Archives par étiquette : Bretagne

Parution : roman Bréchéliant

Bréchéliant, Roman d’Annick Le Scoëzec Masson, éditions Garamond

Bréchéliant nous conte une intrigue médiévale. La scène se passe dans un château archétypal, en lisière d’une forêt, seuil de l’inconnu, à une époque qui pourrait être le XIIe ou le XIIIe siècle. Dans cet univers traversé de passions muettes, où le lointain bruit du monde est amorti sous le souffle de la prière, l’apparition d’un mystérieux voyageur précipite le drame… Variation sur l’Amor de lonh de Jaufré Rudel, ce récit « breton » fait la part belle aux légendes liées à la mythique Brocéliande, ainsi qu’à la poésie courtoise.

 

Agrégée d’espagnol, docteur ès lettres, Annick Le Scoëzec Masson est l’auteur d’essais et de traductions littéraires, de poèmes et de romans. Dans Mélancolie au Sud (2004), elle évoque la ville de Rochefort et son enfance marquée par la mémoire familiale de l’Algérie où elle est née à l’époque française. La fresque Esplanade Avenue (2010) fait alterner les lieux (le Paris «fin de siècle», La Nouvelle-Orléans et l’insolite forêt de Brocéliande) et les temps (la période 1900 et la fin du XXe siècle). C’est à la « matière de Bretagne » qu’elle se consacre à nouveau dans Bréchéliant.

Appel : Empereurs romains de Bretagne

« Une province fertile en tyrans » Figures d’empereurs et d’usurpateurs romains dans l’île de Bretagne depuis le IIe siècle

journée d’étude, Boulogne-sur-Mer, le vendredi 9 février 2018.

Appel à communications pour le 15 juin 2017

Aux environs de 415, le chrétien Jérôme écrivait depuis sa retraite de Jérusalem que l’île de Bretagne, à l’autre extrémité du monde romain, était « une province fertile en tyrans » : « Britannia fertilis provincia tyrannorum » (Jérôme, Ep. 133). Un siècle plus tard environ, le moine Gildas reprenait cette formule (et l’attribuait à tort à Porphyre) dans son admonition Sur la chute de la Bretagne (Gildas, De Excidio Britanniae, § 4.4). De fait, depuis la fin du IIe siècle de l’ère chrétienne, plusieurs usurpations (plus ou moins durables et plus ou moins réussies) avaient eu leur origine au sein des légions cantonnées dans l’île : on relève ainsi les noms de Clodius Albinus (193-197), Carausius (286-293) et son meurtrier et successeur Allectus (293-296), Magnus Maximus (383-388), et enfin en rapide succession, Marcus (406-407), Gratien (407) et Constantin III (407-411). Dans un registre tout à fait différent – mais avec une réception étonnamment semblable dans les siècles ultérieurs – on notera que Constantin Ier (306-337), le fils de Constance Chlore proclamé empereur à York en 306, a lui aussi commencé sa carrière impériale dans l’île ; les usurpateurs de la fin du IVe et du début du Ve siècle n’ont pas manqué de se réclamer de son héritage. Continuer la lecture

Appel : recherches sur les Bretagnes médiévales

COLLOQUE

« Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue, et littérature »

Brest, université de Bretagne Occidentale, 12-14 décembre 2017

APPEL À COMMUNICATIONS pour le 30 juin 2017 :

Depuis une cinquantaine d’années, le champ d’étude des Bretagnes médiévales a suscité des approches et des questionnements à la fois divergents et renouvelés. Ces changements aboutissent aujourd’hui à une situation contrastée, où de nombreux domaines du savoir paraissent en chantier, pour ne pas dire comme un champ de bataille où il semble difficile de réconcilier les résultats apparemment opposés obtenus suivant des démarches différentes. Dans quelle mesure et de quelle manière la culture populaire et l’oralité ont-elles par exemple été traitées et intégrées à ce champ de recherche ? Comment s’est-on interrogé, peut-on encore s’interroger, avec quels présupposés et dans quelle perspective, sur les origines de la légende arthurienne ou des vies de saints ? La sociolinguistique peut-elle contribuer à renouveler l’approche des langues médiévales ? Dans le domaine de l’archéologie, comment les résultats des fouilles ont-ils été analysés et interprétés et quel usage en est il fait aujourd’hui ?

Ce sont là quelques questions qui nous poussent à rassembler les disciplines qui s’intéressent Continuer la lecture

André-Yves Bourgès

AYB photo pour ModMed

Titulaire d’un DEA d’histoire et du diplôme de l’École pratique des hautes études (IVe section : sciences historiques et philologiques), Paris-Sorbonne, André-Yves Bourgès a participé, pendant de nombreuses années, aux travaux du CIRDoMoC (Centre international de recherche et de documentation sur le monachisme celtique) ; il est aujourd’hui chercheur associé au CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique, EA 4451 / UMS 3554). Ses recherches concernent principalement les rapports entre hagiographie et historiographie, plus particulièrement en Bretagne. Son axe de travail actuel consiste à évaluer la place du matériau hagiographique dans l’élaboration d’une histoire de Bretagne à forte dimension « bretoniste », dont le « moyenâgisme » apparaît comme l’une des caractéristiques principales.

André-Yves Bourgès est l’auteur (ou le co-auteur) de 3 livres, 7 chapitres dans un ouvrage collectif, 62 articles principaux et 14 recensions d’ouvrages à la date de mise à jour de ce profil (septembre 2020) ; il a également publié de très nombreuses notules en ligne. Sa bibliographie complète est accessible à l’adresse : https://ephe.academia.edu/ANDREYVESBOURGES

Dernières publications :

Livre :

Le dossier littéraire de saint Goëznou et la controverse sur la datation de la vita sancti Goeznovei [incluant en annexe l’édition de la vita de saint Ténénan], Les lettres morlaisiennes, Morlaix, 2020 (collection H comme Humanités)

Chapitres d’ouvrage :

« Retour sur les différents types d’approche du matériau hagiographique médiéval par les historiens de la Bretagne depuis le XIXe  siècle », H. Bouget et M. Coumert (dir), Histoires des Bretagnes 6. Quel Moyen Âge ? La recherche en question [Actes du colloque Enjeux épistémologiques des recherches sur les Bretagnes médiévales en histoire, langue, et littérature, Brest, Université de Bretagne Occidentale, 12-14 décembre 2017], Brest, 2019, p. 237-253.

« Vincent Ferrier en ‘’ange d’apaisement’’ – Missions diplomatiques auprès du roi Henri V d’Angleterre », Saint Vincent Ferrier, voix de Dieu au cœur de la guerre de cent ans, Editions Héritage architectural, Paris, 2019, p. 43-46.

« Le culte de Colomban en Bretagne armoricaine : un saint peut en cacher un autre », E. Destefanis (dir.), L’eredita di san san Colombano : memoria e culto attraverso il medioevo, Rennes, 2017, p. 99-111.

« Avant-propos » et « Mythes fondateurs de la Cornouaille – La quaternité cornouaillaise – Une construction idéologique à l’époque carolingienne en Bretagne », A.-Y. Bourgès et V. Raydon (dir.), Hagiographie bretonne et mythologie celtique, Marseille-Croix, 2016, p. 9-35 et p. 273-291.

Etudes et articles :

« Le procès de canonisation de Vincent Ferrier : ‘’L’enquête bretonne’’. Questions de méthode et quelques exemples pratiques », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 147 (2019), p. 147-159.

« De Loconan à Locronan : l’ermite Robert ou le profil de l’hagiographe », C. Challeton et J. Hascoët (dir.), Actes de la journée d’études de juillet 2013 sur la Troménie, Locronan, 2019, p. 63-76.

« Les origines de l’évêché de Tréguier : état de la question », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne. t. 96 (2018), p. 33-53.

Avec B. Merdrignac (+), « Trifina, Trifinus, Trifinium…», Traditions indo-européennes et patrimoines folkloriques : mélanges offerts à Bernard Sergent [textes réunis et édités par Alain Meurant ; préface de Marco V. García Quintela], Paris, 2017, p. 415-428.

« Albert Le Grand et la production hagiographique de Landévennec », Britannia monastica, n° 18 (2016), p. 33-62.

« Les Vikings dans l’hagiographie bretonne », M. Coumert et Y. Tranvoez (dir.), Landévennec, les Vikings et la Bretagne. En hommage à Jean-Christophe Cassard, Brest, 2015, p. 211-228.

« Les saints de Beauport », C. Jeanneau (dir.), Un scriptorium et son époque: les chanoines de Beauport et la société bretonne au Moyen Âge, Brest, 2015, p. 69-84.

« Les origines bretonnes d’après un article récent : « nouveau regard » ou « modèle interprétatif démodé » ? », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 143 (2015), p. 185-199.

« Les communautés rurales bretonnes au miroir de l’hagiographie médiévale : « des ombres flottantes, insaisissables » », C. Jeanneau et Ph. Jarnoux (dir.), Les communautés rurales dans l’Ouest du Moyen Âge à l’époque moderne : perceptions, solidarités et conflits, Brest, 2016, p. 21-38.