Archives par étiquette : formes artistiques

Appel : « Le Moyen Age mort-vivant »

Enluminure contemporaine de Brigitte Marchand-Lapointe

Appel à contributions – Revue TrOPICS, n° 7 (2020) : « Le Moyen Age mort-vivant »
Sous la direction d’Anne-Cécile Le Ribeuz–Koenig et de Marc Arino. Réponses attendues pour le 15 janvier 2019 (délai étendu)

TrOPICS est une revue électronique pluridisciplinaire en libre accès (http://tropics.univ-reunion.fr/accueil/) et à comité de lecture, dirigée par l’Equipe d’Accueil DIRE (Déplacements, Identités, Regards, Ecritures) de l’Université de la Réunion (http://dire.univ-reunion.fr/), dont le fondateur est G. Armand (http://dire.univ-reunion.fr/equipe/guilhem-armand-mcf-9e-section/). Elle propose un numéro thématique par an comprenant des articles, rubriques « Documents » et Varia, en Lettres et Sciences Humaines (arts et littérature, langues et civilisations étrangères, didactique des langues, linguistique, études culturelles, anthropologie et sociologie).

La revue lance un appel à contribution pour son 7ème numéro à paraître courant 2020 et consacré au thème suivant : « Le Moyen Age mort-vivant »


« Les médias ne meurent jamais ; ils peuvent être abandonnés, devenir obsolètes, mais ils ne meurent pas […]. D’autre part, de façon plus positive, les « médias zombies » rendent possibles la réutilisation et le remixage, et permettent de repenser les médias anciens pour produire de nouveaux assemblages, idées, dispositifs et usages. […] Le médias sont partout, de la nature aux animaux, des rues aux écrans, aux sons et à l’électronique ; dans tout ce qui apporte des perceptions, des sensations, des souvenirs »,
(Pour une archéologie des virus. Entretien avec Jussi Parikka, Tracés 21, 2011-2, p. 242-243.)

Quand on s’intéresse à la littérature de la fin du Moyen Age, la réflexion de Jussi Parikka fait immédiatement écho à celle que l’on rencontre dans les textes médiévaux. Se percevant comme de « vieux fils », les écrivains des XIVe et XVe siècles qui puisent leurs matières auprès de l’autorité des anciens, qui cultivent les lettres vernaculaires dans la tradition, depuis deux siècles déjà, s’interrogent sur le renouvellement de leur art. Les écrits de cette période mettent donc en scène la mémoire du Moyen Age par lui-même, et tirent leur créativité des formes et matières anciennes recombinées.

Continuer la lecture