Archives de catégorie : Parutions

Studies in Medievalism : Moyen Âge et politique

Parution du n°XXIX et appel à contribution pour le vol. XXX

Politics and Medievalism (Studies): Studies in Medievalism XXIX, 2020, Karl Fugelso (ed.)

I: Essays on Politics and Medievalism (Studies)

·      Esther Liberman Cuenca: Historical Malapropism and the Medieval Blood Libel in American Politics

·      Sean Griffin: Putin’s Medieval Weapons in the War against Ukraine                   

·      Daniel Wollenberg: The Battle of Tours and the US Southern Border                 

·      Andrew B. R. Elliott: Medievalism, Brexit, and the Myth of Nations                 

·      Christopher Jensen: An Arthur for the Brexit Era: Joe Cornish’s The Kid Who Would be King

II: Other Responses to Medievalism

·      Mary Behrman: Angle-ing for Arthur: Erasing the Welsh in Guy Ritchie’s King Arthur: Legend of the Sword

·      Ali Frauman: Chasing Freyja: Rape, Immigration, and the Medieval in Alt-Right Discourse

·      Laura E. Cochrane: “Things painted on the coarse canvas”: Political Polemic in Jean-Paul Laurens’s Portrait of the Child Emperor Honorius

·      M. J. Toswell: The Capacious Medievalisms of Henry Wadsworth Longfellow           

·      Victoria Yuskaitis: Archaeology and Medievalism at Julian of Norwich’s Anchorite Cell

·      Laura Varnam: A Revelation of Love: Christianity, Julian of Norwich, and Medieval Pity in the Harry Potter Series

·      Anna Fore Waymack & John Wyatt Greenlee: In the Beginning Was the Word: How Medieval Text Became Fantasy Maps                                                      

·      Usha Vishnuvajjala: Objectivity, Impossibility, and Laughter in Doctor Who’s “Robot of Sherwood”

·      James Cook: Sonic Medievalism, World Building, and Cultural Identity in Fantasy Video Games

Appel annuel de la revue Studies in Medievalism, pour le XXXe volume, et second volet du diptyque Political Medievalism:

From Hitler’s“Third Reich”to Bush’s “crusade”against terrorism, professional politicians have often invoked the Middle Ages to justify their actions. But they are far from alone, for many of their constituents have also deployed medievalism for political purposes, as in condemning impoverished countries for “failing to escape”the Middle Ages. Indeed, much of medievalism, not to mention the study of it, has revolved around politics of one kind or another, as became evident from the unprecedented number of submissions to our previous volume (XXIX) on this theme. 

Studies in Medievalism, a peer-reviewed print and on-line publication, is therefore once again seeking not only feature articles of 6,000-12,000 words (including notes) on any postmedieval responses to the Middle Ages, but also essays of approximately 3,000 words (including notes) on the intersection of medievalism (studies) and politics.

How exactly have professional and amateur politicians misconstrued, mangled, and manipulated the Middle Ages and to what end? How have politics influenced the development of medievalism and/or study of it? In what sense, if any, is it possible to have medievalism (studies) without politics? How might medievalism otherwise be deployed in professional or amateur politics? In responding to these and related questions, contributors are invited to give particular examples, but their submissions, which should be sent to Karl Fugelso (kfugelso@towson.edu) in English and Word by August 1, 2020 (note that priority will be given to papers in the order they are received), should also address the implications of those examples for the discipline as a whole.

Le Moyen Âge de Game of Thrones

Justine Breton et Florian Besson, Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones, Paris, PUF, 2020.

Introduction………………………………………………………….. 9
Game of Thrones : une histoire médiévale ?…………………. 16
Points de méthode…………………………………………………….. 20
Parallèles et perpendiculaires………………………………………. 25
Chapitre 1. « Accorder un regard
à toute la beauté du monde »
Représentations du monde 29
Un monde occidentalo-centré……………………………………… 29
Terrible Nord…………………………………………………………… 33
L’Orient exotique……………………………………………………… 37
L’Ouest, le Sud, terres inconnues………………………………… 41
Pratiques de l’espace………………………………………………….. 43
Chapitre 2. « Les dieux n’ont aucune pitié,
c’est pour cela qu’ils sont des dieux »
Magie et religion 51
Entre magie et religion………………………………………………. 52
La religion comme pilier du royaume………………………….. 55
Anciens et nouveaux dieux…………………………………………. 60

Le doute religieux……………………………………………………… 68
Des religions tournées vers la mort……………………………… 70
Chapitre 3.
« And now the rains weep o’er his halls »
Art et musique 75
Une ballade de glace et de feu…………………………………….. 76
Histoire et postérité musicale……………………………………… 78
L’impact musical sur toute la société…………………………… 82
Raconter en musique…………………………………………………. 86
Chanteurs et bardes…………………………………………………… 89
L’art comme marqueur social……………………………………… 91
Le monde entier est un théâtre……………………………………. 94
Immortaliser l’histoire dans la pierre……………………………. 96
Chapitre 4. « Si on meurt, on meurt.
Mais avant, on va vivre »
Le quotidien de Westeros 101
Boire et manger………………………………………………………… 102
Lire et écrire…………………………………………………………….. 108
La justice…………………………………………………………………. 114
Rire et pleurer………………………………………………………….. 122
Chapitre 5. « C’est le nom de la famille
qui demeure »
Famille et lignage 129
Famille, histoire et guerre…………………………………………… 130
Devises et blasons……………………………………………………… 131
La famille avant tout…………………………………………………. 140
Ascendance et postérité……………………………………………… 147

Chapitre 6. « Ces choses que tu me fais
avec ta langue… »
Amour et sexualité 153
Trop de sexe ?………………………………………………………….. 153
« Ta meilleure arme est entre tes cuisses » :
Sexe et politique……………………………………………………….. 160
Violences sexuelles et sexistes……………………………………… 165
Chapitre 7. « Tous les hommes doivent mourir,
mais nous ne sommes pas des hommes »
La place des femmes 177
Une image traditionnelle des rôles féminins………………….. 178
Le mariage comme outil politique……………………………….. 180
Complexifier les schémas traditionnels…………………………. 185
Clichés et misogynie………………………………………………….. 189
Jeux de reines…………………………………………………………… 194
Guerrières et chefs…………………………………………………….. 199
Dépasser les limites de genre………………………………………. 203
Chapitre 8. « Les pauvres ont toujours été
la proie des puissants, c’est là la base du pouvoir »
Exercer le pouvoir à Westeros 209
Gouverner le royaume……………………………………………….. 210
Le non-pouvoir du peuple………………………………………….. 219
Philosophies du pouvoir : Jon Snow,
Godefroy de Bouillon et Dark Vador…………………………… 227
Chapitre 9. « Quand on joue au jeu des trônes,
soit on gagne, soit on meurt »
Au coeur de la politique de Westeros 237
Tous des menteurs…………………………………………………….. 238
Lutter pour le pouvoir……………………………………………….. 244
Vengeance !………………………………………………………………. 249

L’intérêt du royaume…………………………………………………. 256
Chapitre 10. « Les moyens plus propres
ne font pas gagner la guerre »
Pratiques de la guerre à Westeros 261
Se battre (comme) au Moyen Âge……………………………….. 262
La bataille décisive ?………………………………………………….. 271
Au coeur du combat…………………………………………………… 276
De la violence de guerre à la guerre violente………………… 280
Chapitre 11. « Tu es un chevalier
des Sept Couronnes, désormais »
Chevaliers et héros 287
De l’épopée au roman de chevalerie…………………………….. 287
Être chevalier à Westeros…………………………………………… 290
Une image romancée…………………………………………………. 293
Déconstruire l’honneur chevaleresque………………………….. 295
Du Chevalier des fleurs au Limier……………………………….. 299
L’amour pour remplacer l’honneur ?……………………………. 301
La complexe notion d’héroïsme…………………………………… 304
L’union fait (parfois) la force……………………………………… 307
Chapitre 12. « La véritable histoire du monde
est une histoire de grandes conversations
dans d’élégantes demeures »
Histoire et historicité 311
Vagues et écumes………………………………………………………. 312
L’art de décrire des non-changements………………………….. 315
Un Moyen Âge figé…………………………………………………… 319
La place de l’histoire…………………………………………………. 321

« Voici que ma garde prend fin »
Éléments de conclusion 327
Les principaux personnages……………………………………. 339
Les principaux lieux……………………………………………….. 353
Chronologie des principaux événements……………….. 357
Bibliographie…………………………………………………………. 363

Parution : histoire de la réception du Moyen Âge

Alain Corbellari, Le Moyen Âge à travers les âges, Neuchâtel, Alphil, « Focus. Rayons littéraires », 2019.

Le Moyen Âge à travers les âges

Le premier vade-mecum pratique et maniable en français sur l’histoire de la réception du Moyen Âge, par Alain Corbellari, professeur à l’Université de Lausanne.

De Kaamelott à Game of Thrones, des jeux de rôles aux fêtes médiévales qui fleurissent dans les moindres bourgs du Vieux (et même du Nouveau) Monde, l’imaginaire médiéval est omniprésent dans l’Occident contemporain. Mais on se doute que cela n’a pas toujours été le cas. Oscillant sans cesse entre sa légende « rose » (les troubadours, l’amour courtois, le preux chevalier) et sa légende « noire » (les guerres féodales, la peste, les culs de basse-fosse), le Moyen Age a connu à travers le temps des éclipses et des renouveaux spectaculaires dont ce livre dresse le tableau, envisageant tout aussi bien la réception érudite que la réception profane d’une période qui s’est elle-même pensée en termes de « renaissances » successives. À se demander si cette appellation même de Moyen Âge n’est pas un fantôme après lequel on court toujours en vain.

Appel : Game of Thrones

Résultat de recherche d'images pour "game of thrones"

Colloque des Imaginales 2020

« Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy ? »

14-15 mai 2020

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Un an après la diffusion des derniers épisodes de Game of Thrones (David Benioff et D.B. Weiss, HBO, 2011-2019), ce colloque se veut l’occasion d’un premier bilan collectif sur ce que le succès médiatique et la réussite esthétique de la série télévisée mais aussi du cycle romanesque inachevé de George Martin dont elle est l’adaptation, A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer), ont pu apporter à la manière dont la fantasy est perçue – dans quelle mesure le phénomène GoT a-t-il transformé la façon dont la fantasy se crée, se diffuse et se vit ?

L’œuvre de Martin s’est en effet imposée, aux côtés de celles de Tolkien et de J.K. Rowling, comme nouveau « monument » de la fantasy, au sommet de son panthéon : connue d’un très large public, suscitant des appropriations nombreuses et variées, du champ de la publicité à celui de la politique, son influence la constitue en modèle de ce que peut être, aujourd’hui, la culture populaire – son impact, mais aussi ses limites.

Voici quelques pistes qu’on propose en particulier à l’exploration :

– un nouveau modèle pour le genre et ses sous-genres : Game of Thrones/ Le Trône de Fer a proposé des réorientations fortes par rapport aux modèles antérieurs du genre – la fantasy depuis lors se fait plus sombre, plus historique, plus « adulte ». Si elle n’était pas une nouveauté au milieu des années 90 quand Martin publie son premier volume (La Compagnie Noire de Glen Cook débute en 1984), la dark fantasy, volontairement sanglante et amorale, est arrivée sur le devant de la scène avec GoT ; les expressions de « gritty fantasy » ou de « grimdark » ont été proposées pour repérer ce courant, illustré par exemple par les œuvres de Mark Lawrence, Joe Abercrombie ou en France par les dernières productions de Lionel Davoust et Pierre Pevel. Autre apport de Martin au genre, l’accent mis sur les sources historiques et sur une volonté de vraisemblance « boueuse » a également une très belle et rapide postérité, au point de constituer aujourd’hui l’élément le plus étudié à son sujet[1].

– un nouveau modèle pour une fantasy multi ou transmédiatique : première série télévisée de fantasy médiévale-fantastique à dépasser un public de « niche », GoT a braqué sur le genre les projecteurs de l’actualité médiatique. La diffusion des saisons successives a été accompagnée chaque fois par des campagnes de promotion transmedia remarquées, jeux de plateau et jeux vidéo développant pour leur part toute une gamme d’accès ludiques à l’univers de Westeros. Depuis, les adaptations en séries télévisées de grands succès de la fantasy anglophones n’ont cessé de se multiplier – Les Chroniques de Shannara d’après Terry Brooks (2016-2017), The Magicians d’après Lev Grossman (2015-en cours), American Gods d’après Neil Gaiman (2018-en cours), Good Omens (Gaiman et Pratchett, 2019), A la croisée des mondes (Pullman, 2019)… – et les annonces de projets sont tout aussi nombreuses, à commencer par la série qu’Amazon compte consacrer à l’œuvre de Tolkien. Quels peuvent être les atouts de la fantasy pour de tels déploiements médiatiques ? Comment le modèle du worldbuilding en particulier, popularisé par GoT, trouve-t-il à se diffuser largement dans l’écosystème culturel ?

– un nouveau modèle de public actif : la constitution de communautés de fans actifs autour du cycle littéraire et de la série télévisée peut manifestement être identifiée comme une des évolutions décisives ayant permis leur succès spectaculaire. Produit des réseaux sociaux et des communications numériques, la participation des publics est désormais recherchée, scrutée, crainte parfois. Certains fans se consacrent à la fiction, d’autres à collecter et partager les données d’une érudition dont ils sont les meilleurs gardiens – Martin lui-même le reconnait en co-signant avec Elio M. García Jr. et Linda Antonsson, du site Westeros.org, son World of Ice and Fire ; en France, La Garde de Nuit voit son expertise reconnue par une collection d’ouvrages chez Pygmalion, l’éditeur des traductions de Martin. Certains s’emparent des messages qu’ils lisent dans l’œuvre pour les transposer dans une actualité politique – le slogan « Winter is coming » a ainsi pu être largement détourné pour alerter sur le changement climatique[2].

– un modèle à prendre en exemple ? Les controverses ont également accompagné le succès de GoT, qu’il s’agisse de la question de la représentation des rôles genrés ou des populations racisées, ou lors de la dernière saison, des options scénaristiques choisies, violemment rejetées par une part du public. La fin semble doublement impossible pour cet ensemble – fin piégée pour une série télévisée aux évolutions inacceptables pour certains, fin toujours repoussée pour le cycle littéraire, dont les volumes annoncés par Martin connaissent sans cesse de nouveaux délais tandis que les projets annexes (Fire and Blood actuellement) semblent davantage inspirer l’auteur… Une œuvre à succès, ainsi adorée sur le long terme, est-elle condamnée à mal finir ou à ne pas finir ? Que peut nous apprendre le cas de GoT sur cette difficulté spécifique à la sérialité, et peut-être plus encore aux univers tentaculaires de la fantasy ?

Les propositions de communications, d’une demi-page environ, sont à faire parvenir aux directeurs scientifiques, accompagnées d’une présentation biobibliographique, pour le 31 janvier 2020 au plus tard.

anne.besson@univ-artois.fr ; natvd@cegetel.net ; chelebourg@gmail.com ; sn@imaginales.com


[1] Voir en français les articles de William Blanc et Yann Boudier dans Game of Thrones, série noire, Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Paris, Les Prairies ordinaires, 2015, de Justine Breton dans Fantasy et Histoire(s), Chambéry, ActuSF, 2019,et l’ouvrage de Stéphane Rolet Le Trône de fer ou le pouvoir dans le sang, Tours, PUFR, 2014, auquel s’ajoutent les numéros spéciaux de revues et magazines comme Historia (hors-série, printemps 2019). La production anglophone est importante, avec notamment Shiloh Carroll, Medievalism in A Song of Ice and Fire and Game of Thrones, Cambridge, D.S. Brewer, 2018 ; Carolyne Larrington, Winter is Coming: The Medieval World of Game of Thrones, Londres, I.B.Tauris, 2016 ; Brian A. Pavlac (dir.), Game of Thrones vs. History: Written in Blood, Malden, Wiley Blackwell, 2017.

[2] Voir l’ouvrage de William Blanc, Winter is coming, une brève histoire politique de la fantasy, Libertalia, 2019.

Parution : essai sur l’Ancien Français

Nelly Labère, La langue ne rougit pas, Fano, Aras Edizioni, collection « Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali », 3, 201, 2019.

Parler à langue déliée, sans langue de bois, de cette langue du Moyen Âge au prisme du contemporain : telle est la vocation de cette langue qui ne rougit pas. En faisant du récit scientifique une aventure personnelle, Nelly Labère propose une leçon d’étonnement qui permet d’aborder de manière disruptive les changements de paradigmes que connaissent la langue et le monde d’aujourd’hui. Infatigable et tout en rythmes, elle progresse entre lieux communs, chausse-trappes et figures de style pour restituer au sens sa force de pensée et d’action. Partageant son itinéraire de chercheuse qui revendique son plaisir d’enseigner, l’auteur mêle tour à tour anecdotes, réflexions, références historiques et célèbre avec décalage et clairvoyance le pouvoir des mots. Un livre engagé et passionné qui navigue entre l’essai et la confession pour le plus grand plaisir de son lecteur.

Parution : deux siècles d’Ivanhoé

Due secoli con Ivanhoe. Atti della Giornata di Studio, Pisa 18 ottobre 2018, éd. Domitilla Campanile)

Pisa University Press (Nuova Biblioteca di Studi Classici e Orientali. Supplementi alla rivista Studi Classici e Orientali, 2), 2019.

Résultat de recherche d'images pour "ivanhoé"

 

Domitilla Campanile, Prefazione

Domitilla Campanile, Introduzione

Roberta Ferrari, «Amidst the Dust of Antiquity»: Scott, Ivanhoe e il racconto della storia

Emanuella Scarano, Tumulti e rivoluzioni nel romanzo storico italiano

Tommaso di Carpegna Falconieri, Ivanhoe, un cavaliere in redingote: sul mito della cavalleria nell’Ottocento

Chiara Tommasi, Aspetti esoterici e ideali massonici nelle vicissitudini di Ivanhoe

Alfonso Maurizio Iacono, Il romanzo storico tra ieri e oggi

Luigi Spina, Rileggendo Ivanhoe per una giornata di studi (ovvero dalle parole agli Atti)

Guido Paduano, Walter Scott e l’opera: La donna del lago

Chiara Savettieri, Delacroix e i dipinti ispirati ad Ivanhoe: dall’illustrazione alla tragedia

Marco Battaglia, Lo sfruttamento ideologico delle antichita` germaniche in Ivanhoe

Manfred Giampietro, L’Ivanhoe di Miklo´s Ro´zsa: appunti su una “drammaturgia sinfonica”

Domitilla Campanile, Ivanhoe al cinema e in televisione

Giuseppe Pucci, Ivanhoe reloaded

Cesare Letta, Postfazione

Indice dei nomi e dei luoghi notevoli

Parution : Arthur à l’écran

Justine Breton, Le Roi qui fut et qui sera. Représentations du pouvoir arthurien sur petit et grand écrans, Classiques Garnier

En mettant en regard les sources médiévales de la légende du roi Arthur et ses adaptations audiovisuelles occidentales (cinéma, télévision), cet ouvrage interroge la conception mouvante des pouvoirs arthuriens – royal, chevaleresque, féminin et même populaire – de Geoffroy de Monmouth à Guy Ritchie.

Parution : Légende Arthurienne


Légende Arthurienne. Sources, dérivations et ruissellements, sous la direction de Georges Bertin, éditions de l’Oeil du Sphynx, 2019

Textes de Véronique Liard, Gilles Susong, Paul Verdier, Lauric Guillaud, Pierre Besses et Jean Paul Lelu portant sur cette « transversalité culturelle et symbolique reliant, par delà les deux rives de la Manche, dans un imaginaire commun », née au Moyen Âge ; sur « les récits arthuriens » comme « pratique culturelle métissée, préfiguration de ce melting pot que deviendra une Europe  n’ayant jamais cessé de se définir dans le croisement des influences les plus diverses ».

Parution : Châteaux royaux

Après le temps des rois. Les châteaux du Val de Loire et leurs visiteurs, sous la direction d’Aurore Montesi, Florence Fix et Pierre Wat, éditions Orizons, 2019.

Angers, Saumur, Chinon, Langeais, Loches, Plessis-lèz-Tours, le Clos-Lucé, Chenonceau, Amboise, Chaumont-sur-Loire, Blois, et bien sûr Chambord… les châteaux royaux en Val de Loire ont été des lieux de pouvoir avant de s’inscrire dans l’espace commun en tant que lieux publics. Symboles de la majesté des souverains durant deux siècles, ils sont ensuite délaissés pour Paris puis Versailles, menacés de destructions ou de dispersion, restructurés et réemployés. Ce vide fait rêver : leur architecture composite et stratifiée, rappelant les multiples constructions et rénovations qu’ils ont connues, mais aussi les divers emplois et fonctions qu’ils ont pu occuper, interroge l’historien de l’art comme le professionnel de la conservation et du patrimoine. Que présenter au visiteur soucieux d’apprendre, de comprendre ces demeures qui sont une condensation d’histoire de l’art et d’histoire politico-culturelle ?

Une dizaine de conservateurs et d’historiens de l’art, avec la coordination d’Aurore Montesi (doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; page personnelle ici), Florence Fix (Professeur en littératures comparées à l’Université de Rouen-Normandie) et Pierre Wat (Professeur d’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de l’HiCSA), partagent ici leurs expériences et leur savoir afin d’interroger l’identité et le devenir du château « après le temps des rois », suite à la journée d’étude organisée à l’INHA en septembre 2015 ayant pour thématique la représentation des châteaux en Val de Loire du XIXe au XXIe siècle.

SOMMAIRE

Introduction

Aurore Montesi

Imaginer un château. Les romantiques et les châteaux de la Loire : préservation et créations théâtrales

Stéphane Arthur

Châteaux, palais et prisons : la vision symbolique du Cinq-Mars de Vigny

Lise Sabourin

Les châteaux de la Loire dans l’œuvre d’Alexandre Dumas : un exemple de paradigme romanesque

Sylvain Ledda

Un château fond de scène d’un parc : Le garde-chasse de Chambord (1821)

Florence Fix

Le Chambord de Flaubert

Éric Le Calvez

Le Soldat et la Sorcière d’Armand Salacrou, ou les deux défaites du « Roi de Chambord »

Yannick Hoffert

(Dés)enchantement et réinvention du patrimoine. Le château de Chambord dans Peau d’âne de Jacques Demy (1970)

Aurore Montesi

Visiter un château. Avant-propos

Luc Forlivesi

Le château de Chambord au XIXe siècle : étude critique des travaux voulus par le comte de Chambord (1830-1883)

Timothée Bartkowiac-Bouvet

L’évolution du statut et de la destination du château d’Amboise, de la fin du XVIIIsiècle à nos jours

Jean-Louis Sureau

Le château royal de Blois, entre culture et tourisme

Élisabeth Latrémolière

Le château de Saumur au XIXe siècle : genèse d’un monument historique

Claire Giraud-Labalte

Conclusion

Christian Amalvi

Bibliographie indicative

Les auteurs

Table des matières

Parution : Loisirs et imaginaires

Nouveau dossier thématique sur le carnet hypotheses.org Mundus Fabula : « Loisirs et imaginaires », coordonné par Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat : https://mf.hypotheses.org/948

« Les communications présentées lors d’un séminaire organisé à l’UPFR des Sports de Besançon en 2018, intitulé « Loisirs et imaginaire. La construction de mondes sociaux »,  ont conduit à partager des problématiques et à mener des débats autour de l’usage de l’imaginaire pour l’analyse du réel. Plus encore, en prenant pour cadre les loisirs, il s’agissait de comprendre comment la notion est utilisée selon les terrains respectifs de chacun et est rendue opérante grâce aux différentes méthodologies employées. »

Voir la présentation complète sur le carnet, et signalons en particulier les textes suivants :

Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Haissat, Introduction, Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ?

Laurent Di Filippo, Approches anthropologiques de l’imaginaire pour l’étude des représentations nordiques

Noémie Budin, Quand l’imaginaire se fait le miroir de la société. L’exemple de la matière féerique

Sébastien Haissat, Les personnages de fiction dans les médias de masse. Expression d’un imaginaire social

Audrey Tuaillon Demésy, Punks, reconstituteurs et joueurs de quidditch : temps et imaginaire dans les loisirs alternatifs

Parution : Moyen Âge pour la jeunesse

Fictions médiévales pour la jeunesse, sous la direction d’Yvon Houssais, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2018

Le Moyen Âge continue à occuper une place importante dans l’édition pour la jeunesse, sous des formes variées, allant de la fantasy au roman historique proprement dit.  Quel est le rapport à l’Histoire entretenu par ces textes ? La première partie laisse la parole aux auteurs qui reviennent sur leur démarche et leur projet d’écriture. Par la suite, est analysée la question des rapports entre l’Histoire et la fiction, les traces de l’Histoire dans le texte, le compromis tenté par l’auteur entre l’imaginaire et l’historiquement vraisemblable. Enfin, une dernière partie traite des pratiques de lecture du roman historique en classe et de sa place dans les revues pédagogiques.

PREMIÈRE PARTIE : DE L’HISTOIRE À LA FICTION                                             

Histoire et récit dans le roman historique pour la jeunesse                                                  

Yvon Houssais

Continuer la lecture

Parution : Arthuriana pour enfants


Malory’s Magic Book. King Arthur and the Child, 1862-1980, 
Elly McCausland, Boydell and Bewer « Arthurian Series », 2019


Arthur Drawing the Sword from the Stone, Walter Crane (Illustration)

An examination of the numerous adaptations of Malory’s Morte Darthur for children in the nineteenth and twentieth centuries.From the time when the writer J.T. Knowles first adapted Thomas Malory’s Morte Darthur for a juvenile audience in 1862, there has been a strong connection between children and the Arthurian legend. Between 1862 and 1980, numerous adaptations of the Morte were produced for a young audience in Britain and America. They participated in cultural dialogues relating to the medieval, literary heritage, masculine development, risk, adventure and mental health through their reworking of the narrative.
Covering texts by J.T. Knowles, Sidney Lanier, Howard Pyle, T.H. White, Roger Lancelyn Green, Alice Hadfield, John Steinbeck and Susan Cooper, among others, this volume explores how books for children frequently become books about children, and consequently books about the contiguity and separation of the adult and the child. Against the backdrop of Victorian medievalism, imperialism, the rise of child psychology and two world wars, the diverse ways in which Malory’s text has been altered with a child reader in mind reveals changing ideas regarding the relevance of King Arthur, and the complex relationship between authors and their imagined juvenile readers. It reveals the profoundly fantasised figures behind literary representations of childhood, and the ways in which Malory’s timeless tale, and the figure of King Arthur, have inspired and shaped these fantasies. 

Dr ELLY MCCAUSLAND is Senior Lecturer in British and American literature at the University of Oslo.

Table des matières

Introduction
‘Ever fresh and fascinating to the boy and girl of today’: the timeless child and the childish medieval in nineteenth-century Arthuriana
Risk and revenue: adventurous Arthurian masculinities in the work of Howard Pyle and Henry Gilbert
The ill-made adult and the mother’s curse: psychoanalysing the Arthurian child in T. H. White’s The Once and Future King
‘Monty Python was not that far away’: the instability of 1950s Arthuriana for children
‘For a little while a magician’: potent childish fantasies in John Steinbeck’s Acts of King Arthur and his Noble Knights
Conclusion: At the crossing-places
Bibliography