Archives de catégorie : Rencontres

Exposition: Le monde de Clovis

Exposition ludique “Le monde de Clovis: l’exposition dont vous êtes le héros“, Musée d’Archéologie nationale, du 22 octobre au 22 mai 2023. En parallèle de l’exposition, de nombreux événements sont programmés: ateliers jeune public, visites guidées, concert, déambulation de géant…

 
 

Le musée d’Archéologie nationale souhaite, à l’automne 2022, proposer une version adaptée de l’exposition présentée en 2021 au musée royal de Mariemont (Belgique), pour laquelle il a d’ailleurs concédé le prêt exceptionnel du mobilier de la tombe de la reine Arégonde. Pour ce faire, le contenu scientifique restant globalement le même, le MAN a conçu un mode de visite nouveau et radicalement différent de celui de l’exposition de Mariemont, s’inspirant de la démarche des jeux de rôles et des livres « dont vous êtes le héros ».

Le visiteur est ainsi invité à s’identifier à l’un des quatre personnages que nous avons créés (Geneviève, la commerçante, Médard, le guerrier, Andarchius, le fermier, Bathilde, la tisserande), puis à construire lui-même son parcours, sa « carrière », au fil des salles et des âges de la vie. Pour ce faire, des choix lui seront proposés à chaque étape du parcours ; il sera incité, afin d’opter pour l’une ou l’autre action proposée, à chercher des informations auprès des objets, dans les vitrines, dans les cartels. Son but est de gagner, à travers ses choix, le plus de points de richesse et de prestige possible ; ces points conditionnent au fur et à mesure certains de ses choix, et permettent à la fin de mesurer sa réussite sociale dans le monde mérovingien.

COMMISSARIAT GÉNÉRAL

  • Rose-Marie Mousseaux, conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye
  • Daniel Roger, conservateur général du patrimoine, adjoint à la directrice, responsable du pôle scientifique du musée d’Archéologie nationale

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE

  • Fanny Hamonic, conservatrice du patrimoine, chargée des collections du premier Moyen Âge du musée d’Archéologie nationale
  • Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne Université

Informations pratiques

Exposition ouverte de 10h à 17h (fermé le mardi) – Samedi 22 octobre, ouverture de 10h à 14h. Ouverture exceptionnelle jusqu’à 20h: Mercredis 2 novembre 2022 – 1e février et 3 mai 2023.

Droit d’entrée : 6 €

 

Détails et programme sur le site du Musée d’Archéologie nationale.

Exposition: William Morris, l’art dans tout

Exposition “William Morris (1834-1896): l’Art dans tout“, à La Piscine, Roubaix, du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023. Un programme riche (visites guidées, conférences, etc.) est prévu en parallèle de l’exposition.

Après l’exposition Une conversation anglaise : le Groupe de Bloomsbury, présentée du 21 novembre 2009 au 28 février 2010 et qui avait rencontré un large public, La Piscine propose de continuer son exploration des liens étroits qui unissent artistes, artisans, intellectuels en Grande-Bretagne en mettant en lumière l’univers de William Morris et son apport fondamental dans la reconnaissance des arts appliqués.

L’exposition présente près d’une centaine d’œuvres – peinture, dessins, mobiliers et textiles – provenant de collections publiques anglaises, notamment la Tate Britain et le Victoria and Albert Museum mais aussi de collections publiques françaises et particulièrement de l’important fonds conservé au musée d’Orsay.

Jamais présenté en France, l’œuvre du visionnaire William Morris a fortement marqué son époque en théorisant une utopie sociale, politique, écologique et artistique et en posant les bases de ce qu’on nommera plus tard les Arts & Crafts, qui défendent l’art dans tout et pour tous en réaction à l’industrialisation des savoir-faire artisanaux.

Designer textile, écrivain, poète, peintre, dessinateur, architecte, fabricant, militant socialiste, écologiste et incroyable théoricien, William Morris a développé un œuvre complexe et a milité pour qu’on considère d’une nouvelle manière l’art et l’artisanat, mais aussi les artistes et les artisans de l’Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle, marquée par l’apparition d’une société industrielle. Il est célèbre à la fois pour ses œuvres littéraires, son engagement politique socialiste, son travail d’édition et ses créations dans le domaine des arts décoratifs.

En réaction à la révolution industrielle qui a marqué l’époque victorienne, William Morris affirme l’importance de toutes les formes d’art – peinture, architecture, graphisme, artisanat, littérature… Il œuvre ainsi à redonner des qualités esthétiques aux objets, même les plus usuels, en produisant, par le travail manuel, de la beauté à l’usage de toutes les couches de la société et en valorisant les savoir- faire les plus rares pour aller contre le prosaïsme du monde industriel. Ses recherches formelles et historiques sur la culture Celte et le Moyen-Age nourrissent son inspiration et celles de ses amis artistes dont beaucoup appartiennent au mouvement des préraphaélites – Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, John Everett Millais…- qui se crée autour de lui.

La nouvelle organisation éthique de l’art, théorisée par Ruskin et mise en place par William Morris, ajoute à son œuvre une dimension sociale et écologique, qui est aujourd’hui parfaitement d’actualité : expérience d’ateliers collectifs, retour à la campagne dans des colonies d’artisans, entreprises dont les profits sont reversés aux ouvriers, attention portée aux conditions de fabrication des objets manufacturés et le désir de prendre en compte la dignité de ceux qui les fabriquent, conviction que la « beauté » contribue à donner un sens à l’existence.

Avec cette exposition, La Piscine propose aux visiteurs de plonger dans l’univers de William Morris. Tapisseries, tentures, mobiliers, peintures, dessins seront présentés dans une scénographie volontairement immersive imaginée par Cédric Guerlus.

Commissariat Sylvette Botella-Gaudichon

Scénographie : Cédric Guerlus – Going Design

Catalogue édité à l’occasion de l’exposition

 

Cette exposition a reçu le soutien exceptionnel du Musée d’Orsay.

Cette exposition a reçu le soutien de la Direction régionale des Affaires Culturelles, de la Région Hauts-de-France et de la Métropole Européenne de Lille. Elle bénéficie d’un mécénat exceptionnel du CIC Nord Ouest, fidèle partenaire du musée La Piscine. La scénographie est réalisée grâce au généreux concours des peintures Tollens.

 

Légende :  William Morris (dessinateur), Jeffrey &Cie (fabricant), The Pimpernel, Vers 1876, Papier continu à pâte mécanique, fond vert brossé à la main, impression à la planche de bois en 6 couleurs., 70 x 56.6 cm, Paris, Musée des Arts Décoratifs. © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

LES ADULTES

Conférences

Conversation brodée autour de William Morris

 

LES JEUNES PUBLICS

En individuel

Les Ateliers du mercredi : Du 7 Septembre au 14 décembre 2022 de 13h45 à 17h

  • L’art dans tout – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans
  • Un terreau fertile – 7 à 13 ans

Ateliers des vacances : Du 20 au 23 décembre 2022 de 14h à 17h

  • Ma petite fabrique – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans

En groupe

WEEK-END FAMILIAL

Samedi 19 et dimanche 20 novembre 2022 – de 14h à 17h30

Colloque: Châteaux et révolutions

Les XXIXe Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord auront lieu les 23, 24 et 25 septembre 2022 à L’Odyssée (théâtre de Périgueux), salle Grassé, et au Château des Milandes, sur le thème “Châteaux et révolutions“. L’entrée est gratuite et ouverte à tous. Une excursion au Château des Milandes est prévue sur inscription.

Château et révolution ! Deux termes a priori inconciliables. L’un évoque un passé immobile et obsidional, hérissé de remparts, de tours et de girouettes. L’autre est explosif, éruptif, rageur, et précisément destructeur de la verticalité sociale que représente généralement le château. Le cycle révolutionnaire qui, de 1789 à 1848, s’en prend concrètement aux symboles d’une France féodale honnie, domine nos représentations historiques et fantasmatiques de ce couple infernal. Mais conjuguons la formule au pluriel : Châteaux et révolutions. Et voici que se lèvent de multiples acceptions des deux termes et que se nouent entre eux des relations nouvelles, fécondes et riches d’avenir pour le château lui-même et pour ceux qui les occupent. Prenons pour exemple le château des Milandes, au bord de la Dordogne, où nos pas vont nous mener au cours de ces Rencontres. Construit à la fin du XVe siècle, il offre à Claude de Cardaillac une demeure Renaissance lumineuse et confortable bien différente de Castelnaud, la forteresse féodale de son époux, le seigneur de Caumont. Lorsque Joséphine Baker s’y installe 400 ans plus tard avec sa tribu arc-en-ciel et ses goûts hollywoodiens, une autre révolution tranquille s’opère, et une troisième lorsque Angélique de Saint-Exupéry unit les deux châtelaines qui l’ont précédées dans un projet patrimonial, culturel et touristique commun. Palais des merveilles du duc de Berry à Mehun-sur-Yèvre  en pleine guerre de Cent ans ; guerres aux châteaux royaux de Versailles ou de Compiègne pendant la Révolution et menaces sur les châteaux du Périgord ou de la Provence ; révolutions de palais en Russie annonçant le « printemps des tsarines » ; châteaux imaginaires « style Louis XVII », pour mieux défier, dénier le passé ; reconversions en manufacture, en prison, en hôpital, en centre agronomique, en villégiature ou encore en cellules politiques animées par des châtelaines combattives dans le Jura du XIX  siècle. Et brochant sur le tout, Vincennes, qui a tout vu, tout connu, tout subi, de métamorphose en métamorphose, du Moyen Âge à nos jours. Une vingtaine d’archéologues, d’historiennes et d’historiens sont au rendez-vous pour évoquer l’étonnante plasticité du château, enjeu de pouvoir, lieu de mémoire mais aussi véritable laboratoire de modernité à toutes les époques. 

VENDREDI 23 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

8h30  Accueil des participants.

8h45  Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres. 

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

9h00 Eneko Hiriart, Archeosciences Bordeaux, UMR 6034 CNRS – Université Bordeaux Montaigne et Christian Chevillot, ADRAHPCReAAH, UMR 6566, Université de Rennes 1,  La Peyrouse, une agglomération gauloise en Dordogne et son sanctuaire.

9h30 Coralie Demangeot et Amaïa Legaz, Hadès-Archéologie, Des vestiges d’une crise sanitaire tardo-antique dans la nécropole Saint-Seurin à Bordeaux.

10h00 Vanessa Elizagoyen, INRAP – NAOM, Saint-Geours-de-Maremne, Bellocq : un village agro-pastoral antique dans les Landes.

11h15 Juliette Masson, Centre Archéologie Préventive – Bordeaux Métropole, Fossé médiéval et occupation Place Gambetta à Bordeaux : apports de l’archéologie à la connaissance de cet espace pour les périodes médiévale et moderne.

11h45 Christian Scuiller et Nadine Beague, INRAP – NAOM, Nouveau regard sur l’église Saint-Martin de Plazac (Dordogne).

Les châteaux, creuset des innovations architecturales

 14h00 Philippe Bon, conservateur du Musée Charles VII de Mehun-sur-Yèvre, Mehun-sur-Yèvre, la révolution de l’exception.

14h30 Arnaud Prié, chargé d’opération et de recherche à l’INRAP, Charmoilles (Haute-Marne) : de la place forte de frontière du XVe siècle à la résidence. Enquête historique et architecturale.

15h00 Frédéric d’Agay, vice-président de la Fédération Historique de Provence, Renouvellement castral et entrée dans la modernité en Provence à la veille de la Révolution.

 Bouleversements castraux, entre révolutions et révolutions de palais

16h00 Anna Gnedina-Moretti, docteur en science de l’art, Les Révolutions de palais en Russie au XVIIIe siècle.

16h30 Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, château de Versailles, Versailles en Révolution : l’année 1789.

17h00 Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours, Le marquis du Castellet et le château de Dardennes (Toulon, 1790).

17h30 Guy Mandon, inspecteur général honoraire de l’Éducation Nationale, Comment ont survécu mille et un châteaux dans un département montagnard ? la Dordogne de la Grande Peur à la légende de Lakanal (1789-1794). 

 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE                Château des Milandes

 Maisons royales en péril : quels usages dans une Nation sans roi ?

9h30  Thierry Sarmant, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, Le château de Vincennes en révolution, 1789-1803.

10h00 Jean-François Delmas, conservateur général du patrimoine, château de Compiègne, La Révolution et le château de Compiègne.

La persistance de l’emprise castrale : une révolution conservatrice ? 

11h00 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon-2, L’entrée en politique des châtelaines (Jura, 1870-1920).

11h30 Grégoire Franconie, docteur en histoire, Construire un “château Louis XVII” : histoire d’un goût contrefactuel (1793-1968). 

 

15h00 Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire du château des Milandes, Joséphine Baker au château des Milandes : une révolution en Périgord  ?

 Viste du château des Milandes

 

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

 Les châteaux en laboratoire de la modernité économique

9h00  Roger Baury, Université de Lille, Des dommages révolutionnaires à l’échec industriel : le château de Bonneval en révolutions.

9h30  Cécile Dantarribe, doctorante, CEMMC-EA 2958 – Université Bordeaux Montaigne, Quand le château viticole de la Grande Ferrade devient le centre de recherches agronomiques du Sud-Ouest (première moitié du XXe siècle).

Fluidité des identités castrales et mouvance de la mémoire collective

10h30 Simon Guinebaud, attaché de conservation du patrimoine, Dinan, Du palais ducal à la prison militaire : le château de Dinan au XVIIIe siècle.

11h00 Jean Samuel Rouveyrol, docteur en histoire, Une révolution châtelaine : du château à la villa (seconde moitié du XIXe siècle – début du XXe siècle).

12h00 Roger Baury, Université de Lille, Conclusions du colloque 

 

Plus d’informations sur le site de la société organisatrice.

Colloque: La Fabrique de Noël

Manon Amandio, Hélène Dubail et Sébastien Wit organisent les 7-8 décembre 2021, à l’Université Paris Nanterre, le colloque “La Fabrique de Noël“. Si l’événement n’est pas purement dédié au médiévalisme, il inclura toutefois une intervention de Karin Ueltschi-Courchinoux sur les mythologies des enfances et de Noël, et un entretien entre Baillie Tolkien et Vincent Ferré au sujet des Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien.

À chaque mois de décembre, quand bûches, dindes, sapins et guirlandes clignotantes envahissent nos existences, ce n’est pas seulement l’hyperconsumérisme qui triomphe, mais une fiction littéraire. S’il est possible de faire remonter la tradition des cadeaux de Noël aux paganismes de l’Antiquité, c’est en effet dans la littérature du début du XIXe siècle que se forment les scènes topiques dont se pare aujourd’hui toute histoire de Noël, du film au roman policier, en passant par les fameux épisodes spéciaux des séries télévisées.

Dans la mesure où la littérature, et plus généralement les objets culturels, ont participé à la diffusion d’un imaginaire de Noël en partie laïcisé, il s’agira lors de ce colloque de déconstruire cette fiction littéraire afin de révéler les mécanismes par lesquels elle flatte notre amour de la fable.

Le colloque se tiendra dans le bâtiment Weber, salle de séminaire n°2.

 

Programme

Mardi 7 décembre

8h30 – Accueil des participants

8h45h-9h00 : Introduction

9h00-10h15 – Conférence d’ouverture: Karin Ueltschi (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Quand tu descendras du ciel :  mythologies des enfances et de Noël »

10h15-10h30 – Pause

10h30-12h30 – Session 1 : Rites de Noël, entre fictions et pratiques

Valérie Cavallo (Université Paris 8), « Le syndrome de la petite fille aux allumettes »

Nadezhda Washington (Aix-Marseille Université), « Noël, rite de passage dans L’Oiseau bleu de Maeterlinck »

Amandine Lebarbier (Université Paris Nanterre), « Chants et musiques de Noël dans la littérature du XIXe siècle »

Pause

14h30-16h – Session 2 : Noël au service de la propagande

Valeria Di Meglio (Université Paris Nanterre), « Visages de Noël et du Père Noël dans le Portugal et l’Italie des années 60-70 : entre chanson engagée et chanson populaire »

Ana Basta (Université Lumière Lyon 2), « Le Père Noël et le compromis yougoslave »

16h-16h30 – Pause

16h30-17h30 – Le Père Noël, figure de réenchantement du monde ?

Entretien de Baillie Tolkien avec Vincent Ferré (Université Paris Est Créteil), à propos des Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien (sous réserve)

Mercredi 8 décembre

9h15 – Accueil

9h30-11h30 – Session 3 : Noël, l’usine à rêves : mondialisation et appropriations

Anaïs Goudmand (Sorbonne-Université), « Noël en séries : étude de la diffusion et de la réception d’épisodes “spéciaux” »

Annelie Jarl Ireman (Université de Caen Normandie), « Le jultomte suédois et son évolution dans la littérature »

Virginie Tellier (CY Cergy Paris Université),« Casse-noisette : une fiction mondialisée ? »

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h30 – Discussion générale conclusive

12h30 – Déjeuner

 

Organisation et contact : helene.dubail [at] gmail.com

Journée d’études: Historiographie et nationalisme

La 9e journée d’études du groupe de contact FRS-FRNS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles) se tiendra le 11 juin 2021 au Musée royal de Mariemont (Belgique), sur le sujet “Historiographie et nationalisme, XIXe-XXe siècles. Des maîtres, des thèmes, des artéfacts“.

Il s’agit d’une journée d’études organisée en lien avec l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” (accessible jusqu’au 4 juillet 2021).

 

 

 

 

Matinée
Présidence : Sophie Glansdorff (Centre national d’histoire des sciences – CNHS, ULB) et Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
09:30 – Accueil – café
09:45 – Introduction à la journée – Agnès Graceffa et Sophie Glansdorff
10:00 – Mahomet et Charlemagne, un livre ouvert. La postérité historiographique de la thèse de Pirenne – Romain André (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
10:45 – « Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs ». Retour
sur le quatrième Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Charleroi, 1888) – Alain Dierkens (SociaMM, ULB)
11:15 – Discussion et café
11:45 – Les Considérations sur l’histoire de France d’Augustin Thierry : un
texte nationaliste ?, Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
11:45 – Louis le Germanique et les Carolingiens dans la mémoire
allemande: le cas de la Bavière et de la Prusse (1806-1871) – Sophie Glansdorff (CNHS, ULB)
12:45 – Discussion

Après-midi
Présidence : Laurent Verslype (Centre de recherches d’archéologie nationale – CRAN/INCAL UCLouvain)
13:00-15:00 : Lunch, café

Visites guidées et présentation du catalogue de l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” – Marie Demelenne (Conservatrice de la Section d’Archéologie régionale et domaniale du Musée royal de Mariemont – FWB)
15:15 – Présentation de l’ouvrage Clovis. Les grands dans l’Europe du haut
Moyen Âge. Histoire et archéologie (Mémoires de l’AFAM, XXXI) – Laurent Verslype (CRAN UCLouvain, AFAM)
15:30 – À propos d’une paire de boucles d’oreilles « franques » mises au
jour à Irles (Somme, France) au XIXe siècle, et intégrée à la collection Belgique ancienne des MRAH – Britt Claes (MRAH-KMKG) et Walter Leclercq (Crea-Patrimoine, ULB)
16:00 – Discussion et table ronde : Les enjeux actuels des (més)usages du passé mérovingien ?
16:30 – Clôture et visite libre du musée et de l’exposition

Inscription obligatoire auprès de Sophie Glansdorff: sglansdorff[at]gmail.com

Tous les détails sur le site du Musée royal de Mariemont.

Conférences : mythes médiévaux

LES MYTHES MÉDIEVAUX REVISITÉS AU XXème SIÈCLE
Trois rencontres des Amis du Musée de Cluny avec William Blanc
Mardi 5 février, jeudi 21 février, mardi 19 mars 2019 à 18h

Le Bloc, espace de Coworking, 10 bis, rue du Sommerard Paris 5ème

Jamais le Moyen Âge n’a autant été présent dans le paysage culturel. Romans, films, bandes dessinées, jeux, publicités, la fascination pour l’époque médiévale prend des tours et des détours parfois déroutants, souvent originaux, mais toujours fascinants. Pour en savoir plus, la Société des Amis du musée de Cluny, avec la complicité de William Blanc, vous propose ce cycle de conférences pour découvrir en trois temps le Moyen Âge dans la culture populaire d’aujourd’hui. 

Mardi 5 février – 18h : Le mythe arthurien, du cinéma à la BD

Jeudi 21 février – 18h : Games of thrones, une histoire de la Fantasy

Mardi 19 mars- 18h : Robin des bois en Amérique

Intervenant : Historien et passionné du Moyen Âge et de ses représentations dans les arts populaires (BD, cinéma, jeux, séries télévisées, arts graphiques), William Blanc participe depuis 2012 à l’aventure de la revue Histoire et Images médiévales. Il est aussi coauteur ou auteur de plusieurs livres : « Le Roi Arthur. Un mythe contemporain » (Libertalia, 2016), « Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l’Histoire au mythe identitaire» (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin). Outre plusieurs articles dans des revues scientifiques, il organise également le podcast Fréquence médiévale.

Accès gratuit dans la limite des places disponibles.

Réservation indispensable au plus tard 8 jours avant chaque conférence auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

Journée : Polyphonies

Polyphonies, art, territoires: Médiévisme et modernité

9 février 2018, Université Grenoble Alpes

Keynote speaker: Prof. Paul Strohm

Contact : jonathan.fruoco@gmail.com

 

Geoffrey Chaucer, grand traducteur, rhétoricien et poète courtois, fut longtemps considéré par la critique comme le père de la poésie anglaise. Or, un tel positionnement a non seulement tendance à occulter tout un pan de l’histoire de la littérature anglo-saxonne, mais également à mettre de côté les spécificités mêmes du style de Chaucer. Il a été démontré que sa contribution à l’histoire de la littérature est bien plus importante qu’on ne le pensait. Car en décidant d’écrire en moyen-anglais à une époque où l’hégémonie du latin et du vieux-français était incontestée (en particulier à la cour d’Edouard III et de Richard II), Chaucer s’inscrivit dans un mouvement intellectuel visant à rendre aux vernaculaires européens le prestige nécessaire à une véritable production culturelle ayant permit l’émergence du genre romanesque. Ainsi, en assimilant successivement les caractéristiques de la poésie de Chrétien de Troyes, Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Chaucer redonna à la poésie anglaise ses lettres de noblesse. Mais ce ne fut qu’après sa découverte de la Divina Commedia qu’il prit conscience du potentiel de la littérature : Dante lui permit, en effet, de libérer son art dialogique et d’ainsi donner à sa poésie une dimension polyphonique de premier ordre. De fait, si Chaucer ne peut être considéré comme le père de la poésie anglaise, il est en revanche le père de la prose anglaise et l’un des précurseurs de ce que Mikhaïl Bakhtine nomme le roman polyphonique. Continuer la lecture

Exposition : Néo-gothique en Alsace

 

Néogothique !, Fascination et réinterprétation du Moyen Âge en Alsace, 1880-1930.

BNU, Strasbourg, 16 septembre 2017-28 janvier 2018

De la fin du 19e siècle au début des années 1930, un courant médiévaliste parcourt l’Europe. C’est la fièvre néogothique. En Alsace, comme ailleurs, ce goût médiéval s’incarne dans les grands monuments, les musées, les chansons et les airs d’opéra et jusqu’aux collections de figurines et de timbres. L’exposition Néogothique ! met en lumière la manière dont, à Strasbourg et dans toute l’Alsace, le Moyen Âge a inspiré artistes et savants, architectes, peintres ou fondateurs de l’Institut d’histoire médiévale de l’université.  Néogothique ! est une invitation à revisiter et mieux comprendre ce style typique d’une époque, mais aussi toutes les controverses qu’il a pu susciter, autour de la rénovation du château du Haut-Koenigsbourg par exemple.

Cette exposition est organisée par la Bibliothèque nationale et universitaire, à Strasbourg à partir du 16 septembre et jusqu’au 28 janvier. Le commissariat associe Jérôme Schweitzer, conservateur des collections alsatiques de la Bibliothèque, Georges Bischoff Professeur à l’Université de Strasbourg et Florian Siffer, officiant aux Musées de la Ville.

Lundi-samedi : 10h-19h

Dimanche : 14h-19h

Lien vers le dossier de presse

http://www.bnu.fr/sites/default/files/DP-Neogothique-VF_0.pdf

Exposition : Livres italiens

“Libri italiani / Lecteurs français”

Exposition à la Bibliothèqe Mazarine

Du 30 juin 2017 au 29 septembre 2017

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS

En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit…

Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France.

Exposition conçue dans le cadre du projet ANR-EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité),
porté par le Centre d’études supérieures de la Renaissance

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Rencontre : “Mode et Moyen Âge”

Que doit la mode vestimentaire d’aujourd’hui au Moyen Âge ?

Des collections du musée aux podiums des défilés, l’association des jeunes chercheurs médiévistes Questes vous propose de répondre à cette question, grâce à un nouveau programme sur l’influence de la période médiévale dans la création et la culture contemporaine.

Rencontre au Musée de Cluny (6 place Paul Painlevé – 75005 PARIS),

Mercredi 7 juin, 18h30. Echanges modérés par Clara Dupont-Monod.

http://www.musee-moyenage.fr/activites/programmation/le-moyen-age-reinvente-la-mode.html

Festival “Bobines et parchemins”

La 5e édition du festival “Bobines & Parchemins” mettra à l’honneur “Le Roi Arthur au cinéma” les 19-21 mai :

– vendredi 19 mai. 20h. Perceval de Gallois (1978) d’Éric Rohmer.
Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Antoine de Baecque (historien) et Yohann Chanoir (historien).
– samedi 20 mai. 20h. Excalibur (1980) de John Boorman. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec Justine Breton (docteure en littérature) et Alban Gautier (historien).
– dimanche 21 mai. 15h. Balade. Les légendes médiévales à Paris. Arthur, Les Quatre Fils Aymon, le dragon de saint Marcel. Avec William Blanc (historien) et Julie Pilorget (historienne). Rendez-vous sur le parvis de l’église Saint-Gervais, 13 Rue des Barres, Paris 4e.
– dimanche 21 mai. 20h. Knightriders (1981) de Georges A. Romero. Projection au cinéma Le Desperado, 23 rue des écoles, Paris 5e suivie d’un débat avec William Blanc (historien) et Julien Sévéon (critique de cinéma).
Entrée des projections : 5 euros. Gratuit pour celles et ceux qui viendront en costume médiéval. / Balade gratuite.
Voir la page http://www.bobinesetparchemins.com/le-roi-arthur-au-cinema-5e-edition-du-festival-bobines-et-parchemins/

Conférences “Imagin'”

BU Artois, Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Artois, Arras

“Imagin’, les écritures de l’imaginaire”

Rencontres animées par Anne  Besson

Mercredi 3 mai, 14h : Fabien Clavel, “Et tout le reste est réécriture : la fantasy comme palimpseste”

Mardi 9 mai, 14h : Caroline Duvézin, “Dragons à vapeur”

Justine Breton : “La légende arthurienne sur petits et grand écrans”

 

Festival : la semaine cévenole

“Semaine cévenole” à Alès du 3 au 8 octobre

“Seigneurs et châteaux”

François Amy de la Bretèque donnera une conférence “Le Moyen Âge en bande dessinée”, Mercredi 5 octobre, de 16h à 17h30, Capitole, Alès

et présentera deux films, Le Septième Sceau et Monty Python and The Holy Grail.

On relève aussi au programme l’exposition “Le Moyen Âge rêvé, l’imaginaire médiéval au XIXe siècle” ( du jeudi 29 septembre au samedi 31 décembre, de 14h à 18h, musée du Colombier, Alès)

http://www.semaine-cevenole.fr/