Archives de catégorie : Parutions

Parution: Duchesses

Laurence Moal, Duchesses. Histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne, Presses universitaires de Rennes, 2021.

Si Anne de Bretagne est connue, qu’en est-il des duchesses qui l’ont précédée ? Si certaines passent à la postérité et deviennent des héroïnes, d’autres sont méconnues voire oubliées du grand public. Laurence Moal est allée à la recherche d’un monde disparu tout en démystifiant nombre de stéréotypes. Dans ce livre richement illustré, à travers des portraits vivants et nuancés, elle nous invite à remonter le temps pour entrer dans l’intimité des duchesses, partager les moments marquants de leur existence, mieux connaître leur religiosité, leur culture, ainsi que leurs émotions.

Sommaire

  • Les duchesses dans la sphère publique : des actrices politiques à part entière
  • De l’espace privé à l’espace public
  • Des duchesses héroïques, entre imaginaire et folklore

La troisième partie est plus spécifiquement consacrée à une approche médiévaliste.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Marian Devotion in the Late Middle Ages

Andrea-Bianka Znorovszky et Gerhard Jarits (dir.), Marian Devotion in the Late Middle Ages : Image and Performance, Routledge, 2021.

By the late Middle Ages, manifestations of Marian devotion had become multifaceted and covered all aspects of religious, private and personal life. Mary becomes a universal presence that accompanies the faithful on pilgrimage, in dreams, as holy visions, and as pictorial representations in church space and domestic interiors. The first part of the volume traces the development of Marian iconography in sculpture, panel paintings, and objects, such as seals, with particular emphasis on Italy, Slovenia and the Hungarian Kingdom. The second section traces the use of Marian devotion in relation to space, be that a country or territory, a monastery or church or personal space, and explores the use of space in shaping new liturgical practices, new Marian feasts and performances, and the bodily performance of ritual objects.

Les deux derniers chapitres reposent notamment sur une approche médiévaliste :

Chap.9, « Mulier amicta sole »: Transformations of a devotional image between the 15th and the 16th centuries, Ferenc Veress ;

Chap.10, Mobile Shrine and Magical Bodies: Modern Afterlives of Medieval Shrine Madonnas, Juliet Simpson.

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: How To Live Like a Medieval Monk

Danièle Cybulskie, How To Live Like a Medieval Monk : Medieval Wisdom For Modern Life, Abbeville Press, 2021.

How medieval monastic practices—with their emphasis on a healthy soul, mind, and body—can inspire us to live fuller lives today. We know that they prayed, sang, and wore long robes, but what was it really like to be a monk? Though monastic living may seem unimaginable to us moderns, it has relevance for today. This book illuminates the day-to-day of medieval European monasticism, showing how you can apply the principles of monastic living, like finding balance and peace, to your life.

With wit and insight, medievalist and podcaster Daniele Cybulskie dives into the history of monasticism in each chapter and then reveals applications for today, such as the benefits of healthy eating, streamlining routines, gardening, and helping others. She shares how monks authentically embraced their spiritual calling, and were also down to earth: they wrote complaints about being cold in the manuscripts they copied, made beer and wine, and even kept bees. 

How to Live Like a Monk features original illustrations by Anna Lobanova, as well as more than eighty color reproductions from medieval manuscripts. It is for anyone interested in the Middle Ages and those seeking inspiration for how to live a full life, even when we’re confined to the cloister of our homes.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Notre-Dame de Dijon (1220-2020)

Denise Borlee (dir.), Notre-Dame de Dijon : Huit siècles d’histoires (1220-2020), Editions Faton, 2021.

Depuis huit cents ans, l’église paroissiale Notre-Dame dresse son élégante silhouette au cœur de la ville de Dijon. Monument bien connu des architectes modernes et cité en exemple à maintes reprises au XIXe siècle, il suscita par la suite moins d’intérêt.

C’est à l’occasion du VIIIe centenaire du début de sa construction (autour de 1220) que paraît cet ouvrage, près d’un siècle après les dernières monographies qui lui furent consacrées. Les pages de ce volume s’emploient donc à redonner à cet illustre édifice du patrimoine gothique la place qui lui revient. Ainsi se succèdent, sous la plume d’historiens de l’art et historiens, une vingtaine de contributions qui abordent à nouveaux frais bon nombre d’aspects de l’église.
Sont envisagées les fonctions dans la ville de ce sanctuaire marial qui abrite la célèbre statue en bois de Notre-Dame de Bon-Espoir nouvellement datée ; son architecture, et ce qui subsiste du décor peint intérieur, sculpté des trois portails et de la vitrerie originelle. Le mobilier n’est pas en reste avec notamment la première étude approfondie du groupe sculpté de l’Assomption du sculpteur Jacques Dubois. Enfin, large part est également faite aux campagnes de restauration du XIXe siècle, qui modifièrent radicalement l’aspect de l’édifice, et au réaménagement de l’église qui s’ensuivit.

Ce sont les résultats de ces nouveaux travaux sur l’église Notre-Dame de Dijon que les auteurs du présent volume souhaitent partager avec un large public, spécialiste comme amateur.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Dans l’atelier de Michel Pastoureau

Claudia Rabel, François Jacquesson et Laurent Hablot (dir.), Dans l’atelier de Michel Pastoureau, Presses universitaires François-Rabelais, 2021.

Historien des couleurs et des animaux, spécialiste de l’héraldique et de l’emblématique du Moyen âge, auteur plébiscité par le grand public, Michel Pastoureau partage avec gourmandise son appétit gargantuesque pour les sujets les plus divers. Ce livre rassemble les hommages qu’ont voulu lui rendre quelques-uns de ses amis, de ses collègues et de ses élèves.
Chaque auteur de ce livre a choisi une image et la commente brièvement dans un style alerte. Le résultat, c’est un véritable cabinet de curiosités visuelles qui reflète la variété des objets passionnants auxquels s’est intéressé Michel Pastoureau (armoiries, emblèmes, enluminures, sceaux, couleurs, et d’autres plus surprenants encore !).
Ce livre kaléidoscope propose ainsi au fil de ses 86 images un portrait composite de Michel Pastoureau, fidèle à la diversité des facettes de son savoir et à sa pratique malicieuse et bienveillante de l’érudition.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: La représentation de la sorcière

Émilie Hamon-Lehours et Ana Condé (dir.), La Représentation de la sorcière et de la magicienne. Du XVIe à nos jours en Europe occidentale, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2021.

Si les magiciennes sont nommées, les femmes accusées de sorcellerie diabolique restent anonymes jusqu’à ce qu’elles soient dénoncées dans les procès pour sorcellerie où le corps devient motif d’accusation. Leur apparence change au fil des siècles et se révèle être liée à l’histoire du pouvoir.

 

 

 

Table des matières

Émilie Hamon-Lehours: Introduction     7

PREMIÈRE PARTIE: « LE DIABLE AU CORPS », DISCOURS FONDATEURS

Ana Condé: Le corps de la Sorcière dans les manuels de démonologie et les procès de sorcellerie aux xvixviie siècles. Une cristallisation du Mal    11

Tatiana Clavier: Les devisantes des Évangiles des quenouilles. « Sorcières-maquerelles » burlesques ou résistantes à lordre du genre mis en place à la Renaissance ?    27

DEUXIÈME PARTIE: « LES MÉTAMORPHOSES » ENJEUX ET ALTERNATIVES DE LIMAGE CORPORELLE DE LA SORCIÈRE ET DE LA MAGICIENNE

Émilie Hamon-Lehours: « Circé transtextuelle ». Représentations de la magicienne Circé dans la littérature et la peinture italiennes    49

Florent Libral: La sorcière, rivale du Roi daprès Pierre de Lancre (1612) et Pierre Corneille (1635)    71

TROISIÈME PARTIE: « LA DANSE ENCHANTÉE » REPRÉSENTATIONS VISUELLES DES SORCIÈRES ET DES MAGICIENNES

Isabelle Malmon: De la goyave au bâton. Maléfices et bénéfices de la femme indigène
dans deux écrits de Paul Gauguin   103

Maëlle Rousselot: Les Willis dans Giselle, de lidéalisation à la peur   123

QUATRIÈME PARTIE: « LA BELLE OU LA BÊTE » LE CORPS DÉFORMÉ SOUS LA PLUME
DES ROMANTIQUES

Bérangère Chaumont: Fille du feu, la belle dame des romantiques   139

Agathe Giraud: Guanhumara au xxe siècle (Les Burgraves, Victor Hugo). Sorcière grotesque ou « reine tragique » ?   155

CINQUIÈME PARTIE: « CECI EST MON CORPS » CONVICTION RELIGIEUSE OU PAÏENNE ET INFLUENCES CORPORELLES

Ghislain Tranié: Le diable au corps ou le christ au cœur ? Les symptômes corporels de la possession chez la sorcière et la religieuse en Lorraine (xviexviie siècles)   173

Leslie de Bont: « Si ce nest pas vrai de la dynamite, cest vrai des femmes ». Le corps révélateur dans Laura Willowes de Sylvia Townsend Warner   193

Marta Sábado Novau: Conclusion. Pouvoirs du corps et corps de pouvoir dans Les sorcières de la République de Chloé Delaume et The Power de Naomi Alderman   215

Index des noms cités   233

Résumés   235

 

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Petite histoire de la littérature médiévale

Alain Corbellari, Petite histoire de la littérature médiévale, Presses Inverses, 2021.

Près d’un siècle après la mort de Joseph Bédier, la littérature médiévale a encore bien des secrets à nous livrer. Saviez-vous que le sénéchal Keu était un fameux mélomane ? Que les chansons de geste existaient en version pour sourds et malentendants ? Que Jehan Froissart, le chroniqueur de la Guerre de Cent Ans, vouait une admiration sans bornes à Boris Vian ? Toutes ces révélations, et bien d’autres encore, sont exposées dans cette Petite histoire, dans le plus pur style des grands savants médiévistes et sans le moindre souci de vraisemblance.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Temps, fiction et pratiques ludiques

Audrey Tuaillon Demésy (dir.), dossier thématique “Temps, fiction et pratiques ludiques”, Mundus Fabula, octobre 2021. Accessible en ligne: https://mf.hypotheses.org/1470.

Le Carnet Mundus Fabula accueille pour la troisième fois les actes des ateliers-séminaires « Loisirs et imaginaires » qui se tiennent tous les ans à Besançon dans le cadre de l’ANR Aiôn, en partenariat avec le laboratoire C3S (EA 4660).

Le thème de cette saison 3, intitulée Temps, fiction et pratiques ludiques, invite à questionner l’expérience du jeu au regard des imaginaires du temps. Plus précisément, l’objectif est de proposer une réflexion portant sur les cadres temporels inhérents à diverses formes de pratiques ludiques ou sportives, qu’il s’agisse de reconstitution historique, de roller derby ou de jeux de plateau.

Sommaire

Parution: Les figures de Perceval

Georges Bertin (dir.), Les Figures de Perceval, CENA, Editions du Cosmogone, septembre 2021.

La figure de Perceval, le « nice » chevalier, s’impose en effet certes sur le plan d’une esthétique qui lui est propre et qui dépasse peut-être même les intentions de ses auteurs.

Elle peut être interrogée d’abord comme porteuse d’une mythologie inhérente en ses sources et aussi, en tant que telle, comme production littéraire voire philosophique, ou encore être utilisée et replacée dans les contextes culturels de ses productions.

Elle doit être aussi examinée telle qu’elle a été reçue et telle que nous la recevons car elle a affaire à l’humain en chacun de nous, et à notre humanité. Elle sollicite nos affects, nos représentations, nos imaginaires.

Contributeurs et contributrices: Jean-François BEAUCHÊNE, Georges BERTIN, Daniel BORDEAUX, Rémi BOYER, Justine BRETON, Gérard BYRON CLOUZARD, Sylvain FERRIEU, Catherine GUILLOU, Cécile LAGANE, Véronique LIARD, Gil Alonso MIER, Marco PROST, Jean-Claude ROMANENS, Émilie TANGUY-LOUBRIE, Olivier WICKY, Sabrina WISNIEWSKI.

Détails et commandes sur le site de l’éditeur.

Parution: Epouser la déesse

Marc Rolland, Epouser la déesse: essais sur la femme, le surnaturel et l’hyperbole, Shaker Verlag, 2021.

Partant de la « Rencontre avec la fée », de Mélusine à la Belle Dame sans Merci jusqu’à Luthien Tinuviel, l’auteur, Marc Rolland, s’interroge sur la place de la femme « surnaturelle » (déesse, fée, fantôme, elfe) dans des narrations où elle est confrontée à un homme mortel, autrement dit, lors de la confusion de deux plans d’existence que les traditions religieuses entendent maintenir séparées. Ces rencontres obéissent d’ailleurs à un modus operandi constant. L’extension de cette thématique à des mortelles élevées hyperboliquement au rang de personnages surnaturels traduit-elle nécessairement une réification de la femme ou bien plutôt le désir de lui épargner le processus de déclin et de destruction propre aux mortels ? Peut-on parler d’une « métaphysique de la Déesse » ou d’une sacralisation de la beauté, promue au rang de Bien absolu ? Choisissant des exemples dans la littérature d’imagination de plusieurs langues, allant de l’Europe à l’Inde (Rider Haggard, William Morris, E. R. Eddison, James Branch Cabell, mais aussi Villiers de l’Isle-Adam, Gabriele d’Annunzio, Pierre Loti, Lawrence Durrell, Salman Rushdie et Shamsur Rahman Faruqi), l’auteur distingue en sourdine une sensibilité anglo-saxonne qui aspire à la fusion ou à l’association heureuse (« épouser la déesse ») et un courant plus pessimiste, européen, qui voit dans la conjugalité un abaissement de l’idéal et n’envisage aucune issue hormis celle, tragique, qui renvoie au mythe tristanien.

L’auteur décrypte également l’interface entre deux mondes qu’est le portrait hanté et l’état médian entre l’œuvre d’art et l’être conscient qu’est l’automate. Comment la femme vient-elle à incarner la quintessence d’une nation, d’une ville, d’une civilisation ? Ce « sur-naturel » se pare-t-il d’une charge subversive, celle de la « femme nouvelle » quand il s’agit de bousculer les rôles traditionnels, en Europe et en Amérique en 1900, en Turquie et en Inde plus récemment selon les exemples choisis ?

On trouvera dans ce volume des parallèles inédits entre la littérature fin-de-siècle, la New Romance et la Fantasy, notamment par la comparaison entre D’Annunzio et E. R. Eddison et le décryptage de l’œuvre de James Branch Cabell, et ce recueil d’essais s’achève dans le réalisme magique du roman indien monumental de Shamsur Rahman Faruqi, The Mirror of Beauty (2013).

 

Retrouvez tous les détails sur le site de l’éditeur.

Parution: The Middle Ages in Modern Culture

Karl Alvestad et Robert Houghton (dir.), The Middle Ages in Modern Culture. History and Authenticity in Contemporary Medievalism, Londres, Bloomsbury, 2021.

L’ouvrage est entièrement disponible sur le site de l’éditeur, et en liens directs ci-dessous.

 

Table des matières

Parution: Maurice Denis et le Moyen Âge

Andreea Apostu, Réminiscences médiévales dans l’oeuvre de Maurice Denis, Classiques Garnier, coll. “Histoire culturelle”, 2021.

Profondément influencé par le Moyen Âge, Maurice Denis a rêvé de récupérer l’essentiel de son art décoratif et de sa spiritualité. Ce livre retrace la manière dont le peintre a choisi de resémantiser les éléments médiévaux sacrés et profanes, afin de les adapter à la sensibilité et aux aspirations de son temps.

 

Tous les détails sont sur le site de l’éditeur.

Parution: Pratiques des indulgences du Moyen Âge à l’époque contemporaine

Esther Dehoux, Caroline Galland et Catherine Vincent (dir.), Des usages de la grâce. Pratiques des indulgences du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Presses du Septentrion, 2021.

La commémoration de l’affichage des 95 thèses par Luther en 1517 a de nouveau mis en avant la question des indulgences, reprise ici de manière apaisée et novatrice, par la pratique et dans le long terme, des fonds documentaires médiévaux aux réseaux sociaux.
La trentaine d’études réunies n’entre pas dans la polémique mais entend mettre en valeur des témoignages concrets d’appropriation des « pardons » qui en disent aussi long que les textes doctrinaux et font apparaître la circulation entre le prescrit et le vécu. Le choix du long terme permet de saisir les inflexions d’un marqueur identitaire de l’Église latine qui a traversé les siècles.
Trois questions sous-tendent les analyses. Qui peut octroyer et prêcher les indulgences : les évêques ou seul, le pape, lors des Jubilés ? Comment les gagner : l’argent y suffit-il ; qu’en est-il des actes de piété et des dispositions intérieures ? Comment s’en servir ; quelles causes spirituelles ou politiques justifient leur distribution ?

Retrouvez le sommaire détaillé et les possibilités de commande sur le site de l’éditeur.

Parution: The United States of Medievalism

Tison Pugh et Susan Aronstein (dir.), The United States of Medievalism, University of Toronto Press, 2021.

The United States of Medievalism contemplates the desires, dreams, and contradictions inherent in experiencing the Middle Ages in a nation that is so temporally, spatially, and at times politically removed from them. The European Middle Ages have long influenced the national landscape of the United States through the medieval sites that permeate its self-announced republican landscapes and cities. Today, American-built medievalisms continue to shape the nation’s communities, collapsing the binaries between past and present, medieval and modern, European and American.
The volume’s chapters visit the nation’s many medieval-inspired spaces, from Sherwood Forest in Texas to California’s San Andreas Fault. Stops are made in New York City’s churches, Boston’s gardens, Philadelphia’s Bryn Athyn Cathedral, Orlando’s Magic Kingdom, Appalachian highways, Minnesota’s Viking Villages, New Orleans’s Mardi Gras, and the Las Vegas Strip. As the editors and their fellow essayists take the reader on this cross-country trip across the United States, they ponder the cultural work done by the nation’s medievalized spaces.

Tous les détails et les commandes sont accessibles sur le site de l’éditeur.

Parution: Le château allégorique

Cristina Noacco et Christophe Imbert (dir.), Le château allégorique. Image mentale et paysage d’autorité de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Interférences”, 2021.

Le château représente un archétype de l’imaginaire collectif. Au-delà de son omniprésence dans le décor des contes de fées, de sa valeur symbolique dans l’espace médiéval et de son remploi littéraire, artistique et cinématographique, il contribue à la construction d’un paysage mental d’autorité, auquel la tradition occidentale se réfère, pour y adhérer ou pour le questionner.
La finalité scientifique de cet ouvrage consiste avant tout à le considérer comme la composante essentielle d’un réseau d’images qui a assuré la perception du paysage dans la tradition culturelle européenne.
Les études ici réunies visent également à interroger le mouvement qui dynamise cette image dans le paysage allégorique : la quête du château (soit une quête de la connaissance), l’arrivée au château (soit l’accomplissement d’un parcours initiatique), l’enfermement ou la destruction du château… Ce deuxième axe implique d’ailleurs l’existence d’une grammaire reliant entre eux les objets de la topique, complément nécessaire de leur interprétation : le chemin jusqu’au château, la montagne couronnée par le château, l’auberge de l’étape (la quête inachevée), face à la demeure éternelle et au sanctuaire du sens que figure le château.
Ce volume évalue enfin, par une approche diachronique et interdisciplinaire, l’apport des différentes réflexions sur le château à la tradition européenne de la pensée allégorique, tradition qui s’érige comme un château de Mémoire, sur lequel les hommes de culture ont aujourd’hui la tâche de veiller.

Cet ouvrage fait suite à des séminaires et à des journées d’étude tenus entre 2013 et 2015.

 

Table des matières

Préface – Anne-Marie Cocula-Vaillières

Introduction – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Première partie: Palais et citadelles allégoriques dans le monde antique

“L’acropole de l’âme du jeune homme”, Note sur un passage de Platon (La République, 560 B) – André Bouvet

Citadelle de la raison et palais de la mémoire. Les liens de l’âme selon Platon et Saint Augustin – Christopher Lucken

Gloriosissimam ciuitatem Dei… Rhétorique du Salut et métaphores cosmiques dans La Cité de Dieu de Saint Augustin – Michel Banniard

Deuxième partie: Châteaux allégoriques au Moyen Âge et à la Renaissance

La tour et la clôture. Le château allégorique dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles – Cristina Noacco

Ostel, taverne, chastel? Les lieux représentatifs du pouvoir dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc – Carine Giovénal

Le symbole du labyrinthe dans les Demeures du Château intérieur de sainte Thérèse de Jésus – Isabel Hernando Morata

Architectures allégoriques. Les châteaux dans le Roland furieux – Chiara Cassiani

Troisième partie: Le renouvellement de l’imaginaire architectural allégorique à l’époque moderne

Châteaux et palais dans les récits de Béroalde de Verville: voir autrement – Véronique Adam

Du château allégorique au château gothique anglais. Constantes et mutations d’un imaginaire littéraire – Pierre Carboni

Le château dans les Songes d’un hermite de Louis-Sébastien Mercier (1770) ou la scène infernale de la passion du pouvoir – Hélène David

Le château: une métaphore révolutionnaire de Sade à Révéroni de Saint-Cyr – Luisa Messina

Quatrième partie: Forteresses illusoires: la quête inachevable à l’époque contemporaine

Le château allégorique d’Edgar Allan Poe. Images de l’introspection dans le paysage gothique – Manon Amandio

Les avatars de l’image du château en Allemagne. Du Château Durande (1837) d’Eichendorff au Château de Kafka (1926) – Yves Iehl

Les derniers châteaux du Symbolisme. Réduits du poète ou présences spectrales de la poésie au seuil menaçant du XXe siècle – Christophe Imbert

Une emblématique des châteaux chez Julien Gracq – Patrick Marot

Architecture allégorique et poésie moderne. Frénaud, château, quête et requête – Arnaud Despax

Le Château allégorique postmoderne d’Italo Calvino -Jean Nimis

It’s only a model“: le château déconstruit des Monty Python – Justine Breton

Conclusion – Cristina Noacco et Christophe Imbert

Bibliographie

Résumé des articles

Les auteurs