Archives par étiquette : fantasy

Journée d’études : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

La journée d’études “La fantasy, un genre à l’état sauvage ?“, organisée par Pierre Audran, Anne Besson, Olivier Clerc, Charlotte Duranton, Romain Guillaud-Bataille, Marie Kergoat, Pascale Laplante-Dubé, Raphaëlle Raynaud et le laboratoire “Textes et Cultures”, se déroulera à la Maison de la recherche de l’Université d’Artois (Arras) le 14 mars 2024. La journée sera également accessible en visio-conférence (Zoom).

Programme

9h30 Mot d’accueil

Introduction : Raphaëlle Raynaud

10h-11h15

Session 1 « À l’écoute de la terre : langage et spiritualité »

10h Anne Wattel (Univ. Lille), « “Ils ne savaient même pas lire l’aubergine”! En fantasy, la terre ne s’est pas encore tue… »

10h30 Myriam White-Le Goff (U. Artois), “Le sauvage par-delà la nature dans l’œuvre de Hayao Miyazaki »

11h : discussion

11h15 : Pause

11h30-12h30 

Session 2 « Des sorcières et des dieux. Le surnaturel au secours de la nature »

11h30 Olivier Clerc « Thor, de la mythologie scandinave à la deep ecology : l’exemple de la série Ragnarok »

12h Jaïlys Duault (U. Rennes 2) : « L’effet fantasy comme ensauvagement : pistes de réflexion »

12h30 : discussion

12h45-13h45 : déjeuner

14h-15h 

Session 3 : « Franchir la frontière : par-delà civilisation et sauvagerie »

14h : Julien Bellin (Univ. Montpellier 3) : « Les frontières de la sauvagerie dans les mondes secondaires de la fantasy »

14h30 : Fabien Ronco (UQAM) : « Brokilon, dernier rempart “sauvage” contre l’humanité ? »

15h : discussion

15h15 : Pause

15h30-16h30

Session 4 : « Fantasy steampunk ? »

15h30 : Nemo A. Butler (UQAM) : « Ambregris, champignons et tentacules : pour une pratique d’écriture désanthropocentrée en fantasy »

16h : William Blanc : « Un elfe et un automate sont sur un bateau à vapeur… Pourquoi la fantasy et le steampunk font-ils bon ménage ? »

16h30 : discussion

 

Colloque : Vous êtes dans une taverne…

Le colloque interdisciplinaire “Vous êtes dans une taverne… Retour sur 50 ans de jeux de rôle“, organisé par William Blanc, Justine Breton, Laurent Di Filippo, Stéphane Goria, Stacie Petruzzellis et Audrey Tuaillon Demésy, se déroulera à l’Université de Metz les 27 et 28 mars 2024. Il s’achèvera par une soirée de jeux de rôle (inscriptions à venir).

Programme

Mercredi 27 mars

 9h30 : Accueil des participants

 10h : Ouverture et mots de bienvenue

10h15 : Introduction du colloque

Session 1 – Raconter des histoires : fabriquer des imaginaires ?

Modération : Stéphane Goria

11h : Henri Desbois. Suppléments cartographiques. Les géographies parallèles de L’Appel de Cthulhu

11h30 : William Blanc. Comment s’invente un univers de fantasy rôlistique : le cas de Runequest.

12h : Pause déjeuner

Session 2 – L’altérité ludique : les personnages

Modération : Justine Breton

14h : Jean-Charles Ray. Ce que la lumière doit aux ténèbres. Le monstre horrifique dans l’évolution du jeu de rôle sur table, de l’opposition à l’incarnation

14h30 : Albert Leparc. Du brigand médiéval au « bandit » : origines et évolutions d’un adversaire universeldans les jeux de rôle.

15h : Pause café

Session 3 – Émergence et structuration d’une pratique ludique

Modération : William Blanc

15h30 : Benjamin Quénu. De l’art de sortir de l’auberge : le jeu de rôle, histoire d’une subculture en quête de légitimité

16h : Arthur Lefèvre. Les mémoires écrites d’un jeu oral. Conditions méthodologiques d’une histoire du jeu de rôle

16h30 : Sanne Stijve, David Robert et le GROG. L’histoire du jeu de rôle au regard du Guide du Rôliste Galactique

17h : Pascal Martinolli. Évolution historique et analyse bibliométrique de la recherche académique sur le jeu de rôle sur table dans les publications universitaires

17h30 : Fin de journée

 

Jeudi 28 mars

9h30 : Accueil des participants

Session 4 – Culture ludique étendue : approche transmédiatique

Modération : Audrey Tuaillon Demésy

10h : Adrien Charannat. Une histoire transmédiatique du jeu de rôle

10h30 : Anne Besson. Les romans de fantasy ludique chez TSR (1984-1995)

11h : Martin Carayol. Roland C. Wagner et la formation d’une culture littéraire rôlistique : la rubrique « Inspirations littéraires » de Casus Belli entre 1985 et 1999

11h30 : Philippe Lépinard. 50 ans de jeux de rôle et… 200 ans de wargaming. Aventures croisées et perspectives ludopédagogiques

 12h00 : Pause déjeuner

13h30 : Entretien avec Jean Balczesak. Laurent Di Filippo

14h15 : Pause café

Session 5 – Créer un univers : les mécaniques ludiques

Modération : Stacie Petruzzellis

14h30 : Bastien Wauthoz. Évolution du game design des jeux de rôles d’horreur lovecraftienne

15h : Coralie David et Jérôme Larré. Encoder la culture dans le jeu : le cas des jeux de rôle Reaganiens

15h30 : Simon Bréan. Cristalliser l’agentivité ludique : variations sur la fiche de personnage

16h : Conclusion du colloque. William Blanc, Justine Breton, Laurent Di Filippo, Stéphane Goria, Stacie Petruzzellis et Audrey Tuaillon Demésy

16h30 : Fin du colloque

19h : Soirée JDR

ZaCasta (Université d’Artois)

Isabelle Rachel Casta, dite ZaCasta, est Professeur des Universités émérite en Littérature française (9ème section) de l’Université d’Artois.

Thèmes de recherche : La sérialité, les « thanatofictions », et ce qu’on a coutume d’appeler l’urban gothic ou la « gaslamp romance » permettent d’intenses explorations, où se recroisent, de façon germinative, toutes les sciences humaines – dominées bien sûr par les questionnements esthétiques. C’est sur cette « porosité » que portent essentiellement mes travaux, à la lumière des apports de Jacques Bouveresse, Bruno Latour ou Henry Jenkins.

Mots clefs : littératures noire, fantastique et criminelle ; cultures sérielles ;  production « young  adult » ; dark fantasy ; Alexandre Dumas ; Jules Verne ; Gaston  Leroux ; Julien Gracq.

 

I) Titres universitaires

Maîtrise de littérature comparée sous la direction de M. Meyer, Université de Paris-X – Nanterre : «  L’imaginaire de la décadence chez Alfred de Vigny, Anatole France, et Ernst Jünger. » Mention : Très bien

Agrégation des Lettres modernes

DEA de littérature comparée à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Mme le Professeur J. Levi-Valensi :  ” L’enjeu intertextuel dans le récit policier “. Mention : Très bien

Thèse de doctorat : “ Le corps comme territoire de fiction dans quelques romans de Gaston Leroux ”, sous la direction de Mme le Professeur J. Levi-Valensi, UPJV. Membres du jury : Mme Levi-Valensi, MM. Michel Jarrety, Jean Bessière et Jean-Paul Colin. Mention : Très honorable à l’unanimité, avec félicitations du jury

Habilitation à diriger des recherches, s/d Mme le Professeur Marie Dollé, 9 décembre 2005. Note de synthèse : L’œuvre criminelle : une charte des solitudes. Membres du jury : Mme Marie Dollé, MM. Colas Duflo, Christian Chelebourg, Charles Grivel, Denis Mellier et Jean Bessière

 

II) Publications

Ouvrages

Le Corps comme territoire de fiction dans quelques romans de Gaston Leroux, thèse, Université de Picardie, 1992, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1998, 573 p.

Le Travail de l’obscure clarté dans Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux, Minard, “ Archives des Lettres modernes ”, n° 268, Paris, 1997, 79 p., rééd. 2023

Nouvelles Mythologies de la mort, Champion, “ BLGC ”, 2007, 228 p.

Étude sur Le Mystère de la chambre jaune et Le Parfum de la dame en noir, de Gaston Leroux, (co-auteur : Vincent Vanderlinden), coll. Résonances, éditions Ellipses, Paris, 2007, 128 p.

Pleins feux sur le polar, « 50 questions », coll. dirigée par Belinda Cannone, Klincksieck, Paris, automne 2012, 206 p.

La « trilogie des Ombres » :

tome 1 : Au comble des fictions, jeux intertextuels et récits policiers, éditions universitaires européennes, Stéphanie Guberschi ed., Sarrebruck, automne 2016, 73 p.

tome 2 : A la tombée des temps : Un romanesque de la Chute ?  éditions universitaires européennes, Victoria Sereptica ed., Sarrebruck, mars 2017, 196 p.

tome 3 : Une charte des solitudes : figures du Mal et Rédemption, éditions universitaires européennes, Victoria Sereptica ed., Sarrebruck, juillet 2017, 157 p.

Point

Direction et co-direction d’ouvrages collectifs

De la lecture de romans au roman de la lecture, Isabelle Casta et Anne Delbrayelle dir., Actes du GRILEF, IUFM d’Amiens – CRDP, Amiens, 2000, 83p.

Autour du texte référentiel, Isabelle Casta et Philippe Antoine dir., Actes du GRILEF, IUFM d’Amiens – CRDP, Amiens, 2002, 103 p.

La Littérature dans les Ombres : Gaston Leroux et les œuvres noires, études réunies par Isabelle Casta editor, Minard La Revue des Lettres modernes, “ Icosathèque ” 21, 2002, 249 p.

Le Chaste et l’Obscène, études réunies par Isabelle Casta editor, Publibook éditions universitaires, Paris, 2004, 157 p.

« Si d’aventure…. » : La Littérature d’exploration a-t-elle vécu ?, études réunies par Isabelle Casta editor, éditions Le Manuscrit, Paris, 2009, 271 p.

« L’amour est plus froid que la mort » : l’énigme du mal en littérature de jeunesse, études réunies par Isabelle Casta, Cahier Robinson n°37, Presses Universitaires d’Artois, mars 2015, 220 p.

« Soigner, guérir, occire… en littérature de jeunesse», études réunies par Isabelle Casta, Cahier Robinson n°43, Presses Universitaires d’Artois, mars 2018, 182 p.

Quand être mort n’est pas une fin, I.R Casta dir., La Revue des Lettres Modernes, coll. « Écritures de jeunesse », C. Chelebourg ed., Minard-Garnier, mars 2019, 189 p. [Présentation]

Enquêtes et réels, I.R Casta dir., La Revue des Lettres Modernes, coll. « Séries policières » n° 1, I.R. Casta éd., Minard-Garnier, juin 2020 [Marginalia n°103, Norbert Spehner ; Lettre sur la Recherche TEC, 16-20 mars 2020 ; critique par H. Truelove, Rocambole, numéro 91/92, été-automne 2020, p. 314-315]

Buffy tueuse : toutes les fables de ta vie, Isabelle Casta dir., Revue Pardaillan n°9, automne 2020, édition La Taupe Médite, Luce Roudier ed., 164 p. [Lien]

D’entre les morts… revenir en séries ? Cultural Express, 2021, [En ligne]

Quand le polar ausculte les abîmes, I.R Casta dir., La Revue des Lettres Modernes, coll. « Séries policières » n° 2, I.R. Casta éd., Minard-Garnier, 2021

Figures de Justicier(ère)s, du réalisme au surnaturel, I.R. Casta, co-dir avec Cédric Hannedouche, Cahier Robinson, 2e semestre 2021

« Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels », direction d’un numéro de Cultural Express (Mathieu Freyheit et Victor Piégay ed.)
Plan du numéro
Présentation (octobre 2022)

« À l’Est de l’étoile Polar, Paul Bleton dir., La Revue des Lettres Modernes, coll. « Séries policières » n° 3, I.R. Casta éd., Minard-Garnier, 2023  
Annoncé dans Lettre de la Recherche TEC du 27/01/2023 et Nouvelles parutions Garnier du 26 janvier 2023 [Lien], ainsi que dans LPCM [Lien]

Volumes à paraître 

« Polars fantômes : séries et surnaturel », La Revue des Lettres Modernes, coll. « Séries policières » n° 4, I.R. Casta éd., 2025 [Lien]; annoncé dans LPCM [Lien]

 
Page personnelle et bibliographie complète : http://textesetcultures.univ-artois.fr/annuaire-des-membres/professeurs-et-mcf-habilites/isabelle-rachel-casta 
 
Contact : zacasta [at] wanadoo.fr

Parution : Amazones et femmes sauvages

Elise d’Inca et Florie Maurin (dir.), Amazones et femmes sauvages de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Figures féminines mythiques qui traversent les siècles, l’Amazone et la femme sauvage ont bien des liens qu’il s’agit d’examiner. Le présent ouvrage vise à interroger leurs évolutions et leurs reconfigurations, à travers des contextes littéraires et artistiques pluriels depuis le Moyen Âge.

Cet ouvrage propose une approche transversale et transmédiatique, qui met en regard deux figures complémentaires à travers les siècles : l’Amazone et la femme sauvage. Si toutes deux traversent les imaginaires, leur représentation varie fortement d’une époque et d’un espace à l’autre, se confondant parfois mais constituant le plus souvent deux facettes distinctes d’une féminité observée avec méfiance. Les articles regroupés ici par Elise d’Inca et Florie Maurin empruntent notamment aux gender studies, et accordent une place intéressante au médiévalisme, en particulier dans la troisième partie intitulée “Filles et femmes sauvages dans la fantasy et les littératures de jeunesse”. Certes, tous les modèles évoqués n’appartiennent pas purement au médiévalisme, mais le caractère transversal de l’ouvrage montre bien qu’il s’agit là d’un sujet justement large, et qui puise dans de nombreuses époques et dans divers courants de pensée.

Comme le souligne Christine Ferlampin-Acher en préface, ce volume, en faisant suite aux travaux déjà menés sur l’homme sauvage et l’enfant sauvage, “comble un vide laissé par la recherche antérieure et permet d’évaluer à nouveaux frais ce que les imaginaires actuels doivent (ou non) au Moyen Âge, réel ou fantasmé.” Ce “ou non” discret prend tout son sens ici, puisque les articles soulignent bien que l’imaginaire des Amazones et des femmes sauvages a finalement moins à voir avec l’époque médiévale elle-même qu’avec ses réverbérations médiévalistes. Plusieurs chapitres posent la question du caractère “subversif” de ces figures féminines, individuelles ou collectives, et ce faisant ils interrogent les valeurs extérieures plaquées sur les représentations à différentes époques. La conclusion, proposée par Elise d’Inca et Florie Maurin, rappelle ainsi : “L’une de leurs principales caractéristiques réside certainement dans leur capacité à résister : à l’autre, à des sociétés qui leur sont étrangères, mais aussi à l’éoculement du temps.” Un prolongement intéressant pourrait d’ailleurs sûrement être trouvé dans l’étude du réinvestissement de ces figures d’Amazones et de femmes sauvages dans les luttes sociales et politiques féministes. Parce qu’elles sont de plus en plus réappropriées, passant d’images de l'”autre” à celle d’un “autre possible”, les Amazones et les femmes sauvages semblent, d’après les autrices, constituer un motif pérenne.

Table des matières

Christine Ferlampin-Acher. Préface   7

Élise dInca et Florie Maurin. Introduction   11

Première partie : FIGURES GUERRIÈRES ET FEMMES SAUVAGES MÉDIÉVALES DE LORIENT À LOCCIDENT

Seyedeh Fatemeh Hosseini Mighan. Les femmes guerrières dans le Shâhnâmeh de Ferdowsi   23

Élise dInca. Les Amazones dans les romans antiques du xiie siècle. Une figure de la subversion entre merveilleux et réalisme ?   43

Maline Kotetzki. Une mère démoniaque – une matriarche démonisée ? Approche intersectionnelle du personnage de Lespiâ, merwîp, issu du Wigamur   67

Deuxième partie : REPRÉSENTATIONS DE LAUTRE SAUVAGE
ET GUERRIER DEPUIS LA RENAISSANCE

Pauline Durin. Femmes rebelles et animalité dans le théâtre anglais
de la première modernité    91

Viktoriia Kokonova. LAmérindienne dans les récits viatiques français du xviie. Une nouvelle « femme sauvage » ?   115

Rose Borel. Les visages ambivalents de laltérité féminine dans True at First Light dErnest Hemingway   137

Patrick Teichmann. « Lamazone de la Chouannerie ». La déconstruction du topos
de la femme guerrière dans Le Chevalier des Touches de Jules Barbey dAurevilly   159

Jelena Zečević. Les Guérillères de Monique Wittig et Titane de Julia Ducournau. Deux représentations contemporaines de la femme sauvage   185

Troisième partie : FILLES ET FEMMES SAUVAGES DANS LA FANTASY ET LES LITTÉRATURES DE JEUNESSE

Angélique Salaun. La sauvageonne en fantasy. Figure essentialiste ou modèle écoféministe ?   205

Clémence Huguet. Les femmes sauvages dans lunivers du Sorceleur. Détour par la forêt de Brokilone   225

Florie Maurin. Se diluer dans lautre, se fondre dans lailleurs. Lensauvagement de Violette Hurlevent, une quête pour se trouver   243

Sarah Ghelam. La fille sauvage est-elle une figure subversive de lalbum jeunesse ?   265

Élise dInca et Florie Maurin. Conclusion   289

Remerciements   293

Index des personnages   295

Résumés des contributions   299

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Colloque : Dérives guerrières au Moyen Âge et au XVIe siècle

Le colloque international “Dérives guerrières au Moyen Âge et au XVIe siècle“, organisé par le laboratoire de recherche “Analyse Textuelle, Traduction, Communication”, se déroulera les 1e et 2 décembre 2023 à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba à Tunis. La troisième séance sera spécifiquement consacrée à une perspective médiévaliste.

Programme

Le vendredi 1er décembre 2023

Salle Ahmed Brahim

9h00 : Introduction 

• M. Moncef Taieb (Université de la Manouba, Doyen de la FLAHM) : Mot d’accueil. 

• Mme Lamia Ben Abid (Université de la Manouba, Directrice de l’École Doctorale) : Présentation de l’École Doctorale.

• Mme Farah Zaïem (Université de la Manouba, Directrice de l’ATTC) : Présentation des activités du laboratoire. 

• Mme Jouda Sellami (Université de la Manouba, coordinatrice du colloque) : Introduction. 

1ère séance : Dérives guerrières au Moyen Âge

Modérateur : M. Jean-Paul Deremble

9h30-9h50 : M. Samir Marzouki (Université de la Manouba), « La bataille de Roncevaux : de l’événement historique aux dérives épiques du récit de guerre dans la Chanson de Roland »

9h50-10h10 : Mme Hela Ouardi (Université de la Manouba), « Violence et jouissance en islam : les femmes comme butin » 

Discussion 

Pause-café

2ème séance : Dérives en contexte de reconquista et de croisade

Modérateur : M. Samir Marzouki 

10h40-11h00 : M. Jean-Paul Deremble (Université de Lille), « L’art de mettre en images les croisades : une sublimatio de la violence ? Le vitrail de Charlemagne de la cathédrale de Chartres »

11h00-11h20 : Mme Jouda Sellami (Université de la Manouba), « L’écriture du massacre au temps des croisades : lectures croisées »

11h20-11h40 : Mme Hajer Lahmar (Université de la Manouba), « La poétique de la guerre dans l’œuvre de Bertran de Born »

Discussion

12h00-13h30 : Pause déjeuner

3ème séance : Représentations médiévalistes

Modératrice : Mme Hela Ouardi

13h30-13h50 : Mme Tasnime Ayed (Université de Monastir), « Les enjeux génériques des dérives guerrières dans la fantasy médiévaliste »

13h50-14h10 : M. Mohamed Anis Abrougui (Université de Gafsa), « Le Moyen Âge entre 1991 et 1995 ou étude du Moyen Âge dans Orages en terre de France de Michel Pagel »

14h10-14h30 : M. Sabry Néji (Université de la Manouba), « Arthur ou la guerre empêchée. Déviations de la mise en scène guerrière dans Kaamelott d’Alexandre Astier »

Discussion

Pause-café

4ème séance : Ripostes intellectuelles aux violences guerrières 

Modératrice : Mme Jouda Sellami

15h00-15h20 : Mme Ghada Néchi (Université Tunis El Manar), « Visages et usages du fait belliqueux dans les Discours de Ronsard »

15h20-15h40 : Mme Khaoula Hamed (Université de Jendouba), « François de Sales, l’homme de lettres et d’action : le Prince-Evêque de Genève à la reconquête de son diocèse au cœur des conflits de la Réforme et de la Contre-Réforme »

Discussion.

Le samedi 2 décembre 2023  

Centre Léopold Sedar Senghor

5ème séance : Perceptions de la guerre au XVIe siècle 

Modératrice : Mme Farah Zaïem

9h00-9h20 : M. Olivier Guerrier (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Bellum/bellus : l’esthétisation de la guerre dans quelques textes français de la Renaissance » 

9h20-9h40 : Mme Ahlem Ghayaza (Université de la Manouba), « Guerre et paix dans la pensée du XVIe siècle : Érasme, More, Rabelais »

9h40-10h00 : Mme Agnès Rees (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Rhétorique guerrière et “dérives” poétiques : les sonnets de Jodelle “Contre les ministres de la nouvelle opinion” (1574) »

10h00-10h20 : M. Luc Sautin (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Figures ottomanes dans les Essais de Montaigne »

Discussion

Pause-café

6ème séance : Autour des guerres de religion

Modérateur : M. Olivier Guerrier

10h50-11h10 : Mme Inès Zahra (Université Paris X-Nanterre), « La mise en récit de la Saint-Barthélemy par les protestants français dans les années 1570, entre propagande et devoir de mémoire »

11h10-11h30 : M. Diokel Sarr (Université Gaston Berger Saint-Louis – Sénégal), « Disséquer le corps humain, transmuer l’avenante nature en cachot infernal : pour une sénéquéenne expression de la cruauté dans Les Tragiques (1616) d’Agrippa d’Aubigné »

11h30-11h50 : Mme Inès Ben Zayed (Université de Monastir), « Les guerres de religion dans les histoires tragiques du XVIe siècle, entre vérité historique et déviations romanesques »

11h50-12h10 : Mme Carine Roudière-Sébastien (Université Toulouse-Jean Jaurès), « L’abbé Poupard et le pasteur Malfuson, lecteurs de Léry. Regards croisés sur le siège de Sancerre (1573) à l’orée du XIXe siècle » (par visioconférence) 

Discussion

Synthèse du colloque par M. Samir Marzouki 

Clôture.

Compte rendu d’exposition : Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval

L’exposition « Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval – Peintures et dessins de John Howe » est présentée au Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc à Landerneau depuis le 25 juin 2023 et se prolongera jusqu’au 28 janvier 2024. L’équipe de Modernités médiévales a eu la chance de découvrir cette plongée médiévaliste.

L’objectif de l’exposition, accessible au grand public et à un public familial, est d’explorer en parallèle l’univers visuel de John Howe et ses sources d’inspiration picturales, littéraires et mythiques, en accordant un important volet à son travail sur l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Le Fonds pour la Culture Hélène et Édouard Leclerc ne dispose pas de fonds artistique propre : les œuvres exposées sont toutes l’objet de prêts, issus en grande partie de la collection privée de John Howe lui-même, mais aussi de quelques musées français. L’artiste a ainsi été consulté et s’est même investi dans cette exposition, se prêtant au jeu d’interviews vidéo pour compléter les – assez rares – textes explicatifs du parcours.

Si John Howe illustre – et écrit – des livres pour enfants et divers univers de fantasy, il a surtout illustré des textes et des produits dérivés de Tolkien (calendriers…), avant de se faire connaître du grand public par son rôle de directeur artistique sur les adaptations cinématographiques de Peter Jackson – Le Seigneur des Anneaux (2001-2003) et Le Hobbit (2012-2014) – aux côtés notamment d’Alan Lee. Depuis, il participe également à la série de Prime Studios Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir, pour laquelle il a créé des milliers de « concept arts » et de dessins numériques. Certains sont d’ailleurs, pour la toute première fois, présentés au public lors de cette exposition, dans la salle qui boucle le parcours. L’exposition de Landerneau accorde ainsi une importante place à aux créations tolkieniennes de John Howe – même si d’autres dessins y trouvent également leur place, parmi lesquels des illustrations conçues pour les œuvres de George R.R. Martin ou Robin Hobb. La fantasy et le médiévalisme sont à l’honneur dans tout le parcours, depuis les présentations biographiques de J.R.R. Tolkien et de John Howe, jusqu’aux prolongements les plus contemporains.

De fait, une grande partie de l’inspiration graphique de Howe émane plus du médiévalisme que du médiéval à proprement parler : si l’artiste est bouleversé par sa vision de la cathédrale de Strasbourg, découverte durant ses études en France, son rapport aux sources médiévales est plutôt indirect, permis par l’intermédiaire des récits transmis et illustrés tardivement. L’exposition puise à son tour dans ces textes légendaires, surtout évoqués pour leur réception : Beowulf, La Légende des Nibelugen, l’Edda poétique, mais aussi quelques romans de Chrétien de Troyes sont mentionnés tout au long du parcours, apportant quelques touches de contexte littéraire médiéval.

Mais c’est surtout la réception médiévaliste qui joue un rôle décisif dans le développement de l’imaginaire de John Howe, témoins les (re)créations du XIXe et XXe siècles valorisées dans cette exposition. Le Kalevala, qui contribue à transmettre des récits mythologiques finnois, apparaît ainsi comme une source d’inspiration supplémentaire de l’artiste, de même que certaines œuvres de William Morris – dont quelques-unes ont été prêtées dans le cadre de l’exposition et sont présentées en regard des dessins de John Howe. Si l’influence des motifs de Morris paraît essentielle, l’exposition propose toutefois des présentations plus ténues sur l’ensemble du mouvement Arts & Crafts, et surtout sur l’impact des préraphaélites : leur influence sur les dessins de Howe est mentionnée mais peu montrée, et constitue un point plus léger du parcours. Il n’empêche que les décors naturels de John Howe sont bien mis en valeur, par des accrochages espacés, des agrandissements immenses de dessins numériques, et quelques panneaux rétroéclairés qui exploitent au mieux les jeux de lumière des créations de Howe.

Le médiévalisme, sous plusieurs de ses facettes, a ainsi une place de choix dans l’exposition, montrant la façon dont Howe utilise autant qu’il développe ces motifs. La salle consacrée au thème « Forger les légendes », qui présente quelques pièces d’équipement médiéval, dont une armure face aux dessins de l’artiste, apporte d’ailleurs des informations très intéressantes : lorsqu’il est engagé par Peter Jackson pour développer l’esthétique des adaptations du Seigneur des Anneaux, John Howe est alors reconstituteur depuis quelques années. Cherchant à concevoir des armes à la fois fidèles aux descriptions de Tolkien et à l’ambiance souhaitée dans les films, mais aussi efficaces et cohérentes du point de vue de la pratique martiale, l’artiste profite de son expérience personnelle de reconstituteur pour enrichir ses dessins et les rendre plus pertinents. Il manie lui-même les armes, certes pas de façon experte ni à des fins de reproduction historique, mais afin d’en concevoir la réalité physique et matérielle, et ainsi permettre de créer des visuels intéressants pour les films, ainsi que des objets véritablement maniables pour les acteurs.

Par sa disposition et sa grande place accordée aux visuels plutôt qu’aux textes explicatifs, l’exposition se veut immersive : l’agrandissement de certains dessins permet ponctuellement de donner l’impression d’entrer dans des paysages médiévalistes, des forêts hantées de créatures merveilleuses à la demeure tout en rondeurs de Bilbo. Une mention toute particulière doit être faite pour la salle « Dragons et créatures », qui complète les dessins par une sculpture de John Howe lui-même – l’une des rares qu’il a conçues –, et pour la salle « Dessiner les cités et les châteaux », qui met en lumière les élégantes conceptions architecturales de l’artiste. S’il se plaît à concevoir de nombreux visuels faits de courbes – des serpents de mers aux feuillages de pierre des décors de cathédrale –, il excelle aussi dans les formes rectilignes et géométriques, qui prennent corps dans des dessins de maisons à pan de bois et des colombages d’inspiration médiévale.

Enfin, le catalogue de l’exposition apporte des compléments ponctuels, courts mais très accessibles, sur le travail de John Howe, l’influence de Tolkien ou encore le médiévalisme, notamment dans le chapitre « Des légendes médiévales à la fantasy : une histoire sans fin ». La partie « L’imaginaire médiéval », surtout richement illustrée, reprend une belle part des quelques 250 peintures, dessins et créations numériques de John Howe présentées dans cette exposition. Le catalogue est accessible dans la boutique à l’issue de la visite, aux côtés d’une belle librairie médiévaliste.

L’exposition est à découvrir à Landerneau, au Fonds Hélène et Édouard Leclerc avant le 28 janvier 2024.

Parution : Reimagining Masculinity and Violence in Game of Thrones and A Song of Ice and Fire

Tobi Evans, Reimagining Masculinity and Violence in Game of Thrones and A Song of Ice and Fire, Liverpool University Press, 2022.

In this examination of violence and masculinity in George R. R. Martin’s fantasy series A Song of Ice and Fire and its television adaptation Game of Thrones, Tobi Evans offers a queer reading that revises the idea that the texts glorify violence. Moving from monstrous men characters and sovereigns to female, disabled, and genderqueer masculinities, Violent Fantasies understands the novels and television series to offer a complex and ambiguous negotiation of different types of violence. Deploying queer feminist poststructuralist and psychoanalytic approaches to the acts of violence that masculine characters use, Evans views hegemonic violence as part of a destructive cycle wherein characters use violence to dominate others but have their violence turned against them in such a way that their bodies become disgusting and they are unable to enter into systems of patriarchal reproduction. The only characters who succeed in proliferating their values and knowledges are those who use violence to care for others. These characters are also threatened with a bodily undoing when they use violence, but their bodily borders are secured because of their connections to others and their queer kinship bonds. Violence transforms the body, Evans argues, in ways that are both circular and ideologically ambivalent.

 

 

Parution : The Medieval World of Neil Gaiman

Shiloh Carroll, The Medieval World of Neil Gaiman : From Beowulf to Sleeping Beauty, University of Iowa Press, 2023.

Neil Gaiman is one of the most widely known writers of the twentieth and twenty-first centuries, having produced fiction and nonfiction, fantasy and horror, television, comics, and prose. He often attributes this eclecticism to his “compost heap” approach to writing, gathering inspiration from life, religion, literature, and mythology.

Readers love to sink into Gaiman’s medieval worlds–but what makes them “medieval”? Shiloh Carroll offers an introduction to the idea of medievalism, how the literature and culture of the Middle Ages have been reinterpreted and repurposed over the centuries, and how the layers of interpretation have impacted Gaiman’s own use of medieval material. She examines influences from Norse mythology and Beowulf to medieval romances and fairy tales in order to expand readers’ understanding and appreciation of Gaiman’s work, as well as the rest of the medievalist films, TV shows, and books that are so popular today.

 

Informations et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution : Créer et incarner des créatures fantastiques

Audrey Tuaillon Demésy et Anne Besson (dir.), “Créer et incarner des créatures fantastiques”, dossier en ligne Mundus Fabula, août 2023.

Le dossier thématique “Créer et incarner des créatures fantastiques” de Mundus Fabula fait suite à un colloque éponyme, organisé sur deux journées à un an d’intervalle, en 2022 et 2023, par Audrey Tuaillon Demésy et Anne Besson, en visioconférences et à Arras. Ces rencontres étaient conjointement portées par le programme ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures.

L’enjeu était initialement de comprendre comment l’incarnation de créatures fantastiques favorise l’appropriation de mondes fictionnels et les façons dont l’imaginaire peut devenir performatif. Sept textes (de disciplines variées : littérature, histoire, anthropologie, histoire de l’art) composent ainsi ce dossier qui vise à interroger diverses formes de fabrication et/ou de mises en vie de créatures issues d’imaginaires de science-fiction, de dystopies ou de fantasy, des orcs aux androïdes.

Le dossier est intégralement disponible en ligne, sur le site de la revue Mundus Fabula.

Sommaire

Appel à communications : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

La journée d’études “La fantasy, un genre à l’état sauvage ?“, organisé par Pierre Audran, Anne Besson, Olivier Clerc, Charlotte Duranton, Romain Guillaud-Bataille, Marie Kergoat, Pascale Laplante-Dubé, Raphaëlle Raynaud, et le laboratoire Textes et Cultures, aura lieu à l’Université d’Artois à Arras le 14 mars 2024.

Date limite d’envoi des propositions : 16 octobre 2023.

Établie dès ses origines dans des mondes secondaires d’inspiration médiévale et antique en réaction à l’industrialisation de l’Angleterre et à la domestication de la « wilderness » nord-américaine, la fantasy inscrit régulièrement tout ou partie de ses intrigues dans de grands espaces incultes, parfois inexplorés : forêts, montagnes, déserts ou océans. Pour son lectorat ou son public actuel, souvent jeune, urbain et ne connaissant la nature que sous des formes aseptisées et domestiquées, cet environnement sauvage fascinant – sa luxuriance végétale, sa mégafaune mêlant merveille et péril – constitue un premier dépaysement. Il contribue, avant même l’apparition du surnaturel magique qui n’en est parfois que le prolongement, à installer un imaginaire de l’ailleurs source d’aventures et d’enchantement.

       L’état « sauvage » de ces mondes merveilleux semble ainsi auréolé d’une connotation positive, faisant référence à l’indomptabilité et l’absolue liberté des vivants qui le peuplent et ont échappé à l’influence de l’être humain. L’adjectif peut toutefois se doter d’un sens plus négatif lorsqu’il s’applique à ce dernier. Le sens de « sauvage », tel que réactivé par les discours politiques, insiste sur le caractère brutal ou incontrôlable de l’individu qui ne respecte pas les normes et les règles d’une société humaine. Synonyme de primitif ou de barbare, le « sauvage » désigne alors aussi celui qui, aux marges de la civilisation, n’est plus totalement humain.

À partir de ces constats, peut-on envisager la fantasy comme un genre littéraire foncièrement prétechnologique, voire anti-technologique et qui, par son aspiration au sauvage, repense la séparation occidentale entre Nature et Culture ? Appartient-il à son essence de promouvoir une certaine modération dans l’exploitation des ressources naturelles, ou plus radicalement encore de valoriser un autre rapport à la nature qui consisterait à ne plus la percevoir comme une simple ressource – jusqu’à reconnaître les non-humains comme des sujets de droit ? Comment le tressage d’autres liens avec les règnes animal et végétal y est-il représenté ? Y observe-t-on une réduction des frontières spécistes, notamment dans le bestiaire du genre ? Remet-elle à l’honneur la nature sauvage comme contrepoids à l’artificialisation, à rebours des logiques étatiques modernes liant indissolublement l’idée de progrès au couple innovation technologique-croissance économique ? Quelle place la fantasy accorde-t-elle aux sociétés dites barbares ou primitives (ces sociétés autres, non seulement non industrielles mais non occidentales, non colonisées), représentées à la fois dans leur proximité avec la nature et leur système politique dépourvu d’État ? Dans quelle mesure le personnage peut-il vouloir s’extraire du monde humain voire s’ensauvager – c’est-à-dire à la fois s’écarter de la civilisation, mais aussi lui opposer une certaine férocité ? La richesse et l’hybridité des œuvres, notamment via la rencontre de la fantasy avec ses genres voisins – et a priori plus favorables à la technologie – de la science-fiction ou du roman d’espionnage, sont-elles susceptibles de contrecarrer une tendance actuelle à la polarisation des débats environnementaux ?

Dans le prolongement du séminaire doctoral tenu en 2023, « Fantasy et écologie : évolution d’un genre et de ses valeurs », cette journée d’étude qui se tiendra le 14 mars 2024 souhaite accueillir des réflexions portant sur des œuvres littéraires et médiatiques (illustrations, films, séries, jeux…) autour des questions suivantes :

* la dimension axiologique des œuvres de fantasy, en perspective synchronique ou diachronique, dans le vis-à-vis des grands courants de l’écologie ou des courants de pensée ayant une composante écologique ;

* la convocation des références à la fantasy dans le débat écologique ;

* les motifs animaux et végétaux dans les œuvres ;

* l’évolution des tropes du sauvage et/ou du barbare et du rôle qu’occupent ces types de personnages dans la diégèse ;

* l’articulation entre nature et technologie dans les mondes secondaires ; le rapport à la science induit par cette articulation ;

* la recherche-création autour de l’idée de sauvagerie en fantasy.

 

Les réponses (400 à 500 mots, 2000 à 2500 caractères), attendues pour le 16 octobre 2023, sont à envoyer à l’adresse fantasy.ecologie [at] outlook.fr.

 

 

Bibliographie

Abrams Chris, Evergreen Ash: Ecology and Catastrophe in Old Norse Myth and Literature, Charlottesville, University of Virginia Press, 2019.

Besson Anne, Les pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction, Vendémiaire, Paris, 2021.

Blanc William, Winter is Coming. Une brève histoire politique de la fantasy, Paris, Libertalia, 2018.

Bougon Marie-Lucie, Charlotte Duranton et Laura Muller-Thomas, Revue Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux, décembre 2020.

Di Carpegna Falconieri Tommaso, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Presses de la Sorbonne, 2015.

Dickerson Matthew, Evans Jonathan, Ents, Elves, and Eriador: The Environmental Vision of J.R.R. Tolkien, Lexington, University of Kentucky Press, 2006.

Di Paolo Mark, Fire and Snow: Climate Fiction from the Inklings to Game of Thrones, State University of New York Press, 2018.

Le Guin Ursula K., Le Langage de la nuit. Essais sur la science-fiction et la fantasy, Aux Forges de Vulcain, Paris, coll. « Essais », 2016.

Prince Nathalie et Sébastien Thiltges (dir.), Eco-graphie, écologie et littératures de jeunesse, Presses universitaires de Rennes, 2018.

Ulstein Gry, « Hobbits, Ents, and Dæmons: Ecocritical Thought Embodied in the Fantastic », Fafnir, Nordic Journal of Science Fiction and Fantasy Research, vol. 2, 2009.

 

 

Parution : The Witcher, un monde de légendes

Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes, Bragelonne, 2023.

« Comment se termine la légende de Geralt et de Ciri ? Mais tout le monde le sait, voyons ! »

Cette réflexion, issue d’un personnage secondaire du septième tome de The Witcher, résume l’ensemble des enjeux soulevés dans la saga : l’histoire du sorceleur Geralt, de sa fille adoptive Cirilla et, dans une moindre mesure, d’autres protagonistes comme la magicienne Yennefer et le barde Jaskier, a tout de la légende. Toujours en construction aujourd’hui, elle est développée par étapes successives depuis 1986, d’abord et avant tout sous la plume de l’auteur.

Et l’aventure transmédiatique The Witcher est loin d’être terminée.

Cette étude se propose aussi d’examiner la façon dont The Witcher construit sa propre légende : comment la notion de légende devient-elle à la fois source, matériau et résultat dans cette œuvre transmédiatique et polyphonique ?

Par sa composition par accumulation de variantes, et par sa narration mêlant histoire et merveilleux dans une approche toujours épique, la saga The Witcher accède elle-même au statut de légende contemporaine. Elle propose un récit légendaire en construction, tissé d’emprunts à des mythes variés et développé à travers un faisceau transmédiatique, formant un vaste ensemble de récits glorifiant les exploits de héros – en d’autres termes, une légende.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Séminaire en ligne : The Witcher et l’oeuvre d’Andrzej Sapkowski

A l’occasion de l’anniversaire de la parution en France des aventures du Sorceleur, de l’anniversaire de l’auteur et de la diffusion d’une nouvelle saison de The Witcher sur Netflix, Justine Breton organise un séminaire en ligne ouvert à toutes et à tous, sur “The Witcher et l’oeuvre d’Andrzej Sapkowski“, du 19 au 23 juin 2023.

Lien de connexion : https://univ-reims-fr.zoom.us/j/94747909938?pwd=a2dOSjBvMEhZUXV1U2grTUYvdEkyUT09 (ID de réunion : 947 4790 9938 ; Code secret : 210648)

Les sessions sont organisées du lundi 19 juin au vendredi 23 juin, chaque jour de 17h30 à 19h30, via Zoom.

Programme

Lundi 19 juin : Découvrir The Witcher

Découvrir The Witcher : Échange avec Victor Battaggion et Justine Breton

Le Sorceleur – Des sphères sans Conjonction : le multivers The Witcher : Alain T. Puysségur

 

Mardi 20 juin : Traduire The Witcher et l’œuvre d’Andrzej Sapkowski

Traduire l’œuvre d’Andrzej Sapkowski : Entretien avec Lydia Waleryszak

 

Mercredi 21 juin : Jouer à The Witcher

Plantes, potions, alchimie : la pratique d’un Moyen Âge fantasmé pour appuyer le gameplay : Clémence Huguet

Geralt de Riv, par CD Projekt Red : un héros « cyberpunk » au Moyen Âge ? : Albert Leparc

Trajectoires queer sur le Continent : regards croisés entre histoire(s) et fiction(s) : Flavie Falais

 

Jeudi 22 juin : Entendre The Witcher

À la croisée des mondes sonores de The Witcher : Jérémy Michot

Ceádmil, Wedd Brokiloéne ! : adaptation et traduction des langues celtiques dans l’œuvre de Sapkowski : Manon Metzger

 

Vendredi 23 juin : Vivre l’œuvre de Sapkowski

Des livres aux jeux, le cas de l’escrime dans The Witcher : représentations d’une historicité magique : Marie Kergoat

L’implication polonaise dans les guerres hussites : la Trilogie Hussite entre histoire et roman ? : Sébastien Ginhoux

Conclusion et perspectives : une recherche francophone sur The Witcher ? : Justine Breton

 

Contacts et informations : justine.breton [at] univ-reims.fr

 

Parution : Les médiévistes face aux médiévalismes

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos (dir.), Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023.

Des fêtes estivales aux dessins animés japonais, des séries de fantasy aux manifestations de l’extrême-droite étatsunienne, le Moyen Âge est partout, sans cesse réinventé, transformé, mobilisé pour des usages variés. Il s’agit ici d’étudier cette présence du Moyen Âge dans notre imaginaire que l’on nomme le médiévalisme, en mobilisant de nouvelles méthodes d’analyse et en explorant de nouveaux terrains. Quels sont les rapports entre ces Moyen Âge fantasmés et le Moyen Âge historique étudié par les médiévistes ? Comment les spécialistes de la période médiévale doivent-ils se positionner face à des réinventions contemporaines ? Telles sont les deux principales questions de cet ouvrage collectif tentant un état des lieux de la recherche médiévaliste ainsi qu’une réflexion globale, à la fois méthodologique et heuristique, sur ses défis, ses limites et ses enjeux.

 

Table des matières

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos : Introduction

Première partie : Approche diachronique des médiévalismes

Introduction

Alain Corbellari : L’éternel retour du Moyen Âge

William Blanc : Donjons et Moutons. Une réflexion sur les objets médiévalistes

Marion Bertholet : Le Moyen Âge italien des Lumières à Sismondi. Un anti-médiévalisme ?

Joanna Pavleski-Malingre : Etudier les fortunes politiques de Mélusine du Moyen Âge à nos jours. Enjeux d’un médiévalisme au long cours

 

Deuxième partie : Création et recréation du Moyen Âge

Introduction

Yohann Chanoir : Le médiévalisme à l’écran. Panorama et enjeux historiographiques

Clément de Vasselot de Régné et Louis de Vasselot de Régné : La fascination pour le Moyen Âge européen dans l’animation japonaise

Florian Besson et Pauline Ducret : “Je ne joue jamais si ce n’est à l’an mil.” Le Moyen Âge dans la culture ludique contemporaine

Martin Bostal : La reconstitution historique du Moyen Âge. Un “loisir sérieux” entre médiévalisme et recherche d’historicité

 

Troisième partie : Enseigner (par) le Moyen Âge

Introduction

Isabelle Olivier : Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse font-ils bon ménage ? Des tensions (fécondes ?) entre didactisme et divertissement

Romain Vincent : Médiévalisme et jeux vidéo. Jouer au Moyen Âge à l’école

Tristan Martine : Des bulles médiévales en cases. Les enjeux du médiévalisme en bande dessinée

Atelier 1 : Comment rendre présent le Moyen Âge aujourd’hui ? – Isabelle Catteddu, Fanny Cohen-Moreau, Fanny Madeline et Fabien Paquet

 

Quatrième partie : Médiévalismes et médiévistique

Introduction

Anne Besson : Fantasy médiévale et médiévistique. Une relation à sens unique ?

Atelier 2 : Les médiévistes face aux non-médiévistes : tensions et attentions – Florian Besson, Paul Sturtevant, Clovis Maillet et Cécile Voyer

Tommaso di Carpegna Falconieri : Médiévistique et médiévalisme. Un château des destins croisés

Vincent Ferré : “Plus médiév(al)iste, tu meurs”. Divisions disciplinaires, culturelles, linguistiques depuis 1979, et perspectives collectives

 

Martin Aurell, Florian Besson, Justine Breton et Lucie Malbos : Conclusion

Bibliographie

Les auteurs

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

Appel à contributions : Power and Society in the Discworld

Edited volume on Power and Society in Terry Pratchett’s Discworld series

We invite proposals for an edited collection of essays on issues of power and society in the fantasy world created by Terry Pratchett in his Discworld series. The book proposal will be submitted to Bloomsbury Academic’s new series “Perspectives on Fantasy”.

Deadline: May 31st, 2023.

 

In his Discworld series, Terry Pratchett depicted a comprehensive – and hilarious – view of an organised society set in a fantasy world, where groups and individuals are moved by various and often conflicting powers, including supernatural forces. Following a few brilliant papers highlighting specific social and political implications of Pratchett’s worlds[1], we intend to propose in this edited collection a wide-ranging approach to the way the Discworld is built alongside social powers, and the way power and society interact with fantasy.

Proposals could tackle topics such as: social movements (for golems or goblins, etc.) and their reception within the Discworld; interactions between society and magical powers (witches, Unseen University, etc.); economic policies; races and their interactions; official forces (Patrician Vetinari, nobility, the Watch, the guilds, etc.); unofficial forces, including groups and individuals (Lady Sybil, Moist von Lipwig, Granny Weatherwax, religious groups, etc.); superpowers and supernatural forces (Death, Time, etc.), their personification and their interactions with society; passive resistance; tyranny vs. democracy; peace vs. war; civilization; fantasy countries; etc. We encourage proposals about individual and collective forms of power, as well as proposals about the social organisation of this fantasy world.

We welcome submissions from various fields, including but not limited to literature, philosophy, economics, history, geography, social studies, gender studies, critical race studies and psychology.

Proposals from 300 to 400 words, with a short author bio, should be sent to Dr Justine Breton, justine.breton [at] univ-reims.fr, by Wednesday May 31st, 2023. Notification of acceptance will be sent by July 1st, 2023. Potential enquiries can be sent to the same address.

[1] See for example Anne Hiebert Alton and William C. Spruiell (eds.), Discworld and the Disciplines: Critical Approaches to the Terry Pratchett works, Jefferson: McFarland & Co., 2014; Marion Rana (ed.), Terry Pratchett’s Narrative Worlds: From Giant Turtles to Small Gods, Cham: Palgrave Macmillan, 2018; and, more recently, Kristin Noone and Emily Lavin Leverett (eds.), Terry Pratchett’s ethical worlds: Essays on Identity and Narrative in Discworld and Beyond, Jefferson, McFarland & Co., 2020.

Parution : Une brève histoire politique de la fantasy, 2e édition

William Blanc, Une brève histoire politique de la fantasy, édition actualisée et augmentée, Paris, Libertalia, 2023.

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thrones est l’une des séries les plus célèbres au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine.

G.R.R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.

De William Morris à J.R.R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E.Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.