Archives par étiquette : cinéma

Parution : Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!

Justine Breton, Monty Python: Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, coll. « Contrechamp »,2021.

Décryptage du film culte de Terry Jones et Terry Gilliam
Est-ce l’hirondelle africaine ou européenne qui peut le mieux supporter le poids d’une noix de coco ? Comment démasquer une sorcière à l’aide d’un canard ? Arthur parviendra-t-il à convaincre ses sujets qu’il est bien roi, même s’ils n’ont pas voté pour lui ? Un jardinet suffira-t-il à apaiser la colère des chevaliers qui disent Ni ? Comment venir à bout du lapin blanc, terrifiant gardien de la grotte de Caerbannog ?
Répliques cultes, scènes mythiques : dès sa sortie sur les écrans en 1975, Monty Python: Sacré Graal !, réalisé par Terry Gilliam et Terry Jones, connaît un succès mondial, jamais démenti depuis.
Du rejet initial par les grandes maisons de production aux premières projections catastrophiques, en passant par un tournage cauchemardesque, Justine Breton revient sur les coulisses de la création de ce chef-d’oeuvre, et décortique l’art de la comédie à la manière des Monty Python.

Parution : Arthur à l’écran

Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Classiques Garnier

En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens – royal, chevaleresque, féminin et même populaire – de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

Appel : Reines de scène et d’écran

« Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série) », appel pour un colloque interdisciplinaire organisé à Rouen les 15-16 octobre 2019.

Date limite : 1er mai 2019.

Les titres et résumés de propositions sont à envoyer conjointement à Ariane Ferry et Sophie Mentzel avant le 1er mai 2019 :
ariane.ferry@univ-rouen.fr  et   mentzelsophie@gmail.com

Ce colloque interdisciplinaire et diachronique, inscrit dans le projet La force des femmes, hier et aujourd’hui, viendra conclure un programme de recherche sur la figure de la reine et ses évolutions dans les arts de la scène et de l’écran, l’un des axes du Cérédi, et interroge les représentations de l’exercice du pouvoir par les femmes.

Les deux premières journées d’étude (Reines de théâtre de la première modernité en Europe, 12 juin 2018 ; Reines de théâtre de la fin du XVIIIe au XIXe siècle, 19 novembre 2018) ont permis de faire émerger un certain nombre d’actrices de l’histoire européenne devenues de grandes figures de la scène en France, Espagne, Allemagne et Angleterre.

Le cycle s’achèvera avec un colloque intitulé Reines à la scène et à l’écran, de la fin du XIXe au XXIe siècle : (ré)écriture, mise en scène, remédialisation (cinéma, série)qui aura lieu les 15 et 16 octobre 2019 à l’Université de Rouen Normandie. On y abordera les reconfigurations successives de ces actrices de l’histoire et les émergences de nouvelles figures royales dans une perspective intermédiale (théâtre, cinéma et séries). Une partie du colloque sera consacrée aux écritures scéniques de la fin du XIXe siècle (Sardou, Jarry, etc.) à la période contemporaine (Howard Barker, Normand Chaurette, Victor Haïm), en passant par Montherlant, ainsi qu’aux mises en scène de « classiques avec reines » (Vilar, Ostermeier). Une autre sera consacrée aux productions audiovisuelles depuis les débuts du cinéma et à leur traitement des personnages de reines, historiques ou imaginaires – très présents ces derniers temps sur les petits (The CrownReignMarie-Thérèse d’AutricheGame of Thrones) et grand écrans (Les Adieux à la reineMarie-AntoinetteThe FavouriteMary Queen of Scots) : on y examinera le recyclage des figures déjà largement préconstruites par le théâtre et la fabrique de figures composites dans des genres et des formes cinématographiques variées de Visconti à Walt Disney, de Ernst Marischka (Sissi) à Sacha Guitry, Patrice Chéreau, Stephen Frears, Benoit Jacquot, Yórgos Lánthimos, etc.

Il s’agira enfin d’interroger l’engouement durable pour les figures royales féminines dans les productions théâtrales, cinématographiques et sérielles d’un point de vue narratif, esthétique, sociologique et idéologique.

Présentation générale du projet et des axes de recherche de Reines en scènes

De la sinistre Cléopâtre de Rodogune de Corneille aux troubles personnages de Shakespeare (Gertrude ou Lady Macbeth), de la pathétique Marie Stuart de Schiller à la versatile Marie Tudor de Hugo, de la bluette des Sissi de Ernst Marischka aux images sanglantes et aux complots de La Reine Margot de Chéreau ou de Game of Thrones, la représentation de la reine sur la scène et à l’écran semble osciller entre les feux contradictoires de la simplicité et de l’usurpation qui, tous deux, la privent de la nécessaire transcendance monarchique : humaine trop humaine, la souveraine qui accède au pouvoir est mise en scène comme un personnage hybride, pris entre les attendus d’une fonction glorieuse et la réalité de ses pulsions mortifères… ou domestiques. Si elle incarne le pouvoir, elle semble fragilisée de l’intérieur par ses passions, ses pulsions, ses rêves ou ses remords. En cela, n’est-elle pas un vecteur privilégié de la fable théâtrale et cinématographique ? Comment son ambivalence est-elle mise en scène et fait-elle spectacle ?

Un tel questionnement s’inscrit dans les axes de recherche du Cérédi :

  • Il s’intéresse aux arts de la scène et de l’écran, en explorant tout à la fois le domaine de la représentation théâtrale et, à partir du XXe siècle, ceux du cinéma et des séries. Entre Lady Macbeth et Cersei Lannister de Game of Thrones quels invariants de la royauté au féminin retrouve-t-on ? Quels changements note-t-on ?
  • Il se rapporte également à la réception créatrice des œuvres et à leur transformation à travers les attendus de la représentation de la reine et leur évolution : la figure de la reine ne s’actualise pas de la même façon au XVIIe siècle et au XXIe siècle, dans un genre ou un autre, une culture ou une autre. Dans quelle mesure les réalités sociales et politiques du siècle interviennent-elles dans les reconfigurations de cette figure du pouvoir, par ailleurs soumises aux évolutions de l’imaginaire collectif ? Les spectateurs sont-ils plus favorables aux reines aux époques où elles règnent (époque élisabéthaine, époque contemporaine) ou, paradoxalement, la force de l’imaginaire isole-t-elle le fantasme du pouvoir féminin de sa réalité sociétale pour produire des personnages déconnectés des réalités politiques ou des sources historiques ?

Inscrit dans le programme de recherche sur La Force des femmes, hier et aujourd’hui, qui vise, entre autres, à interroger les présupposés idéologiques accompagnant la mise en scène passée et contemporaine du pouvoir au féminin, ce cycle de journées d’études examinera les spécificités de la représentation des figures de reine en France et en Europe, du XVIe au XXIe siècle.

Divers axes de réflexion sont proposés :

  • Comment et pourquoi la reine est-elle un instrument majeur du spectaculaire ?
  • Quel(s) traitement(s) lui réserve-t-on sur les scènes ou sur les écrans ?
  • Sa mise en scène évolue-t-elle avec la place des femmes dans la société, ou demeure-t-elle une éternelle variation sur les motifs de la victime et/ou de l’usurpatrice ?
  • Quelles sont les figures marquantes de reines, que l’on retrouve sur les scènes et les écrans d’Europe (Marie Stuart, Elisabeth I et II, Marie-Antoinette…) et quel est leur statut dans l’imaginaire collectif ?
  • Enfin, comment définir « l’emploi » de reine dans la hiérarchie théâtrale et quels « monstres sacrés » façonne-t-il au théâtre et au cinéma ?

Quelques problématiques aussi :

  • La reine est-elle une femme comme une autre ? Et, dans ce cas, comment peut-elle incarner le pouvoir ?
  • Quel est l’écart entre les attendus de la représentation d’un roi et d’une reine ?
  • La reine serait-elle une métaphore des faiblesses du pouvoir ?
  • Quelles différences entre les reines de la scène française, où s’applique la loi salique, et celles de la scène anglaise ?
  • Comment expliquer que l’emploi de roi disparaisse de la grille française des emplois au XIXsiècle tandis que celui de reine demeure ?
  • Comment les personnages de reines forgent-elles les monstres sacrés de la scène et les vedettes du cinéma et du petit écran ?

Les journées d’étude et le colloque seront suivis de la publication d’un volume collectif intitulé Reines en scènes.

Colloque « Past on Stage »

Colloque « The Past is Back on Stage – Medieval and Early Modern England on the Contemporary Stage »

Du vendredi 19 mai 2017 au samedi 20 mai 2017

Salle des colloques 1 Site Saint-Charles
University Paul-Valéry Montpellier 3, France
Colloque organisé par Marianne Drugeon (marianne.drugeon@univ-montp3.fr) avec le soutien du RADAC (Recherches sur les Arts Dramatiques Anglophones)

9.15 Introductory talks: Christine Reynier (Director of EMMA, Université Paul-Valéry Montpellier 3, France) and Marianne Drugeon (Université Paul-Valéry Montpellier 3, France)

9.30 Keynote lecture

Chair Graham Saunders (University of Birmingham, UK)

David Edgar (Playwright, UK), Plenary Speaker, Re-forming the Reformation: by Bolt, Brenton, Poulton and me. Continuer la lecture

Parution : Arthur, mythe contemporain

William Blanc, Le Roi Arthur, un mythe contemporain

Libertalia, 2016

D’Hollywood à Kaamelott en passant par les Monty Python

En ce début du XXIe siècle, le Roi Arthur n’a jamais été aussi présent sur les écrans. Cette figure médiévale apparaît de façon revisitée dans la fantasy (Le Seigneur des anneaux), la science-fiction (Star Wars), ou encore dans des séries comme Kaamelott. Son impact au sein de la culture populaire est au moins aussi important qu’au Moyen Âge.
Comment expliquer un pareil succès ? D’où vient le renouveau d’un tissu légendaire qui, après avoir suscité de nombreuses œuvres aux XIIe et XIIIe siècles (Chrétien de Troyes), est tombé dans un quasi-oubli du XVIe  au XVIIIe siècle ?
Le Roi Arthur, un mythe contemporain se propose de répondre à ces questions en explorant la légende du souverain de Camelot et ses représentations au cinéma, à la télévision, dans la bande dessinée, dans les romans, mais aussi dans le champ politique. Continuer la lecture

Soutenance de thèse : Justine Breton

« Image du pouvoir et pouvoir de l’image : les représentations de la puissance dans la légende arthurienne, de l’écrit à l’écran ».

Justine Breton soutiendra sa thèse de doctorat, effectuée sous la codirection de M. Gérard Gros et de M. Martin Aurell, à l’Université de Picardie Jules Verne d’Amiens, à la Maison des Associations Étudiantes (Pôle universitaire du Campus, Chemin du Thil), le mardi 22 novembre 2016 à partir de 14h, en présence du jury

François Amy de la Bretèque – Professeur émérite, Université Paul Valéry Montpellier 3

Martin Aurell – Professeur, Université de Poitiers

Mme Morgan Dickson – Maître de conférence, Université de Picardie Jules Verne Amiens

Mme Véronique Dominguez – Professeur, Université de Picardie Jules Verne Amiens

Mme Catalina Girbea – Maître de conférence HDR, Université de Bucarest

Gérard Gros – Professeur émérite, Université de Picardie Jules Verne Amiens

Mme Laurence Mathey-Maille – Professeur, Université du Havre

 

Festival « Bobines et parchemins » 2016

Festival “Bobines & parchemins” du 16 au 26 mars 2016

Pour sa quatrième édition, le festival du film médiéval, « Bobines et Parchemins » vous propose de rire du/au Moyen âge, avec un programme inédit de projections-débats, de balades et de spectacles.

Voir http://www.goliards.fr/2015/10/rire-duau-moyen-age-quatrieme-edition-du-festival-bobines-et-parchemins/

Mercredi 16 mars, à 18h : Conférence « Rire au Moyen âge » avec Jacques Berlioz (historien – CNRS) au musée de Cluny, 6 place Paul Painlevé, Paris 5e.

Vendredi 18 mars 20h : Projection The Fisher King de Terry Gilliam, (1991). Débat avec William Blanc (historien – EHESS) et Yohan Labrousse (scénariste et producteur) au bar La Cantada, 13 rue Moret, Paris 11e.

Dimanche 20 mars 15h : Balade « Le théâtre au Moyen âge à Paris » avec Darwin Smith (historien – CNRS). Rendez-vous sur le parvis de l’église Saint-Gervais, 13 Rue des Barres, Paris 4e. Continuer la lecture

Parution : The Cambridge Companion to Medievalism

The Cambridge Companion to Medievalism, dirigé par Louise D’Arcens, Cambridge, Cambridge University Press, février 2016

cambridge medievalism

Medievalism – the creative interpretation or recreation of the European Middle Ages – has had a major presence in the cultural memory of the modern West, and has grown in scale to become a global phenomenon. Countless examples across aesthetic, material and political domains reveal that the medieval period has long provided a fund of images and ideas that have been vital to defining ‘the modern’. Bringing together local, national and global examples and tracing medievalism’s unpredictable course from early modern poetry to contemporary digital culture, this authoritative Companion offers a panoramic view of the historical, aesthetic, ideological and conceptual dimensions of this phenomenon. It showcases a range of critical positions and approaches to discussing medievalism, from more ‘traditional’ historicist and close-reading practices through to theoretically engaged methods. It also acquaints readers with key terms and provides them with a sophisticated conceptual vocabulary for discussing the medieval afterlife in the modern.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur http://www.cambridge.org/tz/academic/subjects/history/regional-history-1500/cambridge-companion-medievalism?format=PB

Table des matières :

Introduction: medievalism: scope and complexity / Louise D’Arcens

  1. Medievalism in British poetry /Chris Jones
  2. Medievalism and architecture /John M. Ganim
  3. Medievalism and cinema /Bettina Bildhauer Continuer la lecture

Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne)

 

Justine Breton est maître de conférences en littérature française à l’INSPE de Troyes (Université de Reims Champagne-Ardenne), membre du CEREP et webmestre de Modernités médiévales.

Sujet de thèse: « Image du pouvoir et pouvoir de l’image: la représentation des pouvoirs dans la légende arthurienne, de l’écrit à l’écran ». Sous la co-direction de M. Martin Aurell (Poitiers) et de M. Gérard Gros (Amiens).

Domaines de recherche: Médiévalisme; séries télévisées; cinéma; jeux vidéo; fantasy; légende arthurienne; représentation du pouvoir; représentation de l’éducation; T.H. White.

Principales publications:

Monty Python: Sacré Graal!, Paris, Vendémiaire, 2021.

L’Education chez T.H. White: J’ai appris et été heureux, Paris, L’Harmattan, 2020.

Une histoire de feu et de sang: Le Moyen Âge de Game of Thrones, coécrit avec Florian Besson, Paris, PUF, 2020.

Le Roi qui fut et qui sera: Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Paris, Classiques Garnier, 2019.

Kaamelott, un livre d’histoire, codirigé avec Florian Besson, Paris, Vendémiaire, 2018.

Parution: « Le Moyen Âge au cinéma »

François Amy de la Bretèque, Le Moyen Âge au cinéma. Panorama historique et artistique, Armand Colin, sept. 2015

cinéma breteque

 Le Moyen Âge nous a légué un réservoir de récits, un trésor d’anecdotes et de situations, une galerie de personnages et un répertoire de motifs et de situations visuelles propices à la création cinématographique. De Jeanne d’Arc de Georges Méliès au Nom de la Rose de Jean-Jacques Annaud, en passant par Robin des Bois de Alan Dwan et Kingdom of heaven de Ridley Scott, cet ouvrage dresse un vaste panorama du cinéma d’inspiration médiévale ou dont l’action se situe explicitement au Moyen Âge : un Moyen Âge vulgarisé, revisité, hérité et transmis par une longue chaîne d’œuvres et de représentations qui ont évolué tout au long du vingtième siècle. Plus de 100 ans de cinéma qui nous renseignent moins sur cette période phare de notre histoire que sur notre propre identité.

Domitilla Campanile (Université de Pise, Italie)

achillesciro

Domitilla Campanile (Université de Pise, Italie)

Professeur associée d’Histoire romaine

Sujets de recherches :

– la storia politica della media e tarda repubblica romana
– la storia economica, sociale, culturale e religiosa delle province dell’Asia Minore
– il culto imperiale nelle province orientali
– la storia letteraria nei primi due secoli dell’impero
– la Seconda Sofistica
– la storiografia romana dell’età repubblicana
– le relazioni tra élites cittadine e governanti romani tra le fine della Repubblica e i primi secoli dell’Impero
– i film storici ambientati nel mondo classico
– la rappresentazione di Roma nel cinema storico
– l’impero romano nella cultura popolare contemporanea.

CV en ligne

http://unimap.unipi.it/cercapersone/dettaglio.php?ri=5014&template=dettaglio3.tpl  publications

https://arpi.unipi.it/simple-search?query=domitilla+campanile&rpp=10&sort_by=bi_sort_2_sort&order=DESC#.VieuXyvFC59