussi Robin des Bois, Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Saladin, Mélusine, le roi Arthur…
Le Moyen Âge est bien plus qu’une période historique : c’est un livre d’images foisonnant où artistes, créateurs et cultures populaires n’ont eu de cesse de puiser, réinventant inlassablement selon leur goût et celui de leur temps enluminures, donjons et cathédrales.
Rassemblant les meilleurs chercheurs sur le sujet, ce dictionnaire, premier du genre, décrypte en plus de 120 entrées cette recréation d’un Moyen Âge fantasmé qu’on désigne sous le nom de « médiévalisme », de Walter Scott à Umberto Eco, de l’Allemagne au Japon en passant par la Turquie et l’Afrique, des romans historiques aux films et séries de fantasy, sans oublier les jeux vidéo, les jeux de rôle, la bande dessinée, la peinture, les fêtes médiévales, la musique et la poésie…
Un bréviaire indispensable pour explorer les mille métamorphoses de ce temps lointain qui obsède notre imaginaire contemporain.

 

Tous les détails sont sur le site de l’éditeur.

Colloque: Châteaux et révolutions

Les XXIXe Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord auront lieu les 23, 24 et 25 septembre 2022 à L’Odyssée (théâtre de Périgueux), salle Grassé, et au Château des Milandes, sur le thème “Châteaux et révolutions“. L’entrée est gratuite et ouverte à tous. Une excursion au Château des Milandes est prévue sur inscription.

Château et révolution ! Deux termes a priori inconciliables. L’un évoque un passé immobile et obsidional, hérissé de remparts, de tours et de girouettes. L’autre est explosif, éruptif, rageur, et précisément destructeur de la verticalité sociale que représente généralement le château. Le cycle révolutionnaire qui, de 1789 à 1848, s’en prend concrètement aux symboles d’une France féodale honnie, domine nos représentations historiques et fantasmatiques de ce couple infernal. Mais conjuguons la formule au pluriel : Châteaux et révolutions. Et voici que se lèvent de multiples acceptions des deux termes et que se nouent entre eux des relations nouvelles, fécondes et riches d’avenir pour le château lui-même et pour ceux qui les occupent. Prenons pour exemple le château des Milandes, au bord de la Dordogne, où nos pas vont nous mener au cours de ces Rencontres. Construit à la fin du XVe siècle, il offre à Claude de Cardaillac une demeure Renaissance lumineuse et confortable bien différente de Castelnaud, la forteresse féodale de son époux, le seigneur de Caumont. Lorsque Joséphine Baker s’y installe 400 ans plus tard avec sa tribu arc-en-ciel et ses goûts hollywoodiens, une autre révolution tranquille s’opère, et une troisième lorsque Angélique de Saint-Exupéry unit les deux châtelaines qui l’ont précédées dans un projet patrimonial, culturel et touristique commun. Palais des merveilles du duc de Berry à Mehun-sur-Yèvre  en pleine guerre de Cent ans ; guerres aux châteaux royaux de Versailles ou de Compiègne pendant la Révolution et menaces sur les châteaux du Périgord ou de la Provence ; révolutions de palais en Russie annonçant le « printemps des tsarines » ; châteaux imaginaires « style Louis XVII », pour mieux défier, dénier le passé ; reconversions en manufacture, en prison, en hôpital, en centre agronomique, en villégiature ou encore en cellules politiques animées par des châtelaines combattives dans le Jura du XIX  siècle. Et brochant sur le tout, Vincennes, qui a tout vu, tout connu, tout subi, de métamorphose en métamorphose, du Moyen Âge à nos jours. Une vingtaine d’archéologues, d’historiennes et d’historiens sont au rendez-vous pour évoquer l’étonnante plasticité du château, enjeu de pouvoir, lieu de mémoire mais aussi véritable laboratoire de modernité à toutes les époques. 

VENDREDI 23 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

8h30  Accueil des participants.

8h45  Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres. 

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

9h00 Eneko Hiriart, Archeosciences Bordeaux, UMR 6034 CNRS – Université Bordeaux Montaigne et Christian Chevillot, ADRAHPCReAAH, UMR 6566, Université de Rennes 1,  La Peyrouse, une agglomération gauloise en Dordogne et son sanctuaire.

9h30 Coralie Demangeot et Amaïa Legaz, Hadès-Archéologie, Des vestiges d’une crise sanitaire tardo-antique dans la nécropole Saint-Seurin à Bordeaux.

10h00 Vanessa Elizagoyen, INRAP – NAOM, Saint-Geours-de-Maremne, Bellocq : un village agro-pastoral antique dans les Landes.

11h15 Juliette Masson, Centre Archéologie Préventive – Bordeaux Métropole, Fossé médiéval et occupation Place Gambetta à Bordeaux : apports de l’archéologie à la connaissance de cet espace pour les périodes médiévale et moderne.

11h45 Christian Scuiller et Nadine Beague, INRAP – NAOM, Nouveau regard sur l’église Saint-Martin de Plazac (Dordogne).

Les châteaux, creuset des innovations architecturales

 14h00 Philippe Bon, conservateur du Musée Charles VII de Mehun-sur-Yèvre, Mehun-sur-Yèvre, la révolution de l’exception.

14h30 Arnaud Prié, chargé d’opération et de recherche à l’INRAP, Charmoilles (Haute-Marne) : de la place forte de frontière du XVe siècle à la résidence. Enquête historique et architecturale.

15h00 Frédéric d’Agay, vice-président de la Fédération Historique de Provence, Renouvellement castral et entrée dans la modernité en Provence à la veille de la Révolution.

 Bouleversements castraux, entre révolutions et révolutions de palais

16h00 Anna Gnedina-Moretti, docteur en science de l’art, Les Révolutions de palais en Russie au XVIIIe siècle.

16h30 Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, château de Versailles, Versailles en Révolution : l’année 1789.

17h00 Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours, Le marquis du Castellet et le château de Dardennes (Toulon, 1790).

17h30 Guy Mandon, inspecteur général honoraire de l’Éducation Nationale, Comment ont survécu mille et un châteaux dans un département montagnard ? la Dordogne de la Grande Peur à la légende de Lakanal (1789-1794). 

 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE                Château des Milandes

 Maisons royales en péril : quels usages dans une Nation sans roi ?

9h30  Thierry Sarmant, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, Le château de Vincennes en révolution, 1789-1803.

10h00 Jean-François Delmas, conservateur général du patrimoine, château de Compiègne, La Révolution et le château de Compiègne.

La persistance de l’emprise castrale : une révolution conservatrice ? 

11h00 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon-2, L’entrée en politique des châtelaines (Jura, 1870-1920).

11h30 Grégoire Franconie, docteur en histoire, Construire un “château Louis XVII” : histoire d’un goût contrefactuel (1793-1968). 

 

15h00 Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire du château des Milandes, Joséphine Baker au château des Milandes : une révolution en Périgord  ?

 Viste du château des Milandes

 

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

 Les châteaux en laboratoire de la modernité économique

9h00  Roger Baury, Université de Lille, Des dommages révolutionnaires à l’échec industriel : le château de Bonneval en révolutions.

9h30  Cécile Dantarribe, doctorante, CEMMC-EA 2958 – Université Bordeaux Montaigne, Quand le château viticole de la Grande Ferrade devient le centre de recherches agronomiques du Sud-Ouest (première moitié du XXe siècle).

Fluidité des identités castrales et mouvance de la mémoire collective

10h30 Simon Guinebaud, attaché de conservation du patrimoine, Dinan, Du palais ducal à la prison militaire : le château de Dinan au XVIIIe siècle.

11h00 Jean Samuel Rouveyrol, docteur en histoire, Une révolution châtelaine : du château à la villa (seconde moitié du XIXe siècle – début du XXe siècle).

12h00 Roger Baury, Université de Lille, Conclusions du colloque 

 

Plus d’informations sur le site de la société organisatrice.

Appel jeunes chercheurs: Un long Moyen Âge? Décloisonner la période médiévale

Après l’édition fribourgeoise en 2022, les Journées d’étude des Jeunes Chercheurs Médiévistes reviennent à l’Université de Genève. Elles se tiendront cette fois-ci uniquement en français,les 9-10 mars 2023. 

Avec Jacques Le Goff, l’idée d’un « long Moyen Âge » est venue bousculer les limites temporelles usuellement établies par l’historiographie. Elle prend sa source dans les travaux de Fernand Braudel sur la périodisation, les temps de l’Histoire et la notion de « longue durée ».  Depuis, les chercheurs et les chercheuses qui ont travaillé sur cette notion ont empiété tantôt sur l’Antiquité tardive, tantôt sur la période moderne, à l’instar des historiens qui se sont intéressés à la transformation des identités entre l’Antiquité et le Haut Moyen Âge (Coumert) ou qui ont observé les rémanences de la société féodale au XVIe siècle (Baschet), des historiens du théâtre et des littéraires qui ont étudié le maintien de pratiques théâtrales médiévales jusqu’au XVIIe siècle (Chocheyras, Doudet, Bouhaïk-Gironès, Koopmans et Lavéant,) ou des philosophes qui ont analysé l’existence d’une seconde scolastique à l’époque moderne (Miner).

Cependant, cette idée provoque aussi des réticences. Ainsi, l’historien spécialiste de la Renaissance Jean-Marie Le Gall affirme que : 

« la médiévistique est partagée entre la tentation de faire durer le Moyen Âge longtemps, très longtemps, parce que la Renaissance serait artificielle et superficielle, et celle de le moderniser précocement afin de cerner la genèse médiévale de la modernité. Et pour ce faire, elle a recours paradoxalement à la notion de Renaissance puisque certains défendent l’existence de renaissances médiévales. Ainsi donc la Renaissance n’existe pas mais elle a plein de rétroprojections au Moyen Âge où naît déjà l’individu, le capitalisme, l’humanisme et la modernité. Étrange paradoxe que celui qui voit une notion inventée pour déprécier le Moyen Âge être récupérée pour le rénover tout en clamant que la Renaissance n’existe pas![1] »

L’objectif de ces Journées sera donc de questionner les pratiques, techniques, conceptions, mentalités, motifs, porteurs d’une ouverture et d’un « décloisonnement » tant en amont qu’en aval de ce qu’on a longtemps défini en négatif comme une époque intermédiaire.  Cette mise en perspective est par nature interdisciplinaire et intégrera donc des communications relevant de domaines variés tels que l’histoire, l’histoire de l’art, la littérature, la musicologie, la philosophie, la linguistique ou encore la philologie. Celles-ci se focaliseront sur des considérations de durée en rapport avec le Moyen Âge occidental. Ce colloque souhaite mettre au centre de ses réflexions plutôt l’ouverture temporelle que l’ouverture spatiale qui reste par ailleurs mieux traitée. Il ne vise pas non plus à interroger les représentations médiévales au sein du monde contemporain dans une perspective de médiévalisme, mais plutôt à rendre compte d’objets spécifiquement médiévaux qui transgressent les limites temporelles canoniques et regardent soit vers l’Antiquité soit vers la modernité. 

Dans ce but, les communications pourront interroger ce qui fait que ces éléments de longue durée sont spécifiquement perçus comme des phénomènes « médiévaux ». Est-ce parce qu’ils naissent au Moyen Âge ou au contraire s’y achèvent ? Est-ce parce qu’ils présentent un aspect jugé « médiéval », que ce soit par les spécialistes ou un public plus élargi ? 

La longue durée paraît induire des adaptations ou des transformations dans la continuité des pratiques ou des idées. Ces modifications sont-elles minimes ou conséquentes, fortuites ou réfléchies, temporaires ou définitives ? Devons-nous les considérer comme des points de rupture ou de simples évolutions, voire de transitions ? Ces évolutions, temps courts au sein du temps long, remettent en question la périodisation par siècle et les temps traditionnels de l’Histoire. C’est notamment le cas de l’« Antiquité tardive », qui peut s’étendre jusqu’au VIIIe siècle, et du « long XVe siècle », qui déborde sur la modernité. Qu’est-ce que ces notions viennent apporter à la perception « classique » des bornes temporelles du Moyen Âge ? Quels dialogues instaurent-elles entre les périodes ? Pouvons-nous les considérer comme des temps de transition ou comme des micro-périodes possédant leur propre cohérence interne ?

Enfin, nous pourrons traiter des rapports qu’entretient le Moyen Âge avec la Renaissance. Faut-il simplement le considérer comme une époque intermédiaire à laquelle la Renaissance fait de l’ombre ?  Les médiévistes vont à l’encontre de cette idée, mais réinvestissent le terme de « renaissance » pour décrire des étapes ayant rythmé la période médiévale telles que l’époque carolingienne ou le XIIe siècle, comme le rappelait Jean-Marie Le Gall.  Nous pourrons réfléchir à cette apparente contradiction et faire émerger un dialogue à partir de l’exploitation de ce même terme dans une perspective de renaissances plurielles.

Nous invitons toutes les jeunes chercheuses et tous les jeunes chercheurs à nous faire parvenir leur proposition de contribution en français, d’une demi-page environ, accompagnée de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche), en format PDF, d’ici au lundi 31 octobre 2022 à l’adresse jcm2023 [at] sciencesconf.org.

Ces Journées donneront lieu à une petite publication, qui consistera en un abstract élargi de 2000 à 2500 mots par communication (bibliographie non incluse), et qui sera mise en ligne sur une archive ouverte pour créer un recueil des actes du colloque. Ces abstracts – demandés dans un second temps – devront être fournis en amont (courant du mois de janvier) et les actes seront publiés quelques jours avant le début des Journées d’étude.   


[1]Le Gall Jean-Marie, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, 2018, p. 27. 

 Pour plus d’information, consulter le site du colloque.

Orientation bibliographique :  

  • Baschet Jérôme, La civilisation féodale : de l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, 2004. 
  • Chocheyras Jacques, Le théâtre religieux en Dauphiné du Moyen Âge au dix-huitième siècle (Domaine français et provençal), Genève, 1975, vol. 128.
  • Coumert Magali, « Transformation of Identities: Barbarians and Romans in the Merovingian Realm », in Effros Bonnie, Moreira Isabel (éd.), The Oxford Handbook of the Merovingian World, Oxford, 2020, pp. 99-116.
  • Doudet Estelle, « Convergences, discontinuités, circulations : pour une histoire connectée du théâtre allégorique européen (XVe-XVIe siècle) », in Nicolas Catherine, Boutet Dominique (éd.), La Question du sens au Moyen Âge, Mélanges Armand Strubel, Paris, 2017, pp. 357-371.
  • Emery Kent, Friedman Russell, Speer Andreas (éd.), Philosophy and Theology in the Long Middle Ages. A Tribute to Stephen F. Brown, Leiden, 2011. 
  • Gibert Stéphane, Le Bihan Jean, Mazel Florian (dir.), Découper le temps ? Actualité de la périodisation en histoire, Atala. Cultures et sciences humaines, 17, 2014.
  • Jaser Christian, Lotz-Heumann Ute, Pohlig Matthias (éd.), Alteuropa – Vormoderne – Neue Zeit: Epochen und Dynamiken der europäischen Geschichte (1200 – 1800), Berlin, 2012.
  • Bouhaïk-gironès Marie, Koopmans Jelle, Lavéant Katell (dir.), La permission et la sanction. Théories légales et pratiques du théâtre (XIVe-XVIIe siècle), Paris, 2017.
  • Le Gall Jean-Marie, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, 2018, pp. 27-53. 
  • Le Goff Jacques, Un long Moyen Âge, Paris, 2004.
  • Miner Robert C, « Suarez as Founder of Modernity: Reflection on a Topos in Recent Historiography », in History of Philosophy Quarterly, 18, n°1 (2001), pp.17-36.
  • Monnet Pierre, « Studying the Middle Ages: Historical Food for Thought in the Present Day », in Jones Chris, Kostick Conor, Oschema Klaus, Making the Medieval Relevant, How Medival Studies Contribute to Improving our Understanding of the Present, Berlin, 2019, pp. 277-287.
  • Montorsi Francesco, « Pour en finir avec le Moyen Âge. Remarques sur la diffusion et l’abandon des textes médiévaux au XVIe siècle », in Studi Francesi, 188 (LXIII | II), Lexis Sas, 2019, pp. 301-312.
  • Stahuljak Zrinka, Médiéval contemporain. Pour une littérature connectée. Paris, 2020.

Parution: Le Puy du Faux

Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère, Le Puy du Faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire, Editions Les Arènes, 2022.

Le Puy du Fou séduit chaque année deux millions de personnes. Prenant ce succès au sérieux, quatre historiens et historiennes se sont immergés dans le parc, ont assisté à tous les spectacles et frissonné avec le public. Ils livrent ici une enquête minutieuse et pleine d’humour où apparaît, derrière les effets spéciaux et les décors somptueux, un univers rempli d’erreurs et de simplifications, le tout au service d’une propagande diffuse qu’il s’agit de repérer si on veut la combattre.

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Prix de thèse 2022: Marion BERTHOLET

 

Après délibérations, l’équipe de Modernités médiévales est très heureuse d’annoncer que son Prix de thèse 2022 est décerné à Marion BERTHOLET.

Marion Bertholet a brillamment soutenu en septembre 2020 à l’Université Grenoble Alpes sa thèse en histoire, intitulée “Des Lumières à Sismondi: penseurs et voyageurs face au Moyen Âge italien“.

“Ma thèse en histoire médiévale et moderne s’inscrit dans le sillage des travaux interrogeant les représentations et les interprétations du Moyen Âge. Mon intérêt s’est porté sur la fabrication de l’époque médiévale de la seconde moitié du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, un moment charnière qui a contribué à forger l’imaginaire de l’Europe romantique. Les penseurs des Lumières ont en effet renforcé l’image d’un Moyen Âge européen sombre et rétrograde en fixant un certain nombre de clichés négatifs dont le monde contemporain demeure toujours empreint. Néanmoins, cette idée d’un XVIIIe siècle envisageant de manière monolithique les temps médiévaux a été battue en brèche et c’est pour souligner la complexité de la pensée historique des lettrés de cette époque que je me suis penchée sur leur appréhension de l’Italie.
Je me suis ainsi questionnée sur le processus qui, du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, a inventé le Moyen Âge italien comme une époque singulière : un temps de liberté urbaine et de progrès. Autant de caractéristiques qui tendent à distinguer l’Italie des autres pays occidentaux associés quant à eux à une féodalité rétrograde.
À partir de récits historiques, j’ai mis en exergue la manière dont les penseurs des
Lumières ont créé une exception italienne pour concevoir les évolutions de l’esprit humain, seule la liberté de l’Italie ayant contribué, selon eux, à sortir l’Europe de sa langueur pour entrer dans la modernité. C’est ensuite grâce à l’héritage de ces travaux que Sismondi, dans l’Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge (1807-1818), a définitivement ancré la vision d’une Italie médiévale urbaine, bourgeoise et républicaine, faisant de ce moment l’apogée de l’histoire de la Péninsule. Ces discours ont forgé l’imaginaire des lettrés et c’est pour mesurer ce phénomène que je me suis également penchée sur les pratiques du voyage en Italie : avec la naissance d’un intérêt nouveau pour le Moyen Âge italien, les voyageurs ont en effet tendu à modifier leurs perceptions de l’espace péninsulaire, cherchant les traces d’un passé démocratique dans le Centre-Nord et les restes d’une histoire héroïque et monarchique dans le Sud.
C’est donc à la suite d’un long processus d’interprétation de l’histoire, entamé au XVIIIe
siècle, que l’Italie médiévale s’invente au début du XIXe siècle comme un temps républicain et bourgeois, dominé par la raison, le progrès et la liberté. À cette même époque, les sociétés européennes s’enthousiasment pour un Moyen Âge fantasmé, gothique, féodal, obscur, symbolisé par les brumes, les châteaux, les chevaliers et les magiciens qui peut s’incarner dans des pays comme la France, l’Angleterre ou l’espace germanique. Mais l’Italie ne correspond pas à de telles caractéristiques, la vision de son passé est tout aussi fantasmée et artificielle, mais elle tend à faire appel à d’autres clichés et surtout cela a abouti à l’idée d’une Renaissance italienne qui par contraste avec les temps républicains médiévaux aurait sombré dans la dégénérescence, la violence effrénée, le crime, l’immoralité et les intrigues des cours princières.”

L’association Modernités médiévales accompagnera la diffusion de cette recherche dans le domaine du médiévalisme, sous la forme d’une aide à la publication d’un montant de 500 euros. Toute l’équipe transmet ses félicitations à Marion Bertholet!

Parution: Petite histoire de la littérature médiévale

Alain Corbellari, Petite histoire de la littérature médiévale, Presses Inverses, 2021.

Près d’un siècle après la mort de Joseph Bédier, la littérature médiévale a encore bien des secrets à nous livrer. Saviez-vous que le sénéchal Keu était un fameux mélomane ? Que les chansons de geste existaient en version pour sourds et malentendants ? Que Jehan Froissart, le chroniqueur de la Guerre de Cent Ans, vouait une admiration sans bornes à Boris Vian ? Toutes ces révélations, et bien d’autres encore, sont exposées dans cette Petite histoire, dans le plus pur style des grands savants médiévistes et sans le moindre souci de vraisemblance.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Appel jeunes chercheurs: Raconter l’histoire

Appel à communications en vue du colloque jeunes chercheur.se.s “Raconter l’histoire. Récits et histoire dans les cultures de l’imaginaire“, organisé par le Laboratoire des Imaginaires. Il se tiendra du 9 au 11 février 2022 à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne.

Date limite: 3 décembre 2021.

L’histoire a commencé à s’interroger sur son propre langage dès qu’elle s’est pensée comme science : se détachant de tout ce qui en elle faisait fiction, écartant le style et la plume de ses préoccupations principales, elle s’est ainsi structurée en tant que discours factuel sur le réel, tout en posant un regard critique sur sa propre écriture dans un retour sur elle-même somme toute très littéraire. En parallèle, loin de se cantonner à l’abstraction et à la rêverie, la fiction a pu développer de nouveaux champs d’exploration, libérés de toute contrainte de vérité mais en même temps capables, également, de raconter le réel.

Ainsi est battu en brèche l’un des vieux préjugés qui pèsent encore sur les cultures de l’imaginaire, quand bien même celui-ci s’use avec l’âge : elles constitueraient autant d’anti-histoires, voire de contre-histoires, selon l’idée qu’on se faisait de leurs mondes fictionnels clos, lointains, étrangers à tout. Elles opèrent au contraire ce pas de côté qui permet d’étudier les modalités au travers desquelles se raconte le réel. Ainsi se dessinent également les qualités qui font des cultures de l’imaginaire autant d’expériences inédites, même dans le champ médiatique. Autres planètes, autres mœurs : la supposée fracture entre le réel et l’imaginaire a permis à ces littératures d’explorer tout autant la « vérité scientifique » que son parfait opposé. Dans l’imaginaire, on se figure des branches inconnues du vivant, on inverse les lois de la physique et on travaille la science au corps ; mais on questionne aussi les revers de l’histoire, on invente des romans transnationaux, on ressuscite les morts et on manipule les motifs les plus traditionnels jusqu’à ce qu’ils s’extirpent de leur milieu de naissance pour produire des discours nouveaux. Ce sont ces ressources propres aux cultures de l’imaginaire que ce colloque se propose d’explorer, afin de considérer tout ce que la fiction elle-même dit de l’histoire, et tout ce qu’elle fait de l’histoire.

Imaginaires et Histoire : inspirations et interactions

Le passé étant un référent fréquent de l’imaginaire, avant tout du genre de la fantasy, il semble inévitable qu’un peu de la discipline historique, de l’attention à l’Histoire, filtre vers ces médias. Le Moyen Âge, notamment, est une période fortement associée aux mondes de l’imaginaire, association tenant plus de la réception du Moyen Âge que de sa réalité, symptomatique d’une vision fantasmée de l’Histoire. L’œuvre A Song of Ice and Fire et la série Game of Thrones qui en découle constituent un excellent exemple. Les fréquents parallèles observés entre son intrigue et plusieurs événements marquants de l’histoire de la Grande-Bretagne ont laissé penser que son auteur avait effectué un important travail de recherche. En vérité, ce sont les romans Les Rois maudits, œuvre fictionnelle de Maurice Druon inspirée du règne capétien, qui ont largement inspiré G.R.R. Martin : sa vision de l’Histoire est donc passée plusieurs fois par le tamis de la fiction. Ce médiévalisme est un objet d’étude central lorsqu’on s’intéresse à la fantasy.

Il n’est pas rare que la fiction ne prenne pas seulement un cadre historique comme référent, mais s’en empare entièrement comme contexte de son récit, venant ajouter à notre réalité historique bien connue un élément étranger qui ouvre la porte de l’imaginaire. Ainsi Fabien Cerutti permet-il des rencontres entre personnages réels, historiques, et elfes, trolls et orcs en situant les aventures de son bâtard de Kosigan dans une France médiévale. Ce cas spécifique le prouve : une telle pratique peut être accompagnée d’une grande attention au détail de la part des créateurs·rices soucieux·ses de donner à leur fiction la plus grande crédibilité historique. Le jeu vidéo Assassin’s Creed II constitue un autre exemple de cela, prenant place dans une Venise virtuelle pensée avec une grande minutie par les développeurs·euses du jeu, un historien en résidence ayant même accompagné cette démarche. L’attrait propre à l’imaginaire associé à cette rigueur dans la réalisation se prête par ailleurs à un travail pédagogique, et c’est ainsi que l’on trouve des ouvrages comme Les chevaliers de la raclette, série jeunesse de Jean-Laurent Del Soccorro, dans lequel l’imaginaire sert de porte d’entrée au public pour découvrir une période ou un lieu historique. Ces deux œuvres reposent, chacune à leur façon, sur une forme de voyage dans le temps, un phénomène souvent employé pour permettre un regard extérieur sur une période historique plus ou moins connue des chercheurs·euses – on pensera à la série TV Outlander, ou encore au roman Jésus Vidéo. 

De telles interventions extérieures au cours du temps permettent de proposer des alternatives, autre possibilité explorée par le genre de l’uchronie. En changeant un événement, l’auteur·rice peut alors se permettre de réécrire le cours de l’Histoire. Cela peut conduire à des fictions proches de notre monde, par l’exploration de minuscules variations, ou encore par l’insertion d’éléments perturbateurs majeurs, surnaturels ou technologiques, comme c’est le cas dans la Trilogie de la Lune de Johan Heliot. L’interactivité du média devient génératrice d’autant d’Histoires parallèles, et un simple choix d’une audience joueuse peut faire basculer un récit historique vers une uchronie, le choix devenant alors en soi générateur d’imaginaire dans le récit. C’est le cas par exemple de la série de jeux vidéo Crusader Kings qui, à chaque partie, propose une nouvelle version de l’Histoire soumise aux décisions des joueurs·euses et de l’IA.

L’Histoire des mondes imaginaires

Mais une œuvre peut donner à contempler une Histoire sans pour autant relever de la fiction historique. Ainsi, la duologie Bohen d’Estelle Faye constitue une forme de saga historique prenant place dans un autre monde que le nôtre. C’est l’intensité des événements, la multitude des points de vue et la façon de construire le récit qui semblent donner au texte une ambition historique au sein de la diégèse. L’extension de l’histoire sur une vaste période temporelle sert également cet intérêt en permettant à l’audience d’un média de voir se dérouler l’Histoire alors qu’elle a lieu. L’œuvre d’Estelle Faye, en se positionnant au niveau des acteurs·rices de l’Histoire, propose une vision différente de celle des grands romans nationaux, « depuis le point de vue des assujettis », en postulant que « la vue est meilleure si l’on se tient en dessous des super plateformes spatiales des puissants » (pour reprendre les expressions de Donna Haraway dans ses travaux sur les savoirs situés).

Mettre en relation l’Histoire et l’imaginaire, c’est aussi questionner la façon dont on la produit, dont on la raconte. La forme du récit historique inséré dans une fiction est un choix fréquent pour les auteurs·rices d’imaginaire, notamment en roman où la forme linéaire et textuelle se prête bien à la reprise des codes de la chronique, du journal, ou encore de l’archive. L’auteur·rice ne se contente pas alors de créer l’Histoire fictive d’un monde imaginaire, il ou elle montre comment la perception de celle-ci est subjective. Cela peut parfois servir à informer le lectorat, comme c’est le cas des extraits de l’Encyclopedia Galactica dans la saga Fondation, ou des extraits écrits de la main de Princesse Irulan dans Dune. Dans d’autres cas, l’archive englobe l’ensemble de l’Histoire : les Annales de la Compagnie Noire de Glen Cook sont, comme le titre l’indique, les annales d’une compagnie de mercenaires. Le contenu et la perspective sur les événements est donc dépendante de l’annaliste, qui selon les tomes peut varier considérablement. En associant ainsi les modes de retranscription, on favorise une forme de polytextualité qui permet d’interroger la production du récit historique. Construire un récit de la sorte permet par exemple d’interroger la façon dont peuvent être produits un roman national, un rapport au héros, etc.

L’histoire des cultures de l’imaginaire

Les cultures de l’imaginaire ont désormais des décennies d’existence : l’un des enjeux de ce colloque sera également d’en permettre une approche historique, d’analyser ces médias et récits et leur évolution dans le temps. Ainsi peut-on s’interroger sur les pratiques de diffusion et de publication qui ont amené au succès de telle ou telle esthétique au détriment d’une autre. Une généalogie des formats à bas prix, soulignant leur impact sur les imaginaires, peut alors être suivie depuis le roman-feuilleton qui a inspiré les pulps, qui eux-mêmes plus tard reviendront influencer l’édition française. En dehors des pratiques de publication, cet axe de recherche sera aussi l’occasion d’effectuer une étude comparatiste remontant aux nombreuses origines et inspirations, supposées ou avérées, des cultures de l’imaginaire. Si ce travail d’exploration des sources et des origines a déjà été fait, on pourra l’interroger dans une perspective historiographique en se demandant si, en proposant un travail historique des cultures de l’imaginaire, certains n’ont pas avant tout dressé un portrait de ces cultures « à l’occidentale », mettant de côté toute une Histoire non-blanche de l’imaginaire qui émerge aujourd’hui.

Car faire cette histoire de l’imaginaire, c’est aussi faire l’histoire de ses genres et de ses motifs. Dune s’est-il affranchi des récits qui fantasmaient autrefois le désert, ou bien le duduk arménien n’est-elle qu’une manière d’immerger l’audience de son dernier film dans le sable d’Arrakis ? Lorsque les Hobbits de Tolkien déclament des vers, ils sont persuadés de réciter de la poésie elfique en ann-thennath ; mais le lectorat français, lui, ne lit-il pas les alexandrins de Daniel Lauzon ? Et que dire de la réutilisation des chapes blanches de nonnes par Margaret Atwood, celles-là mêmes qu’ont reprises récemment certaines militantes pro-avortement ? L’imaginaire a ses motifs, constamment retravaillés par celles et ceux qui les manipulent, les consacrent ou les tordent, selon leurs ambitions et leurs besoins. Ces motifs peuvent restreindre le champ de vision comme ils peuvent l’ouvrir, ou le transformer. Poser le regard sur leur circulation, considérer leurs origines et les rapports de force qui en structurent l’expression, apprécier la manière dont ils sont aujourd’hui réinvestis ou non par de nouvelles formes de luttes, tout cela constitue également l’un des champs d’étude de la fiction, dans ce qu’elle projette sur le réel.

Pistes complémentaires :

La place de l’archéologie dans l’imaginaire : La discipline archéologique constitue un pan entier de l’étude de l’Histoire, générateur de ses propres imaginaires. On pensera bien sûr à Indiana Jones, Lara Croft et autres Alan Quaterman, archéologues-aventuriers·ères dont le traitement des monuments ferait frémir leurs collègues contemporains. Mais cette association de la ruine à l’aventure et au mystère peut tout autant se retrouver dans le donjon d’un jeu de rôle. On peut aussi simplement s’interroger sur le traitement de ces lieux historiques dans les médias de l’imaginaire.
Récit non-linéaire et narratologies numériques : Le développement des technologies de l’information et de la communication à l’ère du numérique affectent nos usages et nos circulations entre les savoirs. Ainsi, de nouvelles mécaniques littéraires et narratives font leur apparition. Espen J. Aarseth développe la notion de littérature ergodique (non-triviale) pour référer au travail qu’implique le fait de circuler dans les hypertextes propres au numérique, tandis que Janet H. Murray voit dans le choix multiple et le die & retry les possibilités d’une narration non-linéaire et surtout multi-séquentielle que le cinéma ou la littérature classique ne peuvent offrir. Le temps d’un glitch ou d’un ghost, les savoirs académiques s’intriquent et se juxtaposent aux cultures de l’imaginaire. Les avatars et les profils résonnent désormais en polyphonie avec les notifications, les playlists et les références universitaires. Ces données ne se parasitent plus et créent des rapports à la fois sensibles et hybrides au travail de chercheurs·euses. Quelles cultures de l’imaginaire émergent du die & retry de nos historiques quotidiens de navigation sur les réseaux ? Et quelles historiographies des cultures de l’imaginaire se génèrent malgré nous par l’analyse des nouvelles données incessantes de ces usages dont nous nous croyons les héros ?
 
ORGANISATION

Le colloque aura lieu les 9-10-11 février 2022, à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, à proximité du campus Villejean de l’Université Rennes 2 et/ou, selon les circonstances sanitaires, via une interface de vidéoconférence en ligne.

Organisée par l’association du Laboratoire des Imaginaires, elle est destinée en priorité aux jeunes chercheurs·euses, doctorants·es, masterants·es, ou étudiants·es en licence qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.

MODALITÉS DE CONTRIBUTION

Il est conseillé de consulter la définition des cultures de l’imaginaire proposée par l’association afin de vous assurer de la cohérence de votre proposition vis-à-vis de l’appel. Vous pourrez la trouver à l’adresse suivante :  https://lelaboratoiredesimaginaires.wordpress.com/about/

Les propositions sont attendues pour le 3 décembre 2021. Ces dernières devront comporter deux documents : une proposition anonyme incluant un titre et un résumé de votre communication de 1500 caractères (espaces compris), ainsi qu’un autre document de présentation comprenant votre nom, prénom, et votre bio-bibliographie. Ce document devra préciser votre parcours universitaire et votre statut actuel. Afin de faciliter le traitement des propositions, merci de suivre le modèle d’intitulé suivant : NomPrenom_Titre-de-la-communication_Proposition pour le premier document et NomPrenom_Titre-de-la-communication_Bio pour votre biobibliographie.

Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse du Laboratoire des Imaginaires : laboratoiredesimaginaires [at] gmail.com

La réponse du comité de direction sera donnée le 20 décembre 2021. 



COMITÉ ORGANISATEUR

Le Laboratoire des Imaginaires est une association étudiante de Rennes 2, fondée dans le but de valoriser les travaux de recherche des étudiant·es et jeunes chercheur·euses spécialisé·es dans les médias de l’imaginaire.

Le comité organisateur de la journée d’études est constitué des membres du bureau, ainsi que de plusieurs membres bénévoles : Manon Berthier, Corentin Daval, Marie Kergoat.

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Justine Breton, Maître de conférence en Littérature française, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Charline Pluvinet, maîtresse de conférence en littérature générale et comparée à l’Université Rennes 2.

Manon Berthier, doctorante en Littérature comparée, Université Paris-Est Créteil.

Zelda Chesneau, doctorante en Littératures Générales et Comparées, Université Rennes 2.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

BARTTER Martha A., The Way to Ground Zero: The Atomic Bomb in American Science Fiction, Wesport [Connecticut], London, Greenwood Press, « Contributions to the Study of Science Fiction & Fantasy », 1988. 

BAYARD Pierre, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Minuit, « Paradoxes », 2013.

BENJAMIN Walter, Sur le concept d’histoire [1940], traduction d’Olivier Mannoni, Paris, Editions Payot et Rivages, 2008.

BESSON Anne (dir.), Fantasy et histoire(s). Actes du colloque des Imaginales 2018, Chambéry, actusf, 2019.

BESSON Florian, KIKUCHI Catherine et TROADEC Cécile, « Les Moyen Âge de Game of thrones », Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Journal of medieval and humanistic studies, no 28 (31 décembre 2014), p. 479‑507. 

BLANC William, Le Roi Arthur, un mythe contemporain, Paris, Libertalia, 2016.

BOOKER M. Keith, Monsters, Mushroom Clouds, and the Cold War: American Science Fiction and the Roots of Postmodernism, 1946-1964, Wesport [Connecticut], London, Greenwood Press, « Contributions to the Study of Science Fiction & Fantasy », 2001. 

BOUJU Emmanuel, La Transcription de l’histoire, essai sur le roman européen de la fin du XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

BRÉAN Simon, « Histoires du futur et fin de l’Histoire dans la science-fiction française des années 1990 », ReS Futurae [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 29 décembre 2014. URL : http://resf.revues.org/452 

BRIANS Paul, Nuclear Holocausts: Atomic War in Fiction 1895-1984 [1987], public.wsu.edu [en ligne], 2003, mis à jour le 17 décembre 2008, disponible sur http://public.wsu.edu/~brians/nuclear/index.htm.

BURLE-ERRECADE Élodie et NAUDET Valérie (dir.), Fantasmagories du Moyen Âge : Entre médiéval et moyenâgeux, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2010, http://books.openedition.org/pup/2083.

CAMPEIS Bertrand et GOBLED Karine, Guide de l’uchronie, Chambéry, actusf, 2018.

CHALVON-DEMERSAY Sabine, « Le deuxième souffle des adaptations », L’Homme, n°175-176, juillet-septembre 2005/3-4, p. 77-111.

DE CERTEAU Michel, L’Écriture de l’histoire [1975], Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2011. 

DELUERMOZ Quentin et SINGAREVELOU Pierre, Pour une histoire des possibles, Paris, Éditions du Seuil, 2016.

DEMANZE Laurent et VIART Dominique, Fins de la littérature, historicité de la littérature contemporaine, tome 2, Paris, Armand Colin, « Recherches », 2013. 

DESHOULIERES Valérie-Angélique et VACHER Pascal, La Mémoire en ruines : le modèle archéologique dans l’imaginaire moderne et contemporain, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, « cahiers de recherches du CRLMC », 2000. 

FERRÉ Vincent (dir.), « Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2010-3, 2010, https://journals.openedition.org/itineraires/1774.

FUKUYAMA Francis, La fin de l’homme. Les conséquences de la révolution biotechnique, traduction de Denis-Armand Canal, Paris, Gallimard, « Folio actuel », 2002.

HARTOG François, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Editions du Seuil, 2003.

KLEIN Gérard et RICHE Daniel (coord.), Change, no 40 « Science-fiction & histoires », Paris, Seghers-Laffont, mars 1981.

KOSELLECK Reinhart, Le Futur passé, Paris, Editions de l’Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1990.

LAVOCAT Françoise (dir.), La Théorie littéraire des mondes possibles, Paris, CNRS Editions, 2010. 

POMIAN Krzysztof, Sur l’histoire, Paris, Gallimard, « Folio », 1999. 

RAMEY Lynn Tarte et PUGH Tison Pugh (dir.), Race, Class, and Gender in “Medieval” Cinema, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

RICŒUR Paul, Temps et récit, tome 1, 2 et 3, Paris, Editions du Seuil, « Points », 1991.

RICŒUR Paul, Histoire et vérité [1952-1966], Paris, Editions du Seuil, « Points », 2001.

RICŒUR Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Editions du Seuil, « Points », 2003. 

RÉGNIER Jean-Jacques, « L’Histoire, un cas particulier de la science-fiction », Cycnos [en ligne], volume 22, n°1, mis en ligne le 15 novembre 2006, consulté le 01 septembre 2015.

ROCHEBOUET, Anne et SALAMON Anne, « Les réminiscences médiévales dans la fantasy. Un mirage des sources? », Cahiers de recherches médiévales et humanistes. Journal of medieval and humanistic studies, no 16 (10 décembre 2008), p. 319‑46.

RUBINO Gianfranco et VIART Dominique (dir.), Ecrire le présent, Paris, Armand Colin, 2013.

RYAN Marie-Laure, Narrative as Virtual Reality: Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media, Baltimore, Johns Hopkins Univ. Press, 2001. 

SCHAEFFER Jean-Marie, « Quelles vérités pour quelles fictions ? », L’Homme, n°175-176, juillet-septembre 2005, p. 19-36.

STIERLE Karlheinz, « L’Histoire comme Exemple et l’Exemple comme Histoire ; contribution à la pragmatique et à la poétique des textes narratifs », Poétique n°10, 1972, p. 176-198. 

VEYNE Paul, Comment on écrit l’histoire [1979], Paris, Editions du Seuil, « Points », 1988.

Appel jeunes chercheurs: Passer à la postérité

Journée d’étude jeunes chercheurs en lettres, histoire et sciences humaine: “Passer à la postérité: contours et représentations des figures du passé“, mercredi 6 avril 2022, Université Littoral Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée.

Date limite: 25 novembre 2021.

Nombreux sont aujourd’hui les médias (presse, télévision, littérature, cinéma, radio, expositions, etc.) qui se consacrent à la biographie de telle figure historique, afin de la faire découvrir au grand public. Leur démarche varie selon le degré de célébrité du personnage, qu’il appartienne à l’histoire locale ou nationale. Preuve qu’il n’est pas rare, lorsqu’il s’agit de présenter un pan de la vie d’une figure du passé, que l’histoire et la littérature proposent des versions divergentes, qui s’enchevêtrent parfois, voire s’interpénètrent.
Ce phénomène n’est d’ailleurs pas l’apanage de notre époque. En effet, pour ne citer que deux exemples placés aux antipodes de l’Histoire, déjà dans l’Antiquité, le rôle de l’historien ne se résumait pas stricto sensu à ce que l’on entend de nos jours par cette profession : l’historien, à bien des titres, était l’équivalent de l’écrivain qui rédige sa version de l’histoire : songeons par exemple à Suétone lorsque, dans la Vie des douze Césars, il se délecte à nous narrer les forfaits perpétrés par Néron et à en accentuer la monstruosité ; l’on peut comparer ces épisodes à la version différente proposée par Tacite. De même, au XIXe siècle, Chateaubriand constatait pour sa part en littérature l’engouement de ses contemporains pour l’histoire : « Tout prend aujourd’hui la forme de l’histoire : théâtre, roman, poésie… » Au point d’ailleurs que les Goncourt définissent l’histoire et le roman l’un par rapport à l’autre : « l’histoire est un roman qui a été, le roman de l’histoire qui aurait pu être ».
Par ailleurs, parler de « figures du passé » plutôt que de « personnages » n’est pas un choix anodin ; il résulte de la volonté de garder une neutralité suffisante et de ne pas nous restreindre au fictionnel qu’implique en premier lieu la seconde appellation ; de surcroît, les acceptions pour le terme « figure » sont très riches. En effet, en latin, la figura signifie largement la « configuration », la « forme extérieure » ou encore l’« aspect », l’« apparence physique » d’une personne. Ces sens s’étendent jusqu’à l’« illustration », la « représentation sculptée » et donc les « effigies » et les « statues » qui modélisent de manière figée une personnalité, qui en dessinent les contours extérieurs et qui en laissent une impression. Au-delà des contours, et si l’on n’oublie pas toutes les expressions comprenant le mot et faisant appel à l’expression, vraie ou composée, du visage, comme « faire bonne figure », le substantif inclut également tout ce qui constitue un personnage, ce qui le façonne, lorsqu’il « prend figure ». Un personnage devient une figure lorsque l’on peut le citer en guise d’« exemple » ou de « modèle ». Ainsi, si l’on veut pleinement saisir la notion de figure, il faut la considérer dans son ensemble, pour ses actes, pour ce qui l’illustre, pour ce qu’elle a suscité dans nos esprits et pour ce que nous en avons gardé. 
Pour cette question de la « figure du passé », nous opterons pour la dichotomie suivante. Deux types de figures du passé sont à distinguer :
– le premier type est le personnage historique de grande envergure qui a marqué une époque ou qui reste encore présent dans les esprits, tels Vercingétorix, Jeanne d’Arc ou
Napoléon ;
– le second type s’attache à une histoire plus locale qui s’est répandue au niveau national, tels Gilles de Rais, dit Barbe Bleue, les attaques imputées à la bête du Gévaudan, ou Landru et sa cheminée.
Il s’agira donc de nous concentrer sur des figures du passé qui ont marqué les mémoires, si bien qu’elles sont passées à la postérité. Ces dernières peuvent appartenir à l’histoire locale ou nationale. Nous nous proposons donc de nous pencher sur cette thématique sous l’angle suivant : comment
l’image d’un personnage bien réel peut-elle évoluer au fil de la tradition historique et littéraire ?


Axes de recherche
Sans exclure pour autant toute approche relevant du champ de l’histoire de l’art ou du domaine de la cinématographie, cette Journée d’Étude centrée sur les figures historiques passées à la postérité, encore célèbres de nos jours ou seulement renommées à une période précise de l’Histoire, privilégiera les approches historiques et littéraires.
Sans exclusive, pour le corpus, au préalable, il semble indispensable que l’ensemble des
contributions portent sur une figure historique qui a réussi, volontairement par des techniques d’expression ou autre (discours, propagande, embrigadement idéologique, etc.) ou par la force des événements, à atteindre les foules. De surcroît, sans nous borner à la littérature et aux genres historiques, mais sans non plus négliger ces textes, en parallèle des oeuvres qui traitent de figures historiques identifiables, il sera utile de confronter les différentes représentations aux travaux des historiens qui ont établi la biographie de telle figure en s’appuyant sur des sources variées incluant des textes littéraires et/ou les médias. Il peut alors être judicieux de travailler sur les préfaces,
avant-propos, postfaces ou autres documents exprimant les intentions de l’auteur et ses démarches lors du processus d’écriture. Ou encore il peut également être intéressant de confronter des textes à dominante littéraire portant sur la même figure du passé aussi bien écrits par des historiens de profession que par des littéraires ; les auteurs peuvent appartenir à d’autres domaines.


Quelques pistes d’exploitation non exhaustives sont proposées pour l’étude :
– Comment aborder la figure historique et l’analyser ? Comment son identité a-t-elle été
élaborée et selon quelles motivations ? Quels sont les paramètres qui peuvent influer sur la représentation d’une figure ? Le statut de l’auteur pose-t-il un problème de légitimité quant à sa manière de traiter d’un personnage historique ? De quelle manière l’auteur justifie-t-il parfois son choix d’écriture pour restituer la vie d’une figure historique ? Et quelles sont les
répercussions notables sur ladite figure ?
D’une part, le problème que peut poser cette popularité de la matière historique, et
particulièrement la curiosité du grand public pour les personnages historiques, est la
question de la légitimité de celui qui s’empare de cette matière. Un journaliste, comme
Stéphane Bern qui a popularisé l’histoire en la vulgarisant sans en être pourtant spécialiste, est-il moins légitime qu’un Christian Jacq, formé en égyptologie, qui excelle en tant qu’auteur de romans historiques se déroulant en Égypte ancienne, ou qu’un Ken Follett, philosophe de formation et journaliste, qui situe notamment une partie de ses romans à la période médiévale ?
D’autre part, cette perspective est doublée d’une seconde approche où c’est ici le document qui est sujet à caution : l’on peut considérer le texte littéraire comme un document historique de seconde main. Si l’on songe entre autres à Alban Gautier et à ses travaux sur le roi Arthur1 à partir de textes littéraires, ces historiens privilégient leurs capacités d’expertise dans leur domaine respectif pour reconstruire le réel ou bien pour mieux comprendre les us et coutumes d’une époque ou encore pour retracer dans les moindres détails et nuances la vie d’une figure historique, l’imaginaire qu’elle a convoqué et ses différentes représentations selon l’époque.
– Comment évaluer l’évolution d’une figure dans le temps ? À quel titre peut-on parler de détournement, de dépassement, voire de transfiguration ? Dans ces cas précis, comment la figure peut-elle parfois se démanteler, voire se déconstruire totalement ? Comment alors mesurer le décalage entre la vérité historique de la vie d’un personnage et l’instrumentalisation d’une figure ? Que retient-on finalement de cette figure ? Pourquoi certains personnages accèdent-ils à la postérité et d’autres sombrent-ils dans l’oubli ? Pourquoi d’autres connaissent-ils une période de gloire définie et n’ont-ils plus la même notoriété de nos jours ? À quel moment la dimension mémorielle intervient-elle (aspect politique, acteur d’une période, la censure, etc.) ? Une reconfiguration de l’histoire est-elle nécessaire pour pérenniser une figure ou les aspects purement historiques peuvent-ils suffire ? Ou à l’inverse existe-t-il des figures historiques, bien que plébiscitées, que l’on a choisi volontairement de faire oublier, mais qui ne disparaissent pas et qui restent des symboles ? Pour quelles raisons ?
Nous évaluerons ainsi de quelles manières les auteurs intègrent et exploitent ces figures dans leurs oeuvres. Dans son ouvrage Le Roman historique, Isabelle Durand-Le Guern liste plusieurs démarches. La première est celle du père du genre du roman historique, Walter Scott, qui la pratique notamment dans son Ivanhoé ; ce dernier utilise le personnage historique comme une figure d’arrière-plan : dans ce cas ce personnage aura des contacts limités avec les personnages de fiction.
La deuxième option consiste à utiliser un personnage historique dont la trajectoire de vie est peu connue et dont la biographie recèle des lacunes que l’auteur peut combler. Cette conception est notamment reprise par Alejo Carpentier pour le Siècle des Lumières. Si l’on poursuit son idée, un personnage de l’envergure d’un Napoléon ne peut, de toute manière, convenir à l’invention : « […] je doute qu’on puisse faire un grand roman avec un personnage central de type Napoléon, ou du type de Robespierre, ou de n’importe quel personnage dont la trajectoire soit connue dans son entier. Ces personnages tuent le roman ou le transforment en biographie romancée ».
Néanmoins, cet avis n’est pas partagé par des auteurs comme Alfred de Vigny qui choisissent au contraire de Walter Scott de placer au premier plan les grandes figures historiques : « Je crus aussi ne pas devoir imiter les étrangers qui, dans leurs tableaux, montrent à peine à l’horizon les hommes dominants de leur histoire ; je plaçai les nôtres sur le devant de la scène, je les fis principaux acteurs de cette tragédie ». Cependant cette manière d’opérer contient un écueil qui est de faire d’une de ces grandes figures un stéréotype et de s’éloigner de plus en plus de la vérité historique pour favoriser l’esthétique. Fait dont est parfaitement conscient, du reste, Vigny qui le revendique même : « L’art ne doit jamais être considéré que dans ses rapports avec sa beauté idéale. Il faut le dire, ce qu’il y a de vrai n’est que secondaire ; c’est seulement une illusion de plus dont il s’embellit, un de nos penchants qu’il caresse. Il pourrait s’en passer, car la vérité dont il doit se nourrir est la vérité d’observation sur la nature humaine, et non l’authenticité du fait. Les noms des personnages ne font rien à la chose ».
Pourtant ce choix peut aussi instaurer un jeu entre l’auteur et son public, dans lequel le premier peut déjouer les attentes du second, en ne s’appesantissant pas sur les faits indissolubles de la personnalité historique choisie mais en s’intéressant davantage à sa nature humaine. On trouve cette démarche sous la plume de Prosper Mérimée dans sa Chronique de Charles IX au moment du portrait du monarque « Au reste, on ne lit pas écrit dans ses yeux : SAINT BARTHÉLÉMY, ni rien de semblable ».
Autant de perspectives qui s’offrent aux auteurs pour exploiter le personnage historique, chacun leur trouvant des qualités et des défauts, et qui démontrent ainsi l’intérêt de sonder des figures historiques ainsi que d’étudier leur évolution au fil de la tradition historique et littéraire pour mieux comprendre les ressorts qui les ont fait passer à la postérité. Ce ne sont que quelques pistes d’approches pour aborder cette thématique ; d’autres perspectives peuvent être envisagées, si elles sont complémentaires, et peuvent venir à l’appui de ces réflexions.


Comité scientifique
Jean DEVAUX, Professeur à l’ULCO, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance
Xavier ESCUDERO, Professeur à l’ULCO, Études hispaniques
Jean-Louis PODVIN, Professeur à l’ULCO, Histoire ancienne, Directeur de l’UR HLLI


Modalités de soumission
Pour cette Journée d’Étude, nous prendrons uniquement en considération les propositions de jeunes chercheurs (doctorants et jeunes post-doctorants). Dans une perspective pluridisciplinaire, nous souhaiterions croiser les regards de littéraires et d’historiens sur cette thématique. Les spécialistes d’autres disciplines d’arts ou de sciences humaines ou de sciences du langage peuvent bien entendu proposer des communications pour cette journée si elles éclairent l’un des points mentionnés ci-dessus. Les interventions seront limitées à 25 minutes.

Les propositions de communications se présenteront sous la forme d’un résumé d’une dizaine de lignes précédé d’un titre provisoire. Elles seront suivies d’un bref curriculum vitae. Ces propositions sont à soumettre par mail sous un format lisible (Word, OpenOffice, PDF) aux organisatrices Grace Baillet, Virginie Picot et Cécile Rault avant le 25 novembre 2021 aux adresses mail suivantes :
ulcogracebaillet [et] gmail.com
ulcovirginie [at] gmail.com
cecile-rault [at] laposte.net


Une réponse individuelle sera communiquée par mail.
Pour toute information pratique supplémentaire concernant la journée d’étude, merci d’écrire à la même adresse. Il est à noter que l’Unité de Recherche HLLI ne pourra pas prendre en charge les frais de déplacement.

Journées d’étude: Fiction et nouveaux discours historiques

Les journées d’étude “Fiction et nouveaux discours historiques“, organisées par Laurence Cros (Université de Paris, LARCA) et Marie-Jeanne Rossignol (Université de Paris, LARCA), se dérouleront les 28 et 29 juin 2021 à l’Université de Paris (bâtiment Sophie Germain, 1 place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021). L’événement sera en présentiel, mais il est possible d’y assister en visio, sur inscription via ce lien.

Lundi 28 juin 2021: L’Histoire dans d’autres types de fiction

9h30 Accueil et ouverture

Atelier 1 : Fiction policière

Animé par Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris

  • 9h45 Isabelle Boof Vermesse, Université de Lille : Los Angeles, années 50 : endiguement v. camouflage,
    une lecture croisée de James Ellroy et de Walter Mosley.
  • 10h Maria Pia de Paulis Dalembert, Université Sorbonne Nouvelle : Le « giallo-noir » italien (1990-2020) :
    renouveau littéraire et lecture critique de l’Histoire du XXe siècle
  • 10h15 Dominique Manotti, historienne, auteure de policiers historiques. Choisir d’écrire des romans noirs
    pour faire l’histoire de ma génération. Défense et illustration.
  • 10h30 Débat et pause

Atelier 2 : BD historique

Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie

  • 11h30 Soazig Villerbu, Université de Limoges : Le Blueberry de Charlier et Giraud (1963-1986) : un western
    exemplaire ?
  • 11h45 Ladan Niayesh, Université de Paris. Les « Mangas Shakespeare » : King Lear, de Geoffrey de
    Monmouth au Dernier des Mohicans.
  • 12h Théo Touret-Dengreville, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les super-héros et l’histoire :
    Captain America, une uchronie identitaire (1939-2018)
  • 12h15 Jul, agrégé d’histoire, auteur de Silex and the City, Dargaud ; 50 nuances de Grecs, Dargaud ; Lucky
    Luke, Lucky Comics Editions. Entretien avec un dessinateur-historien
  • 12h30 Débat
  • 13h-14h30 pause déjeuner

Atelier 3 : Le vampire et l’histoire

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 14h30 Marjolaine Boutet, Université de Picardie. Le vampire et l’imaginaire du XVIIIe siècle.
  • 14h45 Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris. Abraham Lincoln, chasseur de vampires, à la recherche
    d’un avenir meilleur : histoire fiction, et vérité
  • 15h Table ronde : Changer de paradigme historique par le choc du fantastique (Marjolaine Boutet,
    Université de Picardie ; Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris ; Allan Potosky, Université de Paris ;
    Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris).
  • 15h45 Débat et pause
  • Table ronde : Regard rétrospectif sur le phénomène Game of Thrones
    Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie
  • 16h45 Maureen Attali, Université de Rennes 2 ; Florian Besson, Université Paris-Sorbonne ; Justine Breton,
    Université de Reims Champagne-Ardenne
  • 17h45 Débat

 

Mardi 29 juin 2021: Fiction historique et politique

Atelier 5 : Histoire et mémoire africaine américaine

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 9h30 Michel Imbert, Université de Paris. La représentation des esclaves insurgés (Amistad de Steven
    Spielberg, The Heroic Slave de Frederick Douglass et « Benito Cereno » d’Herman Melville)
  • 9h45 Table ronde : La fiction historique sur l’histoire africaine-américaine et le combat politique (Marie-
    Jeanne Rossignol, Université de Paris ; Michel Imbert, Université de Paris ; Claire Parfait, Université Paris
    13)
  • 10h45 Débat et pause

Atelier 6 : Féminisme et romance historique

Animé par Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

  • 11h30 Alison Offe-Gorlier, Université Catholique de Lille – Liverpool Hope University. Anne Boleyn:
    Actrice de son histoire.
  • 11h45 Laurence Cros, Université de Paris. Angélique, héroïne populaire, héroïne féministe ?
  • 12h00 Débat
  • 12h30-14h pause déjeuner

Atelier 7 : Guerres et dictatures dans l’aire hispanophone

Animé par Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris

  • 14h00 Véronique Eleftériou-Perrin, Université de Paris. L’impossible transgression : Hollywood face à la
    Guerre civile espagnole (1936-1939).
  • 14h15 José García-Romeu, Université de Toulon. Violence politique, Histoire et fiction en Argentine (1976-
    2020)
  • 14h30 Sergio Letelier, auteur de Una Historia sin importancia (2019). Autobiographie, fiction et mémoire
    des dictatures au Chili et en Argentine.
  • 14h45 Débat et pause
    Atelier 8 L’hégémonie économique et culturelle anglo-américaine
    Animé par Laurence Cros
  • 15h45 Denise Sutton, City Tech-CUNY. Harlequin Mills & Boon’s International Expansion: Innovative
    Marketing to Romance Readers.
  • 16h Ludovic Tournès, Université de Genève. La diplomatie culturelle états-unienne : une perspective de
    long terme
  • 16h15 Débat

Toutes les informations sont sur le site du laboratoire LARCA.

Journée d’études: Historiographie et nationalisme

La 9e journée d’études du groupe de contact FRS-FRNS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles) se tiendra le 11 juin 2021 au Musée royal de Mariemont (Belgique), sur le sujet “Historiographie et nationalisme, XIXe-XXe siècles. Des maîtres, des thèmes, des artéfacts“.

Il s’agit d’une journée d’études organisée en lien avec l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” (accessible jusqu’au 4 juillet 2021).

 

 

 

 

Matinée
Présidence : Sophie Glansdorff (Centre national d’histoire des sciences – CNHS, ULB) et Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
09:30 – Accueil – café
09:45 – Introduction à la journée – Agnès Graceffa et Sophie Glansdorff
10:00 – Mahomet et Charlemagne, un livre ouvert. La postérité historiographique de la thèse de Pirenne – Romain André (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
10:45 – « Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs ». Retour
sur le quatrième Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Charleroi, 1888) – Alain Dierkens (SociaMM, ULB)
11:15 – Discussion et café
11:45 – Les Considérations sur l’histoire de France d’Augustin Thierry : un
texte nationaliste ?, Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
11:45 – Louis le Germanique et les Carolingiens dans la mémoire
allemande: le cas de la Bavière et de la Prusse (1806-1871) – Sophie Glansdorff (CNHS, ULB)
12:45 – Discussion

Après-midi
Présidence : Laurent Verslype (Centre de recherches d’archéologie nationale – CRAN/INCAL UCLouvain)
13:00-15:00 : Lunch, café

Visites guidées et présentation du catalogue de l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” – Marie Demelenne (Conservatrice de la Section d’Archéologie régionale et domaniale du Musée royal de Mariemont – FWB)
15:15 – Présentation de l’ouvrage Clovis. Les grands dans l’Europe du haut
Moyen Âge. Histoire et archéologie (Mémoires de l’AFAM, XXXI) – Laurent Verslype (CRAN UCLouvain, AFAM)
15:30 – À propos d’une paire de boucles d’oreilles « franques » mises au
jour à Irles (Somme, France) au XIXe siècle, et intégrée à la collection Belgique ancienne des MRAH – Britt Claes (MRAH-KMKG) et Walter Leclercq (Crea-Patrimoine, ULB)
16:00 – Discussion et table ronde : Les enjeux actuels des (més)usages du passé mérovingien ?
16:30 – Clôture et visite libre du musée et de l’exposition

Inscription obligatoire auprès de Sophie Glansdorff: sglansdorff[at]gmail.com

Tous les détails sur le site du Musée royal de Mariemont.

Parution: La force de l’épée

Martin Aurell, Excalibur, Durendal, Joyeuse. La force de l’épée, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

Excalibur, Durendal ou Joyeuse, ces noms évoquent spontanément un riche imaginaire médiéval. Attri – buer un nom propre à l’épée est une invention du Moyen Âge, significative de la personnalité de cet arte – fact exceptionnel, nullement inanimé. En symbiose avec son porteur, qui n’hésite pas à lui parler comme à une compagne, elle ne donne pas seulement la mort, elle vit, dégage de la lumière, est dotée d’une voix. Invincible, elle peut aussi se briser entre les mains d’un félon ou d’un couard. Un forgeron aux pouvoirs mythiques en est le créateur. Seul le chevalier aristocratique la reçoit au cours de l’adoubement… ou des mains d’une fée. Symbole du pouvoir du roi et de ses auxiliaires de la noblesse, elle est au cœur de la théorie des deux glaives, une profonde réflexion politique séparant le religieux du séculier dans la gouvernance de la société. Martin Aurell éclaire l’histoire de cet objet fascinant à la fois destiné à l’usage de la force, porteur de nombreux pou – voirs et paré de l’attrait du merveilleux.

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Colloque : “Enfance et Histoire”

Moyen - Age - Histoire pour Enfants

Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Colloque organisé par Emmanuelle Fantin et Julien Tassel (laboratoire Gripic). Il aura lieu les 8 et 9 avril 2021, ouvert sans inscription préalable. Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876

8 avril 2021

9h00 Mot d’accueil Emmanuelle Fantin et Julien Tassel – Sorbonne Université

Joëlle le Marec (Sorbonne Université) : En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle.

9h30 – 10h30 Anne BESSON – Université d’Artois :  Retenir l’enfance.

10h30 – 12h00 SESSION I — MÉDIÉVALITÉS : ENTRE HISTOIRE ET FICTIONS

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE (Université́ Sorbonne Nouvelle) Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS (Sorbonne Université) : Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges « la gazette du sorcier » (Harry Potter).

13h30 – 15h30 SESSION 2 : DIRE LES VIOLENCES DE L’HISTOIRE

Perrine BOUTIN (Université Sorbonne Nouvelle) : Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART (Université Paris 13) : « Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO (INSPE de Bordeaux Aquitaine) : Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA (Université de Strasbourg) : Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h TABLE RONDE — LES PROFESSIONNELS DES MÉDIATIONS ENFANTINES : ARTS, ÉDITION, MUSÉOLOGIE

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance.

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides.

9 avril 2021

10h45 – 12h45

9h30 – 10h30 Conference Julie PASQUER-JEANNE – UCO-Bretagne Sud : Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45 – 12h45 SESSION 3 — LITTÉRATURE JEUNESSE ET HISTOIRE

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN (Université de la Réunion) : Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.
Sylvie MARTIN-MERCIER (Université Grenoble Alpes) : Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY (Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.) : Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérites à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 SESSION 4 — LES MÉDIATIONS HISTORIQUES DES OBJETS DU QUOTIDIEN, DES JEUX ET DES JOUETS

Fabien LACOUTURE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL (INSPE de Bordeaux) Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles: quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY (Université Catholique de Louvain) : Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration« attractive » du passé.

CONCLUSION : Sophie Corbillé, Sorbonne Université

Parution : Clichés et histoire

Les clichés dans l’Histoire. Actes du colloque Fest’Ain d’Histoire 2018, sous la direction de Noémie Budin, éditions Didaskalie, 2020.

avec les contributions de Florian Besson, Ugo Bimar (Confession d’Histoire), Mélaine Blondin, Quentin Censier (Sur le champ), Laurent Di Filippo, Clara Granger, Jules Piet et Catherine  Rideau-Kikuchi

Sommaire
Préface. #FADH 2018
Noémie Budin
1) La couleur dans l’art grec
Clara Granger
2) Le mythe de la bataille décisive
Quentin Censier (Sur le champ)
3) Sacrées sorcières
Mélaine Blondin
4) Doux comme un viking
Jules Piet
5) La mythologie nordique dans Donjons & Dragons
Laurent Di Filippo
6) Terre plate et Âges obscurs-
Catherine Rideau-Kikuchi et Florian Besson
7) La vulgarisation de l’Histoire dans Confession d’Histoire
Ugo Bimar (Confession d’Histoire)

Parution : histoire de la réception du Moyen Âge

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Alphil, « Focus. Rayons littéraires », 2019.

Le Moyen Âge à travers les âges

Le premier vade-mecum pratique et maniable en français sur l’histoire de la réception du Moyen Âge, par Alain Corbellari, professeur à l’Université de Lausanne.

De Kaamelott à Game of Thrones, des jeux de rôles aux fêtes médiévales qui fleurissent dans les moindres bourgs du Vieux (et même du Nouveau) Monde, l’imaginaire médiéval est omniprésent dans l’Occident contemporain. Mais on se doute que cela n’a pas toujours été le cas. Oscillant sans cesse entre sa légende “rose” (les troubadours, l’amour courtois, le preux chevalier) et sa légende “noire” (les guerres féodales, la peste, les culs de basse-fosse), le Moyen Age a connu à travers le temps des éclipses et des renouveaux spectaculaires dont ce livre dresse le tableau, envisageant tout aussi bien la réception érudite que la réception profane d’une période qui s’est elle-même pensée en termes de “renaissances” successives. À se demander si cette appellation même de Moyen Âge n’est pas un fantôme après lequel on court toujours en vain.