Archives par étiquette : esthétique

Appel à contributions : Rétrotopies, âge d’or, nostalgie, idéalisation du passé dans la fiction

Le troisième numéro de la revue Pagaille, consacrée aux littératures et médias comparés, aura pour thème “Rétrotopies : âge d’or, nostalgie, idéalisation du passé dans la fiction“.

Date limite d’envoi des propositions : 14 avril 2023

En 2017, l’essai Retrotopia de Zygmunt Baumann, publié de manière posthume, interroge le rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales avec le passé. Selon le sociologue, ces dernières se caractériseraient par une perte de foi en l’avenir, « devenu le réceptacle même de tous les cauchemars » (BAUMANN, 2017). Elles seraient ainsi animées par un mouvement de nostalgie envers un passé fantasmé, censé garantir la stabilité en réconciliant sécurité et liberté. Cet élan que Baumann définit comme une rétrotopie est qualifié de réactionnaire, tendant à fermer les imaginaires, à entraîner des régressions politiques, sociales, à construire des communautarismes. Dans une perspective différente mais complémentaire, la réflexion de François Hartog sur le présentisme posait un constat similaire sur nos sociétés contemporaines, devenues incapables de se projeter dans un futur trop anxiogène, bloquées à « un moment d’arrêt, de stase » (HARTOG, 2003), enfermées dans une crise du rapport au temps.

Ce troisième numéro de Pagaille propose ainsi de réfléchir à la manière dont la fiction s’est souvent nourrie de cet élan rétrotopique pour construire des univers parallèles, des mondes possibles, des « utopies régressives » (MURVAI, 2018), caractérisés par un même mouvement de retour vers un passé idéalisé, contrepoint salutaire à un présent décevant ou projection réflexive permettant de dialoguer avec le monde contemporain, de l’enrichir, de rêver à ce qu’il aurait pu être. Ce phénomène est-il bien une « constante de l’esprit humain confronté au temps » comme l’affirment Bénédicte Brémard et Marc Rolland dans De l’âge d’or aux regrets, ou est-il un trait particulièrement saillant de nos sociétés actuelles emmurées dans une crise de l’imaginaire?

La réflexion proposée invite à travailler à la fois sur des œuvres rétrotopiques, sur des œuvres questionnant le phénomène de la rétrotopie, mais aussi à développer une lecture rétrotopique d’œuvres qui ne le sont pas.

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants (sans nécessairement s’y limiter), en adoptant une perspective comparatiste, intermédiale et/ou interculturelle :

Axes possibles : 

Dimension diachronique des rétrotopies : 

Quels sont les âges d’or qui ont alimenté et alimentent encore les fictions ? Comment le XVIIe siècle, par exemple, s’est-il nourri d’un retour vers l’Antiquité (Les Aventures de Télémaque de Fénelon, 1699) pour construire des utopies? Peter Murvai note en effet que jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les utopies sont soit régressives, situées dans un passé idéalisé, soit posthistoriques, construisant des enclaves imaginaires hors de l’histoire. On peut aussi penser à la manière dont la fiction romantique européenne s’est nourrie du Moyen-Âge et de la Renaissance, construisant un médiévalisme “de carton” (GAUTIER, 1835), ou comment le premier romantisme latino-américain a vu dans les indigènes de la période coloniale les sources de l’identité nationale. On pourrait également interroger la façon dont les fictions contemporaines, en particulier les romans historiques, souvent adaptés en séries, fantasment des époques, à travers des reconstitutions historiques qui revisitent et remodèlent les réalités sociales et politiques de l’époque envisagée, notamment la question de la condition féminine et la place des personnes racisées. 

En envisageant une épaisseur temporelle moindre, on peut aussi s’intéresser à la manière dont une génération prend le pouvoir sur les imaginaires en faisant de l’époque de son enfance un arrière-plan dominant dans la fiction d’une époque : comment par exemple la génération des années 80, actuellement majoritaire dans la création artistique, alimente t-elle très largement les productions culturelles contemporaines (J. J Abrams et les productions Amblin Entertainment)?

Rétrotopies et mondes possibles : 

Quel lien la rétrotopie entretient-elle avec des genres voisins comme l’uchronie, l’utopie, la science-fiction, le style steampunk? Parce qu’elle rêve d’autres mondes possibles, la rétrotopie peut s’envisager comme une science-fiction à rebours. En effet, les oeuvres rétrotopiques permettent d’explorer des expériences du temps et des modes narratifs qui évoquent des futurs non advenus (Brigitte Giraud, Vivre viteLe Tourbillon de la vie d’Olivier Treiner ou La Racine carrée de l’être de Wajdi Mouawad), qui remodèlent le passé et réinventent l’histoire. On peut aussi penser aux fictions qui explorent l’effet papillon, rattaché à l’idée d’une contingence, d’une imprévisibilité de l’histoire, à l’image du Napoléon apocryphe (1836) de Louis Geoffrey, du Maître du haut château (1962) de Philip K. Dick ou plus récemment de Civilizations  (2019) de Laurent Binet. 

Rétrotopie et esthétique :

La rétrotopie semble de prime abord se transmettre par des formes esthétiques passéistes et reposer sur un rapport régressif à l’écriture et à l’imaginaire. En peinture, le style troubadour et son recours constant au pastiche en serait un exemple, traduisant “aussi bien l’insatisfaction due à l’actualité que l’épuisement des forces créatrices” (PUPIL, 1985), épuisement qui pourrait aujourd’hui se retrouver dans les formes audiovisuelles du remake. La rétrotopie a-t-elle dès lors toutes les chances de se révéler kitsch, comme l’est par exemple la série Chronique des Bridgerton ? Dans une perspective intermédiale, on pourra se demander si la rétrotopie favorise le retour à des formats vintage comme le vinyle, l’argentique, l’esthétique du pixel, revalorisant les outils – et parfois les défauts techniques – d’hier. Peut-on au contraire envisager la rétrotopie comme le lieu de la réinvention des formes et des genres, d’une création en ébullition, nourrie par la contrainte de ce retour à un imaginaire passé?

Rétrotopies et communautés :

Quels sont les publics visés par les rétrotopies? Quelles visions de la communauté sont véhiculées par ces dernières ? Sont-elles tournées vers un passé nostalgique, vers une communauté perdue qui serait à retrouver? Visent-elles, à l’inverse, à recréer un sentiment d’appartenance? On pourrait par exemple s’interroger sur les communautés de fans qui se nouent autour de livres, de séries ou de films rétrotopiques, avec un intérêt renouvelé pour les années 80 et 90 (Stranger Things, Super 8), ou étudier le rapport rétrotopique que ces communautés entretiennent avec la fiction à partir d’objets dérivés et d’un tourisme patrimonial. La rétrotopie serait alors à mettre en relation avec la notion d’œuvre culte. Ceci est particulièrement visible dans le domaine vidéoludique, où le phénomène du retrogaming invite volontiers à une transmission intergénérationnelle autour d’une œuvre érigée en véritable repère culturel (Return to Monkey Island). 

Rétrotopie et politique : 

La rétrotopie repose souvent sur une idéalisation d’un modèle national, d’une époque et de figures emblématiques de l’histoire d’un pays. En quoi permet-elle de construire un imaginaire national ? Doit-on penser, comme Baumann, que la rétrotopie est essentiellement conservatrice et réactionnaire, à l’instar de Marcel Pagnol par exemple qui fantasme le début du XXe siècle de son enfance? Ou, à l’inverse, peut-on envisager que les relations de la rétrotopie avec l’utopie amènent ces fictions sur des voies plus progressistes? À l’heure de la mondialisation, existe-t-il encore des rétrotopies nationales, clairement identifiées à un espace géographique et culturel donné ou assiste-t-on à une uniformisation de nos imaginaires, de notre rapport au passé, construit et nourri notamment par des fictions, par des films et par des séries lues et regardées dans le monde entie r?



Modalités de soumission :

Les propositions d’articles, de 500 mots maximum, accompagnées d’une bio-bibliographie et de 5 mots-clés, sont à envoyer avant le 14 avril 2023 à l’adresse mail suivante : revue.pagaille [at] gmail.com.

Les notifications aux auteurs seront envoyées à partir de la fin du mois d’avril 2023.

L’article (de 30 000 à 40 000 signes espaces compris) sera à envoyer avant le 30 juillet 2023 pour évaluation en double aveugle par le comité scientifique.

La publication du numéro est prévue en décembre 2023 sur le site de la revue : http://revue-pagaille.fr.


Comité de rédaction
Julie Brugier, Université Paris Nanterre
Marion Brun, Université Paris-Sorbonne et Université d’Artois
Hélène Dubail, Université Paris Nanterre
Amandine Lebarbier, Université Paris Nanterre

Comité scientifique : 
Anne Besson, Université d’Artois
Simon Bréan,  Sorbonne Université
Vincent Ferré, Sorbonne Nouvelle
Mélissa Gignac, Université de Lille 
Anaïs Goudmand, Sorbonne Université 
Marine Le Bail, Université Toulouse 2 Jean Jaurès
Matthieu Letourneux, Université Paris Nanterre
Laure Levêque, Université de Toulon 
Fiona Mc Intosh-Varjabédian, Université de Lille
Jessy Neau, Centre universitaire de Formation et de Recherche de Mayotte – Université Paul Valéry Montpellier 3
Marie-Clémence Régnier, Université d’Artois
Corinne Samidayar-Perrin, Université Paul Valéry Montpellier 3
Marie-Agathe Tilliette, Université du Littoral
Clotilde Thouret, Université Paris Nanterre
Alain Vaillant, Université Paris Nanterre

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE
BASSET, Karine et BAUSSANT, Michèle, « Utopie, nostalgie : approches croisées », Conserveries mémorielles [En ligne], Conserveries mémorielles, n°22 | 2018. URL : http://journals.openedition.org/cm/3023.
BAUMAN, Zygmunt, Retrotopia [2017], trad. Frédéric Joly, Premier Parallèle, 2019.
BESSON, Anne,  BLANC,William et FERRÉ,Vincent (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire, Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Vendémiaire, 2022.
BOYM, Svetlana, The Future of Nostalgia, New York, Basic Books, 2002.
BREMARD, Bénédicte, ROLLAND, Marc (dir.), De l’âge d’or aux regrets, Paris, M. Houdiard, 2009.
COQUET, Marion, DELHOMMAIS, Pierre-Antoine, Au bon vieux temps, Paris, Editions de l’Observatoire, 2018.
DIKA, Vera. Recycled Culture in Contemporary Art and Film: The Rise of Nostalgia, New York, Cambridge University Press, 2003.
FANTIN, Emmanuelle, FEVRY, Sébastien, NIEMEYER, Katharina , Nostalgies contemporaines, médias, culture et technologie, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2021.
MANHEIM, Karl, Idéologie et utopie, trad. de l’allemand par Jean-Luc Évard, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006.
MURVAI, Peter, « Nostalgie et posthistoire dans quelques utopies louis-quatorziennes (1675-1714) », Conserveries mémorielles [En ligne], n°22, 2018. URL : http://journals.openedition.org/cm/2805
PUPIL, François, Le Style troubadour ou La nostalgie du bon vieux temps, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1985
PALLISTER Katryn (dir.), Netflix Nostalgia: Streaming the Past on Demand, Lexington Books, 2019.
SPERB, Jason, Flickers of Films. Nostalgia in the Time of Digital Cinema, New Brunswick, Rutgers University Press, 2016.
MINOIS Georges, L’Âge d’or. Histoire de la poursuite du bonheur, Fayard

 

Retrouvez tous les détails sur le site de la revue.

 

Appel: Myth and Middle Ages: Paradigms of Pictorial Fantasy Aethestics (1880-2020)

Prof. Dr. Hans Rudolf Velten (Universität Siegen) et Prof. Dr. Joseph Imorde (Weißensee Kunsthochschule Berlin) organisent du 13 au 15 mars 2023 un colloque à Berlin sur l’esthétique de fantasy de 1880 à 2020: “Myth and Middle Ages: Paradigms of Pictorial Fantasy Aesthetics (1880-2020)“.
Date limite d’envoi des propositions: 30 août 2022.
 
Today, fantasy is one of the most popular intermedia entertainment genres worldwide. Its growing attention in recent decades is not only reflected in charts and rankings, but also in the form of popular cultural events such as Peter Jackson’s film adaptation of Tolkien’s The Lord of the Rings or the highly successful HBO series Game of Thrones, based on the novel series by George R.R. Martin. 
 
Among the many reasons contributing to this popularity, the visualization of heroic and villainous characters, relevant spaces and locations, battles and fights in the visual media of fantasy (like book covers and illustrations, maps, posters and display material, films and serials, images on websites etc.) is highly significant. However, this visualization has hardly been seen by scholars of the genre so far, and it has also been studied only selectively (exceptions are the works of Tolkien, cf. Hammond/Scull 2018, Alexander 2016). Yet it is not only the intratextual heroes, settings, and motifs of individual novels that exhibit iconic quality; it is also mythic archetypes of characters, things, buildings, and landscapes that together constitute the imagery of fantasy.
 
This visual aesthetic, we assume, has iconographic antecedents in the 19th and early 20th centuries. It is part of the much larger and comprehensive fantastic art, which has been an important current in European iconography since Hieronymus Bosch and Pieter Bruegel (Holländer 1980). In this regard, fantasy imagery refers to literary motifs, materials, and sources from the mythologies of the Middle Ages and antiquity: the songs of the Old Norse Edda, the Celtic tales about King Arthur and his Round Table, the Germanic heroic epics, the Finnish Kalevala (Hammond/Scull 2018). Here we find patterns and models that have entered the genre (which, in sensu strictu, only begins with Tolkien) via various routes to their aesthetic absorption in Romanticism and 19th-century historicism: Dragons and monsters, dwarves and elves, wizards, demons and witches, fairies and mermaids, kings and princesses, chivalrously armed heroes and their dark antagonists, animate, also mysterious, often pseudo-religious objects and weapons, talking animals, giants, trolls, and other monstra (Kowalski 2020). They, together with neo-mediaeval spaces (steep cathedral walls, high towers, moats and city walls, ruins of castles, temples and monasteries, dark forests and battle panoramas), often garishly lit and featuring bold color combinations, form a large part of the reservoir of fantasy iconography. This strangeness of nature and environment, based on the invalidity of natural laws and a historical and cultural distance that makes the manifestations of images, figures, and spaces components of “other worlds,” can be seen as the basis for this iconography. Together with its topographical localization on maps, it is part of the “fantastic neomedievalism” that Eco had already described in 1986. Tolkien’s maps, for example, which were designed analogously to medieval maps of places and ways, show a complete mythopoetic fantasy world able to stimulate pictures and illustrations (Klinger 2011; Bunting/Currie 2020). In general, “significant elements of Tolkien’s mythology” appeared simultaneously with the texts also in pictorial form, as recent studies of his illustrations have revealed (Hammond/Scull 2018).
 
The aim of the conference is to expand and differentiate these observations, to relate them to the iconographic tradition of the fantastic, and thus to better explore and understand the visual aesthetics of fantasy. Hence, in turn, their part in the popularity of the genre – for example, through commercial strategies of image staging – should become more visible, as well as their influence on the respective text should be examined more closely. The conference is designed to be interdisciplinary in order to initiate exchange between approaches in literary studies, art history, and book studies. The subject of the conference will consist of the production of visualizations of global fantasy in its diverse media manifestations: Book illustrations and covers (novel and graphic novel), image design in comics, visual figurations in film and television series, the various visualizations in role-playing, video and computer games of fantasy. 
 
Proposals for papers may be submitted on the following topics: 
 
1. Images of fantasy literature: cover design, illustrations, book decorations and maps in fantasy novels and series of different epochs and authors. Tolkien himself had illustrated his novels and decorated them with “kaleidoscopic patterns”. The global reception of The Lord of the Rings called for renowned illustrators who worked out numerous editions: John Howe, Alan Lee, Frank Frazetta, Boris Vallejo are only some of the most important among them (Auger 2008, Alexander 2016). Proposals for contributions are invited on individual book editions and series as well as on illustrators and single elements such as maps or cover design. 
 
2. Fantastic iconography in the 19th and early 20th centuries: Victorian painting, for example, of the Pre-Raphaelites with their decidedly medieval references, the medieval book art of someone like William Morris, the works of the Arts & Crafts movement, the Ars Fantastica of Surrealism (cf. Lottes 1984, Biemer 2011, Goodwin 2015). Here, the focus is primarily on the archetypes of medieval reception in nineteenth-century medievalism, but also on other patterns of fantastic iconography (e.g., in W.R. Lethaby) constructing the visual aesthetics of fantasy. Contributions may demonstrate adaptations of such iconographic patterns in material design, coloration, and decoration in fantasy (such as the effect of Kelmscott Press medieval book decoration in fantasy).  Similarly, the inclusion of medieval archetypes in pulp magazines and dime novels of the early 20th century, such as the illustrations in magazines like Saturday Evening Post, Harper’s Bazaar, McClure’s, Argosy, Eerie, Prince Valiant, etc. (Earle 2009, Kowalski 2020) can be examined.
 
3. Fantasy imagery in graphic novels, movies, series, and games. Since the release of the major fantasy films and television series after 2000, which once again popularize Tolkien’s or Martin’s popular novels, fantasy iconography is inevitably changing as a result of the shift to the visual medium. The question what changes this intermedial expansion entails may be clarified on the basis of individual analyses of graphic novels, films, series, and games (such as Dungeons & Dragons) (see Dolle-Weinkauff 2010, Harvey 2013, and Bärtle 2017).
 
Please send a paper title and short exposé by August 30th, 2022 to: Prof. Dr. Hans Rudolf Velten: velten [at] germanistik.uni-siegen.de
 
Une version de l’appel en allemand est également disponible sur ce site.
A German version of the call for paper is available on this website.