Archives par étiquette : histoire

Anne-Cécile Le Ribeuz – Koenig (La Réunion)

Maître de conférence en langue et littérature françaises du Moyen Age

Université de La Réunion

UFR Lettres et sciences humaines / Equipe d’accueil D.I.R.E (Déplacements Identités Regards Ecritures)

Thématiques de recherches :

– Le roman arthurien (XIIe –XVe siècles) : une poétique en mouvement.

– L’écriture romanesque et la convergence des traditions arthuriennes, épiques, lyriques, didactiques ; l’articulation entre la fiction et l’Histoire, entre la fiction et l’actualité aux XIVe et XVe siècles.

– La mise en page et en image des manuscrits et des imprimés, en particulier les programmes iconographiques des romans arthuriens (XIVe – XVIe siècles).

– L’évolution des modes de réception pour le roman et la lyrique : de l’oral à l’écrit, de la performance vocale/chorégraphique au livre. Archéologie des média.

Mots-clefs : roman arthurien – mise en prose épique – lyrisme – réception – poétique – esthétique littéraire XIVe – XVIe siècles – mise en page et en image – archéologie des media

Activités scientifiques :

Thèse : « Écriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Age. Le Petit Artus de Bretagne. Ysaïe le Triste. Meliador », Université de la Sorbonne – Paris IV, 758 pages.[novembre 2005]

Derniers travaux :

Avril 2017 Communication à la Journée de l’Antiquité et des Temps Anciens (JATA) (université de La Réunion, dir. Serge Bouchet, Colombe Couëlle , Myriam Kissel) : « Figuration et défiguration d’Orphée à la fin du moyen âge. Le Roman d’Ysaïe le Triste et de Marc l’essill ». A paraître dans Travaux et documents.

Février 2017 Communication à la journée d’étude « Voyage, parcours initiatique, exil » Continuer la lecture

Thomas Ledru (Doctorant, Lille)

Thomas Ledru

Doctorant en histoire médiévale à l’Université de Lille 3.

Thèse : Saint-Riquier (VIIe-XIe siècles) : histoire, mémoire, hagiographie ; sous la direction de Michèle Gaillard (Lille 3) ; co-encadrants : Charles Mériaux (Lille 3) et Brigitte Meijns (Katholieke Universiteit Leuven).

Axes de recherches : haut Moyen Age occidental ; histoire de l’Eglise ; médiévalisme.

http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/1D-Ledru.html

Journée « Restauration et remploi »

Le mercredi 24 mai 2017 à l’École nationale des chartes (65, rue de Richelieu, Paris 2e, salle Léopold-Delisle), 9h30-18h

« Restauration et remploi »

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Définir les pratiques

Dans la perspective d’ouvrir une discussion méthodologique, nous aimerions poser la question des définitions de ces deux pratiques et des débats qu’elles impliquent. Qu’est-ce que la « restauration » ? Quels sont les enjeux de sa définition ? Quels peuvent en être aujourd’hui les principes ? Doit-on tout restaurer ? Qu’est-ce que le remploi ? Quelle est la valeur symbolique de ce geste ?

Il pourrait être utile de poser également la question de la proximité de ces pratiques qui participent toutes deux d’un regain d’existence offert aux objets auxquels elles s’appliquent : dans quelle mesure remploi et restauration sont-ils liés ? Une restauration est-elle un remploi ? Et, inversement, le remploi pourrait-il être compris comme une « restauration partielle » de l’œuvre ?

Définir les « produits »

Un autre obstacle méthodologique est celui de la définition et du statut des objets issus de ces pratiques. Le résultat de chacun de ces processus est un objet qui présente une certaine complexité. Un vestige du passé soumis à un travail de restauration subit une modification. Quant à la matière (concrète ou textuelle) remployée, elle s’insère dans un nouveau contexte, elle évolue. Comment ces produits ont-ils été perçus dans le passé ? Comment les analyse-t-on aujourd’hui ?

Cerner les enjeux de ces pratiques hier et aujourd’hui

Enfin, nous aimerions proposer une ouverture dans la réflexion sur ces objets, touchant plus particulièrement à l’interprétation des gestes de restauration et de remploi. À quelles fins a-t-on restauré dans le passé ? À quels desseins restaure-t-on aujourd’hui ? Quels ont pu être les enjeux du remploi jadis? Ont-ils servi une idéologie ? Ont-ils répondu à un besoin d’actualisation, de mise à jour ? Ou ont-ils simplement satisfait au nouveau goût contemporain ? Et aujourd’hui ?

 

[1] Esch Arnold, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva dello storico », dans Ideologie e pratiche nel reimpiego nell’alto Medioevo. Atti della Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’altt Medioevo (Spoleto, 16-21 aprile 1998), Spolète, coll. « Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo », 46 (1999), 2 vol., t. I., p. 77-78.

Parution : Mémoires des croisades

Megan Cassidy-Welch (ed.), Remembering the Crusades and Crusading, Abingdon, Routledge, 2017.

Remembering the Crusades and Crusading examines the diverse contexts in which crusading was memorialised and commemorated in the medieval world and beyond. The collection not only shows how the crusades were commemorated in the twelfth and thirteenth centuries, but also considers the longer-term remembrance of the crusades into the modern era.

This collection is divided into three sections, the first of which deals with the textual, material and visual sources used to remember. Each contributor introduces a particular body of source material and presents case studies using those sources in their own research. The second section contains four chapters examining specific communities active in commemorating the crusades, including religious communities, family groups and royal courts. Finally, the third section examines the cultural memory of crusading in the Byzantine, Iberian and Baltic regions beyond the early years, as well as the trajectory of crusading memory in the Muslim Middle East.

This book draws together and extends the current debates in the history of the crusades and the history of memory and in so doing offers a fresh synthesis of material in both fields. It will be essential reading for students of the crusades and memory.

 

Colloque : Combattre (comme) au Moyen Âge

affiche-combattre-comme-au-moyen-age

Combattre (comme) au Moyen Âge :

Formes et expériences de la guerre médiévale

Les 26-27 janvier 2017

Colloque organisé par Emmanuelle Poulain-Gautret et Anne Besson

Université Lille III, Maison de la recherche, Bâtiment F, salle F0.44

Université de Lille (E.A. Alithila) avec le soutien de l’Université d’Artois (E.A. « Textes et Cultures »), de l’UMR IRHIS et de l’association Modernités médiévales.

26 janvier

9h30 – Accueil des participant

I) Chanter la guerre au Moyen Âge

Présidence : Emmanuelle Poulain-Gautret

10h-10h30 Pierre-Henry Bas et Cyril Dermineur : Démonstration d’épée à deux mains, de messer et de dague

10h30-11h Pierre-Henry Bas : « Expérimentation gestuelle et sources non techniques : un état des lieux »

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Marie-Geneviève Grossel : « Art de faire la guerre, art de chanter la guerre ? Le poème de Guillaume Anelier »

12h-12h30 : Adélaïde Lambert : « Rhétorique de l’exploit guerrier, du manuscrit Gerard du Frattre à l’imprimé Gerard d’Euphrate » Continuer la lecture

Journée « Com’en Histoire »

2e journée scientifique « Com’en Histoire » : « Médiation et mémoire »

23 mars, IUT Paul Sabatier de Toulouse

Affiche23mars2016

Soutenue par l’équipe MICS du LERASS, l’organisation et la responsabilité scientifique seront assurées par Patrick Fraysse, MCF HDR en SIC à l’IUT de Toulouse, Jessica de Bideran, post doctorante en Humanités numériques à l’Université Bordeaux Montaigne et Julie Deramond Avignon, MCF en SIC à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

Plusieurs interventions portent sur le Moyen Age, dont celle de Florence Plet, « Par-delà le pont » : écriture et réécriture du Bel inconnu de Renaud de Beaujeu. (André Mary, Nathalie Ferlut) ».

Programme : http://cehistoire.hypotheses.org/648#more-648

Colloque : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire :
la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe– XXIe siècles)

Université de Rouen/EPHE, 31 mars-2 avril 2016

Organisatrices : Mélanie Bost-Fievet, Perrine Galand, Louise Katz et Sandra Provini

Comité scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Véronique Gély (Paris-Sorbonne), Daniele Maira (Göttingen), Gérard Milhe Poutingon (Rouen), Jean-Charles Monferran (Strasbourg), Isabelle Pantin (École Normale Supérieure), Stéphane Rolet (Paris 8), Jean Vignes (Paris-Diderot)

PROGRAMME

Jeudi 31 mars, Université de Rouen Continuer la lecture

Tristan Martine (Paris-Est Marne-la-Vallée)

 

Tristan Martine est doctorant en histoire médiévale. Son travail de thèse, mené à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (laboratoire ACP), « Ancrage spatial et politique territoriale de l’aristocratie comtale en Lotharingie méridionale (fin IXe– mi XIe) » est dirigé par G. Bührer-Thierry (Paris 1) et G. Giuliato (Université de Lorraine). Depuis septembre 2015, il est chercheur en résidence à l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales.

Il a également fondé et dirigé le Laboratoire junior (http://sciencesdessinees.ens-lyon.fr/) Sciences Dessinées (http://labojrsd.hypotheses.org/), qui a notamment organisé entre mai 2013 et octobre 2014 deux expositions, dix journées d’étude et un colloque international. L’enjeu de ce Laboratoire junior était de réfléchir aux rapports entre sciences et bande dessinée. C’est dans ce cadre qu’eut lieu le 12 juin 2014 (http://sciencesdessinees.ens-lyon.fr/moyen-age-et-bande-dessinee-230601.kjsp?RH=1371111571575) une journée d’étude consacrée à la représentation du Moyen Age en bande dessinée, dont les actes seront publiés en 2016 chez Karthala.

Continuer la lecture

Parution : « Naissance de la médiévistique »

La naissance de la médiévistique. Les historiens et leurs sources en Europe au Moyen Age. XIXe – début XXe., dir. Isabelle Guyot-Bachy, Jean-Marie Moeglin, Droz, 2015.

naissance-de-la-medievistique

Au lendemain des guerres napoléoniennes, le Moyen Age apparut comme cet instant fondateur où s’était révélé le génie propre des « nations ». Au service du discours politique, tous les supports culturels furent convoqués et l’on explora ou même exploita le Moyen Age sous toutes ses formes. En même temps cependant, au cours de ce même XIXe siècle, dans les pays européens, l’histoire voulut progressivement s’affirmer comme une discipline scientifique. Si la naissance de la médiévistique bénéficia incontestablement du nouveau « goût du Moyen Age » qui s’était emparé des esprits, leurs rapports ne furent donc pas dépourvus d’ambiguïté. Partant de la question des sources médiévales, assemblées en un corpus conçu d’emblée comme polymorphe (publication et édition critique des textes médiévaux, tri, classement, ouverture des archives aux chercheurs et au public, inventaire des œuvres d’art…), les vingt-six contributions de ce volume mettent en évidence les nouvelles pratiques de l’histoire et comment à travers elles furent posées les bases modernes du travail de l’historien. Confrontant les grandes entreprises érudites – et de plus modestes – lancées un peu partout en Europe, et les figures d’historien qui les animèrent, spécialistes du Moyen Age et du XIXe siècle conjuguent leurs approches pour comprendre comment s’ébaucha alors une construction de l’histoire entre idéal scientifique, rêve et instrumentalisation.

Table des matières Continuer la lecture

Alban GAUTIER (Université du Littoral)

 Alban Gautier

alban_gautier

Maître de conférence en Histoire médiévale à l’Université du Littoral Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer)

Membre IUF junior

CV sur le site du CRHAEL http://crhael.univ-littoral.fr/wp-content/uploads/2008/11/Gautier-CRHAEL.pdf

Page Academia  https://univ-littoral.academia.edu/AlbanGautier

Co-responsable du séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords Médiévaux ». Voir les appels et résumés : http://rim-nor.hypotheses.org/

 

Domitilla CAMPANILE (Université de Pise)

Prof.ssa Domitilla Campanile

Seminario di storia antica

Dpt. di civiltà e forme del sapere

Domitilla Campanile, laureata in Lettere Classiche (1987) e dottore di ricerca in Storia Antica (1992), è dal 2001 professore associato di Storia Romana.
Fa parte di gruppi di ricerca nazionali e internazionali; ha tenuto lezioni e seminari in Atenei italiani e stranieri. È membro della redazione della rivista «Studi Classici e Orientali»; è stata rappresentante del Dipartimento di scienze storiche del mondo antico nel Centro per la didattica della storia (2001-2013) e Vicepresidente della Scuola di Dottorato in Storia (2008-2010).
I suoi principali interessi di ricerca includono:
– la storia politica della media e tarda repubblica romana
– la storia economica, sociale, culturale e religiosa delle province dell’Asia Minore
– il culto imperiale nelle province orientali
– la storia letteraria nei primi due secoli dell’impero
– la Seconda Sofistica
– la storiografia romana dell’età repubblicana
– le relazioni tra élites cittadine e governanti romani tra le fine della Repubblica e i primi secoli dell’Impero
– i film storici ambientati nel mondo classico
– la rappresentazione di Roma nel cinema storico
– l’impero romano nella cultura popolare contemporanea.

CV: http://unimap.unipi.it/cercapersone/dettaglio.php?ri=5014&template=dettaglio3.tpl

et  publications: http://unimap.unipi.it/cercapersone/prodottiricerca.php?iddoc=009568

Florian BESSON (Paris Sorbonne)

Florian Besson

Florian Besson

Normalien, agrégé d’histoire, je fais une thèse à l’Université Paris-Sorbonne, sous la direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan. Je travaille sur la féodalité dans les États latins d’Orient, en m’intéressant principalement aux pratiques du pouvoir et à la culture politique de la noblesse. Je travaille également sur les réécritures du Moyen Âge dans la littérature contemporaine, notamment dans la fantasy – j’ai co-écrit un article sur Game of Thrones. Enfin, je m’intéresse à l’uchronie et j’ai codirigé un ouvrage sur ce thème, Écrire l’histoire avec des si, paru il y a quelques mois aux Presses de la Rue d’Ulm.

Voir le CV