Archives par étiquette : femmes

Parution: Le genre en littérature

Marie-Françoise Berthu-Courtivon et Fabienne Pomel (dir.), Le genre en littérature. Les reconfigurations masculin/féminin du Moyen Âge à l’extrême contemporain, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Cet ouvrage étudie le brouillage des normes et des stéréotypes de genre dans les textes littéraires, du Moyen Âge au XXIe siècle. Ce concept de genre, qui a profondément transformé l’approche des sciences sociales et humaines, restait encore peu exploité dans les études littéraires. Qu’ils soient de l’ordre du jeu, qu’ils relèvent d’une résistance politique ou de perturbations esthétiques, les phénomènes d’hybridation et de réversibilité des codes viennent défier les performances traditionnelles de genre. Si le travestissement reste pendant des siècles l’outil principal du brouillage, la modernité sonde les voies d’un au-delà multiple du genre, allant d’une érotique subversive à des interpénétrations existentielles et identitaires de fond, particulièrement sensibles dans les littératures contemporaines d’expression française de par le monde.

Tous les détails et la possibilité de commande sont sur le site de l’éditeur.

Colloque: Femmes surnaturelles dans la fantasy

Le colloque international « Femmes surnaturelles dans la fantasy et les genres apparentés » se tiendra en ligne, depuis l’Université du Littoral Côte d’Opale, les 3 et 4 juin 2021. Il s’agit d’une manifestation organisée par Marc Rolland, avec la participation de Justine Breton et d’Anne Besson.

Pensez à vous inscrire pour obtenir le lien de connexion Zoom.

Inscription et informations: marc.rolland[at]univ-littoral.fr 

Programme

Jeudi 3 juin

13:00 – Ouverture du Symposium. Présentation de la thématique par Marc Rolland

13:45 – Patricia Gillies (University of Essex): « Zola’s Cosmopoeia : Nana’s Incarnation of Beauty and Death »

14 :15 – Discussion

14:30 – Véronique Liard (Université de Dijon): « Salomé dans le Livre Rouge de C.G. Jung. L’anima, une femme surnaturelle ? »

15:00 – Discussion

15:15 – David Haziza (Columbia University) : « Eva Frank, messie, déesse, sorcière »

15:45 – Discussion

16:00 – Marc Aramini : « The Maternal Threat of the Goddess : Destructive Conception and Redemptive Death in Gene Wolfe’s Fantasies. »

16:45 – Discussion

17:00 – Isabelle Fontaine (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick) : « Daenerys Targaryen et la thématisation du fantomal »

 

Vendredi 4 juin

9:00 – Angélique Salaün (Université de Rouen) : « Guerrières et magiciennes : les évolutions de la fantasy française contemporaine (2017-2020)

9:30 – Discussion

9:45 – Virginie Picot (ULCO) : « Les figures féminines surnaturelles de Viviane et Morgane au XXsiècle. Les œuvres de Jacques Boulenger, Tolkien et Michel Rio »

10:15 – Discussion

11:00 – Joanna Pavlevski-Malingre (Université de Rennes 2) : « Réhabilitation de la fée, réhabilitation de la femme : Mélusine mère de lignages féminins »

11:30 – Discussion

 

13:00 – Justine Breton (Université de Reims) : « Quand surnaturel rime avec sexuel : femmes et magie dans The Witcher »

13:30 – Discussion

13 :45 – Xavier Escudero (ULCO) : Titre à préciser

14:15 – Discussion

14:30 – Jean-Christophe Martin (Lycée Antoine Bourdelle) : « La femme diabolique, fatale ou phallique dans l’œuvre d’Arturo Pérez Reverte »

15:00 – Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Réenchantement sanglant ou fard féérique ‘ECCE ECHO’ ou ‘Comment je l’ai rencontrée’ »

15:30 – Discussion

15:45 – Marc Rolland (ULCO): « ‘My Last Duchess’ : portraits maléfiques et femmes fatales dans Hauntings de Vernon Lee »

16:15 – Discussion

17:00 – Clôture et résumé : Justine Breton

 

 

Parution: Les manuscrits de Christine de Pizan

Sarah Decale, Diamant obscur. Interpréter les manuscrits de Christine de Pizan, Genève, Droz, Publications romanes et françaises 271, 2021.

Les manuscrits des oeuvres de Christine de Pizan (1365 ?-1430 ?) produits sous le contrôle de l’auteur prouvent que, dès le Moyen Age, la présentation des copies est fondamentale pour interpréter et classer les textes littéraires. Quelle pensée et quelles pratiques de la création ces copies révèlent-elles ? Quelle relation la mise en livre des manuscrits entretient-elle avec les genres littéraires ? Cette relation change-t-elle d’un ouvrage, d’un sujet, d’une campagne de diffusion à l’autre ? Que reste-t-il de cette esthétique dans les copies réalisées après la mort de l’auteur ou hors de son contrôle ? En réponse à ces questions importantes et exigeantes, cette étude propose une synthèse à la fois codicologique et littéraire de l’oeuvre de Christine de Pizan, et tout particulièrement de ses dits, ses livres en prose et sa Mutacion de fortune.
Elle conjoint les outils de la codicologie, de la philologie, de l’histoire et de la théorie littéraires, de la narratologie, de la stylistique et de la philosophie. Y sont analysés les témoins médiévaux mais aussi diverses éditions, ouvrages d’éducation et créations littéraires qui ont revisité l’oeuvre du XVIe au XXIe siècle. L’objectif est double : reconstruire les techniques créatives d’un écrivain-éditeur tout en retraçant leurs réceptions possibles et modéliser une théorie de la mise en livre applicable à d’autres corpus manuscrits.

Toutes les informations sont disponibles sur le site de l’éditeur.

Colloque: Fantasy et féminismes

Du  11 au 14 mai 2021, le colloque international « Fantasy et féminismes: Aux intersections du/des genres« , proposé par le CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) se déroulera en ligne, en accès libre.

Il est organisé par Marion Gingras-Gagné (CRILCQ, IREF, UQAM), Pascale Laplante-Dubé (CRILCQ, IREF, Textes et Cultures, UQAM, Université D’Artois) et Marie-Lucie Bougon (Textes et Cultures, Université D’Artois).

 

Ce colloque a pour objectif de réunir des chercheuses et des chercheurs de multiples disciplines et universités afin d’interroger les intersections possibles entre la fantasy et les théories féministes et queer, d’en élargir les possibilités critiques et d’en questionner les a priori. Que peuvent apporter les approches féministes et les études queer aux perspectives développées pour étudier la fantasy en tant que genre, mais aussi les phénomènes faniques, militants et commerciaux qui l’entourent? Comment peut-on aborder les productions de fantasy en évitant de reconduire une perspective binaire, et en s’intéressant plutôt aux dynamiques de genres sexués et aux marges?

Le programme est accessible en ligne et sur la page Facebook de l’événement.

Les inscriptions sont ouvertes et gratuites.

 

 

Appel : Reines de scène et d’écran

« Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série) », appel pour un colloque interdisciplinaire organisé à Rouen les 15-16 octobre 2019.

Date limite : 1er mai 2019.

Les titres et résumés de propositions sont à envoyer conjointement à Ariane Ferry et Sophie Mentzel avant le 1er mai 2019 :
ariane.ferry@univ-rouen.fr  et   mentzelsophie@gmail.com

Ce colloque interdisciplinaire et diachronique, inscrit dans le projet La force des femmes, hier et aujourd’hui, viendra conclure un programme de recherche sur la figure de la reine et ses évolutions dans les arts de la scène et de l’écran, l’un des axes du Cérédi, et interroge les représentations de l’exercice du pouvoir par les femmes.

Les deux premières journées d’étude (Reines de théâtre de la première modernité en Europe, 12 juin 2018 ; Reines de théâtre de la fin du XVIIIe au XIXe siècle, 19 novembre 2018) ont permis de faire émerger un certain nombre d’actrices de l’histoire européenne devenues de grandes figures de la scène en France, Espagne, Allemagne et Angleterre.

Le cycle s’achèvera avec un colloque intitulé Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série)qui aura lieu les 15 et 16 octobre 2019 à l’Université de Rouen Normandie. On y abordera les reconfigurations successives de ces actrices de l’histoire et les émergences de nouvelles figures royales dans une perspective intermédiale (théâtre, cinéma et séries). Une partie du colloque sera consacrée aux écritures scéniques de la fin du XIXe siècle (Sardou, Jarry, etc.) à la période contemporaine (Howard Barker, Normand Chaurette, Victor Haïm), en passant par Montherlant, ainsi qu’aux mises en scène de « classiques avec reines » (Vilar, Ostermeier). Une autre sera consacrée aux productions audiovisuelles depuis les débuts du cinéma et à leur traitement des personnages de reines, historiques ou imaginaires – très présents ces derniers temps sur les petits (The CrownReignMarie-Thérèse d’AutricheGame of Thrones) et grand écrans (Les Adieux à la reineMarie-AntoinetteThe FavouriteMary Queen of Scots) : on y examinera le recyclage des figures déjà largement préconstruites par le théâtre et la fabrique de figures composites dans des genres et des formes cinématographiques variées de Visconti à Walt Disney, de Ernst Marischka (Sissi) à Sacha Guitry, Patrice Chéreau, Stephen Frears, Benoit Jacquot, Yórgos Lánthimos, etc.

Il s’agira enfin d’interroger l’engouement durable pour les figures royales féminines dans les productions théâtrales, cinématographiques et sérielles d’un point de vue narratif, esthétique, sociologique et idéologique.

Présentation générale du projet et des axes de recherche de Reines en scènes

De la sinistre Cléopâtre de Rodogune de Corneille aux troubles personnages de Shakespeare (Gertrude ou Lady Macbeth), de la pathétique Marie Stuart de Schiller à la versatile Marie Tudor de Hugo, de la bluette des Sissi de Ernst Marischka aux images sanglantes et aux complots de La Reine Margot de Chéreau ou de Game of Thrones, la représentation de la reine sur la scène et à l’écran semble osciller entre les feux contradictoires de la simplicité et de l’usurpation qui, tous deux, la privent de la nécessaire transcendance monarchique : humaine trop humaine, la souveraine qui accède au pouvoir est mise en scène comme un personnage hybride, pris entre les attendus d’une fonction glorieuse et la réalité de ses pulsions mortifères… ou domestiques. Si elle incarne le pouvoir, elle semble fragilisée de l’intérieur par ses passions, ses pulsions, ses rêves ou ses remords. En cela, n’est-elle pas un vecteur privilégié de la fable théâtrale et cinématographique ? Comment son ambivalence est-elle mise en scène et fait-elle spectacle ?

Un tel questionnement s’inscrit dans les axes de recherche du Cérédi :

  • Il s’intéresse aux arts de la scène et de l’écran, en explorant tout à la fois le domaine de la représentation théâtrale et, à partir du XXe siècle, ceux du cinéma et des séries. Entre Lady Macbeth et Cersei Lannister de Game of Thrones quels invariants de la royauté au féminin retrouve-t-on ? Quels changements note-t-on ?
  • Il se rapporte également à la réception créatrice des œuvres et à leur transformation à travers les attendus de la représentation de la reine et leur évolution : la figure de la reine ne s’actualise pas de la même façon au XVIIe siècle et au XXIe siècle, dans un genre ou un autre, une culture ou une autre. Dans quelle mesure les réalités sociales et politiques du siècle interviennent-elles dans les reconfigurations de cette figure du pouvoir, par ailleurs soumises aux évolutions de l’imaginaire collectif ? Les spectateurs sont-ils plus favorables aux reines aux époques où elles règnent (époque élisabéthaine, époque contemporaine) ou, paradoxalement, la force de l’imaginaire isole-t-elle le fantasme du pouvoir féminin de sa réalité sociétale pour produire des personnages déconnectés des réalités politiques ou des sources historiques ?

Inscrit dans le programme de recherche sur La Force des femmes, hier et aujourd’hui, qui vise, entre autres, à interroger les présupposés idéologiques accompagnant la mise en scène passée et contemporaine du pouvoir au féminin, ce cycle de journées d’études examinera les spécificités de la représentation des figures de reine en France et en Europe, du XVIe au XXIe siècle.

Divers axes de réflexion sont proposés :

  • Comment et pourquoi la reine est-elle un instrument majeur du spectaculaire ?
  • Quel(s) traitement(s) lui réserve-t-on sur les scènes ou sur les écrans ?
  • Sa mise en scène évolue-t-elle avec la place des femmes dans la société, ou demeure-t-elle une éternelle variation sur les motifs de la victime et/ou de l’usurpatrice ?
  • Quelles sont les figures marquantes de reines, que l’on retrouve sur les scènes et les écrans d’Europe (Marie Stuart, Elisabeth I et II, Marie-Antoinette…) et quel est leur statut dans l’imaginaire collectif ?
  • Enfin, comment définir « l’emploi » de reine dans la hiérarchie théâtrale et quels « monstres sacrés » façonne-t-il au théâtre et au cinéma ?

Quelques problématiques aussi :

  • La reine est-elle une femme comme une autre ? Et, dans ce cas, comment peut-elle incarner le pouvoir ?
  • Quel est l’écart entre les attendus de la représentation d’un roi et d’une reine ?
  • La reine serait-elle une métaphore des faiblesses du pouvoir ?
  • Quelles différences entre les reines de la scène française, où s’applique la loi salique, et celles de la scène anglaise ?
  • Comment expliquer que l’emploi de roi disparaisse de la grille française des emplois au XIXsiècle tandis que celui de reine demeure ?
  • Comment les personnages de reines forgent-elles les monstres sacrés de la scène et les vedettes du cinéma et du petit écran ?

Les journées d’étude et le colloque seront suivis de la publication d’un volume collectif intitulé Reines en scènes.

Virginie THOMAS (CPGE Lycée Champollion)

Virginie THOMAS est professeur agrégée d’anglais, docteur de l’Université Grenoble 3 en Langues et Littératures Etrangères et qualifiée aux fonctions de MCF pour la 11e section.

Elle est professeur en Khâgne Ulm et Lyon au Lycée Champollion (Grenoble) où elle enseigne la littérature anglophone et la traduction.

Elle a consacré sa thèse à l’étude des représentations de la femme dans les transpositions des légendes arthuriennes dans la littérature et dans l’art britanniques du XIXe siècle au début du XXe siècle.

Ses principaux domaines de recherche:

– Les transpositions britanniques de la matière de Bretagne au XIXe siècle

– La représentation de la Femme Fatale dans la peinture préraphaélite

– La relation texte-image

 

Ses dernières publications:

– « Le portrait de la femme fatale dans l’œuvre de Frederick Sandys : entre séduction et sidération » dans La Séduction de l’image 1, revue L’Atelier vol. 8 n°2, 2016.

http://ojs.u-paris10.fr/index.php/latelier/article/view/460/html

– « Le Renouveau arthurien ou le monde de Camelot à l’épreuve de l’éthique victorienne. L’exemple de ‘Tristram and Iseult’ de Matthew Arnold » dans Le Néo. Sources, héritages et réécritures dans les cultures européennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, pp.153-167.

– « Balin à l’époque victorienne: De Malory aux réécritures de Tennyson et de Swinburne ». Bulletin des Anglicistes Médiévistes (AMAES) n°86, hiver 2015, pp. 69-100.

– « L’Emergence de l’écriture d’A. C. Swinburne : des Préraphaélites à Turner », revue Textimage. Varia 4, 2014.

http://www.revue-textimage.com/09_varia_4/thomas1.html

– « The Female Body in Frederick Sandys’s Paintings, or the Sublimation of Desire », chapitre d’ouvrage collectif dans Sensational Visual Pleasures in Cinema, Literature and Visual Culture. The Phallic Eye. Ed. Gilad Padva and Nurit Buchweitz, Palgrave Macmillan, 2014, pp. 277-288.

– « The Waste Land de T.S. Eliot: de la quête du Graal à la quête d’une écriture post-apocalyptique » dans Le Graal: genèse, évolution et avenir d’un mythe. Ed. Danielle Buschinger, Presses du Centre d’Etudes Médiévales, 2014, pp. 321-330.

– « ‘The Lady of Shalott’: le corps féminin confronté aux carcans idéels victoriens ». Logosphère. Revue d’Etudes Linguistiques et Littéraires (Université de Grenade) vol. 9 « Cor(p)sages de femmes », pp. 191-203.

– « ‘Tristram of Lyonesse’ de Charles Algernon Swinburne, ou l’amour transcendé par le destin », dans Tristan et Yseut, ou l’éternel retour. Ed. Danielle Buschinger, Presses du Centre d’Etudes Médiévales, 2013, pp.333-343.

– « La Méduse Viviane dans l’art victorien » dans « Peut-on regarder Méduse », revue MuseMedusa, Université de Montréal, 2013.

http://musemedusa.com/dossier_1/thomas/

Colloque « Femmes sauvages »

Colloque international « La femme sauvage dans les arts et les lettres »

13 et 14 octobre 2016

Université Rennes 2

Les relations entre nature et culture, entre l’homme et l’animal, constituent un des grands champs qu’abordent actuellement les recherches en humanités. Après les journées d’études organisées à Toulouse[1]autour de la définition et de la caractérisation des traits de l’homme sauvage, dans une perspective à la fois diachronique et transdisciplinaire, le colloque de Rennes, les 13 et 14 octobre 2016, sera consacré à l’homme et à la femme sauvages, dans les arts et la littérature à travers les époques.

Collaboration entre quatre laboratoires regroupant des littéraires et des historiens de l’art (FRAMESPA et ELH/PLH de Toulouse 2, CELLAM et HCA de Rennes 2), ce colloque invite à examiner dans les lettres et les arts d’une part la définition et la caractérisation de la femme sauvage et l’évolution de ce motif, d’autre part les relations entre hommes et femmes sauvages.

Comité d’organisation : Bruno Boerner, Christine Ferlampin-Acher et Marie Jacob

[1] Sophie Duhem, FRAMESPA, Toulouse 2, Cristina NOACCO, ELH/PLH, Toulouse 2.

Programme

Jeudi 13 octobre
Continuer la lecture