Archives par étiquette : Dante

Appel: La Comédie de Dante illustrée par Doré

Colloque international “La Comédie selon Doré: La réception de la Comédie de Dante illustrée par Gustave Doré en France et dans le monde”, 5-7 octobre 2022, Nancy et Paris.

Ce colloque est organisé par les laboratoires LIS et IDEA de l’Université de Lorraine (Nancy) dans le cadre du projet MODA (La Mondialisation de Dante), en partenariat avec le projet ANR DHAF (Dante d’Hier à Aujourd’hui en France, Universités Sorbonne Nouvelle, Rennes 2, Grenoble Alpes, Côte d’Azur).
Le projet MODA a pour objectif de réaliser une cartographie à plusieurs niveaux de la réception de l’oeuvre de Dante dans le monde contemporain à partir du XIXe siècle, privilégiant notamment a) l’élargissement des territoires géographiques de la réception ; b) l’élargissement des modalités de la réception ; c) la mise en place d’outils cartographiques offrant des accès à une vision d’ensemble qui est l’objectif final du projet.
Le projet DHAF a pour objet la réception en France de l’oeuvre de Dante, systématiquement explorée sous toutes ses facettes depuis l’origine jusqu’à nos jours. Il se propose de croiser ce qui relève des champs plus traditionnels que sont la littérature et les beaux-arts avec des domaines plus négligés ou plus neufs, tels la réception savante, académique, scolaire, jusqu’aux appropriations ‘populaires’.

L’édition de la Comédie illustrée par Gustave Doré, outre sa place importante dans l’histoire de l’édition, revêt un intérêt exceptionnel dans l’étude de la réception française et, plus amplement, mondiale de la Comédie de Dante. En 1855, Gustave Doré concevait le projet d’illustrer une série de chefs d’oeuvre de la littérature, en tête desquels il plaçait la Comédie de Dante : c’était un geste qui venait confirmer
l’ascension fulgurante de la réputation internationale du poète florentin à l’époque romantique – lui ferait écho, entre autres, la publication en 1856 par Saint-René Taillandier de l’essai Dante Alighieri et la littérature dantesque en Europe au XIXe siècle, qui, saluait les progrès de la dantologie en Allemagne, Angleterre et France, en affirmant : « Dante […] est entré dans le domaine commun de la poésie européenne ». Le projet, réalisé entre 1861 (publication de l’Enfer aux frais de l’auteur) et 1868 (publication du Purgatoire et du Paradis par Hachette), connaît un immense succès qu’illustrent le jugement de Théophile Gautier (« Nul artiste mieux que M. Gustave Doré ne pouvait illustrer le Dante ») et surtout les plus de 200 éditions qui suivront, en France et à l’étranger. À la renommée européenne de Doré contribua d’ailleurs la création de la London Gallery (1869-1872). L’oeil « bizarre, fantastique et mystérieux » (Th. Gautier) avec lequel Doré regarde et donne à voir le voyage dantesque (notamment la séquence infernale – même si ses illustrations et tableaux bibliques confirment son intérêt tout aussi vif pour le Paradis) s’impose comme une interprétation visuelle d’une puissance inédite, bien plus en accord que les grandes illustrations ‘classiques’ de Botticelli et Flaxman avec la vision ‘héroïque’ et moderne de Dante qui accompagne sa redécouverte romantique. L’importance même qui est accordée à l’illustration dans l’édition Doré (si bien qu’un critique comme Lorédan Larchey put commenter
ironiquement : « Plus que Dante illustré par Doré, c’est Doré illustré par Dante ») joue un rôle décisif dans le processus d’iconisation qui caractérise la réception moderne de Dante et pose les conditions de sa large diffusion mondiale.
En effet, la traduction de la Comédie en images rend celle-ci accessible à des publics beaucoup plus vastes, du point de vue géographique et culturel ; elle constitue le socle efficace d’une série d’opérations relevant de la « réception productive » par lesquelles la « mondialisation » de Dante ne cesse de se consolider. Dans ce sens, ce n’est pas un hasard si l’influence de Doré se retrouve, à différents degrés, dans les épisodes inauguraux de la réception de Dante au cinéma (le célèbre Inferno de Bertolini et
Padovan, 1911, mais aussi Maciste all’inferno de Brignone, 1925) et dans la bande dessinée (une ‘citation’ de Doré figure au début de l’Inferno di Topolino, la parodie de Martina et Bioletto qui marque dès 1949 l’entrée de Dante dans l’univers Disney). De même, le fait que Dante’s Inferno (2011), graphic novel de l’américain Joseph Lanzara, reprenne les illustrations de Doré, ou le fait que Go Nagai, maître du manga japonais, ait indiqué la lecture de l’édition de la Comédie illustrée par Doré comme l’un des
ressorts les plus précoces de sa vocation de dessinateur, sont des symptômes parmi beaucoup d’autres de l’ampleur et de l’importance que revêt la médiation de Doré dans la réception de Dante aujourd’hui dans le monde.
Dans la perspective d’une étude du rôle joué par l’édition Doré dans la «mondialisation» de Dante, les objectifs à poursuivre peuvent se ramener à trois axes principaux :
a) étudier comment les illustrations de Doré et leur “interprétation” de la Divine Comédie ont pu, d’un côté, permettre de franchir les barrières linguistiques, et, de l’autre côté, stimuler et influencer l’accès littéraire au texte de Dante ;
b) étudier à partir de ce socle la diffusion des éditions Doré à l’échelle internationale en concentrant l’attention, au-delà des cas les plus attendus et connus tels notamment la France et l’Italie, sur les nombreux autres pays qui font leur place à ce couplage culturel Dante-Doré (à commencer par l’Angleterre, par exemple, mais sans se limiter à l’Europe) ;
c) étudier le rôle joué par les illustrations de Doré dans toutes les formes de la « réception productive » de l’oeuvre et de l’imaginaire dantesques, c’est-à-dire des illustrations au cinéma, de la bande dessinée aux jeux vidéo, polars et gadgets, en faisant toute sa place à ce qu’on peut appeler, en reprenant une orientation de lecture très suivie ces derniers temps, Dante pop.

Le colloque aura lieu entre l’Université de Lorraine (Nancy, les 5 et 6 octobre) et
l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris, le 7 octobre). Seront acceptées des
communications en français, italien et anglais.
Les chercheurs intéressés sont invités à faire parvenir leur proposition (titre avec
une dizaine de lignes de résumé) aux organisateurs (antonella.braidalaplace [at] 
univ-lorraine.fr, filippo.fonio [at] unv-grenoble-alpes.fr,
philippe.guerin [at] sorbonne-nouvelle.fr, giuliapuma [at] cepam.cnrs.fr, et
giuseppe.sangirardi [at] univ-lorraine.fr) accompagnée d’une courte notice biobibliographique pour le 15 mars 2022.
L’organisation prendra en charge les frais de séjour (hébergement et repas) ; le
voyage sera en principe à la charge des intervenants, mais les auteurs de
propositions retenues par le comité d’organisation qui auraient des difficultés à
faire financer leur voyage pourront, s’ils en font la demande et dans la mesure du
possible, bénéficier d’un remboursement intégral ou forfaitaire.

Colloque: Médiévalismes ibéro-américains

La première conférence d’Amérique latine sur les médiévalismes ibéro-américains, organisée par Nadia Altschul et Clinio Amaral, se déroulera en ligne du 17 au 19 novembre 2021. Les interventions seront principalement en espagnol et en portugais, avec une dernière conférence plénière en anglais.

Les communications seront accessibles sur la page YouTube du Linhas. Retrouvez le programme ci-dessous, et les détails complets sur le site du Linhas.

Attention: les horaires sont ceux du Brésil, pensez à ajuter votre cadran solaire.

 

Programação / Programme

OBS: todas as atividades abaixo estão no horário de Brasília

DIA 1: Quarta-Feira 17/11

Abertura, 9:30-11:00 

Nadia Altschul, “Neomedievalismo: uma história disciplinar”

Mesa 1.1: Patrimônio Neogótico, 11:30-13:00

Martín M. Checa-Artasu, “La arquitectura neogótica en américa Latina: cartografías y presencias en el siglo XXI”

Lorena da Silva Vargas, “Medievalismo no cerrado brasileiro: a Igreja do Rosário da cidade de Goiás”

Maria Laura Montemurro, “Expresiones del estilo neomedieval en la arquitectura civil de Buenos Aires”

Mesa 1.2: Literatura e Neomedievalismo I, 15:00-16:30

Susana Artal, “Manuel Mujica Lainez y Melusina: los secretos del corazón”

Geraldo Magella de Menezes Neto, “O cavaleiro medieval na literatura de cordel: entre vestígios e apropriações”

Carina Zubillaga, “El martirio de Santa Catalina en el romancero tradicional argentino”

Maria Eugênia Bertarelli, “Pensando o neomedievalismo nordestino: Dante Alighieri e Câmara Cascudo”

DIA 2: Quinta-Feira 18/11

Mesa 2.1: Religião e Neomedievalismo, 9:30-11:00

Clínio Amaral, “A relação entre neomedievalismo e a religião: aspectos teóricos”

João Lisbôa, “Neomedievalismo e religiosidade no Brasil contemporâneo”

Thamires D’Alcântara, “A teologia pentecostal brasileira e a Idade Média”

Rosuel Lima-Pereira, “A presença da Matéria de Bretanha em uma crença afro-brasileira: o Tambor de Mina do Maranhão”

Mesa 2.2: Patrimônio Neoárabe e Teoría, 11:30-13:00

José Manuel Rodríguez Domingo, “Alhambras amazónicas: arquitectura y decoración neoárabe en Brasil”

Fernando Martínez Nespral, “La construcción de ‘lo andaluz’ en la arquitectura argentina de la primera mitad del siglo XX” 

Bruno Uchoa, “The Darker Side of the Renaissance, do argentino Walter Mignolo”

Mesa 2.3: Filosofía e História, 15:00-17:00

Flávia Varella, “Em busca do passado gótico perdido: a reconquista de Pernambuco na História do Brasil (1810-1819) de Robert Southey”

Santiago Argüello, “Liberalismo virulento y liberalismo cooperativo: dos formas distintas de proyectar la libertad medieval en la Modernidad”

Jean Christian Egoávil, “Entre la tradición y la novedad: las condiciones para el neomedievalismo en el Perú. Una perspectiva filosófica”

Dia 3: Sexta-Feira 19/11

Mesa 3.1: Literatura e Neomedievalismo II, 9:30-11:00

Lidia Amor, “Una utopía decimonónica: la edad media en la conformación de la nación Argentina”

Juan Manuel Lacalle, “Maimónides entre los siglos XII y XXI: la técnica del entrelacement en Los perplejos (2009) de Cynthia Rimsky” 

Carolina Gual, “A telenovela brasileira e as relações de gênero: um exemplo de neomedievalismo brasileiro”

Mesa 3.2: Performance, 11:30-13:00

Milena Cáceres Valderrama, “El Emperador Carlomagno en los Andes del Perú” 

João Batista da Silva Porto Júnior, “Recriação histórica e história viva no Brasil: entre arte performática e investigação historiográfica”

Rebecca de Souza, “Neomedievalismos populares en Argentina: de cómics a recreaciones en vivo”

Encerramento: 15:00-16:30

Jane Toswell, “Of Whales and Medievalism” 

Appel: Dantastique! Images et imaginaires dantesques

Le projet ANR DHAF (Dante hier et aujourd’hui en France), le World Languages and Cultures Department de la Elon University, l’Université Grenoble Alpes, l’Université de Florence, l’Institut Français de Florence, et l’Accademia Europea di Firenze organisent un colloque international sur la thématique de l’imaginaire dantesque dans la culture populaire, sous le titre “Dantastique! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre ‘rêve médiéval’ et société de consommation“. Le colloque se tiendra auprès de l’Accademia Europea di Firenze, de l’Institut Français et de l’Università di Firenze les 20 et 21 janvier 2022.

Date limite: 30 août 2021.

Les communications pourront être présentées en anglais, français ou italien. Outre les communications   sélectionnées par le comité scientifique sur la base des réponses au présent appel, nous avons le plaisir d’annoncer que le colloque prévoit la participation des conférenciers invités suivants : Elizabeth Coggeshall (Florida State University) et Arielle Saiber (Bowdoin College), Francesca Roversi Monaco (Università di Bologna) et Stefano Lazzarin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Les célébrations dantesques actuellement en cours se déroulent à une période particulièrement féconde pour le médiévalisme populaire, si bien que les commémorations académiques peuvent difficilement ne pas tenir compte des modalités de réception dantesque typiques de la culture de masse. À côté des cérémonies officielles, universitaires et politiques, les médias  et les formes culturelles et consuméristes les plus divers se déchaînent aujourd’hui dans une course à la production du livre, de la chanson, de l’émission télévisée, de l’objet commémoratif, du goodie qui marquera les esprits à l’occasion du jubilée dantesque. En même temps, de leur libre initiative, les communautés d’usagers et de lecteurs s’approprient à leur tour cette date symbolique à travers des formes de communication web et « d’en bas », comme le mème et la fanfiction, si bien qu’entre ces contributions inédites et quelque peu inattendues et le discours officiel des médiévistes se crée un effet singulier de résonance et de distorsion. Alors que cette dynamique peut être observée avant tout en Italie, dans d’autres pays davantage éloignés du « centre d’irradiation » du dantisme ne manquent pas par ailleurs des phénomènes de célébration qui investissent de manière encore plus marquée la dimension de la culture populaire, de la recontextualisation, ou encore de l’adaptation dantesques.

Ce panorama déjà très dense d’initiatives et de productions hétérogènes doit à notre avis être analysé à l’aune des discours inévitablement présents dans toute revitalisation médiévale : les implications politiques, les nationalismes, le néo-conservatisme, le retour de certaines formes de spiritualité, l’industrie de l’entertainment, la marchandisation et les résistances exprimées de la part de la culture « haute » à l’égard de formes différentes de « poussée d’en bas » (ludiques, mais parfois aussi agressives).

Notre colloque se propose d’étudier l’impact de l’imaginaire dantesque dans la culture française, américaine, italienne et au-delà, idéalement dans une perspective transnationale, aussi bien dans ses aspects idéologiques que commerciaux ou sans but lucratif , et dans ses dynamiques top-down et bottom-up. Nous nous interrogerons sur la portée des différentes formes de dantisme populaire dans la langue, l’industrie du divertissement, les productions culturelles et commerciales, y compris dans les rapports que celles-ci entretiennent avec les disciplines universitaires garantes d’une diffusion « d’en haut » du dantisme : littérature médiévale, histoire, histoire sociale et culturelle. Dans le cadre du colloque pourront être abordées d’autres questions de fond, à savoir comment ces deux composantes de la réception contemporaine de Dante se complètent mutuellement, par exemple dans les pratiques d’enseignement dans le secondaire et à l’université, ou comment, à l’inverse, le dantisme « pop » peut afficher une dimension antagoniste par rapport à son homologue officiel, se présentant comme une forme de résistance à la célébration solennelle de ce monument de la littérature mondiale.

Notre réflexion cherchera en particulier à répondre aux questions suivantes :

  • Quels rapports d’échange et d’interférence réciproque peut-on observer entre dantisme « pop » et dantisme universitaire ?
  • Que nous dit le dantisme pop sur Dante, et sur l’époque contemporaine ? comment nous aide-t-il à comprendre le monde, ou à le fuir ?
  • En quoi la mode médiévaliste et le dantisme pop sont-ils liés ?
  • Quels sont les caractéristiques du dantisme pop contemporain, et comment se distingue-t-il des vagues précédentes de revival dantesque (par exemple pendant le romantisme) ?
  • Comment Dante est-il présent dans le monde d’aujourd’hui à travers la langue et l’imaginaire ?  

Afin de pouvoir susciter un débat sur ces questions nous vous invitons à envoyer des propositions de communication, en français, anglais ou italien, sur les thématiques suivantes :

  • Exemples de dantisme populaire s’exprimant à travers le cinéma, la télévision, les jeux-vidéo, la publicité, la bande dessinée, la fanfiction, la littérature de genre, la musique pop et rock, etc.
  • Approches innovantes de la didactique et la vulgarisation des études dantesques auprès de publics différents ; usages pédagogiques de Dante dans l’enseignement secondaire et à l’université.
  • Phénomènes de « dantisme » dans la langue, l’espace public, la société, les communications de masse, le discours politique.
  • Avantages et inconvénients de telles appropriations de l’imaginaire dantesque.

 

Les résumés de 350-500 mots au maximum, accompagnés d’une bibliographie essentielle et d’une bio-bibliographie d’une page maximum, sont à envoyer à Brandon Essary (bessary [at] elon [dot] edu) et à Filippo Fonio (filippo.fonio [at] univ-grenoblealpes [dot] fr) avant le 30 août 2021.

Les participants seront informés de l’acceptation de leur proposition avant le 1e octobre 2021.

La publication d’un numéro thématique de la revue en open-access Perspectives médiévales est prévue à l’issue du colloque.  

Colloque: La Mondialisation de Dante (Europe)

Le colloque international “La mondialisation de Dante I: Europe” se déroulera les 7 et 8 octobre 2021 au Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine (Nancy).

Ce projet fait suite à plusieurs manifestations qui se sont déroulées, depuis 2018, dans le cadre du projet MODA (La Mondialisation de Dante) porté par Giuseppe Sangirardi (LIS) avec la collaboration d’Antonella Braida (IDEA). Il traite des multiples formes de la réception moderne de l’œuvre de Dante en Europe, selon trois directrices principales correspondant aux trois sections du programme du colloque:

L’Europe d’ailleurs: Il s’agit d’étudier la réception littéraire dans ses différentes expressions (critique, récriture et intertextualité, imitation d’auteur et phénomènes génériques) à partir du XIXe siècle, en portant une attention particulière aux pays et aires culturelles des quatre grands foyers du ‘dantisme’ au XIXe siècle : Italie, Allemagne, Angleterre et France. L’objectif est de tracer une première cartographie de l’expansion de la réception dantesque, de sa logique et de sa dynamique.

Loin de la littérature: Il est ici question d’explorer – mais pour l’Europe entière, et avec une attention privilégiée pour les pays ‘périphériques’, habituellement moins convoqués dans ce type de recensement- les formes extra-littéraires de la réception dantesque moderne et contemporaine (toujours depuis le XIXe siècle), allant des arts figuratifs au cinéma, du théâtre à la musique, de la bande dessinée au street art. Et ce, en incluant les langages plus directement déterminés par les activités économiques, comme la publicité, la production de gadgets, etc., qui seront appréhendés selon une approche sémiologique, sociologique ou plus largement culturelle.

Archives: L’objet de l’analyse est ici constitué par les formes d’archivage concernant la réception de Dante : les traditionnelles (bibliographies, répertoires imprimés, notes de synthèses), mais surtout les plus novatrices et liées aux technologies numériques (sites internet, réseaux sociaux, plateformes). Le but est de partir du recensement de l’existant pour parvenir à des créations originales et fonctionnelles.

Le programme et tous les détails sont disponibles sur le site de l’université.

Francesca MANZARI

Maître de Conférences en Littérature Générale et Comparée à l’Université d’Aix-Marseille

Membre du CIELAM

Courriel : francesca.manzari@univ-amu.fr

Page personnelle de l’Université : https://cielam.univ-amu.fr/membres/francesca-manzari

Spécialiste de poésie médiévale et contemporaine, notamment dans les domaines italien, français et américain, Francesca Manzari s’intéresse plus particulièrement aux relations entre littérature et philosophie, telles qu’elles se sont nouées en Toscane au XIIIe siècle, et renouées dans la poésie moderniste du XXe siècle.

Elle a édité, avec Michèle Gally et Élodie Burle, un volume intitulé Modernités des Troubadours (Presses de l’Université de Provence, 2018).

 

Parmi ses publications les plus récentes :

  •  Chapitre d’ouvrage (actes de colloque)Liberté de l’inappropriable : déborder et accueillir, pour Caroline Bergvall et Lello Voce, dans DébordementsLittérature, arts, politique, Isabelle Poulin, Jean-Paul Engelibert et Apostolos Lampropoulos, dir., Presses de l’Université de Bordeaux, 2021, collection « Modernités » n°46, pp. 119-128, ISBN 979-10-300-0732-9.

  • « “La plus noble peinture est un poème peint” : traduire pour peindre. Dante Gabriel Rossetti lecteur de Dante », (Intermedial Dante: Reception, Appropriation, Metamorphosis, Eds. C. Fischer and M. Petricola, Between, X.20 2020, p. 222-243, betweenjournal.it);
  • « Ezra Pound traducteur des ballades de Guido Cavalcanti », dans La Ballade histoire et avatars d’une forme poétique ( Mireille Demaule et Brigitte Buffard-Moret, Paris, Honoré Champion, 2020, p. 279-298) ;
  • « “The Man with Three Staves Is the Fisher King himself” : Graal et tarot dans The Waste Land, pour une éco-lecture », dans Figures de Parceval : du Conte du Graal au XXIe siècle (dir. María Pilar Suárez et Michèle Gally, Madrid, UÁM Ediciones, 2019, p. 237-244) ;
  • « Traduire Dante, traduire une forme », dans André Pézard, Pour un profil intellectuel (Classiques Garnier, 2017, p. 209-220) ;
  • Les Cantos et le plurilinguisme : ce que la poésie médiévale donne à la modernité, in The Poetics of Multilingualism/La poétique du plurilinguisme (Cambridge Scholars Publishing, 2017, pp. 175-184).

Parution : André Pézard

André Pézard, autobiographe, italianiste, romaniste et médiéviste (1893-1984) – Pour un profil intellectuel, sous la direction de Michèle Gally et Elsa Marguin-Hamon
Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2017

Ce volume éclaire les multiples faces autant que l’unité d’une œuvre et d’un homme. Un écrivain, philologue et traducteur que ses archives, pour beaucoup inédites et aujourd’hui conservées aux Archives nationales, permettent de redécouvrir.
Table des matières Continuer la lecture

Journée “Alibis médiévaux”

Journée d’étude « Alibis médiévaux »

Université Grenoble-Alpes, vendredi 29 janvier 2016

MSH – Salle de réunion (2e étage)

UFR de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères
Université Grenoble Alpes
Équipe d’accueil LUHCIE

decameron

Programme

10h – 10h30 : Accueil des participants

10h30 -12h00 :

Table ronde

Le débat sera animé par Debora Barattin, Francesco Bonelli et Filippo Fonio, avec la Continuer la lecture

Jennifer Rushworth (Oxford)

JenniferRushworth_web

Jennifer Rushworth est chercheuse post-doctorale à l’Université d’Oxford. Elle a fait son doctorat à Worcester College, Oxford, sur les discours du deuil chez Dante, Pétrarque, et Proust (ayant fini la thèse en 2013, elle développe actuellement ce manuscrit en vue de la publier). Son nouveau projet porte sur la réception de Pétrarque en France au dix-neuvième siècle. Elle s’intéresse aux liens entre les auteurs médiévaux et modernes, et des relations franco-italiennes, notamment dans le cadre de la littérature comparée et des études sur la traduction.

https://oxford.academia.edu/JenniferRushworth

 

Appel : Tweeter Dante

Appel à communication, CELEC – EA 3069, Université Jean Monnet Saint-Etienne

Tweeter Dante

Colloque transdisciplinaire, 17, 18 et 19 mars 2016

 

Nel mezzo del cammin di nostra vita

Mi ritrovai ad aprir l’utenza Facebook

Sperando che la cosa sia gradita

 @DanteSommoPoeta, 25 mai 2014

 

Ce colloque s’inscrit au sein d’un projet scientifique quinquennal 2016-2020 sur la « Relation », et plus particulièrement d’un axe consacré à la « Réécriture des textes canoniques et des mythes médiévaux dans les arts et les médias modernes ». Il portera sur la présence de Dante et de la Divine Comédie dans la littérature et la culture populaires d’aujourd’hui, à l’image de la réécriture twittée par @DanteSommoPoeta, initiée en mai 2014 et comptant, à l’heure actuelle, environ 7000 tweets rigoureusement en tercets enchaînés d’hendécasyllabes. Continuer la lecture