Archives par étiquette : corps

Atelier : “Voix et corps rebelles. Rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui”

La restitution de l’atelier “Voix et corps rebelles : rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui” sera déroulera le vendredi 17 mai 2024 à 19h à l’Espace Reverdy de l’Université de Nanterre (bâtiment Ricoeur), 200 avenue de la République (RER A “Nanterre Université”).

Ce moment de rencontre avec le public sera l’occasion pour présenter une première étape de l’exploration de la recherche-création postdoctorale de Susanna Scavello actuellement en cours, “Femmes martyres en action : rejouer les héroïnes médiévales aujourd’hui, le cas de Barbe”. La recherche est soutenue par l’EUR ArTeC, et interroge les potentialités d’une rencontre entre le Mystère de sainte Barbe en cinq journées (XVe s.), une pièce célèbre à la fin du Moyen Âge, méconnue de la scène d’aujourd’hui, et les codes de la scène contemporaine, grâce à la collaboration avec l’ensemble artistique Bougier TOTO mené par  Jules Benveniste.

La restitution du travail sera à la fois un moment de réflexion pour la suite, car les réactions du public participeront également à ce volet participatif de la recherche lors d’un borde plateau avec les encadrant.es (Susanna Scavello et Jules Benveniste) et les participant.es, des étudiant.es du Master ArTeC, des Master Lettres et Théâtre de Nanterre, du Master Théâtre de Paris 8, une comédienne et un créateur son et lumière de Bougier TOTO (Django Burdeau, Milena Chiron, Tamara Darne, Morgan Guillot-Noël, Valentine Griffon, Gloria Henriques, Violetta Latte, Marine Rabier, Methuna Sarvananthan, Louise Simorre, Valérian Vacheron).  

La présence des chercheuses et chercheurs, étudiantes et étudiants, qui s’intéressent à la réception du Moyen Âge aujourd’hui sera la bienvenue.  

L’évènement est gratuit, inscription obligatoire ici.

Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’événement.

Appel à communications : Parler de foutre

Le séminaire “Parler de foutre : le sexe dans les textes médiévaux, étude poétique et réception (XIe-XXIe s.)“, organisé par le CELLAM et l’Université Rennes 2, qui se prolongera en 2024-2025 puis en 2025-2026, est ouvert aux interventions sur le médiévalisme.

Pour la session 2024-2025, les propositions sont attendues pour le 15 mai 2024.

Le Séminaire du CETM s’est longtemps attaché aux objets, entre realia et poétique. Dans la continuité de cette recherche, il s’est intéressé entre 2021 et 2024 à la manière dont les textes médiévaux disent la relation sexuelle comme acte engageant le corps. « Parler de foutre » (titre tronqué du fabliau La demoiselle qui ne pooit oïr parler de foutre) met l’accent sur la question du mot et de la chose. Comment dire ou ne pas dire ? Entre tabou, ellipse, métaphore, euphémisme ou litote, comment les divers genres littéraires médiévaux construisent-ils une poétique associée au corps, à l’acte sexuel ou la pratique sexuelle ? Quelle articulation entre dire, faire, voir et imaginer ? Il s’agira d’étudier le vocabulaire, les dispositifs métaphoriques ou narratifs, et leur place dans la senefiance des œuvres et leur caractérisation générique.

Nous nous proposons dorénavant d’examiner quelle a été la réception de ce traitement du sexe dans la littérature, du Moyen Âge à aujourd’hui, dans les pratiques de réécriture, d’édition, de traduction, d’adaptation ou de commentaire d’œuvres médiévales. Sans prétendre à l’exhaustivité, le séminaire se concentrera donc sur le sexe comme réalité corporelle, anatomie et acte, et sur les rapports entre sexe et langue, sexe et langage, mais aussi sur les enjeux de la réception, procédant par sélection, censure, ou reconstruction d’un Moyen Âge fantasmé. On pourra se demander en quoi l’univers médiéval fournir un espace fictionnel privilégié de libération des fantasmes sexuels.

Les travaux pourront prendre en compte une perspective intermédiale pour voir comment aujourd’hui se construit un imaginaire du sexe médiéval dans d’autres arts et médias que la littérature (BD, films, séries ou autres).

Dans une actualité où la question de ce qui peut se dire, s’entendre, s’enseigner se pose à partir de réactions provoquées par la présence de mots ou d’images, les manières de dire le sexe au Moyen Age et la réception postérieure des œuvres qui en proposent une représentation suscitent des interrogations qui peuvent éclairer en miroir le présent.

Le séminaire propose environ 5 séances par an le jeudi après-midi. Une publication de la première partie des travaux est en cours. Un autre volume consacré à la réception reprendra les conférences assorties d’une introduction et d’une conclusion enrichies par les discussions.

C. Ferlampin-Acher et F. Pomel (Université Rennes 2-Cellam)

 

Les propositions pour 2024-2025 sont à adresser pour le 15 mai 2024, et les propositions pour 2025-2026 sont à adresser pour le 1e janvier 2025, avec à chaque fois un titre provisoire, un bref résumé et une notice bio-bibliographique conjointement à : fabienne.pomel [at] univ-rennes2.fr  et christine.ferlampin-acher [at] univ-rennes2.fr.

Appel à communications : Faire vivre la chanson de geste, poumon de la littérature médiévale

La journée d’étude “Faire vivre la chanson de geste, poumon de la littérature médiévale“, organisée par le laboratoire LARSH, se déroulera à l’Université Polytechnique Hauts-de-France de Valenciennes, le 21 novembre 2024.

Date limite d’envoi des propositions : 19 février 2024.

“Si les Français n’ont pas la tête épique, 

cela ne les empêche cependant pas de faire des épopées.”

Théophile Gautier, Revue des deux mondes, 1841 

La chanson de geste constitue un matériau narratif vivant par essence. La dénomination même interrogera le néophyte qui y verra sans doute un chant accompagné de gesticulations. Aussi, nous pouvons lire dans l’épopée médiévale l’accomplissement d’un récit empreint de voix. Le grand genre épique a marqué la littérature française par sa forme narrative tout autant que ses qualités oratoires, tel un poumon textuel. La respiration du récit devient rapidement une source d’inspiration puisqu’aux carrefours d’influences européennes, la matière de France s’inscrit dans une dynamique créative et innovante, et saura se renouveler tout au long du Moyen Âge. La puissance narrative et stylistique est capable d’innerver tout un champ littéraire, et si le déclin est définitif à la Renaissance, le genre gardera les marques d’une composition remarquable. 

Dans une perspective relativement large, l’objectif de cette journée d’étude est de questionner le genre de la chanson de geste et ses possibilités. À l’aune d’une littérature française foisonnante, le genre épique pose des jalons. La métaphore physiologique nous semble une approche intéressante en ce sens où elle sous-tend plusieurs axes d’étude : la musicalité et la performance corporelle, la mouvance et la réception, ou encore la production de textes. À l’heure où la chanson de geste peut encore être redécouverte – les éditions et traductions foisonnent depuis plusieurs décennies – et rencontrer de nouveaux lecteurs enthousiastes, les Français auraient donc bien la tête épique !

Axe 1 : Le succès des chansons de geste au Moyen Âge, comme matières à (re)modeler et à mettre en voix 

Cet axe d’étude propose d’évaluer la portée des récits épiques dans leur entourage littéraire. Comment la matière épique devient matière d’inspiration ? Comment les écrivains contemporains et postérieurs au genre réinventent-ils cette matière ? Comment les chanteurs de geste eux-mêmes s’approprient-ils le matériau épique ? Nous pourrons également interroger la capacité pour un récit non épique de le devenir.

Axe 2 : Le rythme et le souffle épiques

Une entrée stylistique permettrait d’évaluer les virtuosités de l’écriture épique. Empreinte d’une force vivante, les performances de la voix et la musicalité mettraient en lumière la sonorité, voire la corporalité, inhérentes à l’écriture épique. Les formules, les clichés, les effets d’échos d’une chanson à l’autre méritent d’être pensés tels une colonne vertébrale de l’écriture. L’étude du transfert de cette musicalité épique vers les mises en prose offrirait une approche complémentaire.

Axe 3 : Les influences dans la littérature française

Quel devenir pour le genre épique ? La possibilité d’observer de près les trésors évanescents de la littérature épique, qu’ils s’agissent des chansons de seconde génération ou des mises en prose, est également proposée. La réception et la signification donnée a posteriori aux chansons de geste questionnent. Dans quelle mesure ce genre aurait-il été victime de son succès, même au-delà du Moyen Âge ?

Les propositions de communication, de 300 mots maximum, accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF, avant le 19 février 2024, à l’adresse suivante : justine.durand [at] uphf.fr (Justine Dockx).

— 

Comité scientifique :

Emanuele Arioli, Université Polytechnique Hauts-de-France, LARSH

Justine Dockx, Université Polytechnique Hauts-de-France, LARSH

Jean-Charles Herbin, Université Polytechnique Hauts-de-France, LARSH

François Suard, Université Paris-X-Nanterre.

— 

Bibliographie indicative 

BASTIDE, Mario : « Les actes de parole dans Aliscans », L’Information Littéraire, 45/5, 1993, pp. 5-13.

BUSBY, Keith : « Performance, trahison, espionnage », Moyen Âge, 121, 2015 (3-4), pp. 663-676.

DUGGAN, Joseph J. : « Performance and transmission, aural and ocular reception in the twelfth and thirteenth century vernacular literature of France », Romance Philology, 43, 1989, pp. 49-58.

Le Souffle épique. L’esprit de la chanson de geste, éd. Sylvie BAZIN-TACCHELLA, Damien DE CARNÉ et Muriel OTT, Dijon, Éditions Universitaires (coll. Écritures), 2011.

LEUPIN, Alexandre : « Les pompes funèbres de l’oralité : féodalité dans les Serments de Strasbourg et la Chanson de Roland », PRIS-MA, XXII (1-2), n° 43-44, 2006, pp. 87-98.

MÖLK, Ulrich : « Remarques philologiques sur les gestes autoréférentiels du narrateur dans les premières chansons de geste », Das Potenzial des Epos. Die altfranzösische Chanson de geste im europäischen Kontest, éd. Susanne FRIEDE et Dorothee KULLMANN, Heidelberg, 2012, pp. 43-51.

SCHOYSMAN, Anne : « Voix d’auteur, voix de copiste dans la mise en prose : le cas de David Aubert », Rencontres du vers et de la prose : conscience théorique et mise en page, éd. Catherine CROIZY-NAQUET et Michelle SZKILNIK, Turnhout, Brepols, 20015, pp. 49-60.

STEVENS, John : « Reflections on the Music of Medieval Narrative Poetry », The Oral Epic : Performance and Music, éd. Karl REICHL, Berlin, Verlag für Wissenschaft und Bildung, 2000, pp. 233-248.

SUARD, François : « Conclusions », L’épopée ; mythe, histoire, société, éd. Jean-Pierre MARTIN et François SUARD, Paris, Centre des Sciences de la littérature, Université de Paris X-Nanterre, 1996, pp. 123-130.

ZUMTHOR, Paul : La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Seuil, 1987.

ZUMTHOR, Paul : La Poésie et la voix dans la civilisation médiévale, Paris, P.U.F., 1984.

 

Tous les détails sont disponibles sur le site du laboratoire organisateur.

Sébastien Douchet (Aix-Marseille Université)

Sébastien Douchet est maître de conférences HDR en langue et littérature médiévales à Aix-Marseille Université, et membre du CIELAM.

Spécialités :

Roman médiéval – littérature arthurienne – genre de la continuation – représentation de l’espace – lieux et paysages dans la littérature médiévale – représentation du corps dans la littérature médiévale – iconographie médiévale (enluminures, mosaïques) – Chrétien de Troyes – Wauchier de Denain – Manessier – Gerbert de Montreuil- thème de la création du monde (iconographie et littérature hexamérales) – réception des textes médiévaux aux XVIe et  XVIIe siècles – littérature et études matérielles – histoire culturelle et histoire littéraire en diachronie (Moyen Âge-XVIIe siècle). 

Groupe et activités : CUER MA

Titre de la thèseLogiques du continu et du discontinu. Espace, corps et écriture romanesque dans les Continuations du Conte du Graal (1190-1240), 2004, Paris IV, dir. D. Boutet.

Habilitation : HDR soutenue le 10 novembre 2018 à l’université Paris Sorbonne, sous le titre : « La littérature du Moyen Âge et son espace. Réflexions sur l’écriture et la réception des textes médiévaux du XIIIe au XVIIe siècle ».
 

Ouvrage Une réception du Moyen Âge au xviie siècle. Lectures et usages des textes médiévaux par les Gallaup de Chasteuil (1575-1719), Paris, Honoré Champion, coll. « Mémoire du Moyen Âge » n°4, 762 p. + 8 planches hors texte, 2022.

Articles

1.     « Être un poète de son siècle : construction historiographique ou invention littéraire ? Glanures sur la réception moderne de Jean de Meun », à paraître en 2023 dans Acta  fabula.

2.     « Reappraisal of a literary topos: the medieval found manuscript. The case of Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon and the Gallaup de Chasteuil brothers », « Inventer la littérature médiévale (xvie-xviisiècles) », dir. Y. Dahhaoui et B. Wahlen, Cahiers de Recherche Médiévales et Humanistes 41, 2021, p. 319-343.

3.     « Réédifier le Moyen Âge au xviie siècle. Architecture fictive et lettres médiévales dans le Discours sur les arcs triomphaux de Jean Gallaup de Chasteuil (1624) », Architectures et décors fictifs antiques et médiévaux. Illusion, fiction et réalité, dir. G. Herbert de la Portbarré-Viard et P. Duarte, Paris, Khartala-Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, coll. « L’Atelier méditerranéen », 2022, p. 379-394.

4.     « “Ha Ha lets laffe at this lye ». Émotion de lecture et note marginale dans l’exemplaire BnF Res. Ye 851 des Loups ravissants ou Doctrinal moral de Robert Gobin (éd. Antoine Vérard, 1503) », Les Émotions au Moyen Âge. Un objet littéraire, dir. M. Guéret-Laferté, D. Lechat, L. Mathey, Genève, Droz, 2021, p. 241-268. 

5.     « Les beaux rebuts d’Antoine Bauderon de Sénecé. Présence du Moyen Âge chez un lettré entre deux siècles (1683-1729) », Encyclopédique Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Denis Hüe, dir. Ch. Ferlampin et F. Pomel, Paris, Classiques Garnier, 2021, 526 p., p. 437-452.

6.     « Esquisse d’une réception française de Brunet Latin à l’âge classique (xvie-xviiie siècles) », Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge / Circolazioni culturali italo-francesi nel contesto medievale europeo, dir. R. Antonelli, J. Ducos, Cl. Galderisi, A. Punzi, Turnhout, Brepols, 2021, p. 217-238.

7.     « “Perceval vient encore à son tour” : errances du Perceval au xviie siècle (1579-1698) », Figuras de Perceval. Del Conte du Graal al siglo XXI, dir. M. P. Suárez et M. Gally, Madrid, Ediciones de la Universidad Autónoma de Madrid, 2019, p. 55-66.

8.     « L’Hystoyre de la guerre d’Arles. L’épisode de Tersin dans la Chronique de Provence de Jean de Nostredame (ca. 1575) », De la pensée de l’histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet, dir. S. Douchet, M.-P. Halary, P. Moran, S. Lefèvre, J.-R. Valette, Paris, Honoré Champion, 2019, p. 870-881.

9.     « Vieux roman : comprenne qui pourra… Étude du manuscrit 405 de la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras », en collaboration avec V. Naudet, Le Manuscrit uniqueUne singularité plurielle, dir. É. Burle-Errecade et V. Gontero-Lauze, coll. « Cultures et civilisations médiévales » 70, Paris, PUPS, 2018, p. 89-113. 

10.  « “Couper avec des cizeaux les portraits de nos trouvaires“. Défiguration et reconfiguration d’objets manuscrits médiévaux au xviie siècle », en collaboration avec V. Naudet, Lire les objets médiévaux. Quand les choses font signe et sens, dir. F. Pomel, Rennes, « Le saint et le roi. L’Orient littéraire d’une famille aixoise du xviisiècle », en collaboration avec V. Naudet, Le Goût de l’Orient. Collections et collectionneurs de Provence, dir. A. Bosc et M. Jacottin, Silvana Editoriale, Milan, 2013, p. 60-61.

11.  « Le manuscrit 408 de la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras : notice », en collaboration avec V. Naudet, Le Goût de l’Orient. Collections et collectionneurs de Provence, dir. A. Bosc et M. Jacottin, Silvana Editoriale, Milan, 2013, p. 62-63.

 
Détails et contact via le site du CIELAM.