Archives de catégorie : séminaires

Séminaire: Grandes et petites mythologies

Le séminaire « Grandes et petites mythologies« , organisé par Karin Ueltschi-Courchinoux, se déroulera le premier jeudi du mois de septembre 2021 à avril 2022, de 17h à 19h, à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (BU Robert de Sorbon, Campus Croix-Rouge).

Les séances pourront également être suivies par Zoom: le lien sera publié quelques jours avant chaque session sur le site du CRIMEL.

 

Programme

Jeudi 7 OCTOBRE  2021   –  Bertrand Sergent, CNRS : «Les correspondances mythiques entre Bretagne et Caucase, au sujet de géants ».

Jeudi 2 DECEMBRE 2021 – Alain Trouvé, Université de Reims : « Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui ».

Jeudi 3 FEVRIER 2022 – Valérie Wampfler, Université de Reims : « Autour des Saturnales ».

Jeudi 3 MARS 2022 – Anna Loba, Univ. Adam Mickiewicz, Pologne : « Peau d’Âne ».

Jeudi 17 MARS 2022 – Journée d’Etude : la Faune et la Flore (programme à venir)

Jeudi 7 AVRIL 2022 –Miren Lacassagne, Université de Bordeaux : « La roue de Fortune et le rouet ».

 

Tous les détails sont accessibles sur le site du CRIMEL.

Séminaire: « Fantasy et imaginaire »

Le 4e volet du séminaire « Fantasy et imaginaire« , organisé par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, se tiendra à l’Université de Besançon le vendredi 24 septembre 2021.

Ancrés dans le champs littéraire, les écrits fantasystes contribuent à produire des imaginaires collectifs. « Surnaturel naturalisé »1, la fantasy induit, en premier lieu, un effort d’imagination de la part des auteurs, comme des récepteurs. Ces narrations s’appuient sur des mondes « primaires »2 et, plus encore, sur les façons dont les acteurs sociaux perçoivent la réalité sociale et la transforment (ou la réinventent).
L’imaginaire mobilisé dans la fantasy repose ainsi sur des processus de création et d’appropriation : le genre fantasyste devient un prétexte favorisant une dynamique de l’imaginaire à travers la production de « mondes » fictionnels. D’autre part, lorsque ces mondes ainsi narrés entrent dans la culture populaire (par exemple les fictions pensées par J. R. R. Tolkien, les mythes remis au goût du jour, etc.), les oeuvres de fantasy deviennent des supports structurants permettant de comprendre des pratiques culturelles (succès de films, pratiques ludiques ou sportives, etc.).
Afin d’interroger la dialectique du concept d’imaginaire qui oscille entre cadre structurant et dynamique créatrice3, l’analyse des usages de la fantasy dans le champ des loisirs (ludiques, sportifs, culturels, musicaux, etc.) semble se révéler pertinente. À travers des exemples de terrain et/ou de corpus, l’objectif de cet atelier-séminaire est de participer à la production d’une définition de l’imaginaire pour l’analyse de pratiques sociales prenant place dans le champ des loisirs.

Programme

9h : Accueil
9h30 : Introduction : les loisirs, entre imaginaire et fantasy – Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat, Université de Franche-Comté

Session 1 : communications
9h45 : S’escrimer au sabre laser : quand un imaginaire de la pop- culture s’incarne dans la réalité martiale – Marie Kergoat, Université Rennes II, Laboratoire des imaginaires.
10h15 : Les fictions dans l’univers musical metal – Le cas du Hellfest Open Air Festival – Corentin Charbonnier, Université de Tours
10h45 : Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de Tolkien – Laura Martin-Gomez, Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures
11h15 : L’imaginaire du Moyen Âge européen dans la fantasy japonaise – Sébastien Wit, Université Picardie Jules Verne
11h45 : Échanges et discussions
12h : pause déjeuner


Session 2 : table ronde
Fantasy, fiction, recréation et imaginaire
14h-16h : échanges, réflexions et débats – Corentin Charbonnier, Valérie Cruzin, Laurent Di Filippo, Sébastien Haissat, Marie Kergoat, Laura Martin-Gomez, Orlane Messey, Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Wit.
16h : conclusions de la journée

Détails: UFR STAPS, bâtiment 3, salle 1301, Besançon, Université de Franche-Comté – Laboratoire C3S (EA 4660) – Axe 2 « MIC », ANR Aiôn.

Comité scientifique de cette édition
Anne Besson, Pr. en littérature générale et comparée, U. d’Artois
Justine Breton, MCF en littérature française, U. de Reims Champagne-Ardenne
Noémie Budin, Dr. en littérature française, Aiôn
Laurent Di Filippo, MCF en Sciences de l’information et de la communication, U. de Lorraine
Sébastien Haissat, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté
Audrey Tuaillon Demésy, MCF en STAPS, U. de Franche-Comté

Tous les détails sont sur le site de l’ANR Aiôn.

Séminaire: Grandes et petites mythologies

Le séminaire « Grandes et petites mythologies« , organisé par Karin Ueltschi-Courchinoux, est renouvelé pour l’année 2021-2022, à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Les séances se dérouleront le premier jeudi du mois, de 17h à 19h, à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge, Reims) et en visioconférence. Le lien de connexion sera publié quelques jours avant chaque manifestation sur le site du laboratoire CRIMEL.

Programme

Jeudi 7 octore 2021: Jean-Michel Doulet, Université de Paris VII : « Les changelins »

Jeudi 4 novembre 2021: Anna Loba, Institut de Philologie romane, Université Adam Mickiewicz, Poznan, Pologne : « Peau d’Âne ».

Jeudi 2 décembre 2021: Alain Trouvé, Université de Reims : « Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui »

Jeudi 3 février 2022: Valérie Wampfler, Université de Reims : « Autour des Saturnales »

Jeudi 17 mars 2022: Journée d’étude « La Faune et la Flore » (découvrez le programme ici)

Jeudi 7 avril 2022: Miren Lacassagne, Université de Bordeaux : « La roue de Fortune et le rouet »

Séminaire « Boréalisme »

Séminaire « Boréalisme : Pour un atlas sensible du Nord », de 10h à 12h à la Bibliothèque Nordique (Paris).

Trois séances sont prévues au second semestre 2019 :

8 avril 2019 : avec M. Cedergren et D. Chartier sur “Littérature du Nord, Littérature autochtone – Imagologie et méthodologie littéraire”

6 mai 2019 : avec D. Rouiller sur “Le Grand Nord dans les théories du climat à la Renaissance”

3 juin 2019 : avec F. Chapuis “Les fonds boréalistes de la Bibliothèque Nordique”

voir https://borealisme.hypotheses.org/ :

Ce séminaire entend « tracer l’histoire des déplacements, des transformations et des circulations se référant au « Nord » […] à la croisée des outils épistémologiques développés par les sciences historiques, la géographie, la littérature comparée, et plus généralement de l’histoire culturelle. » « Ce programme se propose de dépasser la définition d’un « boréalisme » comme transposition de l’orientalisme afin de convoquer ce terme dans un sens plus large, pour désigner les mouvements croisés qui aboutissent à la fabrication d’un Nord non plus seulement scandinave mais aussi circumpolaire, sur une échelle historique plus large, de l’Antiquité à nos jours. » Il « refuse une essentialisation du « Nord » et de l’imaginaire collectif qui lui est associé, et pour saisir un processus dynamique qui redéfinit le « Nord » à chaque énonciation. »

Séminaire LAMOP « Médiévalisme »

Séminaire Le médiévalisme. Des usages contemporains du Moyen Âge, animé par l’historienne Aude Mairey (LAMOP)


« Depuis quelques décennies, le médiévalisme, que l’on peut définir à la suite de Louise d’Arcens comme « la réception, l’interprétation ou la recréation du Moyen Âge européen dans les cultures post-médiévales », est devenue une discipline à part entière, d’abord dans les pays anglophones puis dans l’ensemble de l’Europe occidentale (pour ne s’en tenir qu’à elle). Le champ est vaste : de Victor Hugo à J.R.R. Tolkien, de la recréation d’une architecture néo-gothique aux jeux vidéo populaires, de l’anneau de Jeanne d’Arc à la reconstitution de batailles médiévales, les usages contemporains du Moyen Âge sont nombreux – littéraires, cinématographiques, ludiques, mais aussi politique… Pourtant, alors que nos collègues littéraires ont été les premiers à s’emparer de ce champ au sein du monde universitaire, cela n’a pas été le cas (ou à peine) pour les historiens. Ce séminaire se propose donc d’envisager, en complémentarité avec les autres disciplines, tant l’histoire du médiévalisme que la diversité de ses usages actuels.
Les séances sont ouvertes à tous et se tiendront le vendredi de 14h à 16h en salle Perroy, à la Sorbonne.

Programme 2018-2019 (2nd semestre) :
18 janvier 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 1, Aude Mairey
1er février 2019 – Introduction – Histoire du médiévalisme, 2, Aude Mairey
22 février 2019 – Médiévalisme et politique, intervenant : Joseph Morsel (Université Paris 1)
22 mars 2019 – Médiévalisme et cinéma, intervenant : William Blanc (médiéviste indépendant)
5 avril 2019 – Médiévalisme et littérature, intervenant : Vincent Ferré (Université de Paris Est-
Créteil)
19 avril 2019 – Les usages ludiques du passé : Le médiévalisme dans les jeux contemporains,
intervenant : Laurent Di Filippo (DynamE, Université de Strasbourg/CREM, Université de
Lorraine)


Attention : si vous n’êtes pas inscrit dans une des universités de la Sorbonne ou à la
Bibliothèque, il faut impérativement le signaler à cette adresse : aude.mairey@univ-paris1.fr, car
pour des raisons de sécurité, le recteur de Paris exige une liste des invités pour chaque
manifestation ayant lieu à la Sorbonne.

Journée « Restauration et remploi »

Le mercredi 24 mai 2017 à l’École nationale des chartes (65, rue de Richelieu, Paris 2e, salle Léopold-Delisle), 9h30-18h

« Restauration et remploi »

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Définir les pratiques

Dans la perspective d’ouvrir une discussion méthodologique, nous aimerions poser la question des définitions de ces deux pratiques et des débats qu’elles impliquent. Qu’est-ce que la « restauration » ? Quels sont les enjeux de sa définition ? Quels peuvent en être aujourd’hui les principes ? Doit-on tout restaurer ? Qu’est-ce que le remploi ? Quelle est la valeur symbolique de ce geste ?

Il pourrait être utile de poser également la question de la proximité de ces pratiques qui participent toutes deux d’un regain d’existence offert aux objets auxquels elles s’appliquent : dans quelle mesure remploi et restauration sont-ils liés ? Une restauration est-elle un remploi ? Et, inversement, le remploi pourrait-il être compris comme une « restauration partielle » de l’œuvre ?

Définir les « produits »

Un autre obstacle méthodologique est celui de la définition et du statut des objets issus de ces pratiques. Le résultat de chacun de ces processus est un objet qui présente une certaine complexité. Un vestige du passé soumis à un travail de restauration subit une modification. Quant à la matière (concrète ou textuelle) remployée, elle s’insère dans un nouveau contexte, elle évolue. Comment ces produits ont-ils été perçus dans le passé ? Comment les analyse-t-on aujourd’hui ?

Cerner les enjeux de ces pratiques hier et aujourd’hui

Enfin, nous aimerions proposer une ouverture dans la réflexion sur ces objets, touchant plus particulièrement à l’interprétation des gestes de restauration et de remploi. À quelles fins a-t-on restauré dans le passé ? À quels desseins restaure-t-on aujourd’hui ? Quels ont pu être les enjeux du remploi jadis? Ont-ils servi une idéologie ? Ont-ils répondu à un besoin d’actualisation, de mise à jour ? Ou ont-ils simplement satisfait au nouveau goût contemporain ? Et aujourd’hui ?

 

[1] Esch Arnold, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva dello storico », dans Ideologie e pratiche nel reimpiego nell’alto Medioevo. Atti della Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’altt Medioevo (Spoleto, 16-21 aprile 1998), Spolète, coll. « Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo », 46 (1999), 2 vol., t. I., p. 77-78.

Séminaire : Reverdie, parler médiéval

Programme de l' »Atelier de langue médiévale » proposé par Reverdie :

« Parler médiéval après le Moyen Âge ». Limage de la langue médiévale du xvie siècle à nos jours

A la maison de la recherche de Paris-Sorbonne, le vendredi à 18h les 3 février, 3 mars, 31 mars et 5 mai.

Vendredi 3 février 2017

Justine Breton – « ‘‘Rester muet comme un sot ne vaut pas mieux que parler trop’’ :
la langue hors-temps de Perceval le Gallois d’Éric Rohmer »

Vendredi 3 mars 2017

Yohann Chanoir – La langue médiévale dans le cinéma sur le Moyen Âge : transcription, traduction, trahison

Christopher Lucken – La Chanson de Roland ou le chant barbare du français

Vendredi 31 mars 2017

Nicolas Lombart – « Plusieurs autres belles manieres de parler » : Claude Fauchet et la langue poétique médiévale dans le Recueil de la langue et poesie françoise (1581)

Justine Michon – « Un gilet taillé en pourpoint ».
Modes et enjeux du « style médiéval » aux alentours de 1830

Vendredi 5 mai 2017

Maria Colombo-Timelli – L’ancien français au
xviiie siècle : La Curne de Sainte Palaye lecteur de Chrétien de Troyes

Blandine Longhi – Quelle image de la langue médiévale dans l’enseignement du français ?

Séminaire « Nords médiévaux »

Séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux »

Année 3, « Pratiques et politiques »

Les séances auront lieu :

– vendredi 20 janvier à Villeneuve-d’Ascq (Lille SHS)

– vendredi 17 mars à Boulogne-sur-Mer (ULCO)

– vendredi 12 mai à Bruxelles (ULB)

Le séminaire, dans le cadre du programme « Représentations, Identités, Mémoires des Nords européens », a été conçu pour les doctorants de l’école doctorale SHS Lille Nord de France, mais il est largement ouvert aux étudiants de master et de 3e année de licence, ainsi qu’à toute personne intéressée. Les résumés des communications du séminaire pour les deux années précédentes sont toujours disponibles sur le site RIM-Nor (http://rim-nor.hypotheses.org).