Archives par étiquette : Allemagne

Parution : réception du Moyen Âge germanique dans la France contemporaine

 

Actualité du médiévalisme. La réception du Moyen Âge germanique dans la France contemporaine, sous la direction de Florent Gabaude, Aline Le Berre, Andrea Schindler, Limoges, PULIM « Espaces Humains », 2020.

Porté par la vogue du fantastique, en particulier dans les créations pour la jeunesse, mais aussi par des études savantes d’universitaires, le Moyen Âge germanique jouit d’un regain de prédilection en France de nos jours, et fait l’objet de relectures, remaniements et réappropriations de toute nature.

Le présent volume étudie sa réception dans le domaine de la littérature qu’elle soit classique ou populaire mais aussi dans celui de l’iconographie et de la BD. Il s’intéresse entre autres aux nombreuses traductions de La Chanson des Nibelungen par des universitaires français, comme à la réception scientifique du Minnesang dans les anthologies françaises modernes, ou encore à la place de Walther von der Vogelweide dans la culture francophone du xixe siècle. Il se penche également sur la présence de l’ordre Teutonique dans les Belles-Lettres françaises et sur la réception de Till l’Espiègle de nos jours. Cependant, l’univers très riche de la bande dessinée contemporaine n’est pas non plus négligé, avec une étude des œuvres d’Alex Alice, d’Hugo Pratt, de Nicolas Jarry et Jeanine Rahir.

Ainsi, ce volume aborde des sujets variés et originaux et, à travers une série de chapitres complémentaires, s’efforce de dégager les raisons de l’attrait actuel pour l’héritage médiéval germanique dont il trace un tableau foisonnant et contrasté.

 

Sommaire

I – Réception du Moyen Âge et du médiévalisme

– Le Moyen Âge va-t-il continuer longtemps à nous hanter ? (Gérard Chandès)

– Réception du Moyen Âge et médiévalisme. Quelques considérations méthodo­logiques (Andrea Schindler)

II – Médiévalisme et historiographie au xixe siècle

– Deux comtes de l’ancienne noblesse contre un archiviste et un roturier : La fortune de Walther von der Vogelweide, « chevalier-poëte », en France au XIXe siècle (Charles Montalembert, Octave d’Assailly,Louis Spach, Albert Lange) (Earl Jeffrey Richards)

– Présence de l’ordre Teutonique dans l’historiographie et les belles-lettres en France au xixe siècle ( Mathieu Olivier)

– La réception du Moyen Âge allemand en France au XIXe siècle. Un exemple : la vie de Sainte Élisabeth de Hongrie de Charles de Montalembert (Danielle Buschinger)

III – Réécritures contemporaines de la littérature médiévale

– La figure de Brunhilde dans La Fin d’une Walkyrie, roman rose de Delly (1916) (Aline Le Berre)

– Lecture légendo-wagnérienne dans l’œuvre romanesque de Julien Gracq (Tagrid Abood)

– La réception de la légende médiévale de Till l’Espiègle dans la littérature de jeunesse en France (Florent Gabaude)

IV – Réception savante de la littérature médiévale

– La réception scientifique du Minnesang dans les anthologies françaises moder­nes (Ronny Frédéric Schulz)

– Les traductions françaises du Nibelungenlied (1826-2001) (Peter Hvilshøj Andersen-Vinilandicus)

– Le royaume des Burgondes et la Gaule méridionale : un éclairage neuf sur La Chanson des Nibelungen (Max Siller)

V – Médiévalisme et iconographie

– Comment le Paradiesgärtlein conquit  le cœur des Français (Nicole Chambon)

– Le personnage de Brunhilde : de la Chanson des Nibelungen (1200-1205) aux BD du genre Heroic Fantasy (xxie siècle) (Marie-Barbara Vieuxtemps)

– L’enseignement postmoderne de Klingsor Divagations comparatistes autour d’une âventiure de Corto Maltese (Till R. Kuhnle)

– Entre fascination et dégoût : Walder von Stein, un chevalier Teutonique comme modèle pour la jeunesse francophone du xxie siècle ? (Christophe Thierry)

Laura Muller-Thoma (U. Artois)

Laura Muller-Thoma

Doctorante à l’Université d’Artois, Arras, « Textes et cultures »

Domaines de recherche : Fantasy, Histoire de la Fantasy, Folklore germanique, Mythologies nordiques et germaniques

Octobre 2014-…

Thèse

« L’Allemagne des merveilles : Représentations et influence du folklore germanique dans la fantasy contemporaine (des années 1970 à aujourd’hui ; aires germanophones et anglophones) ». Dir. Anne Besson (Université d’Artois) et Thomas Mohnike (Université de Strasbourg)

2016

Journée d’études « Cultures savantes, cultures populaires » (Textes et Cultures, Anne Besson, Université d’Artois)

Intervention : « Construction de l’imaginaire germanique en Fantasy, entre savoir savant et culture populaire »

Séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux » (Alain Dierkens, Alban Gautier, Odile Parsis-Barubé, Alexis Wilkin, Boulogne sur Mer)

Intervention : « Folklore germanique et Fantasy »

Séminaire doctoral « Journée des doctorants » (Département d’Etudes Allemandes et Département d’Etudes Scandinaves)

Intervention : Présentation du projet de thèse

2015

Colloque « Geographies of Knowledge and Imagination » organisé par Joachim Grage (Fribourg) et Thomas Mohnike (Strasbourg)

Intervention: «Tolkien the philologist»

2013-2014

Mémoire

« Le médiévalisme dans Stein und Flöte de Hans Bemmann » Dir. Peter Andersen et Thomas Mohnike (Université de Strasbourg)

2013

Journée d’études « Gottfried de Strasbourg, huit siècles d’amour » (Département d’Études Allemandes, Peter Andersen, Université de Strasbourg)

Intervention : « Miracle du fer ardent – Pourquoi Isolde ne se brûle-t-elle pas ? »

Appel : « Réception du Moyen-Âge allemand »

1008547-Richard_Wagner_la_Walkyrie

Appel à communications “La réception du Moyen Âge allemand dans la France d’aujourd’hui“

jusqu’au 30 juin, pour un colloque du 19 au 21 octobre 2016, Université de Limoges

Equipe d’accueil Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC)

Problématique

Dès le Moyen Âge, les deux aires linguistiques de la Romania et de la Teutonia ont représenté le fondement essentiel à partir duquel s’est élaborée et répandue la première littérature savante de rang et de format européens. La culture germanique antérieure aux humanistes allemands et à Luther est toutefois longtemps restée en France très largement une terra incognita. Seules quelques œuvres originales de la fin du Moyen Âge ont connu une réception durable – immédiate pour la Nef des fous de Sebastian Brant et différée d’un siècle pour le roman en prose Fortunatus ou l’Histoire de Till Ulespiegle dont le nom est devenu antonomase. La grande littérature médiévale allemande en revanche a plus intéressé les philologues que le grand public en ce qu’elle n’apparaissait que comme un miroir de la culture française du XIIe siècle. Quant aux mythes, contes et légendes germaniques du haut Moyen Âge, ou à l’art des maîtres chanteurs du Moyen Âge tardif, les Français n’en eurent qu’une réception médiatisée par le romantisme allemand des frères Grimm et de Wagner ou, dans une moindre mesure, de Hoffmann et de Heine.

On constate à partir XIXe siècle, à la faveur du romantisme, une influence mutuelle des réceptions nationales du Moyen Âge, comme en témoigne par exemple la lecture de Jeanne d’Arc par Schiller et Görres – notamment en réaction contre la parodie voltairienne –  qui a influencé en retour la réception de l’héroïne dans la France de la deuxième moitié du XIXe siècle. Aujourd’hui, on assiste à une véritable interpénétration des réceptions multiformes du Moyen Âge à l’échelle planétaire grâce aux médias audiovisuels et numériques. Comme le rappelle Jacques Le Goff, la perception populaire – et parfois savante – du Moyen Âge a été et est encore bipolaire, tantôt magnifiante, tantôt méprisante[1]. Cette attitude vaut aussi pour le Moyen Âge germanique.  Continuer la lecture