Archives par étiquette : actualité

Séminaire : Actualité de la recherche médiévaliste

Pour l’année 2023-2024, le séminaire de Modernités médiévales se tourne spécifiquement vers le dynamisme du médiévalisme, en proposant des séances sur le sujet “Actualité de la recherche médiévaliste”.

Les séances auront lieu en visio (Zoom), via le lien suivant : https://univ-artois-fr.zoom.us/j/97142575651?pwd=ZUREUmV1dUE0NE5XQnpzL3N0cnpuUT09

ID de réunion : 971 4257 5651
Code secret : 400687

Programme

  • Lundi 15 mai, 17h30-18h30 : Justine Breton présentera son ouvrage Un Moyen Âge en clair-obscur (2023) consacré aux séries télévisées médiévalistes
  • Lundi 12 juin, 17h30-18h30 : Aude Bonord présentera son inédit d’HDR consacré aux variations littéraires XX-XXIe siècle sur François d’Assise
  • Jeudi 14 septembre, 17h30-18h30 : Marine Roussillon présentera son ouvrage Don Quichotte à Versailles. L’Imaginaire médiéval du Grand-siècle, Ceyzérieu, Champ-vallon, 2022.
  • Lundi 16 octobre, 17h30-18h30 : Pauline Pilote (UBS) présentera son ouvrage Wizards of the West. Walter Scott et le roman historique américain, Presses universitaires de Rennes, 2022.
  • Mercredi 15 novembre, 17h30-18h30 : Michèle Gally nous parlera de plusieurs de ses (nombreuses) parutions récentes, parmi lesquelles A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, CNRS éditions, 2022 ; direction : Le bonheur : dictionnaire historique et critique, CNRS éditions, 2019 ; direction, avec María-Pilar Suárez, Figuras de Perceval: del Conte du Graal al siglo XXI, Madrid, UAM ediciones, 2019.
  • Vendredi 12 janvier 2024, 17h-18h : Sandra Gorgievski présentera son ouvrage Representing the Crusades. From Medieval Imagination to Contemporary Popular Culture, éd. McFarland, 2023.
  • Jeudi 15 février 2024, 17h-18h : Maria-Pilar Suarez Pascual présentera son ouvrage Griales y tierras baldias : busquedas en la narrativa francesa, Madrid, Sial ediciones, 2023. Session enregistrée et disponible ici (code d’accès : 9zF$6hqP).
  • Vendredi 15 mars 2024, 17h-18h : Patrick Fraysse et Sylvie Sagnes présenteront leur ouvrage Vivre et faire vivre le Moyen Âge, Presses universitaires de la Méditerranée, 2023.
  • Lundi 15 avril 2024, 17h-18h : Florie Maurin présentera l’ouvrage qu’elle a codirigé avec Elise d’Inca, Amazones et femmes sauvages de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain, Classiques Garnier, 2023 ; ainsi que l’ouvrage Sur les traces d’Ewilan consacré à l’étude de l’oeuvre de Pierre Bottero. 
  • Mercredi 15 mai 2024, 17h30-18h30 : Hélène Cordier présentera son travail de thèse, intitulée “La Table Ronde des enfants. Trajectoires transformatives du patrimoine littéraire arthurien médiéval dans les livres illustrés et les albums contemporains pour la jeunesse”.

Actualité: En défense des métiers de l’histoire

Suite à la table ronde organisée par la SHMESP le 13 novembre 2021, intitulée “Libertés académiques et médiation scientifique. Quelle place pour les chercheurs, entre débats historiques et débats de société?“, les historiens William Blanc et Christophe Naudin ont publié le texte de leur intervention.

Dans ce bilan s’appuyant sur leur expérience personnelle et sur la situation plus générale des acteurs de l’histoire aujourd’hui, les auteurs proposent également des pistes de solutions face aux défis que doivent désormais relever les historien.ne.s et enseignant.e.s, notamment médiévistes et médiévalistes. Extrait:

Notre cas, s’il constitue pour l’instant un hapax, s’inscrit dans un contexte plus large que nous avions déjà largement évoqué voilà presque dix ans avec notre collègue moderniste Aurore Chéry dans notre ouvrage Les Historiens de Garde paru en 2013.

Depuis le début de présidence de Nicolas Sarkozy en 2007, les disciplines scientifiques ayant trait au passé (histoire, mais aussi archéologie, histoire de l’art et littérature) sont en proie à une attaque sans précédent, constat que faisait déjà le CVUH lors de la publication du livre Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire (2008) co-dirigé par Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt et Sophie Wahnich. Cette attaque à notre avis prend deux formes :

La première est l’usage du passé à des fins politiques et mémorielles. Si celui-ci n’est pas l’apanage d’un groupe et que tous les courants idéologiques abusent de l’histoire, il est clair que l’extrême droite est de loin la plus active sur ce créneau afin de promouvoir une vision essentialiste et excluante de la nation en s’appuyant notamment sur une vision fantasmée du Moyen Âge. Nous assistons ici, ni plus ni moins, à un retour sur le devant de la scène des poncifs de « l’École capétienne » proche de l’Action française animés au début du XXe siècle par des figures comme Charles Maurras et Jacques Bainville, deux auteurs dont se réclame aujourd’hui ouvertement Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle de 2022. Comme eux, celui-ci prend l’histoire universitaire et scolaire pour cible, évoquant dans l’introduction de son ouvrage Destin français (2018) « la grande machinerie universitaire historiographique [qui] euthanasie la France », accusant ainsi notre métier d’être le meurtrier d’une nation dont il prétend incarner la pureté. Une idée hélas largement reprise aux plus hautes sphères du pouvoir où l’on a affirmé l’existence d’une tendance « islamo-gauchiste » au sein de l’université, terme par ailleurs tiré de la rhétorique complotiste d’extrême-droite.

Comme les propagandistes de l’Action française, le discours d’Éric Zemmour s’inscrit aussi dans une économie privatisée. En proposant à un public angoissé par un futur synonyme de bouleversements écologiques et sociaux profonds, des images d’Épinal d’une France glorieuse, nombre d’entrepreneurs du mythe national réalisent de juteuses affaires et construisent de véritables empires commerciaux s’appuyant sur une vision erronée, mais rassurante, du passé. Les tenants de la logique libérale, même s’ils ne partagent pas toujours le fond de leur discours, ont souvent tendance à favoriser ce type d’entreprises qui génère de la croissance et du profit au détriment d’un service public de l’histoire, scolaire, muséal et universitaire, qui lui, se conçoit comme une forme d’accès à moindre coût des citoyen.ne.s au savoir sur une base égalitaire financée par les impôts.

Voilà entre autres pourquoi depuis une vingtaine d’années l’Éducation nationale, la Culture et l’Université font les frais de coupes massives de budget et d’une précarisation accrue de leurs personnels. Nous connaissons hélas bien l’équation. Trop occupé.e à chercher un poste puis à se plonger dans les affres du publish or perish, quel.le (post-)doctorant.e ou maitre.sse de conférence osera se lancer dans un combat public contre tel ou tel entrepreneur identitaire ? Le ferait-il qu’il risquerait d’être confronté à de rudes agressions. Si des attentats, comme celui dont a été victime Samuel Patty de la part d’un djihadiste, ne semblent pas pour l’instant être au programme de l’extrême droite en France, il n’en demeure pas moins que l’objectif est peu à peu de nous empêcher de prendre la parole dans le débat public. Cela passe par des méthodes qui ont déjà été employées avec succès dans d’autres pays européens où l’extrême-droite triomphe, comme la Pologne.”

Le texte complet est à retrouver sur le site de la SHMESP.