Archives de catégorie : Rencontres

Ecole d’été : Médiévalismes engagés / Engaged medievalisms

L’école d’été “Médiévalismes engagés / Engaged medievalisms“, co-organisée par l’Université de Lausanne et l’Université Grenoble Alpes, se déroulera du 24 au 27 juin 2024 à l’Université de Lausanne (Centre d’études médiévales et post-médiévales, Faculté des Lettres, UNIL, UGA).

Date limite d’inscription : 15 mai 2024.

Pour sa troisième édition, l’école d’été médiévaliste de l’Université de Lausanne propose d’étudier les remplois engagés et militants du Moyen Âge: récupérations politiques, manifestations culturelles, problématiques sociales. La figure de Jeanne d’Arc en est un exemple éloquent dans la mesure où, incarnant un symbole français, elle a pu aussi bien servir à l’extrême-droite que devenir l’égérie des mouvements LGBTQ+ en vertu de sa transgression de genre. À bien des égards, l’époque médiévale peut servir de référence idéale en raison de sa situation à la fois proche et éloignée de l’époque contemporaine, d’un double point de vue chronologique et culturel, qui la rend propice aux projections fantasmatiques et idéologiques. Notre école d’été sera l’occasion de réfléchir aux formes diverses que prennent ces recyclages du matériau médiéval et d’examiner leurs enjeux actuels. 

Ouverte à tou.te.s étudiant.e.s intéressé.e.s, notre école aura lieu du 24 au 28 juin 2024 sur le campus de l’UniL; la participation active aux cours permet d’acquérir 3 crédits ECTS. 

Plusieurs langues vivantes pourront être utilisées dans le cadre de nos activités ; les cours sont adaptés à des étudiant.e.s anglophones qui ont une maîtrise même passive du français.

 

For its third year, the summer school “Engaged Medievalisms” at the University of Lausanne will be looking at how the Middle Ages were used for political purposes, cultural manifestations and social issues. The figure of Joan of Arc is an eloquent example, as the embodiment of a French symbol, she could just as easily serve the extreme right as become the muse of LGBTQ+ movements by virtue of her gender transgression. In many respects, the medieval era can serve as an ideal reference point, as it is both chronologically and culturally close to and distant from the contemporary era, making it ideal for fantastical and ideological projections. Our summer school will provide an opportunity to reflect on the various forms taken by these recycling of medieval material, and to examine the issues at stake today. 

Open to all interested students, our school will take place from June 24 to 28, 2024 on the UniL campus; active participation in the courses will earn 3 ECTS credits. 

Several modern languages will be used in our activities; courses are adapted to English-speaking students with even a passive command of French.

Programme
 
Lundi 24 juin 2024
14h00-14h30 Inscription et café d’accueil
14h30-15h00 Introduction à l’école d’été : Leticia Ding (Université de Lausanne), Filippo Fonio (Université Grenoble Alpes), Agathe Sultan (Université de Lausanne)
15h00-16h00 Communication d’ouverture : Tommaso di Carpegna Falconieri (Università di Urbino), Médiéval et militant, penser la politique contemporaine à travers le Moyen Âge
16h15-17h00 Communication : Francesca Roversi Monaco (Università di
Bologna), Médiévalismes politiques au féminin entre stréréotypes et nouvelle conscience de genre
Apéritif d’ouverture
 
 

Mardi 25 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
10h00-10h45 Communication : Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne), Engagé malgré tout : Kaamelott et la médiévaliste woke
11h15-12h00 Communication : Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche Comté), La fabrique des loisirs alternatifs : du désordre à l’utopie
Dîner
14h00-15h30 Atelier : Aliénor Vauthey (UNIL), Dans l’atelier des démiurges : construire un monde imaginaire médiévalisant
15h45-17h15 Medieval Lab : Justine Breton, Audrey Tuaillon Demésy , Sujets
médiévalistes «illégitimes» à l’université
18h00-19h30 Promenade en ville: Hélène Cordier (UNIL), Du temps que les bestes batoilloient
Souper en ville

Mercredi 26 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding 
10h00-10h45 Communication : Patrick Moran (University of British Columbia),
Vikings blonds et elfes noirs : le débat sur la race et la blanchité dans les représentations modernes du Moyen Âge
11h15-12h00 Communication : William Blanc (Historien), Le grand patronat : une nouvelle féodalité. Généalogie d’une image
Dîner
14h00-14h45 Communication : Marine Massenzio (Université Rennes 2), Arthur
sera reine, Morgane sera roi : divergence des modalités de discours quand le féministe s’empare de la légende arthurienne
15h15-16h15 Table ronde : Marine Massenzio et Jeanne Mousnier-Lompré
(UGA), Le médiévalisme, sexy ou sexiste ? Enjeux du genre dans nos représentations du Moyen Âge
Apéritif dînatoire
20h00 Projection et débat animé par William Blanc : Les Sept Samouraïs, Akira Kurosawa, 1954

Jeudi 27 juin 2024

9h45-10h00 Présentation des activités de la journée : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
10h00-10h45 Communication : Florian Besson (Université Paris Sorbonne),
Du Puy du Fou à Eric Zemmour, la fabrique d’un Moyen Âge d’extrême droite
11h15-12h00 Communication : Filippo Fonio (UGA), Remploi de Dante dans
les discours politico-littéraires et les discours identitaires
Dîner
14h00-15h30 Medieval Lab : Florian Besson, Une religion du Moyen Âge…
Cartographie des usages du schème «Moyen Âge» sur Twitter/X
15h30-16h00 Conclusion : Agathe Sultan, Filippo Fonio, Leticia Ding
Café de clôture

 

Informations complémentaires

Responsables : Leticia Ding, leticia.ding [at] unil.ch
Filippo Fonio, filippo.fonio [at] univ-grenoble-alpes.fr
Agathe Sultan, agathe.sultan [at] unil.ch


Quatre sortes d’activités scientifiques : Des communications scientifiques, des table-rondes, des ateliers interactifs et des medieval labs expérimentaux.
Deux sortes d’activités culturelles : Une promenade littéraire en ville, une projection ciné-débat.
Deux sites : Château de Dorigny 106 et Anthropole 1129

 

Détails et inscriptions sur le site de l’UNIL.

 

Conférence : La Chaire et le rang, l’éducation dans les films sur le Moyen Âge


Dans le cadre de la programmation à la Tour Jean sans Peur sur “L’école au Moyen Âge”, Yohann Chanoir, historien, chargé de cours à Sciences Po et spécialiste de la représentation au cinéma du Moyen Âge, proposera une conférence sur le sujet “La Chaire et le rang : l’éducation dans les films sur le Moyen Âge“.

Elle se déroulera le mercredi 13 décembre à 19h à la Tour Jean sans Peur, 20 rue Etienne Marcel à Paris.

La programmation est établie en partenariat avec la Médiathèque Musicale de Paris.

Tarifs : 8€ (pour une première participation au cycle) ; 6€ (pour participations suivantes).

Réservation indispensable via l’adresse contact [at] tourjeansanspeur.com ou par téléphone au 0140262028.

Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Tour Jean sans Peur.

Exposition : Héloïse et Abélard, l’invention d’un mythe

L’exposition “Héloïse et Abélard : l’invention d’un mythe” sera présentée cet été au Musée du Vignoble nantais, du 13 mai au 15 août 2023. Elle s’accompagne d’un catalogue de 64 pages publié par les éditions 303 (Nantes), faisant la part belle aux images consacrées aux amants depuis le XIXe siècle.

En s’appuyant sur des prêts de Musées de France, cette exposition interroge le regard porté au XIXe siècle sur le philosophe né au Pallet et sur sa maîtresse. Elle bénéficie du label « Exposition d’intérêt national », et est accompagnée d’une série de conférences.

Au XIe siècle, Le Pallet voit naître Pierre Abélard, qui sera un théologien et un philosophe de renom. Bien des siècles plus tard, le courant du romantisme pose sur son histoire un regard nouveau, qui se focalise avant tout sur la relation passionnelle qu’il entretint avec sa jeune élève, Héloïse. Ces amants maudits fascinent les artistes, donnant lieu à une production d’œuvres foisonnante : gravures et grands décors muraux, reliques et objets d’art… Le catalogue, au-delà de l’exposition éponyme, réunit un grand nombre de ces créations.

Découvrez le catalogue d’exposition sur le site de l’éditeur.

Découvrez l’exposition sur le site du Musée du Vignoble nantais.

 

Ecole d’été : Médiévalisme aux quatre coins du monde

L’UNIL (Lausanne) et l’Université Grenoble-Alpes organisent une école d’été sur le sujet “Médiévalisme aux quatre coins du monde“, du 11 au 15 septembre 2023.

Le “Moyen Âge” que les sociétés américaines, chinoises, africaines réimaginent aujourd’hui, est-il le même ? Le médiévalisme valorise-t-il seulement les sociétés européennes des Ve-XVe siècles, ou la notion est-elle aussi pertinente pour d’autres régions du monde, d’autres périodes de l’histoire, qualifiées de « moyen âges » ? Les diverses formes d’appropriations du Moyen Âge aujourd’hui (création artistique, économie des loisirs, médiation culturelle) participent-elles à la domination mondiale de la culture anglo-saxonne, ou sont-elles des vecteurs de valorisation pour des identités culturelles locales ?

L’école d’été “Médiévalismes des quatre coins du monde”, organisée à Lausanne du 11 au 15 septembre 2023, questionnera les enjeux des réceptions du Moyen Âge à l’heure de la mondialisation. Elle accueille doctorants er doctorantes suisses et internationaux. La semaine de travail alternera des réflexions théoriques (conférences, tables-rondes) et des travaux pratiques (ateliers d’expérimentation), en anglais et français.

L’école d’été est à destination des étudiantes et étudiants en Master et Doctorat et permettra de valider 3 ECTS. L’école s’adresse à vous, jeunes médiévistes historiens, historiens d’art, philologues, linguistes, comparatistes, qui vous intéressez aux problématiques interculturelles que pose la recherche, l’enseignement et la médiation culturelle sur le Moyen Âge.

Sous la présidence du prof. Tommaso Di Carpegna Falconieri, l’école rassemble des invité.es qui nous parleront, en français et en anglais, du Japon, de l’Océan Indien, de l’Afrique, des Amériques, de l’Europe. Les conférences alterneront avec des ateliers pratiques (écriture créative, jeux immersifs, arts martiaux).   

Date limite d’inscription : 31 août 2023

Site d’inscription et programme à l’adresse suivante : https://www.unil.ch/summerschools/middle-ages

Prix : 140 francs / euros

Contact : estelle.doudet [at] unil.ch

 

Retrouvez tous les détails sur le site de l’UNIL.

Conférence : Musique à Notre-Dame du Moyen Âge à nos jours

Frédéric Billiet mènera une conférence intitulée “Musique à Notre-Dame du Moyen Âge à nos jours” le jeudi 11 mai 2023, de 14h à 15h30, au Campus Nation à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris).

Frédéric Billiet propose une fresque sonore pour montrer comment la cathédrale Notre-Dame a pu être à chaque époque un lieu d’inspiration et d’interprétation musicale.

Depuis l’élévation de son chœur gothique à la fin du XIIe siècle jusqu’à l’incendie de 2019, la musique a joué un grand rôle pour la beauté de la liturgie et le rayonnement artistique de la cathédrale Notre-Dame de Paris. De beaux manuscrits médiévaux témoignent encore des nouvelles polyphonies du Moyen Age, dites de l’école Notre-Dame, qui résonnaient avec les voûtes gothiques au point d’influencer toute l’Europe. De grands compositeurs et organistes se sont succédé pour maintenir ce haut niveau musical porté par une maîtrise d’enfants jusqu’à la Révolution. Sous d’autres formes d’organisation, la musique a repris ses droits de nos jours dans ce monument devenu aussi un lieu de concert. 

Frédéric Billiet est professeur en musicologie médiévale à Sorbonne Université depuis 2002. Spécialiste de la musique du XVe siècle dans le Nord de la France, il dirige le programme d’iconographie musicale médiévale Musiconis au sein de l’Institut de recherche en musicologie (UMR IReMUS). Il est aussi membre de l’Institut Collegium Musicae, travaille régulièrement avec le Sorbonne Center for Artificial Intelligence (SCAI) et préside l’association scientifique Iconostalla regroupant les experts sur les stalles médiévales. Il a publié des ouvrages et de nombreux articles sur la vie musicale en Picardie, les paysages sonores et les représentations de la musique dans les stalles médiévales.

Accès :10 €.

Détails et réservations sur le site de la Sorbonne Nouvelle.

 

Cycle de conférences : Vox : Le Moyen Âge nous parle !

«  Vox : le Moyen Âge nous parle !  » est un projet de mise en valeur de l’histoire et du patrimoine médiéval dans le département de la Vienne pendant toute l’année 2023. 

Un projet sur l’année 2023

En 2023, la Vienne se met à l’heure médiévale ! En effet, le Conseil Départemental souhaite mettre à l’honneur le riche patrimoine médiéval conservé dans la Vienne, dont l’histoire s’inscrit bien souvent dans une histoire nationale.

L’année 2023 est riche en actualité et coïncide notamment avec le 40e anniversaire du classement au titre du patrimoine mondial de l’Unesco des fresques de l’abbaye de Saint-Savin qu’André Malraux avait qualifié de «  Sixtine de l’époque romane  ». Par ailleurs, les fouilles archéologiques en cours dans le Palais d’Aliénor d’Aquitaine à Poitiers ou encore l’ouverture du Château de Monts-sur-Guesnes, nous incitent à questionner cette riche histoire médiévale poitevine. Enfin, le 54e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP) qui se tiendra à Poitiers en mai 2023 coïncide avec le 70e anniversaire du Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation médiévale (CESCM) dont la création à Poitiers en 1953 a été déterminée par la qualité et la densité du patrimoine médiéval de la ville et de la région.

Le Département inscrit son action dans ce contexte et s’efforce de fédérer les initiatives déjà existantes sur le territoire. 

Parmi les nombreuses activités organisées, découvrez :

*Les conférences, du 30 mars au 5 décembre 2023.

*Les expositions : “L’ourse, le cygne et le crocodile, les animaux dans l’entourage du Prince au Palais”, “Eternel Moyen Âge : Révisez vos préjugés !”, “Jeanne d’Arc : l’appropriation poitevine du’n mythe (1872-1929)” et “La Guerre de Cent ans, de la principauté d’Aquitaine au royaume de France, un siècle de luttes franco-anglaises”.

*Les fêtes médiévales

*Les visites de nombreux lieux dans la Vienne

Retrouvez le programme complet sur le site dédié.

 

 

Exposition: Bérengère, à la rencontre d’une reine

L’exposition “Bérengère, à la rencontre d’une Reine”, consacrée à la reine Bérengère fondatrice de l’Abbaye Royale de l’Epau, est visible à l’Abbaye royale de l’Epau (Sarthe) jusqu’au 13 mars 2023.

Découvrez le parcours exceptionnel d’un personnage historique ancré dans la Sarthe.

Cette exposition, proposée par le Département de la Sarthe, vous invite à plonger dans l’histoire d’un personnage et d’un lieu qui lui est particulièrement attaché. Bérengère de Navarre, reine d’Angleterre, épouse de Richard Cœur de Lion, Dame du Mans est en effet la fondatrice de l’Abbaye Royale de l’Épau en 1230.
Cette femme exceptionnelle au destin de reine voyageuse a inscrit pour de nombreux siècles sa mémoire dans la pierre de l’abbaye.

 

Bande dessinée et Abbaye Royale de l’Épau, une riche et déjà longue histoire

La création de la bande dessinée autour de la vie de cette souveraine du 12ème siècle, «Bérengère de Navarre du trône d’Angleterre à l’abbaye de l’Épau», nous offre l’opportunité de lui consacrer une exposition temporaire intitulée : « Bérengère, à la rencontre d’une Reine». Les majestueuses voutes de l’église abbatiale, où désormais repose le gisant de la reine, accueilleront du 19 novembre 2022 au 13 mars 2023, une exposition historique à la scénographie immersive consacrée à la fondatrice des lieux et à la construction de l’abbaye. Une partie de la muséographie sera entierement dédiée à la création de cet album.

Une exposition historique

Cette exposition vous fera découvrir l’histoire de la reine Bérengère, la vie au XIIe siècle, le processus de fabrication d’une bande dessinée historique et reviendra sur les différentes étapes traversées par le reine Bérengère lors de la fondation de l’Abbaye Royale de l’Épau. Reine longtemps méconnue voire ignorée, vous découvrirez que la notoriété de Bérengère de Navarre n’a cessé de s’accroître ces dernières année.

Une scénographie immersive

Dans une mise en scène épurée et immersive conçue par Olivier Clausse (Atelier Ohm), le public est invité à approcher au plus près cette reine et partager l’héritage qu’elle a nous légué. Avec un parti-pris artistique assumé, mêlant entre autres dessin et vidéo, la muséographie vous invite à mettre vos pas dans ceux d’un personnage emblématique de notre histoire.

L’autre ambition de cette exposition est de projeter le visiteur au cœur même de son contenu.
Deux cabines de projection proposent des films saisissants au format panoramique et immersif. Le premier est consacré au processus de création de la bande dessinée et le second à l’histoire, riche et pluriséculaire, de l’Abbaye Royale de l’Épau.

Habits de lumière pour une reine

Cette exposition sera également l’occasion de découvrir le gisant de la reine Bérengère, véritable trésor de l’abbaye scupté du 13ème siècle, sublimé par un mapping vidéo signé Yann Nguema allant jusqu’à donner vie à la matière.

Conférence

“Bérengère, entre imaginaire et réalité”, jeudi 2 mars 2023 (19h-20h30), par Ghislain Baury, professeur agrégé, et Vincent Corriol, maître de conférence en histoire médiévale à l’Université du Mans et auteurs d’une biographie sur la reine Bérengère. Grâce au travail des deux historiens, cette conférence permettra de faire la distinction entre les idées reçues et les fantasmes entourant la Reine Bérengère de Navarre et la réalité historique. Sur réservation.

 

Informations pratiques

Du 19 novembre au 2 décembre 2022 et du 30 janvier au 13 mars 2023 [entrée payante]
Ouvert de 11h00 à 18h00 du mercredi au dimanche
Lundis : réservés aux groupes et aux scolaires hors vacances Zone B
Fermé les mardis.

Du 3 décembre au 15 janvier [entrée payante]
Ouvert de 11h00 à 17h00 du mercredi au dimanche et 7j/7 pendant les vacances scolaires
Lundis : réservés aux groupes et aux scolaires hors vacances Zone B
Fermé les mardis.

Entrée gratuite pendant la période des illuminations de fin d’année du 3 décembre au 15 janvier
de 17h30 à 20h30 du mercredi au dimanche (hors vacances scolaires)
et ouverture 7j/7 pendant les vacances scolaires du 17 décembre au 2 janvier.

FERMETURES EXCEPTIONNELLES
Fermetures les 25 décembre et 1er et 12 janvier
24 et 31 décembre : fermeture à 17h00
Fermeture annuelle du 16 au 29 janvier

TARIFS
Plein 5,50€ | Jeune (10-17 ans) 3,00€ | Réduit 4,00€ / Moins de 10 ans et accompagnateur d’une personne en situation de handicap : Gratuit

 

Plus de renseignements sur le site de l’abbaye de l’Epau.

Exposition: Le monde de Clovis

Exposition ludique “Le monde de Clovis: l’exposition dont vous êtes le héros“, Musée d’Archéologie nationale, du 22 octobre au 22 mai 2023. En parallèle de l’exposition, de nombreux événements sont programmés: ateliers jeune public, visites guidées, concert, déambulation de géant…

 
 

Le musée d’Archéologie nationale souhaite, à l’automne 2022, proposer une version adaptée de l’exposition présentée en 2021 au musée royal de Mariemont (Belgique), pour laquelle il a d’ailleurs concédé le prêt exceptionnel du mobilier de la tombe de la reine Arégonde. Pour ce faire, le contenu scientifique restant globalement le même, le MAN a conçu un mode de visite nouveau et radicalement différent de celui de l’exposition de Mariemont, s’inspirant de la démarche des jeux de rôles et des livres « dont vous êtes le héros ».

Le visiteur est ainsi invité à s’identifier à l’un des quatre personnages que nous avons créés (Geneviève, la commerçante, Médard, le guerrier, Andarchius, le fermier, Bathilde, la tisserande), puis à construire lui-même son parcours, sa « carrière », au fil des salles et des âges de la vie. Pour ce faire, des choix lui seront proposés à chaque étape du parcours ; il sera incité, afin d’opter pour l’une ou l’autre action proposée, à chercher des informations auprès des objets, dans les vitrines, dans les cartels. Son but est de gagner, à travers ses choix, le plus de points de richesse et de prestige possible ; ces points conditionnent au fur et à mesure certains de ses choix, et permettent à la fin de mesurer sa réussite sociale dans le monde mérovingien.

COMMISSARIAT GÉNÉRAL

  • Rose-Marie Mousseaux, conservatrice en chef du patrimoine, directrice du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye
  • Daniel Roger, conservateur général du patrimoine, adjoint à la directrice, responsable du pôle scientifique du musée d’Archéologie nationale

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE

  • Fanny Hamonic, conservatrice du patrimoine, chargée des collections du premier Moyen Âge du musée d’Archéologie nationale
  • Bruno Dumézil, professeur d’histoire médiévale à Sorbonne Université

Informations pratiques

Exposition ouverte de 10h à 17h (fermé le mardi) – Samedi 22 octobre, ouverture de 10h à 14h. Ouverture exceptionnelle jusqu’à 20h: Mercredis 2 novembre 2022 – 1e février et 3 mai 2023.

Droit d’entrée : 6 €

 

Détails et programme sur le site du Musée d’Archéologie nationale.

Exposition: William Morris, l’art dans tout

Exposition “William Morris (1834-1896): l’Art dans tout“, à La Piscine, Roubaix, du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023. Un programme riche (visites guidées, conférences, etc.) est prévu en parallèle de l’exposition.

Après l’exposition Une conversation anglaise : le Groupe de Bloomsbury, présentée du 21 novembre 2009 au 28 février 2010 et qui avait rencontré un large public, La Piscine propose de continuer son exploration des liens étroits qui unissent artistes, artisans, intellectuels en Grande-Bretagne en mettant en lumière l’univers de William Morris et son apport fondamental dans la reconnaissance des arts appliqués.

L’exposition présente près d’une centaine d’œuvres – peinture, dessins, mobiliers et textiles – provenant de collections publiques anglaises, notamment la Tate Britain et le Victoria and Albert Museum mais aussi de collections publiques françaises et particulièrement de l’important fonds conservé au musée d’Orsay.

Jamais présenté en France, l’œuvre du visionnaire William Morris a fortement marqué son époque en théorisant une utopie sociale, politique, écologique et artistique et en posant les bases de ce qu’on nommera plus tard les Arts & Crafts, qui défendent l’art dans tout et pour tous en réaction à l’industrialisation des savoir-faire artisanaux.

Designer textile, écrivain, poète, peintre, dessinateur, architecte, fabricant, militant socialiste, écologiste et incroyable théoricien, William Morris a développé un œuvre complexe et a milité pour qu’on considère d’une nouvelle manière l’art et l’artisanat, mais aussi les artistes et les artisans de l’Angleterre victorienne de la fin du XIXe siècle, marquée par l’apparition d’une société industrielle. Il est célèbre à la fois pour ses œuvres littéraires, son engagement politique socialiste, son travail d’édition et ses créations dans le domaine des arts décoratifs.

En réaction à la révolution industrielle qui a marqué l’époque victorienne, William Morris affirme l’importance de toutes les formes d’art – peinture, architecture, graphisme, artisanat, littérature… Il œuvre ainsi à redonner des qualités esthétiques aux objets, même les plus usuels, en produisant, par le travail manuel, de la beauté à l’usage de toutes les couches de la société et en valorisant les savoir- faire les plus rares pour aller contre le prosaïsme du monde industriel. Ses recherches formelles et historiques sur la culture Celte et le Moyen-Age nourrissent son inspiration et celles de ses amis artistes dont beaucoup appartiennent au mouvement des préraphaélites – Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, John Everett Millais…- qui se crée autour de lui.

La nouvelle organisation éthique de l’art, théorisée par Ruskin et mise en place par William Morris, ajoute à son œuvre une dimension sociale et écologique, qui est aujourd’hui parfaitement d’actualité : expérience d’ateliers collectifs, retour à la campagne dans des colonies d’artisans, entreprises dont les profits sont reversés aux ouvriers, attention portée aux conditions de fabrication des objets manufacturés et le désir de prendre en compte la dignité de ceux qui les fabriquent, conviction que la « beauté » contribue à donner un sens à l’existence.

Avec cette exposition, La Piscine propose aux visiteurs de plonger dans l’univers de William Morris. Tapisseries, tentures, mobiliers, peintures, dessins seront présentés dans une scénographie volontairement immersive imaginée par Cédric Guerlus.

Commissariat Sylvette Botella-Gaudichon

Scénographie : Cédric Guerlus – Going Design

Catalogue édité à l’occasion de l’exposition

 

Cette exposition a reçu le soutien exceptionnel du Musée d’Orsay.

Cette exposition a reçu le soutien de la Direction régionale des Affaires Culturelles, de la Région Hauts-de-France et de la Métropole Européenne de Lille. Elle bénéficie d’un mécénat exceptionnel du CIC Nord Ouest, fidèle partenaire du musée La Piscine. La scénographie est réalisée grâce au généreux concours des peintures Tollens.

 

Légende :  William Morris (dessinateur), Jeffrey &Cie (fabricant), The Pimpernel, Vers 1876, Papier continu à pâte mécanique, fond vert brossé à la main, impression à la planche de bois en 6 couleurs., 70 x 56.6 cm, Paris, Musée des Arts Décoratifs. © Les Arts Décoratifs / Jean Tholance

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

LES ADULTES

Conférences

Conversation brodée autour de William Morris

 

LES JEUNES PUBLICS

En individuel

Les Ateliers du mercredi : Du 7 Septembre au 14 décembre 2022 de 13h45 à 17h

  • L’art dans tout – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans
  • Un terreau fertile – 7 à 13 ans

Ateliers des vacances : Du 20 au 23 décembre 2022 de 14h à 17h

  • Ma petite fabrique – 4 à 6 ans et 7 à 12 ans

En groupe

WEEK-END FAMILIAL

Samedi 19 et dimanche 20 novembre 2022 – de 14h à 17h30

Colloque: Châteaux et révolutions

Les XXIXe Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord auront lieu les 23, 24 et 25 septembre 2022 à L’Odyssée (théâtre de Périgueux), salle Grassé, et au Château des Milandes, sur le thème “Châteaux et révolutions“. L’entrée est gratuite et ouverte à tous. Une excursion au Château des Milandes est prévue sur inscription.

Château et révolution ! Deux termes a priori inconciliables. L’un évoque un passé immobile et obsidional, hérissé de remparts, de tours et de girouettes. L’autre est explosif, éruptif, rageur, et précisément destructeur de la verticalité sociale que représente généralement le château. Le cycle révolutionnaire qui, de 1789 à 1848, s’en prend concrètement aux symboles d’une France féodale honnie, domine nos représentations historiques et fantasmatiques de ce couple infernal. Mais conjuguons la formule au pluriel : Châteaux et révolutions. Et voici que se lèvent de multiples acceptions des deux termes et que se nouent entre eux des relations nouvelles, fécondes et riches d’avenir pour le château lui-même et pour ceux qui les occupent. Prenons pour exemple le château des Milandes, au bord de la Dordogne, où nos pas vont nous mener au cours de ces Rencontres. Construit à la fin du XVe siècle, il offre à Claude de Cardaillac une demeure Renaissance lumineuse et confortable bien différente de Castelnaud, la forteresse féodale de son époux, le seigneur de Caumont. Lorsque Joséphine Baker s’y installe 400 ans plus tard avec sa tribu arc-en-ciel et ses goûts hollywoodiens, une autre révolution tranquille s’opère, et une troisième lorsque Angélique de Saint-Exupéry unit les deux châtelaines qui l’ont précédées dans un projet patrimonial, culturel et touristique commun. Palais des merveilles du duc de Berry à Mehun-sur-Yèvre  en pleine guerre de Cent ans ; guerres aux châteaux royaux de Versailles ou de Compiègne pendant la Révolution et menaces sur les châteaux du Périgord ou de la Provence ; révolutions de palais en Russie annonçant le « printemps des tsarines » ; châteaux imaginaires « style Louis XVII », pour mieux défier, dénier le passé ; reconversions en manufacture, en prison, en hôpital, en centre agronomique, en villégiature ou encore en cellules politiques animées par des châtelaines combattives dans le Jura du XIX  siècle. Et brochant sur le tout, Vincennes, qui a tout vu, tout connu, tout subi, de métamorphose en métamorphose, du Moyen Âge à nos jours. Une vingtaine d’archéologues, d’historiennes et d’historiens sont au rendez-vous pour évoquer l’étonnante plasticité du château, enjeu de pouvoir, lieu de mémoire mais aussi véritable laboratoire de modernité à toutes les époques. 

VENDREDI 23 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

8h30  Accueil des participants.

8h45  Ouverture du colloque par Anne-Marie Cocula, présidente des Rencontres. 

Actualités de l’archéologie en Nouvelle Aquitaine

9h00 Eneko Hiriart, Archeosciences Bordeaux, UMR 6034 CNRS – Université Bordeaux Montaigne et Christian Chevillot, ADRAHPCReAAH, UMR 6566, Université de Rennes 1,  La Peyrouse, une agglomération gauloise en Dordogne et son sanctuaire.

9h30 Coralie Demangeot et Amaïa Legaz, Hadès-Archéologie, Des vestiges d’une crise sanitaire tardo-antique dans la nécropole Saint-Seurin à Bordeaux.

10h00 Vanessa Elizagoyen, INRAP – NAOM, Saint-Geours-de-Maremne, Bellocq : un village agro-pastoral antique dans les Landes.

11h15 Juliette Masson, Centre Archéologie Préventive – Bordeaux Métropole, Fossé médiéval et occupation Place Gambetta à Bordeaux : apports de l’archéologie à la connaissance de cet espace pour les périodes médiévale et moderne.

11h45 Christian Scuiller et Nadine Beague, INRAP – NAOM, Nouveau regard sur l’église Saint-Martin de Plazac (Dordogne).

Les châteaux, creuset des innovations architecturales

 14h00 Philippe Bon, conservateur du Musée Charles VII de Mehun-sur-Yèvre, Mehun-sur-Yèvre, la révolution de l’exception.

14h30 Arnaud Prié, chargé d’opération et de recherche à l’INRAP, Charmoilles (Haute-Marne) : de la place forte de frontière du XVe siècle à la résidence. Enquête historique et architecturale.

15h00 Frédéric d’Agay, vice-président de la Fédération Historique de Provence, Renouvellement castral et entrée dans la modernité en Provence à la veille de la Révolution.

 Bouleversements castraux, entre révolutions et révolutions de palais

16h00 Anna Gnedina-Moretti, docteur en science de l’art, Les Révolutions de palais en Russie au XVIIIe siècle.

16h30 Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine, château de Versailles, Versailles en Révolution : l’année 1789.

17h00 Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours, Le marquis du Castellet et le château de Dardennes (Toulon, 1790).

17h30 Guy Mandon, inspecteur général honoraire de l’Éducation Nationale, Comment ont survécu mille et un châteaux dans un département montagnard ? la Dordogne de la Grande Peur à la légende de Lakanal (1789-1794). 

 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE                Château des Milandes

 Maisons royales en péril : quels usages dans une Nation sans roi ?

9h30  Thierry Sarmant, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, Le château de Vincennes en révolution, 1789-1803.

10h00 Jean-François Delmas, conservateur général du patrimoine, château de Compiègne, La Révolution et le château de Compiègne.

La persistance de l’emprise castrale : une révolution conservatrice ? 

11h00 Claude-Isabelle Brelot, Université Lyon-2, L’entrée en politique des châtelaines (Jura, 1870-1920).

11h30 Grégoire Franconie, docteur en histoire, Construire un “château Louis XVII” : histoire d’un goût contrefactuel (1793-1968). 

 

15h00 Angélique de Saint-Exupéry, propriétaire du château des Milandes, Joséphine Baker au château des Milandes : une révolution en Périgord  ?

 Viste du château des Milandes

 

DIMANCHE 25 SEPTEMBRE          L’Odyssée-Théâtre de Périgueux, salle Grassé

 Les châteaux en laboratoire de la modernité économique

9h00  Roger Baury, Université de Lille, Des dommages révolutionnaires à l’échec industriel : le château de Bonneval en révolutions.

9h30  Cécile Dantarribe, doctorante, CEMMC-EA 2958 – Université Bordeaux Montaigne, Quand le château viticole de la Grande Ferrade devient le centre de recherches agronomiques du Sud-Ouest (première moitié du XXe siècle).

Fluidité des identités castrales et mouvance de la mémoire collective

10h30 Simon Guinebaud, attaché de conservation du patrimoine, Dinan, Du palais ducal à la prison militaire : le château de Dinan au XVIIIe siècle.

11h00 Jean Samuel Rouveyrol, docteur en histoire, Une révolution châtelaine : du château à la villa (seconde moitié du XIXe siècle – début du XXe siècle).

12h00 Roger Baury, Université de Lille, Conclusions du colloque 

 

Plus d’informations sur le site de la société organisatrice.

Colloque: La Fabrique de Noël

Manon Amandio, Hélène Dubail et Sébastien Wit organisent les 7-8 décembre 2021, à l’Université Paris Nanterre, le colloque “La Fabrique de Noël“. Si l’événement n’est pas purement dédié au médiévalisme, il inclura toutefois une intervention de Karin Ueltschi-Courchinoux sur les mythologies des enfances et de Noël, et un entretien entre Baillie Tolkien et Vincent Ferré au sujet des Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien.

À chaque mois de décembre, quand bûches, dindes, sapins et guirlandes clignotantes envahissent nos existences, ce n’est pas seulement l’hyperconsumérisme qui triomphe, mais une fiction littéraire. S’il est possible de faire remonter la tradition des cadeaux de Noël aux paganismes de l’Antiquité, c’est en effet dans la littérature du début du XIXe siècle que se forment les scènes topiques dont se pare aujourd’hui toute histoire de Noël, du film au roman policier, en passant par les fameux épisodes spéciaux des séries télévisées.

Dans la mesure où la littérature, et plus généralement les objets culturels, ont participé à la diffusion d’un imaginaire de Noël en partie laïcisé, il s’agira lors de ce colloque de déconstruire cette fiction littéraire afin de révéler les mécanismes par lesquels elle flatte notre amour de la fable.

Le colloque se tiendra dans le bâtiment Weber, salle de séminaire n°2.

 

Programme

Mardi 7 décembre

8h30 – Accueil des participants

8h45h-9h00 : Introduction

9h00-10h15 – Conférence d’ouverture: Karin Ueltschi (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Quand tu descendras du ciel :  mythologies des enfances et de Noël »

10h15-10h30 – Pause

10h30-12h30 – Session 1 : Rites de Noël, entre fictions et pratiques

Valérie Cavallo (Université Paris 8), « Le syndrome de la petite fille aux allumettes »

Nadezhda Washington (Aix-Marseille Université), « Noël, rite de passage dans L’Oiseau bleu de Maeterlinck »

Amandine Lebarbier (Université Paris Nanterre), « Chants et musiques de Noël dans la littérature du XIXe siècle »

Pause

14h30-16h – Session 2 : Noël au service de la propagande

Valeria Di Meglio (Université Paris Nanterre), « Visages de Noël et du Père Noël dans le Portugal et l’Italie des années 60-70 : entre chanson engagée et chanson populaire »

Ana Basta (Université Lumière Lyon 2), « Le Père Noël et le compromis yougoslave »

16h-16h30 – Pause

16h30-17h30 – Le Père Noël, figure de réenchantement du monde ?

Entretien de Baillie Tolkien avec Vincent Ferré (Université Paris Est Créteil), à propos des Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien (sous réserve)

Mercredi 8 décembre

9h15 – Accueil

9h30-11h30 – Session 3 : Noël, l’usine à rêves : mondialisation et appropriations

Anaïs Goudmand (Sorbonne-Université), « Noël en séries : étude de la diffusion et de la réception d’épisodes “spéciaux” »

Annelie Jarl Ireman (Université de Caen Normandie), « Le jultomte suédois et son évolution dans la littérature »

Virginie Tellier (CY Cergy Paris Université),« Casse-noisette : une fiction mondialisée ? »

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h30 – Discussion générale conclusive

12h30 – Déjeuner

 

Organisation et contact : helene.dubail [at] gmail.com

Journée d’études: Historiographie et nationalisme

La 9e journée d’études du groupe de contact FRS-FRNS Translatio. Antiquité tardive – haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles) se tiendra le 11 juin 2021 au Musée royal de Mariemont (Belgique), sur le sujet “Historiographie et nationalisme, XIXe-XXe siècles. Des maîtres, des thèmes, des artéfacts“.

Il s’agit d’une journée d’études organisée en lien avec l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” (accessible jusqu’au 4 juillet 2021).

 

 

 

 

Matinée
Présidence : Sophie Glansdorff (Centre national d’histoire des sciences – CNHS, ULB) et Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
09:30 – Accueil – café
09:45 – Introduction à la journée – Agnès Graceffa et Sophie Glansdorff
10:00 – Mahomet et Charlemagne, un livre ouvert. La postérité historiographique de la thèse de Pirenne – Romain André (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
10:45 – « Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs ». Retour
sur le quatrième Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Charleroi, 1888) – Alain Dierkens (SociaMM, ULB)
11:15 – Discussion et café
11:45 – Les Considérations sur l’histoire de France d’Augustin Thierry : un
texte nationaliste ?, Agnès Graceffa (SociaMM, ULB)
11:45 – Louis le Germanique et les Carolingiens dans la mémoire
allemande: le cas de la Bavière et de la Prusse (1806-1871) – Sophie Glansdorff (CNHS, ULB)
12:45 – Discussion

Après-midi
Présidence : Laurent Verslype (Centre de recherches d’archéologie nationale – CRAN/INCAL UCLouvain)
13:00-15:00 : Lunch, café

Visites guidées et présentation du catalogue de l’exposition “Le monde de Clovis. Itinéraires mérovingiens” – Marie Demelenne (Conservatrice de la Section d’Archéologie régionale et domaniale du Musée royal de Mariemont – FWB)
15:15 – Présentation de l’ouvrage Clovis. Les grands dans l’Europe du haut
Moyen Âge. Histoire et archéologie (Mémoires de l’AFAM, XXXI) – Laurent Verslype (CRAN UCLouvain, AFAM)
15:30 – À propos d’une paire de boucles d’oreilles « franques » mises au
jour à Irles (Somme, France) au XIXe siècle, et intégrée à la collection Belgique ancienne des MRAH – Britt Claes (MRAH-KMKG) et Walter Leclercq (Crea-Patrimoine, ULB)
16:00 – Discussion et table ronde : Les enjeux actuels des (més)usages du passé mérovingien ?
16:30 – Clôture et visite libre du musée et de l’exposition

Inscription obligatoire auprès de Sophie Glansdorff: sglansdorff[at]gmail.com

Tous les détails sur le site du Musée royal de Mariemont.

Conférences : mythes médiévaux

LES MYTHES MÉDIEVAUX REVISITÉS AU XXème SIÈCLE
Trois rencontres des Amis du Musée de Cluny avec William Blanc
Mardi 5 février, jeudi 21 février, mardi 19 mars 2019 à 18h

Le Bloc, espace de Coworking, 10 bis, rue du Sommerard Paris 5ème

Jamais le Moyen Âge n’a autant été présent dans le paysage culturel. Romans, films, bandes dessinées, jeux, publicités, la fascination pour l’époque médiévale prend des tours et des détours parfois déroutants, souvent originaux, mais toujours fascinants. Pour en savoir plus, la Société des Amis du musée de Cluny, avec la complicité de William Blanc, vous propose ce cycle de conférences pour découvrir en trois temps le Moyen Âge dans la culture populaire d’aujourd’hui. 

Mardi 5 février – 18h : Le mythe arthurien, du cinéma à la BD

Jeudi 21 février – 18h : Games of thrones, une histoire de la Fantasy

Mardi 19 mars- 18h : Robin des bois en Amérique

Intervenant : Historien et passionné du Moyen Âge et de ses représentations dans les arts populaires (BD, cinéma, jeux, séries télévisées, arts graphiques), William Blanc participe depuis 2012 à l’aventure de la revue Histoire et Images médiévales. Il est aussi coauteur ou auteur de plusieurs livres : « Le Roi Arthur. Un mythe contemporain » (Libertalia, 2016), « Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l’Histoire au mythe identitaire» (Libertalia, 2015, avec Christophe Naudin). Outre plusieurs articles dans des revues scientifiques, il organise également le podcast Fréquence médiévale.

Accès gratuit dans la limite des places disponibles.

Réservation indispensable au plus tard 8 jours avant chaque conférence auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr

auprès de : amis.musee.cluny@outlook.fr