Archives par étiquette : château

Appel: Vie, mort et destin du château (1792-1871)

La journée d’étude « De pierre et de larmes: vie, mort et destin du château de 1792 à 1871« , organisée par Guillaume Cousin (Textes et Cultures, Université d’Artois) et Florence Fix (CEREdI, Université de Rouen-Normandie), se déroulera à Rouen le 4 février 2022.

Date limite: 15 septembre 2021.

Symboles de l’Ancien Régime, décriés et parfois détruits ou dispersés dans la période postrévolutionnaire, nombre de châteaux du territoire français passent de mains en mains, d’un usage privé à une intégration dans le patrimoine national, de l’aristocratique au public, ce dernier n’étant pas toujours muséal. De la mise sous séquestre des biens des émigrés en 1792, qui entraîne parfois leur vente ou leur démolition, à l’incendie des Tuileries lors de la Commune de Paris en 1871, il s’agit d’interroger les représentations des châteaux français en art et en littérature à l’aune de leur réutilisation, rénovation, destruction, dispersion.

En effet, les réfections, l’entretien des châteaux sont des enjeux importants de la réflexion comme de l’imaginaire qui les entoure au xixe siècle : gouffre financier, ruine coûteuse parfois nimbée de mélancolie, caprice inutile, énormité splendide ou énormité dispendieuse, le château fait rêver, penser mais aussi calculer.

On s’intéressera ainsi aux réemplois, usages et réaffectations des châteaux :

– comme lieux d’exil et d’emprisonnement (Abd El-Kader à Amboise), parfois condamnation d’hommes de pouvoir qui auraient pu prétendre à la propriété de tels lieux ; ces usages géopolitiques et leur réemploi fictionnel nourriront une réflexion sur les valeurs liées au château. 

– comme lieux symboliques d’une société en (re)construction : usages révolutionnaires et postrévolutionnaires des habitats nobiliaires par l’État ; représentations de la possession et du logis redistribuant des rôles entre aristocratie/bourgeoisie, maîtres/paysans ; le « parvenu », capitaine d’industrie, grand financier ou commerçant, demi-mondaine fortunée faisant l’acquisition d’un château est une réalité que l’on pourra articuler avec des mises en scène fictionnelles (Isidore Lechat dans Les affaires sont les affaires est le propriétaire du trop vaste château de Vauperdu par exemple.)

– comme lieux symboliques d’une identité fondée sur l’Histoire : départ ou retour d’émigration, perpétuation ou fin de l’ancrage local d’une maison aristocratique ; la mélancolie qu’un Balzac ou un Vigny attache au château connaît des variantes dans le roman populaire (Paul Féval) et l’on pourra être sensible également aux représentations liées à une région (l’imaginaire du château breton n’est pas le même que celui du château tourangeau).

– comme lieux d’une conversion à l’usage collectif : caserne, école, mairie etc. ;

– comme lieux à détruire, recomposer : lotissements, ventes des matériaux et des biens, redistribution des terres : la déploration par Hugo des agissements de la « bande noire » peut être croisée avec des représentations très enthousiastes de la destruction comme aube d’un jour nouveau.

Les communications croisant l’histoire de l’art et de l’architecture et la littérature, ainsi que l’étude de la presse et du discours politique sont particulièrement bienvenues. De même, l’articulation de textes fictionnels et non-fictionnels retiendra notre intérêt.

Les propositions de communications accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser pour le 15 septembre 2021 à jechateauxrouen [at] gmail [dot] com

La journée d’étude qui se tiendra à l’Université de Rouen-Normandie le 4 février 2022 sera suivie d’une publication en ligne.

Parution : Châteaux royaux

Après le temps des rois. Les châteaux du Val de Loire et leurs visiteurs, sous la direction d’Aurore Montesi, Florence Fix et Pierre Wat, éditions Orizons, 2019.

Angers, Saumur, Chinon, Langeais, Loches, Plessis-lèz-Tours, le Clos-Lucé, Chenonceau, Amboise, Chaumont-sur-Loire, Blois, et bien sûr Chambord… les châteaux royaux en Val de Loire ont été des lieux de pouvoir avant de s’inscrire dans l’espace commun en tant que lieux publics. Symboles de la majesté des souverains durant deux siècles, ils sont ensuite délaissés pour Paris puis Versailles, menacés de destructions ou de dispersion, restructurés et réemployés. Ce vide fait rêver : leur architecture composite et stratifiée, rappelant les multiples constructions et rénovations qu’ils ont connues, mais aussi les divers emplois et fonctions qu’ils ont pu occuper, interroge l’historien de l’art comme le professionnel de la conservation et du patrimoine. Que présenter au visiteur soucieux d’apprendre, de comprendre ces demeures qui sont une condensation d’histoire de l’art et d’histoire politico-culturelle ?

Une dizaine de conservateurs et d’historiens de l’art, avec la coordination d’Aurore Montesi (doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; page personnelle ici), Florence Fix (Professeur en littératures comparées à l’Université de Rouen-Normandie) et Pierre Wat (Professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’HiCSA), partagent ici leurs expériences et leur savoir afin d’interroger l’identité et le devenir du château « après le temps des rois », suite à la journée d’étude organisée à l’INHA en septembre 2015 ayant pour thématique la représentation des châteaux en Val de Loire du XIXe au XXIe siècle.

SOMMAIRE

Introduction

Aurore Montesi

Imaginer un château. Les romantiques et les châteaux de la Loire : préservation et créations théâtrales

Stéphane Arthur

Châteaux, palais et prisons : la vision symbolique du Cinq-Mars de Vigny

Lise Sabourin

Les châteaux de la Loire dans l’œuvre d’Alexandre Dumas : un exemple de paradigme romanesque

Sylvain Ledda

Un château fond de scène d’un parc : Le garde-chasse de Chambord (1821)

Florence Fix

Le Chambord de Flaubert

Éric Le Calvez

Le Soldat et la Sorcière d’Armand Salacrou, ou les deux défaites du « Roi de Chambord »

Yannick Hoffert

(Dés)enchantement et réinvention du patrimoine. Le château de Chambord dans Peau d’âne de Jacques Demy (1970)

Aurore Montesi

Visiter un château. Avant-propos

Luc Forlivesi

Le château de Chambord au XIXe siècle : étude critique des travaux voulus par le comte de Chambord (1830-1883)

Timothée Bartkowiac-Bouvet

L’évolution du statut et de la destination du château d’Amboise, de la fin du XVIIIsiècle à nos jours

Jean-Louis Sureau

Le château royal de Blois, entre culture et tourisme

Élisabeth Latrémolière

Le château de Saumur au XIXe siècle : genèse d’un monument historique

Claire Giraud-Labalte

Conclusion

Christian Amalvi

Bibliographie indicative

Les auteurs

Table des matières

Appel : Châteaux et justice

Châteaux et justice (Xe-XXIe siècles) 

Périgueux 28, 29 et 30 septembre 2018

D’emblée, le pouvoir de justice du seigneur peut donner lieu à une approche simpliste voire caricaturale ; le château incarnant physiquement ce pouvoir et symbolisant, à souhait, le « méchant seigneur ». Qu’en est-il véritablement du Moyen Âge au XIXe siècle ?

Ce thème a fait l’objet de nombreuses recherches depuis plus d’un siècle, surtout de la part des juristes[1]. Des historiens ont abordé cette question dans des études plus vastes sur les paysans et/ou les seigneurs dans une province particulière[2]. À partir des années 1990, l’étude de la justice seigneuriale a fait l’objet de travaux spécifiques, individuels ou collectifs qui ont permis de réexaminer une institution longtemps décriée. Au début des années 2000, Benoît Garnot et Antoine Follain ont contribué à une réhabilitation raisonnée et argumentée permettant de mieux comprendre ce que la justice seigneuriale représente, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, pour le seigneur et le monde rural et urbain[3].

Les Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord[4] proposent, lors de leur colloque 2018, de faire le point, voire d’ouvrir de nouveaux axes de recherche en insistant sur la dimension européenne et/ou comparative : des études sur l’Angleterre, les Espagnes, les Allemagnes seront les bienvenues.

Les pistes qui suivent constituent des propositions non exclusives de questionnement :

1 : Les origines de la justice seigneuriale : une concession du souverain ou une usurpation des seigneurs ? Quelle est la situation durant le Moyen Âge où se développe une « théorie du pouvoir » qui donne au roi la tâche de conserver la paix et la justice. Les juridictions royales les Continuer la lecture

Appel : Châteaux et spectacles

Appel à communications : « Châteaux et spectacles »

Colloque à Périgueux, 29, 30 septembre et 1er octobre 2017 : réponses attendues avant le 30 janvier 2017.

L’histoire des spectacles urbains à l’époque moderne est en plein renouvellement, croisant histoire et histoire littéraire, comme en atteste, depuis 2014-15, le séminaire d’histoire sociale des spectacles du Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne). Dans le prolongement de celui-ci une journée d’études s’est tenue à Lyon en juin dernier envisageant les spectacles comme un laboratoire du gouvernement urbain. Que ce soit à Naples, à Londres ou dans d’autres villes européennes, il s’agit ici à la fois d’inscrire les spectacles dans une société, dans des pratiques politiques mais aussi dans un espace urbain ce qui conduit à croiser le regard des urbanistes comme à Paris étudiée dans la première modernité par Goulven Oiry.

L’émergence de la citoyenneté au XIXe siècle suppose de conforter l’adhésion, en multipliant les formes d’expression de l’approbation. Le spectacle participe de la cérémonie du pouvoir, comme l’explore un colloque, organisé en 1990, sur les usages politiques des fêtes aux XIXe et XXe siècles. Les châteaux, au cœur de la sociabilité aristocratique, peuvent tout aussi bien servir à appuyer la souveraineté qu’à susciter une contre-image, sous l’égide des légitimistes par exemple, le spectacle servant à construire un imaginaire politique de l’assentiment comme du ressentiment.

Le colloque Châteaux et spectacles propose de s’inscrire dans ces perspectives en passant de l’échelle de la ville à celle des châteaux au prisme de l’histoire, de l’archéologie, des études littéraires mais également de toutes les formes d’arts et de spectacles vivants pouvant être repérés dans le périmètre des demeures châtelaines et de leurs abords du Moyen-Âge à nos jours. En effet, d’année en année, les mises en scènes spectaculaires se multiplient dans les châteaux afin d’attirer les touristes vers ces lieux patrimoniaux

Voir l’appel :

http://crcv.hypotheses.org/5118