Archives par étiquette : histoire

Parution : Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle

Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin (dir.), “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle”, Frontière.s, 9, 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment Reconquête ou Renaissance, dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême. Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous avons invité les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines.

Sujet désormais récurrent des spécialistes de la réception de l’Antiquité, les réécritures de l’histoire de Sparte, de part et d’autre de l’Atlantique nord, ouvrent le volume : Vivien Barrière et Jean Hedin notent l’importance du comics 300 de Frank Miller (1998) puis de son adaptation cinématographique par Zack Snyder (2007) dans la mise en place d’un discours politique étatsunien faisant de la cité grecque le modèle d’une société guerrière et eugéniste, seul rempart d’un Occident menacé par l’ennemi oriental ; Stéphane François et Adrien Nonjon en détaillent les déclinaisons en France d’une part et en Ukraine d’autre part en se focalisant sur les mouvements d’extrême droite identitaire. En attirant l’attention sur un usage précis de l’histoire, depuis des fouilles mises en œuvre par un maire d’extrême droite en Roumanie (Mathieu Mokhtari) à la diffusion d’une série syrienne sur la chute de Palmyre et Zénobie (Thomas Richard) en passant par un livre édité à Marseille (Pierre Vey), les contributions suivantes mettent en avant la plasticité et la diversité des situations. L’histoire est instrumentalisée par des acteurs et actrices situés aux deux bords de l’échiquier politique ; elle peut se faire vecteur d’un discours réactionnaire qui cherche dans un hier imaginaire un modèle idéal à reproduire (Enki Baptiste), nourrir une appropriation nationaliste d’espaces frontaliers (Lorette Hehn) ou au contraire servir à la survalorisation d’une identité locale perçue comme menacée (Florentin Briffaz).

 

Table des matières

 

Le numéro est entièrement disponible en ligne, sur le site de la revue.

Parution : Vivre et faire vivre le Moyen Âge

Sylvie Sagnes et Patrick Fraysse (dir.), Vivre et faire vivre le Moyen Âge, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2023.

L’objectif de ce volume collectif est de questionner, à partir des sciences humaines et sociales, les circulations, réceptions et appropriations dont font aujourd’hui l’objet les savoirs, les imaginaires et les représentations relatifs à la période médiévale. Loin d’être absolument nouvelles, les formes que revêt le Moyen Âge dans le présent doivent à l’actuelle diversification de l’offre dans les musées, les monuments, les bibliothèques, les fêtes médiévales et dans d’autres lieux de médiévalité, d’être au cœur des problématiques actuelles de l’histoire vivante et de la médiation culturelle.

Dans le sillage des heritage studies, les auteurs présentent des études situées, privilégiant des angles d’approche encore peu usités, comme la place faite aux femmes, le rôle assigné aux enfants, la mise en œuvre et l’usage des dispositifs participatifs, ou encore la manière dont ces Moyen Âge ressuscités animent les traces médiévales et agissent sur leur perception. Le Moyen Âge est vécu au présent par des amateurs qui le reconstituent, l’évoquent ou le détournent dans des dispositifs de médiation ou de communication qui naviguent entre histoire historienne et médiévalismes.

 

Appel à communications : Du pain et des jeux. Concours et tournois dans l’Histoire

Le Festival Fest’Ain d’Histoire se déroulera les 12 et 13 octobre 2024 au Château de Chazey-sur-Ain, et sera accompagné comme chaque année d’un colloque pluridisciplinaire pensé dans une démarche de vulgarisation pour le grand public, sur le sujet “Du pain et des jeux. Concours et tournois dans l’Histoire“.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2024.

Panem et circenses « du pain et de jeux » est une formule latine provenant d’un texte
de Juvénal dans lequel l’auteur se moque du peuple qui n’avait, selon lui, d’autre intérêt que le divertissement et le plaisir aux dépens de la vie publique et politique. Cette inclination serait alors ingénieusement employée par les dirigeants pour détourner l’attention de la plèbe et agir à leur guise.
Toutefois, il est à noter que les jeux, dans leur plus large acception, font partie intégrante de notre évolution en tant qu’êtres humains. Ainsi, dès l’enfance, l’aspect ludique est au centre des apprentissages individuels ou de groupe via des imitations, une appréhension du monde, de ses stratégies, des relations sociales, etc. De même, l’histoire de l’humanité semble toujours avoir donné une place essentielle au divertissement et aux affrontements ludiques. Aujourd’hui, le jeu est également un moyen d’aborder et d’étudier l’Histoire. Il revêt une place importante dans la dynamique de notre festival, ce pourquoi nous avons décidé de le mettre en avant au cours de notre édition 2024, année des Jeux Olympiques à la française.

Il sera alors possible d’aborder cette thématique selon plusieurs aspects :

a. Les concours et tournois en tant qu’institutions politiques mis en place de manière officielle pour occuper le peuple, régler des conflits, permettre à des groupes de s’affronter pacifiquement, etc.

b. Les jeux comme dynamique d’escapisme qui donnent la possibilité aux joueurs de s’échapper d’un quotidien négatif et difficile comme en tant de guerre, de famine, de pandémie, etc.

c. Les jeux comme catharsis pour purger les passions des Hommes, leur permettre de faire ce qu’ils ne peuvent ou ne doivent faire dans le monde réel. Le jeu devient alors un monde virtuel second dans lequel tout est possible sans conséquence sur le monde primaire.

d. Les jeux comme stratégie d’apprentissage pour enseigner et comprendre l’Histoire, étudier des stratégies par exemple militaires, rendre ludique et divertissante la transmission des savoirs.

e. Les jeux comme toile de fond ou prétexte à la mise en scène historique, quand l’Histoire rend le jeu sérieux ou quand le jeu rend l’Histoire attractive. Nous pensons par exemple à des périodes historiques populaires, comme le Moyen Âge idéalisé, qui sont un moyen d’attirer l’attention des passionnés pour leur faire approcher de façon ludique d’autres thématiques ou problématiques.

f. Les jeux historiques ou l’histoire des jeux : quels sont les jeux qui ont traversé les époques et pourquoi ? Que nous apprennent les jeux et les divertissements sur les populations et les périodes qui les pratiquent ?

g. Les jeux fictifs : Du Jumanji aux Hunger Games, en passant par le Quidditch, le jeu apparaît souvent comme un moyen de raconter une histoire parce que le faire comme si des jeux d’enfants se construit selon la même dynamique que le il était une fois à la base de notre imaginaire littéraire et plus largement fictionnel.

Ce colloque est organisé dans le cadre de Fest’Ain d’Histoire, festival historique multiépoque qui se tiendra au Château de Chazey-sur-Ain (01) les 12 et 13 octobre 2024, ainsi que dans le cadre de l’ANR Aiôn (CE27-19-0008-01). Il est ouvert à tous les passionnés d’Histoire, qu’ils soient chercheurs en lettres et sciences humaines, journalistes, auteurs, youtubeurs, etc. Le comité de lecture sera constitué d’individus répondant à ces mêmes critères variés et privilégiera les propositions qui s’inscriront dans une démarche de vulgarisation scientifique à destination du grand public.

Nous vous prions, par ailleurs, de noter que nous ne serons en mesure de défrayer les
participants du colloque. Seuls les repas seront offerts.

Les propositions de communication de 500 mots maximum accompagnées d’une courte notice bibliographique sont à envoyer à fadh.colloque [at] gmail.com avant le 31 mars 2024.

Appel à communications : Congrès de la Société Internationale Arthurienne

Le XXVIIe Congrès triennal de la Société Internationale Arthurienne se déroulera du 12 au 18 juillet 2024 à Aix-Marseille Université.

Date limite d’envoi des propositions : 1e novembre 2023

Le congrès sera articulé autour de 6 thématiques, qui devront être clairement précisées dans les propositions envoyées, avec un titre et un résumé du projet en 200 mots maximum et quelques lignes de présentation bio-bibliographique. Les communications pourront être soumises en français, anglais, allemand ou italien, pour une durée de 20 min. Les thématiques sont :

1. La réception de la littérature arthurienne après le Moyen Âge

2. Redire, reprendre et répéter

3. La transmission des romans arthurien : manuscrits, imprimés, traductions

4. Histoire et fiction

5. Les objets arthuriens

6. Merlin

Des tables rondes sur des sujets libres peuvent également être soumises, en indiquant dans la proposition envoyée : un titre, une présentation du projet en 200 mots, quelques lignes de présentation des intervenant.e.s. Les tables rondes auront une durée de 1h ou 1h30.

Les masterant.e.s de 2e année et les doctorant.e.s en 1e année de thèse ont la possibilité de proposer soit une communication dans le cadre des sessions Junior du Congrès, soit un poster de présentation de leur recherche. Pour les projets de communication, reportez-vous au paragraphe concerné ci-dessus. Dans le cas d’une présentation de poster, indiquez le titre de votre sujet de recherche, un résumé en 200 mots, et quelques lignes de présentation de l’intervenant.e. Dans les deux cas, joignez une lettre de recommandation de votre directeur.rice de recherche.

Des conseils pour la confection de vos posters sont disponibles. Un prix du meilleur poster sera décerné lors de l’assemblée générale de la Société Internationale Arthurienne (prix de 150 € et un an d’adhésion à la SIA). Les présentations de poster, en français, en anglais, en allemand ou en italien, dureront 5 min.

Tou·te·s les participant·es (hors accompagnan·tes) doivent être membres de la Société Internationale Arthurienne au moment du Congrès.

Les communications prononcées lors du Congrès feront l’objet d’une publication dans la collection « Senefiance » des Presses universitaires de Provence (après évaluation en double aveugle par des pairs).

Comité scientifique

Marie-Françoise Alamichel, Professeure des Universités, Université Gustave Eiffel

Hélène Bouget, Maîtresse de conférences, Université de Bretagne Occidentale

Damien de Carné Professeur des Universités, Université de Lorraine

Amaury Chauou, Professeur de Chaire supérieure, lycée Chateaubriand, Rennes

Alban Gautier, Professeur des Universités, Université de Caen Normandie

Catherine Nicolas, Maîtresse de conférences, Université Paul Valéry-Montpellier 3

Mireille Séguy, Professeure des Universités, Université Sorbonne Nouvelle

Michelle Szkilnik, Professeure des Universités émérite, Université Sorbonne Nouvelle

Géraldine Veysseyre, Maîtresse de conférences HDR, Sorbonne Université

 

Retrouvez tous les détails de l’appel sur le site de la Société Internationale Arthurienne.

 

Journée d’études : L’histoire en mouvement

L’école doctorale d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne organise une journée d’études intitulée “L’histoire en mouvement : l’écriture audiovisuelle de l’histoire“, prévue le 7 juin 2023 à Paris et en distanciel (lien d’inscription ci-dessous).

Cette année, l’école doctorale d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ouvre ses portes aux chercheuses et chercheurs de tout horizon à l’occasion des rencontres de l’école doctorale le 7 juin 2023. Consacrée au thème “L’histoire en mouvement : l’écriture audiovisuelle de l’histoire”, cette édition proposera des communications individuelles, une table ronde, un workshop et la projection d’un long-métrage. À travers ces moments de transmission et d’échange, il s’agira de penser ensemble les nouveaux usages de l’audiovisuel au sein des sciences humaines.

 

Programme

9h30-10h : Présentation de la journée. Charlotte Geoffray, Ioanis Robert-Deroide, Caroline Ziani

10h – 10h20 : Exalter l’Antiquité en toute modernité dans les représentations audiovisuelles de la danse des XIX-XXe siècles. Emily Kandassamy

10h20 – 10h40 : Henry V, l’Angleterre et le cinéma du Moyen Âge. Francis Mickus

10h40 – 11h : Échanges et questions
 
Pause de 11h à 11h20
 

11h20 – 11h40 : La série Bridgerton, une représentation du corps qui fait l’histoire ? Erine Pioffret

11h40 – 12h : Le cinéma en juge de l’histoire : le spectre de l’année 1938 dans le film Le Capitaine Volkonogov s’est échappé. Domenico Scagliusi
 
12h – 12h20 : Échanges et questions
 

Déjeuner

14h – 15h30 : Table ronde : “L’écran en conflit : images de guerre et guerre d’images”. Participants : Marjolaine Boutet, Sébastien DenisSophia Mahroug, Mickaël Robert-Gonçalves, Alexandra Szuyska, Emmanuel Taïeb.

Pause de 15h30 à 16h
 
16h – 17h30 : Workshop. Inscription conseillée

Chercheurs inscrits : Catarina Bassotti, Yohann Chanoir, Charlotte Geoffray, Franck Mazuet, Cheick Amadou Tidiane Mané

17h30-17h45 : Conclusion. Caroline Ziani, Ioanis Robert-Deroide, Charlotte Geoffray
 
Pause de 17h45 à 18h
 

18h-20h : Projection du film Chronique d’un été (Rouch, Morin, 1961). Présenté par Sébastien Le Pajolec

 

Plus d’informations – et possibilité d’inscription pour suivre en ligne – sur le site de l’événement.

Jouda SELLAMI (La Manouba)

Jouda SELLAMI est Maître de conférences – HDR à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM, Université de la Manouba, Tunis) et chercheure au Laboratoire « Analyse Textuelle, Traduction, Communication » de la FLAHM.

Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat intitulée : « Espace naturel, espace urbain, espace sacré. Ecriture et perception de l’espace oriental dans le texte épique aux XIIe et XIIIe siècles ». (Corpus : Le Siège de Barbastre, La Prise de Cordres et de Sebille, La Chanson d’Antioche et La Chanson de Jérusalem), élaborée sous la direction des Professeurs Emmanuèle Baumgartner et Laurence Harf-Lancner à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle (publiée par la Faculté des Lettres de la Manouba en 2015).

Pour son HDR, elle a présenté, en 2021, un essai intitulé : « Sur les traces du mythe littéraire de Saladin. Origines et perpétuations, du Moyen Âge à l’Empire ».

Ses champs de recherche actuels sont : la littérature du Moyen Âge, les résurgences de la culture médiévale dans la littérature moderne et contemporaine, les conflits guerriers du Moyen Âge entre hier et aujourd’hui (d’après des textes français et arabes), les rapports entre mythe, histoire et littérature, l’ego-histoire.

Co-direction d’ouvrages collectifs 

–           D’une rive à l’autre. Actes du colloque international (13 et 14 avril 2006) organisé à la Faculté des Lettres de la Manouba par le Groupe d’Étude sur le Moyen Âge et le Seizième (GÉMAS) et le Centre d’Étude et de Recherche Éditer-Interpréter (CÉRÉDI, Université de Rouen), études réunies par Khédija Ajroud et Jouda Sellami, Tunis, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2011.

–           La courtoisie dans la littérature au Moyen Âge et au XVIe siècle (Journée d’étude, avril 2011), études réunies par Khédija Blaïech-Ajroud et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2017.

–           Vieillesse, maladie et mort dans la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance (Journée scientifique de l’UR « Littérature médiévale, moderne et contemporaine et didactique du français », décembre 2014), études réunies par Samir Marzouki et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2018.

Publications

–           « La souffrance et la mort dans la Chanson d’Antioche », La maladie et la mort au Moyen Age. Actes du Colloque d’Amiens (Janvier 2004) publiés par Danielle Buschinger, Médiévales n° 30, Amiens, Université de Picardie-Jules Verne, Presses du Centre d’Études Médiévales, 2004, p. 106-115.

–           « Les héros de la Chanson d’Antioche : entre épopée et histoire », Héros épique et héros romanesque au Moyen Âge. Actes du Colloque d’Amiens (Mars 2004) publiés par Peter Andersen et Danielle Buschinger, Médiévales n° 32, Amiens, Université de Picardie-Jules Verne, Presses du Centre d’Études Médiévales, 2004, p. 64-72.

–           « De la cité sarrasine à Jérusalem : perceptions de la cité épique », D’une rive à l’autre. Actes du colloque international (FLAHM, 13 et 14 avril 2006) organisé par le Groupe d’Étude sur le Moyen Âge et le Seizième (GÉMAS) et le Centre d’Étude et de Recherche Éditer-Interpréter (CÉRÉDI, Université de Rouen), études réunies par Khédija Ajroud et Jouda Sellami, Tunis, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2011, p. 111-122.

–           « De la vieille forteresse à la prison. Représentations du locus horribilis dans l’épopée », Actes du XVIIe Congrès International de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes (Connecticut (USA), 22-28 juillet 2006), A publication of the Société Rencesvals. American-Canadian Branch, Numéro spécial de la revue Olifant, vol. 25, no. 1-2, 2008, p. 387-400.

–           « La rencontre amoureuse dans le Siège de Barbastre ou le bouleversement d’une destinée », L’instant fatal. Actes du colloque international organisé par le CÉRÉDI en collaboration avec le GÉMAS à l’Université de Rouen les 12 et 13 décembre 2007, édités par Jean-Claude Arnould, Publications numériques du CÉRÉDI (Actes de colloques et journées d’étude (ISSN 1775-4054)), n° 3, 2009, p. 1-11.

–           « L’identité normande dans la Chanson d’Antioche et le Livre d’Eracle », La Fabrique de la Normandie. Actes du colloque international organisé à l’Université de Rouen en décembre 2011, publiés par Michèle Guéret-Laferté et Nicolas Lenoir (CÉRÉDI), Publications numériques du CÉRÉdI, “Actes de colloques et journées d’étude (ISSN 1775-4054)”, n° 5, 2013, p. 1-15.

–           « Le romanesque dans l’épique : l’exemple du personnage épico-courtois de Synamonde dans le Bâtard de Bouillon », La courtoisie dans la littérature au Moyen Âge et au XVIe siècle (Journée d’étude, avril 2011), études réunies par Khédija Blaïech-Ajroud et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2017, p. 31-47.

–           « Quand la destinée individuelle prend le pas sur la destinée collective : l’exemple de Baudouin Ier de Jérusalem dans La Chanson d’Antioche et Le Bâtard de Bouillon », Histoire individuelle et histoire collective dans l’œuvre littéraire (Actes du colloque de la FLAHM, février 2014), études réunies par Afifa Marzouki, Sud Éditions, 2017, p. 61-78.

–           « La fonction du nom du héros dans Saladin (XVe siècle) », « Par deviers Rome m’en revenrai errant ». XXe Congrès International de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes (Université de la Sapienza à Rome, juillet 2015), a cura di Maria Careri, Caterina Menichetti e Maria Teresa Rachetta, presentazione di Stefano Asperti, Roma, Viella, Giugno, 2017, p. 357-368.

–           « L’expression de la subjectivité dans l’essai d’ego-histoire. L’exemple de “L’appétit de l’histoire” de Jacques Le Goff et “Le plaisir de l’historien” de Georges Duby », Ecriture de soi, invention de soi dans les littératures française et d’expression française contemporaines. Actes du colloque international du Laboratoire « Intersignes », FSHST, novembre 2016, édités par Jamil Chaker, Emna Beltaïef et Anis Nouaïri, Publications de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 2017, p. 327-349.

–           « Le message de la Danse macabre des hommes au XVe siècle », Vieillesse, maladie et mort dans la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance (Journée scientifique organisée à la FLAHM en décembre 2014), études réunies par Samir Marzouki et Jouda Sellami, Publications de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, 2018, p. 51-66.

–           « Hommages et trahisons dans le Couronnement de Louis », Hommage et transmission dans la littérature et le discours. En hommage aux professeurs Afifa et Samir Marzouki, textes réunis et présentés par Emna Belhaj Yahia-Safi et Sarra Khaled, Tunis, Sud Éditions, 2020, p. 27-42.

–           « Le témoignage en images sur la guerre dans les Essais d’ego-histoire : entre “mémoire vivante” et “mémoire savante” », L’image et son texte, Actes du colloque des 12 et 13 décembre 2018, Revue tunisienne des langues vivantes, Numéro coordonné par Farah Zaïem et Inès Ben Rejeb, Tunis, 2021, p. 133-153.

Journée d’études : Modèles et antimodèles du chevalier entre histoire et fiction

La journée d’études “Modèles et antimodèles du chevalier entre histoire et fiction” se déroulera le vendredi 24 mars 2023 à l’Université de Lausanne (Anthropole 2120).

09h00: Introduction

09h15: Constance Carta (Université de Genève), L’écrit au service de la vie chevaleresque : modèles littéraires et normes de comportement dans l’Espagne médiévale

09h45: Nicola Morato (Università di Bergamo), «Armes et amours» entre France et Italie (XIIIe-XVIe siècle). Transformations littéraires d’une devise  

10h15: Pause

10h45: Jonathan Dumont (Institut für Mittelalterforschung – Österreichische Akademie der Wissenschaften, Vienne), Héroïser la dynastie dans la littérature curiale bourguignonne et française (XVe- XVIe)

11h15 : Discussion animée par les étudiant.e.s

12h15: Repas

14h00 : Alain Corbellari (Université de Lausanne), Preux chevalier ou traître de mélodrame? La fortune contrastée d’Oton de Grandson dans l’historiographie et la littérature modernes

 

Retrouvez tous les détails sur le site de l’Université de Lausanne.

Appel à contributions : Illustrer le “roman national” français (1789-1918)

Nicolas Diassinous (Université d’Avignon, ICTT) nous fait part de la préparation d’un numéro de la revue Utpictura qu’il coordonne avec Nicolas Bianchi (Université d’Aix-Marseille, CIELAM), sur le sujet “Illustrer le roman national français (1789-1918)“. Il s’agira d’interroger la mise en images du “roman national” dans un XIXe siècle étendu, notamment en lien avec le Moyen Âge ou en s’intéressant à l’usage des figures médiévales.

Date limite d’envoi des propositions : 30 avril 2023.

Date d’envoi des articles retenus : 15 janvier 2024.

Parution : mars 2024.

Comité scientifique

Marie-Astrid Charlier, Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRa21
Béatrice Laville, Université Bordeaux Montaigne, Plurielles
Margot Renard, Université de Gand, LARHRA-InTRu
Marie-Ève Thérenty, Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRa21
Anne-Marie Thiesse, CNRS, Pays germaniques – Transferts culturels
Bertrand Tillier, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, CRHXIX
Sylvain Venayre, Université Grenoble-Alpes, LUHCIE

« Enfant,
Tu vois sur la couverture de ce livre les fleurs et les fruits de la France.
Dans ce livre, tu apprendras l’histoire de la France.
Tu dois aimer la France, parce que la Nature l’a faite belle et parce que l’Histoire l’a faite grande. »
Ernest Lavisse, Histoire de France, cours moyen 1ère et 2années, 1948 [1884].

Aux origines du « roman national »

Les historiens l’ont largement démontré : la mythification des racines putatives de la France s’avère très nettement antérieure à la cristallisation de ce que l’on appelle aujourd’hui le « roman national ». Dès le viie siècle, on adjuge en effet au royaume franc des Mérovingiens des origines troyennes prouvant sa supériorité sur l’Angleterre (Frégédaire, Historia Francorum, 660 ; Anon., Liber Historiae Francorum, 727). Et tout le Moyen Âge durant, on continuera de produire ces grands récits monarchiques de la nation française démontrant à chacun la légitimité du pouvoir en place par l’exhibition de chaînes dynastiques remontant à l’Antiquité ou à de grandes figures mythiques comme celle du roi Pharamond. Il reste que ce récit troyen, encore défendu sans succès par quelques entreprises poético-historiographiques du xvie siècle (La Franciade de Ronsard, 1562), verra bientôt s’imposer un récit concurrent, apparu dès les prémices de la Renaissance : celui des origines gauloises du peuple de France, plaidées par les humanistes, et définitivement validées par des Révolutionnaires désireux de se débarrasser d’une légende troyenne trop aristocratique.

Car en 1789, le basculement du pays vers des régimes républicains occasionne un tournant dans l’écriture du récit de la nation, qui fera du xixe siècle l’âge d’or de ce « roman national » visant à cristalliser l’identité collective des Français. La démocratisation de la vie politique du pays, la fortune de l’imprimé (livre et presse), le développement de l’école, la défaite de 1870 puis la Grande Guerre vont, chacun à sa manière, concourir à l’émergence d’un récit assez homogène et massivement diffusé. Ce dernier s’ordonne autour d’événements fondateurs qui lui donnent sa dimension collective, et de figures de grands hommes – souvent monarchiques en dépit du contexte républicain – permettant toutes les projections individuelles. Racialisé et historicisé à la fois (avec la fiction d’une histoire ininterrompue depuis l’Antiquité, qu’on présente comme naturelle à travers des explications ethniques, géographiques et historiques), il s’avère aussi politique et téléologique, puisqu’il vise à donner à la France une place de choix dans le métarécit du Progrès construit par la Modernité : c’est par ce biais qu’il légitimera l’entreprise coloniale.

Dès le début du xixe siècle, quelques publications historiennes constitueront les fers de lance de cette diffusion du « roman national » : celles de Lavisse, bien sûr, avec son petit manuel imprimé par milliers d’exemplaires à compter de 1884 ; ou, avant cela, celles de Louis-Pierre Anquetil (Histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à la fin de la monarchie) ou d’Amédée Thierry (Histoire des Gaulois), succès éditoriaux oubliés du début du siècle qui érigèrent Vercingétorix en héros national et fixèrent les grands traits d’un caractère gaulois dont Goscinny et Uderzo feraient leurs choux gras quelques décennies plus tard. En dépit des interprétations diverses de ce grand roman au fil du temps et des sensibilités politiques, il ne se fissure guère qu’à partir des années 1930, avec les travaux de l’école des Annales, qui en dénoncent les erreurs factuelles et la focalisation événementielle et biographique. Cela, avant que dans une historiographie plus récente, divers pans de l’histoire de France occultés car peu glorieux ne fassent l’objet de l’attention soutenue des historiens, désormais fossoyeurs d’un très polémique « roman » national auquel beaucoup préfèrent l’idée de récit.

Un paradigme exclusivement narratif ? Le roman national et ses images

Car le roman national – son nom l’indique – est fondamentalement lié à un paradigme littéraire : celui d’une narration longue s’accommodant a minima de quelques biais fictionnels. Les parentés avec le genre romanesque sont nombreuses et bien identifiées. Dans le domaine narratif, d’abord, le « roman national » construit une histoire qui, non contente deconfigurer les faits historiques (sélection, organisation, sémantisation), recourt bien souvent à des outils de mise en intrigue (R. Baroni) assez proches de ceux du roman pour s’attirer l’intérêt du public. Sur le plan historique, ensuite, les liens avec le roman ne font plus guère de doute, que l’on pense aux romans prenant la nation pour personnage (L’Invasiond’Erckmann-Chatrian, 1862), ou à ceux qui devinrent « nationaux » parfois presque malgré eux, à l’instar de Notre-Dame de Paris ou des Misérables. Enfin, pour ce qui est de la fiction, la visée du roman national n’a dans l’ensemble que peu à voir avec l’établissement d’une vérité historique. Récit largement idéologique, il est entretenu par des « superstructures » étatiques (école, presse, commémorations, etc.) qui visent à l’imposer de manière hégémonique dans les imaginaires collectifs – d’où son goût pour des figures héroïques largement mythifiées, qu’elles soient singulières (Vercingétorix, Charlemagne, Jeanne d’Arc) ou collectives (Révolutionnaires, morts de la Grande Guerre, etc.).

Mais il est un autre paradigme consubstantiel à la mise en œuvre de ce grand roman de la nation qui paraît avoir été moins interrogé que son fonds romanesque : celui de l’image, qui, très fréquemment, accompagne le roman sur les supports qui l’accueillent. « Ce volume contient des récits qui encadrent des images. Les récits sont quelquefois des descriptions, et les images montrent les objets décrits ; plus souvent, ils sont des anecdotes, et les images montrent les actions racontées. » (Lavisse : 1913) Avec et contre le paradigme narratif, un paradigme de la scène, du portrait, de l’instantané paraît bien souvent jouer, parfois jusqu’à le concurrencer, qui fera l’objet de la réflexion collective portée par ce numéro de la revue Rubriques. Car quel que soit le support envisagé, certains épisodes de l’histoire paraissent mis en valeur au nom de l’effet spectaculaire qu’ils provoquent dans l’imaginaire : l’impact de leur dimension visuelle doit frapper les mémoires et rendre davantage accessible la succession des événements en recourant au modèle théâtral de la scène. Le baptême de Clovis, Jeanne d’Arc au bûcher, les adieux de Louis xvi à sa famille : divers grands moments historiques ont ainsi été synthétisés dans une scène capable de faire tableau pour les imaginaires. Et cette iconographie ne se limite pas aux illustrations de manuels d’histoire : le dessin, la caricature, la photographie de presse, l’illustration romanesque (contemporaine ou postérieure ; directe ou liée à une adaptation dramatique), mais aussi la condensation dramatique (décors, scènes, figures) permise par ce théâtre portant l’histoire de France à la scène – en suivant l’appel poétique de Stendhal à une « tragédie nationale en prose » dans son Racine et Shakespeare (Dumas, Hugo, Rostand, etc.) – ont produit toute une imagerie nationale, articulée à ces discours cherchant à en écrire le roman. Tout se passe ainsi comme si les visées poétiques et idéologiques du roman national appelaient inexorablement sa mise en images à travers des « scènes » susceptibles de marquer les esprits. Comme si un modèle spectaculaire, visuel, iconographique, condensant en un instant l’ensemble du récit, venait se greffer à la structure narrative romanesque agrégeant toutes ces scènes.

Ce sont ces rapports complexes entre l’histoire, le texte et l’image que ce numéro de Rubriques tentera d’examiner, en se concentrant sur un long dix-neuvième siècle courant de 1789 à 1918. Il se voudra avant toute chose une invitation aux spécialistes de littérature, d’histoire, d’arts de la scène, d’études médiatiques ou d’histoire de l’art à produire des analyses d’images en lien avec les textes (quels que soient les supports textuels : livres, manuels scolaires, journaux et revues, pièces de théâtre, etc.). Les études de cas (séries, événements, parcours d’illustrateurs au fil de leurs productions, etc.) autant que les articles de synthèse seront bienvenus. L’un des enjeux de ce collectif sera par ailleurs d’alimenter en amont et en aval la base de données Utpictura18 à laquelle est adossée la revue (https://utpictura18.univ-amu.fr/), et de fournir ainsi aux professeurs et à leurs élèves le matériau iconographique qui leur permettra de nourrir un enseignement critique du roman national.

Axes

Sans nécessairement s’y limiter, les contributions à ce numéro pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

Les stéréotypes et leur évolution

Il s’agirait d’étudier la récurrence et la typification visuelle de personnages (Gavroche et les gamins de Paris, François 1er, etc.), de lieux (Notre-Dame, le Panthéon, etc.) ou d’événements (prise de la Bastille, abolition de l’esclavage, Restauration, etc.) historiques ou fictionnels, afin de dégager les marges respectivement dévolues aux invariants et à l’interprétation individuelle des créateurs : l’espace de l’œuvre ne tend-il pas parfois à se dissoudre dans l’environnement communicationnel et médiatique ? En mettant au jour la fixation progressive ou spontanée de la valeur exemplaire ou contre-exemplaire des invariants de ce grand roman, une observation de ces figures à travers les évolutions axiologiques que supporte leur prise en charge iconographique (complexification, dégradation, disparition, etc.) pourrait par ailleurs contribuer à mieux comprendre la cristallisation et la destinée d’un certain nombre de « lieux de mémoire », qu’ils soient ou non largement reconnus comme tels au sein de l’imagerie nationale.

Supports, techniques et intermédialité

Pourraient s’inscrire dans cet axe toutes les contributions visant à éclairer les rapports entre les nombreux supports convoqués, et en particulier la question du glissement des données textuelles vers un support figuratif. Comment faire coexister, dans l’instant de l’image, plusieurs moments historiques – comment condenser la linéarité discursive dans une construction visuelle évoquant brusquement toute une h(H)istoire ? Qu’est-ce que l’évolution des techniques (progrès de l’imprimerie, apparition de la photographie, etc.) a changé dans la construction par l’image d’un « roman national » ? Quelle influence purent avoir sur ce dernier les supports visuels considérés comme non artistiques (publicité, artisanat, carte postale, etc.) ? On pourrait par exemple s’intéresser à la manière dont sont conçues les illustrations des Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France (poétique, partis pris historiques, répartition des rôles entre écrivains et illustrateurs, influence de l’objet livre, etc.), pour mieux comprendre dans quelle mesure ils façonnèrent les imaginaires du xixe siècle et concoururent, parmi d’autres ouvrages, à une standardisation éventuelle des représentations de l’histoire de France.

Imaginaires nationaux et didactique

Centré sur le grand public, et en particulier sur la réception juvénile, cet axe interrogera la multitude d’ouvrages, d’illustrations de presse, de manuels scolaires ou de recueils pensés pour véhiculer un « roman national » édifiant dans sa représentation de l’histoire et de la géographie du pays (pensons à leur archétype : Le Tour de la France par deux enfants). En interrogeant la dimension didactique et technique (quels partis pris pour interagir à distance avec ces publics ?), mais aussi les dimensions poétique, historique ou idéologique (sélection des épisodes et des personnages, représentation de l’altérité : Allemagne, Angleterre, Orient, etc.), certaines contributions pourraient ainsi éclairer ce que l’image apporte au texte – et réciproquement – au sein d’entreprises éminemment politiques dont la dimension visuelle n’est pas toujours la plus commentée. Cela alors même qu’elles permirent à une puissante imagerie nationaliste de se diffuser auprès de publics particulièrement influençables, en faisant fond sur des médias idoines (presse pour enfants, ouvrages distribués comme prix scolaires).

Les contre-récits

Sur la période du long xixe siècle, face à la stabilisation de formes quasi-officielles du « roman national », émergent fréquemment des récits concurrents, en rupture avec les tendances de leur temps. Qu’ils soient anarchistes, socialistes, pacifistes, anticolonialistes, réactionnaires ou encore féministes, ces contre-récits parviennent parfois à stabiliser un roman concurrent (imagerie vendéenne, production troupière antimilitariste, etc.) ou plus modestement à fournir au public de quoi saper le grand roman de la nation. C’est sur les traces de ces imageries dissonantes que pourrait se lancer le dernier axe de ce numéro : présentent-ils une poétique iconographique différente ? Montrent-ils une affinité particulière avec certains supports (illustrations de recueils de chansons) ? Comment penser leurs interactions avec le récit dominant ? Comment, a contrario, et dans une perspective diachronique, envisager leur succession et leurs interactions (reprises d’images, allusions symboliques favorables ou défavorables) ? Appel à une approche comparatiste du sujet et à une redécouverte de corpus marginaux, cette perspective pourrait accueillir tout à la fois des réinterprétations iconographiques transgressives ou ironiques (parfois tardives) du grand roman de la nation, des appropriations de ce roman par divers illustrateurs étrangers (la commune de Paris vue par l’Allemagne, Napoléon croqué par l’Espagne ou l’Italie, etc.), ou encore la production de récits autonomes contrariant l’image de la France que véhiculaient les discours les plus légitimes dans le champ.

Bibliographie succincte

Christian Amalvi, « La construction des héros nationaux à l’école et au foyer familial, de 1800 à 1914 », in Odile Faliu et Marc Tourret, Héros, d’Achille à Zidane, Paris, BNF, 2007, p. 112-121.

Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

Suzanne Citron, Le Mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les Éditions ouvrières, 1987.

Hugo von Hofmannsthal, Das Schrifttum als geistiger Raum der Nation (Le Livre comme instrument spirituel de la nation), discours du Grand auditorium de l’Université de Münich, 10 janvier 1927.

Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France, Marseille, Agone, 2018.

Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984 (t. 1, « La République »), 1986 (t. 2, « La Nation »), 1992 (t. 3, « Les France »).

Margot Renard, Aux origines du roman national. La construction d’un mythe par les images, de Vercingétorix aux Sans-culottes (1814-1848), Paris, Mare & Martin, à paraître en 2023.

Carole Reynaud-Paligot (dir.), De l’identité nationaleScience, race et politique en Europe et aux États-Unis, xixexxesiècles, Paris, PUF, 2011.

Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales, Paris, Le Seuil, 1999.

Sylvain Venayre, Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation, Paris, Seuil, 2013.

Paul Yonnet, Voyage au centre du malaise français. L’antiracisme et le roman national, Paris, Gallimard, 1993.

Calendrier et consignes

Les propositions d’articles (250-300 mots) devront être envoyées avant le 30 avril 2023, accompagnées d’une courte bio-bibliographie ou d’un C.V., à Nicolas Bianchi (nicolas.bianchi [at] univ-amu.fr) et à Nicolas Diassinous (n.diassinous [at] hotmail.fr).
Le comité donnera sa réponse en juin 2023.
Les articles dont les propositions auront été retenues devront nous parvenir avant le 15 janvier 2024.
Longueur maximale des articles : 60 000 signes, espaces comprises.

Nous vous demanderons de vous conformer aux consignes de mise en page :
https://utpictura18.univ-amu.fr/consignes-mise-en-page-articles
Publication prévue en mars 2024.

Les contributions pourront être rédigées en français ou en anglais.

Jules PLASSART

 

Normalien en histoire médiévale et lettres classiques, Jules Plassart est admis à la fois à l’ENS Ulm et à l’ENS Lyon. Outre le français, l’anglais et l’espagnol, il étudie notamment le grec ancien, le latin, le syriaque et l’arabe.

Appel à textes: Passés politisés

Pour son prochain numéro, la revue en ligne Frontière.s lance un appel à textes sur le sujet “Passés politisés. Usages politiques du passé antique et médiéval au XXIe siècle“, coordonné par Florian Besson, Pauline Ducret et Fabien Bièvre-Perrin.

Date limite d’envoi des propositions (facultatives): 20 janvier 2023.

Date limite d’envoi des articles: 20 juin 2023.

Rien de nouveau sous le soleil : au XXIe siècle, l’histoire continue d’alimenter les réflexions politiques, nourrissant aussi bien le roman national que les récits contestataires, les discours conservateurs aussi bien que progressistes, les arguments d’un camp comme ceux de son opposant… Les faits historiques et le patrimoine s’imposent comme des arguments d’autorité considérés comme objectifs par certains, pour établir des limites ou créer des ponts, fédérer un groupe ou l’opposer à d’autres. Qu’ils se nomment « Reconquête » ou « Renaissance », dans un jeu d’opposition censé refléter l’échi­quier politique, les partis politiques ne s’y trompent pas lorsqu’ils choisissent un nom de baptême.

Pour ce neuvième numéro de Frontière·s, nous invitons les auteur·rice·s à s’intéresser aux usages récents du passé antique et médiéval dans l’élaboration des idéologies et des pratiques poli­tiques contemporaines. Tous les acteurs et actrices de cette construc­tion peuvent être pris en compte, que leur rôle soit conscient ou inconscient, directement politique ou non : politicien·ne·s, membres de la société civile, journalistes, artistes, institutions (étatiques, culturelles, sportives…), etc. Ces acteurs et actrices s’inspirent d’imaginaires collectifs, qu’ils nourrissent en retour, au sein desquels l’Antiquité et le Moyen Âge jouent des rôles dont la diversité et les contradictions peuvent également être analysées.

Les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les usages poli­tiques récents du passé antique et médiéval, depuis le début du xxie siècle jusqu’à l’actualité la plus immédiate. Tous les domaines pourront être abordés, ainsi que tous les médias : les campagnes politiques (affiches, discours, propagande électorale, usages des réseaux sociaux), les discours internationalistes, nationalistes ou séparatistes (par exemple, le choc des civilisations illustré par la bataille des Thermopyles ou un roman national puisant dans des fantasmes historiques ses motifs ou ses combats), la propagande terroriste (comme Daesh à Palmyre, l’invasion du Capitole par les partisans de D. Trump ou les attentats de Christchurch), les réflexions sur la société et ses valeurs (écologie, usages par des minorités, conservatisme, féminisme, afrocentrisme, etc.). Les articles écrits à plusieurs mains, notamment dans des perspectives qui croiseraient les périodes et/ou les disciplines, seront favorablement accueillis.

Calendrier

20 janvier 2023 : proposition facultative de résumés

20 juin 2023 : date limite de soumission des articles complets

Décembre 2023 : parution du numéro

 

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution par e-mail à frontiere-s [at] msh‑lse.fr en précisant leur statut et leur organisme de rattachement. Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1 200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Les auteur·rice·s qui le souhaitent peuvent soumettre dans un pre­mier temps un résumé accompagné de références bibliographiques 5 mois avant la date limite de soumission

Modalités de soumission détaillées sur le site de la revue.

Parution: Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire

Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Paris, Vendémiaire, 2022.

Gentes dames et preux chevaliers, gueux et sorcières, moines rubiconds et inquisiteurs fanatiques, mais aussi Robin des Bois, Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Saladin, Mélusine, le roi Arthur…
Le Moyen Âge est bien plus qu’une période historique : c’est un livre d’images foisonnant où artistes, créateurs et cultures populaires n’ont eu de cesse de puiser, réinventant inlassablement selon leur goût et celui de leur temps enluminures, donjons et cathédrales.
Rassemblant les meilleurs chercheurs sur le sujet, ce dictionnaire, premier du genre, décrypte en plus de 120 entrées cette recréation d’un Moyen Âge fantasmé qu’on désigne sous le nom de « médiévalisme », de Walter Scott à Umberto Eco, de l’Allemagne au Japon en passant par la Turquie et l’Afrique, des romans historiques aux films et séries de fantasy, sans oublier les jeux vidéo, les jeux de rôle, la bande dessinée, la peinture, les fêtes médiévales, la musique et la poésie…
Un bréviaire indispensable pour explorer les mille métamorphoses de ce temps lointain qui obsède notre imaginaire contemporain.

 

Tous les détails sont sur le site de l’éditeur.

Colloque: Châteaux et révolutions

Les XXIXe Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord auront lieu les 23, 24 et 25 septembre 2022 à L’Odyssée (théâtre de Périgueux), salle Grassé, et au Château des Milandes, sur le thème “Châteaux et révolutions“. L’entrée est gratuite et ouverte à tous. Une excursion au Château des Milandes est prévue sur inscription.

Château et révolution ! Deux termes a priori inconciliables. L’un évoque un passé immobile et obsidional, hérissé de remparts, de tours et de girouettes. L’autre est explosif, éruptif, rageur, et précisément destructeur de la verticalité sociale que représente généralement le château. Le cycle révolutionnaire qui, de 1789 à 1848, s’en prend concrètement aux symboles d’une France féodale honnie, domine nos représentations historiques et fantasmatiques de ce couple infernal. Mais conjuguons la formule au pluriel : Châteaux et révolutions. Et voici que se lèvent de multiples acceptions des deux termes et que se nouent entre eux des relations nouvelles, fécondes et riches d’avenir pour le château lui-même et pour ceux qui les occupent. Prenons pour exemple le château des Milandes, au bord de la Dordogne, où nos pas vont nous mener au cours de ces Rencontres. Construit à la fin du XVe siècle, il offre à Claude de Cardaillac une demeure Renaissance lumineuse et confortable bien différente de Castelnaud, la forteresse féodale de son époux, le seigneur de Caumont. Lorsque Joséphine Baker s’y installe 400 ans plus tard avec sa tribu arc-en-ciel et ses goûts hollywoodiens, une autre révolution tranquille s’opère, et une troisième lorsque Angélique de Saint-Exupéry unit les deux châtelaines qui l’ont précédées dans un projet patrimonial, culturel et touristique commun. Palais des merveilles du duc de Berry à Mehun-sur-Yèvre  en pleine guerre de Cent ans ; guerres aux châteaux royaux de Versailles ou de Compiègne pendant la Révolution et menaces sur les châteaux du Périgord ou de la Provence ; révolutions de palais en Russie annonçant le « printemps des tsarines » ; châteaux imaginaires « style Louis XVII », pour mieux défier, dénier le passé ; reconversions en manufacture, en prison, en hôpital, en centre agronomique, en villégiature ou encore en cellules politiques animées par des châtelaines combattives dans le Jura du XIX  siècle. Et brochant sur le tout, Vincennes, qui a tout vu, tout connu, tout subi, de métamorphose en métamorphose, du Moyen Âge à nos jours. Une vingtaine d’archéologues, d’historiennes et d’historiens sont au rendez-vous pour évoquer l’étonnante plasticité du château, enjeu de pouvoir, lieu de mémoire mais aussi véritable laboratoire de modernité à toutes les époques. 

VENDREDI 23 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

8h30  Accueil des participants.

8h45  Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres. 

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

9h00 Eneko Hiriart, Archeosciences Bordeaux, UMR 6034 CNRS – Université Bordeaux Montaigne et Christian Chevillot, ADRAHPCReAAH, UMR 6566, Université de Rennes 1,  La Peyrouse, une agglomération gauloise en Dordogne et son sanctuaire.

9h30 Coralie Demangeot et Amaïa Legaz, Hadès-Archéologie, Des vestiges d’une crise sanitaire tardo-antique dans la nécropole Saint-Seurin à Bordeaux.

10h00 Vanessa Elizagoyen, INRAP – NAOM, Saint-Geours-de-Maremne, Bellocq : un village agro-pastoral antique dans les Landes.

11h15 Juliette Masson, Centre Archéologie Préventive – Bordeaux Métropole, Fossé médiéval et occupation Place Gambetta à Bordeaux : apports de l’archéologie à la connaissance de cet espace pour les périodes médiévale et moderne.

11h45 Christian Scuiller et Nadine Beague, INRAP – NAOM, Nouveau regard sur l’église Saint-Martin de Plazac (Dordogne).

Les châteaux, creuset des innovations architecturales

 14h00 Philippe Bon, conservateur du Musée Charles VII de Mehun-sur-Yèvre, Mehun-sur-Yèvre, la révolution de l’exception.

14h30 Arnaud Prié, chargé d’opération et de recherche à l’INRAP, Charmoilles (Haute-Marne) : de la place forte de frontière du XVe siècle à la résidence. Enquête historique et architecturale.

15h00 Frédéric d’Agay, vice-président de la Fédération Historique de Provence, Renouvellement castral et entrée dans la modernité en Provence à la veille de la Révolution.

 Bouleversements castraux, entre révolutions et révolutions de palais

16h00 Anna Gnedina-Moretti, docteur en science de l’art, Les Révolutions de palais en Russie au XVIIIe siècle.

16h30 Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, château de Versailles, Versailles en Révolution : l’année 1789.

17h00 Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours, Le marquis du Castellet et le château de Dardennes (Toulon, 1790).

17h30 Guy Mandon, inspecteur général honoraire de l’Éducation Nationale, Comment ont survécu mille et un châteaux dans un département montagnard ? la Dordogne de la Grande Peur à la légende de Lakanal (1789-1794). 

 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE                Château des Milandes

 Maisons royales en péril : quels usages dans une Nation sans roi ?

9h30  Thierry Sarmant, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, Le château de Vincennes en révolution, 1789-1803.

10h00 Jean-François Delmas, conservateur général du patrimoine, château de Compiègne, La Révolution et le château de Compiègne.

La persistance de l’emprise castrale : une révolution conservatrice ? 

11h00 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon-2, L’entrée en politique des châtelaines (Jura, 1870-1920).

11h30 Grégoire Franconie, docteur en histoire, Construire un “château Louis XVII” : histoire d’un goût contrefactuel (1793-1968). 

 

15h00 Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire du château des Milandes, Joséphine Baker au château des Milandes : une révolution en Périgord  ?

 Viste du château des Milandes

 

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

 Les châteaux en laboratoire de la modernité économique

9h00  Roger Baury, Université de Lille, Des dommages révolutionnaires à l’échec industriel : le château de Bonneval en révolutions.

9h30  Cécile Dantarribe, doctorante, CEMMC-EA 2958 – Université Bordeaux Montaigne, Quand le château viticole de la Grande Ferrade devient le centre de recherches agronomiques du Sud-Ouest (première moitié du XXe siècle).

Fluidité des identités castrales et mouvance de la mémoire collective

10h30 Simon Guinebaud, attaché de conservation du patrimoine, Dinan, Du palais ducal à la prison militaire : le château de Dinan au XVIIIe siècle.

11h00 Jean Samuel Rouveyrol, docteur en histoire, Une révolution châtelaine : du château à la villa (seconde moitié du XIXe siècle – début du XXe siècle).

12h00 Roger Baury, Université de Lille, Conclusions du colloque 

 

Plus d’informations sur le site de la société organisatrice.

Appel jeunes chercheurs: Un long Moyen Âge? Décloisonner la période médiévale

Après l’édition fribourgeoise en 2022, les Journées d’étude des Jeunes Chercheurs Médiévistes reviennent à l’Université de Genève. Elles se tiendront cette fois-ci uniquement en français,les 9-10 mars 2023. 

Avec Jacques Le Goff, l’idée d’un « long Moyen Âge » est venue bousculer les limites temporelles usuellement établies par l’historiographie. Elle prend sa source dans les travaux de Fernand Braudel sur la périodisation, les temps de l’Histoire et la notion de « longue durée ».  Depuis, les chercheurs et les chercheuses qui ont travaillé sur cette notion ont empiété tantôt sur l’Antiquité tardive, tantôt sur la période moderne, à l’instar des historiens qui se sont intéressés à la transformation des identités entre l’Antiquité et le Haut Moyen Âge (Coumert) ou qui ont observé les rémanences de la société féodale au XVIe siècle (Baschet), des historiens du théâtre et des littéraires qui ont étudié le maintien de pratiques théâtrales médiévales jusqu’au XVIIe siècle (Chocheyras, Doudet, Bouhaïk-Gironès, Koopmans et Lavéant,) ou des philosophes qui ont analysé l’existence d’une seconde scolastique à l’époque moderne (Miner).

Cependant, cette idée provoque aussi des réticences. Ainsi, l’historien spécialiste de la Renaissance Jean-Marie Le Gall affirme que : 

« la médiévistique est partagée entre la tentation de faire durer le Moyen Âge longtemps, très longtemps, parce que la Renaissance serait artificielle et superficielle, et celle de le moderniser précocement afin de cerner la genèse médiévale de la modernité. Et pour ce faire, elle a recours paradoxalement à la notion de Renaissance puisque certains défendent l’existence de renaissances médiévales. Ainsi donc la Renaissance n’existe pas mais elle a plein de rétroprojections au Moyen Âge où naît déjà l’individu, le capitalisme, l’humanisme et la modernité. Étrange paradoxe que celui qui voit une notion inventée pour déprécier le Moyen Âge être récupérée pour le rénover tout en clamant que la Renaissance n’existe pas![1] »

L’objectif de ces Journées sera donc de questionner les pratiques, techniques, conceptions, mentalités, motifs, porteurs d’une ouverture et d’un « décloisonnement » tant en amont qu’en aval de ce qu’on a longtemps défini en négatif comme une époque intermédiaire.  Cette mise en perspective est par nature interdisciplinaire et intégrera donc des communications relevant de domaines variés tels que l’histoire, l’histoire de l’art, la littérature, la musicologie, la philosophie, la linguistique ou encore la philologie. Celles-ci se focaliseront sur des considérations de durée en rapport avec le Moyen Âge occidental. Ce colloque souhaite mettre au centre de ses réflexions plutôt l’ouverture temporelle que l’ouverture spatiale qui reste par ailleurs mieux traitée. Il ne vise pas non plus à interroger les représentations médiévales au sein du monde contemporain dans une perspective de médiévalisme, mais plutôt à rendre compte d’objets spécifiquement médiévaux qui transgressent les limites temporelles canoniques et regardent soit vers l’Antiquité soit vers la modernité. 

Dans ce but, les communications pourront interroger ce qui fait que ces éléments de longue durée sont spécifiquement perçus comme des phénomènes « médiévaux ». Est-ce parce qu’ils naissent au Moyen Âge ou au contraire s’y achèvent ? Est-ce parce qu’ils présentent un aspect jugé « médiéval », que ce soit par les spécialistes ou un public plus élargi ? 

La longue durée paraît induire des adaptations ou des transformations dans la continuité des pratiques ou des idées. Ces modifications sont-elles minimes ou conséquentes, fortuites ou réfléchies, temporaires ou définitives ? Devons-nous les considérer comme des points de rupture ou de simples évolutions, voire de transitions ? Ces évolutions, temps courts au sein du temps long, remettent en question la périodisation par siècle et les temps traditionnels de l’Histoire. C’est notamment le cas de l’« Antiquité tardive », qui peut s’étendre jusqu’au VIIIe siècle, et du « long XVe siècle », qui déborde sur la modernité. Qu’est-ce que ces notions viennent apporter à la perception « classique » des bornes temporelles du Moyen Âge ? Quels dialogues instaurent-elles entre les périodes ? Pouvons-nous les considérer comme des temps de transition ou comme des micro-périodes possédant leur propre cohérence interne ?

Enfin, nous pourrons traiter des rapports qu’entretient le Moyen Âge avec la Renaissance. Faut-il simplement le considérer comme une époque intermédiaire à laquelle la Renaissance fait de l’ombre ?  Les médiévistes vont à l’encontre de cette idée, mais réinvestissent le terme de « renaissance » pour décrire des étapes ayant rythmé la période médiévale telles que l’époque carolingienne ou le XIIe siècle, comme le rappelait Jean-Marie Le Gall.  Nous pourrons réfléchir à cette apparente contradiction et faire émerger un dialogue à partir de l’exploitation de ce même terme dans une perspective de renaissances plurielles.

Nous invitons toutes les jeunes chercheuses et tous les jeunes chercheurs à nous faire parvenir leur proposition de contribution en français, d’une demi-page environ, accompagnée de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche), en format PDF, d’ici au lundi 31 octobre 2022 à l’adresse jcm2023 [at] sciencesconf.org.

Ces Journées donneront lieu à une petite publication, qui consistera en un abstract élargi de 2000 à 2500 mots par communication (bibliographie non incluse), et qui sera mise en ligne sur une archive ouverte pour créer un recueil des actes du colloque. Ces abstracts – demandés dans un second temps – devront être fournis en amont (courant du mois de janvier) et les actes seront publiés quelques jours avant le début des Journées d’étude.   


[1]Le Gall Jean-Marie, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, 2018, p. 27. 

 Pour plus d’information, consulter le site du colloque.

Orientation bibliographique :  

  • Baschet Jérôme, La civilisation féodale : de l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, 2004. 
  • Chocheyras Jacques, Le théâtre religieux en Dauphiné du Moyen Âge au dix-huitième siècle (Domaine français et provençal), Genève, 1975, vol. 128.
  • Coumert Magali, « Transformation of Identities: Barbarians and Romans in the Merovingian Realm », in Effros Bonnie, Moreira Isabel (éd.), The Oxford Handbook of the Merovingian World, Oxford, 2020, pp. 99-116.
  • Doudet Estelle, « Convergences, discontinuités, circulations : pour une histoire connectée du théâtre allégorique européen (XVe-XVIe siècle) », in Nicolas Catherine, Boutet Dominique (éd.), La Question du sens au Moyen Âge, Mélanges Armand Strubel, Paris, 2017, pp. 357-371.
  • Emery Kent, Friedman Russell, Speer Andreas (éd.), Philosophy and Theology in the Long Middle Ages. A Tribute to Stephen F. Brown, Leiden, 2011. 
  • Gibert Stéphane, Le Bihan Jean, Mazel Florian (dir.), Découper le temps ? Actualité de la périodisation en histoire, Atala. Cultures et sciences humaines, 17, 2014.
  • Jaser Christian, Lotz-Heumann Ute, Pohlig Matthias (éd.), Alteuropa – Vormoderne – Neue Zeit: Epochen und Dynamiken der europäischen Geschichte (1200 – 1800), Berlin, 2012.
  • Bouhaïk-gironès Marie, Koopmans Jelle, Lavéant Katell (dir.), La permission et la sanction. Théories légales et pratiques du théâtre (XIVe-XVIIe siècle), Paris, 2017.
  • Le Gall Jean-Marie, Défense et illustration de la Renaissance, Paris, 2018, pp. 27-53. 
  • Le Goff Jacques, Un long Moyen Âge, Paris, 2004.
  • Miner Robert C, « Suarez as Founder of Modernity: Reflection on a Topos in Recent Historiography », in History of Philosophy Quarterly, 18, n°1 (2001), pp.17-36.
  • Monnet Pierre, « Studying the Middle Ages: Historical Food for Thought in the Present Day », in Jones Chris, Kostick Conor, Oschema Klaus, Making the Medieval Relevant, How Medival Studies Contribute to Improving our Understanding of the Present, Berlin, 2019, pp. 277-287.
  • Montorsi Francesco, « Pour en finir avec le Moyen Âge. Remarques sur la diffusion et l’abandon des textes médiévaux au XVIe siècle », in Studi Francesi, 188 (LXIII | II), Lexis Sas, 2019, pp. 301-312.
  • Stahuljak Zrinka, Médiéval contemporain. Pour une littérature connectée. Paris, 2020.

Parution: Le Puy du Faux

Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère, Le Puy du Faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire, Editions Les Arènes, 2022.

Le Puy du Fou séduit chaque année deux millions de personnes. Prenant ce succès au sérieux, quatre historiens et historiennes se sont immergés dans le parc, ont assisté à tous les spectacles et frissonné avec le public. Ils livrent ici une enquête minutieuse et pleine d’humour où apparaît, derrière les effets spéciaux et les décors somptueux, un univers rempli d’erreurs et de simplifications, le tout au service d’une propagande diffuse qu’il s’agit de repérer si on veut la combattre.

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Prix de thèse 2022: Marion BERTHOLET

 

Après délibérations, l’équipe de Modernités médiévales est très heureuse d’annoncer que son Prix de thèse 2022 est décerné à Marion BERTHOLET.

Marion Bertholet a brillamment soutenu en septembre 2020 à l’Université Grenoble Alpes sa thèse en histoire, intitulée “Des Lumières à Sismondi: penseurs et voyageurs face au Moyen Âge italien“.

“Ma thèse en histoire médiévale et moderne s’inscrit dans le sillage des travaux interrogeant les représentations et les interprétations du Moyen Âge. Mon intérêt s’est porté sur la fabrication de l’époque médiévale de la seconde moitié du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, un moment charnière qui a contribué à forger l’imaginaire de l’Europe romantique. Les penseurs des Lumières ont en effet renforcé l’image d’un Moyen Âge européen sombre et rétrograde en fixant un certain nombre de clichés négatifs dont le monde contemporain demeure toujours empreint. Néanmoins, cette idée d’un XVIIIe siècle envisageant de manière monolithique les temps médiévaux a été battue en brèche et c’est pour souligner la complexité de la pensée historique des lettrés de cette époque que je me suis penchée sur leur appréhension de l’Italie.
Je me suis ainsi questionnée sur le processus qui, du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, a inventé le Moyen Âge italien comme une époque singulière : un temps de liberté urbaine et de progrès. Autant de caractéristiques qui tendent à distinguer l’Italie des autres pays occidentaux associés quant à eux à une féodalité rétrograde.
À partir de récits historiques, j’ai mis en exergue la manière dont les penseurs des
Lumières ont créé une exception italienne pour concevoir les évolutions de l’esprit humain, seule la liberté de l’Italie ayant contribué, selon eux, à sortir l’Europe de sa langueur pour entrer dans la modernité. C’est ensuite grâce à l’héritage de ces travaux que Sismondi, dans l’Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge (1807-1818), a définitivement ancré la vision d’une Italie médiévale urbaine, bourgeoise et républicaine, faisant de ce moment l’apogée de l’histoire de la Péninsule. Ces discours ont forgé l’imaginaire des lettrés et c’est pour mesurer ce phénomène que je me suis également penchée sur les pratiques du voyage en Italie : avec la naissance d’un intérêt nouveau pour le Moyen Âge italien, les voyageurs ont en effet tendu à modifier leurs perceptions de l’espace péninsulaire, cherchant les traces d’un passé démocratique dans le Centre-Nord et les restes d’une histoire héroïque et monarchique dans le Sud.
C’est donc à la suite d’un long processus d’interprétation de l’histoire, entamé au XVIIIe
siècle, que l’Italie médiévale s’invente au début du XIXe siècle comme un temps républicain et bourgeois, dominé par la raison, le progrès et la liberté. À cette même époque, les sociétés européennes s’enthousiasment pour un Moyen Âge fantasmé, gothique, féodal, obscur, symbolisé par les brumes, les châteaux, les chevaliers et les magiciens qui peut s’incarner dans des pays comme la France, l’Angleterre ou l’espace germanique. Mais l’Italie ne correspond pas à de telles caractéristiques, la vision de son passé est tout aussi fantasmée et artificielle, mais elle tend à faire appel à d’autres clichés et surtout cela a abouti à l’idée d’une Renaissance italienne qui par contraste avec les temps républicains médiévaux aurait sombré dans la dégénérescence, la violence effrénée, le crime, l’immoralité et les intrigues des cours princières.”

L’association Modernités médiévales accompagnera la diffusion de cette recherche dans le domaine du médiévalisme, sous la forme d’une aide à la publication d’un montant de 500 euros. Toute l’équipe transmet ses félicitations à Marion Bertholet!