Archives par étiquette : contemporain

Parution : L’art médiéval est-il contemporain ?

Charlotte Denoël, Larisa Dryansky, Erik Verhagen et Isabelle Marchesin (dir.), L’art médiéval est-il contemporain ? Is Medieval Art Contemporary?, Brepols, 2023.

This publication brings together essays by scholars of both medieval and contemporary art, offering a cross-disciplinary approach of both periods. It investigates how contemporary artists and contemporary art historians perceive medieval art, and, reciprocally, how medieval art historians envisage the echoes of medieval artforms and esthetics in contemporary art. The volume follows on from the symposium organized in conjunction with the exhibition “Make it New: Carte Blanche à Jan Dibbets” that was held at the Bibliothèque Nationale de France (Paris) in 2019, and which presented side by side Hrabanus Maurus’s De Laudibus Sanctae Crucis (In Praise of the Holy Cross), a masterpiece of Carolingian art, with works by artists associated with conceptual art, minimal art, and land art.

How and why has medieval art, and particularly early medieval art, inspired contemporary artists since the 1950s? What has medieval art contributed to contemporary art? How has medieval art’s treatment of figures, color, space, geometry, and rhythm provided inspiration for contemporary artists’ experiments with form? In what way does contemporary artists’ engagement with the topics of formatting, writing, semiosis, mimesis, and ornamentation draw inspiration from medieval models? To what extent and in what sense are the notions of authorship and performativity relevant for understanding conceptions of artmaking in both periods? Rather than focusing on medievalism and citational practices, or on the theory of images—both approaches having already produced an important body of comparative readings of medieval and contemporary art—the essays in this volume address the question of medieval art’s contemporaneity thematically, through three trans-chronological topics: authorship, semiosis and mathematics, and performance. Engaging the artists’ works as well as their writings, these studies conflate conceptual and esthetic perspectives.

Table des matières

Préface
Charlotte Denoël, Larisa Dryansky, Isabelle Marchesin et Erik Verhagen

Partie 1. Introduction

Au-delà des périodisations : Parcours passés et futurs potentiels
Nancy Thebaut

Partie 2. Auctoritas/authorship

Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une question d’auctorialité dans l’art de la fin du Moyen Âge
Elliot Adam
L’artiste conceptuel à son pupitre
Valérie Mavridorakis
Art conceptuel et scolastique : le Chêne de Michael Craig-Martin est-il thomiste ?
Benjamin Riado

Partie 3. Signe et mathématiques

“All form is a process of notation”: Hrabanus Maurus’s exemplativist” art
Aden Kumler’
Les nombres de la forme et les formes du nombre. Essai sur les carolingiens et l’abstraction.
Isabelle Marchesin
Abstraction in Medieval Art: The Chiasm in Hagia Sophia
Bissera Pentcheva
Hollis Frampton, médiéval
Larisa Dryansky

Partie 4. Performance

La conversion du précieux sang : Gina Pane et la mystique médiévale
Janig Bégoc
Automata, Kineticism, and Automation: An Oblique History of Animacy in the Art of the Long 1960s
Roland Betancourt

Coda
Zoe Leonard’s Suitcases
Amy Knight Powell

Liste des contributeurs

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Colloque: Les mythes au XXIe siècle

Le colloque “Les mythes au XXIe siècle” se tiendra à Besançon (UFR STAPS) les 12 et 13 mai 2022. Elle est pilotée conjointement par Laurent Di Filippo (CREM, Université de Lorraine) et Audrey Tuaillon Demésy (C3S, Université de Franche-Comté).

Jeudi 12 mai
13h30 : accueil
14h00 : Introduction du colloque – Laurent Di Filippo, Université de Lorraine, et Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté


Session 1 : Mythes, pouvoirs et questions socio-politiques
Modérateur Sébastien Haissat
14h15 : « Développement de la mémoire patriotique et du mythe du petit-patriote en Russie et en Biélorussie à travers les jeux Opération Bagration et World of Tanks » – Vitaly Buduchev, Université de Lorraine
15h00 : « Réinterpréter les mythes antiques grâce à la voix des oubliées » – Cassandre Martigny, Sorbonne Université
15h45 : pause
Modérateur Laurent Sébastien Fournier
16h00 : « Renversement de la morale patriarcale par la réécriture mythologique contemporaine » – Emmanuelle Lescouet, Université de Montréal
16h45 : « Récit de vie en Haïti et mythologie » – Ethson Otilien, Université Laval
17h30 : fin de journée

Vendredi 13 mai

Session 2
Modérateur Alban Gautier
9h30 : « Les Moires de Velen et le syncrétisme mythologique en fantasy » – Marie Kergoat, Université de Rennes
10h15 : « #ChatNoir : persistance et métamorphose des mythes, superstitions et croyances à l’heure du web participatif » – Magali Bigey et Justine Simon, Université de Franche-Comté
11h : Pause


Session 3 : Fondation des mythes contemporains
Modératrice Audrey Tuaillon Demésy
11h15 : « Mythes fondateurs et mythes des fondateurs d’un monde numérique et de son éthos. Approche herméneutique des représentations cinématographiques de Mark Zuckerberg et Steve Jobs sur des scénarios d’Aaron Sorkin » – Camille Roelens, Université de Lausanne
12h00 : « Les AOP et leurs mythes fondateurs, comment les produits sous signe de qualité s’ancrent et utilisent l’imaginaire. Le cas des AOP fromagères du Massif Jurassien. » – Raphaël Salvi, Université de Franche-Comté
12h45 : pause déjeuner


Session 4 : Les mythes vécus
Modérateur Laurent Di Filippo
14h00 : « Fragments de mythologies », session de contes – Matthieu Epp
14h30 : « Le sens du mythe dans les nouveaux événements festifs urbains » – Laurent Sébastien Fournier, Université Côte d’Azur


Session 5 : Mythes et mise en scène de soi
Modératrice Clémentine Hougue
15h15 : « Figures du double, spécularité et lieux de passage : représentations persistantes du miroir dans le cinéma contemporain » – Clémence Mesnier, Université de Lorraine
16h00 : « Le passage aux enfers, motif d’une expérience immersive de la psychose dans Hellblade, Senua’s Sacrifice » – Aurore Noury, EHESS Paris
16h45 : Conclusion
17h : fin du colloque

Tous les détails sur le site du projet AION.

Appel: Imaginaire contemporain de la cathédrale

Myriam White-Le Goff et Brigitte Poitrenaud-Lamesi organisent deux colloques sur le motif de l'”Imaginaire contemporain de la cathédrale“. Le premier se déroulera à l’Université d’Artois les 12 et 13 mai 2022, et le second à l’Université de Caen à l’automne 2022 (date à préciser).

Les propositions sont attendues pour le 5 octobre 2021.

Le retentissement médiatique de l’incendie de Notre-Dame de Paris a révélé le poids imaginaire voire affectif de la cathédrale dans notre monde contemporain, par-delà la nature et la signification initiale de l’édifice. Cet événement a souligné combien la cathédrale appartient à l’histoire culturelle, au sens le plus large. L’incendie a réveillé la terreur médiévale du feu dévastateur et ravivé une crainte toujours latente : la cathédrale est vulnérable, elle n’est pas éternelle. Il a suscité des réactions violentes et contrastées : tour à tour l’édifice a été qualifié de « Tas de pierre, ruine, coeur du catholicisme français, haut lieu de la spiritualité chrétienne, monument des Parisiens, patrimoine artistique mondial, joyaux du gothique français, sanctuaire mémoriel, conservatoire de savoir-faire artisanaux mais encore nasse à touristes, machine à cash, dispositif de défiscalisation, faire-valoir des mécènes milliardaires, image de l’incurie… ». Des discours émus, apitoyés, blasés ou outrés en passant par les silences de la sidération ou de l’indifférence affichée… jusqu’au « J’m’en balek » d’une responsable syndicale.


ENJEUX MÉMORIELS Le brasier a surtout convoqué Victor Hugo et Notre-Dame de Paris comme texte canonique de la mémoire littéraire de l’édifice. Si le roman d’Hugo a enflammé l’esprit des commentateurs ce jour-là, la référence à Viollet-Le-Duc a fait resurgir un Moyen Âge repensé par le XIXe siècle et par les Romantiques comme un tout cohérent dont la mémoire indirecte est tout aussi précieuse et significative que le souvenir de l’édifice originel. L’imaginaire moderne de la cathédrale a fait l’objet de travaux récents (Georges Roque dir., 2012) pour savoir : « comment l’imaginaire de la cathédrale s’est transformé à la fin du XIXe siècle et comment en il en est venu à rejoindre les aspirations de la modernité en art ? ». (Travaux du Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS, 2006). Les travaux de Joëlle Prungnaud et de Stephanie Glaser expriment le retentissement de cet imaginaire. La question se pose de savoir si les tournants majeurs et les ruptures qui caractérisent la période allant de la seconde partie du XXe siècle au début du XXIe imposent de nouveaux enjeux épistémologiques.


ENJEUX SOCIAUX CULTURELS L’événement a ouvert un débat sociétal sur les enjeux de la future reconstruction du monument et suscité des interrogations nouvelles sur la cathédrale de Paris et plus généralement sur les cathédrales. Il invite à penser/repenser la place de la cathédrale dans l’espace urbain citadin, national et international, la nature même du lieu et les enjeux de sa représentation. L’étymologie est une première source de réflexion. En italien
on parle de chiesa cattedrale (église cathédrale), l’adjectif pointe alors essentiellement la fonction : la chaire étant le lieu d’expression d’une autorité. Le débat questionne aussi le statut du « visiteur » : pèlerin, fidèle, touriste, curieux, amateur, spécialiste et même spectateur – quand la cathédrale devient un lieu de spectacles et d’expositions. La question du consumérisme
et de la rentabilité confronte le chercheur à celle du rapport entre sacré et profane. Gilles Clément dans son Manifeste du Tiers paysage appelle à préserver les lieux sacrés comme « lieux d’errements de l’esprit ».


ENJEUX ESTHÉTIQUES ET ÉTHIQUES La combustion lente mais inexorable de la
« forêt » partie en fumée a frappé les esprits : « la forêt » étant le surnom donné à la charpente vieille de huit siècles, « enchevêtrement de poutres en bois de chêne, chacune taillée dans un arbre différent ». En outre les spectateurs, directs ou indirects, ont assisté dans le monde entier à l’effondrement de la « flèche » élément symbolique de l’édifice et au sauvetage du « coq, dit paratonnerre spirituel ». Flammes, fumée, bois, forêt, flèche, coq : c’est un imaginaire végétal, animal, sauvage et élémentaire qui a ainsi été convoqué. (Bertrand de Feydeau, vice-président de la Fondation du patrimoine rappelle que cette « forêt » était faite « d’arbres qui constituaient
ce qu’on appelle la forêt primaire » aujourd’hui disparue). À l’heure où la forêt primaire amazonienne est en flammes, la disparition de la forêt cathédrale prend un sens particulier et fait naître un imaginaire radicalement nouveau : il convoque le temps long de la croissance de l’arbre et celui de l’ouvrage d’art médiéval, le geste lent, répétitif et inspiré de l’artisan ; il convoque l’imaginaire du feu et de la selva intimement lié à l’histoire des cathédrales, il convie
une mémoire fantastique plus ancienne que la cathédrale elle-même mais en rapport étroit avec la forme spécifique des cathédrales.


Le projet se propose de confronter la cathédrale, au sens large, à la « postmodernité » et à son « actualité », dans les pays de cultures romanes (sans s’interdire des points de comparaison extérieurs). Il s’agit d’étudier les multiples variations, reprises, recréations voire les détournements dont elle fait l’objet pour interroger son statut, sa fonction, réelle et symbolique, à partir de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours, afin de cerner, comprendre, restituer les enjeux culturels contemporains liés aux imaginaires de la cathédrale selon une approche croisée. On cherchera par là à analyser le ou les « imaginaire(s) contemporain(s) de la cathédrale ».


Les travaux se déroulent en deux moments, lors de deux colloques :


Le premier colloque se tiendra à l’université d’Artois (Arras), les 12 et 13 mai 2022.
Ce premier volet s’intéressera aux « Contextes et Approches ».
Il proposera un état des recherches concernant la cathédrale, en particulier entre le XIXe siècle et le XXe, en mettant notamment en avant ses enjeux mémoriels suivant les contextes géographiques, sociologiques ou religieux où elle se place. La cathédrale à la fois fait mémoire et est un motif de la modernité. On s’interrogera sur l’évolution de sa place, de son statut et de sa fonction aujourd’hui, par rapport au passé.


Le second colloque se tiendra à l’université de Caen, entre octobre et décembre 2022.
Ce second volet s’intéressera aux « Conceptions et Images ».
On y examinera les questions d’esthétique, à propos des représentations ou des images de la cathédrale au fil du temps, y compris dans leurs dimensions symboliques ou spirituelles.
Le projet s’inscrit conjointement dans les travaux des centres de recherches « Textes et Cultures » (« Translittéraires ») d’Arras du LASLAR (« Actualité de l’Ancien ») de Caen.

Dans cette mesure, nous encourageons une approche fortement pluridisciplinaire et interdisciplinaire, en attendant des propositions dans des champs disciplinaires diversifiés : littérature, arts plastiques et visuels, arts du spectacle en particulier cinéma, architecture, sociologie, histoire culturelle, histoire des arts, esthétique…


Les rencontres feront l’objet d’une publication (Actes des colloques).
Les langues acceptées sont le français, le portugais, l’espagnol et l’italien.


Envoyez vos propositions de 1000 caractères au maximum, avant le 5 octobre 2021, à Brigitte Poitrenaud-Lamesi, brigitte.poitrenaud-lamesi [at] unicaen.fr et Myriam White-Le Goff, myriam.whitelegoff [at] univ-artois.fr

Appel: Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux“, ouvrage dirigé par Anne Chassagnol.

Date limite: 1e septembre 2021

Date prévue pour le rendu d’article: mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Les thématiques de chapitres pourront être en lien avec les aspects suivants :

1. Contes de fées et arts visuels

Féérie et mouvements artistiques (Romantisme, art nouveau, art déco, art brut…)

La fée dans la peinture XIXe (Victorian Fairy Painting, Préraphaélisme)

Contes de fées et art contemporain (P. Rego, K. Smith, Y. Kusama …)

Artistes féeriques (H. Füssli, W. Crane, G. Doré, Y’Dargent, A. Rackham, R. Dadd, R. Doyle, E. Dulac, V.F. Sterrett, K. Nielsen, T. Jansson, R. Dautremer, F. Ducassé)

Illustration de contes de fées (enluminures, livres illustrés, livres d’étrennes, couvertures, reliures)

La fée au cinéma (G. Méliès, W. Disney, T. Burton, Studio Ghibli)

Féerie et photographie (photomontage, spiritisme, réalisme)

Fées et publicité (affiches, spots, logos, marques)

Fées, bande dessinée, comics et roman graphique

Fées et animation (cartoonswebtoonsscanimationstopmotion)

Féerie et architecture (cabanes, châteaux, monuments, sculptures, bâtisseurs féeriques)

2. Féérie et arts vivants

Le conte de fées au théâtre (pantomimes, marionnettes, décors, accessoires)

Féérie et spectacle vivant (scénographie, tableaux vivants, décors)

La fée en musique (opéra, comédie musicale, livrets, pop musique, rap…)

Féerie et arts urbains (street art, graffiti, videomapping, illuminations)

Contes de fées et danse (comédies-ballets, ballets romantiques, chorégraphies)

Féérie et arts du cirque

Féerie et arts invisibles (performance sonore, olfactive ; effets spéciaux, trucages)

3. Féérie et arts décoratifs

Contes de fées et textiles (tapisserie, ameublement, quilt)

Féérie et joaillerie

Féérie, enluminure, miniature, vitraux

Féérie et typographie

Féérie et porcelaine (poupée, vases, vaisselle)

Le conte de fées et la mode : arts textiles, stylisme

4. Féérie et autres disciplines artistiques

Contes et botanique : jardin, horticulture, art topiaire, grotte, folies, land art

Féérie et arts corporels : tatouage, maquillage

Féérie et gastronomie

Taxidermie, objets et curiosités féeriques

Contes de fées et fan art

Féérie et arthérapie

 

Les propositions de chapitres (500 mots + titre) ainsi qu’une courte notice bio-bibliograhique sont attendues pour le 1e septembre 2021 aux deux adresses suivantes:

anne.chassagnol [at] univ-paris8 [dot] fr et esthetiquefeerique [at] gmail [dot] com

Appel: Créatures fantastiques

Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy organisent les 18 et 19 février 2022 le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques“, dans le cadre du Festival Atrebatia à Arras.

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Certaines de ces activités sont plus ou moins exigeantes physiquement ou artistiquement, mais ce qui les caractérise avant tout est une forte dimension Do it yourself (Hein, 2012). En effet, la mise en vie de ces diverses créatures imaginaires induit nécessairement une phase de création personnelle. Dès lors, ces loisirs mettent l’accent sur la nécessité de faire soi-même, dans une démarche qui se veut participative. Par ailleurs, l’action collective (Willis, 1990) forme un élément central de ces activités, qui sont portées par des communautés d’acteurs et forment des sous-cultures dans le champ des loisirs (Hebdige, 2008). Un style de vie ‒ ou lifestyle (Wheaton, 2004) ‒ définit souvent ces pratiques qui réclament un fort investissement temporel, voire économique.

Loin de n’être qu’une forme de « réenchantement du monde » (Maffessoli, 2007), il s’agit plutôt ici d’appréhender ces formes ludiques comme des espaces d’expression de loisirs alternatifs (Tuaillon Demésy, 2017). Sans être en rupture avec des pratiques davantage mainstream, ces activités mettent l’accent sur l’imaginaire, le « bricolage » (Certeau, 1990) et tendent à se construire en parallèle – voire en opposition – des loisirs plus « traditionnels ». En effet, de nouvelles manières de faire, ainsi que des valeurs d’autonomie et d’indépendance, transparaissent dans ces pratiques, concourant à créer un « monde de sens » (Goffman, 1961) qui leur soit spécifique.

Plus spécifiquement, la question se pose donc de savoir comment l’imaginaire des mondes « secondaires » permet la création et l’incarnation de créatures fantastiques. Que traduisent ces activités ludiques de l’appropriation des mondes fictionnels ? Plus encore, en tant qu’ensemble de représentations symboliques, l’imaginaire est aussi bien un cadre de référence instituant qu’une dynamique favorisant le passage de la consommation à la création (Tuaillon Demésy et Haissat, 2019). Dès lors, comment l’imaginaire devient-il performatif, conduisant à la mise en vie de créatures fictives ? Les axes proposés pour ce colloque sont multiples : il peut s’agir de questionner l’imaginaire et ses impacts sur le monde des loisirs corporels, mais aussi de montrer en quoi la culture de la participation produit d’autres manières de faire et d’autres cadres ludiques. Les études de cas sont aussi les bienvenues en ce qu’elles permettent de mieux comprendre les modes de fonctionnement de ces loisirs alternatifs et les modalités de mises en vie de fictions.

Ces réflexions doivent être abordées selon un angle pluridisciplinaire. Les propositions de communication pourront ainsi relever du champ des sciences humaines et sociales (sociologie, ethnologie, histoire, sciences de l’information et de la communication, etc.) mais aussi du domaine de la littérature, des études visuelles ou cinématographiques, etc.

 

Bibliographie :

Besson A. (2015), Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éd.

Blanc W. (2018), « Voir la vie en Vert. Une histoire des orques dans la fantasy et les jeux de rôle », Jeu de rôle magazine, n° 42, pp. 22-31.

Certeau, M. de. (1990), L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

Goffman E. (1961), Encounters: two Studies in the Sociology of Interaction, Harmondsworth, Penguin Books.

Hebdige D. (2008), Sous-culture, le sens du style, trad. fr., Paris, Zones (1re éd. : 1979).

Hein F. (2012), Do it yourself ! Autodétermination et culture punk, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin.

Maffessoli M. (2007), Le réenchantement du monde. Une éthique pour notre temps, Paris, La Table ronde.

Tuaillon Demésy A. (2017), « Le quidditch moldu. De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, n° 31, pp. 393-413.

Tuaillon Demésy A. et Haissat S. (2019), « Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ? », Carnet hypothèses.org Mundus Fabula, mars, en ligne : https://mf.hypotheses.org/933.

on B. (dir.) (2004), Understanding Lifestyle Sport: Consumption, Identity and Difference, Londres, Routledge.

Willis P. (1990), Common Culture. Symbolic Work at Play in the Everyday Cultures of the Young, Milton Keynes, Open University Press.

 

Modalités de soumission :

Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte biographie seront à faire parvenir au format .odt ou .docx à audrey.tuaillon-demesy@univ-fcomte.fr et anne.besson@univ-artois.fr pour le 30 septembre 2021 au plus tard.

 

Présentation du cadre des rencontres et du festival :

Ce colloque est piloté conjointement par l’ANR Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il se déroulera le 18 février à l’Université d’Artois et le 19 février dans le cadre du festival.

Festival des cultures de l’imaginaire, cousin nordiste d’événements tels que Les Imaginales d’Epinal, Atrebatia est organisé depuis 2015 et réunit chaque année plus de 150 créateurs et artistes autour de medium diversifiés (artisanat, spectacle vivant, performance, littérature, archéologie, arts plastiques, illustration, photographie, …). Ainsi présentés au public (20 000 visiteurs), ces supports articulés en cohérence autour de la thématique des légendes et de la fantasy créent un ensemble fortement apprécié de visiteurs à la fois éclairés (et souvent costumés), ainsi que de personnes plus locales découvrant cet univers spécifique. Le programme du festival s’organise traditionnellement autour d’un marché artisanal, d’une série de rencontres et de conférences, d’impromptus artistiques ou de spectacles à part entière ainsi que d’un large salon littéraire. Le beffroi d’Arras, patrimoine mondial de l’UNESCO, le pôle culturel Saint Vaast et l’hôtel de Guînes accueillent ces festivités dans un contexte patrimonial enchanteur, propice à la rencontre et à la découverte.

À présent organisé sous forme de biennale, le festival souhaite consolider son rayonnement et la qualité de ses propositions, notamment au travers d’une démarche scientifique accrue, terreau favorable de déploiement du colloque. 

 

Comité scientifique :

 Anne Besson (Université d’Artois), William Blanc (Chercheur indépendant), Justine Breton (Université de Reims), Noémie Budin (Université de Lorraine), Laurent Di Filippo (Université de Lorraine),Sébastien Haissat (Université de Franche-Comté) et Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté).

 

Comité d’organisation :

 Anne Besson (Université d’Artois), William Blanc (Chercheur indépendant), Romain Plichon (Responsable du festival Atrebetia) et Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté).

 

Calendrier prévisionnel :

30 septembre 2021 : réception des propositions

Courant octobre : évaluation des propositions par le comité scientifique

Courant novembre : réponse aux contributeurs

18-19 février 2022 : colloque en présentiel

Parution : Moyen Âge connecté

Zrinka Stahuljak, Médiéval contemporain. Pour une littérature connectée, Editions Macula, 2020

Présentation de l’éditeur :  
La médiéviste Zrinka Stahuljak nous présente dans son essai un Moyen Âge empli d’enseignements pour notre propre société. Se penchant à la fois sur l’époque médiévale et sur l’époque néo-libérale, elle met au jour les rapports que nous entretenons aux mots et à la littérature, à leur histoire, et aide à faire comprendre les questions liées à la politique culturelle ainsi qu’à la préservation et au financement du patrimoine. Au fil de ces pages, c’est l’impérieuse nécessité de poursuivre les enseignements de la littérature et de l’histoire du Moyen Âge qui prend forme.

Zrinka Stahuljak enseigne la littérature et la civilisation médiévales à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Elle a publié en France L’Archéologie pornographique. Médecine, Moyen Âge et histoire de France (PUR, 2018) et Les Fixeurs au Moyen Âge. Histoire et littérature connectées (Le Seuil, 2021), et aux États-Unis, Bloodless Genealogies of the French Middle Ages (2005) et Medieval Fixers: Translation Across the Mediterranean, 1250-1530 (à paraître).

Appel : MaMo 2018

Colloque international
“The Middle Ages in the Modern World”
Rome, 21-24 novembre 2018

Appel à contributions

The Middle Ages in the Modern World est un colloque biennal portant sur les manières dont le Moyen Âge a été perçu, imaginé, évoqué, revécu, utilisé, instrumentalisé et réinventé dans le monde moderne et contemporain.
En 2018, pour la première fois, MAMO se tiendra hors de Grande-Bretagne.
Accueilli par la John Cabot University et l’École française de Rome, le premier MAMO continental se déroulera dans le centre historique de Rome, du mercredi 21 au samedi 24 novembre 2018. Le dimanche 25 sera une journée particulière, facultative, consacrée à la visite de sites médiévaux et médiévalistes dans et autour de Rome.
Nous accueillons les propositions de communications d’une durée de 20 mn, portant sur le médiévalisme dans toutes les parties du monde. Peuvent également être proposées des sessions formées de trois communications de 20 mn chacune. Les propositions et les Continuer la lecture