Archives par étiquette : histoire

Journées d’étude: Fiction et nouveaux discours historiques

Les journées d’étude « Fiction et nouveaux discours historiques« , organisées par Laurence Cros (Université de Paris, LARCA) et Marie-Jeanne Rossignol (Université de Paris, LARCA), se dérouleront les 28 et 29 juin 2021 à l’Université de Paris (bâtiment Sophie Germain, 1 place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021). L’événement sera en présentiel, mais il est possible d’y assister en visio, sur inscription via ce lien.

Lundi 28 juin 2021: L’Histoire dans d’autres types de fiction

9h30 Accueil et ouverture

Atelier 1 : Fiction policière

Animé par Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris

  • 9h45 Isabelle Boof Vermesse, Université de Lille : Los Angeles, années 50 : endiguement v. camouflage,
    une lecture croisée de James Ellroy et de Walter Mosley.
  • 10h Maria Pia de Paulis Dalembert, Université Sorbonne Nouvelle : Le « giallo-noir » italien (1990-2020) :
    renouveau littéraire et lecture critique de l’Histoire du XXe siècle
  • 10h15 Dominique Manotti, historienne, auteure de policiers historiques. Choisir d’écrire des romans noirs
    pour faire l’histoire de ma génération. Défense et illustration.
  • 10h30 Débat et pause

Atelier 2 : BD historique

Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie

  • 11h30 Soazig Villerbu, Université de Limoges : Le Blueberry de Charlier et Giraud (1963-1986) : un western
    exemplaire ?
  • 11h45 Ladan Niayesh, Université de Paris. Les « Mangas Shakespeare » : King Lear, de Geoffrey de
    Monmouth au Dernier des Mohicans.
  • 12h Théo Touret-Dengreville, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Les super-héros et l’histoire :
    Captain America, une uchronie identitaire (1939-2018)
  • 12h15 Jul, agrégé d’histoire, auteur de Silex and the City, Dargaud ; 50 nuances de Grecs, Dargaud ; Lucky
    Luke, Lucky Comics Editions. Entretien avec un dessinateur-historien
  • 12h30 Débat
  • 13h-14h30 pause déjeuner

Atelier 3 : Le vampire et l’histoire

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 14h30 Marjolaine Boutet, Université de Picardie. Le vampire et l’imaginaire du XVIIIe siècle.
  • 14h45 Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris. Abraham Lincoln, chasseur de vampires, à la recherche
    d’un avenir meilleur : histoire fiction, et vérité
  • 15h Table ronde : Changer de paradigme historique par le choc du fantastique (Marjolaine Boutet,
    Université de Picardie ; Emmanuelle Delanoë-Brun, Université de Paris ; Allan Potosky, Université de Paris ;
    Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris).
  • 15h45 Débat et pause
  • Table ronde : Regard rétrospectif sur le phénomène Game of Thrones
    Animé par Marjolaine Boutet, Université de Picardie
  • 16h45 Maureen Attali, Université de Rennes 2 ; Florian Besson, Université Paris-Sorbonne ; Justine Breton,
    Université de Reims Champagne-Ardenne
  • 17h45 Débat

 

Mardi 29 juin 2021: Fiction historique et politique

Atelier 5 : Histoire et mémoire africaine américaine

Animé par Laurence Cros, Université de Paris

  • 9h30 Michel Imbert, Université de Paris. La représentation des esclaves insurgés (Amistad de Steven
    Spielberg, The Heroic Slave de Frederick Douglass et « Benito Cereno » d’Herman Melville)
  • 9h45 Table ronde : La fiction historique sur l’histoire africaine-américaine et le combat politique (Marie-
    Jeanne Rossignol, Université de Paris ; Michel Imbert, Université de Paris ; Claire Parfait, Université Paris
    13)
  • 10h45 Débat et pause

Atelier 6 : Féminisme et romance historique

Animé par Justine Breton, Université de Reims Champagne-Ardenne

  • 11h30 Alison Offe-Gorlier, Université Catholique de Lille – Liverpool Hope University. Anne Boleyn:
    Actrice de son histoire.
  • 11h45 Laurence Cros, Université de Paris. Angélique, héroïne populaire, héroïne féministe ?
  • 12h00 Débat
  • 12h30-14h pause déjeuner

Atelier 7 : Guerres et dictatures dans l’aire hispanophone

Animé par Marie-Jeanne Rossignol, Université de Paris

  • 14h00 Véronique Eleftériou-Perrin, Université de Paris. L’impossible transgression : Hollywood face à la
    Guerre civile espagnole (1936-1939).
  • 14h15 José García-Romeu, Université de Toulon. Violence politique, Histoire et fiction en Argentine (1976-
    2020)
  • 14h30 Sergio Letelier, auteur de Una Historia sin importancia (2019). Autobiographie, fiction et mémoire
    des dictatures au Chili et en Argentine.
  • 14h45 Débat et pause
    Atelier 8 L’hégémonie économique et culturelle anglo-américaine
    Animé par Laurence Cros
  • 15h45 Denise Sutton, City Tech-CUNY. Harlequin Mills & Boon’s International Expansion: Innovative
    Marketing to Romance Readers.
  • 16h Ludovic Tournès, Université de Genève. La diplomatie culturelle états-unienne : une perspective de
    long terme
  • 16h15 Débat

Toutes les informations sont sur le site du laboratoire LARCA.

Journée d’études: Historiographie et nationalisme

La 9e journée d’études du groupe de contact FRS-FRNS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles) se tiendra le 11 juin 2021 au Musée royal de Mariemont (Belgique), sur le sujet « Historiographie et nationalisme, XIXe-XXe siècles. Des maîtres, des thèmes, des artéfacts« .

Il s’agit d’une journée d’études organisée en lien avec l’exposition « Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens » (accessible jusqu’au 4 juillet 2021).

 

 

 

 

Matinée
Présidence : Sophie Glansdorff (Centre national d’histoire des sciences – CNHS, ULB) et Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
09:30 – Accueil – café
09:45 – Introduction à la journée – Agnès Graceffa et Sophie Glansdorff
10:00 – Mahomet et Charlemagne, un livre ouvert. La postérité historiographique de la thèse de Pirenne – Romain André (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
10:45 – « Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs ». Retour
sur le quatrième Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Charleroi, 1888) – Alain Dierkens (SociaMM, ULB)
11:15 – Discussion et café
11:45 – Les Considérations sur l’histoire de France d’Augustin Thierry : un
texte nationaliste ?, Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
11:45 – Louis le Germanique et les Carolingiens dans la mémoire
allemande: le cas de la Bavière et de la Prusse (1806-1871) – Sophie Glansdorff (CNHS, ULB)
12:45 – Discussion

Après-midi
Présidence : Laurent Verslype (Centre de recherches d’archéologie nationale – CRAN/INCAL UCLouvain)
13:00-15:00 : Lunch, café

Visites guidées et présentation du catalogue de l’exposition « Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens » – Marie Demelenne (Conservatrice de la Section d’Archéologie régionale et domaniale du Musée royal de Mariemont – FWB)
15:15 – Présentation de l’ouvrage Clovis. Les grands dans l’Europe du haut
Moyen Âge. Histoire et archéologie (Mémoires de l’AFAM, XXXI) – Laurent Verslype (CRAN UCLouvain, AFAM)
15:30 – À propos d’une paire de boucles d’oreilles « franques » mises au
jour à Irles (Somme, France) au XIXe siècle, et intégrée à la collection Belgique ancienne des MRAH – Britt Claes (MRAH-KMKG) et Walter Leclercq (Crea-Patrimoine, ULB)
16:00 – Discussion et table ronde : Les enjeux actuels des (més)usages du passé mérovingien ?
16:30 – Clôture et visite libre du musée et de l’exposition

Inscription obligatoire auprès de Sophie Glansdorff: sglansdorff[at]gmail.com

Tous les détails sur le site du Musée royal de Mariemont.

Parution: La force de l’épée

Martin Aurell, Excalibur, Durendal, Joyeuse. La force de l’épée, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

Excalibur, Durendal ou Joyeuse, ces noms évoquent spontanément un riche imaginaire médiéval. Attri – buer un nom propre à l’épée est une invention du Moyen Âge, significative de la personnalité de cet arte – fact exceptionnel, nullement inanimé. En symbiose avec son porteur, qui n’hésite pas à lui parler comme à une compagne, elle ne donne pas seulement la mort, elle vit, dégage de la lumière, est dotée d’une voix. Invincible, elle peut aussi se briser entre les mains d’un félon ou d’un couard. Un forgeron aux pouvoirs mythiques en est le créateur. Seul le chevalier aristocratique la reçoit au cours de l’adoubement… ou des mains d’une fée. Symbole du pouvoir du roi et de ses auxiliaires de la noblesse, elle est au cœur de la théorie des deux glaives, une profonde réflexion politique séparant le religieux du séculier dans la gouvernance de la société. Martin Aurell éclaire l’histoire de cet objet fascinant à la fois destiné à l’usage de la force, porteur de nombreux pou – voirs et paré de l’attrait du merveilleux.

Tous les détails sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Colloque : « Enfance et Histoire »

Moyen - Age - Histoire pour Enfants

Enfance et histoire, cultures et pratiques enfantines du passé

Colloque organisé par Emmanuelle Fantin et Julien Tassel (laboratoire Gripic). Il aura lieu les 8 et 9 avril 2021, ouvert sans inscription préalable. Lien de connexion: https://us02web.zoom.us/j/3657422876

8 avril 2021

9h00 Mot d’accueil Emmanuelle Fantin et Julien Tassel – Sorbonne Université

Joëlle le Marec (Sorbonne Université) : En guise d’introduction : retour sur enquête, l’enfant au carrefour des processus de transmission institutionnelle.

9h30 – 10h30 Anne BESSON – Université d’Artois :  Retenir l’enfance.

10h30 – 12h00 SESSION I — MÉDIÉVALITÉS : ENTRE HISTOIRE ET FICTIONS

Laurence CORROY et Bénédicte MILLAND-BOVE (Université́ Sorbonne Nouvelle) Imaginaires et représentations du Moyen Âge dans le Journal des Enfants et le Journal des Demoiselles sous Louis Philippe.

Agathe NICOLAS (Sorbonne Université) : Le débat sur le fait historique comme prétexte à la production d’un savoir sur la fiction : le cas du forum d’échanges « la gazette du sorcier » (Harry Potter).

13h30 – 15h30 SESSION 2 : DIRE LES VIOLENCES DE L’HISTOIRE

Perrine BOUTIN (Université Sorbonne Nouvelle) : Entre pédagogie et subversion, comment parler de la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui à des enfants à la télévision ? Étude d’un cas : Les Grandes grandes vacances.

Juliette MASSART (Université Paris 13) : « Lire la Shoah : entre horreur et happy ending » : les représentations de la Shoah dans la littérature de jeunesse des années 1980 à nos jours.

Christiane CONNAN-PINTADO (INSPE de Bordeaux Aquitaine) : Imaginaires et représentations de l’esclavage à l’usage des jeunes lecteurs. Contraintes, modalités, enjeux.

Anna ZADORA (Université de Strasbourg) : Construction d’une identité nationale biélorusse au prisme de l’éducation historique.

16h-18h TABLE RONDE — LES PROFESSIONNELS DES MÉDIATIONS ENFANTINES : ARTS, ÉDITION, MUSÉOLOGIE

Vincent LODEWICK dit DUGOMIER — auteur de BD, Les enfants de la résistance.

Albin QUERU et Chloé NICOLAS — maison d’édition, Quelle histoire ?

Isabelle DORÉ-RIVÉ — directrice du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

Richard UNGLIK — photographe, auteur de livres et de l’exposition « La Fabrique de l’Histoire en Playmobils » au musée de l’armée Invalides.

9 avril 2021

10h45 – 12h45

9h30 – 10h30 Conference Julie PASQUER-JEANNE – UCO-Bretagne Sud : Faire l’expérience du passé par la fiction : la trivialité du monument dans la culture enfantine.

10h45 – 12h45 SESSION 3 — LITTÉRATURE JEUNESSE ET HISTOIRE

Pierre-Eric FAGEOL et Frédéric GARAN (Université de la Réunion) : Patrimonialisation du passé et construction identitaire dans la bande-dessinée pour enfant dans l’océan indien.
Sylvie MARTIN-MERCIER (Université Grenoble Alpes) : Petites filles et résistance dans la littérature de jeunesse italienne contemporaine.

Noureddine FADILY (Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Casablanca.) : Quelle(s) construction(s) des ailleurs temporels et des altérites à travers le thème de la Deuxième Guerre mondiale ? Exemple de l’album Otto, autobiographie d’un ours en peluche de Tomi Ungerer.

14h30-15h40 SESSION 4 — LES MÉDIATIONS HISTORIQUES DES OBJETS DU QUOTIDIEN, DES JEUX ET DES JOUETS

Fabien LACOUTURE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Jouer l’Histoire. La place des jeux de société historiques dans les pratiques enfantines du passé.

Thierry TRUEL (INSPE de Bordeaux) Collectionner la vignette historique aux XIXe et XXe siècles: quand l’histoire devient aussi un produit de consommation courante…

Adeline WERRY (Université Catholique de Louvain) : Les plaques de verre de lanterne magique : outils pour une narration« attractive » du passé.

CONCLUSION : Sophie Corbillé, Sorbonne Université

Parution : Clichés et histoire

Les clichés dans l’Histoire. Actes du colloque Fest’Ain d’Histoire 2018, sous la direction de Noémie Budin, éditions Didaskalie, 2020.

avec les contributions de Florian Besson, Ugo Bimar (Confession d’Histoire), Mélaine Blondin, Quentin Censier (Sur le champ), Laurent Di Filippo, Clara Granger, Jules Piet et Catherine  Rideau-Kikuchi

Sommaire
Préface. #FADH 2018
Noémie Budin
1) La couleur dans l’art grec
Clara Granger
2) Le mythe de la bataille décisive
Quentin Censier (Sur le champ)
3) Sacrées sorcières
Mélaine Blondin
4) Doux comme un viking
Jules Piet
5) La mythologie nordique dans Donjons & Dragons
Laurent Di Filippo
6) Terre plate et Âges obscurs-
Catherine Rideau-Kikuchi et Florian Besson
7) La vulgarisation de l’Histoire dans Confession d’Histoire
Ugo Bimar (Confession d’Histoire)

Parution : histoire de la réception du Moyen Âge

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Alphil, « Focus. Rayons littéraires », 2019.

Le Moyen Âge à travers les âges

Le premier vade-mecum pratique et maniable en français sur l’histoire de la réception du Moyen Âge, par Alain Corbellari, professeur à l’Université de Lausanne.

De Kaamelott à Game of Thrones, des jeux de rôles aux fêtes médiévales qui fleurissent dans les moindres bourgs du Vieux (et même du Nouveau) Monde, l’imaginaire médiéval est omniprésent dans l’Occident contemporain. Mais on se doute que cela n’a pas toujours été le cas. Oscillant sans cesse entre sa légende « rose » (les troubadours, l’amour courtois, le preux chevalier) et sa légende « noire » (les guerres féodales, la peste, les culs de basse-fosse), le Moyen Age a connu à travers le temps des éclipses et des renouveaux spectaculaires dont ce livre dresse le tableau, envisageant tout aussi bien la réception érudite que la réception profane d’une période qui s’est elle-même pensée en termes de « renaissances » successives. À se demander si cette appellation même de Moyen Âge n’est pas un fantôme après lequel on court toujours en vain.

Séminaire LAMOP « Médiévalisme »

Séminaire Le médiévalisme. Des usages contemporains du Moyen Âge, animé par l’historienne Aude Mairey (LAMOP)


« Depuis quelques décennies, le médiévalisme, que l’on peut définir à la suite de Louise d’Arcens comme « la réception, l’interprétation ou la recréation du Moyen Âge européen dans les cultures post-médiévales », est devenue une discipline à part entière, d’abord dans les pays anglophones puis dans l’ensemble de l’Europe occidentale (pour ne s’en tenir qu’à elle). Le champ est vaste : de Victor Hugo à J.R.R. Tolkien, de la recréation d’une architecture néo-gothique aux jeux vidéo populaires, de l’anneau de Jeanne d’Arc à la reconstitution de batailles médiévales, les usages contemporains du Moyen Âge sont nombreux – littéraires, cinématographiques, ludiques, mais aussi politique… Pourtant, alors que nos collègues littéraires ont été les premiers à s’emparer de ce champ au sein du monde universitaire, cela n’a pas été le cas (ou à peine) pour les historiens. Ce séminaire se propose donc d’envisager, en complémentarité avec les autres disciplines, tant l’histoire du médiévalisme que la diversité de ses usages actuels.
Les séances sont ouvertes à tous et se tiendront le vendredi de 14h à 16h en salle Perroy, à la Sorbonne.

Programme 2018-2019 (2nd semestre) :
18 janvier 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 1, Aude Mairey
1er février 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 2, Aude Mairey
22 février 2019 – Médiévalisme et politique, intervenant : Joseph Morsel (Université Paris 1)
22 mars 2019 – Médiévalisme et cinéma, intervenant : William Blanc (médiéviste indépendant)
5 avril 2019 – Médiévalisme et littérature, intervenant : Vincent Ferré (Université de Paris Est-
Créteil)
19 avril 2019 – Les usages ludiques du passé : Le médiévalisme dans les jeux contemporains,
intervenant : Laurent Di Filippo (DynamE, Université de Strasbourg/CREM, Université de
Lorraine)


Attention : si vous n’êtes pas inscrit dans une des universités de la Sorbonne ou à la
Bibliothèque, il faut impérativement le signaler à cette adresse : aude.mairey@univ-paris1.fr, car
pour des raisons de sécurité, le recteur de Paris exige une liste des invités pour chaque
manifestation ayant lieu à la Sorbonne.

Parution : Transmissions cisterciennes

Les cisterciens et la transmission des textes (XIIe-XVIIIe siècles), dir. Thomas Falmagne, Dominique Stutzmann, Anne-Marie Turcan-Verkerk et Pierre Gandil, Brepols, 2018.

dIS-9782503553054-1

Les cisterciens sont moins connus pour avoir recherché et retravaillé les textes que pour leurs efforts de centralisation et d’unification dans l’architecture et les arts, la liturgie et la vie quotidienne, et pour leur utilisation active de l’écrit pragmatique – pour ne citer que ces quelques domaines. Et pourtant, leurs bibliothèques, parfois immenses, font mentir par leur richesse et les textes rarissimes ou inattendus qu’elles nous ont conservés l’idée d’un ordre peu consacré aux études. Où les cisterciens ont-ils trouvé ces textes ? Quels étaient leurs réseaux ? Avaient-ils des critères pour choisir les textes à copier et les modèles ? La recherche des textes était-elle dans ces abbayes réfléchie, concertée ? En somme, les cisterciens ont-ils été des transmetteurs par hasard, ou parce que leur intérêt pour les textes allait bien au-delà de ce que nous croyons habituellement ? Ce livre montre que la seconde réponse est certainement la plus juste.

Anne-Marie Turcan-Verkerk est titulaire de la chaire de Langue et littérature latines du Moyen Âge à l’École pratique des hautes études, et chercheur associé à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où elle dirige l’équipe de Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique. Elle est responsable de Biblissima, Observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance.

Dominique Stutzmann est chargé de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS), où il est responsable de l’équipe de Paléographie latine. Il dirige le projet ANR Oriflamms (Ontology Research, Image Feature, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts).

Thomas Falmagne est responsable du catalogue des manuscrits médiévaux conservés au Grand-Duché de Luxembourg, rédigé au Handschriftenzentrum de Francfort-sur-le Main. Il est membre du comité international de paléographie latine.

Pierre Gandil est directeur par intérim de la Médiathèque du Grand Troyes.

 

Aude Mairey (CNRS, Paris 1)

Aude MAIREY

Directeur de recherche

Directrice-adjointe du LaMOP  (UMR 8589 -Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris)

Page personnelle de l’université
http://cnrs.academia.edu/AudeMairey

Thèmes de recherche :Angleterre médiévale, culture politique, langages politiques, anglais, littérature

Mes travaux sont centrés sur la formation d’une culture anglaise à la fin du Moyen Âge. Un des indices principaux en est le foisonnement d’une production textuelle en anglais à partir du milieu du XIVe siècle dans tous les domaines de la connaissance. Si l’analyse de l’évolution des contenus des textes est essentielle pour comprendre la formation de cette culture anglaise, celle de l’emploi d’une langue écrite en cours de constitution, l’anglais, l’est tout autant. L’étude de la diffusion et la réception des textes est également indispensable pour cerner les interactions entre histoires culturelle, politique et sociale. Mais celle des représentations sociales et des conceptions politiques est également nécessaire, en tant que point nodal de ces interactions. Mes deux axes de recherche, « Littératures, langues et société » et « Langages politiques » sont donc étroitement liés. L’étude des sources littéraires comme sources historiques et celle de la langue comme un « fait d’histoire » exigent enfin de faire preuve d’une véritable interdisciplinarité (histoire, littérature, anthropologie…), ainsi que la multiplication des approches méthodologiques, telles que la textométrie. J’ai par ailleurs développé une appétence pour le médiévalisme et plus généralement les usages contemporains du Moyen Âge, ainsi que pour la transmission et la visibilité des études médiévales, concrétisée, par exemple, par ma participation toujours croissante au réseau Ménestrel (www.menestrel.fr).

Thematics: Medieval England, Political Culture, Political Languages, Middle English, Literature

My researches are centred on the formation of an English culture at the end of the Middle Ages. Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme :

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps Continuer la lecture

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps

11h Isabelle Pantin, « L’histoire au miroir de la légende dans l’œuvre de Tolkien »

11h30 Florian Besson, « Fusils et boîtes de conserve, ou comment sortir des Moyen Âge imaginaires »

12h30-14h : pause déjeuner

Séance 3 : La fantasy, revanche des oubliés de l’histoire ?

14h William Blanc, « Voir le passé en vert : histoire et géographie des Orcs dans la fantasy »

14h30 Caroline Duvezin-Caubet, « The Empire Writes Back : uchronie et steampunk postcolonial dans la fantasy néo-victorienne contemporaine »

15h Justine Breton, « “When you look at me, do you see a hero ?” : Game of Thrones ou la fantasy des évincés de l’histoire »

15h30 : Pause

Séance 4 : Fantasy, enfance de l’Histoire ?

16h Silène Edgar, « L’Histoire dans l’histoire : chasse aux sorcières, contestation sociale et anti-fascisme dans Harry Potter »

16h30 Noémie Budin, « Les Fées historiques, entre Histoire et fiction »

 

Mercredi 23 mai

[9h-10h : enregistrement de l’émission « Des livres et vous »]

10h : Accueil

Séance 5 : Histoire et imaginaire en jeu

10h30 Olivier Caïra, « Fantasy au cinéma : jusqu’où peut aller la promesse d’historicité ? »

11h Laurent Di Filippo, « La mise en scène ludique de l’Histoire : l’époque viking comme cadre de jeu pour Advanced Dungeons and Dragons »

11h30 Audrey Tuaillon-Demesy, « L’expérience ludique de l’histoire. L’exemple des combats en reconstitution historique »

12h-14h : pause déjeuner

Séance 6 : Histoire de la fantasy :

14h Marc Rolland, « E.R. Eddison et son inscription dans l’Histoire »

14h30 Ewa Drab, « La (re)création de l’histoire dans la littérature fantasy d’expression polonaise »

15h pause

Séance 7 : Fantasy entre histoire et légende

15h30 Joanna Pavlevski-Malingre, « Une fée dans l’Histoire, Mélusine à la croisée des genres : chroniques historiques légendaires, roman historique merveilleux, fantasy historique »

16h Laura Muller-Thoma et Marie-Lucie Bougon, « Le pouvoir des mots : les personnages de conteurs et de bardes, ou comment la parole façonne la réalité »

 

16h30-18h : Table ronde animée par Stéphanie Nicot, « Histoire et fantasy chez les romanciers français aujourd’hui ». Avec :

Fabien Cerutti

Jean-Laurent Del Socorro

Estelle Faye

Jean-Philippe Jaworski

Johan Heliot

18h : clôture du colloque par Vincent Monadé, président du CNL, en présence de Robin Hobb

 

 

Appel : Fantasy et Histoire(s)

Fantasy et Histoire(s)

22-23 mai 2018

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Appel à communication

La fantasy, ou « l’histoire-fiction » ? On peut être tenté de la qualifier ainsi, en un clin d’œil au genre voisin de la « science-fiction », tant l’Histoire, ou peut-être les Histoires, constituent la grande affaire de ce genre du merveilleux contemporain, grandi sous l’ombre tutélaire de Tolkien pour atteindre sa pleine croissance ces dernières décennies – comme la Science, les sciences, étaient l’enjeu central pour la SF, en y suscitant les mêmes paradoxes féconds : comment une science, fût-elle humaine (trop humaine), peut-elle produire de la fiction ? Comment les histoires s’emparent-elles de l’Histoire, et à quel prix ? La question des rapports entre documentation et imagination, érudition et création, qui se pose également au roman historique par exemple (on s’intéressera à la frontière mouvante entre ces genres) le fait de façon originale pour des univers de fantasy qui trouvent leur ancrage caractéristique dans un passé revu et corrigé par la présence du surnaturel. Le cadre néo ou pseudo-médiéval qui s’impose au cœur du genre, dans la fantasy « épique » dite encore « medieval fantastic » (medfan), est particulièrement représentatif de cette histoire revisitée, mais l’important développement des uchronies ou de sous-genres comme la « fantasy historique » ou la « fantasy néo-victorienne » amène à généraliser le constat, et à se pencher de façon systématique sur lesréinvestissements de l’Histoire en fantasy comme sur la fantasy dans son lien à l’histoire et à son histoire.

Ce premier colloque universitaire organisé dans le cadre du Festival des Imaginales fait suite à différents travaux consacrés au Moyen Âge de la fantasy (notamment dans le cadre de l’association « Modernités médiévales »[1]), à l’Histoire dans le jeu de rôle[2]), ou encore aux imaginaires de périodes, Antiquité et Renaissance, lors des deux colloques organisés autour de Sandra Provini et Mélanie Bost-Fievet[3]. On privilégiera cette fois les synthèses et l’approche théorique, qui peuvent toutefois s’appuyer sur des exemples monographiques. Les questions suivantes seront notamment abordées :

– l’histoire de la fantasy : quelles sont les origines du genre et comment réécrit-il sa propre histoire, en la faisant remonter aux mythes et légendes ?

– le rapport entretenu à l’Histoire à l’intérieur du monde fictionnel : comment l’épaisseur temporelle qui donne sa consistance au monde se traduit-elle en historiographie de ce monde ? Ecriture des mémoires, de la chronique, dispositifs narratifs rendant compte des strates chronologiques successives.

– quelles histoires ? périodes privilégiées et variations/évolutions des regards posés sur celles-ci. Quelles conceptions de l’Histoire ?

– rapport entre roman historique et fantasy, uchronies et fantasy historique

– le domaine des jeux, entre véracité et plaisir ludique ; jeux de rôle Grandeur Nature et reconstitutions historiques.

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 28 février 2018 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com

 

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Comité scientifique :

Georges Bertin (directeur de recherches en sciences sociales, CNAM Pays-de-la-Loire)

Vincent Ferré (Pr Littérature comparée, U. Paris-Est Créteil)

Lauric Guillaud (Pr émérite, Littérature anglaise, U. Angers)

Jean-Clément Martin (Pr émérite, Histoire contemporaine, U. Paris I-Panthéon-Sorbonne)

Denis Mellier (Pr, Littérature comparée, U. Poitiers)

Sandra Provini (McF, Littératures de l’Antiquité et de la Renaissance, U. Rouen)

Eric Vial (Pr, Histoire contemporaine, U. Cergy-Pontoise)

Myriam White-Le Goff (McF HDR, Littérature et langue médiévale, U. Artois)

 

[1] Par exemple Le Moyen Âge en jeu, sous la direction de Séverine Abiker, Anne Besson et Florence Plet-Nicolas, Eidôlon n°86, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009, et Fantasmagories du Moyen Âge, sous la direction de Valérie Naudet et Elodie Burle, Publications de l’Université de Provence, Senefiance n°56, 2010. Mais aussi le colloque « Kaamelott, la (re)lecture de l’histoire », organisé par Justine Breton et Florian Besson, Paris-Sorbonne, 24-25 mars 2017.

[2]  En particulier dans Jeu est un autreYellow Submarine no134, Lyon, Les Moutons électriques, 2009 et dans la thèse d’Antoine Dauphragne, Du savoir historique au savoir ludique. La médiatisation de l’histoire dans les jeux de rôle, soutenue le 3 décembre 2010 à l’Université Paris 13.

[3] « L’Antiquité gréco-­latine aux sources de l’imaginaire contemporain », 
7­-9 juin 2012colloque organisé par Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE),
David K. Nouvel et Sandra Provini (Université de Rouen) ; « Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine », Mélanie Bost-­Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE) et Sandra Provini (Université de Rouen).

 

Appel : Châteaux et justice

Châteaux et justice (Xe-XXIe siècles) 

Périgueux 28, 29 et 30 septembre 2018

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ?

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes[1]. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière[2]. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain[3].

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord[4] proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les Continuer la lecture

Parution : Raïssa Bloch-Gorlin

Une femme face à l’histoire – Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 (Agnès Graceffa)

Poète et médiéviste née dans une famille de la bourgeoisie juive de Saint-Pétersbourg, Raïssa Bloch embrasse en 1917 les idéaux intellectuels et artistiques de la Révolution russe. Membre de la Maison des Arts de Petrograd, elle est brièvement emprisonnée par le régime bolchevique puis envoyée en mission scientifique en Allemagne. Á Berlin, elle rejoint l’Institut des Monumenta Germaniae historica et publie son premier recueil poétique.

Avec le jeune Michel Gorlin, de onze ans son cadet, elle crée le Club des poètes russes auquel participent Vladimir Nabokov et Vladimir Korvin-Piotrovski. Mais la prise de pouvoir d’Hitler la pousse à un second exil, cette fois dans une France qui s’annonce accueillante – pour un temps au moins. Plus que jamais ensemble, Raïssa et Michel Gorlin s’intègrent rapidement à la vie scientifique et littéraire parisienne.

Avec la guerre, puis l’arrestation de Michel, les rafles, Raïssa doit fuir encore, disparaître. Avant les camps, Raïssa connaîtra le deuil, mais aussi l’entraide des réseaux de la Résistance française. Plusieurs fois son destin a failli changer de route. Cette histoire n’est pas un roman. C’est le parcours véridique d’une jeune femme face aux tumultes de l’histoire. Défense de trépasser ! lui avait intimé Michel depuis le camp d’internement de Drancy, prélude d’Auschwitz.

Ce récit est celui de la lutte pour la vie et pour l’art d’une jeune femme du XXe siècle.

Agnès Graceffa, docteur en histoire des Universités de Lille et d’Hambourg et collaboratrice scientifique à l’Université libre de Bruxelles, travaille à partir des écrits publics et privés des historiens médiévistes des XIX et XXe siècles. Elle est notamment l’auteure de Les Historiens et la question franque (Brepols 2009) et a dirigé l’ouvrage collectif Vivre de son Art. Histoire du statut de l’artiste XV- XXe siècles (Hermann 2012).

Anne-Cécile Le Ribeuz – Koenig (La Réunion)

Maître de conférence en langue et littérature françaises du Moyen Age

Université de La Réunion

UFR Lettres et sciences humaines / Equipe d’accueil D.I.R.E (Déplacements Identités Regards Ecritures)

Thématiques de recherches :

– Le roman arthurien (XIIe –XVe siècles) : une poétique en mouvement.

– L’écriture romanesque et la convergence des traditions arthuriennes, épiques, lyriques, didactiques ; l’articulation entre la fiction et l’Histoire, entre la fiction et l’actualité aux XIVe et XVe siècles.

– La mise en page et en image des manuscrits et des imprimés, en particulier les programmes iconographiques des romans arthuriens (XIVe – XVIe siècles).

– L’évolution des modes de réception pour le roman et la lyrique : de l’oral à l’écrit, de la performance vocale/chorégraphique au livre. Archéologie des média.

Mots-clefs : roman arthurien – mise en prose épique – lyrisme – réception – poétique – esthétique littéraire XIVe – XVIe siècles – mise en page et en image – archéologie des media

Activités scientifiques :

Thèse : « Écriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Age. Le Petit Artus de Bretagne. Ysaïe le Triste. Meliador », Université de la Sorbonne – Paris IV, 758 pages.[novembre 2005]

Derniers travaux :

Avril 2017 Communication à la Journée de l’Antiquité et des Temps Anciens (JATA) (université de La Réunion, dir. Serge Bouchet, Colombe Couëlle , Myriam Kissel) : « Figuration et défiguration d’Orphée à la fin du moyen âge. Le Roman d’Ysaïe le Triste et de Marc l’essill ». A paraître dans Travaux et documents.

Février 2017 Communication à la journée d’étude « Voyage, parcours initiatique, exil » Continuer la lecture