Archives par étiquette : architecture

Appel à communications : Le médiévalisme au Québec

Le colloque international “Le médiévalisme au Québec : études, représentations et usages du Moyen Âge dans la société québécoise“, organisé par Raphaëlle Décloître, François-Olivier Dorais et Arnaud Montreuil, se déroulera du 6 au 8 février 2025 au Monastère des Augustines (Québec).

Date limite d’envoi des propositions : 21 avril 2024.

Au premier abord, tout semble séparer la culture québécoise de celle du Moyen Âge, essentiellement dans la mesure où le Québec, «société neuve» (Bouchard, 2000), apparaît par définition comme un espace géographique exclu de la période médiévale, que la fragmentation conventionnelle de l’histoire fait habituellement se terminer avec la « découverte » des Amériques. Or ce découpage – par ailleurs contesté de plusieurs façons (Le Goff, 2004; Baschet, 2006) – tend à dissimuler certaines réalités pourtant incontestables : la basilique Notre-Dame de Montréal arbore un vocabulaire architectural inspiré du gothique français, les principales bibliothèques universitaires du Québec conservent des dizaines de livres d’heures et autres manuscrits médiévaux, et l’imaginaire médiéval imprègne autant la vie intellectuelle et religieuse que les productions littéraires québécoises, à un point tel qu’on en trouve des traces dans des œuvres aussi diverses que celles de Réjean Ducharme et de Bryan Perro. Contre toute attente, le Québec se présente comme une terre fertile de médiévalisme, que l’on peut définir comme «la réception du Moyen Âge aux siècles ultérieurs» (Ferré, 2010), sa persistance dans la culture occidentale.
Le colloque «Le médiévalisme au Québec : études, représentations et usages du Moyen Âge dans la société québécoise» sera l’occasion d’explorer cette persistance, à travers l’étude des manifestations, matérielles et idéelles, du Moyen Âge dans la société et la culture québécoises. Le cas québécois est à cet égard particulièrement intéressant, en raison du positionnement distinctif du Québec, analogue à celui du Canada anglais (Brush, 2010), dont le double héritage médiéval, anglais et français (Toswell et Czarnowus, 2020), a alimenté un médiévalisme riche et multiple, déployé dans un nombre considérable de domaines (architectural, politique, littéraire, audiovisuel, idéologique, religieux, etc.). Pourtant, en dépit de travaux pionniers (Gingras, 2016; Moran, 2016; Guyot, 2015; Livernois, 2012; Dunn-Lardeau, 1999; Angers, 1995) et d’un colloque tenu en 2015 (Université de Montréal, “Le Moyen Âge au Québec: entre héritage direct et imaginaire collectif”), prometteur d’un chantier à ouvrir, le médiévalisme québécois reste un objet à penser dans toute sa complexité, et dans une perspective qui transcende les spécialités académiques. Cet événement se veut ainsi un espace de discussion interdisciplinaire, pour appréhender les manifestations du Moyen Âge au Québec dans toute leur diversité d’expression. Il s’agira plus spécifiquement de repérer ces manifestations et d’identifier les caractères originaux du médiévalisme québécois, mais aussi d’interroger les logiques sociales qui président à leur existence et qui gouvernent leur modalité d’incarnation. L’objectif général est d’aller au-delà des conclusions généralement formulées à propos de la récupération du Moyen Âge (à savoir que celuici nourrit une vision ambivalente, tantôt positive, tantôt négative), pour potentiellement
révéler, par le médiévalisme, des mouvements de fond de la culture et de la société québécoises.
Pour ce faire, il conviendra de s’intéresser tant aux manifestations matérielles
qu’idéelles du Moyen Âge au Québec. Les «manifestations matérielles» renvoient ici à l’héritage direct du Moyen Âge, ce qui recoupe les présences effectives du Moyen Âge au Québec (dans les archives, les collections muséales et l’architecture, par exemple), mais également les continuités structurelles (la permanence, sur le territoire québécois, de certaines des structures politiques, culturelles et religieuses de la période médiévales).
Les « manifestations idéelles » renvoient quant à elles à l’imaginaire médiéval (la manière dont les fictions du Moyen Âge nourrissent nos productions culturelles et artistiques), mais aussi au Moyen Âge imaginaire (à savoir la façon dont la vision plurielle que l’on se fait de cette période investit les discours politiques, les récits littéraires et l’histoire intellectuelle). À partir de ces deux grands axes, les interventions pourront s’ancrer dans différentes
disciplines (histoire, littérature, histoire de l’art, philosophie, architecture, etc.) et pourront porter sur les thèmes suivants, sans s’y restreindre :

*L’importance de la période médiévale dans l’imaginaire, à la fois intellectuel et artistique, du catholicisme;
*La fondation des instituts d’études médiévales au Québec;
*L’enseignement de l’histoire, de la littérature, de la philosophie et de la théologie du Moyen Âge dans les collèges classiques;
*Les références au Moyen Âge dans la critique des villes de compagnies;
*Les persistances seigneuriales au Québec;
*La féodalité et le féodalisme dans l’interprétation du passé canadien-français;
*La citation architecturale des formes gothiques dans les bâtiments (églises,
universités, gares, etc.);
*Le recours à la symbolique médiévale;
*Les usages idéologiques du Moyen Âge;
*L’histoire intellectuelle du médiévalisme au Québec;
*Les intertextes médiévaux et les renvois au Moyen Âge dans la littérature;
*L’imaginaire médiéval à l’ère de «fondation» de la littérature québécoise;
*L’importance du médiévalisme dans le processus d’autodéfinition propre aux petites nations;
*Les persistances de la langue médiévale dans le français parlé au Québec;
*La création du mythe de la grande noirceur comme analogon de l’époque médiévale;

*Le recours à l’iconographie médiévale dans les mouvements sociaux;
*Les convocations du Moyen Âge dans les prises de position sur la société et l’histoire québécoises;
*Les usages du Moyen Âge dans la rhétorique des nouveaux mouvements d’extrême droite;
*Le Moyen Âge des musées et des collections;
*Les Scandinaves dans le golfe du Saint-Laurent : une spécificité du médiévalisme québécois ?;
*Le Moyen Âge des films et des jeux vidéo;
*L’imaginaire médiéval dans les œuvres jeunesses;
*Le duché de Bicolline et autres grandeurs natures;
*L’organisation des fêtes médiévales de Québec;
*Le médiévalisme québécois en regard des médiévalismes d’autres nations;
*Le cas québécois comme possible mise à l’épreuve de la théorie sur le médiévalisme.

Nous invitons celles et ceux qui souhaitent participer à ce colloque à soumettre des propositions portant sur les thèmes ci-haut ou sur d’autres objets qui leur sembleraient pertinents au regard de la problématique. La soumission doit comprendre les éléments suivants :

  1. le titre de la communication
  2. un résumé de l’exposé d’environ 200 mots
  3. les coordonnées du présentateur ou de la présentatrice (nom, prénom, statut, établissement, adresse électronique)
  4. une courte notice biobibliographique (5 lignes maximum)

Merci de faire parvenir votre proposition de communication avant le 21 avril 2024 à l’adresse suivante : medievalisme.quebecois [at] gmail.com. Les propositions de sessions sont aussi les bienvenues.

Une demande de subvention pour ce projet est en cours d’élaboration. Nous espérons pouvoir défrayer, en partie ou en totalité, les frais de déplacement et d’hébergement des conférenciers et conférencières.
À la suite de leur présentation, les participant.e.s seront invité.e.s à soumettre une version bonifiée de leur communication afin de constituer un ouvrage collectif sur la question. 

Colloque : L’art roman au XXIe siècle. L’avenir d’un passé à réinventer

Cécile Voyer, Éric Palazzo et Marcello Angheben, sous la Présidence d’honneur de Marie-Thérèse Camus, Professeure honoraire d’histoire de l’art médiéval, CESCM, Université de Poitiers, organisent le colloque international “L’art roman au XXIe siècle. L’avenir d’un passé à réinventerdu 28 au 31 mai 2024 à l’Université de Poitiers (Amphithéâtre Descartes, UFR SHA, bâtiment III, entrée 8 rue rené Descartes ou 24 rue des Carmélites). Plusieurs interventions adopteront une perspective médiévaliste.

Ce colloque vise à développer un bilan de l’historiographie de ces vingt dernières années et une réflexion épistémologique sur l’étude de ce qu’il est convenu d’appeler « art roman ». Il s’agira dans un premier temps de poursuivre les réflexions déjà amorcées par de nombreux chercheurs sur la définition de l’art roman et d’aborder ensuite les différents questionnements qui lui sont généralement appliqués, tout en envisageant de nouvelles pistes ou en reconsidérant des approches anciennes qui mériteraient d’être réhabilitées et renouvelées.

Michel Pastoureau, Directeur d’Études honoraire à l’École Pratique des Hautes Études (IVSection) donnera une conférence intitulée “L’art roman : une porte grande ouverte sur les divagations ésotériques”, le mercredi 29 mai 2024 à l’Espace Mendès France (Centre de culture scientifique, techniques et industrielle en Nouvelle-Aquitaine).

À l’occasion de ce colloque, l’Université de Poitiers décernera le titre de Docteur Honoris Causa à Herbert L. Kessler, Professeur émérite de l’Université Johns Hopkins, le jeudi 30 mai 2024.

Dans le cadre du colloque, deux expositions, l’une sur l’art des XIe-XIIe siècles, à partir du fonds de la photothèque du CESCM, et l’autre sur les restaurations de l’église de la Nativité à Bethléem (UNESCO) seront présentées au public.

Programme

  1. Qu’est-ce que l’art roman ? Définitions et limites

Xavier Barral i Altet, Professeur émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université Rennes II, Institut national d’histoire de l’art : Chronologie et idéologie. Les positions des historiens de l’art français du XXe siècle face à l’art roman

Éliane Vergnolle, Professeure honoraire d’histoire de l’art médiéval, Université de Besançon : Les débuts de l’architecture romane en Francie occidentale : regards d’hier et d’aujourd’hui

Quitterie Cazes, Professeure d’histoire de l’art médiéval, Université de Toulouse Jean-Jaurès : Retour sur la pratique de la monographie d’édifice

 

Aires culturelles et études de cas

Justin Kroesen, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Bergen University Museum : Nordic Romanesque: some recent developments in research

John McNeill, Secretary, British Archaeological Association : Norman, Anglo-Norman, Anglo-Saxon: Recent debates on the Forms of Architecture in 11th-Century England

Andreas Hartmann-Virnich, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université d’Aix-en-Provence : La vision de l’art roman dans l’historiographie allemande (XIXe-XXe siècle)

Saverio Lomartire, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Università degli Studi dell’Insubria : L’art « roman » dans le Nord de l’Italie : synthèse historiographique et réflexions sur la validité et l’actualité d’une définition

Linda Seidel, Professeure émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, University of Chicago : Seeing the Present through the Past: Arles in the 12th and 20th Centuries

Valentino Pace, Professeur émérite d’histoire de l’art médiéval, Università di Udine : Sant’Angelo in Formis: “romanica o bizantina”? Un caso esemplare di ambiguità storiografica fra cronologia e geografia

 

  1. Questions d’épistémologie 

Nicolas Reveyron, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université de Lyon II : De quoi « Art roman » est-il le nom ? Approche épistémologique d’une problématique d’axiologie esthétique

Christian Gensbeitel, Maître de conférences en histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne : L’architecture religieuse du XIe siècle à travers le prisme des édifices « mineurs ». Un autre point de vue sur l’élaboration des formes romanes

Claude Andrault-Schmitt, Professeure émérite d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers : Ranger donc dater les productions architecturales françaises : tendances historiographiques et rigueur méthodologique

Gerardo Boto Varela, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Universitat di Girona : Épistémologie et historiographie des chantiers de cathédrales espagnoles (ca. 1015-1203) : construire, aménager, décorer. Dialogue entre l’histoire de l’art et les autres disciplines

Laurence Terrier, Professeure assistante en histoire de l’art médiéval, Université de Neuchâtel : Art roman vs art gothique : historiographie, épistémologie et perspectives

Philippe Plagnieux, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Revenir sur les derniers feux de la sculpture romane et ses tentatives de renouvellement. Une étude de cas : les sources antiques et byzantines du foyer bourbonno-nivernais dans le second quart du XIIe siècle

Manuel Castiñeiras, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universitat Autònoma di Barcelona : L’art roman et les enjeux de l’art 1200 : dynamique, dialogues et transformations

Lucien-Jean Bord, Bibliothécaire, Abbaye de Ligugé : Le voyage des images

Peter K. Klein, Professeur émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universität Tübingen : La reconstruction des traditions iconographiques est-elle obsolète ? L’exemple du Beatus de Saint-Sever

 

  1. Manifestations du sacré

Marc Sureda, Conservateur, Museu Episcopal de Vic : L’architecture romane hispanique à l’épreuve de la liturgie : quelques problèmes et cas d’étude

Kirk Ambrose, Professeur d’histoire de l’art médiéval, University of Colorado, Boulder : Navigation of Doubt in Romanesque Sculpture

Estelle Ingrand-Varenne, Chargée de recherche, CNRS, CESCM-Université de Poitiers : À la recherche d’une épigraphie romane

Gerhard Lutz, Conservateur, Cleveland Museum of Art : BERNVVARDVS PRESVL FECIT HOC – Bishop Bernward of Hildesheim and the Arts around 1000 Revisited.

Cynthia Hahn, Professeure d’histoire de l’art du Moyen Âge, CUNY, Hunter College : Is there such a thing as a « Romanesque » Reliquary?

Catherine Fernandez, Chercheuse en histoire de l’art du Moyen Âge, Index of Medieval Art, Princeton : Ordering the Cosmos: The Saint-Aubin Maiestas Domini and Romanesque Temporalities

Charlotte Denoël, Conservatrice en chef, cheffe du service médiéval du département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France : Manuscrits sans frontières : le cas du Sacramentaire de Manassès (Paris, BnF latin 819)

 

  1. Expressions du pouvoir et des idées

Herbert L. Kessler, Professeur émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Johns Hopkins University : « Velut sinuosum acanthi volumen »: Romanesque Ornament’s Meaningful Demeanor 

Yves Christe, Professeur honoraire d’histoire de l’art médiéval, Université de Genève : Orient Oder Rom ? Colonnes et colonnettes jumelées dans l’architecture romane et islamique

Jeffrey F. Hamburger, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Harvard University : Avatars of Authorship

Beate Fricke, Professeure d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universität Bern : 4 Elements, 12 Stones

Marcia Kupfer, Chercheuse indépendante : The contributions of Romanesque art to Western Anti-Judaism

Serena Romano, Professeure émérite d’histoire de l’art du Moyen Âge, Université de Lausanne : Rome et ses environs à l’« âge de la Réforme ». Les approches de l’historiographie et les perspectives d’aujourd’hui

Vinni Lucherini, Professeure d’histoire de l’art médiéval, Università degli Studi di Napoli Federico II, Napoli : Liturgie et architecture, art et pouvoir au Mont-Cassin : bilan historiographique et nouvelles propositions

Nicolas Prouteau, Maître de conférences en archéologie médiévale, Université de Poitiers : Le palais et la tour-palais à l’époque romane : héritages, emprunts et construction du pouvoir royal

 

  1. Savoirs-faire médiévaux et techniques actuelles

Christian Sapin, Directeur de recherche émérite, CNRS : L’art roman sous le scanner archéologique. Un nouveau regard ?

Géraldine Mallet, Professeure d’histoire de l’art médiéval, Université Paul-Valéry, Montpellier : De la sculpture romane en Catalogne du Nord : marbres locaux ou marbres antiques de remploi ?

Thierry Gregor, Docteur en histoire, CESCM-Université de Poitiers : L’adaptation des graveurs de l’époque romane à la réalisation des inscriptions sur la pierre

Amaëlle Marzais, Maîtresse de conférences en histoire de l’art médiéval, Université de Lyon II et Carolina Sarrade, Ingénieure d’études, CNRS, CESCM-Université de Poitiers : Les apports des nouvelles approches techniques pour l’étude des peintures murales romanes

Florian Meunier, Conservateur, Musée du Louvre : Les objets d’art romans dans une perspective européenne : l’étude des ivoires, de l’orfèvrerie et des émaux des collections du Louvre

Pierre-Alain Mariaux, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel : L’orfèvrerie de la période romane : leçons matérielles de chantiers récents

 

  1. L’art « roman » à l’épreuve des sciences actuelles

Eduardo Carrero Santamaría, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universitat Autònoma di Barcelona : Romanesque architecture from virtual reality: what architecture and what reality?

Francisco Prado Vilar, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, Universidad de Santiago de Compostela : Romanesque Transformations: Experience, Cognition, Technologies of the Image

Pierre-Olivier Dittmar, Maître de conférences en histoire médiévale, EHESS, CRH-AHLoMA : L’art roman au risque de l’animal

Robert A. Maxwell, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Sherman Fairchild Associate Professor of Fine ArtsThe Institute of Fine Arts, New York : L’étrangeté de l’art roman

Thomas E. A. Dale, Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge, University of Wisconsin-Madison : Genre, race et l’invalidité : perspectives alternatives sur la sculpture de Vézelay

Peter Scott Brown, Professeur d’histoire de l’art médiéval, University of North Florida : A Work by the Doña Sancha Master in Northern Italy: On the Monumental Turn in Eleventh Century Sculpture, the Medieval Viewer, and the Modern Eye

 

Retrouvez tous les détails sur le site du CESCM.

Colloque : 1023-2023, le Mont Saint-Michel en Normandie et en Europe

Cerisy accueillera en 2023 le colloque “1023-2023 : Le Mont Saint-Michel en Normandie et en Europe. Nouvelles découvertes et nouvelles perspectives de recherche“, du 31 mai au 4 juin 2023. Le colloque est organisé par Mathilde Labatut et Fabien Paquet, avec la collaboration de Christophe Maneuvrier.

Prenant prétexte de l’anniversaire du lancement en 1023 de la reconstruction de l’abbatiale romane, ce colloque entend marquer un point d’étape sur les recherches sur le Mont Saint-Michel. Depuis le “millénaire monastique” de 1965-1966, aucune rencontre interdisciplinaire n’a proposé un état des lieux des travaux sur le Mont dans tous ses aspects (l’abbaye, la forteresse, le sanctuaire, le village…) et selon toutes les disciplines (histoire, archéologie, histoire de l’art, lettres…). En outre, si la rencontre s’inscrit dans le cycle de Cerisy sur la “Normandie médiévale” et accordera une large place au Moyen Âge, les périodes plus récentes seront aussi envisagées, notamment autour des questions de la prison (XIXe siècle) ou des restaurations contemporaines (XIXe-XXIe siècles). Elle posera aussi aux questions de l’avenir du Mont Saint-Michel.

Dans cet esprit, largement ouvert aux auditeurs et soucieux de favoriser les échanges, ce colloque international accordera une large place à des tables rondes et à des interventions à plusieurs voix, dont celles de jeunes chercheurs. Il réunira à Cerisy, au Mont Saint-Michel et à Hambye tous les acteurs intéressés par les sujets traités, qu’ils soient impliqués dans la conservation du Mont, attachés à explorer ce domaine riche et polymorphe.


MOTS-CLÉS :

Architecture romane, Architecture gothique, Enfermement, Manuscrits, Monachisme, Mont Saint-Michel, Normandie médiévale, Pèlerinages


CALENDRIER PROVISOIRE :

Mercredi 31 mai
“HORS LES MURS” — AU MONT SAINT-MICHEL
12h: ACCUEIL DES PARTICIPANTS AUTOUR D’UN DÉJEUNER
13h15: Mot d’accueil
13h30: SÉANCE PUBLIQUE : Gaël CARRÉ & Fabrice HENRION : L’archéologie au Mont Saint-Michel depuis le XIXe siècle : état des lieux et perspectives
14h45: Visite de l’exposition “La demeure de l’archange. Art, architecture et dévotion à l’abbatiale du Mont Saint-Michel”, guidée par Brigitte GALBRUN & Mathilde LABATUT ; puis temps libre au Mont Saint-Michel
18h: Départ pour Cerisy
19h: ACCUEIL DES PARTICIPANTS À CERISY

Soirée
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Jeudi 1er juin
Matin
DE L’ABBATIALE ROMANE À LA PRISON (I)
Véronique GAZEAU : Introduction
Camille CANTELOUP : Les collections de l’abbaye du Mont Saint-Michel : bilan de l’inventaire et perspectives
Éliane VERGNOLLE : Le chevet roman du Mont Saint-Michel. Une œuvre majeure du second quart du XIe siècle
Yves GALLET : La date du cloître du Mont Saint-Michel au regard de l’iconographie franciscaine et de son évolution au XIIIe siècle

Après-midi
DE L’ABBATIALE ROMANE À LA PRISON (II)
Décrypter la merveille, table ronde avec Katrin BROCKHAUS et Elen CADIOU (La Merveille : un édifice emblématique décrypté par l’archéologie)

Falk BRETSCHNEIDER, Isabelle HEULLANT-DONAT & Élisabeth LUSSET : De l’abbaye à la prison : les transformations du Mont Saint-Michel à l’aune des autres abbayes-prisons au XIXe siècle
Bertrand MARCEAU : Prison et monastère : le Mont Saint-Michel d’après la visite de mars 1786

Soirée
Grand entretien avec François JEANNEAU


Vendredi 2 juin
Matin
LE VILLAGE, LA NORMANDIE, LA CHRÉTIENTÉ
Hélène BILLAT : Le bourg fortifié du Mont Saint-Michel et ses maisons : typologie de l’habitat et morphologie urbaine
Bastien MICHEL : Servir saint Michel : les clientèles guerrières du Mont (XIIe-XIIIe siècles)
Laurent MORELLE : L’exemption du Mont Saint-Michel : un cas d’étude à la lumière des travaux récents
Richard ALLEN : Le chartrier perdu du Mont Saint-Michel : réseaux, échanges et construction spatiale dans le diocèse d’Avranches (XIe-XIIIe s.)

Après-midi
Échanges autour d’une exposition, textes, œuvres plastiques et mises en voix réalisés par des élèves de 6e du Collège Anne Heurgon-Desjardins de Cerisy

ÉCRIRE AU MONT SAINT-MICHEL
Benjamin POHL : L’atelier de l’abbé-historien du Mont Saint-Michel : Robert de Torigni, où a-t-il écrit ?
Fabien PAQUET : Les abbés du Mont Saint-Michel et leurs actes (XIIe-XIIe siècles)
Lucie ARBERET, Stéphane LECOUTEUX, Anne MICHELIN & Laurianne ROBINET : L’évolution des pratiques des copistes et des artistes du scriptorium du Mont Saint-Michel au XIe siècle
Marie FREY REBEILLE-BORGELLA : Le Mont Saint-Michel dans l’histoire des Bibles latines : analyses sur le texte biblique des manuscrits Avranches BM 1 et Avranches BM 2-3

Soirée
L’œuvre de Pierre Bouet autour de l’archange. Du Mont Saint-Michel au Monte Gargano, animée par Marie-Agnès LUCAS-AVENEL et François NEVEUX


Samedi 3 juin
Matin
AUTOUR DE SAINT AUBERT
Pierre BOUET & Denis BOUGAULT : Le crâne dit de saint Aubert : de la pratique chirurgicale à la pratique cultuelle
Pauline HELEINE : La châsse reliquaire du chef de saint Aubert d’Avranches, une création singulière autour d’une relique insigne dans le contexte montois du XIXe siècle
Louis CHEVALIER : Le culte liturgique de saint Aubert au Mont Saint-Michel (XIe-XVe siècles)
Catherine JACQUEMARD : Hagiographies et reliques fondatrices du Mont Saint-Michel : hypothèses de datation et de lecture

Après-midi
“HORS LES MURS” — À L’ABBAYE DE HAMBYE
IMAGES DU MONT
David FIASSON : De l’histoire au patrimoine. Le Mont Saint-Michel à la fin du Moyen Âge dans le roman, la bande dessinée et les séries télévisées francophones (XXe siècle)
Anne CURRY : Le Mont Saint-Michel dans la perception anglaise, du Moyen Âge à nos jours

Visite de l’abbaye de Hambye


Dimanche 4 juin
Matin
DE L’ITALIE À LA NORMANDIE
Vincent JUHEL : Pèlerins et routes vers le Mont Saint-Michel, un point des recherches
Ada CAMPIONE : Le Chronicon sancti Michaelis monasterii in pago Virdunensi et la tradition michaélique européenne : texte, contextes, pèlerinages
Fabio LINGUANTI : Le monastère de Saint-Michel-Archange de Troina. Un “Mont Saint-Michel” dans la Sicile normande ?
Catherine VINCENT : Conclusions

Après-midi
DÉPARTS

Détails et résumés des communications sur le site de Cerisy.

Parution : Medievalism in Nineteenth-Century Belgium

Simon John, Medievalism in Nineteenth-Century Belgium. The 1848 Monument to Godrey of Bouillon, Boydell and Brewer, 2023. 

This study of the monument of Godfrey of Bouillon offers new insights to the political uses of public monuments devoted to figures from the past, modern uses and appropriations of the Middle Ages, and the role of historical culture in the creation of national identity.

On 15 August 1848, a bronze equestrian statue of the crusading hero Godfrey of Bouillon (d.1100) was unveiled in the Place Royale in Brussels, Belgium’s capital. Conceived and largely funded by the national government, its creation was a major element in a programme of political and cultural consolidation put into place after the Belgian Revolution (1830-1831) and the consequent establishment of the nation’s independence. From the outset, the monument was designed to transmit ideas about history and nationhood, and functioned as a focal point in discussions of politics, language, religion and identity.

 

This book sheds new light on a range of dynamics in nineteenth-century Belgium, using the statue as a prism; it investigates responses to it both home and abroad, and traces broader national interest in the commemoration of Godfrey, adopted as a national hero despite being born almost 800 years before the emergence of the state. Above all, it reveals that Belgian politics and culture in this period were profoundly shaped by a sustained interest in the Middle Ages, and by efforts to shape a historical narrative that traced Belgian nationhood back to that era, and beyond.

Table des matières

List of illustrations
Acknowledgments
A note on language and names
List of abbreviations
Preface
Introduction
1. State-building, historical culture and public monuments in nineteenth-century Belgium
2. The physical setting of the monument: Brussels’ Place Royale
3. The creation of the monument
4. The changing meanings of the monument
5. The monument as a lieu de mémoire I: culture and politics
6. The monument as a lieu de mémoire II: history and national identity
Conclusion
Bibliography
Index

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

 

 

Colloque: Imaginaires contemporains de la cathédrale

Le deuxième colloque “Imaginaires contemporains de la cathédrale“, organisé par Brigitte Poitrenaud-Lamesi et Myriam White-Le Goff, se déroulera les 13 et 14 octobre 2022 à l’Université de Caen Normandie, en partenariat avec l’Université d’Artois-Arras.

Le projet se propose de confronter la cathédrale, au sens large à son «actualité» – dans le contexte particulier de la reconstruction de Notre-Dame de Paris – dans les pays de cultures romanes. Il s’agit d’étudier les multiples variations, reprises, recréations voire les détournements dont elle fait l’objet pour interroger son statut, sa fonction, réelle et symbolique, à partir de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours. Le but étant de cerner, comprendre, restituer les enjeux culturels contemporains liés aux imaginaires de la cathédrale selon une approche croisée dans les domaines littéraires et artistiques notamment cinématographiques.

Détails pratiques: MRSH de l’Université de Caen Normandie, Salle des Actes et des Thèses, 13-14 octobre 2022 (9h30-16h30).

 

JEUDI 13 OCTOBRE MATIN ACCUEIL 9H
INTRODUCTION 9H30: Myriam White-Le Goff U. Artois & Brigitte Poitrenaud-Lamesi U. de Caen
1 CONCEPT & MATERIALITE – 10H Modératrice Stéphanie Glaser U. de la Ruhr (Allemagne) Etat de l’art
 10H30 Philippe Roger U. Lyon 2 Écrire dans la pierre- Présence des cathédrales chez Grémillon documentariste
 11H00 Myriam White Legoff U. Artois La forêt cathédrale dans quelques Ecrits de nature français
 11H30 Brigitte Poitrenaud-Lamesi U. de Caen La cathédrale élémentaire. Dino Buzzati & Giuliano Mauri.

DISCUSSION

JEUDI 13 OCTOBRE APRES-MIDI 14H
2 SACRE & PROFANE – Modératrice Caroline Mena U. de Caen
 14H Yinsu Vizcarra U. de Caen Louis-Sébastien Mercier et la cathédrale comme bible de pierre
 14H30 Attilio Motta U. de Padoue (Italie) Quand le sacré est vide : la Basilique
Saint-Pierre in The Young Pope de Paolo Sorrentino
 15H Francesco Rizzo U. de Rome Sapienza/ Paris IV Sorbonne L’espace sacré
comme corps : La représentation de la Basilique de Saint Antoine de Padoue dans La lingua del Santo de Carlo Mazzacurati
 15H30 Gianluca Montanino U. de Caen / Naples l’Orientale, Fonction symbolique et réelle du Trône sacré dans Habemus Papam de Nanni Moretti
DISCUSSION

VENDREDI 14 OCTOBRE MATIN ACCUEIL 9H30
3 HISTOIRES de CATHEDRALES – Modérateur Yann Calvet U. de Caen
 10H Anne Schneider U. de Caen La cathédrale de Strasbourg dans « Mes
cathédrales » de Tomi Ungerer : figure iconique entre satire et poésie
 10H30 Anne-Marie Riss U. de Caen La traversée des labyrinthes. Passages et
transferts

    11H 30 Judith Urbano U. de Catalunya ( Barcelone Espagne) La Sagrada
Familia, une église en construction au XXIe siècle
 12H00 Marlène Fraterno & Anne Schneider U. de Caen Les cathédrales en
bandes dessinées
DISCUSSION CONCLUSION

Colloque: Châteaux et révolutions

Les XXIXe Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord auront lieu les 23, 24 et 25 septembre 2022 à L’Odyssée (théâtre de Périgueux), salle Grassé, et au Château des Milandes, sur le thème “Châteaux et révolutions“. L’entrée est gratuite et ouverte à tous. Une excursion au Château des Milandes est prévue sur inscription.

Château et révolution ! Deux termes a priori inconciliables. L’un évoque un passé immobile et obsidional, hérissé de remparts, de tours et de girouettes. L’autre est explosif, éruptif, rageur, et précisément destructeur de la verticalité sociale que représente généralement le château. Le cycle révolutionnaire qui, de 1789 à 1848, s’en prend concrètement aux symboles d’une France féodale honnie, domine nos représentations historiques et fantasmatiques de ce couple infernal. Mais conjuguons la formule au pluriel : Châteaux et révolutions. Et voici que se lèvent de multiples acceptions des deux termes et que se nouent entre eux des relations nouvelles, fécondes et riches d’avenir pour le château lui-même et pour ceux qui les occupent. Prenons pour exemple le château des Milandes, au bord de la Dordogne, où nos pas vont nous mener au cours de ces Rencontres. Construit à la fin du XVe siècle, il offre à Claude de Cardaillac une demeure Renaissance lumineuse et confortable bien différente de Castelnaud, la forteresse féodale de son époux, le seigneur de Caumont. Lorsque Joséphine Baker s’y installe 400 ans plus tard avec sa tribu arc-en-ciel et ses goûts hollywoodiens, une autre révolution tranquille s’opère, et une troisième lorsque Angélique de Saint-Exupéry unit les deux châtelaines qui l’ont précédées dans un projet patrimonial, culturel et touristique commun. Palais des merveilles du duc de Berry à Mehun-sur-Yèvre  en pleine guerre de Cent ans ; guerres aux châteaux royaux de Versailles ou de Compiègne pendant la Révolution et menaces sur les châteaux du Périgord ou de la Provence ; révolutions de palais en Russie annonçant le « printemps des tsarines » ; châteaux imaginaires « style Louis XVII », pour mieux défier, dénier le passé ; reconversions en manufacture, en prison, en hôpital, en centre agronomique, en villégiature ou encore en cellules politiques animées par des châtelaines combattives dans le Jura du XIX  siècle. Et brochant sur le tout, Vincennes, qui a tout vu, tout connu, tout subi, de métamorphose en métamorphose, du Moyen Âge à nos jours. Une vingtaine d’archéologues, d’historiennes et d’historiens sont au rendez-vous pour évoquer l’étonnante plasticité du château, enjeu de pouvoir, lieu de mémoire mais aussi véritable laboratoire de modernité à toutes les époques. 

VENDREDI 23 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

8h30  Accueil des participants.

8h45  Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres. 

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

9h00 Eneko Hiriart, Archeosciences Bordeaux, UMR 6034 CNRS – Université Bordeaux Montaigne et Christian Chevillot, ADRAHPCReAAH, UMR 6566, Université de Rennes 1,  La Peyrouse, une agglomération gauloise en Dordogne et son sanctuaire.

9h30 Coralie Demangeot et Amaïa Legaz, Hadès-Archéologie, Des vestiges d’une crise sanitaire tardo-antique dans la nécropole Saint-Seurin à Bordeaux.

10h00 Vanessa Elizagoyen, INRAP – NAOM, Saint-Geours-de-Maremne, Bellocq : un village agro-pastoral antique dans les Landes.

11h15 Juliette Masson, Centre Archéologie Préventive – Bordeaux Métropole, Fossé médiéval et occupation Place Gambetta à Bordeaux : apports de l’archéologie à la connaissance de cet espace pour les périodes médiévale et moderne.

11h45 Christian Scuiller et Nadine Beague, INRAP – NAOM, Nouveau regard sur l’église Saint-Martin de Plazac (Dordogne).

Les châteaux, creuset des innovations architecturales

 14h00 Philippe Bon, conservateur du Musée Charles VII de Mehun-sur-Yèvre, Mehun-sur-Yèvre, la révolution de l’exception.

14h30 Arnaud Prié, chargé d’opération et de recherche à l’INRAP, Charmoilles (Haute-Marne) : de la place forte de frontière du XVe siècle à la résidence. Enquête historique et architecturale.

15h00 Frédéric d’Agay, vice-président de la Fédération Historique de Provence, Renouvellement castral et entrée dans la modernité en Provence à la veille de la Révolution.

 Bouleversements castraux, entre révolutions et révolutions de palais

16h00 Anna Gnedina-Moretti, docteur en science de l’art, Les Révolutions de palais en Russie au XVIIIe siècle.

16h30 Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, château de Versailles, Versailles en Révolution : l’année 1789.

17h00 Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours, Le marquis du Castellet et le château de Dardennes (Toulon, 1790).

17h30 Guy Mandon, inspecteur général honoraire de l’Éducation Nationale, Comment ont survécu mille et un châteaux dans un département montagnard ? la Dordogne de la Grande Peur à la légende de Lakanal (1789-1794). 

 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE                Château des Milandes

 Maisons royales en péril : quels usages dans une Nation sans roi ?

9h30  Thierry Sarmant, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, Le château de Vincennes en révolution, 1789-1803.

10h00 Jean-François Delmas, conservateur général du patrimoine, château de Compiègne, La Révolution et le château de Compiègne.

La persistance de l’emprise castrale : une révolution conservatrice ? 

11h00 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon-2, L’entrée en politique des châtelaines (Jura, 1870-1920).

11h30 Grégoire Franconie, docteur en histoire, Construire un “château Louis XVII” : histoire d’un goût contrefactuel (1793-1968). 

 

15h00 Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire du château des Milandes, Joséphine Baker au château des Milandes : une révolution en Périgord  ?

 Viste du château des Milandes

 

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

 Les châteaux en laboratoire de la modernité économique

9h00  Roger Baury, Université de Lille, Des dommages révolutionnaires à l’échec industriel : le château de Bonneval en révolutions.

9h30  Cécile Dantarribe, doctorante, CEMMC-EA 2958 – Université Bordeaux Montaigne, Quand le château viticole de la Grande Ferrade devient le centre de recherches agronomiques du Sud-Ouest (première moitié du XXe siècle).

Fluidité des identités castrales et mouvance de la mémoire collective

10h30 Simon Guinebaud, attaché de conservation du patrimoine, Dinan, Du palais ducal à la prison militaire : le château de Dinan au XVIIIe siècle.

11h00 Jean Samuel Rouveyrol, docteur en histoire, Une révolution châtelaine : du château à la villa (seconde moitié du XIXe siècle – début du XXe siècle).

12h00 Roger Baury, Université de Lille, Conclusions du colloque 

 

Plus d’informations sur le site de la société organisatrice.

Parution: Notre-Dame de Dijon (1220-2020)

Denise Borlee (dir.), Notre-Dame de Dijon : Huit siècles d’histoires (1220-2020), Editions Faton, 2021.

Depuis huit cents ans, l’église paroissiale Notre-Dame dresse son élégante silhouette au cœur de la ville de Dijon. Monument bien connu des architectes modernes et cité en exemple à maintes reprises au XIXe siècle, il suscita par la suite moins d’intérêt.

C’est à l’occasion du VIIIe centenaire du début de sa construction (autour de 1220) que paraît cet ouvrage, près d’un siècle après les dernières monographies qui lui furent consacrées. Les pages de ce volume s’emploient donc à redonner à cet illustre édifice du patrimoine gothique la place qui lui revient. Ainsi se succèdent, sous la plume d’historiens de l’art et historiens, une vingtaine de contributions qui abordent à nouveaux frais bon nombre d’aspects de l’église.
Sont envisagées les fonctions dans la ville de ce sanctuaire marial qui abrite la célèbre statue en bois de Notre-Dame de Bon-Espoir nouvellement datée ; son architecture, et ce qui subsiste du décor peint intérieur, sculpté des trois portails et de la vitrerie originelle. Le mobilier n’est pas en reste avec notamment la première étude approfondie du groupe sculpté de l’Assomption du sculpteur Jacques Dubois. Enfin, large part est également faite aux campagnes de restauration du XIXe siècle, qui modifièrent radicalement l’aspect de l’édifice, et au réaménagement de l’église qui s’ensuivit.

Ce sont les résultats de ces nouveaux travaux sur l’église Notre-Dame de Dijon que les auteurs du présent volume souhaitent partager avec un large public, spécialiste comme amateur.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: The United States of Medievalism

Tison Pugh et Susan Aronstein (dir.), The United States of Medievalism, University of Toronto Press, 2021.

The United States of Medievalism contemplates the desires, dreams, and contradictions inherent in experiencing the Middle Ages in a nation that is so temporally, spatially, and at times politically removed from them. The European Middle Ages have long influenced the national landscape of the United States through the medieval sites that permeate its self-announced republican landscapes and cities. Today, American-built medievalisms continue to shape the nation’s communities, collapsing the binaries between past and present, medieval and modern, European and American.
The volume’s chapters visit the nation’s many medieval-inspired spaces, from Sherwood Forest in Texas to California’s San Andreas Fault. Stops are made in New York City’s churches, Boston’s gardens, Philadelphia’s Bryn Athyn Cathedral, Orlando’s Magic Kingdom, Appalachian highways, Minnesota’s Viking Villages, New Orleans’s Mardi Gras, and the Las Vegas Strip. As the editors and their fellow essayists take the reader on this cross-country trip across the United States, they ponder the cultural work done by the nation’s medievalized spaces.

Tous les détails et les commandes sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Appel: Imaginaire contemporain de la cathédrale

Myriam White-Le Goff et Brigitte Poitrenaud-Lamesi organisent deux colloques sur le motif de l'”Imaginaire contemporain de la cathédrale“. Le premier se déroulera à l’Université d’Artois les 12 et 13 mai 2022, et le second à l’Université de Caen à l’automne 2022 (date à préciser).

Les propositions sont attendues pour le 5 octobre 2021.

Le retentissement médiatique de l’incendie de Notre-Dame de Paris a révélé le poids imaginaire voire affectif de la cathédrale dans notre monde contemporain, par-delà la nature et la signification initiale de l’édifice. Cet événement a souligné combien la cathédrale appartient à l’histoire culturelle, au sens le plus large. L’incendie a réveillé la terreur médiévale du feu dévastateur et ravivé une crainte toujours latente : la cathédrale est vulnérable, elle n’est pas éternelle. Il a suscité des réactions violentes et contrastées : tour à tour l’édifice a été qualifié de « Tas de pierre, ruine, coeur du catholicisme français, haut lieu de la spiritualité chrétienne, monument des Parisiens, patrimoine artistique mondial, joyaux du gothique français, sanctuaire mémoriel, conservatoire de savoir-faire artisanaux mais encore nasse à touristes, machine à cash, dispositif de défiscalisation, faire-valoir des mécènes milliardaires, image de l’incurie… ». Des discours émus, apitoyés, blasés ou outrés en passant par les silences de la sidération ou de l’indifférence affichée… jusqu’au « J’m’en balek » d’une responsable syndicale.


ENJEUX MÉMORIELS Le brasier a surtout convoqué Victor Hugo et Notre-Dame de Paris comme texte canonique de la mémoire littéraire de l’édifice. Si le roman d’Hugo a enflammé l’esprit des commentateurs ce jour-là, la référence à Viollet-Le-Duc a fait resurgir un Moyen Âge repensé par le XIXe siècle et par les Romantiques comme un tout cohérent dont la mémoire indirecte est tout aussi précieuse et significative que le souvenir de l’édifice originel. L’imaginaire moderne de la cathédrale a fait l’objet de travaux récents (Georges Roque dir., 2012) pour savoir : « comment l’imaginaire de la cathédrale s’est transformé à la fin du XIXe siècle et comment en il en est venu à rejoindre les aspirations de la modernité en art ? ». (Travaux du Centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS, 2006). Les travaux de Joëlle Prungnaud et de Stephanie Glaser expriment le retentissement de cet imaginaire. La question se pose de savoir si les tournants majeurs et les ruptures qui caractérisent la période allant de la seconde partie du XXe siècle au début du XXIe imposent de nouveaux enjeux épistémologiques.


ENJEUX SOCIAUX CULTURELS L’événement a ouvert un débat sociétal sur les enjeux de la future reconstruction du monument et suscité des interrogations nouvelles sur la cathédrale de Paris et plus généralement sur les cathédrales. Il invite à penser/repenser la place de la cathédrale dans l’espace urbain citadin, national et international, la nature même du lieu et les enjeux de sa représentation. L’étymologie est une première source de réflexion. En italien
on parle de chiesa cattedrale (église cathédrale), l’adjectif pointe alors essentiellement la fonction : la chaire étant le lieu d’expression d’une autorité. Le débat questionne aussi le statut du « visiteur » : pèlerin, fidèle, touriste, curieux, amateur, spécialiste et même spectateur – quand la cathédrale devient un lieu de spectacles et d’expositions. La question du consumérisme
et de la rentabilité confronte le chercheur à celle du rapport entre sacré et profane. Gilles Clément dans son Manifeste du Tiers paysage appelle à préserver les lieux sacrés comme « lieux d’errements de l’esprit ».


ENJEUX ESTHÉTIQUES ET ÉTHIQUES La combustion lente mais inexorable de la
« forêt » partie en fumée a frappé les esprits : « la forêt » étant le surnom donné à la charpente vieille de huit siècles, « enchevêtrement de poutres en bois de chêne, chacune taillée dans un arbre différent ». En outre les spectateurs, directs ou indirects, ont assisté dans le monde entier à l’effondrement de la « flèche » élément symbolique de l’édifice et au sauvetage du « coq, dit paratonnerre spirituel ». Flammes, fumée, bois, forêt, flèche, coq : c’est un imaginaire végétal, animal, sauvage et élémentaire qui a ainsi été convoqué. (Bertrand de Feydeau, vice-président de la Fondation du patrimoine rappelle que cette « forêt » était faite « d’arbres qui constituaient
ce qu’on appelle la forêt primaire » aujourd’hui disparue). À l’heure où la forêt primaire amazonienne est en flammes, la disparition de la forêt cathédrale prend un sens particulier et fait naître un imaginaire radicalement nouveau : il convoque le temps long de la croissance de l’arbre et celui de l’ouvrage d’art médiéval, le geste lent, répétitif et inspiré de l’artisan ; il convoque l’imaginaire du feu et de la selva intimement lié à l’histoire des cathédrales, il convie
une mémoire fantastique plus ancienne que la cathédrale elle-même mais en rapport étroit avec la forme spécifique des cathédrales.


Le projet se propose de confronter la cathédrale, au sens large, à la « postmodernité » et à son « actualité », dans les pays de cultures romanes (sans s’interdire des points de comparaison extérieurs). Il s’agit d’étudier les multiples variations, reprises, recréations voire les détournements dont elle fait l’objet pour interroger son statut, sa fonction, réelle et symbolique, à partir de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours, afin de cerner, comprendre, restituer les enjeux culturels contemporains liés aux imaginaires de la cathédrale selon une approche croisée. On cherchera par là à analyser le ou les « imaginaire(s) contemporain(s) de la cathédrale ».


Les travaux se déroulent en deux moments, lors de deux colloques :


Le premier colloque se tiendra à l’université d’Artois (Arras), les 12 et 13 mai 2022.
Ce premier volet s’intéressera aux « Contextes et Approches ».
Il proposera un état des recherches concernant la cathédrale, en particulier entre le XIXe siècle et le XXe, en mettant notamment en avant ses enjeux mémoriels suivant les contextes géographiques, sociologiques ou religieux où elle se place. La cathédrale à la fois fait mémoire et est un motif de la modernité. On s’interrogera sur l’évolution de sa place, de son statut et de sa fonction aujourd’hui, par rapport au passé.


Le second colloque se tiendra à l’université de Caen, entre octobre et décembre 2022.
Ce second volet s’intéressera aux « Conceptions et Images ».
On y examinera les questions d’esthétique, à propos des représentations ou des images de la cathédrale au fil du temps, y compris dans leurs dimensions symboliques ou spirituelles.
Le projet s’inscrit conjointement dans les travaux des centres de recherches « Textes et Cultures » (« Translittéraires ») d’Arras du LASLAR (« Actualité de l’Ancien ») de Caen.

Dans cette mesure, nous encourageons une approche fortement pluridisciplinaire et interdisciplinaire, en attendant des propositions dans des champs disciplinaires diversifiés : littérature, arts plastiques et visuels, arts du spectacle en particulier cinéma, architecture, sociologie, histoire culturelle, histoire des arts, esthétique…


Les rencontres feront l’objet d’une publication (Actes des colloques).
Les langues acceptées sont le français, le portugais, l’espagnol et l’italien.


Envoyez vos propositions de 1000 caractères au maximum, avant le 5 octobre 2021, à Brigitte Poitrenaud-Lamesi, brigitte.poitrenaud-lamesi [at] unicaen.fr et Myriam White-Le Goff, myriam.whitelegoff [at] univ-artois.fr

Parution: Le château allégorique

Cristina Noacco et Christophe Imbert (dir.), Le château allégorique. Image mentale et paysage d’autorité de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Interférences”, 2021.

Le château représente un archétype de l’imaginaire collectif. Au-delà de son omniprésence dans le décor des contes de fées, de sa valeur symbolique dans l’espace médiéval et de son remploi littéraire, artistique et cinématographique, il contribue à la construction d’un paysage mental d’autorité, auquel la tradition occidentale se réfère, pour y adhérer ou pour le questionner.
La finalité scientifique de cet ouvrage consiste avant tout à le considérer comme la composante essentielle d’un réseau d’images qui a assuré la perception du paysage dans la tradition culturelle européenne.
Les études ici réunies visent également à interroger le mouvement qui dynamise cette image dans le paysage allégorique : la quête du château (soit une quête de la connaissance), l’arrivée au château (soit l’accomplissement d’un parcours initiatique), l’enfermement ou la destruction du château… Ce deuxième axe implique d’ailleurs l’existence d’une grammaire reliant entre eux les objets de la topique, complément nécessaire de leur interprétation : le chemin jusqu’au château, la montagne couronnée par le château, l’auberge de l’étape (la quête inachevée), face à la demeure éternelle et au sanctuaire du sens que figure le château.
Ce volume évalue enfin, par une approche diachronique et interdisciplinaire, l’apport des différentes réflexions sur le château à la tradition européenne de la pensée allégorique, tradition qui s’érige comme un château de Mémoire, sur lequel les hommes de culture ont aujourd’hui la tâche de veiller.

Cet ouvrage fait suite à des séminaires et à des journées d’étude tenus entre 2013 et 2015.

 

Table des matières

Préface – Anne-Marie Cocula-Vaillières

Introduction – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Première partie: Palais et citadelles allégoriques dans le monde antique

“L’acropole de l’âme du jeune homme”, Note sur un passage de Platon (La République, 560 B) – André Bouvet

Citadelle de la raison et palais de la mémoire. Les liens de l’âme selon Platon et Saint Augustin – Christopher Lucken

Gloriosissimam ciuitatem Dei… Rhétorique du Salut et métaphores cosmiques dans La Cité de Dieu de Saint Augustin – Michel Banniard

Deuxième partie: Châteaux allégoriques au Moyen Âge et à la Renaissance

La tour et la clôture. Le château allégorique dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles – Cristina Noacco

Ostel, taverne, chastel? Les lieux représentatifs du pouvoir dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc – Carine Giovénal

Le symbole du labyrinthe dans les Demeures du Château intérieur de sainte Thérèse de Jésus – Isabel Hernando Morata

Architectures allégoriques. Les châteaux dans le Roland furieux – Chiara Cassiani

Troisième partie: Le renouvellement de l’imaginaire architectural allégorique à l’époque moderne

Châteaux et palais dans les récits de Béroalde de Verville: voir autrement – Véronique Adam

Du château allégorique au château gothique anglais. Constantes et mutations d’un imaginaire littéraire – Pierre Carboni

Le château dans les Songes d’un hermite de Louis-Sébastien Mercier (1770) ou la scène infernale de la passion du pouvoir – Hélène David

Le château: une métaphore révolutionnaire de Sade à Révéroni de Saint-Cyr – Luisa Messina

Quatrième partie: Forteresses illusoires: la quête inachevable à l’époque contemporaine

Le château allégorique d’Edgar Allan Poe. Images de l’introspection dans le paysage gothique – Manon Amandio

Les avatars de l’image du château en Allemagne. Du Château Durande (1837) d’Eichendorff au Château de Kafka (1926) – Yves Iehl

Les derniers châteaux du Symbolisme. Réduits du poète ou présences spectrales de la poésie au seuil menaçant du XXe siècle – Christophe Imbert

Une emblématique des châteaux chez Julien Gracq – Patrick Marot

Architecture allégorique et poésie moderne. Frénaud, château, quête et requête – Arnaud Despax

Le Château allégorique postmoderne d’Italo Calvino -Jean Nimis

It’s only a model“: le château déconstruit des Monty Python – Justine Breton

Conclusion – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Bibliographie

Résumé des articles

Les auteurs

Appel: Vie, mort et destin du château (1792-1871)

La journée d’étude “De pierre et de larmes: vie, mort et destin du château de 1792 à 1871“, organisée par Guillaume Cousin (Textes et Cultures, Université d’Artois) et Florence Fix (CEREdI, Université de Rouen-Normandie), se déroulera à Rouen le 4 février 2022.

Date limite: 15 septembre 2021.

Symboles de l’Ancien Régime, décriés et parfois détruits ou dispersés dans la période postrévolutionnaire, nombre de châteaux du territoire français passent de mains en mains, d’un usage privé à une intégration dans le patrimoine national, de l’aristocratique au public, ce dernier n’étant pas toujours muséal. De la mise sous séquestre des biens des émigrés en 1792, qui entraîne parfois leur vente ou leur démolition, à l’incendie des Tuileries lors de la Commune de Paris en 1871, il s’agit d’interroger les représentations des châteaux français en art et en littérature à l’aune de leur réutilisation, rénovation, destruction, dispersion.

En effet, les réfections, l’entretien des châteaux sont des enjeux importants de la réflexion comme de l’imaginaire qui les entoure au xixe siècle : gouffre financier, ruine coûteuse parfois nimbée de mélancolie, caprice inutile, énormité splendide ou énormité dispendieuse, le château fait rêver, penser mais aussi calculer.

On s’intéressera ainsi aux réemplois, usages et réaffectations des châteaux :

– comme lieux d’exil et d’emprisonnement (Abd El-Kader à Amboise), parfois condamnation d’hommes de pouvoir qui auraient pu prétendre à la propriété de tels lieux ; ces usages géopolitiques et leur réemploi fictionnel nourriront une réflexion sur les valeurs liées au château. 

– comme lieux symboliques d’une société en (re)construction : usages révolutionnaires et postrévolutionnaires des habitats nobiliaires par l’État ; représentations de la possession et du logis redistribuant des rôles entre aristocratie/bourgeoisie, maîtres/paysans ; le « parvenu », capitaine d’industrie, grand financier ou commerçant, demi-mondaine fortunée faisant l’acquisition d’un château est une réalité que l’on pourra articuler avec des mises en scène fictionnelles (Isidore Lechat dans Les affaires sont les affaires est le propriétaire du trop vaste château de Vauperdu par exemple.)

– comme lieux symboliques d’une identité fondée sur l’Histoire : départ ou retour d’émigration, perpétuation ou fin de l’ancrage local d’une maison aristocratique ; la mélancolie qu’un Balzac ou un Vigny attache au château connaît des variantes dans le roman populaire (Paul Féval) et l’on pourra être sensible également aux représentations liées à une région (l’imaginaire du château breton n’est pas le même que celui du château tourangeau).

– comme lieux d’une conversion à l’usage collectif : caserne, école, mairie etc. ;

– comme lieux à détruire, recomposer : lotissements, ventes des matériaux et des biens, redistribution des terres : la déploration par Hugo des agissements de la « bande noire » peut être croisée avec des représentations très enthousiastes de la destruction comme aube d’un jour nouveau.

Les communications croisant l’histoire de l’art et de l’architecture et la littérature, ainsi que l’étude de la presse et du discours politique sont particulièrement bienvenues. De même, l’articulation de textes fictionnels et non-fictionnels retiendra notre intérêt.

Les propositions de communications accompagnées d’une brève bio-bibliographie sont à adresser pour le 15 septembre 2021 à jechateauxrouen [at] gmail [dot] com

La journée d’étude qui se tiendra à l’Université de Rouen-Normandie le 4 février 2022 sera suivie d’une publication en ligne.

Parution : The Cambridge Companion to Medievalism

The Cambridge Companion to Medievalism, dirigé par Louise D’Arcens, Cambridge, Cambridge University Press, février 2016

cambridge medievalism

Medievalism – the creative interpretation or recreation of the European Middle Ages – has had a major presence in the cultural memory of the modern West, and has grown in scale to become a global phenomenon. Countless examples across aesthetic, material and political domains reveal that the medieval period has long provided a fund of images and ideas that have been vital to defining ‘the modern’. Bringing together local, national and global examples and tracing medievalism’s unpredictable course from early modern poetry to contemporary digital culture, this authoritative Companion offers a panoramic view of the historical, aesthetic, ideological and conceptual dimensions of this phenomenon. It showcases a range of critical positions and approaches to discussing medievalism, from more ‘traditional’ historicist and close-reading practices through to theoretically engaged methods. It also acquaints readers with key terms and provides them with a sophisticated conceptual vocabulary for discussing the medieval afterlife in the modern.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur http://www.cambridge.org/tz/academic/subjects/history/regional-history-1500/cambridge-companion-medievalism?format=PB

Table des matières :

Introduction: medievalism: scope and complexity / Louise D’Arcens

  1. Medievalism in British poetry /Chris Jones
  2. Medievalism and architecture /John M. Ganim
  3. Medievalism and cinema /Bettina Bildhauer Continuer la lecture