Archives par étiquette : histoire

Parution : Transmissions cisterciennes

Les cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIIe siècles), dir. Thomas Falmagne, Dominique Stutzmann, Anne-Marie Turcan-Verkerk et Pierre Gandil, Brepols, 2018.

dIS-9782503553054-1

Les cisterciens sont moins connus pour avoir recherché et retravaillé les textes que pour leurs efforts de centralisation et d’unification dans l’architecture et les arts, la liturgie et la vie quotidienne, et pour leur utilisation active de l’écrit pragmatique – pour ne citer que ces quelques domaines. Et pourtant, leurs bibliothèques, parfois immenses, font mentir par leur richesse et les textes rarissimes ou inattendus qu’elles nous ont conservés l’idée d’un ordre peu consacré aux études. Où les cisterciens ont-ils trouvé ces textes ? Quels étaient leurs réseaux ? Avaient-ils des critères pour choisir les textes à copier et les modèles ? La recherche des textes était-elle dans ces abbayes réfléchie, concertée ? En somme, les cisterciens ont-ils été des transmetteurs par hasard, ou parce que leur intérêt pour les textes allait bien au-delà de ce que nous croyons habituellement ? Ce livre montre que la seconde réponse est certainement la plus juste.

Anne-Marie Turcan-Verkerk est titulaire de la chaire de Langue et littérature latines du Moyen Âge à l’École pratique des hautes études, et chercheur associé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où elle dirige l’équipe de Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique. Elle est responsable de Biblissima, Observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Dominique Stutzmann est chargé de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où il est responsable de l’équipe de Paléographie latine. Il dirige le projet ANR Oriflamms (Ontology Research, Image Feature, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts).

Thomas Falmagne est responsable du catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Grand-Duché de Luxembourg, rédigé au Handschriftenzentrum de Francfort-sur-le Main. Il est membre du comité international de paléographie latine.

Pierre Gandil est directeur par intérim de la Médiathèque du Grand Troyes.

 

Aude Mairey (CNRS, Paris 1)

Aude MAIREY

Directeur de recherche

Directrice-adjointe du LaMOP  (UMR 8589 -Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris)

Page personnelle de l’université
http://cnrs.academia.edu/AudeMairey

Thèmes de recherche :Angleterre médiévale, culture politique, langages politiques, anglais, littérature

Mes travaux sont centrés sur la formation d’une culture anglaise à la fin du Moyen Âge. Un des indices principaux en est le foisonnement d’une production textuelle en anglais à partir du milieu du XIVe siècle dans tous les domaines de la connaissance. Si l’analyse de l’évolution des contenus des textes est essentielle pour comprendre la formation de cette culture anglaise, celle de l’emploi d’une langue écrite en cours de constitution, l’anglais, l’est tout autant. L’étude de la diffusion et la réception des textes est également indispensable pour cerner les interactions entre histoires culturelle, politique et sociale. Mais celle des représentations sociales et des conceptions politiques est également nécessaire, en tant que point nodal de ces interactions. Mes deux axes de recherche, « Littératures, langues et société » et « Langages politiques » sont donc étroitement liés. L’étude des sources littéraires comme sources historiques et celle de la langue comme un « fait d’histoire » exigent enfin de faire preuve d’une véritable interdisciplinarité (histoire, littérature, anthropologie…), ainsi que la multiplication des approches méthodologiques, telles que la textométrie. J’ai par ailleurs développé une appétence pour le médiévalisme et plus généralement les usages contemporains du Moyen Âge, ainsi que pour la transmission et la visibilité des études médiévales, concrétisée, par exemple, par ma participation toujours croissante au réseau Ménestrel (www.menestrel.fr).

Thematics: Medieval England, Political Culture, Political Languages, Middle English, Literature

My researches are centred on the formation of an English culture at the end of the Middle Ages. Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme :

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps

11h Isabelle Pantin, « L’histoire au miroir de la légende dans l’œuvre de Tolkien »

11h30 Florian Besson, « Fusils et boîtes de conserve, ou comment sortir des Moyen Âge imaginaires »

12h30-14h : pause déjeuner

Séance 3 : La fantasy, revanche des oubliés de l’histoire ?

14h William Blanc, « Voir le passé en vert : histoire et géographie des Orcs dans la fantasy »

14h30 Caroline Duvezin-Caubet, « The Empire Writes Back : uchronie et steampunk postcolonial dans la fantasy néo-victorienne contemporaine »

15h Justine Breton, « “When you look at me, do you see a hero ?” : Game of Thrones ou la fantasy des évincés de l’histoire »

15h30 : Pause

Séance 4 : Fantasy, enfance de l’Histoire ?

16h Silène Edgar, « L’Histoire dans l’histoire : chasse aux sorcières, contestation sociale et anti-fascisme dans Harry Potter »

16h30 Noémie Budin, « Les Fées historiques, entre Histoire et fiction »

 

Mercredi 23 mai

[9h-10h : enregistrement de l’émission « Des livres et vous »]

10h : Accueil

Séance 5 : Histoire et imaginaire en jeu

10h30 Olivier Caïra, « Fantasy au cinéma : jusqu’où peut aller la promesse d’historicité ? »

11h Laurent Di Filippo, « La mise en scène ludique de l’Histoire : l’époque viking comme cadre de jeu pour Advanced Dungeons and Dragons »

11h30 Audrey Tuaillon-Demesy, « L’expérience ludique de l’histoire. L’exemple des combats en reconstitution historique »

12h-14h : pause déjeuner

Séance 6 : Histoire de la fantasy :

14h Marc Rolland, « E.R. Eddison et son inscription dans l’Histoire »

14h30 Ewa Drab, « La (re)création de l’histoire dans la littérature fantasy d’expression polonaise »

15h pause

Séance 7 : Fantasy entre histoire et légende

15h30 Joanna Pavlevski-Malingre, « Une fée dans l’Histoire, Mélusine à la croisée des genres : chroniques historiques légendaires, roman historique merveilleux, fantasy historique »

16h Laura Muller-Thoma et Marie-Lucie Bougon, « Le pouvoir des mots : les personnages de conteurs et de bardes, ou comment la parole façonne la réalité »

 

16h30-18h : Table ronde animée par Stéphanie Nicot, « Histoire et fantasy chez les romanciers français aujourd’hui ». Avec :

Fabien Cerutti

Jean-Laurent Del Socorro

Estelle Faye

Jean-Philippe Jaworski

Johan Heliot

18h : clôture du colloque par Vincent Monadé, président du CNL, en présence de Robin Hobb

 

 

Appel : Fantasy et Histoire(s)

Fantasy et Histoire(s)

22-23 mai 2018

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Appel à communication

La fantasy, ou « l’histoire-fiction » ? On peut être tenté de la qualifier ainsi, en un clin d’œil au genre voisin de la « science-fiction », tant l’Histoire, ou peut-être les Histoires, constituent la grande affaire de ce genre du merveilleux contemporain, grandi sous l’ombre tutélaire de Tolkien pour atteindre sa pleine croissance ces dernières décennies – comme la Science, les sciences, étaient l’enjeu central pour la SF, en y suscitant les mêmes paradoxes féconds : comment une science, fût-elle humaine (trop humaine), peut-elle produire de la fiction ? Comment les histoires s’emparent-elles de l’Histoire, et à quel prix ? La question des rapports entre documentation et imagination, érudition et création, qui se pose également au roman historique par exemple (on s’intéressera à la frontière mouvante entre ces genres) le fait de façon originale pour des univers de fantasy qui trouvent leur ancrage caractéristique dans un passé revu et corrigé par la présence du surnaturel. Le cadre néo ou pseudo-médiéval qui s’impose au cœur du genre, dans la fantasy « épique » dite encore « medieval fantastic » (medfan), est particulièrement représentatif de cette histoire revisitée, mais l’important développement des uchronies ou de sous-genres comme la « fantasy historique » ou la « fantasy néo-victorienne » amène à généraliser le constat, et à se pencher de façon systématique sur lesréinvestissements de l’Histoire en fantasy comme sur la fantasy dans son lien à l’histoire et à son histoire.

Ce premier colloque universitaire organisé dans le cadre du Festival des Imaginales fait suite à différents travaux consacrés au Moyen Âge de la fantasy (notamment dans le cadre de l’association « Modernités médiévales »[1]), à l’Histoire dans le jeu de rôle[2]), ou encore aux imaginaires de périodes, Antiquité et Renaissance, lors des deux colloques organisés autour de Sandra Provini et Mélanie Bost-Fievet[3]. On privilégiera cette fois les synthèses et l’approche théorique, qui peuvent toutefois s’appuyer sur des exemples monographiques. Les questions suivantes seront notamment abordées :

– l’histoire de la fantasy : quelles sont les origines du genre et comment réécrit-il sa propre histoire, en la faisant remonter aux mythes et légendes ?

– le rapport entretenu à l’Histoire à l’intérieur du monde fictionnel : comment l’épaisseur temporelle qui donne sa consistance au monde se traduit-elle en historiographie de ce monde ? Ecriture des mémoires, de la chronique, dispositifs narratifs rendant compte des strates chronologiques successives.

– quelles histoires ? périodes privilégiées et variations/évolutions des regards posés sur celles-ci. Quelles conceptions de l’Histoire ?

– rapport entre roman historique et fantasy, uchronies et fantasy historique

– le domaine des jeux, entre véracité et plaisir ludique ; jeux de rôle Grandeur Nature et reconstitutions historiques.

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 28 février 2018 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com

 

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Comité scientifique :

Georges Bertin (directeur de recherches en sciences sociales, CNAM Pays-de-la-Loire)

Vincent Ferré (Pr Littérature comparée, U. Paris-Est Créteil)

Lauric Guillaud (Pr émérite, Littérature anglaise, U. Angers)

Jean-Clément Martin (Pr émérite, Histoire contemporaine, U. Paris I-Panthéon-Sorbonne)

Denis Mellier (Pr, Littérature comparée, U. Poitiers)

Sandra Provini (McF, Littératures de l’Antiquité et de la Renaissance, U. Rouen)

Eric Vial (Pr, Histoire contemporaine, U. Cergy-Pontoise)

Myriam White-Le Goff (McF HDR, Littérature et langue médiévale, U. Artois)

 

[1] Par exemple Le Moyen Âge en jeu, sous la direction de Séverine Abiker, Anne Besson et Florence Plet-Nicolas, Eidôlon n°86, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, et Fantasmagories du Moyen Âge, sous la direction de Valérie Naudet et Elodie Burle, Publications de l’Université de Provence, Senefiance n°56, 2010. Mais aussi le colloque « Kaamelott, la (re)lecture de l’histoire », organisé par Justine Breton et Florian Besson, Paris-Sorbonne, 24-25 mars 2017.

[2]  En particulier dans Jeu est un autreYellow Submarine no134, Lyon, Les Moutons électriques, 2009 et dans la thèse d’Antoine Dauphragne, Du savoir historique au savoir ludique. La médiatisation de l’histoire dans les jeux de rôle, soutenue le 3 décembre 2010 à l’Université Paris 13.

[3] « L’Antiquité gréco-­latine aux sources de l’imaginaire contemporain », 
7­-9 juin 2012colloque organisé par Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE),
David K. Nouvel et Sandra Provini (Université de Rouen) ; « Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine », Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE) et Sandra Provini (Université de Rouen).

 

Appel : Châteaux et justice

Châteaux et justice (Xe-XXIe siècles) 

Périgueux 28, 29 et 30 septembre 2018

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ?

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes[1]. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière[2]. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain[3].

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord[4] proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les Continuer la lecture

Parution : Raïssa Bloch-Gorlin

Une femme face à l’histoire – Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 (Agnès Graceffa)

Poète et médiéviste née dans une famille de la bourgeoisie juive de Saint-Pétersbourg, Raïssa Bloch embrasse en 1917 les idéaux intellectuels et artistiques de la Révolution russe. Membre de la Maison des Arts de Petrograd, elle est brièvement emprisonnée par le régime bolchevique puis envoyée en mission scientifique en Allemagne. Á Berlin, elle rejoint l’Institut des Monumenta Germaniae historica et publie son premier recueil poétique.

Avec le jeune Michel Gorlin, de onze ans son cadet, elle crée le Club des poètes russes auquel participent Vladimir Nabokov et Vladimir Korvin-Piotrovski. Mais la prise de pouvoir d’Hitler la pousse à un second exil, cette fois dans une France qui s’annonce accueillante – pour un temps au moins. Plus que jamais ensemble, Raïssa et Michel Gorlin s’intègrent rapidement à la vie scientifique et littéraire parisienne.

Avec la guerre, puis l’arrestation de Michel, les rafles, Raïssa doit fuir encore, disparaître. Avant les camps, Raïssa connaîtra le deuil, mais aussi l’entraide des réseaux de la Résistance française. Plusieurs fois son destin a failli changer de route. Cette histoire n’est pas un roman. C’est le parcours véridique d’une jeune femme face aux tumultes de l’histoire. Défense de trépasser ! lui avait intimé Michel depuis le camp d’internement de Drancy, prélude d’Auschwitz.

Ce récit est celui de la lutte pour la vie et pour l’art d’une jeune femme du XXe siècle.

Agnès Graceffa, docteur en histoire des Universités de Lille et d’Hambourg et collaboratrice scientifique à l’Université libre de Bruxelles, travaille à partir des écrits publics et privés des historiens médiévistes des XIX et XXe siècles. Elle est notamment l’auteure de Les Historiens et la question franque (Brepols 2009) et a dirigé l’ouvrage collectif Vivre de son Art. Histoire du statut de l’artiste XV- XXe siècles (Hermann 2012).

Anne-Cécile Le Ribeuz – Koenig (La Réunion)

Maître de conférence en langue et littérature françaises du Moyen Age

Université de La Réunion

UFR Lettres et sciences humaines / Equipe d’accueil D.I.R.E (Déplacements Identités Regards Ecritures)

Thématiques de recherches :

– Le roman arthurien (XIIe –XVe siècles) : une poétique en mouvement.

– L’écriture romanesque et la convergence des traditions arthuriennes, épiques, lyriques, didactiques ; l’articulation entre la fiction et l’Histoire, entre la fiction et l’actualité aux XIVe et XVe siècles.

– La mise en page et en image des manuscrits et des imprimés, en particulier les programmes iconographiques des romans arthuriens (XIVe – XVIe siècles).

– L’évolution des modes de réception pour le roman et la lyrique : de l’oral à l’écrit, de la performance vocale/chorégraphique au livre. Archéologie des média.

Mots-clefs : roman arthurien – mise en prose épique – lyrisme – réception – poétique – esthétique littéraire XIVe – XVIe siècles – mise en page et en image – archéologie des media

Activités scientifiques :

Thèse : « Écriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Age. Le Petit Artus de Bretagne. Ysaïe le Triste. Meliador », Université de la Sorbonne – Paris IV, 758 pages.[novembre 2005]

Derniers travaux :

Avril 2017 Communication à la Journée de l’Antiquité et des Temps Anciens (JATA) (université de La Réunion, dir. Serge Bouchet, Colombe Couëlle , Myriam Kissel) : « Figuration et défiguration d’Orphée à la fin du moyen âge. Le Roman d’Ysaïe le Triste et de Marc l’essill ». A paraître dans Travaux et documents.

Février 2017 Communication à la journée d’étude « Voyage, parcours initiatique, exil » Continuer la lecture

Thomas Ledru (Doctorant, Lille)

Thomas Ledru

Doctorant en histoire médiévale à l’Université de Lille 3.

Thèse : Saint-Riquier (VIIe-XIe siècles) : histoire, mémoire, hagiographie ; sous la direction de Michèle Gaillard (Lille 3) ; co-encadrants : Charles Mériaux (Lille 3) et Brigitte Meijns (Katholieke Universiteit Leuven).

Axes de recherches : haut Moyen Age occidental ; histoire de l’Eglise ; médiévalisme.

http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/1D-Ledru.html

Journée « Restauration et remploi »

Le mercredi 24 mai 2017 à l’École nationale des chartes (65, rue de Richelieu, Paris 2e, salle Léopold-Delisle), 9h30-18h

« Restauration et remploi »

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Définir les pratiques

Dans la perspective d’ouvrir une discussion méthodologique, nous aimerions poser la question des définitions de ces deux pratiques et des débats qu’elles impliquent. Qu’est-ce que la « restauration » ? Quels sont les enjeux de sa définition ? Quels peuvent en être aujourd’hui les principes ? Doit-on tout restaurer ? Qu’est-ce que le remploi ? Quelle est la valeur symbolique de ce geste ?

Il pourrait être utile de poser également la question de la proximité de ces pratiques qui participent toutes deux d’un regain d’existence offert aux objets auxquels elles s’appliquent : dans quelle mesure remploi et restauration sont-ils liés ? Une restauration est-elle un remploi ? Et, inversement, le remploi pourrait-il être compris comme une « restauration partielle » de l’œuvre ?

Définir les « produits »

Un autre obstacle méthodologique est celui de la définition et du statut des objets issus de ces pratiques. Le résultat de chacun de ces processus est un objet qui présente une certaine complexité. Un vestige du passé soumis à un travail de restauration subit une modification. Quant à la matière (concrète ou textuelle) remployée, elle s’insère dans un nouveau contexte, elle évolue. Comment ces produits ont-ils été perçus dans le passé ? Comment les analyse-t-on aujourd’hui ?

Cerner les enjeux de ces pratiques hier et aujourd’hui

Enfin, nous aimerions proposer une ouverture dans la réflexion sur ces objets, touchant plus particulièrement à l’interprétation des gestes de restauration et de remploi. À quelles fins a-t-on restauré dans le passé ? À quels desseins restaure-t-on aujourd’hui ? Quels ont pu être les enjeux du remploi jadis? Ont-ils servi une idéologie ? Ont-ils répondu à un besoin d’actualisation, de mise à jour ? Ou ont-ils simplement satisfait au nouveau goût contemporain ? Et aujourd’hui ?

 

[1] Esch Arnold, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva dello storico », dans Ideologie e pratiche nel reimpiego nell’alto Medioevo. Atti della Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’altt Medioevo (Spoleto, 16-21 aprile 1998), Spolète, coll. « Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo », 46 (1999), 2 vol., t. I., p. 77-78.

Parution : Mémoires des croisades

Megan Cassidy-Welch (ed.), Remembering the Crusades and Crusading, Abingdon, Routledge, 2017.

Remembering the Crusades and Crusading examines the diverse contexts in which crusading was memorialised and commemorated in the medieval world and beyond. The collection not only shows how the crusades were commemorated in the twelfth and thirteenth centuries, but also considers the longer-term remembrance of the crusades into the modern era.

This collection is divided into three sections, the first of which deals with the textual, material and visual sources used to remember. Each contributor introduces a particular body of source material and presents case studies using those sources in their own research. The second section contains four chapters examining specific communities active in commemorating the crusades, including religious communities, family groups and royal courts. Finally, the third section examines the cultural memory of crusading in the Byzantine, Iberian and Baltic regions beyond the early years, as well as the trajectory of crusading memory in the Muslim Middle East.

This book draws together and extends the current debates in the history of the crusades and the history of memory and in so doing offers a fresh synthesis of material in both fields. It will be essential reading for students of the crusades and memory.

 

Colloque : Combattre (comme) au Moyen Âge

affiche-combattre-comme-au-moyen-age

Combattre (comme) au Moyen Âge :

Formes et expériences de la guerre médiévale

Les 26-27 janvier 2017

Colloque organisé par Emmanuelle Poulain-Gautret et Anne Besson

Université Lille III, Maison de la recherche, Bâtiment F, salle F0.44

Université de Lille (E.A. Alithila) avec le soutien de l’Université d’Artois (E.A. « Textes et Cultures »), de l’UMR IRHIS et de l’association Modernités médiévales.

26 janvier

9h30 – Accueil des participant

I) Chanter la guerre au Moyen Âge

Présidence : Emmanuelle Poulain-Gautret

10h-10h30 Pierre-Henry Bas et Cyril Dermineur : Démonstration d’épée à deux mains, de messer et de dague

10h30-11h Pierre-Henry Bas : « Expérimentation gestuelle et sources non techniques : un état des lieux »

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Marie-Geneviève Grossel : « Art de faire la guerre, art de chanter la guerre ? Le poème de Guillaume Anelier »

12h-12h30 : Adélaïde Lambert : « Rhétorique de l’exploit guerrier, du manuscrit Gerard du Frattre à l’imprimé Gerard d’Euphrate » Continuer la lecture

Journée « Com’en Histoire »

2e journée scientifique « Com’en Histoire » : « Médiation et mémoire »

23 mars, IUT Paul Sabatier de Toulouse

Affiche23mars2016

Soutenue par l’équipe MICS du LERASS, l’organisation et la responsabilité scientifique seront assurées par Patrick Fraysse, MCF HDR en SIC à l’IUT de Toulouse, Jessica de Bideran, post doctorante en Humanités numériques à l’Université Bordeaux Montaigne et Julie Deramond Avignon, MCF en SIC à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

Plusieurs interventions portent sur le Moyen Age, dont celle de Florence Plet, « Par-delà le pont » : écriture et réécriture du Bel inconnu de Renaud de Beaujeu. (André Mary, Nathalie Ferlut) ».

Programme : http://cehistoire.hypotheses.org/648#more-648

Colloque : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire :
la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe– XXIe siècles)

Université de Rouen/EPHE, 31 mars-2 avril 2016

Organisatrices : Mélanie Bost-Fievet, Perrine Galand, Louise Katz et Sandra Provini

Comité scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Véronique Gély (Paris-Sorbonne), Daniele Maira (Göttingen), Gérard Milhe Poutingon (Rouen), Jean-Charles Monferran (Strasbourg), Isabelle Pantin (École Normale Supérieure), Stéphane Rolet (Paris 8), Jean Vignes (Paris-Diderot)

PROGRAMME

Jeudi 31 mars, Université de Rouen Continuer la lecture

Tristan Martine (Paris-Est Marne-la-Vallée)

 

Tristan Martine est doctorant en histoire médiévale. Son travail de thèse, mené à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (laboratoire ACP), « Ancrage spatial et politique territoriale de l’aristocratie comtale en Lotharingie méridionale (fin IXe– mi XIe) » est dirigé par G. Bührer-Thierry (Paris 1) et G. Giuliato (Université de Lorraine). Depuis septembre 2015, il est chercheur en résidence à l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales.

Il a également fondé et dirigé le Laboratoire junior (http://sciencesdessinees.ens-lyon.fr/) Sciences Dessinées (http://labojrsd.hypotheses.org/), qui a notamment organisé entre mai 2013 et octobre 2014 deux expositions, dix journées d’étude et un colloque international. L’enjeu de ce Laboratoire junior était de réfléchir aux rapports entre sciences et bande dessinée. C’est dans ce cadre qu’eut lieu le 12 juin 2014 (http://sciencesdessinees.ens-lyon.fr/moyen-age-et-bande-dessinee-230601.kjsp?RH=1371111571575) une journée d’étude consacrée à la représentation du Moyen Age en bande dessinée, dont les actes seront publiés en 2016 chez Karthala.

Continuer la lecture